91
Commentaires

Le lait tourne mal

Maternel ou cru ? Dans le café chaud ou froid dans un bol de céréales ? En yaourt ou en fromage blanc ? Le lait est sans doute le compagnon de vos petits-déjeuners et de ceux de vos enfants. Depuis quelques jours, c'est aussi le compagnon des matinales radios. Une publicité tourne en boucle : il faut consommer trois produits laitiers par jour. On le savait déjà à la télévision : votre "ami pour la vie" vous procure des "sensations pures", comme par exemple la possibilité de déguster un yaourt en petite tenue (oui, pour les femmes, c'est la tenue adéquate, on n'a jamais su pourquoi).

Derniers commentaires

Et pis, maintenant, il y a "le fromage du troisième type"...

Suite à l'article du Canard de cette semaine, j'ai trouvé CA...

Encore moins cher... Et avec la bénédiction de la commission européenne !

Bon appétit !
Ah Sherlock, vous êtes vache avec le lait. ;-))
Pourtant, je crois que vous appréciez certains petits carrés mauves, non ?

Croquez plutôt une amande ou une noix, mangez des dattes, des choux et des sardines, vous renforcerez votre capital osseux !
la premiere fois que j'ai vu cette pub,

http://www.humour.com/videos-comiques/videos.asp?VIDVideo=12135

j' ai cru que c'était encore un " délire" de parano... je ne pensais pas qu'elle existait vraiment .....
C'était chez le même Lactalis que l'on récupérait les restes de fond de cuve, plus tout le reste renversé par terre, genre petit lait et autres "déchets", pour le balancer dans le camembert "Président"...

Désolée pour la longueur de ce message, mais je n'ai pas retrouvé l'article, ceci fait partie de mes anciennes archives...

Lactalis : Besnier condamné

Selon le Canard Enchaîné du 12 avril 2000, et La Tribune du 13 avril, le PDG du Groupe Lactalis a été mis en examen pour « fraude sur le lait et publicité mensongère ». Cela ne veut pas dire qu’il soit coupable, cela veut simplement dire que la justice s’interroge.

En d’autres temps, pas si lointains, la justice a tranché. Par exemple, la société Lactalis a été condamnée pour « publicité de nature à induire en erreur », pour une histoire de fromage, en première instance le 2 mai 1997 par le tribunal correctionnel d’Annecy et en deuxième instance le 5 mars 1998 par la cour d’appel de Chambéry. Condamnations confirmées par un arrêt de la Cour de Cassation du 12 octobre 1999. Et vlan, 100 000 F d’amende.

En janvier 2000, la Cour de Cassation a confirmé une condamnation du groupe Besnier (devenu Lactalis), pour avoir fabriqué du fromage de comté avec du lait non conforme aux spécifications de l’« appellation d’origine contrôlée ». Et encore 200 000 F d’amende.

En ce mois d’avril 2000 il s’agit de lait et de camembert. L’affaire remonte à juillet 1998 : des gendarmes débarquant inopinément à la maison mère à Laval, et dans 5 autres unités du groupe, constatent des pratiques de « mouillage » systématique du lait de consommation, opération qui consiste à effectuer une ultrafiltration du lait pour extraire les protéines et à réintroduire la solution lactée dans le lait. Objectif : faire que ce lait contienne 29 grammes de protéines par litre, ce qui est le minimum européen, alors que le lait de notre région peut atteindre jusqu’à 33 grammes par litre. Cette pratique est interdite par un règlement européen de décembre 1997.

Notons, pour rire (?) un peu, qu’autrefois on parlait d’écrémer le lait. Maintenant on parle d’écrêter les protéines. Mais cela doit rapporter puisque cette pratique entraînerait une économie de 100 millions de francs pour un milliard de lait collecté. C’est du moins ce que dit la société Entremont, concurrente de Lactalis. Mais c’est sûrement de la jalousie

Selon le Canard Enchaîné, du perméa (sorte de petit-lait, mélange de flotte et de sels minéraux) de lait de chèvre serait réinjecté dans le lait de vache. Plus étonnant encore, les enquêteurs auraient découvert que Lactalis utilisait de « l’eau blanche, à savoir le liquide blanchâtre obtenu après nettoyage des tuyauteries des laiteries avec de l’eau chaude ». Le litre de perméa coûte quelques centimes le litre. Revendu au prix du litre de lait, soit 2 F le litre, ça fait un joli bénéfice.

M. Morelon, chargé de la communication du groupe, ne nie pas. Il se défend en disant que les autres le font aussi. C’est à voir, puisque la Fédération de l’industrie laitière s’est portée partie civile dans cette affaire.

Il paraît aussi, toujours selon le Canard Enchaîné, que le groupe Lactalis utiliserait de l’eau oxygénée pour la fabrication de fromage, dans l’usine de Retiers. M. Morelon affirme, lui, que cette eau oxygénée est utilisée pour la fabrication de poudre de lait destinée à l’alimentation animale. Pourquoi ? Les animaux exigent une certaine blancheur de la poudre qu’ils consomment ? Ils sont bien exigeants !

Ni respect des réglementations. Ni respect de ses propres engagements ? C’est du joli. Il y en a qui sont condamnés pour moins que cela.

Selon le Canard Enchaîné du 13 septembre, (largement repris par toute la presse nationale) les enquêteurs de la Direction de la Consommation et de la répression des fraudes ont découvert le pot-aux-roses dans le pot-à-lait chez Besnier.

