167
Commentaires

Le livre qui canarde "Le Canard enchaîné"

La réplique se veut à la hauteur de l'outrage. Dans son édition du 26 novembre, Le Canard enchaîné consacre l'équivalent d'une de ses huit pages hebdomadaires à répondre à Karl Laske et Laurent Valdiguié, les deux journalistes qui ont osé s'attaquer au mythe. Dans "Le vrai Canard", un livre qui paraît le même jour aux éditions Stock, ils tentent de prouver que l'hebdomadaire satirique est, depuis les années 70, "un journal sous influence". Celle de Mitterrand hier, de Sarkozy aujourd'hui.

Derniers commentaires

Ce qui paraît un peu contradictoire dans les thèses du bouquin c'est la double accusation de complaisances à l'égard de Mitterrand et à l'égard de Sarkozy.
Le lectorat du Canard est très majoritairement de gauche, même si son influence dépasse ce clivage.
Que dans l'affaire des diamants de Bokassa, il soit allé à fond n'est pas scandaleux chez un volatile qui dénonçait de longue date la politique africaine de Giscard (et son goût immodéré pour les safaris). Qu'il ait appuyé à sa façon le candidat Mitterrand (après 23 ans de pouvoir de droite sans partage) est-il surprenant ?
Mais, il faut faire preuve d'une extrême subtilité d'esprit, pour comprendre que la page 2, qui présente celui qui fait président, comme un ado capricieux et colérique, vulgaire et impulsif, est en fait à la gloire de Sarkozy (et inspirée par Hortefeux).
Toute publication (ou émission) implique des choix. Si ces choix paraissent suspects, rien bien sûr n'empêche de les dénoncer, mais en respectant le principe de non contradiction.
Ce message s'adresse à Dan Israel (je n'ai pas trouvé de moyen de vous contacter de manière moins "publique"). Je suis en train de visionner l'émission où vous parlez de live-blogging à l'Assemblée et je voulais juste vous dire, par soucis d'exactitude, ceci : une loi ne "stipule" pas, c'est un contrat qui stipule. Une loi "prévoit". Peut-être que quelqu'un vous a déjà fait la remarque mais je ne me sens pas de lire la totalité des messages de ce forum. Ne le prenez pas comme un reproche ou une remarque désagréable car ce n'est pas le cas, juste l'envie de partager une petite nuance de la jolie langue française.
Merci pour vos articles et votre travail.
Voici un extrait de "l'union des Faussaires " : " Quelle ne fut pas ma surprise lorsqu’on me signala, un peu plus tard, qu’un journal algérien de langue arabe m’attribuait des propos hallucinants sur la dénonciation d’un complot juif et me faisait dire l’inverse de ce que j’avais exprimé, ou encore m’attribuait des réponses à des questions qui m’avaient été posées, qui ne sont pas de moi. Peu après le site de l’Union des patrons et des professionnels juifs de France (UPJF), reprenait tel quel ce journal arabe pour s’en indigner et parlait d’une « nouvelle affaire Boniface ». Elisabeth Lévy reprenait les mêmes arguments assortis du fiel qui est sa marque de fabrique. Mohamed Sifaoui en faisait autant le même jour. "

Comment Boniface a été traîné dans la boue par un "mytomane multirécidiviste"

J'espère que Daniel Schneidermann parlera de cette affaire et qu'il décrira comment le quotidien algérien "El-Khabar" a complètement détourné les propos de Pascal Boniface. Je rêve d'une émission où il serait l'invité qui pourrait se défendre car ce qu' il subit en ce moment sur internet ,cet acharnement et cette haine ne peut laisser insensible l'équipe d'arrêt sur images.
Déboulonner une statue c'est s'octroyer un peu de sa gloire. Mais c'est juste le socle qui sera un peu égratigné par ces deux branquignoles téléguidés. bigart l'inculte dénigrant VICTOR HUGO. Et dénoncer les bénéficiaires du bouclier fiscal, Édouard de Rothschild et Jean-Luc Lagardère, c'est aussi la théorie du complot ?
Très bien comme émission ! J'ai trouvé Laurent Valdiguié pitoyable et Karl Laske ridicule. Ils ont un usage du terme "archaïque" qui vaut tout comme signature politique. Nicolas Beau leur rend dix longueurs en finesse et j'imagine que ce serait le cas de la plupart des journalistes du Canard.

Une remarque toutefois pour Schneidermann : "Il n'est pas nécessaire que les horloges conspirent pour donner pratiquement la même heure en même temps". Donc, à Valdiguié qui écarte l'hypothèse d'un complot entre Lagardère et lui, on peut objecter que sa propre servilité rend tout complot 'objectif' inutile. La théorie du complot étant systématiquement tournée en dérision, elle va rapidement devenir une accusation similaire à celle d'antisémitisme (dans le genre "vous êtes complotiste, donc pas crédible", "vous êtes antisémite, donc suspect"). Le facisme progresse chaque jour à travers ce type de dérives et nos deux plumitifs sont bien avancés sur cette voie. Ils ont un bel avenir devant eux ...

Quand au passage sur la télé (que je n'ai pas) et au retour sur le canapé (idem), je préfère cent fois l'ordi avec sa touche "Pause" et la possibilité de consulter d'autres sources avant de revenir à l'émission en cours.

Vive le Journal Satirique Paraissant le Mercredi !!

Cordialement,
Olivier
Bonjour,

le fonctionnement interne du Canard enchaine est l'affaire du Canard enchaine.
Qu'il ait ou non un Comité d'entreprise, une représentation syndicale, ce n'est pas l'affaire de ses lecteurs. C'est son affaire !

Il ne faut pas confondre fonctionnement et produit. Le fonctionnement: la "famille". Le produit: les messages, les révélations, les opinions sur le papier. Ces deux éléments ne sont pas liés.
Bientôt on accusera les journalistes du Canard enchaine de prendre un malin plaisir à manger du canard lors de leurs soirées de travail et de divertissements!

On lui fait un procès en éthique. Les thèses des 2 auteurs du livre sont passées de mode! Faites lui un procès en vérité !

Quant à l'émission de cette semaine, il était malvenu de ressortir les diamants de Giscard d'Estaing. C'est cliché.

Quand on ne sait pas, on se tait.


Merci d'exister, @si !
Oui ben on n'a qu'à juger sur les éléments fournis, point.
Je trouve l'attitude qui consiste à ricaner parce qu'un journal d'investigation est investigué pathétique et infantile.
Le Canard est le seul journal que je lis presque entièrement mais en faire l'Evangile serait stupide et je ne crois même pas que ça réjouirait la rédaction
du coin-coin.

Nathalie

http://www.leblogdelamirabelle.net
émission très moyenne
les auteurs du bouquin que je n'achèterai pas m'ont paru petits,n'ayant rien à dire, c'est pourquoi leur donner la parole était une mission impo
je resterai votre abonné cependant et celui du canard de politis et de l'huma,et de siné-hebdo,etc.
Pierre Coumian.
[quote=Michel Gaillard]Sa position est aussi constante que connue : être assez près du pouvoir pour savoir mais en rester assez éloigné pour être libre d'en parler.

Il me semble que l'émission, (je n'ai pas lu l'intégralité des commentaires), rate un débat essentiel qu'illustre cette citation de Michel Gaillard repris dans l'article de Dan Israël. Personnellement, je ne vois pas comment faire pour tenir une telle position. Qu'on nous explique. Que Michel Gaillard s'explique, que les journalistes du Canard s'expliquent, et aussi ceux de Paris-Match, de Libé et de Backchich. Il ne s'agit pas à mon avis d'un débat "à la marge". Savoir si on peut faire du bon journalisme en devant simultanément entretenir des relations avec le pouvoir m'apparaît LA question finalement à se poser et qui est sans doute en creux mais pas suffisamment explicite (malgré ses efforts) dans les questions de D. Schneidermann en début d'émission et qui sont renvoyées par Karl Lasque à une ancienne et persistante théorie du complot. Oui, complot. Comment s'en sortir sinon en évitant justement cette collision avec le monde politique qui en est constitutivement le germe ?
Bravo pour ce débat qui apporte la lumière sur les coulisses du canard.

Je ne m'inquiète pas sur le succès de leur bouquin.
C'est curieux de constater à quel point ces chasseurs aiment tirer sur le volatile !! Il semble qu'à un tel stade, un bon psy devrait se pencher sur eux. Ce journal est présenté comme si il détenait un pouvoir énorme, alors qu'il ne tient qu'à la magie du verbe et du dessin de ses rédacteurs, quoi de plus fragile dans toutes démocraties ?
Leurs incohérences sont évidentes, sur l'affaire Dumas qui a fini par un non lieu, pourquoi reprocher à la basse-cour de ne pas en avoir assez bouffer de graines ?
En plus ils sont très mal placés, Paris Match, et Libé !!! C'est TROP RISIBLE !!!

L'abonné lambda du canard que je suis n'en n'est pas moins naïf. On sait très bien que tout journal a plus ou moins de pression.
Pour nous, un grand mystère, a la fois teinté d'admiration et de soupçon, plane quant aux sources qui permettent au canard de nous révéler à ce point les évènements qui se passent dans les coulisses du monde politique.
On sait aussi à quel point ce journal à de l'importance et à quel point il peut être manipulé pour servir de champ de bataille à des politiciens au fin stratège.
On sait à quel point cela peut rendre le travail du journaliste sur le fil du rasoir.
On sait aussi paradoxalament que la basse-cour n'aime pas les grands voyages en avion et qu'ils sont avant tout un organe d'information bien franco-française

Alors toutes ces révélations quand elles ne sont pas trop incohérentes ne sont que la description de rouages de la presse en général que tous lecteurs non naïfs subodorent.
Les bouffeurs de volaille ne sont pas des imbéciles !!! bon nombre d'affaires révélées par la presse en général, n'est que le résultat de magouilles inter politiciennes, et finissent souvent par des non lieux dans le plus grand silence, alors que d'autres plus graves encore sont passées sous silence car elles n'arrangent personne. Et dans cet art de la révélation, quelque soit ses erreurs, le Canard restera de toutes façons la référence incontournable ...
Alors les petits canardos, on montre les dents?

