96
Commentaires

"L'Alt-right" : la fachosphère made in US qui a soutenu Trump

Si vous n’avez pas encore entendu parler de l’alt-right (contraction en anglais de "droite alternative"), l’accession de Donald Trump au pouvoir devrait rapidement vous en donner un aperçu. Derrière le terme encore méconnu en France, on trouve une nébuleuse d’extrême droite, raciste, viscéralement antiféministe et qui se donne pour but de sauver "l’identité blanche" aux États-Unis. Une nébuleuse qui rappelle la fachosphère française, et dont l’un des principaux représentants, le patron de Breitbart, vient d'être nommé chef de la stratégie de Trump à la Maison Blanche. Un peu comme si le fondateur de Fdesouche était nommé à l’Élysée.

Derniers commentaires

Vous réussissez l'exploit de ne jamais citer le fondateur du concept d'Alternative Right, Richard Spencer, qui, avait lancé AlternativeRight.com en 2010 et qui a depuis le début de l'année lancé une version modernisé : Alt-Right.com, un autre site, Radix, présente également des textes de Spencer et de cette Alt-Right "originelle". (Nulle publicité dans ces liens, c'est simplement s'il vous prenait l'idée saugrenue d'aller aux sources, et non uniquement à des sources secondaires souvent partielles et partiales) Elle pourrait se résumer en un nationalisme blanc dur, raciste ("race realist" selon leurs termes) qui s'inscrit dans la continuité de figures plus âgées comme Kevin MacDonald et Jared Taylor.

Si ce mouvement a en effet largement été dépassé et pris une réalité en grande partie différente à travers la campagne et l'élection de Trump, passer totalement sous silence cette composante d'origine et toujours vivante me semble une impasse majeure. Les tenants de cette Alt-Right derrière la figure de Spencer appellent d'ailleurs Breitbart et quelqu'un comme Milo Yiannopoulos, "l'Alt-Lite", eux étant plus durs, et il faut bien le dire plus solidement structurés intellectuellement, quoi qu'on pense desdites structures. (Grosse influence de la Nouvelle Droite française et européenne notamment combinée au racisme propre aux mouvements nationalistes américains) Il pourrait d'ailleurs être intéressant d'étudier comment à l'origine un mouvement marginal, intellectuel, qui s'apparente à un think tank à l'audience limitée si ce n'est confidentielle, a pu trouver un écho dans la mouvance informelle et beaucoup plus large qui a soutenu Trump sur internet, de Breitbart aux trolls de 4chan postant des images de grenouille.

Que vous ne rentriez pas dans le détail de ces querelles picrocholines et de phénomènes métapolitiques de "guerre culturelle" dans le cadre d'un panorama large destiné à un public français peut certes se comprendre, même si rendre compte des nuances et des différences honore plus à mon sens le travail d'un journaliste que de tout regrouper façon fourre-tout sous une étiquette sans, manifestement, avoir pris la peine d'étudier sérieusement le sujet.

Mais je ne me fais guère d'illusions sur la probabilité d'enquêtes plus sérieuses sur cette "fachosphère" américaine, puisque s'agissant de la "fachosphère" française, malgré son caractère moins exotique, les approximations pour ne pas dire une franche ignorance semblent également de mise.

En effet, écrire "la Nouvelle droite française d’Alain de Benoist comme principale source inspiration. La même qui théorise le Grand remplacement." est plus que léger, pour ne pas dire mensonger.
La Nouvelle Droite entendue dans un sens très large a en effet pu inspirer nombre de personnes et mouvements actuels, qu'on peut qualifier d'"identitaires", qui reprennent le concept de Renaud Camus (qui n'a rien à voir avec la Nouvelle Droite...) de Grand Remplacement. Mais Alain de Benoist lui-même s'en est plutôt détaché les rares fois où il a pu aborder la question (voir ici et ici). J'ai même eu du mal à trouver les deux sources que je donne (une est d'ailleurs sur la "remigration" mais c'est le pendant du Grand Remplacement chez ceux qui en parlent) puisqu'il n'en parle pour ainsi dire presque jamais. Curieux pour un "théoricien du Grand Remplacement"... Les tenants du Grand Remplacement, bien qu'ayant pu être influencés pour certains par les écrits d'Alain de Benoist et de la Nouvelle Droite, le critiquent d'ailleurs souvent pour ses positions ou ses absences de position sur la question. Quant aux publications de ce qu'on appelle la Nouvelle Droite stricto sensu (le magazine Éléments, les revues Nouvelle École et Krisis), pour peu qu'on prenne la peine de les ouvrir plutôt que de se référer à des sources secondaires qui elles-mêmes ne les ont jamais ouvertes (Ariane Chemin du Monde pour l'auteur de l'article ?), elles n'ont rien à voir avec une "théorisation du Grand Remplacement". Je suis même certain qu'on trouverait plus d'articles sur l'immigration ou l'Islam, pour ne pas parler des unes, dans n'importe quel hebdomadaire français (Le Point au hasard) que dans ces "affreuses publications d'extrême droite"...

