128
Commentaires

Le cas du camouflet

Il y a des mots qui m’ont échappé une fois mais pas deux.

Derniers commentaires

Il y a des mots, comment dire...

Je tombe là-dessus :

"Un nouveau lézard de deux mètres et à double pénis découvert aux Philippines.
Ce reptile baptisé
Varanus bitatawa vient d'être découvert dans une vallée du nord de l’île de Luzon..."

Je suis content d'avoir appris comment dire double en Philippin.
une blague sensée également réveiller notre «enfumé»
euh, Anne-Sophie, vous l'avez peut-être fait exprès, mais là, j'ai un doute : censée ?

Je ne veux pas faire le censeur, hein ? Merci pour vos chroniques !
Comme je rentre juste d'une semaine de vacances en Berlusconie, j'ai raté plein de trucs, mais le calembour scato du titre de votre chronique, Anne-Sophie, il est voulu ?
Bravo Anne Sophie . Toujours très interessants à suivre vos
développements littéraires . Pas besoin de tenue de Camouf....
pour en approcher le sens .
Encore un camouflet ! -> http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/03/28/01016-20100328ARTFIG00062-marocaine-expulsee-le-prefet-demande-a-partir-.php
Mais pour tout vous dire, la dernière fois que j'ai enflammé un cornet de papier, ce n'était pas pour souffler de la fumée, c'était pour allumer une vieille bougie au fond d'un pot, vous savez quand il ne reste plus qu'un petit fil de corde à brûler et que votre allume-bougie a déclaré forfait, que le briquet mis à l'envers vous dévore le bout des doigts; et le résultat n'a pas été de la fumée, non, cela a été un splendide feu de feuille de papier, qu'est-ce que je m'imaginais, quelle naïveté ; alors tout à coup en vous lisant, j'ai la perception presque charnelle, que le papier du XVème siècle brûlait moins vite que le nôtre, et voilà comme tout à coup ma compréhension d'un aspect de la vie quotidienne du XVème siècle s'enrichit. J'y suis, une page de peau de quelque chose qui ne brûle pas mais qui fait de la fumée. Oui, décidément, cette chronique instruit. Merci, Anne-Sophie.

http://anthropia.blogg.org
Et, à part dans la chanson de Renaud, je n'ai jamais entendu parler de mandale. Qu'est-ce ?
Camouflet n'est pas un mot tombé en désuétude, dans mon entourage on l'utilise toujours, "à l'oral".
Mais bon, c'est en "Province", comme on dit, terre de "ringards", n'est-ce pas ?

Des bouseux provinciaux souvent plus cultivés qu'en "haut lieu", où l'on se permet pourtant de décréter ce qui fréquentable ou pas...

Pour alterner le recours à Barry Lyndon, j'aurais plutôt illustré avec l'affiche du premier film de Ridley Scott : http://medias.fluctuat.net/films-posters/1/0/10405/les-duellistes/affiche-1.jpg
Bravo la chronique. Merci.

Je dois dire à ma grande honte que j'étais persuadée qu'un camouflet, dans son sens concret, c'était la claque qu'on donnait à quelqu'un pour le contraindre à accepter de se battre en duel. Une mauvaise interprétation d'un film de cape et d'épée, sans doute.
Bonjour Anne Sophie!
Une remarque sur la forme pour vous expliquer pourquoi je ne lis pas votre article (je sais c'est cruel... ne vous vexez pas!)
Il n'y a pas, à côté des images, du texte qui continue à s'écrire, ou de flèche pointée sur l'image pour la commenter.
Ca stimule ma paresse et déçoit mon envie d'être guidé!
Voila!!
A bientôt!
@Anne-Sophie,

Merci de cet n-ième belle chronique, je repars « avec elle sous le bras » ;-)

P.S. : même question que celle posée à Judith [www.arretsurimages.net]. Je rajoute qu'à mon humble avis, l'emploi d'une espace insécable serait opportun, non ?
C'est un mot vraiment désuet qu'on ne rencontre plus qu'à l'écrit.

J'aime bien le mot mouflet pour désigner les mômes.
A côté de mouflet, on rencontre aussi "mouflette"
"Gabriel regarde dans le lointain ; elles, elles doivent être à la traîne, les femmes c'est toujours à la traîne ; mais non, une mouflette surgit qui l'interpelle :
"Chsuis Zazie, jparie que tu es mon tonton Gabriel.
– C'est bien moi, répond Gabriel en anoblissant son ton. Oui, je suis ton tonton."


" Oh! vous savez, dit Zazie, toutes les femmes posent pas des questions comme moi.
-Toutes les femmes, voyez-vous ça, toutes les femmes. Mais tu n'es qu'une mouflette.
-Oh! Pardon, je suis formée.
-Ça va. Pas d'indécences.
-Ça n'a rien d'indécent. C'est la vie.
-Elle est propre, la vie. "

Raymond Queneau - Zazie dans le métro

Un mouflet est aussi un pain mollet (en provençal : Pan mouflet)
Camouflet , c'est le mot de la semaine, même si certains ont tenté de le camouffler.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.