61
Commentaires

La spirale de la déroute

Honte sur le matinaute ! J'avais laissé passer sans la voir

Derniers commentaires

J'ai toujours un plaisir fou à lire des articles qui parlent du départ du Nain.
Bon vent ! On le retrouvera bientôt dans la rue, là où 15 millions de pauvres l'attendent.
Ils ont fermé megaupload! fuck, comment je vais voir le dernier épisode de Homeland moi! Je vais me suicider, je crois...
Et l'épisode sur l'évaluation des ministres .... si on lui demandait où ça en est ? Quel est le palmarès ?
Et celui de la commission Stiglitz-Sen sur les nouveaux indicateurs de richesse ... où en est-on ? logement, chomage, accès aux soins, mieux-vivre ensemble, justice ....?
C'est un naufrage. Le capitaine va-t-il quitter le navire avant les passagers ?
"On aurait pu mettre les césures mais ce n'est pas de la malhonnêteté, juste un manque de temps."

Sans rire.
Bonjour
Concernant le vite-dit sur le montage de la vidéo.
Certes il n'a pas dit les 3 phrases dans la continuité mais chaque phrase fait bien référence à l'engagement des 5%.
Pour être franc, le montage d'@si est plus présentable, mais au fond le sujet est le même et il s'engage bien sur l'objectif et ses conséquences.
Cela aurait été plus litigieux si le sujet de chacune des 3 phrases aurait été différent.
Bonjour Daniel

Au fil de vos chroniques, vous évoquez de plus en plus nettement la déroute à venir de Sarkozy.... Je souhaite de tout coeur que cette prophétie auto-réalisatrice (eh oui !) se réalise, mais euh... je crois que je suis un chouïa superstitieuse et un brin pessimiste... Vous parlez de Giscard et Balladur... Vous pourriez aussi parler de Chirac que tout le monde donnait perdant et qui a remonté la pente de la façon que l'on connaît !
Bref, par pitié, un peu de prudence. Gare à la douche froide au printemps prochain !

Camarlette
Ne pas oublier qu'à l'autre bout de la chaîne sociale, la perte d'emploi, c'est ça. Si vous n'êtes pas ému en écoutant ce reportage sur les employées de Lejaby, je ne sais pas quel humain vous êtes. Moi, j'en pleure encore.
Giscard en 81, Barre en 88, Balladur en 95

Hollande en 2012 ?



A tiens non, on parlait de Sarkozy là...
les ahurissants voeux du président de 53% des votants au monde rural? Et ces quelques mots qui font actuellement bondir tout ceux qui se préoccupent...
enfin tout ceux qui se préoccupaient un peu,
enfin tout ceux qui tentaient d'essayer d'améliorer la qualité des eaux (en réponse à la directive cadre européenne sur l'eau qui impose le respect du bon état des masses d'eau en 2015),
tout ceux qui voulait essayer quand même un peu de faire changer les pratiques agricoles,
tout ceux qui, même s'ils avaient vu le Grenelle de l'environnement fondre comme un glaçon dans le pastis sur la terrasse un jour d'été, voulaient croire encore que ce gouvernement voulait faire quelque chose,
tout ceux là donc, noyés au milieu des grands discours sur "la France doit nourrir la planète"

ont entendu quelques mots glissés au milieu des tirades grandiloquentes (comme on dit, c'est « chez vous », et dans ces «chez moi », il y a les souvenirs de la famille, il y a les souvenirs d'enfance, il y a tous ceux que l'on a aimés qui ne sont plus là, il y a un paysage, il y a une façon de vivre, il y a les amis, il y a tout ce qui fait que la vie est un peu moins difficile, parce qu'on a ses racines.) :

Ces quelques mots...

[large]Je prends l'exemple des règles environnementales, la question de l'eau, ou la protection de l'environnement. Naturellement qu'il faut protéger l'environnement. Ce paysage extraordinaire qui est le vôtre, vous n'accepteriez pas qu'on le bouleverse. Mais, là encore, tout est une question de mesure et nous allons prendre un certain nombre de décisions pour relâcher la pression. La préservation de l'environnement, ce n'est pas empêcher quiconque de faire quoi que ce soit [/large].
Tiens c'est marrant, à la lecture de la déclaration de Le Maire, je n'ai pas eu la même réaction que vous. Plutôt que de me poser la question de quels échecs le sous-ministre parlait, je me suis demandé à quelles réussites il faisait allusion ...
Cool, j'avais cité la fin du septennat façon VGE : les magouilles remontent comme les bulles de champagne dans un verre... C'est bon, tous les poids morts sont sur la branche sarkozyste dorénavant !
Cette vidéo fera 'pschit', à mon sens. Face à elle, la réponse est à mon avis toute prête : "oui, mais vous savez Monsieur Schneidermann, la crise est arrivée", et patati, et patata... Et malheureusement, le problème n'est même pas là : le problème, c'est qu'il existera des gens qui croieront cela, et qui voteront Sarko ou Le Pen parce que Hollande se noie dans un verre d'eau et que personne n'a vraiment compris que l'enjeu actuel, c'est l'alternative réforme/"révolution" (au sens institutionnel du terme, pas au sens insurrectionnel), et que Mélenchon est crédible. C'est Le Pen qui sera au second tour.

