97
Commentaires

La tyrannie, c'est les autres

Commentaires préférés des abonnés

Bien vu! et oui l'enfer c'est (chez) les autres....


Que dire de l'aveuglement (?) des rédactions qui ont vu dans ce long monologue de 3 mois qu'a été le "grand débat" un exercice de démocratie exceptionnel??? 

Alors que bien sûr les heures de disc(...)

Approuvé 33 fois

J'aimerais ne pas être d'accord avec vous, vous dire que les Français qui finissent leur fin de moins sans accroc sont complices conscient de cette dérive autoritaire, mais je crois que vous avez raison.

Lors du repas de midi avec les collègues, charg(...)

En France, on ne s'en rend pas compte, parce que comme la grenouille qui se laisse bouillir à petit feu, tout se fait par couches successives, par à coup. 


Et les Editocrates nous endorment tous les jours en expliquant que tout va bien, qu'on est(...)

Derniers commentaires

J'aime beaucoup l'inversion adjectif / substantif en clausule du premier paragraphe. Quand DS fait du style,  je suis toujours preneur :-)

Tout a une histoire, y compris les textes relatifs à l'anonymat de certains fonctionnaires, cette histoire est certainement très longue,  mais en ce qui concerne partie  la plus récente on peut relever quelques éléments :



Dans un article du 3 Juillet 1998, à l'époque où il écrivait pour Libération, Jean-Dominque Merchet explique l'origine de l'arrêté pris par Charles Pasqua "relatif au respect de l'anonymat de certains fonctionnaires de police" en 1995 .


Selon Le Monde, l'assaut d'un Airbus à Marseille en 1994  lance l'info en direct .


Selon Favier, les caméras ont gené l'action du GIGN  et surtout la médiatisation des hommages et félicitations  aux hommes du GIGN  les ont mis en danger.


C'est à la suite de cet évènement que Charles Pasqua signe l'arrêté du 5 Mai 1995 relatif au respect de l'anonymat de certains fonctionnaires de police .



En 2006, dans un nouvel article paru dans Libération, Jean-Dominique Merchet mentionne un nouvel arrêté concernant l'anonymat des espions Fançais


Gérard Longuet revient sur le sujet en 2011  avec un nouvel arrêté .


En 2012 un ex-agent de la DGSE passe en jugement pour avoir donné le noms de 2 de ses anciens chefs  ( cf : 20 minutes )




Les Coréens du Nord ne doivent  pas être trop fatigués de la Démocratie.

on a laissé faire Abou Graib , Guantanamo , laissé mourir des migrants en Méditerranée , en nous abreuvant de coca cola , de canal + , et j'en passe et des meilleures . C'est quoi notre choix maintenant ? Nous comporter comme des crapules et prendre notre part ou virer cette oligarchie ?Nous avons laissé Macron se reprendre , les poulets qui ont toujours été complice des pires crime ( 68 justes parmis les forces de l'ordre en 40 ....)se régalent a massacrer de l'esclave  qui se rebelle .Plus d'armée de citoyens pour la refaire a la 1789 . Ouais donc devenons crapule !

le journaliste est quelqu'un  publie ce que d'autres ne voudraient pas voir publier, tout le reste n'est que relation publique

Orwell (?)

Emmanuel Macron est revenu récemment  sur sa stratégie militaire à Port Real. A la question: un tel massacre était-il justifié ? Le président de la République française a répondu : "On n'est jamais heureux de massacrer des dizaines de milliers de personnes, mais lorsque sa légitimité est mise à mal par des tas d'article de presse diffamatoires qui ne cherchent jamais à connaître la vérité, mieux vaut prendre les devants et mettre les responsable de ses articles devant leur responsabilités. J'ai déjà mutilé des dizaines de Gilet jaunes, mais il semble que les médias se sentent au dessus de mon pouvoir. Bien sûr, mon massacre est un message envoyé aux patrons de presse retranchés dans la tour principale que j'ai pris soin de ne pas entièrement détruire : êtes vous avec vous ou contre nous ?" "Parfois, a t-il conclu, mieux taper très fort une fois pour ne pas avoir à le refaire de si tôt."

