308
Commentaires

Le détail, le récidiviste, et quelques chiffres

Le croiriez-vous ? C'est reparti sur le détail

Derniers commentaires

Le reportage sur Vals fait peur, son toc de l'ordre est un des profils connus des tueurs en série !
Pas étonnant qu'il aime la corrida .(Aimer torturer les animaux est un autre des profils des tueurs en série).


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
@si décrypte mais qui est autorisé à décrypter @si ?
Les chaînes info : " Le vieux le Pen adoube sa petite fille pour la paca." Un tel amour grand-paternel ne peut venir d'un affreux fasciste. Tout n'est pas mauvais chez le Pen, peut-être y a-t-il un peu de vrai dans ce qu'il dit des youpins.
Il me semble que, lors d'un scrutin, on demande à chaque électeur SA PROPRE OPINION et non pas de se déterminer en fonction d'un résultat probable.
"Et alors? Pour toi c'est la même chose? (Formulation différente mais propos identique à celui de strum"

Je n'ai même pas lu les propos auquels tu répondais .
J'ai bien compris comment fonctionnait freudquo et n'ai pas l'intention d'engager d'échange d'idee avec lui car je pense qu'il en est incapable .
Je le crois motivé par la haine et le mal vécu , donc je le laisse causer mais l'argument qui pourrait se résumer a :
Toi t'as de toute façon tord parceque t'es méchant et moi j'ai de toute façon raison parceque je suis gentil ...
Ou

Toi t'es méchant parce que tu tapes systématiquement sur la gauche !
Mais moi je suis gentil parceque je tape systématiquement sur la droite !
Me fait intervenir car tu desserts la gauche en faisant ca , et je défends mon camps , celui de honnêteté et de l'humanisme .
La gauche ne peut pas se permettre de donner des bâtons a la droite .
C'est ce qu'elle fait
C'est pour ça que je la critique , parce que je l'aime .
Quoiqu'elle en pense, Marine Le Pen ne pourra pas éliminer le pustulat de départ du FN.
Elle n'avait qu'à faire de la politique dans un autre parti, comme l'ont fait pas mal d'autres qui n'ont pas tout renié. Elle a manqué d'opportunisme et maintenant c'est trop tard.
Trop, c'était trop ! Courage Marine ! Débarrasse nous de ce vieux ringard ! Le forum d' ASI est derrière toi !
Les chaînes info ce matin : " Qu'est-ce qu'elle doit souffrir, la Marine, avec un papa pareil. En tout cas, tant qu'il ne sera pas calmé, pas question de voter pour elle. Na. Ras-le bol du racisme à l'ancienne, on n'est plus sous Vichy."
Chaque semaine, Groland s'achève sur un dessin envoyé par Luz.
Celui d'hier représentait un gros Le Pen immonde, autrement dit très ressemblant, à poil avec une petite bite bleu-blanc-rouge, déclarant : "Ma fille est un détail de l'histoire de mes couilles".
Charlie Hebdo - Groland, même combat contre le fascisme et la bigoterie.
Deux des derniers bastions de l'humour qui cogne, dans cette triste France "pasteurisée".
Si le nombre de votants FN n’évolue pas sensiblement, on peut malgré tout noter des modifications dans la répartition géographique du vote. Mme chose concernant la composition de l’électorat (age, qualification professionnelle, origine sociale…) et ses motivations (qui sont d’ailleurs différentes selon l’endroit). D’ailleurs, les propositions du FN ont largement évolué avec l’arrivée de Marine Le Pen.
Enfin, les « partis de gouvernement » se sont appropriés bon nombre d’idées dont le FN avait l’exclusivité il y a 20-30 ans. La mauvaise performance du FN aux présidentielles 2007 était pour l’essentiel due au positionnement de la campagne de Sarkozy qui a permis de siphonner une partie de l’électorat frontiste. On peut craindre que la préoccupation soit toujours bien présente. On peut également citer (entre autres) les propos de Manuel Vals sur les Roms …
Considérer que rien ne bouge est sans doute trompeur. N’est-ce pas plutôt le piano qui se rapproche du tabouret ? ;o)
Si nous avions eu un pays libre, il aurait été intéressant d'avoir des statistiques ethniques pour voir où sont allés les votes des millions de naturalisés français depuis 1984. Dans démocratie il y a demos, le peuple. Amener des peuples entiers, leur donner le droit de vote, juste pour s'assurer la conquête du pouvoir par une clientèle est le dernier stade de la perversion de cette démocratie, qui bien sûr n'en a jamais été une.
Les dynasties politiques, s'étant appropriées un système qu'elles veulent conserver à perpétuité, ne s'embarrassent plus d'opposants et ont donné chair à cette tirade de Brecht : "dans ce cas, ne serait-il pas plus simple pour le gouvernement de dissoudre le peuple et d'en élire un autre" ?
Les migrations de travail qui ont fait place aux migrations de peuplement (qui sont en fait des migration de remplacement, dixit l'ONU) n'ont à l'heure actuelle plus d'autre justification que celle d'être un abject outil politique pour obtenir un nouveau peuple malléable.
Pour certains, changer un peuple, c'est aussi un détail. Regardons l'histoire en cours avant de pousser pépé dans les orties en se gaussant.
Je pense qu'on vient de parler dans le vide en fait:


