96
Commentaires

Larbin, laquais, salaud : Mélenchon et les Groseille

Il y a des gros mots sortis de la bouche de Jean-Luc Mélenchon qui ont résonné toute la semaine dans la sphère médiatique, ce qui n’a rien de surprenant car les gros mots sont par nature plus visibles que les autres.

Derniers commentaires

mastaubage de cervelle

dissertez sur cet homme ou pllutot ce clown triste qui veux sont 1/4 h de 'gloire'

croyez vous que le travailleur lambda (moi en l'occurance) nous avons le temps, l'envie de nous prendre la tête sur les paroles de ce populeux..
non et nous ne sommes que des gueux!!!!
Nous 'moi ne sommes pas érudits et ne faisons pas parti de l'élite comme meluche l'a été comme il aime à le croire
larbins, laquais, salauds... je trouve ces qualificatifs tout à fait gentillets pour l'engeance qui présente les grands-messes du vingt-heures (ou tous autres horaires d'ailleurs) aux ordres du pouvoir, j'ai nommé : nos journaleux cathodiques (ou non d'ailleurs) parisiens !

lâche, indigne, misérable, méprisable pfouilleouilleouille y'en a plein d'autres en fait des qualificatifs ... l'embarras du choix quoi !!

si j'étais présidente j'imposerai (oui moi ôssi je peux être dictatrice non mais !!) sur les murs des rédactions cette citation :
"Ne fais jamais rien contre ta conscience, même si l'Etat te le demande." Albert EINSTEIN
Et Depardieu, après son intervention sur Inter ce soir (Journal de 19h..) on peut le traiter de Con ??? Il trouve que les grèves ça va bien et que Sarkozy a du courage... Non mais de quoi je me mêle ??? Boycott du gros gégé.
Et la salopette ? elle vient d'où . Saperlipopette !
On trouve en effet le proverbe "sale comme une huppe", "sale comme une hoppe" en lorrain. A noter qu'on rencontre souvent dans la littérature un masculin "salop" qui a été refait après coup.
La première occurrence du terme se trouve dans une des Œuvres satyriques de Charles-Timoléon de Sigogne :

"Or, laissons paistre ceste trouppe1,
Garnison du pauvre salouppe,
En ce vieux haillon de pourpoint."
1 : il s'agit d'une troupe de poux

La preuve que c'est la saleté l'idée de départ... Le terme a ensuite engendré quelques classiques de la contrepèterie :
- une escalope avec une grande salade
- La mariée partit avec un grand salut à la noce
Etc.
Il est entré au cinéma définitivement dans les Tontons flingueurs : "Touche pas au grisbi, salope!"...
En économie, je vous renvoie au "Modèle de Salop" qui, comme son nom l'indique, traite de la concurrence entre magasins disposés sur une périphérie urbaine par exemple, en tout cas en cercle.

Pour info, un jeu d'action sur Nintendo DS s'appelle "Overlord : les Larbins en folie". Quelqu'un a-t-il testé ?
Un journaliste qui travaille dans un journal....
un laquais qui travaille dans un canard....
euhh... si je ne m'abuse, c'est un canard-laquais ? ^^

Je connais la sortie, c'est bon :) pas b'soin

(j'entrouvre la porte : en tous cas merci, anne-sophie pour cette chronique toujours très agréable à lire)
Bref ! L'ami Mélenchon n'est pas insultant, c'est juste qu'il veut améliorer notre culture.

Il lui suffit d'être correctement relayé par votre (brillante) chronique.
Sur Arte en ce moment (samedi soir 19h45) un reportage sur "être journaliste au Mexique et dénoncer la collusion cartels de la drogue/police d'Etat". Là-bas, les journalistes sont menacés directement... En Israël, Charles Enderlin a été menacé à cause d'une image qui la fichait mal pour l'armée israélienne, d'autres sont toujours otages au fin fond de l'Afghanistan...
Mais les larbins, eux, on les voit tous les jours, chez Denisot, ou ailleurs, jour après jour... partout, sur toutes les antennes !
Marre des larbins du Siècle (ce soir Minc sur Canal, Tron sur France 5, et je n'ose même pas envisager ceux de TF1 ou d'ailleurs...
Je ne sais pas si vous avez vu le vite-dit d'hier sur l'interview de M. Guerlain (y pourrait faire partie du siècle, çui-là) :

Elise Lucet, tranquille comme Baptiste, avait laissé passer sans moufter cette phrase :

"J'ai travaillé comme un nègre, je ne sais pas si les nègres travaillent tellement..."
Sympa, non ?