On ne peut pas reprocher au canard de déraper sur la terre ferme (ce qui tendrait à prouver que les journalistes du canard sont humains) quand de toute façon il nage toujours au-dessus de la presse de basse-cour oû les poules de Lagardère s'emploient à détérrer leur nourriture au milieu de la fiente.
Mieux vaut un "pan sur le bec" que de marcher au pas de l'oie pour Sarko et ses frères.

Si vous critiquer @si pour cette émission, c'est que vous n'avez pas pris assez de recul
C'est leur meilleure émission, bravo Daniel et Dan!

Le dindon de la farce
Canarder, un mot pour Anne-Sophie. Enfin non, trop facile. Pour Anne-Sophie quand elle est fatiguée...
]Si le Canard n'existait pas il faudrait l'inventer. Qu'il continue de canarder. Comme dirait l'autre "les chiens aboient la canardavane passe".
Réponse à Laurent Mathéo: Stéphane F à 20 h le 27/11
Mais qu'est-ce qu'ils ont tous à s'habiller en noir à @si ? Même Daniel croit bon d'enlever ses rayures pendant l'entracte ! Avec le fond blanc nu, le noir se découpe sans nuance, on ne voit plus que des silhouettes surmontées d'une tête et un désagréable contraste de noir et blanc saturés.
Autre sujet, pas un mot à @si sur la censure financière exercée cette semaine par les groupes TF1, M6 et France Télévision sur le magnétoscope en ligne Wizzgo, ni sur son confrère recordme.tv qui a préféré quant à lui fermer dans la foulée plutôt que de subir le même sort. Une pétition en ligne circule. La France rétrograde dans toute sa splendeur.
Emission énervante cette semaine. Tous ces messieurs du plateau qui disent sans rien dire, tous ces internautes qui vouent un culte au Canard au point de s'aveugler et de préférer rester dans l'ignorance. Je découvre qu'on peut être attaché à un journal au delà du raisonnable.
Bonsoir,

Le canard est pour notre famille (3 personnes) une bouée de sauvetage dans cette société merdique qu'est en train de dessiner notre cher timonier.

Je suis fidèle depuis 35 ans (j'en ai 48) et le resterais jusqu'au bout.

Aux ordres des Lagardère and Co, les journalistes font dans le sensationnel.Et alors. Existe-t-il une entreprise ou une association sans couac?

Pas de couac à @si? Cela ne m'empêche pas de vous suivre.

Vive le canard et la liberté.
Je trouve la polémique actuelle sur le forum étrange: un tel déluge de commentaires sur un livre que personne n'a lu, puisqu'il est juste paru. Le pompon est gagné par ceux qui polémiquent en disant que, de toute façon, parce que ça attaque le Canard, ils ne le liront pas, ainsi que par celui (ou celle) qui affirme que parce que le Canard dit la Vérité (!!!), ses manquements à la rectitude journalistique ne sont que des broutilles (en somme, la fin justifie les moyens). Enfin, j'ai visualisé jusqu'au bout la thèse de Kropotkine sur Daily Motion qui m'a laissé sur une impression extrêmement déplaisante, et notamment la péroraison finale (le dernier écran sur les "Journalistes-et-les-Bourgeois-Tous-Complices-du-Grand-Complot-Contre-La-Vérité"). Cette délire paranoïaque commence sérieusement à me pomper: Ca ma rappelle l'interview d'un des journalistes du Monde Diplo par Daniel Mermet qui disait qu'on n'était jamais assez paranoïaque: on a vu ce que ce genre de lieu commun a pu donner à certaines périodes de l'histoire.
Très lointain amateur du Canard, je me suis demandé récemment (~1 an) s'il n'était pas un vrai faux contrepouvoir à la solde du pouvoir en place. Où peut-on consulter sa compta, parce que vivre depuis 90 ans sans pub faut le faire.
Le lecteur moyen, le retour :)
J'ai regardé attentivement l'émission et voici mes réactions:

1°) jolies chemises assorties (enfin, pour la partie "news"),

2°) le débat:
La première chose, amusante, c'est que le plateau aurait pu ressembler à une scène des tontons flingueurs ou des barbouzes, avec un prêtre et une tête d'ananas entre autres :)
Très honnêtement je n'ai pas trouvé "le chanoine" (Valdiguié) sympathique, c'est lui qui m'a immédiatement fait penser au film "les barbouzes" avec son rire peu franc et son col blanc.

En revanche je dois bien dire que je suis assez frustré et que cette émission laisse un goût d'inachevé.
Le débat s'est copieusement, et à raison, étalé sur la période pré-élection de Sarkozy, mais très peu sur le post.

-> les motivations des auteurs:
Ce qui m'a surpris, c'est que deux des co-auteurs du livre n'ait pas eu les corones de signer leur propre ouvrage... Clairement la première partie de l'émission fait passer le Canard pour une organisation limite mafieuse avec des "non dits", des "codes" et qui joue sur l'intimidation pour ne pas faire parler de lui.
Cet aspect là me gêne. Quand on affirme quelque chose, on a le courage de ses opinions et affirmations et, à l'instar des deux personnes présentes sur le plateau, on se découvre.
Les auteurs disent "aimer le Canard"... Certes.
Le canard lancera t'il une fatwa contre eux? :)

-> qui était au courant de l'écriture du livre?:
Premier instant de gêne, le chanoine (Valdiguié) répugne clairement à répondre à la question de DS de savoir si ses patrons de Paris Match étaient au courant de l'écriture du livre ET si la rédaction du livre avait commencé avant d'être rentré chez eux.
Evidemment les duettistes haussent les épaules et réfutent les accusations de Gaillard de "télécommandage" de Lagardère.
Personnellement j'ai une question, pourquoi avoir changé d'éditeur? Ils ont mentionné plusieurs fois que le livre devait paraître aux éditions Denoël, pourquoi avoir changé?
Ce point a été passé étrangement sous silence, et par les auteurs, et par DS qui n'a pas posé la question.
J'aurai été à leur place, j'aurai cherché un éditeur "indépendant" ou en tous cas sans Lagardère comme patron.
Valdiguié a été pour le moins très évasif et peu crédible sur la question et sur sa "théorie du complot".
Etait ce parce qu'il trouvait la question tellement ridicule qu'il n'a pas voulu s'en défendre plus que ça ou pour d'autres raisons?

-> où sont les preuves?:
Ce qui me gêne aux entournures c'est le manque parfois de preuves dans certaines de leurs affirmations.
Il est très clair qu'ils semblent très bien documentés et informés sur une période finissant plus ou moins en 2002. Là Beau confirme certains points évoqués sur le plateau (le beurre dans les épinards de Sarko, l'affaire Dumas).
En revanche, ils ont été d'un flou particulièrement complet sur la partie la plus "pub" que nous avons tous entendus ici.

-> Le journal de Carla B.:
Aucune information ni aucun démenti ni surtout aucune preuve de la part des auteurs n'a été donnée après que Gaillard ait démenti que Charron écrive / inspire le journal de "Carla B". Sur le plateau, le sujet est passé comme une lettre à la poste sans aucun frémissement d'épaule ou de sourcils de leur part.
Bref du vent.

-> La page 2 (la mare aux canards):
Là aussi, Beau désamorce avec une simplicité désarmante la polémique des deux auteurs sur la mare.
Ce sont des petites phrases, relatées par des politiques aux journalistes politiques du canard et qui sont des bruits de basse cour. On y apprends également, stupeur, que les journalistes politiques du Canard ont une tendresse pour la classe politique en général.
Bref, rien de nouveau sur le soleil.
Là aussi, bizarrement, tête d'ananas et chanoine passent sur le sujet sans se défendre et opinent la plupart du temps du chef.
Bref, du vent.

-> le canard est pro sarko:
Là encore, bizarrement, le débat ne s'est pas étendu et est passé comme une lettre à la poste.
Leur principal argument concernait apparemment "Sarko et le beurre dans les épinards" dont je parlerai plus tard et qui a été expliqué.
Là encore, du vent.

-> Sarko et le beurre dans les épinards:
Alors certes il y a l'histoire de Sarko touchant de l'argent de son cabinet d'avocat (légalement) alors qu'il était encore Ministre. Information que Beau a eue entre les deux tours de l'élection présidentielle et qui n'est sortie qu'un an après.
Information à rapprocher avec le "pêché" véniel de la ristourne de l'appartement de Neuilly et son contre poids avec le patrimoine Royal.
Pourquoi le Canard aurait'il fait preuve d'équité dans le castagnage politique de l'élection en, effectivement, faisant une enquête parallèle sur les pêchés Royal / Sarko et donc en se "forçant" (?) à trouver des choses sur la Gauche?
Beau narre que la rédaction du Canard était fortement opposée à Sarko. Dans ce cas, pourquoi cette équité et pourquoi passer sous silence le beurre dans les épinards de Sarko?
Pour ne pas prêter le flanc à la critique? Pour ne pas sortir une bombe "atomique" comme ils l'avaient fait en sortant l'affaire Papon du temps de l'élection Mitterrand / Giscard?
Pour ne pas paraître partisans et ne pas peser sur l'élection?
Une autre explication est que Sarko est lui même une source du Canard (sur autre chose) et qu'une fleur lui a été faite en révélant l'affaire une fois qu'il ne touchait plus cet argent, donc un an après.
Qu'à bien pu dévoiler en échange Sarko au Canard de si intéressant?