si la proportion de FN chez les abstentionistes est la meme que chez les votants , alors Romain a tout faux .

Le score du FN est exactement celui qu'il est .

VOus avez juste multiplier le score du FN par le taux d'abstention. Hors si les abstentioniste ont le meme taux de vote FN en reserve, a ce moment la il faut a nouveau remultiplier par l'inverse du taux d'abstention.

La somme de tout les parties doit faire 100% , sinon ca n'a aucun sens, ca revient a reporter une note d'examen sur 10 au lieu de sur 20:


Tu as eu 16 sur 20 , non repond l'autre j'ai eu 8 sur 10. C'est rigoureusement la meme chose



Dans notre cas , si il y a un taux d'abstention de 50% , un score de 20 % chez 50% des votant, donc 10% sur le total, mais on doit ajouter 20% des 50% d'abstentioniste, 10% , 10+10 = 20% = la meme chose


PS: ca s'appelle une regle de trois les gars. on vois ca a 13 ans
[quote=Daniel Schneiderman]J'en tire pour ma part une conclusion :
Ah... Dans ce cas j'en tire une conclusion: Daniel ne comprend pas trop les statistiques. Ne pas tenir compte de la participation très variable d'une élection à l'autre pour en tirer des conclusions, ça n'a numériquement aucun sens, surtout quand on se rappelle que les sondages auprès des non votants donnent systématiquement un découpage assez proche de celui des votants.

Pour un vrai graphe pertinent, c'est par là:

http://www.slate.fr/story/99391/graphique-evolution-scores-fn
"Tyrannie de la majorité"*: nul n'a mieux défini la démocratie que Tocqueville. Mais encore faut-il bien l'entendre: car La démocratie en Amérique est très loin d'être une dénonciation de ladite tyrannie: "L'égalité des conditions" qui en est le principe, nul avant lui ne l'avait, ni ne l'aura depuis, aussi justement décrit. Mais l'essentiel est encore ailleurs: dans la détermination pythagoricienne (: Toutes choses sont nombre**(s) qui ordonne le régime politique en question (et éclaire tous les autres possibles). Obtient, détient, conserve le pouvoir celui (je ne dis pas ceux, pronom démonstratif en l'occurrence d'illusion) qui réunit le plus grand nombre de consentants: volontaires ou non.