Bref, que vous soyez hostiles à ces idées, ces courants de pensée et que vous le disiez ou le fassiez comprendre dans vos formulations, c'est la liberté de tout journaliste et je préfère un journalisme qui assume ses opinions plutôt qu'un journalisme prétendant à cette chimère qu'est l'objectivité, façon Décodeurs du Monde, mais ça n'interdit pas de s'informer un minimum sur ce que l'on dénonce explicitement ou implicitement, afin d'éviter des lacunes, des caricatures voire des erreurs telles que celles de cet article.
A la base, GG est bel et bien né d'une réaction de la communauté face à des petits mic-macs entre amis au sein des divers blogs de jeu vidéos, certains qui se plaçaient en tant que leaders d'opinion, et dans le but de demander que des chartes éthiques soient instaurées et respectées au niveau des publications de ces sites. L'idée initiale, en tout cas celle qui a su lever les foules de passionés, est légitime.
N'est-ce pas le minimum que de demander qu'il n'y ait pas de copinage entre journalistes (ou bloggeurs qui arrivent à avoir une force digne de journalistes sans en avoir la légitimité) et développeurs de jeux ?
Ou bien exiger que lorsque l'auteur d'un test pour le jeu X, qui a été invité à un séjour d'une semaine tout frais payés par l'éditeur du jeu X (avec au programme alcool, piscines, jet-ski et soirées endiablées encadrant quelques misérables heures de test millimétré par le service communication), une mention en soit faite au début de l'article pour informer le lecteur ?
Mais encore, exiger que les liens sponsorisés qui criblent les articles soient distinguables du contenu ? Quid du publi-rédactionnel ? Peut-on imaginer qu'un article louant le jeu Y soit un tant soit peu objectif quand le reste du site est saturé de publicités pour le jeu Y ?

C'était pour ces raisons, et d'autres, que j'ai suivi GG. Et de ce combat sont sortis plusieurs avancées vers une presse JV en laquelle le lecteur peut retrouver confiance. Certains sites respectables (eurogamer, the escapist, etc.) ont instauré des chartes d'éthique et signalent quels articles sont sponsorisés ou quels tests sortent de voyages éditeur (de manière similaire à Gamekult). Peut-être moins noble, mais une base de données (deepfreeze.it) listant les transgressions des journalistes/bloggeurs à vu le jour. Dans cette phase initiale, GG a été un moteur incroyablement positif.

Mais au fil du temps le mouvement s'est politisé, notamment par l'impulsion de Milo Yiannopoulos, qui a probablement été le premier à voir la force et l'énergie de jeunes gens en colère et à su la récupérer, la canaliser, la catalyser et la transformer et cette arme de destruction massive qui a rendu certains sites pratiquement inutilisables pour qui cherche une discussion dénuée de sous-entendus politiques, fausses véritées (crachées à la fois par GG mais par les anti GG qui ne sont pas tous blancs comme neige) et interminables argumentaires politiques.
C'est à ce moment là que j'ai laissé tombé, tant le focus a dérivé d'un combat juste en une sorte de croisade sans queue ni tête, avec comme seul dénominateur commun enmerder le plus de personnes possibles. Et surtout, la manière dont cette débauche de violence de la part des deux camps (GG et aGG) a pris internet en otage, transformant twitter et cette sorte de champ de bataille 2.0 ou les victoires se comptent en bloquages et suppression de comptes, en signalement massifs, en un cercle vicieux engendrant de l'énergie négative qui cristalise autour de ces deux exécrables pôles.