-> L'affaire Dumas:
Les auteurs et l'ex du Canard enfoncent des portes ouvertes et confirment une tendresse que même moi, pauvre béotien, avait senti envers la "Miterrandie" au travers des affaires Elf (donc Dumas), Tonton et le reste.
D'accord. Le Canard est un journal ancré à Gauche et, par amitié avec Dumas qui a été une source importante et leur avocat pendant 10 ans, le palmipède n'a pas mordu trop fort la main qui l'a nourri et soigné.
Mon impression également est que les auteurs, incontestablement, ont l'air nettement plus à l'aise avec les affaires passées du Canard que les récentes.

-> les amis de mes amis...:
Ce qui a été confirmé par Beau est que certaines infos sont "trappées" pour ne pas déplaire / compromettre certaines sources.
Je suppose que c'est le cas dans toutes les rédactions.

-> l'affaire du compte Japonais:
Beau, le journaliste qui a parlé du compte Japonais de Chirac a été critiqué de manière assez virulente par les deux auteurs du livre, dénonçant le manque de preuves dans cette affaire.
Ce qui me gêne, c'est qu'ils n'ont pas eu l'air, eux même, de mener l'enquête, non plus.
Chose étrange, les dirigeants du Canard l'ont soutenu mais a suscité un débat au sein de la rédaction, dû au manque de preuve.

-> la rédaction du canard est le septième cercle de l'enfer:
Selon Beau cela n'est pas le cas. En revanche en effet il apparaît que nous ne sommes pas dans une "armée" mais plutôt dans une "famille" avec des codes, des non dits...
Les termes font bien évidemment peur au premier abord et exploités par les auteurs. "famille", "non dits", "codes", serait ce la mafia? Cela pourrait alors expliquer la peur qu'inspire le volatile à crocs.
Plutôt une famille classique dans laquelle on se serre les coudes et où on sait qu'il ne faut pas parler de tel sujet ou demander telle chose car cela sera trappé / refusé.
Est-ce maintenant souhaitable dans une rédaction? La situation a l'air nettement moins tyrannique que celle décrîte par les deux auteurs et en revanche, évidemment, propice à de grandes engueulades je suppose.
Ceci dit, cet aspect "familial" est peut être la raison que le Canard est ce qu'il est.
Alors, il n'y a pas de CE... Les pauvres, comment font'ils pour l'arbre de Noêl? Les enfants ont des bouteilles de pinard dans leurs souliers?
On est quand même loin du climat de peur généralisé qui est censé y règner.
Ce qui me paraît également étrange, c'est que les auteurs n'ont pas apporté de preuve ou d'éclairage sur cette "peur" qu'inspirerait la canard aux autres journalistes et aux hommes politiques...

-> Le mythe Canard:
Alors c'est vrai, on aimerait à croire que le Canard comme un espèce de gendarme infaillible, un Judge Dredd de l'investigation politique, non soumis aux pressions et indépendant des sources...
Dans ce monde là, tout le monde serait beau, gentil, on roulerait à l'air pur et on ferait caca dans la sciure... Malheureusement mon prof de philo m'a dit que ce monde de "oui oui" n'existait pas.
Alors quoi?
J'ai appris que le Canard n'est pas infaillible (affaire Yann Piat / Rainbow Warrior), qui l'est?
J'ai appris que le Canard a des amitiés (Dumas, Mitterrand) et les préserve, Ma foi... Cela se sentait et est donc vrai.
J'ai appris que le Canard trie les informations et les sous pèse. Faut'il dévoiler telle information, au risque de ne plus accéder à la source qui l'a donnée ou celle qui est visée par l'information? Choix cornélien je suppose il aurait été intéressant d'avoir le point de vue d'Angeli sur ce point.
J'ai appris que la structure du Canard n'est pas celle de n'importe quel journal. Pas de CE, en famille, des règles non écrites. Dramatique... Que fait l'inspection du travail? :) Ce qui est étrange c'est que des journalistes essaient toujours d'y entrer, y compris les deux auteurs. Le masochisme se porte donc toujours haut.

Pour autant, le canard a t'il profité de son statut et de sa réputation pour venir en aide à ses amis en danger, pour faire de la contre information, du dénigrement gratuit?
Apparemment, non. Il y a eu des omissions, un éclairage plus ou moins sympathique, mais de mensonges ou de désinformation? Non.
Est'il clairement à la solde d'un parti ou d'une mouvance politique? Non, pas vraiment, et certainement pas à droite.


3°) ma conclusion:
A mon avis ce livre est un mélange d'enquête et de sensationnalisme non justifié.
De ce que j'ai entendu, les auteurs ont l'air clairement à l'aise dans leurs baskets pour toute la période pré 2002. L'affaire Dumas, la Mitterrandie, tout ça, apparemment personne n'a démenti leurs affirmations selon lesquelles le Canard avait une tendresse pour la Gauche, soignait ses amis et certaines de ses sources.
Dans l'ensemble de ce qui a été discuté, pour cette période, je suis assez d'accord.
En revanche, la partie "pub" et celle qui a fait du "bruit" du livre ne me semble pas digne d'intérêt, à savoir la page 2, le journal de Carla B. et le sarkozisme présumé du journal.
Tout simplement parce qu'aucune preuve n'a été donnée par les auteurs sur le plateau sur ces trois points et ils ne se sont même pas "battus", ils ont laissé passer. Ce sont donc tout simplement des affirmations gratuites, in vérifiées et, pour le mieux, des hypothèses sans réel fondement.

Ma conlusion personnelle est donc que ce livre semble avoir été écrit en deux partie, comme à deux mains. Une première enquête qui se veut assez poussée, une seconde pour s'assurer de bons chiffres de ventes avec une polémique facile assurant une bonne médiatisation et de bonnes enguelades lors du réveillon de Noêl.

Bref dans ma lecture du Canard, que changera t'il? Rien, ou pas grand chose.
J'ai été rassuré, le Canard n'est pas à la solde du Sarkozisme. Le Canard n'est pas vendu.

Le palmipède bouge encore et restera, pour moi, une source d'informations fiable, une parmi d'autres.
Ouf ! Ca y est j'ai parcouru tous les messages du forum et je suis ereintée (j'ai un peu zappé les digressions sur Bigard and Co, ça me rase...). Je l'ai fait avant de voir l'émission. Et je trouve suspect que l'on parle autant et partout de ce bouquin et donc du Canard....
Juste une petite réflexion, en s'appuyant sur le moment présent =
On va bientôt mettre sur le tapis au Parlement (ou ailleurs, je ne sais plus mais surement pour le remettre en cause !) du droit à la protection des sources,
Le Canard a fait l'objet à plusieurs reprises de tentatives de perquisitions et autres intrusions pour connaître leurs sources,
Et vous vous étonnez que son patron se défende, mais très mollement ? S'il devient trop précis, dans un sens ou dans l'autre, il cours le risque de les dévoiler et c'est peut-être tout simplement à cela que sert ce bouquin.... Non ?
Je n'ai pas de commentaire plus avisé à faire sur le fond de l'émission. Je pense que tous les commentaires constituent un puzzle assez complet.
Par contre, en coupant le son dès le début et sans les connaitre auparavant, j'ai su reconnaitre le journaliste de Paris Match, celui de Libé et l'ex du Canard.
Alors ma question : c'est fortuit, c'est une mise en scène, ou les rédactions de ces 3 journaux imposent une panoplie du parfait journaliste :: coiffure, pull, veste, sans parler de l'aspect physique pure.
En tout cas, après cette émission je continuerai à fréquenter tous ces vecteurs d'information.
Merci
Chente
Que fait un journaliste qui travaille pour un journal de merde comme Paris-Match dans une émission d'arrêt sur image????
Bonjour,
Je lis le "Canard" depuis 1972, pratiquement sans interruption. Asinaute depuis le début, je viens de voir l'intégralité de votre émission. Je ne place pas le "Canard" comme une référence absolue dans le domaine de l'indépendance éditoriale et de l'investigation. Il me sert de contrepoint pour une lecture croisée des supports papier ( Monde diplomatique, Alternative Economiques) et Internet (sites Mediapart, Rue 89, Bakchich). Je trouve dans le "Canard" ce que j'y recherche: un humour décalé, une vision détachée sur le pouvoir politique et le narcisssisme de ceux qui l'exerce et quelques révélations. Qui peut sérieusement affirmer que le Canard se fait l'écho de la parole Sarkozyste ? Oui, j'attendrai plus de pugnacité de la part d'un média sans pub ni pression financières mais je n"ignore pas l'équation journalistique qui consiste à conserver les sources et parfois les ménager . Concerant Hortefeux relisez les passages qui lui sont consacrés dans les "Dossiers du canard" et la rubrique "Prise de bec" .Les accusations du livre tombent aussitôt. Sans autre commentaire.. Que penser de l'indépendance des auteurs du livre, journalistes de Paris Match et Libération, l'un appartenant à un ami du président, l'autre qui est bien loin aujourd'hui de porter le fer dans la plaie comme le disait Albert Londres ? Même si je connais les défauts et insuffisances du Canard, je continuerai à le lire car il reste un média indispensable pour s'informer dans une langue parfaitement maitrisée. Il faut savoir lire entre les lignes.
Longue vie à ASI.
Sergio







[/large]
Bonjour à tous,

Je n'arrive pas à comprendre la polémique.
Que 2 journalistes veuillent faire un livre sur le Canard, c'est quand même leur droit.
Que les amoureux du Canard ne soient pas content, pourquoi pas.
Mais dites moi, n'est-il pas un peu bizarre que ces derniers en viennent aux invectives, et pour défendre quoi ?
Le Canard comme bien des journaux a ses spécificités, ses qualités et ses travers. C'est ce qui fait son charme.
Mais lui accorder une aura hors de proportion ne correspond pas à ce qui s'appelle un sens critique.
Le recoupement des informations, la multiplicité des sources dont fait partie sans aucun doute le Canard ne fait pas du Canard une référence.
Par rapport au soutien à @SI, cela voudrait-il dire que @SI doit s'abstenir de toutes critiques vis à vis du Canard à cause de ce soutien.
Y a t-il quelqu'un ici qui accepterait la main mise de l'un d'entre nous sur @SI sous prétexte qu'il est un abonné et dont je fus l'un des premiers.
Drôle de démocratie.
Alors ressaisissez-vous, il est normal de porter ce sujet sur la place publique, chacun y puisera les infos qu'il juge pertinente et au contraire, pour moi cela m'encourage à continuer à lire le Canard, comme par ailleurs Marianne, l'Express, Libé, le Courrier International et des dizaines d'autres.
La seule chose que je regrette, c'est le manque de temps pour assouvir ma soif de savoirs, dans un sens pluriel et équilibré.
A quand une revue de presse nationale et internationale si possible objective et qui donne envie d'en découvrir 'toujours plus'.....