Ben aujourd'hui, en cherchant dans l'actu j'ai trouvé ça :

Tiens, v'là un autre salaud ...
[quote=Anne_Sophie]pourquoi Mélenchon se sent-il obligé de convoquer deux philosophes, Voltaire et Sartre, pour justifier ses insultes ?

pour Sartre je n'sai pas mais pour Voltaire il y fait référence tout de suite dans la vidéo.
Donc si j'ai bien compris, pour qu'une femme soit une salope, il faut qu'elle ait été salopée par un salaud. CQFD. Merci Anne-So.

http://anthropia.blogg.org
Ah super la photo d'un de mes films préféré "Les Autres" avec la
plantureuse Nicole Kidman !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Certain que c'est un film que j'emmenerai sur une île déserte parmis
mes 5 préférés .
Pour l'utilisation de "Salope" par Daniel Gélin moi je préfère de loin la
version de Guy Bedos (plus de conviction dans le ton) .
Non vous n'êtes pas seule , chère Anne Sophie , moi aussi je fait du
commentaire "Live" devant ma télé . Et ca m'amuse ....
Tiens à propose de Mélenchon, je viens de voir Alain Minc en faire l'éloge ce midi sur canal. Surréaliste. [sub]Ou alors c'est une nouvelle tactique de dire du bien de mélenchon pour saper le ps mais j'ai envi de croire que Minc est en train de changer...[/sub]
Lorsqu'on regarde la vidéo extraite du docu de Pierre Carles et lorsque l'on écoute la fin de la défense de Mélenchon face à Aphatie et consorts sur rtl, il me semble qu'il est possible A LA FOIS de comprendre sa réaction et de regretter qu'il l'ait exprimée avec ces mots-là, qui prêtent si facilement le flan à la polémique, voire au procès.
S'il faut que notre chroniqueuse préférée s'attelle à une aussi savante chronique pour essayer de mettre en lumière ce qu'il peut y avoir d'insultant, ou pas, derrière les mots "salaud", "laquais" et "larbin" c'est bien la preuve , à mon sens, que Mélenronchon aurait pu/dû faire moins compliqué.
Il aurait dit quelque chose du genre "Non mais regarde-moi l'autre playmobil là, c'est scandaleux d'aller chercher ce syndicaliste en colère sur ce terrain-là !" il gagnait sur plusieurs tableaux (les rieurs d'abord, les chômeurs, qui savent ce que veut dire être licencié et tous ceux qui considèrent que la première des violences pour le monde du travail c'est la politique de sous-emploi qui sévit depuis trop longtemps).
Au lieu de ça, il a choisi la spontanéité. Maintenant il assume et se défend comme il peut... Quoi dire de plus ?
Ma fille , quand elle voit Pujadas, dit " papa pourquoi le monsieur il a une tête de playmobil " je me sens obligé alors de lui expliquer que c'est un grand journaliste qui a toujours su faire preuve de pugnacité avec les puissants et que ce n'est pas gentil de se moquer de lui, il ne faut souhaiter la mort des gens, cela les fait vivre plus longtemps...
Mieux vaut en rire...


Encore une fois les journalistes alignés ne comprennent pas l'intérêt de cette vidéo de Mélenchon, extraite du prochain film de Pierre Carles. A la manière du Nouvel Obs (remarquez la durée de cette vidéo, 1:46, et surtout ce qui a été coupé), beaucoup de journalistes téléguidés se focalisent sur ces quelques mots "larbin", "laquais" ou "salaud" pour créer une polémique ridicule et très superficielle.
Voici la vidéo en entier soit 4:05 (enfin l'extrait en entier en attendant la sortie du film).
Personnellement la première partie avec le visionnage du JT de France2, la réaction de Mélenchon puis un bref échange sur quoi faire, est intéressante mais assez logique et prévisible en fin de compte.
La seconde, par contre, annonce une livraison de C4 à venir : Pierre Carles parle alors du club Le Siècle et dit qu'il va se rendre, avec son équipe (et caméra qui tourne), à un de leurs diners mensuels, place de la Concorde à l'Automobile Club de France. Mais, chut, silence, bouche cousue pour la plupart des journalistes collaborateurs : on ne parle jamais de ce sujet.
Il suffit de décrypter la réaction de Mélenchon dans cette seconde partie, par exemple quand il lâche les fameux "qu'est-ce que c'est cette histoire" ou "c'est un peu parano votre histoire"... Tout est limpide : même un soi-disant révolutionnaire ne connaît pas ce cercle et surtout se charge de ridiculiser son interlocuteur. Pierre Carles sait se défendre donc Mélenchon n'arrive pas à son objectif. Et les journalistes manipulateurs n'abordent pas cette deuxième partie car elle va à l'encontre de leur propagande.