Donc voila, on peut trouver moult maux à ce qu'est devenu gamergate, mais l'idée initiale est juste. Et peu de publications relatent cette phase de l'histoire de mouvement, préférant se centrer sur les histoires sordides nées de la récupération politique qui a été faite.
Voilà ce que donne une conférence de l'alt-right à Washington, avec Richard Spencer, le chef historique / inventeur du terme, qui doit être très jaloux de Bannon, n'ayant pas encore eu sa place dans l'administration Trump (vue la tendance des nominations faites jusqu'ici, ne devrait tarder, comment résister à des fans si passionnés qu'ils tendent le bras en scandant "Hail Trump" ?).
L'arnaque de """L'Université Trump"""

http://www.lefigaro.fr/international/2016/11/19/01003-20161119ARTFIG00086-donald-trump-paye-25-millions-de-dollars-pour-eviter-un-proces.php
Les nazis ont remplacé la lutte des classes par la lutte des races . "Ils ont voulu la lutte des classes, ils auront la lutte des races jusqu'au couteau de la castration" dit Hitler dans Mein Kampf; passionnante émission dans les Nuits de France-Culture; c'est à 34min20s.

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/langage-poesie-et-totalitarisme-dialogue-croise-entre-jean

C'est ce que font encore les partis d'extrême-droite aujourd'hui. On peut aussi remplacer races par religions. Le principal est que la lutte des classes soit escamotée.

Les Trump disent " nous sommes les conservateurs" et "nous sommes les révolutionnaires" mais pas dans la même phrase, leur imposture apparaîtrait au grand jour (dans la même émission, à 58min 31s.)
Emission de 1974, complètement d'actualité.
Pendant que DS entretient sa fixette sur Donald Trump et s'abreuve de fachosphère, son meilleur ami, Franz-Olivier Gisbert, nous parle, dans une courte interview (4mn) donnée à la RTS, de la présidentielle française et, incidemment, d'Hillary Clinton. Selon lui, "elle est véreuse". En revanche, il imagine très bien la droite nationaliste, dédiabolisée, participer à un futur gouvernement. J'en conclus que, pour Gisbert, Marine Le Pen est moins véreuse que Killary Clinton. J'imagine déjà les crises cardiaques dans les forums d'a@si. Préparez les défibrillateurs.
Un truc "surprenant" c'est la faible imagination de la complosphère quant aux explications de la victoire du candidat soutenu par Alex Jones.

Enfin je veux dire :
- on a des sondages et médias qui se sont trompés de manière suspecte, conduisant à la démobilisation de l'électorat démocrate dans une élection qui apparaissait à tort gagnée d'avance
- un candidat minoritaire élu par surprise par la première puissance mondiale en promettant des bouleversements de sa politique internationale tels qu'ils pourraient facilement être décrits par les termes "nouvel ordre mondial"
- le tout dans un contexte de truquage d'élections documenté depuis des années, celui qui a permis celle de GW Bush, souvent utilisée pour appuyer les thèses de cette mouvance

Normalement les sites dédiés devraient être plein de théories sur à qui profitait le crime sondagier, comment cette manipulation confirme leurs thèses, comment un nouveau pas a été franchi dans la marche vers le NWO, etc...

Mais non, s'il y a bien quelques obscures vidéos circulant sur youtube sur les signes illuminatis faits par le Donald (au passage j'ai découvert que le geste consistant à se toucher deux doigts pour éviter de pointer du doigt que recommandent tous les conseillers en image aux politiques pour ne pas trop évoquer Hitler en est un :D), les grands noms de la complosphère sont d'un silence assourdissant quant à cette trouble élection.
Par exemple notre Meyssan national, qui non content de n'avoir même pas encore émis une théorie ni annoncé la sortie d'un livre sur cette effroyable imposture (soit un retard de 6 jours sur sa vitesse de réaction habituelle à tout événement important) semble même accepter sans sourciller l'élection du probable reptilien.

