76
Commentaires

la véritable histoire de Rosie

A propos de la couverture de Valeurs Actuelles de cette semaine, nous remettons à la Une cette chronique d'Alain Korkos, rédigée en 2011.

Commentaire préféré des abonnés

Mais enfin Alain, mais vous nous prenez pour des brêles ou quoi??

Oui pardon, je répond de manière un peu perso, parce que étant une femme, votre texte s'adresse à moi directement. Ou plutôt à "Nous" parce que c'est bien connu, Nous les Femmes, n(...)

Derniers commentaires

file:///home/operateur/Bureau/facebook/soiree/We_Can_Do_It.jpg
Hillary Clinton a commencé son bras de fer ...

Alain Korkos , vos chroniques sont à la fois intemporelles et d'une lucide actualité .
Ô joie pour les forums qui s'en nourrissent !
"Willis from Tunis " , tous les mois dans Siné Mensuel
Ah oui j'aime beaucoup les chats tunisiens ! Elle a bien du courage, Nadia Khiari.
Une référence à Rosie en illustration d'un article d'Ibrahim Farghali dans An-Nahar sur Le temps de l'évolution culturelle" en Egypte ,

http://www.courrierinternational.com/article/2014/01/09/le-temps-de-l-evolution-culturelle

choisie parmi les dessins de l'artiste tunisienne Nadia Khiari :

http://www.jolpress.com/tunisie-nadia-khiari-willis-from-tunis-chat-facebook-article-819134.html

La presse ( paresseuse ? ) ne nous donne à voir que des manifestations , masses anonymes , alors que les révolutions se jouent , évoluent , grâce à des actes individuels , courageux , et qui deviennent des symboles forts .

En recherchant une des chroniques de Maître K. sur Rosy , j'ai parcouru la liste de ses oeuvres sur @si ... Quelle merveille vermeille !
A lire , relire , se régaler , se titiller l'esprit , se réjouir ,
accompagnés par des @sinautes qui en rajoutent dans la verve , la culture de cet artiste , Alain Korkos .
Un Islam version Mona, un sionisme version Rabin, une possibilité miraculeuse.
Petit ajout :

http://www.courrierinternational.com/magazine/2013/1199-musulmans-contre-islamistes
Bonjour

Avant Télérama Julliard l'éditeur de ma boulangère préférée s'était appropriée Rosie. Cliquer sur le lie ci-dessous.


http://www.julliard.fr/site/marguerite_francoise_et_moi_&100&9782260018087.html

Bien amicalement!
moui moui, érudition toute relative puisque, comme tellement souvent, le monde moderne est oublié : où est la Rosie de Bioshock ? (Allez Korkos, un coup de Google...)
Sinon, nettement plus d'accord avec Oblivion qu'avec Korkos.
Mais enfin Alain, mais vous nous prenez pour des brêles ou quoi??

Oui pardon, je répond de manière un peu perso, parce que étant une femme, votre texte s'adresse à moi directement. Ou plutôt à "Nous" parce que c'est bien connu, Nous les Femmes, nous ne sommes qu'une seule et même entité. D'ailleurs on a un club qui organise des évènements super sympa, mais j'ai pas pu aller au rendèv de mardi dernier, j'avais piscine.

Et tiens, sur le même sujet: Alain, on est désolées, mais vous ne pourrez plus venir à notre club de femmes. Hé ben oui, mais fallait pas jouer le jeu des bons vieux ringards du siècle passé sur le thème "le féminisme c'est pour les nanas!". Je vous avoue qu'à titre personnel, je suis assez choquée, et même, disons-le, déçue, de trouver ça chez-vous. Ah ben oui, toi le bon gros Mâle tranquillement assis dans ton fauteuil, ça ne te concerne certainement pas, les droits accordés ou pas à la moitié de l'humanité! Et puis quoi encore?