Donc oublions ces journalistes ridicules (vous savez ceux qui participent au club Le Siècle par exemple, David Pujadas, Arlette Chabot, Patrick Poivre d'Arvor, Jean-Marie Colombani, Franz-Olivier Giesbert, Anne Sinclair, Marc Tessier, Serge July, Laurent Joffrin, Emmanuel Chain... pour ne citer que le monde journalistique) et renseignez-vous sur le club Le Siècle !

Et @si n'est pas en reste : même dans ce papier, vous arrivez à ne pas citer le club Le Siècle, bravo Dan ! Dans celui-ci, non plus. Même dans cet édito, nada.


... sinon on risque de vouloir couper quelques têtes
+1

J'ai eu la même réaction que vous, et cette question a été plusieurs fois posée par le passé sur le forum @si, sans succès ( comme ici http://www.arretsurimages.net/forum/read.php?5,1063517,1063541#msg-1063541 ). Il semble bien effectivement que cela constitue le tabou ultime journalistique. Et j'aimerais bien être démenti par la rédaction d'@si.

Pour en revenir à JLM et son étonnement ( sincère ou pas, je n'en sais rien ) concernant l'existance de ce cercle « Le Siècle », dans la vidéo de Pierre Carles, oui en effet on peut s'interroger sur la suite des événements : Pierre Carles fait-il dans son film le récit du lendemain, caméra sur l'épaule, devant l'entrée de l'Automobile Club de France, et surtout JLM s'est-il lui aussi rendu sur place pour constater de la véracité des dires de Pierre Carles.

JLM, sur le plateau de l'émission Ce soir ou jamais diffusée jeudi 14 octobre 2010 sur France 3, a évoqué ( très rapidement ) « Le Siècle » :

http://ce-soir-ou-jamais.france3.fr/?page=emission&id_rubrique=1172 ( timecode 33:29 )

D'ailleurs, il est intéressant de remarquer que tout le monde sur le plateau de Ce soir ou jamais semble avoir connaissance de ce cercle, et bizarrement, Frédéric Taddéï ne trouve pas nécessaire de contextualiser le propos de JLM, alors qu'il a pourtant habituellement la main sur le buzzer à chaque fois que quelqu'un lance un nom, rapelle un événement de façon évasive, essaie ( et il a raison, comme Daniel Schneidermann ), de faire de l'éducation à l'endroit des téléspectateurs qui ne sauraient pas, eux, de quoi on parle. C'est très révélateur je trouve.

On nous répondra que c'est de nototiété publique, qu'il n'y a pas lieu de fouetter un chat, qu'il y a plus grave, et qu'un journaliste quelque-part en a déjà parlé il y a 10 ans dans un article de la PQR, et que de toutes façons cela n'intéresse pas légens...

P.S. : c'est vrai que dans l'article de Le Plan B il est question, sans explication néanmoins, du « Siècle » ( « Vive le laquais du Siècle ! Vive le roi des laquais ! » ) ce que même sur @si on n'a pas jugé bon de reprendre http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=3151.

