48
Commentaires

Le Figaro, la moquette et les journalistes

Tout est fin prêt à l'Elysée. La moquette, le décor, et les journalistes.

Derniers commentaires

Justement en parlant de moquette; Guy Lagache avait présenté dans sont émission: "Capital Élus et fonctionnaires : l'argent de nos impôts est-il bien dépensé ?" Et dans le sujet: "Élysée : opération transparence au sommet de l'État" l'on voyer que l'opération transparence avait ces limite, par contre la moquette qui date de François Mitterrand l'on nous avez montré qu'il était nécessaire de la changer...
Hors l'on constate que ce soit au Figaro comme dans Face a la crise que des sujet très important (Comme les DOM-TOM, L'opération transparence) sont occultées par ce qui serait être des journalistes pas très objectif surtout en face.
Mais cela doit être parce que en temps de crise il y a des choses que l'on ne fait pas.
c'est pourtant grâce à la "crise" que la couverture sociale a été sabotée et les salaires baissés durant des 3 dernières décennies; pourquoi shaqeki voudrait-il qu'elle cesse ?
On croit rien de ce qu'il dit, et si on veut on fera grève, na.
Et encore grève.
Et toujours grève, encore et encore.
Et à la fin, il fera un discours nous promettant sa dernière cartouche pour nous calmer : plus de TVA, après plus d'impôts sur le revenu et plus de taxe professionnelle, il n'a plus d'autre idée à proposer pour nous satisfaire. Et alors, mais alors ça, ça nous fera tellement peur pour l'avenir de l'état républicain français qu'on capitulera "non pitié pas ça, on promet plus jamais de grève, mais remettez des impôts".
Nicolas Sarkozy a souhaité jeudi "qu'on arrête les délocalisations et que si possible on relocalise" dans l'industrie automobile, et réaffirmé qu'il demanderait "un engagement" sur "des contreparties" en échange du soutien public.
voir ici.

Sarko est le spécialiste des on et des qu'on...
mais rien à voir avec le célèbre "Casse toi pauvre con"
"On veut des intervieweurs solides, calmes, et qui posent des questions carrées" résume un conseiller élyséen.
Des questions carrées ?
Huhu, l'hypocrisie. Dialectiquement, on pourrait le comprendre comme "limpide", "clair"... mais c'est pas ça pour eux: "carré".

En l'occurence, leur carré, c'est ce qui est juste et droit. Et, je ne vous dit pas de quelle droite il s'agit, vous l'aurez compris...

ps: Et puis le calme... synonyme de "docile". Ils sont recrutés sous quel base les conseillers ? Leur aptitude à rendre des phrases absolument choquante rhétoriquement acceptable ?

[http://www.aikoa.fr/]
Je suis en train de regarder la prestation du Mini-président, et je suis affligé par le niveau absolument catastrophique des journalistes qui servent la soupe à Sarko. Ils sont désolants!

Je propose de renommer le titre de cette chronique: Le Figaro, la moquette et les carpettes.
Super...
il n'y a plus de chomeurs à temps partielles, mais une activité à temps partielle...

Merci Monsieur Sarkozy, vous venez de considérer [s]vos sujets[/s] les Français non pas comme des être humains (avec leurs problèmes), mais comme des statistiques en bas de page.
Alice Miller parle de pédagogie noire pour désigner le bourrage de mou.

alors ce soir, pensez-y.

http://anthropia.blogg.org
Ca nous changera des plateaux @SI.....

Bon, c'était juste un peu de joyeuse méchanceté gratuite .....
Remarquez, le carré c'est un rond qui a mal tourné non?


Savez-vous qui sera la vraie vedette de l'émission "face à la crise" jeudi soir? La crise bien entendu, tout est dit dans le titre non!


ODE A LA CRISE

Oh toi la crise que je n'ai pas vue venir car je débute en politique, tu es la plus grave depuis 100 ans (80 en vérité) mais bon c'est mieux un compte rond pour la com.

Oh toi la crise dont je ne sais pas quand tu vas finir et les dégâts que tu vas causer dans mon hexagone, feras-tu pire que moi?

