167
Commentaires

Le malaise de Poitiers

Commentaires préférés des abonnés

Malaise oui

que voulez-vous quand je lis cela :

"À l’école, je ne peux pas faire mes prières à l’heure "

Moi non plus, y a un sérieux problème car ma religion m'oblige à léviter toutes les deux heures et les plafonds sont trop bas

et puis je pense aussi (...)

Seul l'article de La Vie mentionne l'interpellation des jeunes sur les exactions policières et l'attitude déplacée de la secrétaire d'Etat. C'est d'ailleurs celui sur lequel, Daniel, vous avez basé votre édito.

Les deux autres occultent l'attitude de (...)

Ah, les témoignages !

En les choisissant bien on démontre tout ce qu'on veut...


Mais la ministre a-t-elle, oui ou non déclaré « il faut aimer la police, car elle est là pour nous protéger au quotidien. Elle ne peut pas être raciste, car elle est républ(...)

Derniers commentaires

Si Twitter l'a dit.... Amen...

Entre nous, Daniel, je vous aime beaucoup ; mais là, vous me décevez.....

Ce serait une bonne idée de nous expliquer un peu mieux ce que c'est que cette fédération, très implantée, semble-t-il, dans les quartiers populaires, et qui étaient les jeunes rassemblés pour cette occasion. Ils venaient, semble-t-il, de toute la France. 


Madame la mini-stresse s'est peut être attaquée à un gros morceau. Son ignorance de la jeunesse (prendre de front un groupe d'adolescents, pffff...) semble aussi énorme que son ignorance ses mouvements d'éducation populaire (bien malades, mais pas morts!)

Le public des centres sociaux ne represesente pas la jeunesse.

Elle represente une certaine jeunesse qui va dans les centres sociaux et de ce que je peux voir sur leur carte de localisation des centres sociaux   , elle est compose principalement de la jeunesse des cites. 

La vrai malaise c'est que tout ca, c'est trop peu, trop tard...

L'épisode est également documenté par Médiapart sous le titre "SEH se braque face à la jeunesse"


Mais surtout: "D’après les informations de notre partenaire Mediacités, la secrétaire d’État à la jeunesse aurait été si mécontente de sa rencontre avec la Fédération des centres sociaux et socioculturels de France (et de ses répercussions dans la presse) à Poitiers qu’elle a demandé aux services du ministère de lancer une inspection sur cette association reconnue d’utilité publique."


C'est à dire qu'elle se venge sur l'association organisatrice de la méfiance manifestée par les jeunes

La remarque de la jeune fille voilée ne me semble pas radicale mais juste factuelle : elle doit retirer son voile et ne peut faire ses prières à l’heure. Je ne dis pas que cette réalité doit être modifiée mais c’est juste un constat.

C'était relaté le lendemain même par France Culture.


https://www.franceculture.fr/emissions/journal-de-8-h/journal-de-8h-du-vendredi-23-octobre-2020


LTI vue de chez Lordon: https://blog.mondediplo.net/cap-au-pire

Un article et une vidéo pour appuyer les propos de la représentante du gouvernement sur la nature républicaine de la police

Alors on a : ceci et cela ! Ce qui résume un contexte ...

J'ai beaucoup de mal à comprendre comment notre société a pu accoucher d'un gouvernement aussi coincé dans ses certitudes médiocres. Nous sommes le pays de Voltaire et Rousseau. De Louise Michel et d'Olympe de Gouges. Nous n'avons plus qu'une chose à faire, choisir l'insoumission!!

La machine infernale du soyez "républicains" ou vous serez l'ennemi.

https://www.monde-diplomatique.fr/2020/11/HALIMI/62401

Edito de Serge Halimi.

J'imagine que beaucoup l'ont lu mais le "dernier Lordon" c'est vraiment du petit lait et cet incident en est encore une parfaite illustration; celle d'une république et d'une laïcité devoyées  et devenues doctrine autoritaire d'état; et  le pire c'est qu'ils voudraient en plus nous faire honte.

Papi Daniel à l’instar de tatie Danielle nous invitent aux potins des médias mainstream .


Ça commence à sentir le café du commerce de la pensée dominante.


« On m’a dit qu’ils voulaient faire la prière pendant les heures  de lycée »

« Oh lala les intégristes sont partout » .  « Les arabes et les noirs sont pas comme nous »


« et puis , les jeunes ne respectent rien , même pas les mesures de sécurité sanitaire  » .