Reste qu'il y a plusieurs façons d'obtenir le nombre assurant la "souveraineté": la discussion autour de celui de la différence entre inscrits/votants/ exprimés en est l'exemple dans nos scrutins républicains. Et il n'est que d'évoquer cet autre scrutin qui assura à Lénine la prépondérance pérenne de ses "bolchéviks" (: majoritaires) pour démontrer qu'il ne s'agit pas d'une spécificité de la démocratie représentative que nous continuons d'opposer trop radicalement à ladite "populaire" (: totalitaire). Tout pouvoir est absolu: tout pouvoir est militaire. La victoire est toujours finalement aux plus forts, plus nombreux bataillons.

L'esprit d'arithmétique toutefois, contrairement à l'esprit de géométrie ne va pas sans finesse. À preuve, le final démenti que Jean-Paul Deux aura infligé à l'anti-question de Staline: "Le pape: combien de divisions?" "Le petit père des peuples" aurait dû méditer Machiavel avant d'"oser" la formuler... comme Audiard dirait.


*Il emploie aussi, sinon plus souvent, il faudrait vérifier, l'expression "dictature de la majorité". Mais cette formule référant à une institution circonstantielle précise de la République romaine a l'inconvénient de masquer "à demi" l'essence du pouvoir, lequel est toujours celui d'un seul faisant exception à tous les autres et les dominant avec leur consentement fondé sur le nombre: le plus grand nombre de ceux qui, de bon ou mauvais gré, ne le refusent volontairement, ou sont impuissants à le rejeter.

** Nombre se dit en grec arithmos, dont le chiffre (de l'arabe sifr: "vide") est la représentation.
Roland Dumas est nonagénaire, pas octogénaire. Par ailleurs, Bourdin se justifiait ce matin par le fait que Jean-Marie Le Pen était un homme politique en activité ; il fait quoi Roland Dumas à part écrire des livres d'un intérêt tout relatif et jouer les très très vieux beaux sur les plateaux télé pour le vendre ? Si Jean-Jacques nous lit, ce dont je doute, je lui écrirais que la vraie impertinence aurait été - par exemple - de demander à Roland Dumas si il parlait d'expérience pour l'influence de sa femme sur Manuel Valls, rapport à l'affaire Elf et à sa maîtresse engagée pour le mener par le bout de la quéquette. Dommage pour Bourdin que Raymond Barre soit mort, il aurait bien complété sa brochette de vieux antisémites !
J'arrive un peu tard sur le forum, mon message ne sera peut-être pas beaucoup lu.

Une remarque sur ce dernier 9:15 : "Ce qui détermine le résultat d'un scrutin, c'est le nombre de voix par rapport aux exprimés". Il faut prendre du recul ! J'aurais plutot dit "Ce qui détermine le résultat d'un scrutin, c'est le nombre de voix par rapport aux exprimés, avec les règles du jeu FRANCAISE". Il y a d'autres modes de scrutin. Ca mériterait vraiment une émission. Il y a des chercheurs en France qui travaille là-dessus, et qui ont des choses très intéressantes à raconter.

Bon, en tout cas, ce 9:15 conclu une semaine de 9:15 vraiment brillant. Du grand DS.
Moi je trouve qu'on encule un peu les mouches en essayant de minorer le score du FN.

Quand le PS est à 25 ou 30%, on ne cherche pas à savoir combien ça représente en fonction du nombre de votant, par rapport à 1972 et en fonction de la météo du jour... Non, on dit "Le PS a fait 25%", point.

Quand Obama a été élu, on a dit que c'était un jour historique, on n'a pas dit "Oui mais bon, y a presque la moitié des américains qui n'ont pas voté !" (ce qui est pourtant le cas).

Cette façon de chercher à minorer le score FN est ridicule. D'autant qu'on ne sait pas ce que les abstentionnistes feraient s'ils se rendaient aux urnes.
Ces chiffres se corrèlent assez bien avec le nombre absolu d'électeurs, le corps électoral ayant globalement évolulé assez lentement sur la période. Et dans notre belle aristocratie élective, un scrutin se remporte, les politologues, stratèges et autres conseillers le répètent assez souvent, selon "l'abstention différentielle", les rapports de force réels dans la population évoluant en fait très peu.