Le groupe BESNIER, dont une filiale s’appelait BRIDEL, a changé de nom le 1er janvier 2000 pour s’appeler LACTALIS.

« 144 pandores sont allés dans une bonne partie des usines Besnier. Ils y ont découvert que des sessions de formation étaient organisées pour tromper les fonctionnaires des fraudes, qu’un des patrons du géant du lait avait donné l’ordre de détruire des pièces comptables compromettantes qui prouvaient que les produits destinés à trafiquer le lait étaient fabriqués dans certaines filiales du groupe et facturés à d’autres filiales »

Selon les enquêteurs le groupe Besnier (Lactalis) mouillait son lait quelquefois à hauteur de 4 %. Les enquêteurs auraient découvert « une fraude portant sur 70 % de la production du groupe » lequel fabriquait du « lait » en mélangeant l’eau de nettoyage des cuves et tuyauteries avec des protéines prélevées, en toute illégalité, sur les laits les plus riches fournis par les éleveurs.

Bactéricide : l’eau oxygénée est un puissant bactéricide utilisé, c’est légal, pour nettoyer les cuves. Mais des salariés du groupe Besnier ont avoué que de l’eau oxygénée était versée dans les tanks de lait destiné à la fabrication du beurre pour « conserver et stabiliser les matières premières »

« Nous n’avons jamais ajouté d’eau oxygénée dans l’alimentation humaine. Si nous l’avions fait, nos produits auraient été saisis et cela n’a jamais été le cas, se défend le groupe Lactalis. De telles accusations relèvent d’un véritable acharnement à notre encontre. ». Il n’empêche que les enquêteurs émettent de sérieux doutes d’autant plus que les responsables des sites contrôlés ont fait preuve d’une « mauvaise foi flagrante » et de la volonté de s’opposer à toute enquête : « les documents consultés confirment la stratégie du groupe Besnier de s’opposer au contrôle et de dissimuler par tous les moyens les preuves des malversations. En fait cette stratégie du groupe est fondée sur des pratiques interdites et généralisées, édictées par les plus hauts responsables du groupe et relayés par le Service juridique » lit-on dans les rapport des officiers de police judiciaire en date du 6 mai 1999

Le groupe, qui a toujours gardé son siège à Laval, est présent dans 141 pays. Aujourd’hui en France un camembert sur deux (soit un million d’unités) sort de ses usines sous les marques Bridel, Lanquetot, Lepetit ou le Châtelain. Il compte aussi un beau plateau d’autres fromages avec 200 variétés, du cantal au comté en passant par le munster et le roquefort. Le groupe mayennais, qui possède encore le lait Lactel et la marque BA, emploie 15.000 personnes, dont 2.000 en Mayenne et 3.000 à l’étranger (Etats-Unis, Ukraine, Pologne, Espagne) et traite plus de 6,6 milliards de litres de lait. En 1999, son chiffre d’affaires s’est élevé à 31,5 milliards de francs (4,75 milliards d’euros).

Alors, une accusation de mouillage du lait et d’eau d’oxygénée dans les tanks à lait, cela ne fait pas bien dans le tableau. Le directeur général de Lactalis, Marcel Urion, a été mis en examen en avril 2000 pour fraude et publicité mensongère dans le cadre d’une instruction menée depuis deux ans sur des manipulations du taux de protéines du lait. Bien qu’il se défende par la voix de son responsable de la communication, Luc Morelon, qui assure « cela fait des mois que nous avons arrêté les pratiques mises en cause », le mastodonte des produits laitiers (31,5 milliards de francs de chiffre d’affaires, 15.000 salariés) qui collecte 6,6 milliards de litres de lait, n’a guère trouvé d’alliés dans la profession pour le soutenir dans l’épreuve.

La Fédération nationale de l’industrie laitière (FNIL) regrette cependant cette contre-publicité dans la mesure où elle peut avoir des effets négatifs sur l’image de toutes les industries laitières...
" Le lait de croissance, un coup marketing réussi...

Par Nath le lundi 21 septembre 2009, 17:08 - Alimentation Bio - Lien permanent

Lait de croissanceLes industriels ne cessent de développer du lait aux vertus diététiques : une stratégie marketing qui ne vise qu'à faire du chiffre d'affaire, comme le montre un très bon article de Rue89, intitulé "Comment Lactalis fait son beurre avec le lait pour enfants".

Depuis environ 15 ans déjà, le "lait de croissance" avait fait son apparition sur la marché, et toutes les nouvelles mamans, soucieuses de donner le meilleur à leur progéniture, en sont devenues des consommatrices assidues, d'autant que le personnel de santé en vantait les mérites. On peut d'ailleurs se demander quel est leur intérêt et surtout quelle est leur moralité...

Aujourd'hui, Lactel - la marque de Lactalis, troisième groupe laitier mondial - lance le lait "123 école" à grands renforts de communiqués et de dossiers de presse expliquant que "les enfants dès 3 ans vont pouvoir découvrir avec plaisir tout le bon goût du lait de vache, dans une formule adaptée à leurs besoins, en relais du lait de croissance." En gros, après l'allaitement maternel ou les biberons de lait en poudre, vous passez au "lait de croissance" jusqu'à 3 ans, puis au lait "123 école" après... A quel âge l'enfant va-t-il découvrir le vrai lait de vache, celui qui ne sent pas la vanille ?!