Je dois avoir l'esprit un peu complotiste, mais quand même on ne m’ôtera pas de l'idée que toutes ces ."..sphères" sont un peu reliées.
Je ne comprends pas vos inquiétudes... le président de l'assemblée ukrainienne libérée, démocratique et pro UE est le cofondateur du parti nazi ukrainien avec son pote Oleg soutenu par un candidat à la présidentielle US (McCain) et ça n'empêche aucunement les plus hauts responsables de l'UE de lui serrer la main et de faire des photos souriantes, et personne ne s'intéresse à ses déclarations...
Comme quoi les nazis c'est comme les djihadistes, il y a ceux qui sont avec nous, et les méchants.
L'ALT-RIGHT, je pensais que c'était un raccourci-clavier.
Merci pour cet article qui nous éclaire bien sur les soutiens de Trump, même si c'est la minorité active et pas l'ensemble de son électorat.
Spécial dédicace à celles et ceux qui y voient un truc de gauche ou compatible avec un truc de gauche...
Note pour plus tard : intéressant ce qui est dit à propos de la reconnaissance apportée par Hilary C elle-même au "mouvement". Ne pas nourrir les trolls, ne pas alimenter le buzz des Sarkozy et autres Marines... plus difficile à dire qu'à faire !
Je me suis dit aussi que le dernier meeting des démocrates (Clinton et Obama en famille) qui n'a fait que taper sur Trump (d'après l'écho dans les grands médias en tout cas) était une énorme maladresse, à quelques heures du vote.
Puisque vous mettez des guillemets à "blancs", j'espère que vous en mettez aussi à "noirs"....
Ce qu'il y a de bien avec @si, c'est qu'on n'a pas besoin d'acheter Le Monde pour le lire.
Il faudrait attribuer un état à tous ces mâles blancs mal dans leur peau. Ils pourraient y vivre tranquilles entre eux, pas de mélange,
et s'y tripoter la nouille à longueur de journée.
Rassurez-vous, 53 % des femmes blanches ont voté Trump.
Enfin un homme, un vrai, fort et protecteur, pour ses miss, ses princesses et reines, de quoi assurer à Melania un podium de star, à Ivanka une promotion dans la boite de papa, et à Ivana un poste dans une ambassade. En plus, avec lui, on n'a pas à se gêner avec les boniches, elles ont intérêt à bien faire leur boulot, sinon, direct à la frontière, "you're fired".

Et pour le coup, comme ces mentalités ne sont pas spécifiquement "blanches" (cf la princesse saoudienne et l'artisan parisien), remettons du Stephen Colbert avec l'étrange Omarosa : "It is the ultimate revenge to become the most powerful man in the universe".
Si vous êtes partante pour participer à votre propre désastre, allez-y.
Loin de moi l'idée de critiquer votre orthographe - je fais plein de fautes, sans compter celles que je ne vois pas - mais je crois qu'il eut été préférable d'écrire État avec une majuscule, sinon le sens de la phrase s'en trouve altéré. Quel état faudrait-il leur attribuer ? Comateux ? Liquide ? Proche de l'Ohio ? ;-)
Hélas...le mâle blanc mal dans sa peau n'a de cesse que tous les non mâles non blancs se sentent mal dans la leur. Sachons deviner leur souffrance, et tentons l'impossible thérapie : l'humour. A faible, très faible dose, homéopathique. Sinon, c'est simplement cruel, et dangereux.
Et donc comme pressenti depuis longtemps la fachosphère a entouré Trump de sa bienveillance.
Et comme pressenti la voilà qui entre à la Maison Blanche par le biais de certains de ceux qui professent les mêmes idées qu'elle.