Et la meilleure attitude aujourd'hui, c'est d'être digne du Canard et d'éviter de l'abaisser dans des dialogues de fond de bar.
Merci à @SI
Bonjour, pour donner raison à Daniel Schneiderman, je rejoins les abonnés scandalisés par les attaques contre le Canard ; si les auteurs du livre veulent égaler le livre de Péan et Cohen sur le Monde, c'est raté ! ...et je ne suis pas loin de me désabonner de votre site ; le vrai sujet d'actualité auquel vous auriez pu vous attaquer cette était l'inertie du pouvoir devant les décès à répétition des sans-abris !
Juste au cas où vous l'auriez oublié, le Canard a été un des rares à vous soutenir (voir leur article dans le numéro du 20/06/2007 qui était spécifiquement dédié à votre arrêt, et celui dans le numéro du 27/06/2007 qui parlait plus généralement de l'arrêt d'émissions gênant la Sarkozye, comme la vôtre, celle de Daniel Mermet sur France Inter, etc).

Et c'est comme ça que vous le remerciez ! En donnant crédit à ce ramassi anti-Canard qui distille peut être quelques rares véritiés, mais noyées au milieu d'un océan de mensonges, et dont le but, ne vous y trompez pas, est de nuire à ce monument de la liberté et de l'indépendance de la presse qu'est le Canard !

Comment ne pouvez vous pas vous en rendre compte ?
Et pensez vous que notre pays se porterait mieux sans le Canard ?... avec toute la presse dans les mains d'amis de Sarkozy !
Evidemment non... alors si vous tenez à une presse indépendante de qualité, vous devriez défendre le Canard contre ce livre à charge !!
bonjour,
faut il " être aasez BETE" pour entrer dans le jeu d'un livre qui se veut objectf mais que je crois moi plutôt orienté par toutes les sources citées dans celui-ci afin de dénigrer le seul journal qui a encore le culot de montrer la politique telle qu'elle est dans notre pays.
Un homme dans les temps passés y était passé maître : Goering alors ne tombant dans ce panneau qui grace à ce livre essaie d'ouvrir une trappe pour reduire l'information dérangeante à néant
PS je ne suis pas un lecteur régulier de ce journal
Personne n'est vraiment indépendant. Le CANARD a ses propres pièges et tout le monde le sait.

Mais nos deux journalistes romanciers sont bien la propriété de leur employeur y compris dans leur pensée, leur écrit et leur élocution.

Le dossier et l'émission d'Arrêt sur Image sont aussi à charge.

L'argent mène le monde et le gens ont des fins de mois difficile !

Mais pourquoi le canard est-il attaqué aujourd'hui et sous cette forme ? Quelle opération se met en place et pour quel but ? Voilà qui était intéressant à "observer" : dommage que vous ayez raté le coche.

VOUS NE CROYEZ PLUS A L'INNOCENCE : j'espère... en tout cas je n'ai jamais cru à la vôtre en pensant que votre seule pertinence valait votre créneau journalistique.
je viens de visionner l'émission
ils sont pas trop clairs les "laskars" (lask et valdiguié)
le seul à être vraiment clair est Beau, ce qui me laisserait penser que seul sont clairs les anciens du canard.
petit bémol sur Beau, j'aurai aimé qu'il nous réponde clairement à la question que je "retraduis" à ma façon "sentez vous une odeur pro-sarkozy quand vous lisez le canard"

1.Valdiguié qui bredouille difficilement quand dan l'interroge pour savoir si Paris match était au courant concernant l'enquête sur le canard quand il est embauché
2. le regard de Beau quand lask (très gêné par son mensonge?)soutient après l'insistance de dan "non , je ne savais pas que Libé avait aussi refusé le scoop sur sarko entre les deux tours"


et le sentiment général qui ressort de l'émission, oui on a des sources et alors...
un bouquin pour cela

franchement, cette émission me déçoit non pas que le sujet n'était pas intéressant
mais ceux deux oiseaux là ne m'inspirent pas grande confiance
pascal
Ce jour, vendredi 28/11 21h45
L'émission de cette semaine est remplacée par celle de la semaine dernière : http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=1422 !!!
Les extraits dailymotion sur le canard sont indisponibles et remplacés par ce message :
"En raison d'un embouteillage chez dailymotion, les actes suivants de l'émission seront mis en ligne dès que possible.
Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée"

La censure aurait-elle frappée ?
Pour une fois que le canard fait la couverture au lieu de faire l'ouverture !
Je peux me tromper mais chez moi, c'est l'émission de la semaine dernière qui est sur le titre "Le livre qui canarde "Le Canard enchaîné"". Est-ce la même chose chez vous ?
Eh bien, elle tarde à venir cette émission. C'est plutôt bon signe.
Bonjour,
Nous savons qu'@SI est assez pointilleux sur les questions de méthode. Nous savons aussi que, lorsque qu'on se livre à un travail de recherche sur un texte et ses représentations (sociales, politiques, mythologiques...), celle-ci (la méthode) impose, avant tout, d'interroger ce texte, de le faire parler de ce qu'il dit ou de ce qu'il ne dit pas. On peut aussi s'efforcer de vérifier comment ce texte construit son auteur (l'émetteur) et son lecteur (le récepteur). En d'autres termes c'est à partir du texte, seul objet concret de l'étude, que l'on peut essayer de comprendre ce qu'il est, et non pas à partir des pratiques et/ou intentions supposées de l'auteur, lesquelles, par contre, peuvent émerger, sous forme d'hypothèses à l'issue du travail sur le texte.
Alors, et très sérieusement, les questions préalables que j'aimerais voir être posées à Karl Laske et Laurent Valdiguié, lors de l'émission d'@si, sont celles-ci:
1. Avez-vous travaillé sur l'ensemble du corpus constitutif de votre sujet, à savoir les 1560 numéros du Canard correspondant aux trente années sur lesquelles porte votre ouvrage?
2. En avez-vous analysé le contenu, soit environ 12 500 pages, afin de dégager les tendances émergentes, notamment en matière de proximité politique et idéologique?
3. Quelle méthododologie avez-vous utilisé pour pratiquer cette analyse (analyse de contenu, analyse sémantique...), avec quels outils (logiciels?) et quelles expertises (linguistes, sémiologues, politologues, historiens...)?
A partir de la réponse à ces trois questions, et seulement à partir de là, pourrait s'engager, je crois, un véritable débat sur le fond, à savoir comment un organe de presse indépendant peut-il, sur une période historique donnée, se donner à voir successivement comme Mitterandien et Sarkozyste, si tant est que la mise en oeuvre du protocole de recherche sous-jacent aux trois questions préalables, ait bien révélé ces "connivences" politiques. Après on pourra, si l'on veut rigoler un peu, évoquer la paternité du Journal de Xavière avec Nicolas Bau, qui, si l'on se fie au "vrai Canard", doit en savoir long sur le sujet... Mais après seulement.
Un témoignage intéressant sur les méthodes combinées du Canard et de Charlie-Hebdo: Jean-Marie Bigard.
Jean-Marie Bigard nous parle de Charlie-Enchainé.
A l'écoute integrale de cette revue de presse, on se pose quelques questions...
Je profite du passage de l'oeil du cyclone entre la parution de l'article de Dan , et l'émission demain pour révéler ce scoop : J'ai en effet trouvé de la pub dans les émissions d'@si !!! Si si , et en images subliminales qui plus est , dans le démarrage du plateau "Quand j'ai vu l'appel d'offres de Darcos, j'ai cru à un canular !" . Regardez :

PUB 1

PUB 2

Je ne sais pas pourquoi, mais après avoir vu le plateau , j'ai été pris d'une frénésie acheteuse, et j'ai acquis aussitôt un ordinateur D... avec W...... XP ... ;-))
Je me suis procuré le numéro de Paris- Match de la semaine dernière pour me faire une idée des articles de Laurent Valdiguié.
Il ya deux chroniques. Une dont l'accroche est une photo de Laurent Fabius. Il ne nous est pas dit comment LV s'est procuré les cahiers de Bertrand ou si il les a lus ailleurs (protection des sources oblige).
Par contre il est en mesure d'affirmer, grâce à une vérification récente (aujourd'hui) qu'en 2002 DSK n'avait pas quitté Anne Sinclair pour une "jeunette. Il fait bien, là aussi, de na pas citer la source de cette vérification.
L'autre (chronique) , nous permet de comprendre qu'il déjeune, dine ou a des rapports fréquents avec des membres importants du PS qu'il laisse dans un anonymat désespérant (serait-ce François lui-même ou l'un d'entre eux?).
Je continuerai à ne pas le lire!
Je suis écoeuré de voir qu'Arrêt sur Image ait choisi de se joindre à la meute de chiens aux ordres d'amis de Sarkozy qui ont décidé de s'attaquer à ce monument d'indépendance et de qualité d'investigation, totalement unique en France, qu'est le Canard.

