Le Figaro, la moquette et les journalistes
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Le Figaro, la moquette et les journalistes


Tout est fin prêt à l'Elysée. La moquette, le décor, et les journalistes.
 
 
C'est Le Figaro qui nous rassure. Le plus facile fut le décor. "On n'a rien changé depuis la dernière émission, pour faire des économies" assure sans rire le chargé de presse de l'Elysée au Figaro, qui l'écrit sans rire. La moquette rouge a rendu l'âme, vaincue par le passage trop fréquent des câbles de télévision. On la changera à l'été (150 000 euros).

Trouver des journalistes, en revanche, fut un cauchemar. On n'imagine pas la difficulté, aujourd'hui, en 2009, à dénicher du personnel qualifié. Ferrari et Pujadas s'imposaient. Le recrutement de Monsieur Aimesisse et de Monsieur Hertéelle, en revanche, nécessitèrent des trésors de virtuosité. L'Elysée n'était pas très satisfait de la cargaison précédente. Pensez donc: une journaliste de France 3, Véronique Auger, avait poussé l'indécence jusqu'à poser une question sur le prix du gaz. Pas de gaz à l'Elysée, cette fois. Aucun hirsute en vue. On n'aura que du sûr, du bien peigné, de l'altitude. On ne passera qu'un temps raisonnable (si elles sont même abordées) sur les questions qui pourraient fâcher. Le nom de Kouchner sera-t-il seulement prononcé ? L'Hyper sera-t-il hyper-cuisiné sur l'initiative d'Obama, de limiter à 500 000 dollars le salaire annuel des patrons d'entreprises recevant des aides de l'Etat ? Lui demandera-t-on s'il compte s'aligner ? Le cuisinera-t-on, comme ses ministres, sur les raisons de la non interdiction du versement de dividendes dans les entreprises bénéficiant de fonds publics ?

"On veut des intervieweurs solides, calmes, et qui posent des questions carrées" résume un conseiller élyséen. On n'imagine pas non plus, en effet, le nombre de journalistes fragiles et agités qui risquent de perturber les harangues, malgré les efforts de la gendarmerie, et les mutations dans la préfectorale. Quant à la question carrée! On ne saurait trop louer les mérites de la question carrée. La question carrée ne glisse pas dans les mains, ne risque pas de rouler sur la moquette, elle accroche le tissu au plus profond de la fibre. Prochaine étape: ouverture en 2010 d'une école de journalistes à l'Elysée, avec formation de professionnels exclusivement spécialisés dans la ponte de questions carrées.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Journalistes tué·es : le bilan de RSF minore les décès à Gaza

L'ONG ne compte pas les décès de journalistes "sans lien évident avec leur métier"

Rachida Dati attaque le "Nouvel Obs" : l'affaire passe inaperçue

Après une enquête et des révélations sur la ministre. Détails de sa plainte.

Voir aussi

Ne pas manquer

DÉCOUVRIR NOS FORMULES D'ABONNEMENT SANS ENGAGEMENT

(Conditions générales d'utilisation et de vente)
Pourquoi s'abonner ?
  • Accès illimité à tous nos articles, chroniques et émissions
  • Téléchargement des émissions en MP3 ou MP4
  • Partage d'un contenu à ses proches gratuitement chaque semaine
  • Vote pour choisir les contenus en accès gratuit chaque jeudi
  • Sans engagement
Devenir
Asinaute

5 € / mois
ou 50 € / an

Je m'abonne
Asinaute
Généreux

10 € / mois
ou 100 € / an

Je m'abonne
Asinaute
en galère

2 € / mois
ou 22 € / an

Je m'abonne
Abonnement
« cadeau »


50 € / an

J'offre ASI

Professionnels et collectivités, retrouvez vos offres dédiées ici

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.