« je t’y mettrai de l’ordre , moi , dans tout ça » ,  je vote le pen aux prochaines élections »



Je vis dans une autre réalité que malheureusement les chroniques et les discours dominants occultent , une réalité où les lycéens et les lycéennes ont des préoccupations qui ne sont pas celles des politiques, ni celles des médias.


 Je ne parle pas bien-sur du syndicat lycéen  "Avenir Lycéen" qui vient de se faire prendre par médiapart pour des dépenses somptuaires dans des restos étoilés. Si jeunes et déjà amateurs de Homards, si jeunes et si proches du pouvoir.


Ce que je retiens c'est la lecture des 2 articles et du droit de réponse,à chacun de se faire son idée.Les liens auraient suffi.Merci d'avoir abordé ce sujet.Il semble que ce rassemblement ait été un lieu d'échange et d'écoute,la secrétaire d'Etat

"Notre partenaire Mediacités a consulté les comptes de l’ancienne députée MoDem, désormais chargée de la jeunesse dans le gouvernement Castex. Lors des législatives 2017, plus de la moitié de ses dépenses ont bénéficié à une société détenue par deux proches, dont son actuel chef de cabinet. Le frère de l’élue nantaise a lui été remboursé de frais qu’il n’avait pas avancés. "

Il semble que le critère d'embauche de Macron soit d'être un.e Rastignac malhonnête.

https://www.mediapart.fr/journal/france/091120/comptes-de-campagne-les-oublis-de-la-secretaire-d-etat-sarah-el-hairy?onglet=full

"Elle a l’énergie des trentenaires, la conviction chevillée à son maroquin et le tutoiement naturel lorsqu’elle s’adresse aux jeunes : Sarah El Haïry, secrétaire d’État à la Jeunesse et à l’Éducation auprès du ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports," 

Il est terrible de se dire que le journaliste auteur de l'article a lui-même placé les filtres de la bienséance. 

https://www.lanouvellerepublique.fr/poitiers/a-poitiers-difficile-dialogue-entre-les-jeunes-et-leur-secretaire-d-etat-sarah-el-hairy

"D'après nos informations, confirmées par l'organisateur (la Fédération des centres sociaux et socioculturels de France), Sarah El Haïry aurait été si mécontente de cette rencontre (et de ses répercussions dans la presse), qu'elle a demandé aux services du ministère (l'Inspection Générale de l’Éducation, du Sport et de la Recherche, en l’occurrence) de lancer une inspection sur cette association reconnue d'utilité publique, créée en 1922 et qui fédère près de 1200 centres sociaux implantés partout en France."


Selon la parution Médiacité Nantes
 https://www.mediacites.fr/revue-de-presse/nantes/2020/11/12/pour-dialoguer-avec-la-jeunesse-sarah-el-hairy-a-encore-des-progres-a-faire/

On passe au niveau supérieur de l'ineptie.

Déjà en 732, y'avait comme un malaise.


Madame Sarah El hairy s'est mis martel en tête à l'évocation de la bataille du Pavé des Martyrs

L'avis claire en république laïc semble de plus en plus confus.

L'islamophobie c'est quand l'école ne s'adapte pas aux heures de prières des ados musulmans. 

C'est représentatif, tant que nos règles ne s'adapteront pas à la Charia on nous accusera d'islamophobie et de racisme systémique. 

"À l’école, je ne peux pas faire mes prières à l’heure". Rassurons-nous nous sommes juste dans une phase de transition, de chevauchement, d'où le malaise. Laissons juste les chose évoluer naturellement et d'ici 2 ou 3 décennies la société française se sera hermétiquement séparée pour ne plus s'inquiéter de ce genre de détails vivrensemblistes. Nous serons rentrés dans de nouvelles problématiques et disputes inextinguibles, tenant à la part de possession par chacune des 2 entités. 

Le sens de cette chronique m'échappe un peu donc pardon si j'ai mal compris mais on mélange un peu tout : violences policières, revendications religieuses, contrôles au facies. En tout cas, il est normal quand on pose la question « Vivre ma religion en France, est-ce compliqué ? »  de recevoir ce genre de constat ("revendication radicale", traduisez-vous, comme si ça devrait être indicible pour un jeune musulman). Je ne vois pas en quoi ça contredirait la vision des enseignants, alors que c'est précisément le point de départ nécessaire pour un échange apaisé. 