Et Lactalis de s'en mettre plein les poches puisqu'un litre de lait est vendu en moyenne 0,80 €, et qu'un litre d'123 école se vend 1,19 €...

Dans son Panorama des industries agroalimentaires 2008, le ministère de l'Alimentation, de l'agriculture et de la pêche expliquait : "En dix ans, les sommes dépensées par un ménage acheteur de lait UHT demi-écrémé sont passées de 57 à 54 euros par an. En revanche, les dépenses des ménages achetant du lait de croissance sont passées de 43 à 59 euros sur la même période."

Le magazine professionnel LSA confirme cette tendance en indiquant que "le "segment" lait de croissance est pratiquement le seul de l'alimentation infantile à avoir progressé dans les derniers mois, en valeur à défaut d'avoir progressé en volume (ce qui signifie qu'on n'en vend pas forcément plus, mais qu'on le vend plus cher, malin)".

C'est ça le marketing, ça peut être aussi immoral que les excès des traders en bourse ! Au moment de la crise du lait, on constate que la pub anti-lait fait beaucoup de torts aux producteurs... "
Il y a un article sur cette question sur le site de Thierry Souccar La Nutrition.fr

A consommer sans modération, car très documenté.

De plus, je suis désolée, Sherlock, l'industrie communique évidemment sur ce qui l'arrange, mais on constate une très grande différence entre les pays très consommateurs de produits laitiers, et les autres ...

Les os des Suédoises

C'est en Suède, en Norvège, aux États-Unis, en Allemagne, en Irlande, au Royaume-Uni, en Finlande, en Australie et en Nouvelle-Zélande que l'on consomme le plus de lait par personne et par an. C'est aussi dans ces pays que le nombre annuel de fractures du col du fémur (pour un âge donné) est le plus élevé. Les Suédois détiennent deux records mondiaux : celui de la consommation de laitages et celui des fractures du col du fémur.

Les Australiens, les Néo-Zélandais, les Américains avalent trois fois plus de lait que les Japonais. L'incidence de fracture du col du fémur est, dans ces pays, deux fois et demie à trois fois plus élevée qu'au Japon. Aux États-Unis, l'ostéoporose ne touche pas toute la population de manière uniforme. Les Mexicains-Américains et les Afro-Américains, qui consomment moins de laitages que les Blancs, ont deux fois moins de fractures du col du fémur.

En Chine continentale où, malgré l'offensive de l'agrobusiness laitier, on consomme encore très peu de lait (autour de 10 kg par personne et par an), la fréquence des fractures du col du fémur est l'une des plus faibles au monde, 5 à 6 fois plus basse qu'aux États-Unis où chaque Américain avale plus de 250 kg de lait par an. Au Togo, l'ostéoporose est extrêmement rare : on y consomme annuellement moins de 10 kg de lait par personne.[...] Pour résumer, ces études de populations nous transmettent un message clair et simple : moins on consomme de lait et de protéines animales, plus on a des os en bonne santé.

Lait, mensonges et propagande, de Thierry Souccar, pages 71-72.


La question, c'est surtout de savoir quel type de calcium nous avalons, et comment (et si) notre corps peut l'assimiler.
Thierry Souccar : "Les besoins en calcium ont été exagérés"

Imprimer la page
Envoyer cette page à un ami
LaNutrition.fr, le 15/05/2008

Le 22 mai 2008 paraît en librairie la nouvelle édition, revue et augmentée du livre de Thierry Souccar Lait, mensonges et propagande. Il explique pourquoi il a jugé nécessaire de procéder à cette mise à jour.


LaNutrition.fr : Pourquoi cette nouvelle édition de Lait, mensonges et propagande ?
Thierry Souccar : Pour plusieurs raisons. D'abord, la recherche avance. Il y a de nouvelles études, je tenais à les intégrer au livre parce qu'elles précisent, confirment ou nuancent ce que j'écrivais dans la première édition. Ensuite, l'industrie laitière et ses amis ont fait donner la grosse artillerie contre ce livre, le plus souvent en caricaturant mes propos mais parfois en apportant ce qui peut apparaître au moins en surface comme une contradiction réelle et fondée. Je voulais répondre à tout cela. Enfin, j'ai ressenti le besoin d'approfondir certains aspects de la première édition, en particulier je voulais remonter le temps pour comprendre comment on en est venu à nous faire croire que la santé de l'os se résumait à un mot : le calcium, et surtout je voulais approcher de la manière la plus rigoureuse possible nos besoins réels en calcium, qui est le grand argument des laitiers. J'ai aussi écrit un chapitre sur les liens entre l'industrie laitière, les autorités de la santé et les nutritionnistes. C'est très instructif.

Dans la première édition, vous avez développé et étayé l'idée que les laitages ne préviennent pas l'ostéoporose. Où en est-on aujourd'hui ? Que disent les études ?
C'est un chapitre-clé du livre et je l'ai encore augmenté, en rassemblant des données anciennes et surtout les études parues depuis la première édition. L'industrie laitière et ses alliés, comme l'Académie de médecine, prétendent que je n'ai sélectionné que les données allant « dans mon sens » mais il suffit de consulter le livre pour se rendre compte que c'est faux. J'ai bien pris soin de ne citer que des méta-analyses, c'est-à-dire des analyses en cumul de résultats d'études aux conclusions parfois contrastées. J'en ai recensé sept. Six concluent que les laitages sont inutiles. La seule qui trouve le contraire est signée d'un médecin payé par l'industrie laitière. Donc la seule conclusion possible aujourd'hui si l'on accepte de laisser parler la science et faire taire l'idéologie, c'est que le calcium laitier n'a aucun intérêt dans la prévention des fractures d'ostéoporose. Ceux qui prétendent le contraire mentent à la population.