Bref, pour en revenir à la question de est-ce que vous nous prenez pour des brêles, ou bien. ÉVIDEMMENT que Pénélope Bagieu cite l'illu d'origine! Sans déconner, vous l'avez vraiment prise pour une sale plagiaire ignorante?? Mais renseignez-vous, un peu!! Depuis quand est-ce qu'on n'a plus le droit de citer, de s'inspirer, de remanier, de faire référence à des images cultes? Si elle avait redessiné la joconde, vous nous auriez fait le même coup?? "hé les gars, ne vous laissez pas avoir, en fait c'est un tableau qui a été peint par un mec qui s'appelle De Vinci, et même qu'il en a fait plein d'autre." Ah bah oui, merci dites donc, on n'avait pas vu!

Quant à savoir si cette illu apporte quelque chose ou pas, vous qui êtes si prompt à noter les moindres détails et à démonter la bobine du symbolisme, c'est quand même bien dommage d'avoir raté que le personnage, contrairement à l'image d'origine, porte ici du vernis à ongle, du rouge à lèvre, et de l'eye-liner. Et un petit sourire en coin associé d'un jeu de sourcils féroces qui ne sont pas non plus sur la photo de base. Qu'est-ce à dire?? Est-ce que non seulement Pénélope Bagieu est incapable d'originalité, mais en plus c'est une mauvaise copieuse?? Rhâ, la honte, retourne dans ton école, pauvrette!

Bon, évidemment ça me chatouille de signaler que vos chroniques regorgent habituellement d'informations et d'intelligence quant il s'agit d'observer l'art, même l'art populaire, tant que c'est pré-1980, qui a été quand même bien monopolisé par des hommes, aujourd'hui vieux, avec systématiquement des femmes (belles) dans le rôle d'objet. Et que là, bon, il y a comme un léger ratage sur ce qui se trouve être une image récente, réalisée par une femme, jeune. Je n'irai pas jusque là, je ne suis ni parano, ni stalinienne. Mais enfin quand même.

Allez, sans rancune, Alain, mais croyez-bien qu'on en reparlera au Grand Picnic Annuel des Femmes samedi prochain!
Sans oublier Rosa Parks, qui entama le mouvement pour les droits civiques.
Décidément les Rosie, Rosa, Rose, sont des symboles aux States, une Rose par décennie.

http://anthropia.blogg.org
Vous m'avez piqué l'idée, Kaelkael.

http://anthropia.blogg.org
Sans cette chronique je n'aurais pas "profité" de la couv de Télérama telle que l'ont vue les lecteurs dans presque toute la France. Car nous ici, en Midi-Pyrénées, nous avons eu droit à une toute autre illustration: la photo aérienne du camp du Vernet...
A voir aussi ,la une du magazine "causette" ce mois ci .
Et un grand bravo pour votre chronique ...
Le numéro de Causette actuellement en kiosque est aussi un pastiche de cette fameuse affiche :
http://images.viapresse.com/Zooms/3781/6045/049090015001.jpg
Ou alors je me fais des idées?
L'hymne à tout un tas de Rosie http://www.youtube.com/watch?v=VSOBEo_wSBM
Totalement génial, d'une érudition époustouflante comme d'habitude...

La couv du Post trop bien, avec l'auréole et le pied sur les déjections d'Adolf !

Un régal pour les vrais amateurs.

Merci Alain !
Y en a marre de voir Miss Bagieu partout. C'est du 1er degré planplan. J'exagère ?
Chez Pénélope on attaque les grands sujets de société: acheter un jean, trouver les meilleurs cookies, ranger son bureau...
Du lourd !

Pas étonnant que la presse féminine l'adore. C'est le même degré de réflexion : la blague girly coquine sans profondeur.
Pas étonnant non plus que je ne suis jamais tentée d'acheter ladite presse féminine (je me fous des 42 positions sexuelles du kamasutra togolais,de la vraie position de mes shakras d'après une "journaliste" parisienne qui vient de découvrir LA boutique indienne du moment, ou des derniers chiffons à 2000€). Je préfère encore les tabloïds anglais qui annoncent franchement la couleur et ratissent au niveau du gusse et de la gussette lambda sans le sous (la majorité d'entre nous) qui a d'autres préoccupations, merci bien.

Mais alors quand Télérama et ARTE (!!!) demandent à Miss Bagieu de jeter son regard sur la société, je suis un peu sur le cul.
La chronique de Miss Bagieu sur Cannes nous apprenait quoi? Qu'on y montre des films de réalisateurs dont le nom est difficile à prononcer en France, que tout le monde il met des beaux vêtements, qu'on fait beaucoup la fête.
Une révélation.
On repassera pour le cinéma.