Donc, ils nous disent quoi, ces chiffres ? Que le FN n'est pas aux portes du pouvoir, comme semble le dire le ton de M. Schneidermann ? Que les Français ne sont pas de plus en plus fachos ? Ou au contraire, que l'extrême-droite, capable de mobiliser ses 5 millions d'électeurs sur un scrutin intermédiaire dénué d'intérêt et d'enjeu (cf. compétences des départements), est la nouvelle force idéologique populaire du paysage politique français ?

"Les chiffres, c'est comme les textes sacrés, on les interprète comme on veut", donc voici ma modeste analyse.

Le FN n'est pas, et n'a jamais été le "premier parti de France", dans le sens où il n'a jamais pu prétendre à une majorité, même relative, chez les Français. Le FN n'est pas en mesure de le devenir, car sa capacité de mobilisation plafonne : imaginons un second tour de présidentielle ou sa candidate serait qualifiée face à celui ou celle investi-e par le PS ou L'UMP, avec une faible participation (seule option pour une victoire FN : la démobilisation totale des électorats adverse, cf. plus haut). Pour l'emporter avec même 10M d'électeurs (hypothèse très haute), cela reviendrait à un taux de participation entre 40 et 45%, soit plus de 25M d'abstentionnistes. Je pense donc qu'il y a de la marge.

Ceci étant, le bipartisme aux commandes de l'Etat n'est donc pas menacé, pour peu que la "gauche de gouvernement" se droitise suffisamment pour rééquilibrer le jeu politique dans le sens d'une ringardisation de la "gauche non-gouvernementale" (sans la transformer en Syriza qui renverserait le rapport de force par sa crédibilité) et en grapillant sur le centre droit. Prosaïquement, le PS se SPDise, l'UMP se CDUise, et le FN joue le rôle de la loi électorale allemande qui protège le bipartisme (ouais c'est un peu capillotracté mais je vais garder quand même).

Alors, on s'alarme pas ? Ben si. Parce que ce n'est pas dans les urnes que le FN est dangereux. Au pire, il prend quelques circonscriptions, quelques cantons, parfois des exécutifs, où ça se passe systématiquement mal et d'où il se fait virer la fois d'après. Le FN est dangereux car parmi les Français, ce sont qui sont sensibles à ses idées qui sont de plus en plus facilement et largement mobilisables. Le FN est dangereux car aucun mouvement d'extrême-droite n'a attendu d'être réellement majoritaire dans les urnes pour prendre le pouvoir. Ce qui compte, c'est de faire bouger plus de monde, et avec plus de motivation que les autres. Et à la fin, les "républicains" abandonnés par leurs élites, leurs aristocrates qui avaient juré de les protéger de ça, se laissent forcer la main, et la majorité s'aquiert d'elle-même.

La question que me posent ces chiffres est finalement la suivante : 5 millions d'électeurs aujourd'hui, combien de miliciens pour "organiser" nos quartiers demain ?

Humblement,
J'adore les commentaires du genre "les abstentionnistes voteraient fn dans les mêmes proportions".

voteraient si quoi ? S'ils ne s'abstenaient pas ? Sûr, si ma tante en avait elle serait mon oncle. En attendant, les abstentionnistes, ce sont ceux qui n'ont pas voté fn, même là où le fn présentait des candidats. Peut-être qu'ils les trouvaient trop cons, ou trop moches, ou trop parachutés, ou trop inconnus, ou trop fachos, ou trop racistes, ou trop pas présentables... peut-être qu'ils en ont vraiment leur claque des élections, et de l'impression de se faire toujours avoir, à la fin, peut-être qu'ils s'en sont toujours foutus et qu'ils ont toujours préféré aller à la pêche, peut-être qu'avant les éléctions ils se sont dit, ou ils ont lancé à la cantonnade en buvant leur demi, que voter fn, pourquoi pas... mais en fin de compte, non, pas. Ils n'ont pas voté fn. Ils ne sont donc pas des "électeurs potentiels" du fn, il sont des gens qui ont préféré s'abstenir que de voter, fn ou autre.