L'industrie laitière et les nutritionnistes qui croient aux vertus des laitages se défendent aussi en disant que de très nombreuses études montrent que les laitages augmentent la densité osseuse.
Effectivement, et j'ai consacré un chapitre entier à cette histoire de densité osseuse. On a là un exemple fascinant de ce qui peut être fait en médecine pour noyer le poisson : asseoir un discours de santé publique sur un marqueur intermédiaire comme la densité osseuse, plutôt que sur le seul critère qui compte, la survenue d'une fracture. La même chose se passe en cardiologie : on mesure le taux de cholestérol plutôt que les infarctus. Des médicaments sont autorisés sur leur simple capacité à faire baisser le cholestérol, alors même que l'on commence à comprendre que cholestérol et infarctus, ce n'est pas la même chose. L'industrie laitière s'est affranchie pendant des années de l'obligation de montrer que les laitages ça fait baisser les fractures, simplement parce qu'avec des laitages la densité osseuse augmente. Mais la densité osseuse n'a qu'un rapport assez lointain avec le risque de fracture d'un individu. Une illustration frappante, c'est la Scandinavie. Les Scandinaves, grands consommateurs de laitages ont la densité osseuse la plus élevée du monde, et aussi le record du monde des fractures du col du fémur.

Les laitages ne sont donc pas ces aliments formidables qu’on veut bien nous décrire ?
Avec les laitages contre l’ostéoporose, on n’était plus dans la science, mais dans la magie. Comment a-t-on pu imaginer un seul instant qu’un aliment – le lait – et un nutriment – le calcium – allaient régler presque à eux seuls le problème complexe de l’ostéoporose ? Si la biologie, c’était aussi simple, cela fait bien longtemps qu’on saurait soigner le cancer.

A propos de cancer, vous avez été l'un des premiers à attirer l'attention sur le risque de cancer lié à la consommation excessive de laitages. Que dit la recherche ?
Ce lien a été confirmé pour le cancer de la prostate. Je pense que plus personne ne peut décemment soutenir aujourd'hui que les laitages à dose élevée, c'est-à-dire plus de trois par jour, n'augmentent pas le risque de ce cancer, notamment ses formes agressives. Au passage, je trouve inquiétant que dans un pays qui se dit démocratique ce soit un journaliste scientifique qui ait informé le public. Pourquoi les organismes de veille sanitaire et les instances de la santé ne font-ils pas leur travail ? Au contraire, en 2004, le ministère de la santé a tenté d'étouffer l'affaire et de me discréditer. Dans un livret consacré à l'alimentation et le cancer, publié sous la direction du responsable du Programme national nutrition santé il était écrit que les laitages n'ont absolument aucun lien avec le risque de cancer et que « ceux » qui prétendaient le contraire étaient des « gourous pseudo-scientifiques. » Nous étions alors quelques « gourous » dans ce cas dont Walter Willett, le patron de la plus grosse unité de recherche en nutrition au monde, celle de Harvard. Aujourd'hui, les « gourous » sont des milliers et il y en a même au ministère de la santé.

Vous dites que vous vous êtes penché sur les besoins en calcium. Quels sont-ils ?
Si l'on se nourrit comme le recommandent les spécialistes, avec plus de fruits et légumes et moins de sel, moins de protéines animales, nous avons besoin de deux fois moins de calcium que ce qui est officiellement conseillé. Le tout facilement fourni par une alimentation sans laitage ou avec peu de laitages. J'avais écrit cela dans la première édition, ce qui a fait rigoler l'industrie laitière et ses copains. Dans la deuxième édition, ce n'est plus moi qui le dit mais l'Organisation mondiale de la santé. Du coup l'industrie laitière ne rigole plus, elle tousse...

Pourtant les recommandations officielles n'ont pas été changées : on conseille toujours à la population de consommer trois à quatre laitages par jour.
Oui mais on commence à ressentir comme une gêne. Le Programme national nutrition santé n°2 se fait beaucoup plus discret sur cette histoire de calcium qui était il y a encore quelques années un « objectif prioritaire », une sorte de vache sacrée. Ils n'en parlent plus beaucoup. Ces dernières années, des milliers de médecins et de diététiciens ont changé d'avis sur le sujet et commencent à inciter leurs patients à lever le pied sur les laitages. Globalement aussi les Français consomment moins de produits laitiers, en particulier les plus éduqués d'entre eux, ceux qui s'intéressent à la nutrition et sont soucieux de leur santé. Donc le message fait peu à peu son chemin. Dans quelques années, les pouvoirs publics reconnaîtront - ou ne reconnaîtront pas - qu'ils se sont faits pendant 70 ans les complices d'une gigantesque machine de propagande, mais ils seront de toute façon obligés de changer de discours : on ne peut pas avoir longtemps raison contre la science.

Propos recueillis par Sylviane Passard
Je ne sais pas si vous avez remarqué la part de plus en plus importante dans la pub du lait "avec 90% de lactose en moins"... Bien la preuve que le lait de vache n'est pas fait pour nos petits intestins fragiles... Et que nos bons industriels le savent parfaitement.