Alors, il est possible qu'il y ait certaines petites zones d'ombre par-ci par-là dans les pratiques de ce journal, mais elles comptent pour du beurre. L'important c'est le résultat. Peu importe les petites broutilles que le Canard ou ses journalistes aient pu faire, car c'était POUR LA MEILLEURE DES CAUSES : LA RECHERCHE ET LA PUBLICATION DE LA VERITE !

Et pour Arrêt sur Image, il est décevant que vous cherchiez l'aiguille dans la meute de foin sans relativer le tout en mettant dans la balance le bien incalculable que le Canard fait à notre pauvre démocratie depuis plus de 90 ans !
Je suis très étonné des quelques remarques d'abonnés d'ASI qui disent être très soucieux de l'indépendance des journalistes et qui au moindre point de désaccord lance le chantage au désabonnement. C'est une vision très spéciale du débat et de l'indépendance. Il faut donc maintenant que ASI fasse du consensus mou pour satisfaire ses abonnés. C'est dommage c'est ce que fait TOUTE la presse en ce moment avant de finir en faillite. C'est a trop plaire que l'on fini par déplaire
Je m'abonne pour une ligne éditoriale que j'apprécie et une confiance qui ne n'empêche pas d'avoir parfois des désaccords, des critiques et des colères.
C'est dommage.
Bonjoir,

Ce qu'il y a de curieux c'est que lorsque c'est Denis Robert sur Clearstream, mr Daniel et consorts se pincent le nez, émettent des doutes, demandent des preuves,
là, ils avalent sans discuter...
Dites, cela fonctionne comment un journaliste?
La sympathie que l'on a pour le canard ne doit pas nous rendre totalement aveugle. J'ai ressenti il y a quelques mois un léger malaise à la lecture de la page 2 sur Sarkozy . A plusieurs reprises (6/7fois) j'ai eu plus un sentiment de message à faire passer que d'infos. Rien d'autre. Une autre fois il y a eu en une un petit texte en bas à droite sur une mise au point contre Sarko que j'ai senti un peu taquin et +/- amical.
Concernant les retours médiatiques sur le bouquin, il ne me semble pas être un grand scoop de dire qu'il y a des gens dans les partis pour balancer les infos. Il m'a toujours paru évident qu'un journaliste ne pouvait pas juste par son travail connaitre les "petits potins" de cette page 2. Hormis cette fameuse page 2 qui est finalement bien plus croustillante qu'informative le reste du journal m'a toujours paru impeccable. Des erreurs peut être, ont peu en discuter mais si peu par rapport aux autres. Mais il est peut être plus simple de taper sur le canard que de lancer une affaire de ce type sur des journaux proches de grands groupes.
Si dans ce bouquin - que je n’ai pas lu - ces deux messieurs citent effectivement de manière nominative les sources du Canard, ils devraient simplement se voir retirer pour toujours leur carte de presse. Même si toutes les infos qu’ils donnent par ailleurs sont vraies, ce seul (for)fait reléguerait ces deux types au rang d’ignobles salopards ne méritant certainement pas une tribune telle qu’@si va leur offrir. De vrais journalistes ont été emprisonnés pour le respect absolu de la protection des sources. J’espère que quelqu’un sur le plateau saura le leur rappeler.
Curieux, ce(s) procès contre le Canard.

On en lit tous la page 2.
On l'aime bien, cette page 2.
Mais...

... on sait bien que pour savoir ce qui s'est dit au Conseil des Ministres, c'est un Ministre qui a vendu la mèche. Je répète : on le sait. Alors que ce ministre soit Hortefeux est-il plus préjudiciable au Canard que s'il se fut agi de Morano, de Dati ou de Kouchner ? La question (jounalistique) est : Hortefeux a-t-il, en réponse, été soigné par le Canard ? La question (psychanalytique) est : pourquoi Hortefeux a-t-il fait ça ?

... cette page 2, c'est quand même le degré zéro du jounalisme politique. En somme : manipulée ou pas, ce n'est là que se fabrique l'information. Là où l'on attend de l'indépendance du Canard, c'est dans ses enquêtes. Pas dans cette page 2, encore une fois mécaniquement dépendante du politique. Les véritables procès à poursuivre sont donc les autres, synthétisé dans l'observatoire de Dan.

Edit : oups, j'avais pris Dan pour Justine (j'aime bien les deux).
Arrêt sur images, je suis extrèmement déçu !
Je m'étais abonné à votre site car je pensais que son contenu était presque aussi indépendant que celui du Canard enchainé, mais le fait que vous vous joignez aux autres médias, aux ordres des amis de Sarkozy, dans cette tentative lamentable de décrédibilisation de celui qui est, et de très loin, ce qui se fait de mieux de notre pays en matière de vrai journalisme indépendant, et ce depuis 93 ans, m'amène à penser que je m'étais trompé à votre sujet.
Et, honnètement, je me demande si je vais renouveller mon abonnement chez vous.
Le Canard, auquel je suis abonné depuis plus de 30 ans, aura toujours, lui, mon plus grand respect et toute ma confiance.
Posté en commentaire à l'article de DS dans Libé


"Sarkozyste, la page 2 ? Le lecteur moyen ne l’avait pas remarqué"
(Daniel Schneidermann)

Je ne sais pas qui est ce "lecteur moyen" que DS semble bien connaître, pour ce qui me concerne j'avais très clairement remarqué : cette page 2 du "Canard" a souvent pour principale fonction de distribuer la bonne parole sarkozyenne, sur le thème : "c'est tous des nullards c'est de leur faute, faut que je fasse tout tout seul sinon c'est la merde". Très souvent, lorsque Sarkozy s'est trouvé en difficulté (et les occasions n'ont pas manqué), on a vu la page 2 du Canard venir gentiment colporter, sous prétexte de "bruits de couloir off", SA version à lui Sarkozy, toujours arrangeante. Des fois vraiment je me suis demandé quelle était cette feuille de chou que j'avais dans les mains.
Une autre sitation de DS dans cet article:

"Du seul fait de ce modèle économique, qui lui permet de se passer de pub, l’hebdo est indispensable."

Il y est malin ce DS !
Hello, mon nom est "lecteur moyen" et "DS" ne me connaît pas ^_^
Comme Jean, j'ai été bercé au Canard depuis ma prime jeunesse mais également formaté par une éducation "des pères Jésuites" pas trop traumatisante (j'en suis sorti comme j'y suis entré, athée et en bon état) qui a essayée de faire rentrer dans ma petite tête les mots "esprit critique". Bref à mi chemin entre la paranoïa et le béni oui oui à écouter les différents clochers carillonner.
Je donnerai donc mon point de vue de jeune [s]con[/s] profane.

Quand j'ai entendu parler de ce livre ma première réaction fut la surprise, quant au contenu.
-> Que le palmipède soit attaqué:
Pourquoi pas, après tout le crime de lèse majesté n'existe pas.

-> Que certaines sources soient des politiques eux mêmes, des ministres et des cadres de parti:
Cela me paraît évident. L'autre alternative étant la pose de micros dans les salles de réunion ou directement dans les sonotones / postiches / costumes / robes de soirées / bagues des différents acteurs.
En revanche je ne vois pas où est le problème. L'information est, je suppose, la base du travail du journaliste, à lui de ne pas se laisser abuser / manipuler "contre son plein gré" par son "généreux / providentiel" informateur qui tient bien entendu son propre agenda à moins qu'il ne soit totalement candide ce que j'ai du mal à croire :)

-> Que les journalistes du canard aient une tendance politique:
Comme tout le monde, je suppose qu'ils portent d'un côté ou de l'autre, il faudrait demander à leurs tailleurs. Toutefois je les vois mal tourner leur veste de tonton à Sarko en une génération.

-> Que le Canard ait été tendre avec tonton:
Ca je dois bien dire qu'en tant que simple lecteur ça se voyait qu'il bénéficiait d'une certaine tendresse ou plutôt d'un éclairage plus sympathique que d'autres, que ce soit par les dessins ou par les articles, en tous cas à partir du moment où j'ai commencé à le lire, ce qui correspondait plus ou moins à la fin de son règne.
Etait-ce voulu? Vu le talent des journalistes honnêtement je pense que oui. Je ne crois pas à un "accident" comme lorsque les guignols ont plus ou moins participé à rendre Chirac le "mangeur de pomme" sympathique en le dépaignant comme un doux imbécile.

-> Que la mare au canard fasse apparaître Sarkozy comme sympathique ou le dédouane:
J'ai un peu de mal à le croire ayant rarement trouvé sympathique quelqu'un prenant de haut une autre personne, surtout quand l'intéressé(e) dépends directement de lui... enfin, de son premier ministre, mais la chaîne de commandement paraît pour le moins directe avec lui.
Si le quidam en question est si nul / maladroit que le "coach" a besoin de "tout faire lui même, tout le temps", pourquoi ne pas le virer tout simplement? Je pensais qu'un "chef" devait assumer les bêtises de ses subordonnés? Rien n'empêche bien sûr de pourrir la personne, il n'y a pas de raison.
Dans mon esprit, je ne me souviens pas l'avoir jamais trouvé, ainsi dépeinds, comme "sympathique". Comme disait mon grand père "un mauvais ouvrier se plaint toujours d'avoir de mauvais outils".

-> Qu'est ce qui changera pour moi après ce livre lors de ma lecture du canard?
Pour le moment pas grand chose. Je suppose que je rigolerai dans mon coin de RER comme d'habitude au milieu de deux soupirs navrés / agacés et d'un froncement de sourcil intéressé.
J'attends de voir les documents annoncés [s]par maître Collard, qui a en main dans cette enveloppe qu'il agîte[/s] ainsi que les arguments qui seront développés dans votre prochaine émission.
Ceci dit tout reste possible. On a bien vu récemment les dégâts que peuvent occasionner un seul homme dans un journal, genre Vals avec Charlie Hebdo.