http://www.leplanb.org/Communique-David-Pujadas-recoit-sa.html
Je viens de voir ce meeting de Jean-Luc Mélenchon au Dejazet le 18 octobre 2010 où il cite aussi Le Siècle (36:08 exactement mais commencez à 35:48). Il semble donc qu'il ait bien découvert ce cercle grâce à Pierre Carles et qu'il se soit renseigné par la suite.
Discours que j'ai bien apprécié, donc je vous le conseille
Il parle même de Robespierre (pour faire référence aux posts un peu plus bas)
concordance de temps (presque intrigante) : à midi, au déjeuner, je faisais référence à cette fin de cette vidéo et à l'évocation de ce cercle du Siècle (pourquoi pas de l'Univers tant qu'on y est), étant moi-même persuadée que c'était une rumeur conspirationniste. Qu'avais-je dit ! Et donc grande naïve que je suis, j'ignorais totalement son existence. Donc oui, archi oui, ça serait bien vu un papier sur le sujet (Dan, si tu nous entends...)
Vous n'avez pas lu les Pinçon-Charlot ? Le Siècle, c'est pas le pire au fond : c'est l'endroit ou la droite et la gauche de droite se retrouvent pour discutailler de temps en temps, assez rarement même, entre politiques, entrepreneurs, journalistes... parmi les plus "en vue" et les plus riches. Mais ce phénomène se retrouve quasiment partout où les élites peuvent le faire :
Cela fonctionne dès le plus jeune âge, ou la formation : les activités de jeunesse pour les enfants ; puis les rallies ; puis les écoles. A Sciences Po, on est invités à un dîner de fin d'année (enfin "invités" : c'est 70€ je crois, je n'y vais pas) pour ceux qui vont recevoir leur diplôme (ou pour tous ? pas sûr, je vérifie), où l'on peut être situé à des tables avec d'anciens élèves qui ont réussi dans leur branche (les plus visibles dernièrement : Jospin, Juppé je crois, PPDA...). Il y a la pratique bien sûr des réseaux d'anciens élèves, importants : d'ailleurs quand vous travaillez sur la gestation de l'ENA (voir THUILLIER, Guy, L'ENA avant l'ENA) les débats tournent autour de cela. Le groupe X-Crise proposait qu'on forme les futurs dirigeants d'entreprise et les futurs hauts fonctionnaires dans une même "école polytechnique d'administration" ou "école normale d'administration" pour qu'il y ait un "esprit de camaraderie entre eux" qui permette de parvenir plus facilement au compromis, évitant les conflits. Jean Zay avait proposé une ENA, comme Jules Moch, avec une importante place des boursiers des lycées, pour "démocratiser la haute fonction publique", mais le projet a été fortement critiqué sur sa gauche avec toujours cette inquiétude : mais cette élite qui va être formée ensemble, comment s'assurer de son caractère républicain ?
Au fond, c'est très souple comme fonctionnement : beaucoup de fils de non-élites à Sciences Po (25% de boursiers) et même jusqu'à l'ENA ; des gauchistes (UNEF très majoritaire) ; mais tant qu'on s'assure que ceux qui vont au bout n'ouvrent pas trop fort leur gueule sur les sujets les pires (inégalités pourtant criantes à Saint-Germain, dette africaine, passif colonial, "affaires", corruption...), ça va.
Ce n'est pas complotiste : c'est le fonctionnement des classes sociales, sous la forme de réseaux.

Quand j'étais encore plus jeune, je trouvais aussi que ces focalisations sur le Siècle ou le groupe Bilderberg étaient complotistes ; et j'avais l'impression que "tout le monde" connaissait ces noms. Mais d'abord j'ai été étonné : je vois des étudiants en bac +5 en histoire ou science politique qui les découvrent seulement ; et ensuite je me suis bien rendu compte que cela existe, qu'il y a une importance de ces lieux de sociabilité. Mais aussi que certains les surestiment effectivement, sans être non plus dans le "complot" : simplement, il n'y a pas besoin d'y décider quoi que ce soit, uniquement de s'assurer que les élites pensent la même chose, connaissent leur intérêt, et savent qu'il est commun. Cela acquis, chacun fait ce qu'il veut, sa décision sera bénéfique pour tout le groupe. Il me semblait que les Pinçon expliquaient cela très, très bien sur votre plateau (et dans leurs livres).


Voici la vidéo en entier soit 4:05 (enfin l'extrait en entier en attendant la sortie du film).


Dans le film en entier on ne voit pas davantage Mélenchon que dans l'extrait. Le plus intéressant de la rencontre, malheureusement, n'a pas été filmé. On saurait alors ce qui risque d'arriver si Mélenchon arrive un jour au pouvoir...
Dominique... Dominique... vous en dites trop. Ou pas assez.

Moi je dis : pas assez.

Dominique... Dominique... vous en dites trop. Ou pas assez.