Dans votre énumération des "régimes + ou - dictatoriaux", vous avez oublié le Vénézuela et l'Iran... et d'autres encore... Cuba de temps en temps (à nouveau sous embargo US), la Syrie (depuis peu... et encore... on ne sait plus très bien)... 

N'empêche que je n'aimerais pas être à votre place, Daniel... me taper tous les matins les délires monomaniacojupitériens des éditorialistes politiques (ou économiques), la PQR aux ordres sauf deux, le Monde, le Figaro, Valeurs Actuelles (?) et les beaufs des talk-shows-pour-remplir-des-cm3-de-cerveaux-vides... Moi ça me ficherait en colère tous les matins...

En tous les cas on convoque une journaliste pour lui fermer le bec à l'avenir et celui de ses congénères qui le ferment déjà

En tous les cas on a tellement propagé des opinions Lepenocompatibles qu'ils sont là avec leurs opinions fascistes, racistes, antisémitiques et Orbanocompatibles


Et de nouveau l'issue sera d'attendre les résultat entre le vrai et le frelaté

Quand j'ai lu - à 10 ans- "Sans Famille" d'Hector Malot (en deux volumes de poche), j'ai pleuré comme une Madeleine

Ma mère -prénommée Madeleine- me consolait tout en se marrant.


Ah oui : La tyrannie, la démocratie et le monsieur du Monde.


Bôahf, ...


D'abord, c'est un foutu bazar à intégrer et à comprendre.


Bref, le père de mon père -mon grand père donc- répétait ceci à mon géniteur:


"Avant d'être un socialiste et un vrai démocrate dans la rue, il faut être un socialiste et un vrai démocrate à la maison !"


Phrase que mon père me répéta évidemment. 


Mais force me fut -et non tonneau- de constater que mon père et son père avaient leurs limites quant à l'application de la formule de base.


Les "Tu as tort et je vais te dire pourquoi" étaient quelque peu autocratiques. et la répartition des tâches du foyer n'était pas très équitable.


Mais on en revient au début car ma mère -prénommée Madeleine- se marrait bien en les écoutant.


Hector Malot Photo Nadar





 








Mais non, vous ne comprenez pas. E. Philippe est "partisan d’ouvrir le RIP", comme il dit.


Travestissement du langage, encore et encore...

La démocratie, c'est quand le bon peuple met le bon bulletin dans l'urne et laisse faire ceux qui savent. Bref, un régime républicain néo-ploutocratique qui fait semblant d'écouter

Convoquer Ariane Chemin à la DGSI quand, depuis 25 ans qu'on a internet, tout fuite de plus en plus tout le temps et partout, c'est pathétique. Ce serait même risible si ce n'était pas si inquiétant.

en lien avec cette affaire de journalistes inquiétés pour avoir fait leur travail :

La journaliste Valentine Oberti de "Quotidien" à son tour convoquée par la justice      

    

et puis, il y a ça aussi :


https://www.liberation.fr/france/2019/05/23/en-soutien-au-journal-fakir_1728896

Economist Intelligence Unit democracy index 2006: France , Full democracy, 24eme de l'indice avec 8.07 de moyenne.

Economist Intelligence Unit democracy index 2018: France , Flawed democracy, 29eme de l'indice avec 7.80 de moyenne.


Doucement mais surement

L'absence de démocratie des autres sert de paravent chez nous

chez nous les pays qui se disent démocratiques

et l'on voit de plus en plus ouvertement se faire de pieds de nez aux règles et lois

comme chez nos grands amis Américains des USA où le Président ordonne à ses serviteurs de ne pas répondre aux convocations et assignations des députés


et chez nous, tout est fait avec un mélange :

- d'élégance à la Française

où l'on se fait élire en monopolisant les ondes et télés avec de beaux verbiages

le tout orchestré par un quarteron de milliardaires

-de basse tricherie 

comme faire passer des lois en profitant de la trève estivale ou en jouant sur les plannings nocturnes et les amendements en catimini

- de tradition tout aussi française 

des barbouzes comme cette affaire Benalla et cette convocation de pure intimidation

Je ne sais pas pourquoi vous râlez. Alors que notre tyrannie, à nous, est bien plus fine, bien plus habile, que celle de ces lourdauds à gros sabots. On nous le répète pourtant bien assez à longueur d'articles, d'émissions et de débats toutologues : les Français sont des râleurs impénitents qui ne connaissent pas leur bonheur de vivre dans une démocratie de cocagne. (Tout comme les Européens, comme le rappelait Etienne Gernelle ce matin dans sa chronique France-Inter).