Dans ma grille personnelle, le palmipède reste une source assez indépendante et fiable dans les enquêtes et articles qu'il contient.
La mare n'est pour moi qu'un amuse gueule (une cour de récré), un épiphénomène dans le journal au même titre que les "petites perles", le "journal de la comtesse" ou la critique des films.


Pour conlure, au lecteur de faire son travail.
Il se doit de prendre le recul nécessaire, faire sa propre analyse, recouper l'information et de fonder sa propre opinion.
Pour cela différents outils existent. Le canard, le livre en question, les journaux plus ou moins partisans, ce site, les différentes interprétations qui en sont faites. Ensuite on mélange (au shaker, pas à la cuillère), on pondère avec un coefficient de fiabilité plus ou moins important selon la source et on sert, avec une olive.
On a bien vu récemment les dégâts que peuvent occasionner un seul homme dans un journal, genre Vals avec Charlie Hebdo.

Ah bon , Manuel Valls est journaliste à Charlie- Hebdo ? Et Philippe Val , alors membre de l'aile droite du PS ?

Ah bon , Manuel Valls est journaliste à Charlie- Hebdo ? Et Philippe Val , alors membre de l'aile droite du PS ?


Ah ah en effet ma langue a fourché, bien vu :)
"pan sur le bec" comme dirait le Canard ^_^
A la bonne vôtre! Bonne recette pour connaître la validité moyenne d'un événement d'actualité...

NB: Je ne savais pas que Manuel Valls avait causé des dégâts chez Charlie. Plus sérieusement, je ne vois pas le rapport, Val est rédac' chef, Laske et Valdiguié des vautours.

A la bonne vôtre! Bonne recette pour connaître la validité moyenne d'un événement d'actualité...

NB: Je ne savais pas que Manuel Valls avait causé des dégâts chez Charlie. Plus sérieusement, je ne vois pas le rapport, Val est rédac' chef, Laske et Valdiguié des vautours.

Hummm comment dire...
Je me faisais l'avocat du diable, pensant à Gaillard (et Angeli) en citant Val.
Selon les auteurs du livre, le canard serait'il "pro" Sarko parce ce que la rédaction ou certains journalistes seraient eux même pro Sarko ou plutôt pro pouvoir en général?
Donc Gaillard aurait'il pu dénaturer le canard en en faisant un outil de com' (terme à la mode) orienté Sarko? Voilà ce que je voulais dire.
Dans ce billet il flotte comme un parfum de nostalgie, que le canard, c'était "mieux avant" et qu'il y règnerait maintenant une espèce d'omerta où personne n'ose aller contre le journal. Une variation sur "l'enfer est pavé de bonnes intentions" ou "tout est possible".

Voilà voilà, je ne sais pas si j'ai été beaucoup plus clair.

Val est rédac' chef, Laske et Valdiguié des vautours.


Val est directeur de la publication et de la rédaction. Le rédac' chef est Gérard Biard.
Autant pour moi...
Je partage totalement l'avis de Laurent Matheo : le Camard n'a rien de sacré et n'est sans doute pas irréprochable, mais ce qu'on semble lui reprocher dans ce livre me parait sans commune mesure avec la réalité. Je me ferais mon idée en lisant ledit ouvrage, quand il sera en bibliothèque.
En attendant, je continuerais à lire le Canard, toujours avec un oeil critique... celui que j'ai vis à vis de tout média, @si y compris. ;-)
Personnellement, un chef d'état qui méprise autant ses collaborateurs, et se défausse sur eux de façon aussi grossière, ça ne m'inspire pas un respect incroyable.

Manifestement, nous n'avons pas la même lecture des mêmes faits rapportés...
Bon, je sais pas trop pourquoi, mais mon message n'est pas au bon endroit. Désolé. Il répondait à ceci :

"Sarkozyste, la page 2 ? Le lecteur moyen ne l’avait pas remarqué"
(Daniel Schneidermann)

Je ne sais pas qui est ce "lecteur moyen" que DS semble bien connaître, pour ce qui me concerne j'avais très clairement remarqué : cette page 2 du "Canard" a souvent pour principale fonction de distribuer la bonne parole sarkozyenne, sur le thème : "c'est tous des nullards c'est de leur faute, faut que je fasse tout tout seul sinon c'est la merde". Très souvent, lorsque Sarkozy s'est trouvé en difficulté (et les occasions n'ont pas manqué), on a vu la page 2 du Canard venir gentiment colporter, sous prétexte de "bruits de couloir off", SA version à lui Sarkozy, toujours arrangeante. Des fois vraiment je me suis demandé quelle était cette feuille de chou que j'avais dans les mains.

Posté en commentaire à l'article de DS dans Libé


"Sarkozyste, la page 2 ? Le lecteur moyen ne l’avait pas remarqué"
(Daniel Schneidermann)

Je ne sais pas qui est ce "lecteur moyen" que DS semble bien connaître, pour ce qui me concerne j'avais très clairement remarqué : cette page 2 du "Canard" a souvent pour principale fonction de distribuer la bonne parole sarkozyenne, sur le thème : "c'est tous des nullards c'est de leur faute, faut que je fasse tout tout seul sinon c'est la merde". Très souvent, lorsque Sarkozy s'est trouvé en difficulté (et les occasions n'ont pas manqué), on a vu la page 2 du Canard venir gentiment colporter, sous prétexte de "bruits de couloir off", SA version à lui Sarkozy, toujours arrangeante. Des fois vraiment je me suis demandé quelle était cette feuille de chou que j'avais dans les mains.


Il faut vraiment avoir de graves problèmes de compréhension pour penser que la page 2 du Canard "colporte" la "version de Sarkozy"! Il relaie certes les petites phrases off et assassines, comme il l'a toujours fait, mais la seule impression de notre Bien-Aimé Présidentissime que je tire de cette page est celle d'un égo démesuré, d'un pauvre gars bouffi d'orgueil et de méchanceté qui passe son temps à se passer sa propre pommade et à dénigrer qui n'est pas de son côté, et même ses propres "amis".
Et les commentaires des phrases en questions sont généralement lapidaires et sans appel.
Mais enfin arrêtez de mettre le Canard sur un tel piédestal !
Personne n'est parfait, le Canard aussi fait des erreurs, tout comme @si, et tant d'autres.
(Sauf Europe 1, la seule rédaction qui ne se trompe jamais)

Et arrêtez de voir un complot anti-canard !
Tous les hommes politiques s'en servent, et aucun n'a intérêt à ce qu'il soit lourdement discrédité.
Les auteurs de ce bouquin soulignent qu'il reste le plus indépendant parmi tous ses confrères.

Daniel Schneidermann ne va pas "se payer" le Canard (il n'en n'a pas les moyens),
mais une mise au point sur les révélations de ce bouquin est nécessaire.
(Même si certains de leurs arguments sont douteux, comme par exemple l'âge du capitaine :
on peut avoir 77 ans et rester à la tête de l'hebdomadaire. Tant qu'on est doué...)

Il y a certainement à prendre et à laisser, et j'espère que faire ce tri sera l'objectif de l'émission de vendredi.
Il est adorable ce petit canard dans l'escalier. J'espère qu'il ne se sera pas fait trop mal. Que quelqu'un lui ramasssera son chapeau et son journal, et lui demandera "ça va monsieur, vous voulez de l'aide?".
Cette illustration n'est pas très raccord avec ce que dit le livre explicitement, mais est tout à fait raccord avec ce qu'on lui reproche : d'implicitement pousser le canard enchaîné dans un escalier, car "on" lui veut du mal. Mais on voit pas qui l'a poussé, c'est pas nous diront les auteurs du livre.
Lorsqu'il m'arrive de temps à autre de lire le canard, je suis à chaque fois deçu .Ayant offert son abonnement à l'un de mes proches, ce dernier le laisse traîner de temps à autre chez moi . Rien de bien intéressant à y lire .Toujours le même style et la mare aux canards me semble bien boueuse .Cela ne m'étonne pas d'apprendre qu'il y a connivence entre les journalistes et certains politiques .Et quand on sait qu'il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier,,,,,,, voilà à quoi on aboutit .Pourquoi le canard serait-il au-dessus de tout soupçon .Il n'est pas intouchable et le politiquement correct qui veut que l'on n'ose s'attaquer à de tels monuments ne me semble plus d'actualité .Il en est de même de Charlie Hebdo .
Je pense qu'internet est la mort annoncée de tels journaux .Je préfère aller sur Bakchich si je veux être tenu au courant des turpitudes de certains .C'est drôle, concis et j'y apprends des choses .... Le canard, non merci .Il est d'un autre âge .
...un tissu d'affirmations gratuites et grotesques que ce "bouquin"... aucun habitué du Canard ne pourra en croire un mot (ah le Hortefeux chouchou du Canard, fallait oser !) !

Quel crédit accorder à de prétendus "journalistes" qui balancent (avec légèreté) les réels ou prétendus informateurs !!!

C'est lamentable de leur accorder plus d'attention qu'ils n'en méritent... la seule place pour leur torchon est la poubelle, direct.
Domage Dan que votre article ici soit totalement à charge... Auriez vous vous même une dent contre le canard ?
Le Canard dérange, il se fait canarder. Je continuerai à l'acheter !
Voici les éléments qui se détachent de cet article, à mes yeux.
(Je passe sur les conditionnels et sur le "représailles" avec trois "l", ce qui d'ailleurs ne saurait être de trop quand le Canard Enchaîné vous aura lu, Dan).

D'un côté...