En revanche, ce qui est beaucoup plus discret, c'est le fait que les "probiotiques" (actimel at autres activia, jadis nommés d'ailleurs "bio" - z'ont été obligés de changer de nom pour publicité mensongère ...) sont apparemment responsables du surpoids de nos concitoyens...

Voir l'article du Canard Enchaîné ici

Et pis tiens, un lien intéressant sur le prétendu apport de calcium du lait.
Il semblerait que c'est en Europe (les plus gros consommateurs de produits laitiers) que les cas d'ostéoporose soient les plus nombreux.
l'indépendance de l'AFSSA en question

Il faut savoir que des scientifiques rémunérés par l'industrie laitière, on en rencontre à l'AFSSA pour qui curieusement le lait ne poserait aucun problème de santé !

Qui à l'AFSSA a décidé de ne pas tirer la sonnette d'alarme ?

Il faut savoir également que 25 des 29 experts ont déjà travaillé pour l'industrie laitière. Exemple : Le président de ce groupe collabore depuis plus de 10 ans avec Nestlé ! De nombreux rapports écrits de ces experts sont financés par Danone, Nestlé...

Visionnez et observez bien l'embarras de la Directrice du département nutrition de l'AFSSA suite aux questions dérangeantes qui lui sont posées, et posez vous la question : Pourquoi ce collectif n' a jamais lancé de messages d'alerte sur les risques de sur-consommation de lait ?
Qui se souvient, de la distribution de lait à l'école ?
(Mendes-France était Président du Conseil.)
http://boomer-cafe.net/version2/index.php/Je-me-souviens/Je-me-souviens-du-verre-de-lait-de-Pierre-Mendes-France.html
Vous me faites bien rire dans ce topic !

Le lait est l'aliment idéal des veaux... En quoi pourrait-il être nuisible pour les Français ?

Ici Saïgon, le JT quotidien, les photos et les vidéos

***
D'un point de vue purement biologique (je suis loin d'être un expert mais je me lance), le lait pose énormément de problèmes. Source indiscutable de calcium, il pose plusieurs questions. A-t-on besoin de ce Calcium adulte? Ingérons nous ce Calcium? Trop de lait, ça serait pas dangereux par hasard?

J'ai lu les commentaires au dessus et je rejoint beaucoup d'entre eux. Le premier : "De tout un peu". En petit quantité, le lait est source de protéines, de lipides et de vitamines (rare quand il est UHT ou thermisé, il vaut mieux l'acheter chez le fermier); il apporte en plus nombre de bactéries qui sont bonnes pour la santé, soit qu'elles renforcent la flore intestinale, soit qu'elles viennent titiller nos défenses immunitaires.

Le deuxième est : "l'adulte n'as pas besoin de lait". Dans la nature, les animaux adultes ne boivent pas de lait, et d'ailleurs si vous donnez du lait a votre chat, il adorera, mais ce sera a vous de nettoyer quand il aura mal digéré.
Et au contre argument lu plus haut "les animaux ne font pas de feu" je répondrait que si ils savaient le faire, ils l'utiliseraient. En effet, la nourriture cuite est souvent bien meilleure, premièrement au gout, mais aussi pour la santé. Souvent ne veut pas dire tout le temps, et ne veut pas dire que le cru n'a pas d'intérêt au contraire, c'est comme tout il faut savoir doser.

Quand au problème du Calcium il est très complexe. Tout d'abord il faut savoir plusieurs choses. Le calcium est bon pour les os, pendant la croissance... à condition qu'il arrive à s'y fixer. Pour être utile au corps humain, le calcium a besoin de vitamines, notamment la D (si je ne me trompe pas) que l'on trouve dans le poisson majoritairement. Un apport de calcium sans vitamine D est totalement inutile.
Ensuite, les scientifiques ont observé une corrélation étrange (ce n'est qu'une corrélation pas de lien de cause a effet en ce qui me concerne). En Asie où la consommation de calcium se limite à l'eau, aux légumes et au lait de soja, le taux d'ostéoporose est quasi nul comparé à celui des pays occidentaux où cet apport est censé être plus important. Or, l'ostéoporose se soigne, d'après les médecin, par un apport en calcium.
Ce que j'en déduis à titre personnel c'est que le calcium laitier n'est pas "bon", ou alors qu'on manque terriblement de poisson. Le Calcium dans le lait est dit saturé en lipide, il est donc difficilement utilisable par l'organisme.
Il faut savoir également que dans une poignée d'amande, il y a autant de calcium que dans un grand verre de lait.

Pour ma part je continuerais quand même à manger ou boire des produits laitiers, mais pas a cause des pubs idiotes avec les squelettes, mais parce que y a rien de tel qu'un camembert au lait cru pour finir un repas, ou qu'un fromage blanc acheté à la ferme.
Explosive, cette chronique, [s]Jean-Luc Porquet[/s] Sherlock.
Comme si les fils de pub nous prenaient pour des vaches à ...., ça se saurait.
En tout cas, là, j'en ai bu du petit-.... grâce à vous.
Et merci à poisson et pow wow pour leurs conseils visant à lutter contre la lyophilisation des esprits.

En revanche, j'ai avalé le filtre par mégarde.
Dois-je passer un savon à Brita ?
Ce livre de Thierry Souccar, intitulé "Lait, mensonges et propagande", avait provoqué une onde de choc.

Mais que font Apathie et Duhamel ?
Un léger détail : de quel lait parle-t-on ?

De celui qui sort du pis de la vache ou de l'ignoble brique UHT demi écrémée qui traîne sur les rayons de supermarchés ?