ajoutons qu'on peut en avoir une vérification dans certaines communes, où l'élimination des candidats fn provoque, au deuxième tour, une augmentation notable des abstentions : alors, ces abstentionnistes-là, ceux du deuxième tour, eux aussi "auraient voté fn dans les mêmes proportions" ? Quelles proportions ? Les x% inconnus du premier tour, ou les n% avérés et "mécaniques" du deuxième tour, dont on comprend mal comment ils pourraient être égaux (le "x", et le "n") puisque tout d'un coup c'est la quasi totalité des électeurs fn qui s'est abstenu de voter, ou a mis un blanc/nul...

Qu'un suppute avant les élections sur la proportion d'électeurs potentiels pour tel ou tel parti, dans l'électorat, c'est normal, même si c'est parfois plus proche de l'exercice de voltige ou du test projectif que de l'observation des faits. Mais qu'on puisse encore après les élections refuser de voir ce qui s'est passé, qui a voté fn, qui ne l'a pas fait, au prétexte que ce dernier "aurait pu", vrai, cet exercice de probabilité rétrospective me laisse pantoise.
Oh, et pitié, encore ce décompte débile du nombre d'électeurs en fonction du nombre d'inscrit. J'aimerais bien qu'on fasse la même chose pour les communistes et le Front de Gauche.

Qu'est ce que ça veut dire ? Qu'est ce qui prouve que les abstentionnistes ne voteraient pas FN dans les mêmes proportions que les autres ? Au mieux, ça veut dire que les abstentionnistes s'en branlent de l'arrivée du FN au pouvoir, et c'est pas forcément l'hypothèse la plus probable. Ridicule.
En eau de boudin, Bourdin nage.

Aucun doute, à chaque fois, il rencontrera des grumeaux.

Quel jouralisme de merde!

Hier, Aloys von, (que j'avais taquiné...) nous disait à quel point son passage sur RMC (en raison du marathon Radio France) l'avait conforté dans l'approche politique de cette station...
Confirmation, s'il en est!
Voici quelques semaines, Bourdin a été sermonné par le CSA pour avoir poussé un autre octogénaire, l'ancien ministre Roland Dumas, dans les délicieuses orties de la saillie antisémite. Ce n'est pas grave. Il continue à polluer le débat. Il se prendra tous les sermons qu'on voudra bien lui donner, il est bien à l'abri, dans la forteresse BFM. Et le CSA a d'autres soucis.


En fait, je me demande de plus en plus ce que je fais sur un site de critique des médias qui sert autant la soupe au CSA.

Ok, j'aime pas vraiment Bourdin. Je crois qu'on a compris qu'à @rret sur image non plus, on l'aime pas trop. On sait pas trop se positionner dans l'affaire Bourdin Canteloup, passque bon, ils sont sans doute tous les deux de droite et l'autre il est sur TF1. Mais bon.

Mais j'avoue avoir vraiment du mal avec les gens qui dans l'affaire Bourdin-Dumas, défendent le pauvre papy gâteux qui se demande si les juifs quand même, ils contrôlent pas toute la société. Donc Bourdin, face à un invité qui dérape, aurait dû laisser filer, c'était vraiment déplacé de lui demander s'il dérape vraiment ou pas. Non, il fallait laisser passer une petite allusion antisémite de plus. J'adore. Tu la sens là, la grosse critique des médias ? Et un organisme d'état, chargé semble-t-il d'une forme de contrôle social, qui devrait faire horreur à tout journaliste digne de ce nom un minimum attaché à la liberté d'expression, sanctionne Bourdin. Et Schneidermann de nous expliquer que c'est dégueulasse que Bourdin se sente à l'abris.