" La réplique se veut à la hauteur de l'outrage. "
D'emblée, on sent bien que selon vous, elle n'y parvient pas.

" Laske et Valdiguié rappellent, fort à propos, (...) que Jean-Michel Thénard (...) avait déjeuné en mars avec Carla Bruni (...) "
Fort à propos de quoi ? Vous avez déjà eu la réponse dans l'article que vous avez mis en ligne, et vers lequel vous mettez le lien. La rédaction écrivait même " Bien sûr, cette invitation ne signifie pas que l'hebdomadaire satirique écrit désormais sous la dictée de Carla Bruni ou de la communication de l'Elysée". En gros, donc, cet "exemple" est nul et non avenu, Dan. Il aurait été "à propos" de rappeler cette phrase ... oubliée... dans votre article.

" En réponse à ces accusations-là, Gaillard se contente de railler, sans répondre sur le fond "
Vous pensez qu'ils auraient dû pointer une à une ces accusations dans un hebdomadaire de 8 pages ? Qu'à cause de cette non réponse "sur le fond", le Canard se décrédibilise, alors que sauf erreur de ma part, Dan, il me semble qu'il appartient aux deux auteurs de prouver eux-mêmes leurs dires ? En plaçant ainsi les deux parties "se contente de railler / sans répondre sur le fond", vous suggérez le tort du côté de M. Gaillard.

" le directeur du Canard se garde bien de répondre sur tout un autre pan du livre, qui, de fait, est le plus convaincant "
Se gardent de répondre à la question d'un mitterrandisme supposé... il se trouve que j'ai lu nombre de canards et de dossiers dans les années 80, et ce que vous trouvez "convaincant", je voudrais bien, histoire de rafraichir ma mémoire déficiente, que vous nous trouviez quelques-uns des articles du Canard Enchaîné de l'époque qui confirment ces assertions, et qui ont dû m'échapper alors.
Et puis, "plus convaincant" parce-que ? Vous y avez trouvé des preuves qui vous permettraient de transformer les multiples conditionnels de votre article en verbes conjugués au présent ? Je vous pose la question, parce-que n'ayant pas lu le livre, je considère que c'est dans le domaine du possible. Une réponse par "oui" ou "non" suffira, éventuellement.

" Le dictateur (...) aurait offert en 1973 une plaquette de pierres précieuses à Giscard, alors ministre des Finances. Le Canard s'est servi de cette affaire pour décrédibiliser la candidature DE Giscard "
(Pensez à replacer le "de" dans votre article).
À l'arrivée, si la valeur de ces diamants, une fois expertisés, a été revue à la baisse (expertise non remise en cause par le Canard à ce que j'en sache); il s'avère que le don a bel et bien eu lieu. De chef d'état à chef d'état. Donc: " aurait offert " ?
De même, avant de décrédibiliser cette candidature, peut-être que ces révélations n'avaient pas d'autre objectif que de renseigner le public. Les journalistes ont de ces idées parfois.

" Même curieuse mansuétude pour l'affaire du Rainbow Warrior "
Ah tiens. C'est-à-dire, dans les faits ?

" les impasses dans lesquelles Le Canard s'est engagé au fil du temps "
Comme par exemple... l'impasse faite par @si sur un dialogue coloré entre Daniel Schneidermann et Jean-François Copé dans l'émission "ce soir ou jamais", et qui parlait pourtant abondamment de l'avenir de l'audiovisuel ? Faut croire que partout, il n'est pas toujours possible de parler de n'importe quoi.

" Gaillard (...) oublie là aussi de s'expliquer sur la structure particulièrement opaque du Canard (...) "
Des précisions sur cette opacité ? Comme là c'est vous qui parlez, et non pas au nom du livre, en quoi cette structure est-elle opaque ?

" Le Canard enchaîné tente de jouer la carte de l'arroseur arrosé "
Là non plus, il n'y arrive pas, visiblement.

" Il tente ensuite de ridiculiser les deux auteurs "
Vous pensez quoi, vous, de ces deux auteurs quand ils évoquent les dessous de la mare aux canards et du journal de Carla B. ?
Vous ne pensez pas qu'il se ridiculisent eux-mêmes, nonobstant le fait qu'ils se foutent des lecteurs du Canard qui évidemment n'ont pas reconnu les plumes de Britz Horteufel (modèle déposé) et de Magnifical Ier dans les lignes du journal au "sarkozysme rampant" ?

" (...) écrit le journal satirique, maniant ainsi l'insinuation sans le début d'une ombre d'élément. "
Un peu comme les preuves établies dans votre article: pas le début d'une ombre d'élément non plus. Encore une fois, qui doit prouver quoi ?



De l'autre côté...

" En 500 pages d'enquête minutieuse "
Il doit bien y avoir une ou deux pages où elle est mise de côté. L'avenir (que je pressens très proche) nous le confirmera peut-être...

" (...) l'hebdo serait un relais de certaines positions... sarkozystes. Etonnant pour le lecteur de base (...) "
Oui, hein ? Étonnant, un mot bien gentil judicieusement et étonnamment (lui aussi) employé ici. Dire que ces malheureux ont écrit un livre sur un journal qu'ils n'ont visiblement pas compris (des positions sarkozystes... misère) serait bien le moins dans le cadre d'un journalisme de base, lui aussi. Un oubli sans doute, Dan.

" (...) dans un souci d'équilibre jusque-là inconnu au Canard, (...) "
Je préfère quand c'est Cabrel qui parle d'équilibre, allez savoir pourquoi.

" D'autres points accréditent encore la thèse de Laske et Valdiguié "
On va finir par atteindre le sublime. Le mot preuve n'a pas encore été employé, mais ça ne saurait tarder.

" le livre revient de façon extrêmement détaillée sur la façon dont Le Canard a pris la défense de Roland Dumas, ancien avocat de Mitterrand (et du Canard) "
C'est de cela qu'on parle, me semble-t-il. Ô surprise, le Canard répond par anticipation . Doit y avoir d'autres trucs, mais je fatigue un peu à c' t' heure.

" Face à un livre qui frappe fort, notamment sur ses liens (ceux du Canard)avec le sarkozysme (...) "
À lire des conneries pareilles, il est pas le seul à frapper fort, le bouquin.



Inutile de dire que la future émission d'@si va être scrutée à la loupe, à commencer par moi.
Peut-être que ces deux invités-là vont nous pondre comme prochain ouvrage "le journalisme pour les nuls".

Au moins, là, ils sauront de quoi ils parlent.
Bonjoir,
Pour mettre la balle au centre, un petit papier sur "enfin pris" de Pierre Carles?
http://www.legraindesable.com/html/enfin_pris.htm

La séance de maquillage avec Messier est particulièrement meurtrière pour Schneidermann lorsqu'il le questionne d'un ton très complice " On peut vous demander quelques chiffres sur Vivendi ? N'ayez pas peur, on en a juste besoin pour la présentation, ce n'est pas pour l'antenne. Ce sera plus glamour… " Effectivement cet Arrêt sur images était vraiment glamour ; on y a discuté Sandwich, trous de chaussettes….
J'allais le demander, @si l'a fait : sur le plateau cette semaine !
pas face à des gens du canard j'imagine...
vaut ptèt mieux
Salut,
j'achète et je lis le Canard, bien que leur «humour» m'exaspère; parce que c'est un des rares journaux à contenir encore des informations.
Les autres ne contiennent plus que des commentaires. Et les commentaires je suis assez grand pour les faire moi-même.
C'est triste à dire, mais je n'ai aucune confiance en l'indépendance de L'express. D'où je déduis, sans doute à tort, que les gens qui publient dans ce «journal» sont indignes de confiance.
Et je dois bien dire que les extraits du livre publié par L'express donnent plus l'impression d'une œuvre de sycophantes que d'une enquête objective.
Je trouve que votre article, loin de constituer une synthèse objective, est plutôt destiné a démonter la défense de Gaillard.
Le fait que cette défense occupe un huitième de son édition vous semble suspect, tout en rappelant que c'est loin de faire le poids face aux 500 pages de ce livre si bien documenté écrit par ces deux courageux journalistes. Vous accumulez ainsi les reproches et les sous-entendus à propos des attaques qui n'ont pas fait l'objet d'une mise au point, et supposez naturellement que celles auxquelles répond Gaillard sont les rares dont il peut se justifier. Aurait-il fallut qu'il en écrive lui aussi 500 pages?
Il est, selon vous, beaucoup plus urgent que le Canard réponde des accusations de Mittérandisme plutôt que celles de Sarkozysme. Bon, soit, mais c'est un point de vue.
Les auteurs ont trouvé des enquêtes du Canard qui ont fini dans des impasses. C'est comme reprocher à un prix Nobel les découvertes qu'il n'a pas faites.
Quand ils reprochent le machisme ambiant qui aurait régné dans la rédaction à une certaine époque, ils dénoncent le machisme de la rédaction ou de cette époque?
Enfin (pour finir car il se fait tard, de plus l'interface ne permet pas de passer du commentaire à l'article commenté et j'ai une mémoire de poisson...), dénoncer l'opacité de l'actionnariat d'un journal indépendant me semble être carrément malhonnête. En effet les journaux appartenant au trio Dassault / Lagardère / Bolloré sont certainement des modèles de transparence.

J'attends avec impatience les prochaines 500 pages de ces journalistes, consacrées à la face caché du Figaro, nous apprenant qu'il y aurait encore quelques journalistes indépendant qui s'y cachent dans les rubriques. Car vous nous apprenez dans votre article qu'ils ont écrit deux précédents livres, l'un sur Sarkozy et l'autre sur Ségolène, prouvant ainsi qu'ils pratiquent cet recherche d'équilibre qu'ils reprochent au Canard dans ses enquêtes sur le patrimoine des candidats.