Oh toi la crise qui fait appeler à l'union nationale mes ministres et qui engage tous les Français à se serrer la ceint....euh pardon les coudes.

Oh toi la crise dont je connais les responsables, mais c'est des amis alors.....

Oh toi la crise derrière laquelle il est si aisé de s'abriter pour justifier mes choix politiques du moment.

Oh toi la crise qui fait que les questions de David Pujadas et de Laurence Ferrari je m'en tape puisque c'est la crise.

Oh toi la crise qui a fait descendre 2 500 000 irresponsables dans les rues,

Oh toi la crise qui va me permettre de restaurer avec le plan de relance les épis de faîtage de la nef et du bras nord du transept de la cathédrale Notre-Dame de Paris (2 millions d'euros source le canard enchainé).

Oh toi la crise qui m'a fait virer un préfet parce qu'il n'a pas su te gérer.

Oh toi la crise qui m'empêche de retourner à Gandrange fêter mon voyage de noce car cela ne se fait pas en temps de crise. Dommage, j'ai plein d'amis qui m'attendent là-bas!

Oh toi la crise qui est venue gâcher mon rêve de gosse de quand je me rasais.

JE TE HAIS car ce qu'il restera dans l'histoire de ces années, c'est toi la crise.
Comment ne pas voir dans cette recherche de question carrées l'inspiration de Pif Gdget qui proposa dans plusieurs numéros une machine à faire des oeufs carrés? La télévision serait-elle sous influence crypto-communiste? Heureusement, notre Guide Suprême, Génie Absolu de l'Identité Nationale, saura nous libérer de ces marxistes cachés sous l'apparence de journalistes grâce à la prochaine application de la loi sur l'audiovisuel...


PS: pour les nostalgiques de Pif, une machine à faire les œufs carrés est disponible ici... et elle est made in China. Le lien entre communisme et oeufs carrés perdure encore!...
on me dit sur toutes les antennes que je vais avoir droit à une dose de "pédagogie" mais j'entends "démagogie à tous les coups?
rhhhooh c'est trop dommage, moi qui n'ai plus de téléviseur, tant pis pour ce grand moment de bonheur...
Il se murmure dans les couloirs des rédactions ! Les questions à poser ont été envoyées aux journalistes triés sur le volet par l' hyper, outre s'il a bien dormi ! devrait donc être posés: quel temps fait il , si le chauffage fonctionne bien au château , si la nourriture est bonne ? le service digne de son éminence ? Le CD de carlita se vend t' il bien ? Si christine ( la reine ! ) a des insomnies ? si bernard ( non l'autre ) a terminé de placer l'argent des contribuables ?

En toute fin d'émission les invités de notre maître devront s' acquitter de l'honneur de leur invitation par l'achat du CD de carlita ! qui chantera en direct et a cappella, les ministres au garde-à-vous fredonneront les refrains d'une de ses sublimes chansons, dont le titre reste à cette heure encore secret !
Je ne sais pas pourquoi, j'avais imaginé (je ne rigole pas) que Sarko parlerait seul, sans journalistes, je m'attendais à une longue leçon de morale, "c'est la crise, il faut se serrer [s]les coudes[/s], la ceinture, c'est pas de not'faute, il faut moraliser le capitalisme, je m'en occupe et dans quelques temps tout ira mieux, mes chers compatriotes, "Vive moi " et envoyer la "Marseillaise"

Bon ben je dois être en avance sur mon temps, la prochaine étape, donc "le Roi parlera seul sans journaliste", à quoi bon s'ils ne sont là que pour poser les questions qui ne fâchent pas.
Encore ce soir un discours placebo (« je plairai » en latin).
une question qui me turlupine et qui n'a, à ma connaissance, jamais été évoquée: pourquoi le rouge du drapeau français qui accompagne toutes les interventions de Sarkozy est-il plus large que le bleu et le blanc?
Notre président aurait -il décidé de sa propre initiative de le redessiner?
Outre que c'est moche, cela me parait être une atteinte à l'identité nationale dont il nous rebat constamment les oreilles.
Quelque chose me dit que la question ne lui sera pas posée...
"La moquette rouge a rendu l'âme, vaincue par le passage trop fréquent des câbles de télévision. On la changera à l'été (150 000 euros)".