Magnifique. Juste magnifique.
Par ailleurs, comme l'a souligné le Petit Journal, J.-M. Le Pen a aussi tranquillement déclaré sur RMC que le FN comportait son lot de pétainistes (parmi d'autres...), ce qui n'est pas une "opinion personnelle", mais un fait qui touche le FN. Qu'a à en dire sa présidente et pourquoi lémédias s'accrochent à la vieille (et fétide) histoire du détail et pas à cette déclaration ?
Le décompte de Romain Desbois est intéressant, il pourrait cependant être utile de faire aussi un ajustement supplémentaire : le FN n'a pas toujours eu de candidats partout. Dans les élections locales, il faudrait mesurer le pourcentage d'inscrits votant pour le FN seulement dans les circonscriptions(/communes/départements/etc) où il y avait un candidat FN. Mécaniquement, cela fera des pourcentages plus élevés.
Simplement sur vos chiffres, des enquêtes IFOP sur le vote des abstentionnistes aux élections européennes montre qu'ils voteraient à peu près comme les exprimés : ce qui compte c'est les exprimés donc.
[quote=Daniel Schneidermann]Certes, ces chiffres ne donnent qu'une photo biaisée. Ce qui détermine le résultat d'un scrutin, c'est le nombre de voix par rapport aux exprimés, et non pas aux inscrits

Si ces chiffres donnent une photo biaisée, pourquoi les publier?
Et notre camarade Romain Desbois pourrait-il nous expliquer quelle était son intention il a fait ce décompte inhabituel ?
Une récente sondage de l'Ifop, qui a fait l'objet d'un article sur le site d'Olivier Berruyer, a montré que les personnes qui ne votent pas ont sensiblement les mêmes opinions que celles qui votent. Plus exactement, ils auraient voté de la même manière que ceux qui se sont déplacés.
Cette enquête tord le cou à une idée très répandue selon laquelle, du fait de l'abstention, les élections ne représentent pas vraiment l'opinion des citoyens...
Combien de victimes massacrées par les islamistes shebab à l'Université kényane de Garissa ?... Environ 150 ?
Ouais, la routine... Un point de détail.
Tout ca me donne envie de faire une recherche sur l'abstention.

Je me demande , a quelle point l'abstention est dans les strategies des partie politique et des lobbys?

Sachant que depuis quelques decenie, les sondages d'opinion et les strategies en communication ont prit le pas sur les idées ,
j'imagine qu'il y a des strateges qui dans les cas ou ca leur est favorable, doivent, avec l'aide de specialiste en communication, de psychologue , de psychomarketing, de psychoeconomiste etc elaborer et mettre en place des strategies de communication ayant pour but de faire monter l'abstention.


Deja vous pourriez limiter les degats en faisant comme en Belgique: vote obligatoire .
Bourdin fait du Bourdin. Gageons que pas mal de ses affidés sont aussi séduits par la fille Le Pen. Là, il va peut-être avoir des problèmes, l'intervieweur fou....et ça va remuer dans le landerneau, prendre de la place et occulter les vrais sujets.
Qui sait si la fille de son père n'en tirera pas avantage....
La prochaine fois il faut que Bourdin lui pose les bonnes questions sur l'origine de son pognon, on verra si l'incotinent se lâche aussi facilement.
C’était un teaser pour le film Shoah hier soir sur France 3 que j’ai regardé en partie, non ?
Il serait intéressant d'avoir les mêmes calculs pour les autres partis.
Bonjour
Allez encore une couche pour parler du FN, un cailloux dans la chaussure bien pratique pour le PS et UMP qui ne parlent pas ainsi de leur politique du pire.
Ce vieux borgne m'a toujours paru louche ...
.
Compte tenu de son âge, est-il raisonnable de penser qu'il rejoindra bientôt le paradis des tortionnaires ?
Est-il inconvenant de s'en réjouir, intensément .. ..profondément .... même modérément ... ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.