Je reste convaincu qu'il s'agit d'une attaque contre l'une des dernières source d'information non gouvernementale. J'ai toujours trouvé très étonnant que dans les revues de presse des grands médias, le Figaro, la Croix et maintenant le JDD soient systématiquement cités, le Canard juste de temps en temps et Le Monde diplomatique jamais!
Révéler les sources d'ifnformation d'un journal est proprement honteux. Ce secret est protégé par la Convention Européenne des Droits de l'Homme, à très juste titre. Il me semble important de dénoncer la violation de ce secret par les auteurs de ce livre (c'est même là je crois le rôle d'@si)
Un livre que je vais m'empresser de lire.
Plusieurs prises positions publiques du directeur du Canard sur des sujets sensibles touchant au coeur même du système médiatico-politique m'avaient intriguées par leur virulence contre les mal-pensants...
Après Philippe Val et Charlie-Poubelle, le Canard...
A suivre.
le Canard a des sources politiques? Voilà un scoop! Comment pourrait-il tant savoir sans cela?
Pour la source du livre, j'ai une hypothèse que personne n'a présentée jusqu'ici. Il n'a jamais été favorable à Mme Royal. Y aurait-il un lien?
Qui veut la peau du Canard?
Mon petit doigt me dit que ce bouquin à charge est commandité par le pouvoir qui veut juguler toute critique à son encontre. Il le prouve dans sa réforme de France Télévision, dans son attaque contre le net, dans sa volonté de ficher (Edvige), etc...etc...
J'ai déjà remarqué par ailleurs que le site d'@si, ou plus particulièrement Daniel Schneidermann, avait un problème avec le Canard. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être considère-t-on qu'il n'y a qu'un lieu en France d'où puisse être diffusée la vraie vérité? Une sorte de compétition?
Je pense au contraire que plus il y a de médias libres de parole, mieux c'est!
Pour ceux que cela intéresse, notre Dieu à tous (Daniel S.) a écris une feuille sur le sujet dans le Libération du 23 novembre (aussi disponible sur le site des deux auteurs du livre qui fait débat : www.lecanardapoil.fr).

Je suis totalement d'accord avec sa conclusion : "un journal totalement indépendant, même s’il lui arrive de boiter, est plus nécessaire que jamais."

chau!
vive le canard, le canard vivra!

Ma vision du canard est celle d'un journal républicain, citoyen, il remplit son rôle de contre pouvoir , quelque soit sa nature.

mais pourquoi a-t-il fallut qu'il consacre un article a sa défense? son contenu hebdomadaire depuis 100 ans parle pour lui, l'indifférence pure et simple eut été plus judicieuse,
même si j'avoue me délecter des explications de simple bon sens du directeur Michel gaillard, qui auraient pu être rédigées, a mon avis par n'importe quel lecteur de ce fleuron de la presse française.
Annoncer qu'il n'est pas une vache sacrée et voila la brèche pour tortiller si oui ou non il se fait manipuler, piloter et ainsi oriente sa ligne éditoriale sur ses obédiences réelles ou supposées;
bientôt nous allons découvrir qu'un débat sur l'indépendance du journaliste est nécessaire, la belle affaire, on s'en fout ,il suffit de le lire, de l'écouter, ce journaliste pour savoir s'il est objectif ou pas.Et ce n'est pas en parcourant le net pour avoir l'avis de ses confrères qui nous aidera dans cette démarche, parce que c'est un peu la foire d'empoigne tout ça , c'est pas bien beau a lire, il m'arrive de rougir devant les saloperies que vous vous faites entre vous,ça sent la conciergerie avec du poil aux pattes.Si vous pouviez éviter ce genre d' inclinations en cible du canard enchainé,sans vous cacher derrière le paravent de la recherche de la vérité a tout prix,je vous en saurais gré.
Car vous qui êtes, professionnels de la presse, a vouloir défendre a tout prix l'anonymat de vos sources, et voila que celles du canard vous intéressent au point de vouloir les divulguer au su de tout un chacun.Pour ma part, je fais confiance a leur discernement pour avoir un bon matériau de réflexion chaque mercredi.

et voila encore qu'en me relisant , je me trouve très bête, tant pis je m'habitue avec le temps, allez zou , j'envoie.
"Karl Laske, Laurent Valdiguié et Nicolas Beau seront cette semaine sur le plateau d'@si."

Énorme ! Daniel, Dan et les autres, c'est l'émission de votre vie.
Si le débat dure moins de 2h, je ne renouvelle pas mon abonnement !

Il faut absolument que le Canard joue le jeu et que quelqu'un vienne le représenter.

Je suis assez surpris par cette unité - pour l'instant - dans les commentaires des asinautes.
J'adore comme vous tous le Canard (j'enrage, je ne l'ai toujours pas reçu, je suis en Italie)
mais ne le vénérons pas aveuglément. Il reste, et de loin, le plus indépendant tous médias
confondus. C'est déjà pas mal.
Le Canard est pour moi - et reste - un plaisir "régulier" du Mercredi : un vrai rendez vous hebdomadaire, et tous les mercredi j'ai ce petit sourire aux lèvres, impatient de le lire. J'ai ce même sourire lorsque je vais voir un ami... C'est en tout cas comme cela que je le ressens.
Je n'ai pas lu le livre en question, et je le ferai pour m'en faire ma propre opinion.
Que des hommes politiques alimentent le Canard, c'est évident sinon comment par exemple la fameuse "Mare" en page 2 ne se tarirait pas? de là à le qualifier sous influence Sarkoziste, il y a là un pas que je franchirai pas, loin de là! L'exercice de funambule ne doit surement pas être évident, entre infos et manipulations supposées, mais le Canard a le mérite de gratter là où ça fait mal (tout bords confondus) et d'aller mettre ses pattes aussi loin.
L'indépendance seule du journal mérite sa présence dans le paysage actuel des hebdos français.
les deux auteurs, un contributeur, et personne du canard, dans l'émission? j'ai peur que ça cancanne, mais je suis sur que vous y travaillez.
Même perplexité que Remy : à qui cela profite t -il ? Partielle la réponse de Gaillard : comment ne le serait -elle pas ? Une page (ou une demie) contre un bouquin entier ...
J'aime bien le contre-journal animé par K. Laske mais moins celui-ci pour ce que je peux lire ici et ailleurs... !!!
Bonne synthèse... Je suis un trés fidèle lecteur du Canard et je vais continuer. Mais ce livre m'intéresse et je le lirai. J'ai toujours apprécié les articles de L.Laske dans Libé donc je lui accorde un certain crédit.
La réponse de Gaillard m'a semblée en partie convaincante, mais au vu de l'article d'@si elle est parfois partielle à priori...
Donc à suivre...
Petit témoignage personnel : lors d'un forum à la fnac de Toulouse il y a un quinzaine d'années et consacré au Canard, Gaillard ne cachait pas vraiment que c'étaient bien des hommes politiques qui alimentaient la "mare au Canard".
Pour finir en tant que lecteur le sarkozysme du Canard me semble trés relâché, ou alors c'est du billard à trois bandes...
Attendons de voir la suite de cette histoire, mais j'ai plutôt tendance à croire le Canard, ne serait-ce que pour les raisons suivantes :
- des règles très fortes et objectives d'indépendance, incomparables aux autres titres : pas de pub, un trésor de guerre placé chaque année par sécurité, interdiction aux journalistes d'accepter des décorations, etc.,
- le risque à double tranchant de publier des scoops, comme l'appartement Gaymard, est connu et non nié : la fuite nécessaire à l'enquête a souvent pu être provoquée par des ennemis politiques de la victime ; cependant, le scoop existe, il est à mon sens normal de le publier,
- enfin, la qualité des contenus chaque semaine, à comparer avec le "tout-venant" de la presse...
J'espère que le Canard ne fera pas en tout cas l'erreur du Monde avec "la face cachée du Monde", qui avait plus ou moins choisi le déni et l'absence de réponses.

A mon sens, il est bien plus crédible d'imaginer que c'est ce livre qui est une attaque téléguidée par le pouvoir ; il est quand même difficile de ne pas admettre que le Canard est le poil à gratter hebdomadaire du monde politique.
A qui profite cette chasse au Canard ?
Ne me faites pas regretter mon abonnement qui ne date de pas plus tard que... ce matin.

Je suis certes un lecteur allaité au Canard depuis mon enfance, et donc je ne saurais que le défendre. Mais l'Observatoire de Dan porte ici mal son nom, tant il est à charge.

Dans l'édition d'aujourd'hui, la place que consacre le volatile à la réponse à ce livre est extrêmement importante en comparaison avec ses habitudes. Ce journal est loin d'être parfait, mais il se trouve que beaucoup de citoyens d'autres pays nous l'envient. Dan, un effort !
Un article qui ne sent pas bon! Il reprend sans non plus les avoir vérifiées certaines affirmations du livre (Hortefeux, Charron, Hollande) une exception dans asi@ qui ne nous a pas habitué au copinage.
le canard ne consacre qu'à peine une demi-page au livre (achetez le pour vérifier!), il
livre lui même les noms des auteurs du journal de Carla B ,
, il publie chaque année son bilan financier, etc...

Dommage!
Excellent! J'n'ai pas encore lu l'intégralité de votre observatoire, mon cher Dan, mais je suis heureux de voir se développer cette petite affaire, de France Inter en passant par vos vite-dits, jusqu'à la page 5 du volatile. En apprenant d'une colomb'schneckesque façon l'existence de ce bouquin, j'ai faillit arrêter mon rendez-vous hebdomadaire jusqu'à... ce matin, irrépressible réflexe pavlovien du mercredi oblige.
Je ne désespère pas d'une réponse plus solide du Canard autant que je me réjouit d'une émission avec les deux fauteurs de troubles.

Un "fandecanard" aussi...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.