Bref, après l'engouement des Français pour les mangas bêbêtes, les bd girly qui se ressemblent toutes, on pourrait remonter le niveau?
Si vous cherchez un discours pertinent sur le monde dans la BD, c'est par ici : http://www.leblogdelamirabelle.net/notes-de-lecture-bd-graphic-novel-reviews/

M'éverve la presse mainstream...
Ma première réaction à la vue de cette une de est l'énervement.
Non pas parce qu'elle aurait copié J. Howard Miller sans le préciser :
la référence, l'hommage sont évidents et les lecteurs de Télérama (Juléjim, par exemple) sont cultivés, capables d'un travail de lecture polysémique.
D'ailleurs, un site comme @si se permet d'utiliser nombres d'images sans même les référencer (oui, vous n'y êtes pour rien, Alain), hein !

L'énervement vient plutôt de l'utilisation d'une forme humoristique pour parler du féminisme :
par le titre avec sa référence à L'Oréal,
par le choix d'une illustratrice humour telle que Pénélope Bagieu, illustratrice de publicité et de presse féminine, entre autres.

Alors, quoi ? nous parlerait-on du féminisme comme de la dernière crème anti-rides ?

………………………………………………………………………………

Et puis, en lisant la chronique, me vient l'idée que peut-être, l'acte de cette couverture est le signe d'une évolution.

Déjà, Télérama fait appel à UNE illustratrice. Elles ne sont pas 500 000, me semble-t-il.
C'est un point important.

Cette illustratrice a du succès avec un personnage bien féminin, peut-être un peu léger pour la cause féministe,
mais un personnage féminin qui nous raconte ses déboires, son quotidien, simplement, sans militantisme.
Le personnage m'agace un peu pour cette raison, mais pourquoi une femme auteure devrait-elle représenter
la cause féministe ?
N'a-t-elle pas droit d'être une auteure sans drapeau, sans cause, parce qu'elle est femme ?
Le jour où nous ne poserons plus ces questions, le féminisme se sera fait entendre.

Par ailleurs, malgré tout, en racontant sa vie, apparaissent ici et là des signes que devoir être une vraie femme la barbe souvent. Je porte des culottes pas sexy, le régime c'est gonflant, etc. sont des messages récurrents (WC).

Alors, est-elle un personne qui ferait du féminisme tout en douceur, ou alors transmet-elle les stéréotypes ?
(je me pose sincèrement la question).

Et c'est ici que la comparaison avec J. Howard Miller prend tout son sens :
vous soulignez à plusieurs reprises, Alain, la "masculinité" dont on affuble Rosie (« musculature impressionnante, masculine », etc.).
Quel est le message en filigrane ? Le courage, la force se mesurent-t-ils sur l'échelle de la virilité ?

Et justement, les personnages de Pénélope Bagieu sont plus proches des vraies femmes que l'on voit
dans votre chronique, plus réalistes.

N'est ce pas une petite victoire, cette couverture de Télérama ?

Parce qu'ils savent bien quelle illustratrice ils ont choisi.

Une femme qui n'idéalise pas les êtres normaux que nous sommes, mais qui fait son petit chemin avec
un personnage commun, sans muscle, sans signes extraordinaires, pas une mutante, un travesti mais un vrai être.
Et qui sourirait de l'image que J. Howard Miller lui a collé.

Parce qu'elle a beaucoup d'humour.

………………………………………………………………………………

Ou alors, deuxième hypothèse, la couverture est de Bagieu parce que c'est plus vendeur, une illustratrice à succès…


:(

………………………………………………………………………………

Je serais curieuse de connaître le contenu du Télérama.
En voyant cette image dans @si, je pensais que le papier allait traiter du fait que cette couv' accrocheuse... Ne renvoyait qu'à trois pages d'articles à l'intérieur, ce qui est peu ou prou une arnaque sur la marchandise...
Je fais partie des crédules car, quand j'ai vu cette couv' (sur le twitter de Pénelope Bagieu que je suis), je me suis précipitée pour acheter le télérama, fait rare! Je suis déçue que le journal n'en ait pas profité de faire un dossier de dix pages sur le féminisme.