Boudiou!!! J'irais bien en récupérer qq m2. Comme celle de Carla le soir de l'anniversaire de Mossieu, qu'ils ont été mettre dans une poubelle... de la rue d'à côté avec les bouteilles de grand cru (cf Le canard)
Bon courage au(x) journaliste(s) d'@SI qui va(vont) devoir se taper cette interview pour nous en faire l'analyse !!
Nicolas Demorand de France-Inter parle du choix des interviewers comme "le fait du prince" Extrait de l'article payant paru dans Le Parisien ,relaté par Libération
Hier à l'antenne , pendant la revue de presse de son collègue qui lui disait "vous n'y serez pas à l'Elysée" , Demorand a répondu "Dans ces conditons là , sûrement pas "
Ce soir sur France O, il y a 2 de mes émissions favorites : Archipels et O Ma Planète. Mon choix est donc vite fait!
Durant la campagne, la mode fut aux questions posées par les français aux candidats.
Dans un sujet du 7-9 de France-Inter de ce jour, un journaliste demandait à 3 députés d'obédiences diverses la question qu'ils aimeraient poser à N. Sarkozy. Faut dire que malgré une présence importante dans lémédia (cf. petit rappel en page 1 du Canard d'hier), le discours avec léfrançais, leur représentants ou lémédia (Thomas-on-ne-lâche-rien-Legrand insistait à nouveau sur ce point dans sa chronique d'hier, après 2 mentions sur ce thème au moins en janvier) est rarement autre chose qu'un monologue.

"L'évènement" est vendu sur le mode "le Président répondra aux questions des français sur la Crise", on espère qu'on va dépasser l'usuel jeu des réponses à des questions auto-reformulées (de l'usage du "pourquoi" dans le discours Sarkozien ;-)

Pour dépasser cela et s'amuser un peu en tant que télespectateurs, on pourrait lancer le grand jeu "Soigne ta relance !" avec un concours de la relance que l'on aurait aimé voir faite auprés du président de la République, des fois que ses réponses aux questions des journalistes tomberaient parfois malencontereusement à côté. Reste à avoir envie de regarder la chose... (oui c'est contradictoire ;-)

Autre sujet : quid d'une comparaison, entre le mode de l'itv de ce soir et celle, relativement recente, de N Sarkozy par la rédaction de France 3 (Véronique Auger, Audrey Pulvar et Gérad Leclerc), même si l'exercice est peut-être un peu différent cette fois.
[quote="On n'a rien changé depuis la dernière émission, pour faire des économies" assure sans rire le chargé de presse de l'Elysée au Figaro, qui l'écrit sans rire. La moquette rouge a rendu l'âme, vaincue par le passage trop fréquent des câbles de télévision. On la changera à l'été (150 000 euros).]
bigre! c'est pas une salle d'interview, c'est un stade de foot à ce tarif là; tu parles d'économies! et le papier Q il est à combien, 50 € le rouleau ?
en tous cas comme il est préconisé plus haut, c'est le boycott qu'il faut pour ce soir
Boycottons la télé ce soir, faisons baisser le "pic d'audience"!!! Puisqu'il n'y aura que des questions "carrées" qui ne dérangent pas le nain. Et ensuite......grève générale!!
Voici l'article de Nicolas Cadène, paru sur le site Agora Vox, le 15 janvier :

Comment une République peut-elle accepter une telle démesure digne des Républiques bananières ?

Mardi, le chef de l’État est passé 1h05 sur Nîmes (après avoir atterri à l’aéroport avec les deux avions de la République) pour présenter ses vœux au monde de la culture.