Moi je dis : pas assez.


Allez en paix. ASI ne risque rien... Disons que Mélenchon a parfois certains accents robesperriens (les plus anciens se rapporteront aux propos attribués à Paul Quilès au congrès de Valence).
Je comprends très bien votre propos Dominique. Vous n'êtes pas le premier que j'entends, qui décrit la face sombre de Mélenchon quand les caméras sont off...
J'espère seulement que Pierre Carles parle un tout petit peu plus du club Le Siècle dans son film. Pour moi, ce fut un bon teaser l'interview de Mélenchon ^^

Je comprends très bien votre propos Dominique. Vous n'êtes pas le premier que j'entends, qui décrit la face sombre de Mélenchon quand les caméras sont off...

J'espère seulement que Pierre Carles parle un tout petit peu plus du club Le Siècle dans son film. Pour moi, ce fut un bon teaser l'interview de Mélenchon ^^


Ben non, apparemment je ne me suis pas bien fait comprendre. Pour ma part, je ne parlerais pas de face sombre, puisqu'au contraire j'ai toujours trouvé Mélenchon très sympa hors caméra. Je ne porte aucun jugement de valeur sur ce qu'a pu dire Mélenchon en la circonstance, vu que je ne sais pas précisément ce qu'il a dit. J'évoque simplement une certaine tonalité des propos. Que je pourrais éventuellement partager.
Il aurait dit: "tu m'fous les glandes, pis t'as rien à foutre dans mon monde, arrache-toi là, t'es pas de ma bande, casse-toi, tu pue,...". Non, j'invente. Enfin j'invente..., c'était tout prêt à l'emploi (c'est du Voltaire).
Si si on s'est très bien compris... ne vous inquiétez pas.
Peut-être, nous n'avons pas tout à fait le même point de vue sur Robespierre et la révolution française ;-)
Ma formule "face sombre" permet de dissimuler plusieurs éléments avec différents niveaux de lectures.
Je souhaite aussi vous avertir que d'autres se sont déjà rendus à l'Automobile Club de France caméra à l'épaule, mais vous le savez surement.
Ceux qui veulent savoir, savent.
Il y aura un DVD avec un bonus "Mélenchon dictateur en puissance" ?

Il y aura un DVD avec un bonus "Mélenchon dictateur en puissance" ?


Pas possible. L'interdiction aux moins de 18 ans n'y suffirait pas.
Un véritable bonheur d'érudition et d'humour, je me suis extasié et ai pouffé tout du long, avec de francs éclats-de [s]dire[/s] rire.

Merci tout plein.
En ce qui concerne la référence à Voltaire, j'espère qu'il ne s'agit pas d'une carlabrunite (cf. l[s]a[/s]e pseudo [s]madeleine[/s] mendiant de Proust). J'ai aussi cherché sur Google, sur Google Books, et j'ai lancé une recherche très large avec "laquais + vices" dans deux tomes des Oeuvres complètes de Voltaire, édition Garnier frères, sur Gallica... sans succès. Sachant qu'il y a plus de 40 tomes, je crois que je vais en rester là. Avis aux courageux !

http://gallica.bnf.fr/Search?ArianeWireIndex=index&p=1&lang=FR&q=voltaire+oeuvres+compl%C3%A8tes
Pas le temps de tout lire, mais il faut que je dise tout de suite mon plaisir.
MERCI - et je ne suis pas une gaspilleuse : mes sous sont bien placés.
J'avoue ne pas très fan d'attaquer le lecteur en début d'articles :
" Ça ne vous dit rien? Permettez-moi de vous dire que vous êtes de sacrés gaspilleurs. Vous ne consommez pas l’ensemble de la production de ce site et c’est regrettable. 35 euros par an ou 3 euros par mois c’est peu mais quand même. Ce n’est pas une raison pour gâcher et laisser périr dans le réfrigérateur des articles bien ficelés, goûteux, qui ne demandent qu’à être lus sinon parcourus. Vous n’aviez pas fait attention ?"

Ça ne donne pas trop envie de continuer même si c'est du second degré. Cela ne se justifie même pas dans le reste de l'article. Étrange je reste bloqué sur c'est quelques phrases qui se veulent humoristiques, et traitent le lecteur d'andouille, d’écervelé et de feignant. Celui qui devrait lire ASI comme une bible du matin au soir. Ou alors vous vous mettez à la hauteur de Mélanchon encore que celui-ci n'insulte pas ses partisans.
On va donner ce texte (célèbre, de Brassens) à Mélenchon pour agrandir son répertoire...