Comme on me le disait à l'âge des culottes courtes : tu es trop heureux, voilà ce qu'il y a !

Ainsi fonctionnent les grands journaux. La rédaction du Monde n'est jamais la dernière à traiter des violences d’État. Elle l'a documenté en 2005 lors des révoltes en banlieue, elle l'a documenté récemment avec pas moins de sept articles sur les violences policières contre les gilets jaunes.

Alors, en contrepoint, la hiérarchie du Monde, celle qui parle aux patrons du Monde, qui commercent avec l’État français, lâche ce genre d'article qui affirme que le danger démocratique, c'est l'autre.
Parce que la hiérarchie lit les commentaires des abonnés du Monde, du moins ceux, qui perdent 5 minutes à s'y atteler, et ces commentaires font toujours montre d'un mépris social caractérisé, d'une intolérance parfois à la limite de l'inepte quand ils reprennent la sémantique du Front national.

Donc, l'article de Frachon était un os à ronger, un baume au cœur pour les CSP+ macron-compatibles.

Si on devait expliquer ce qu'est le Monde à quelqu'un qui ne le lit pas, on dirait cela : un journal qui illustre le décrochement de l'élite au pouvoir de la démocratie vers l'autoritarisme.

C'est dans le Monde, achetez le Monde !

Brillante analyse, aveuglement guère étonnant de la part du quotidien de "déférence"

En France, on ne s'en rend pas compte, parce que comme la grenouille qui se laisse bouillir à petit feu, tout se fait par couches successives, par à coup. 


Et les Editocrates nous endorment tous les jours en expliquant que tout va bien, qu'on est en démocratie et que nous au moins on peu encore s'exprimer et bla bla bla... ( même s'ils ont de plus en plus de mal à tenir cette ligne )


Les lanceurs d'alerte ( comme peut l'être ce billet ) passent pour des Cassandres ! Il y a toujours des bons penseurs pour nous faire regarder ailleurs, là ou c'est bien connu, c'est vraiment pire qu'ici !


oui, peut être dans certains pays; mais pour combien de temps ?

Daniel me déçoit : il ne sait pas que, comme le nuage de Tchernobyl, la dictature s'arrête aux frontières de la France !

La tyrannie est donc relative.

Comme d'ailleurs la démocratie.

Rappelons, en effet, que Notre Président ( que Dieu continue à  L'inspirer ) a été  élu ( relativement ) avec 43;60 % des inscrits.

Là c'était un article sur l'autocratie, mais ils vont en faire un plus spécifique à la France sur l'égocratie. Il faut qu'ils fassent vite avant que la tête de notre Idole n'explose d'auto-contentement.

Bien vu! et oui l'enfer c'est (chez) les autres....


Que dire de l'aveuglement (?) des rédactions qui ont vu dans ce long monologue de 3 mois qu'a été le "grand débat" un exercice de démocratie exceptionnel??? 

Alors que bien sûr les heures de discours de Chavez c'est du totalitarisme mais... la répression au Vénézuela et le coup d'état de Guaido c'est un combat pour la liberté, MBS (sur le trone en Arabie Saoudite, accessoirement gros client de nos entreprises d'armement) est un moderniste....etc. Ou comment avoir le sens démocratique à géométrie variable!


Et bien sûr, la répression policière des gilets jaunes c'est du maintient de l'ordre, l'autoritarisme de Jupiter c'est un "renouvellement démocratique"...


Bref l'esclavage c'est la liberté.

Moi je dis, quand même ce « bobo-gauchiasse » de Daniel commence à se rendre compte qu’on est incroyablement loin de l’idéal démocratique, c’est que les lignes sont en train de bouger.


De toute façon faut pas se leurrer, entre ceux qui rêvent du retour du fils de dieu pour les sauver, et les dominants qui trouvent que ça commence à bien faire ce peuple qui s’exprime, on est pas dans la merde.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.