Parce qu'il y a autant de différence entre les deux qu'entre du caviar de chez Petrossian et des oeufs de lump de chez Leader Price (Coffe est un escroc)...

Et le vrai lait il n'y en a plus nulle part, d'ailleurs c'est plus ou moins interdit (par qui et au nom de quoi : mystère et confiture de lait !)

Dans le meilleur des cas du "micro-filtré (beurk, c'est quoi ? Quelle horreur !) Ou sous le manteau, chez Barthélémy, rue de Grenelle

Ici Saïgon, le JT quotidien, les photos et les vidéos

***
Quand vous aurez lu le livre "l'alimentation ou la troisième médecine " de Jean Seignalet, vous comprendrez pourquoi il faut supprimer le lait de votre alimentation.

Ce livre est un grand coup de massue quant à nos habitudes alimentaires.
En effet, livre préfacé par son collègue du CHU de Montpellier, le cancérologue professeur Joyeux, tout comme celui de Thierry Souccar.
Merci Alain, j'allais justement rajouter cette précision. Si je cite ce livre, c'est que je connais plusieurs personnes qui ont suivi les conseils de Seignalet (surtout supprimer le lait et le gluten) et qui ont vu disparaître leur eczéma, leur obésité, leur arthrose, et bien d'autres maux.
Le calcium; on le trouve dans d'autres aliments comme les amandes et d'autres fruits secs, dans pas mal de légumes également,
Le lait provoque l'encrassement de l'organisme tout comme le gluten. Mais difficile de convaincre la population qui consomme à outrance tout ce qui nuit à leur santé.

Merci Sherlock pour votre article.
J'ai entendu une nutritionniste dire que le calcium du lait de vache ne se fixe quasiment pas sur nos os, que 20 % des besoins sont dans l'eau du robinet, le reste essentiellement dans les fruits et légumes.
Ma fille de 12 ans 1/2 n'a plus consommé ni lait, ni beurre depuis l'âge de 2 ans (seulement quelques fromages brebis ou chèvre), elle n'a jamais eu ni fracture ni aucune carence en quoi que ce soit (je touche du bois, quand même).
À l'argument que l'Homme consomme du lait d'autres animaux depuis la nuit des temps, Souccar répond qu'au contraire c'est très récent (grosso modo 5 mille ans sur 200 d'existence de l'humain) et de manière "industrielle", ça date du siècle dernier et encore pas chez tous les humains.
De tout un peu disait ma grand-mère, chez qui on s'empiffrait de lait cru et de crème, de beurre et de fromage crus aussi. Le panard intégral.

"le cancérologue professeur Joyeux", y a quelque chose de pas sérieux dans cette phrase. Et son prénom, c'est Noël? ;o)

Ta petite de douze ans ne s'est jamais fait mal? Ben oui mais faudrait peut-être lui enlever sa burqa et lui laisser faire au moins le tour du jardin. ;o)

Ok c'est pas drôle.
Maintenant que tu le dis, il faudrait peut-être que je lui ouvre la porte de sa cage, histoire qu'elle fasse un peu d'exercice.

Ta grand-mère était une sage femme.
Ma fille fait un genre d'intolérance au lactose (chaque année en Chartreuse elle s'autorise tout de même un petit gobelet de ce breuvage tout juste sortie du pis), mais je voulais souligner le fait que le lait n'est pas indispensable pour la santé, comme le pense un tas de gens.
Une fois par an : c'est un pis-aller :-)
comme tous les auteurs "du lait" il différencie le lait de vache traiter haute pression, haute température et homogéneisé du lait de vache de ferme, qu'on va chercher cru .

c'est aussi un point important dans les discourts sur les laits, il y a plein de différence.
Enfin ... Un article sur Thierry Souccar...

Ses enquêtes sont toujours très documentées, et il n'y a rien d'étonnant à ce que l'industrie laitière ne lui fasse pas de procès...

Celle sur le lait, objet de cet article, mais aussi :

"Santé, mensonges et propagande", sur l'industrie agroalimentaire en général, et surtout sur la connivence des prétendus "experts" de l'AFSSA, et de sa sœur européenne, l'EFSSA... Tous ces "scientifiques" sont grassement rémunérés directement par l'industrie, comment pourraient-ils ensuite être indépendants ?

Quelques exemples :

Serge HERCBERG, membre du "comité scientifique Candia" (si, si, ça existe) était aussi le patron du PNSS (programme national de sécurité sanitaire), nommé par le ministère de l'agriculture... C'était en 1999, et comme par hasard, dès l'année d'après, le PNSS se fixait comme "objectif prioritaire" d"augmenter la consommation de calcium chez tous les français, en consommant "trois produits laitiers par jour".

Idem, Gérard Pascal, directeur scientifique de l'AFSSA, est aussi membre du conseil scientifique de ... Danone.

En clair, le lait est en train de tourner, mais tout le reste aussi. Bon appétit.
Douleurs recurrentes à l'épaule. Je fais des tests, des analyses etc.. . On trouve rien. On m'envoie chez un neurologue.
"arretez le lait" me dit-il assez sechement,
"vous me dites d'arreter le lait ?", demandais-je, offusqué, avec l'impression qu'il blasphème "mais le calcium.."
"les chinois, ils n'en boivent jamais, et ils sont 1 milliard" me coupe-t-il, tout aussi sechement.