Quant à savoir ce que recouvre le mot fachosphère, tournons-nous vers la définition de Stephen Colbert concernant l'alt-right, à savoir "Think about what's right, then think about the alternative to that."
C' est ce que j' aime, chez ASI...L' information! J' avais jamais entendu parler de FdeSouche, ni de 4, 8,16Chan, ni d' une quelconque "fachosphère": perso, j' en était resté à JeuneNation/Occident, Duprat-la-vermine (RIP), Tixier, Malliarakis ( RIP aussi...En fait! ), les 33t de la Serp, le 10ème anniversaire de Budapest...Ma jeunesse, quoi!
Et puis j' ai eu 17 ans...!
MAIS..." trolls...fauteurs de troubles faisant les malins... ", là, ça m' a parlé de suite! Vous pensez bien ( C' est qu' une formule, hein...) que ça m' a effleuré les oreilles une paire de fois: d' habitude, ça permet de se faire une idée sur la capacité de l' interlocuteur à assimiler une information " complexe " ( Dépassant les slogans/lieux communs habituels, quoi. )...En règle générale, ça vient juste avant l' insulte, ou le qualificatif discriminant: "nazi", "raciste", "facho"...!
- Exemple d' info " complexe ": en 1934, de gentils allemands, dans l' intimité de leur isoloir démocratique, ont, sans barguigner, donné une majorité de 84% de - Jawohl - au moustachu de leur cœur...Le "préambule" de Wikipédia à cette information " dérangeante " est un monument...Je vous le recommande! -
Et donc, voilà une N-ième résurgence de la " Peste Brune "...Survivalistes, Libertariens, proto-truc, néo-machin...Tous membres, de facto, de la "fachosphère"...L' idée, même, qu' on puisse hausser le sourcil sur des notions aussi imprécises que " démocratie ", " Droits de...(Tm), " Paix " ( Dans le monde...Foin d' égoïsme mesquin! ), voire quelque slogan abscon: " Liberté, Egalité...Etc ", suffit à vous enfermer, définitivement, dans un manichéisme dialectique fleurant bon la " guerre -dite- froide "...Vocable stupide, si il en est, compte tenu du nombre de cadavres qu' il renferme!
C' est marrant...Chez moi, j' ai vu passé des flics déçus, des sous-off' antinucléaires, des "fafs" aimant le blues, et préférant A. Jacquard ( Le prof de génétique des populations...) à ce connard de Gobineau...Et aucun n' était " de gauche ", 'vidam'...C' est comme ça, Simone, la vie est compliquée!
Sammy Davies Jr aurait dit: " nous sommes tous égaux...Mais quand t' es juif, nègre, et borgne, c' est pas gagné! ", on pourrait ajouter: juif, facho, et pédé, nan plus...Et pourtant, y en a!
Comme vous êtes des gentils, un jour, je vous expliquerais comment, et pourquoi, un black peut traiter un arabe de bougnoule, comment on peut, assis sur le parechoc d' un 4x4, attendre que des gens de votre " camp " finissent de torturer un PathetLao, sans que ça vous empêche de rêver à la douche fraiche que vous allez prendre, et pourquoi, malgré l' information dont ils disposent, les gens ont quelques réticences à accéder au Bonheur Universel...Mais je vous garantie pas que ça va vous plaire!
Heil Hydra!...
Il faut noter qu'il y a deux alt-rights, ce qui crée souvent des confusions.
L'alt-right "historique" (qui se rencontre sur reddit/altright) est d'inspiration néo-nazie, suprémaciste et homophobe et considère comme une trahison la récupération de son appellation par l'alt-right gay-friendly et amie d’Israël tendance Breitbart.
Il y a d'ailleurs eu une guéguerre entre les deux tendances pour le contrôle du reddit des fans de Trump, The_Donald il y a quelques mois, qui s'est soldée par l'exclusion de modérateurs trop ostensiblement proches de l'altright historique, et plus récemment la disparition de tout usage du terme altright dans sa présentation (qui promeut maintenant un nouveau forum idéologique, theNewRight, qui correspond à l'alt-right tendance Breitbart - nom rendant plus claire la filiation avec la Nouvelle Droite française).
Précisons que pepe n'appartient à personne. Si Sanders avait gagné, on aurait vu des pepe aux cheveux blanc à la place des blonds.
Ceci mis à part, je n'ai pas hâte de voir ces gens entrer en action.
[quote=La rédaction]Agression d'une femme par un migrant : comment la fachosphère surfe sur "la censure" des medias

[quote=La rédaction]
"L'Alt-right" : la fachosphère made in US qui a soutenu Trump
Racistes et sexistes, les "paléocons" vont faire regretter les "néocons"

En moins de 24 heures, la rédaction d'arret sur images a réussi à placer deux fois le mot "fachosphère" dans un titre. Record battu. Ce qui serait bien, c'est que la rédaction se décide un jour à nous indiquer quelle est la définition exacte de ce mot dont elle se gargarise.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.