**Petite annonce**
J.H. cherche des optimistes, prêt à me remonter le moral, dynamiques, motivés... ^^
Cohen demandait à Guéant quel serait le principal sujet de fierté de Sarkozy. Surprise: il n'était ni économique ni sécuritaire, c'était "l'autonomie des universités".
Là aussi, si l'on examine d'un peu plus près les premiers résultats après les C.A des facs, le principal effet du fait de la disparition des dotations d'état , c'est la fermeture de nombreux UFR par manque de profs et le dilemme amusant: chauffer les amphis OU les éclairer!
Comme seule réforme réussie, chapeau le Nain!
Laissons les morts ensevelir leurs morts, me vient-il à l'esprit chaque fois que j'entends parler de sa majesté des mouches et de sa clique. Avec un petit frisson d'inquiétude, cependant: je suis en train de lire "Walking Dead".
Bon, ça va comme ça... On se croirait en 40. Guéant est-il Gamelin ? Ou se la joue-t-il en général de brigade à titre temporaire faisant l'écumoir à Moncornet pour tenter d'arrêter l'avalanche des panzer(s) de gauche, demi-gauche et ultra-gauche ? Les trolls sont frileux ce matin. S'en prennent toujours à Hollande, signifiant par là qu'il leur faut un vigoureux manieur de knout, ce en quoi ils affichent sans le vouloir leur mépris pour le peuple. Quel "programme" peut vraiment sortir du "flou" quand on ignore et le jour et l'heure du bilan ? Dans quel état les vainqueurs trouveront-ils la maison laissée (j'ai un doute) par la bande du Quouinqennat ? Les effets de manche et les drapeaux rouges, en 40, ça ne marchait vraiment qu'à Saint-Denis ou à Nice, chez Doriot et Darnand... à Vichy, c'était la Marine (un record de concentré d'amiraux) et donc la "Flotte" au grand complet. Heureusement, il y avait alors un général sans programme (sinon de faire partager son obstination à vaincre les forts en gueule de la Révolution nationale et de la Solution finale)... C'était aussi le temps où la SFIC (ancêtre du PCF) lèchait le cul aux Occupants pour faire reparaître ses journaux "révolutionnaires"... et ou Staline ravitaillait le Reich... en attendant de s'en prendre une.
Merci,Daniel pour cette chronique,une sorte de cataplasme au miel posé sur nos inquiétudes et nos incertitudes.En effet malgré l'abîme vertigineux dans lequel est tombé son bilan,malgré ce que nous apprenons sur le vrai rôle de Squarcini,malgré le scandale Bettencort,le scandale financement de la campagne Balladur et j'en passe il s'acharne dans son ambition de recommencer en 2012 en utilisant les moyens considérables dont il dispose.Et ça fout la trouille.
Et personne pour rétorquer à Sa Majesté qu'il est étonnant de s'auto-congratuler sur la "réforme" des universités alors que 98% des universitaires la déplorent ??

(Difficile de parler d'"autonomie" quand il n'y a plus d'autonomie pédagogique, car le contenu des nouvelles licences et des nouveaux masters a été - peu ou prou - dicté par le ministère... et que la seule autonomie est une autonomie financière - sauf que les transferts de budget n'ont eu que très partiellement lieu... d'où les nombreuses facs avec difficultés budgétaires cette année, ce n'est pas une coïncidence.)
Je n'avais pu trouvé la vidéo mais j'ai la certitude que Sarkozy avait annoncé qu'il ne se présenterait qu'une seule fois, arguant que cela était suffisant, que se représenter une seconde fois nuirait à la qualité d'un premier mandat qui se réduirait à conserverser ses chances pour la seconde élection. J'ai hate qu'elle resurgisse également. Il avait prononcé cela avant 2007, je dirais 2005-2006 de mémoire.
Mon dieu, ce matin j'ai reçu par erreur la chronique d'Alain Duhamel à la place du 9h15.
"la spirale familière (…) de la déroute du favori..."
Le favori, c’est bien François Hollande ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.