Ce qui est frappant, c'est le champs lexical utilité par cette Secrétaire d'Etat, elle ne sort pas du vocabulaire religieux : 

"Le lycée est un espace sacré. Ce sanctuaire républicain est un lieu vibrant hors du temps et de l’espace  "

On dirait un curé parlant de son église !

Quant à sa Marseillaise, je l'entends presque dire "et maintenant mes frères et mes sœurs, prions..." 


Il y en a vraiment pour qui la République et la laïcité ont vocation à être des religions de substitution.

En même temps, Sarah El Haïry est fille de médecin et a un parcours scolaire d'élite donc les publics des centre sociaux et les violences policières ça doit être très, très, loin de sa zone de confort.

"mais n'a été promue sujet du jour de Twitter que dans la journée d'hier, 11 novembre."


Serons nous condamnés à n'avoir que des commentaires de commentaires de ce qui s'écrit (sic) sur twitter ?


Je sais bien qu nous sommes tous (enfin presque tous) confinés et que le café du commerce nous est momentanément interdit.


Mais parfois j'ai l'impression qu'on me sert de MacDo alotrs que j'attendais une cuisine familiale.

On n'en finira jamais, de ce racisme caché par le voile de la laïcité ! Quand une Ministre macroniste débarque à Poitiers (c'est là où les Sarrazins ont été stoppés, non ?) avec des à priori de Macron en campagne électorale à droite, que peut-elle faire si ça n'est de la propagande islamophobe ? A quoi bon se déplacer si c'est pour nier le malaise des jeunes racisés et leur couper la parole quand ils veulent s'exprimer...

Il faut mettre en perspective cette rencontre des enfants avec le pouvoir avec la présentation du nouveau service militaires sous un soleil de plomb, où des jeunes recrues tombaient d'insolation, immédiatement remplacées par d'autres.

On aura alors un portait complet de la violence institutionnelle faite à la jeunesse française. 

Un esprit, sans doute malfaisant, m'a indiqué que, pour lui, ça faisait plus de 50 ans qu'il ne pouvait faire sa prière à l'heure, parce que c'était juste le moment de l'apéro.


Quelle indécence !


Dénonçons les mécréants.

En refusant d'écouter et d'entendre les témoignages de ces jeunes gens, cette ministre espérait leur donner une leçon de civisme sans doute... Sûr que leur confiance envers "les politiques" s'en est trouvée grandement améliorée !

J'imagine assez bien ces gamins contents à l'idée de pouvoir enfin raconter leur vécu, et bam ! la ministre (ou sous- ou secrétaire d'Etat) leur répond qu'elle connaît mieux leur quotidien qu'eux-mêmes ! Dans le déni, on ne peut guère faire mieux (ou pire !). (style Macron qui soutient aux infirmières qui n'en peuvent plus que si elles en sont là, c'est juste par faute d'organisation... pas par manque de personnel) et elle a le culot de leur demander d'aimer la police...

Il n'y avait rien de religieux au départ... Dans quelle mesure pourra-t-on reprocher à ces jeunes gens de se tourner vers un représentant de n'importe quelle obédience qui voudra bien les écouter ?

Je ne supporte plus cette manie macroniste de nier l'évidence ! Les mots me manquent pour dire ma colère et mon dégoût envers cette clique !

La République ne garantit pas la liberté de conscience puisqu'elle interdit l'expression de toute idée contraire aux fameuses "valeurs de la République". CQFD.

Et puis quelles sont ces valeurs au juste ? Celles de Jaurès ou celles de Sarkozy ? Une émission sur ce thème, sur le "catéchisme républicain" serait pas mal...

Le droit de réponse par la fédération des centre sociaux à l'article de La Croix est instructif également : https://www.la-croix.com/Debats/Droit-reponse-2020-10-27-1201121524
Notamment il apporte des précisions sur la démarche de ces rencontres qui semblent avoir été très enrichissantes, et rappelle que sortir des phrases du contexte de discussions sur 5 jours pendant lesquelles justement les pensées évoluent ça peut être problématique.