Malgré ça, je ne partage pas votre analyse qui, je trouve, insulte notre intelligence ou du moins notre culture: cette illustration ne visait absolument pas à nous faire passer du vieux pour du neuf. Elle faisait sciemment appel à notre mémoire historique, comme le ferait n'importe quelle image historique recyclée dans l'actualité (je ne sais pas, moi, par exemple un détournement de l'homme qui marche sur la lune. Faut-il vraiment légender?!). Il y avait clairement un jeu de mot entre les "she can do it", "yes we can" et "parce qu'elle le vaut bien" de L'Oréal. C'est ça qui fait toute la force de l'illustration et ouvre magnifiquement sur un dossier sur la situation actuelle du féminisme - inexistant, donc.

Remettre cette image, aujourd'hui, en couv, sous des traits ayant plutôt habituellement droit de cité dans les magazines féminins, apporte parfaitement quelque chose: cela questionne la "troisième vague" du féminisme, comme l'explique très bien (mais à un autre propos) Suzanne Moore dans le Guardian: http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2011/jan/15/suzanne-moore-time-to-get-angry

Bon en conclusion je trouve que cette couv est très intéressante et très maline, même si le dossier ne l'est pas. Je ne l'ai pas mise au dessus de ma gazinière mais dans mon entrée, pour faire parler les curieux!
@+
.
bon boulot, m'sieur Korkos, je suis très dubitatif quant à votre humour bousculeur de mots touchant à la langue anglaise ("Étazunis", "leuncheboxe", "oeuf corse", "bodibildigne", "amerlocains", "appeulpaille", "ticheurtes") mais sur le fond, je dois dire que c'est du taupenivo, trofeune votre article, on apprend plein de choses, toubade pour Téléramachin, tant pis pour eux! Merci encore.
Super Rosie, merci M. Korkos !
Ben moi, je voulais juste dire que cette chronique m'avait fait rire, et que j'en avais bien besoin. Oila.
Et merci m'sieu Korkos.
"À l'attention des Messieurs, qui ont lu cette chronique d'un oeil détaché en pensant que ça ne les concernait pas vraiment"

Nan mé oh, c'est quoi ce sexisme (car dévalorisant les hommes) !
Si, Monsieur, ça m'a intéressé (même si j'ai l'impression d'avoir déjà lu cette chronique il y a longtemps, bizarre...).

D'autant plus que votre belle chronique fait écho à ce que je viens de découvrir hier, à savoir ce document de thèse fraichement sortie :
Alban JACQUEMART, Les hommes dans les mouvements féministes français (1870-2010) - Sociologie d'un engagement improbable, Thèse pour l'obtention du titre de Docteur de l'EHESS présentée publiquement le 29 juin 2011

J'ai commencé à lire au hasard, et c'est sacrément intéressant.

Trouvé sur "Monde en question".
Autrement dit, on se moque de vous, Mesdames
Ben cette fois, je vous trouve sévère.
Le clin d'oeil me semble évident, même (et surtout ?) sans commentaire explicite.
Toute proportion gardée, çà me fait penser aux reproches formulés à Brian de Palma pour la fameuse scène du landau dévalant les escaliers dans Les Incorruptibles.
Il y avait ceux qui l'accusaient de plagiat, et ceux qui le croyaient quand il parlait de clin d'oeil et d'hommage à Eisenstein - (Le Cuirassé Potemkine) : célébrissime séquence de la poussette -.
C'est bien d'avoir orthographié les arts au soleil, léz'arts au soleil.
Ecrit comme ça, même Oblivion pourra comprendre le jeu de mots.
Ils z'ont même pas osé mettre la main à sa vraie place... dans la pliure du bras. C'est là que j'ai envie de plus en plus souvent de la poser moi, ma main, (notamment face à tous ces lâches primo-prétendants au trône de France)... Oui, je sais pas très classe pour une femme...

Cela dit, très jolie chronique (comme d'hab quoi !).
et une relation avec le " yes we can" obamesque ?
bon je sais, il s'agit d'analyse d'images et non de texte, mébon...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.