Alors j'ai arrété net le lait, (enfin pas le beurre et le fromage, mais ça compte pas) et ça va mieux.

Moralité : le lait (maternel ou pas), c'est pour les nourrissons. Les adultes n'ont pas besoin de lait (sauf quand ils se balladent en petite tenue dans leur salon, mais c'est rare).
J'ai fait partie de la génération "Mendès-France" (pour écouler les stocks, P. Mendès-France avait eu l'idée de faire distribuer gratuitement dans les cantines scolaires un verre de lait chaud... ). J'aimais bien le petit verre de lait à la fin de la classe, avant de rentrer à la maison. Ca n'a pas duré des lustres.
En revanche, maintenant que j'ai bien vieilli, j'ai horreur qu'on me dicte mes comportements alimentaires... Et ça n'est ni à un état, ni à l'Europe, encore moins des responsables de l'industrie laitière qui vont me dire ce qui me convient ou pas.
La PAC (de l'Europe) a contribué à industrialiser tout ce qui est production laitière, à déplacer telle industrie laitière d'une région à l'autre, l'Europe a contribué à affadir les fromages français... donc je continuerai à privilégier les fromages de chèvre ou de brebis, et de façon raisonnable. Pareil pour les yaourts : bio et surtout pas leurs produits laitiers présentés sous forme de petits pots mais qui sont tout sauf du yaourt. Quant à Activia, j'ai vu la pub l'autre jour... mais ça fait peur. La pub, plus j'en vois, plus j'ai du recul avant de consommer ce qu'elle me vend.
Donc il serait temps que l'Europe se pose les bonnes questions, ou la bonne question à mon avis : comment revient-on à des petites unités agricoles, un peu partout ? Comment arrêter la course au rendement ? Comment casser tout ce que nous avons contribué à organiser ces 20 dernières années ?
On ne peut pas conjuguer "rendement" avec le monde agricole, encore moins le mot "industrialisation".
Les vrais problèmes de santé publiques qui pourraient être traités sont mis sous la pile, et sur le dessus on met des trucs plus anodins mais qui font consensus et ne coûtent rien à l'état.

Un exemple le tabagisme passif, on fait passer ça pour un problème de santé publique alors que c'est surtout une question morale (la quantité de personnes touchées par le tabagisme passif en regard de la quantité touchée par le tabagisme actif ou par d'autres pathologies dues aux toxiques en tout genre est faible). Et l'état sachant que cela ne fait pas baisser la consommation de tabac (de même que l'augmentation des prix) de façon sensible d'interdire l'usage dans tous les lieux publics y trouve son compte, financièrement et en se déresponsabilisant.

Alors que l'amiante ou d'autres produits toxiques de l'industrie, de l'imprimerie, de l'agriculture, qui ont des effets probants et en nombre sur la population, ne sont pas attaqués de front car un pan de l'économie risquerait de s'écrouler.

La pratique des barbecues augmente de 60% le nombre de cancers du pancréas, mais pas question d'interdire la vente de charbon de bois ou de faire des campagnes d'information.

L'utilisation d'huile de palme, de sucres invertis, et autres graisses hydrogénées dans l'industrie alimentaire est largement en cause dans la mal-bouffe dangereuse pour la santé (sinon, c'est chacun ses goûts, la nourriture hein? c'est la santé qui prime ou la gastronomie, on se demande... on veut nous faire croire que ça marche ensemble les deux, quel mensonge!).

Mais interdire c'est sacrilège dans l'économie, croient-ils les gouvernants, et pourtant non, la culture de l'interdiction existe dans toutes les industries surtout celles pharmaceutiques et alimentaires. Donc on ne comprend pas si il y a une pression des industries ou si les responsables de l'administration du pays anticipent finalement un effet délétère sur l'économie, à tort, dans le but d'encaisser des taxes?
La problématique majeur quand on parle de lait, c'est qu'on met tous les laits dans le même sac.

On ne peu pas comparait le lait maternelle, au lait de vache, ni le lait de vache UHT au lait de vache cru... ni aux autre laits (de chèvres qu'on commence a trouver en grande surface).

Comme on ne peux pas dire que le café et le ricorré sont la même chose ou un œuf de poule et un œuf d'autruche ;-)

Pour vous dire un litre de lait de vache et un litre de lait humain, on est pas dans la même gamme de tarif (les lactariums facture le lait maternelle à la sécu, puisqu'il est donner dans des but médical au prématuré).

quand les média parle de lait, il parle uniquement de lait de vache en boite. D'ailleurs, je préfère prendre du lait de ferme, directement au fermier, car il coute certes un peu plus cher que ce que lui va vendre autre litre à la laiterie du coin, mais il reste encore moins cher qu'en grande surface. (Je vis en belgique)

Les différentes campagne "les produits laitier nos amis pour la vie" dans leur dernière version, je ne les ai pas trouver super "belle". Je trouvais les petits squelette de lait, avec les pis de vache inondant ces personnage à la limite du glauque.

3 produit laitier par jours est une recommandation basé sur "rien" parce qu'elle ne veut rien dire (quoi? quel quantité? 3 fois un carré de camembert jours?). aucune étude ne montre vraiment le bénéfice d'une tel consommation (vu que la notion 3 produit laitier reste totalement vague et flou). elle renvoie aussi au fameux 5 fruits et légume par jours. Elle peu avoir un effet rebond stigmatisant pour les enfants entre autre. si t'est "gros" c'est que tu mange pas tes 3 produits laitier, et tes 5 fruits et légumes par jours... On pousse les gens a une certaines Orthorexie. Mais en soit, la recommandation reste si flou qu'elle n'est pas bien utile.