Pour ce qui est de la comparaison avec les enseignants, si on parle d'une rencontre avec le public des centres sociaux qui n'est pas exactement le même que le public scolarisé en général. Globalement les jeunes qu'on y croise le plus sont de deux catégories, ceux qui n'ont pas d'espace chez eux, souvent poussés par des parents qui ont peur qu'ils trainent, et ceux qui veulent s'investir dans des projets collectifs particuliers, artistiques, sportifs, associatifs, etc.. Et la tradition des éducateurs est très différente de celle des professeurs pour ce qui est de gérer les cas difficiles. C'est leur vocation de les écouter pour chercher à leur faire investir positivement leur énergie, là où celle des professeurs est d'avantage de permettre à la moyenne de la classe d'acquérir des connaissances, ce qui réclame une approche un peu plus autoritaire et verticale pour qu'un cours ne soit pas trop parasité (un cadre qui entraine certainement les élèves à s'auto-censurer un peu aussi).


Il me semble plutôt naturel que ce soit un public plus révolté et plus militant que la moyenne des jeunes scolarisés, et/ou que réuni dans ce cadre il ait plus tendance à exprimer ses opinions sans se modérer, ces structures n'ayant pas exactement la même vocation que l'école.

Ah, les témoignages !

En les choisissant bien on démontre tout ce qu'on veut...


Mais la ministre a-t-elle, oui ou non déclaré « il faut aimer la police, car elle est là pour nous protéger au quotidien. Elle ne peut pas être raciste, car elle est républicaine ! » .


Si oui, il faut lui décerner le prix Ri Chun-Hee.

Seul l'article de La Vie mentionne l'interpellation des jeunes sur les exactions policières et l'attitude déplacée de la secrétaire d'Etat. C'est d'ailleurs celui sur lequel, Daniel, vous avez basé votre édito.

Les deux autres occultent l'attitude de la représentante du gouvernement. L'un parle même de chahut contre sa personne dans le titre avant de ne jamais le développer dans le papier, et pour cause.

En revanche, la jeunesse française se révèle intelligente, tolérante, sachant doser entre sa liberté individuelle et collective. Ça me fait chaud au cœur.

Le niveau de probité entre elle et la secrétaire d'Etat était abyssal.

Alors comparer les trois articles, se demander lequel est le plus honnêtes, c'est de la moquerie de binette. On perd son temps.




Malaise oui

que voulez-vous quand je lis cela :

"À l’école, je ne peux pas faire mes prières à l’heure "

Moi non plus, y a un sérieux problème car ma religion m'oblige à léviter toutes les deux heures et les plafonds sont trop bas

et puis je pense aussi à Paula White la conseillère spirituelle de Trump :))))))))))))

et puis je pense au télévangéliste Kenneth Copeland face aux résultats des élections

et puis moi aussi c'est le malaise avec ces religions qui n'en finissent pas d'imposer leurs règles et leurs folies



et puis c'est aussi le malaise quand je lis "il faut aimer la police.... Elle ne peut pas être raciste, car elle est républicaine ! "

et je pense à ce témoignage récent d'un Français d'origine Africaine ultradiplomé et qui de retour dans sa voiture (modèle de classe) d'un voyage de 500 km, se fait arrêter trois fois pour contrôle d'identité (c'était en dehors du confinement)

Le propagandiste c'est celui qui tient un discours avec lequel on n'est pas d'accord .En l'occurrence celui de Marianne et du fils d'Hervé Mathoux.

 Sinon la police en est à vérifier les carnets de correspondance d'élèves à l'entrée d'un lycée

https://twitter.com/i/status/1326075229505019904

Comment ne pas être révolté.

Merci pour la chronique . 

Les uns " il y a certes les attentats mais il ne faut pas oublier l'islamophobie ". 

Les autres "il y a certes de l'islamophobie mais il ne faut pas oublier les attentats"


A peu près tout le monde dit pareil en fait, mais, magie de la syntaxe et des postures, entre les deux il y a le continuum d'un curseur que chacun arrête exactement là où cela confirme ses certitudes... Fatigue!

Ba en même temps, tant qu’on reste dans un prisme individualiste, on va tomber sur ce genre de binarité.


Parce que oui, certains français, quelque soit leur couleur de peau, trouvent que « on en fait trop avec l’islamophobie », alors que d’autres au contraire vont trouver que c’est quand même un peu problématique notre névrose sur l’islam.


Normalement, le job de quelqu’un qui prétendrait à décrire notre société ne se contenterait pas d’aligner des témoignages, mais essaierai d’en faire une synthèse. Avec toutes les limites qu’impliquent cet exercice évidemment.


C’est sur que c’est plus confortable de juste relayer les paroles d’autrui plutôt que de produire sa propre parole.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.