Tous les morbleus, tous les ventrebleus,
Les sacrebleus et les cornegidouilles,
Ainsi, parbleu, que les jarnibleus
Et les palsambleus,
Tous les cristis, les ventres saint-gris,
Les par ma barbe et les noms d'une pipe,
Ainsi, pardi, que les sapristis
Et les sacristis,
Sans oublier les jarnicotons,
Les scrogneugneus et les bigre et les bougre,
Les saperlottes, les cré nom de nom,
Les pestes, et pouah, diantre, fichtre et foutre,
Tous les Bon Dieu,
Tous les vertudieux,
Tonnerre de Brest et saperlipopette,
Ainsi, pardieu, que les jarnidieux
Et les pasquedieux.
(c'est le refrain...)
mais bon ce sont plus des jurons que des insultes... A relire aussi pour le plaisir les répliques du capitaine Haddock !
pourquoi Mélenchon se sent-il obligé de convoquer deux philosophes, Voltaire et Sartre, pour justifier ses insultes ? Pourquoi ne pas avoir argué tout simplement que ces mots sont ceux de l'espace privé ?

Bonjour,

Je pense que la raison est simple , invoquer une conversation privé c'est une forme lâche d'excuse, un "j'ai de droit de penser ce que je veux de vous mais attention a ne pas le dire en publique" , une hypocrisie en d'autre terme.

Par ailleurs, un certain nombre de Journaliste se sont insurgés: " on arrive au injure c'est pitoyable" ( (c)vue à la TV) et c'est là ou l'on trouve l'autre élément de réponse. M Mélanchon ne justifie pas ses paroles au contraire il cherche à enfoncer le clou avec une autre critique "non seulement vous n'avez aucun sens morale (sens de salaud, si étymologiquement on parle de saleté corporelle, le sens a dévié vers la saleté de l'esprit, de la moralité) mais en plus vous êtes incapables de comprendre le français" : Comprendre la différence entre une injure comme "casse toi pauvre con" , qui montre la vulgarité et l'absence de bonne éducation de la personne qui les prononces et une critique avec l'emploit d'un mot qui a un sens au delà de celui utilisé à la télévision.

Est-ce réussit ?
Bof, je doute que nombreux soient ceux qui aient ouvert un dictionnaire pour cherche la signification de salaud..
Je constate que virtuellement personne ne c'est intéressé à la moralité éditoriale de M Pujadas ..
On a vue une profession répondre en coeur, refusant de se remettre en question, sur la ligne du "nous sommes injuriés"

Malgré cela c'est à mon avis sensiblement mieux qu'une l'arternative

Ps:Au fait Il y a t'il eut une justification donnée "Au casse toi pauvre con" autre que "il est vulgaire, c'est dans sa nature, faite avec?"
Quand je vois Apathie, Chabot , Ferrari et consorts venir prendre la défense de ce bon Pujadas sur le plateau du grand journal, j'ai d'autres mots qui me viennent en tête....
mais je dois trop travailler en zep....
[quote=Anne-Sophie]"J’invite Pierre Carles à venir me filmer regardant ou écoutant les infos, le matin comme le soir (enfin avec une préférence le soir parce que le matin je suis en chemise de nuit)".

Vous faites pas de soucis. Je connais Carles, ça ne le dérangera pas du tout que vous soyez en chemise de nuit...
Métathèse, métaplasme : la contrepèterie n'est pas loin (mais pas maintenant, je dois partir manifester) !
Essai sur l'art de ramper à l'usage des courtisans

Extrait de la correspondance littéraire de Grimm et Diderot...

C’est au seul courtisan qu’il est réservé de triompher de lui-même et de remporter une victoire complète sur les sentimens de son cœur. Un parfait courtisan est sans contredit le plus étonnant de tous les hommes. Ne nous parlez plus de l’abnégation des dévots pour la Divinité, l’abnégation véritable est celle d’un courtisan pour son maître ; voyez comme il s’anéantit en sa présence ! il devient une pure machine, ou plutôt il n’est plus rien ; il attend de lui son être, il cherche à démêler dans ses traits ceux qu’il doit avoir lui-même ; il est comme une cire molle prête à recevoir toutes les impressions qu’on voudra lui donner.