On peu aussi rappeler que l'invitation a la consommation de lait est surtout faite pour le calcium. Il existe de nombreux aliment riche en calcium autre que le lait.

Pourquoi les recommandation alimentaire ne vont pas dans le sens de "manger de tout, de façon raisonnable". De temps en temps des produits laitier (yaourt, fromage) de bonne qualité, d'autre aliment riche en calcium. Et riche en d'autre chose... Varié ces habitudes alimentaire et sortir du riz/pâtes/pomme de terre très consommer...

Il y a un fait majeur, de plus en plus d'enfant en bas âge (nouveau-né, et bambin) qui ont des réactions d'intolérance au lait de vache. Les mères qui les allaites doivent faire des régimes d'éviction pour éviter que leur enfant ne réagisse. Le hic, aucun test n'existe. C'est l'observation avec un médecin de confiance qui permet de trouver le problème (idem pour les allergie, il en existe 6 formes, et que 3 formes sont testable).

a sur-consommé de tout , on se retrouve avec des gros problème de santé. On l'a dit des frites une fois par mois, c'est pas dangereux, tous les jours si. Si on réfléchis en toute logique, une alimentation vaste, diversifié est donc bonne pour la santé, car on n'abuse pas des différents produits. C'est du bon sens.

Je suis maman d'un bambin. Nous avons choisit d'introduire plein de chose varié dans son alimentation, certes il y a de temps en temps, du riz, de pâtes, ou des bonne de terre, mais aussi un tas de légumes , de la polenta, des céréales, bref, pas de monotonie alimentaire. c'est souvent des découvertes. Mon enfant connait des goûts que d'autre enfant n'ont jamais croisé.
J'ai le souvenir, en Afrique, d'un scandale dans lequel était impliqué Nestlé et Danone. En ringardisant l'acte de donner le sein, ces 2 fabricants ont mené une campagne agressive présentant le lait en bouteille pour nourrissons comme "moderne" et "plus facile".
Si mes souvenirs sont bons, plusieurs milliers de nourrissons seraient décédés suite à l'absorption des laits concernés.
Quand il s'agit de "business", les règles de déontologie les plus élémentaires n’ont plus cours !
Faut être un foutu kamikaze aujourd'hui pour boire du lait sans réfléchir. Ça me rappelle l'hormone rgbh (merci monsanto!) dont les américains (entre autres nombreux pays) gavent leurs vaches pour leur faire pisser le lait, et qui provoque des maladies et des infections, des mamelles entre autres, ce qui a la délicieuse particularité d'entraîner du sang et du pus dans votre boisson préférée! Miam!

Voir ici
"Faîtes attention" : beurk !
le lait de vache n'a jamais été bon pour la santé de l'être humain !
il est en particulier, totalement déconseillé pour toutes les personnes fragiles au niveau digestif...

et pour les autres, ça n'était pas encore trop grave quand nos bonnes vaches paissaient tranquilles dans leurs vertes prairies d'avant les pesticides !!
aujourd'hui, entre les injections d'hormones, d'antibiotiques ou autres anti-inflammatoires et vaccins en tous genres qu'on administre à nos chères bovines, ainsi que la quantité de pesticides qu'elles ruminent en même temps que les verts pâturages, y'a peu de chance pour que l'être humain avec son petit tube digestif si fragile puisse encore se sortir de tout cela sans collectionner boutons, allergies et autres proliférations anormales !
et inutile d'avaler des packs de yaourts pour éviter les fractures pour les prochaines vacances de ski !!

un verre de lait ça va, 3 verres etc.......

très bonne chronique Sherlock qui met bien en avant la perversité des systèmes économiques actuels qui essaient de nous vendre des aliments à forte dose de publicité culpabilisatrice...

l'industrie agro-alimentaire est hyper puissante à ce jeu là avec l'aide des Etats !
tout comme l'industrie pharmaceutique et ses campagnes de peur si bien orchestrées ; et le dernier exemple en a été la vaccination H1N1 : faire peur aux populations !!
http://www.santelog.com/modules/connaissances/actualite-sante-vaccination-h1n1-et-ue-loms-et-les-big-pharma-mis-en-accusation_2475.htm
C'est comme pour les fruits et légumes (5 pastèques ?). Je ne comprends toujours rien à ce type de message.
Est-ce 3 bouteilles de lait, 3 gorgées, 3 verres ? Trois fromages différents ou 3 parts de fromage ? 3 yaourts ?
"Le célèbre slogan "les produits laitiers sont nos amis pour la vie" aurait été, parait-il, une idée de l'agence à vaches."©UM
Pas de souci, moi je reste fidèle aux quatre groupes d'aliments préconisés par le cuistot d'Atlantide : "fayots, patates, whisky et lard". Les communications de l'espace marchand, je m'en sers pour essuyer divers machins peu prononçables.

C'est intéressant, tout de même, ce beau silence sur les méfaits du lait. Pourtant, il n'est que de regarder autour de soi, et de poser quelques questions, pour comprendre qu'il n'est pas totalement bienfaisant.
L'abus de tout, puis de son contraire, caractérise notre monde, tant dans ses consommations que dans ses croyances. Tant pis pour lui, et merci pour nous, Sherlock, de secouer le buisson pour en faire tomber les feuilles mortes !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.