Conséquences... :

Plus de 1 000 CRS et gardes mobiles (sans compter l’importante garde rapprochée du président de la République) ont bouclé l’ensemble du centre-ville (interdiction aux voitures, vélos, etc. et même de marcher à pied) de 6h à 14h15 (pour à peine plus d’une heure de venue de Nicolas Sarkozy dans un secteur très restreint du centre-ville).

Toutes les rues (même piétonnes et celles à l’opposé du "parcours présidentiel") ont été bouclées par des véhicules anti-émeutes et des policiers qui ressemblaient plutôt à des "Robocops".

Les infirmières et autres professionnels à domicile ont été interdits de se rendre chez leurs patients (parfois sérieusement malades) ou clients.

Les commerces ont eu l’obligation de fermer et les professions libérales n’ont pas eu l’autorisation d’accéder à leur bureau.

Les rares ayant pu accéder à leur bureau en centre-ville ne pouvaient plus en sortir, ce jusqu’à une heure après le départ du chef de l’État.

Les riverains ont été cantonnés chez eux et ceux qui voulaient y rentrer n’ont pas pu.

30 agents des Renseignements Généraux (venant du Gard, des Bouches-du-Rhône et de l’Hérault) ont été mobilisés.

Les 1 200 personnes (intermittents, étudiants, militants PS et PC, syndicalistes, associations culturelles, mais aussi policiers, etc.) qui ont manifesté ont été cantonnés sur le parvis des Arènes, à 250 mètres minimum de là où se trouvait Nicolas Sarkozy (au musée Carré d’Art, face au monument romain de la Maison Carrée). Il y a eu des heurts (notamment coups de matraques et jets de gaz lacrymogène sur les manifestants) qui n’ont étonnamment eu aucun écho dans les médias français (à tel point que la photo qui illustre cet article vient de médias suisses)...

Des tireurs d’élites ont été placés sur les toits du Carré d’Art et des bâtiments alentours.

Seule une vingtaine de Nîmois ont été autorisés à rester derrière les barrières de sécurité lors de l’entrée du chef de l’État dans le Carré d’Art par la sortie de secours. Ce sont les seuls habitants qu’il a bien voulu voir...

Pour la petite histoire, Nicolas Sarkozy a visité la collection permanente du musée d’art contemporain (une des plus importantes de France) en... 11 minutes (remise des présents et saluts aux élus nîmois compris), en compagnie des maires UMP de Nîmes et d’Avignon ; des parlementaires du grand Sud Est ; et du président de la région Languedoc-Roussillon, avant de faire son discours devant les près de 300 invités.

Notons que le chef de l’État a annulé son passage à la Mairie de Nîmes (à 200 mètres du Carré d’Art) "pour des raisons de sécurité" alors même que les rues du centre étaient désertes (si l’on ne prend pas en compte les policiers et CRS).

Évidemment, les Nîmois ont été scandalisés par une telle opération et ont souvent rappelé que "lorsque François Mitterrand ou Jacques Chirac venaient, eux, on pouvait les croiser dans les rues pour leur serrer la main"... Le quotidien local Midi Libre, plutôt classé à droite, et certains élus de la majorité ont trouvé eux-mêmes ces mesures totalement disproportionnées.

Tout cela a un coût exorbitant que nous ne connaissons pas. Tout cela a aussi un impact économique négatif pour de nombreuses personnes. Tout cela a des relents d’autoritarisme...

Mais surtout, on peut s’interroger sur cet homme, notre président de la République, qui développe depuis qu’il est ministre une peur panique de ses concitoyens, et sur ce que cela dit sur son engagement...



Notre petit Nicolas aurait-il peur, aussi, des journalistes ? Peut-être parce qu'il n'a pas de réponses aux questions qu'ils pourraient lui poser, enfin, sauf celles qui sont "carrées" !
Merci de me faire sourire de bon matin, sur un truc qui m'énerve au plus haut point.
Ca me dégoûte d'avance.
Bonjour,

Nous avons connu "Supermenteur", nous aurons ce soir "Hyperprometteur"… le président du pouvoir d'achat, le président de tous les français, le sauveur de Gandrange… et j'en passe.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.