Il est quelques mortels qui ont de la roideur dans l’esprit, un défaut de souplesse dans l’échine, un manque de flexibilité dans la nuque du cou ; cette organisation malheureuse les empêche de se perfectionner dans l’art de ramper et les rend incapables de s’avancer à la Cour. Les serpens et les reptiles parviennent au haut des montagnes et des rochers, tandis que le cheval le plus fougueux ne peut jamais s’y guinder. La Cour n’est point faite pour ces personnages altiers, inflexibles, qui ne savent ni se prêter aux caprices, ni céder aux fantaisies, ni même, quand il en est besoin, approuver ou favoriser les crimes que la grandeur juge nécessaires au bien-être de l’État. Un bon courtisan ne doit jamais avoir d’avis, il ne doit avoir que celui de son maître ou du ministre, et sa sagacité doit toujours le lui faire pressentir ; ce qui suppose une expérience consommée et une connaissance profonde du cœur humain. Un bon courtisan ne doit jamais avoir raison, il ne lui est point permis d’avoir plus d’esprit que son maître ou que le distributeur de ses grâces, il doit bien savoir que le Souverain et l’homme en place ne peuvent jamais se tromper.

Le courtisan bien élevé doit avoir l’estomac assez fort pour digérer tous les affronts que son maître veut bien lui faire. Il doit dès la plus tendre enfance apprendre à commander à sa physionomie, de peur qu’elle ne trahisse les mouvemens secrets de son cœur ou ne décèle un dépit involontaire qu’une avanie pourrait y faire naître. Il faut pour vivre à la Cour avoir un empire complet sur les muscles de son visage, afin de recevoir sans sourciller les dégoûts les plus sanglans. Un boudeur, un homme qui a de l’humeur ou de la susceptibilité ne saurait réussir.


Et ça date de 1764...
Tiens, c'est marrant ça, j'ai lancé un post il n'y a pas longtemps par ici suggérant à Anne-Sophie de nous éclairer sur ces trois jolis mots. Et pouf.

Alors comme ça, il suffit de faire un voeu dans un forum et voila-t-y-pas-l'exhaucementité d'un coup ?

Bon alors, fée Anne-Sophie, pour le prochain voeu (on a bien droit à trois, normalement, non ?)....
La métamorphose de tous les néo-ultra-libéraux-conservateurs-gningnin en herbe à chat, c'est possible ? s'il vous plait ?
Quand on sait que 95% des journalistes ont fait campagne pour le oui a la constitution européenne alors que 55% de français on dit non; soit un fantastique bras d honneur !!Peut on considerer ça comme un insulte pour lémédiats ? Meme pas honte..Melenchon dit tout haut ce que beaucoup de français pensent..bravo!
Quel plaisir de vous lire Anne Sophie !
Me voilà donc rassurée sur ma santé mentale, je ne suis pas la seule à râler quand j'écoute les jités (et pourtant, moi, je suis pas grassement payée pour ça, je dois être un peu maso, haha) ni à avoir envie de casser la télé.

Je pensais donc que voir Pujadas causer dans le poste avait soudain créé chez moi un puissant syndrome de Tourette. Bien plus hard que de vagues "laquais" ou "larbin" (il est culturé, Méluche).

Il s'avère que c'est tout à fait normal, donc, merci, Anne So ...

Gavroche Groseille...
- En linguistique, la métathèse est une modification phonétique de la famille des métaplasmes.
- En chimie, la métathèse est une réaction chimique.


http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9tath%C3%A8se

Anne-Sophie ne jurez pas ! http://www.youtube.com/watch?v=E7XV6z_0RPA
" Contrairement à larbin, le passage de soldat à domestique est moins incongru. En effet, le larbin est le valet qui porte une livrée avec les armes de son maître. Soldat, armes, armoiries... vous suivez ? "

heu... laquais plutôt que larbin dans cette phrase ? non ?
Le valet, portant armoiries de son maître sur sa livrée, est un soldat, comme le laquais, pas comme le larbin.

OU bien ?
Quel plaisir à lire ces quelques gros mots. Bravo à la chroniqueuse (non je ne ferais pas de jeu de mot sur chroniqueuse !!!)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.