32
Commentaires

La presse économique allemande aime Macron, mais...

Le Handelsblatt, journal "officiel" du monde des affaires outre-Rhin, s’est réjoui des résultats du candidat d’En Marche! Une semaine après lui avoir tapé sur les doigts pour avoir osé critiquer les excédents allemands.

Derniers commentaires

Sur son twitter il annonce qu'il rejoint Mediapart.

Sans vouloir être crispé, il y a bcp de passage ces temps ci...
L'excédent courant devrait être une obligation inscrite dans la constitution de tous les pays du monde. En contrepartie, la constitution de la Lune obligerait celle-ci à emprunter les excédents de la Terre... Vous l'avez compris: l'excédent à tout prix, c'est con comme la Lune. C'est une insulte à l'intelligence allemande. Nul doute que celle-ci se reprendra - si on l'en presse.
Je remets ici le lien vers l'article 2017, le coup d'Etat
Je trouve Romaric Godin bien peu inspiré cette fois.

"Le défi européen d’Emmanuel Macron, s’il est élu le 7 mai, sera donc principalement celui-ci: parvenir à renforcer l’Europe avec l’Allemagne, tout en faisant accepter à cette dernière quelques vérités qui ne lui sont pas agréables. Parvenir donc à faire comprendre aux éditorialistes du Handelsblatt que la critique de la politique allemande peut aussi être une forme d’europhilie. Que ce n’est pas plus du nationalisme que la défense du statu quo européen favorable à l’Allemagne dans laquelle s’enferme la presse économique outre-Rhin. S’il n'y réussit pas, il ne restera alors que sa stratégie de "réformes", autrement dit l’ajustement unilatéral de la France."

Désolé mais vous êtes à côté de la plaque !
- L'article de Macron à Ouest France n'est que du vent électoraliste.
- L'allemagne le sait très bien mais a besoin d'un prétexte pour froncer les sourcils et mettre Macron d'entrée en position du petit garçon qui n'a plus qu'à montrer à quel point il est docile.
- Ce que Macron fera évidemment, et c'est à tel point prévisible que je me demande si tout ce petit scénario n'est pas rédigé à l'avance. L'ajustement unilatéral est dans ses cartons depuis le début.

Après Sarko, après Hollande, vous croyez encore à la faribole "j'ai tout essayé mais yzontpasvoulu !" ???

Le piédestal sur lequel je vous mettais vient d'en prendre un sacré coup !
"Le défi européen d’Emmanuel Macron, s’il est élu le 7 mai, sera donc principalement celui-ci: parvenir à renforcer l’Europe avec l’Allemagne, tout en faisant accepter à cette dernière quelques vérités qui ne lui sont pas agréables."

Macron n'est pas là pour relever un défi.

Sa campagne a été royalement financée et marketée pour qu'il ne fasse qu'une chose : servir les gens de la caste qui l'ont coopté (et accessoirement, offrir à Brigitte un nouveau perfecto pour jouer les Première Dame).
Une erreur s'est glissée dans le titre du programme de Mac : il y a "Révolution" , il faut "Involution" ...
Je me disais que Daniel S. était vraiment devenu pointu .. avant de voir mon chroniqueur préféré de la tribune. Thx pour l'article Romaric !
tout cet article pour nous refiler que MAcron est conscient d'un problème CONTRE l'Allemagne et que donc c'est un mec bien , il faut voter pour lui et p'être même aux législatives ? Franchement cousu de fils blanc cet article.
Notre dernier espoir pour nous préparer au chg climatique, gagner les législatives et ne pas donner de majorité a celui qui va être élu. La gauche n'a pas a ce déplacer au second tour, la droite et #lautredroite va faire le boulot de voter sans état d'âme, ils adorent voter a droite.
Le changement climatique est là et le programme de la France Insoumise y préparais (ne l'empêchait pas mais nous y préparait), les medias ont préféré Le Pen / Macron, il sont très fort, bravo aux medias, franchement, jamais connaissant mon pays je n'aurais cru a ce faux duel, entre la droite et la droite .
Deja mdp en parlant de recomposition dit que la gauche est morte, quand les Insoumis sont premier ou second dans la plupart des grandes villes ... et la blonde a la campagne, là ou seul la TV montre le monde.
Ce matin, à la Matinale de France Inter, à 8h20, on a eu droit à l'enthousiasme d'une journaliste du Frankfurter Algemeine Zeitung, journal conservateur libéral, toute contente que, disait-elle, les Français se révèlent moins anti-européistes que les Allemands ne le croyaient.
Pour elle, il était évident que l'UE, c'était forcément la domination allemande, tellement supérieure à tout le reste.
Son plaisir en était presque indécent.

Cela m'a rappelé une conversation que nous avions eu il y a 9/10 mois à la cantine de mon boulot : nous étions quatre. Et l'une d'entre nous, cégétiste, nous avait demandé qui on voyait comme président aux prochaines élections. J'ai tout de suite dit Macron. Les trois autres s'étaient récriés. Mais non, mais non ! Mais la syndicaliste a admis que ce n'était pas si improbable.
J'ai ajouté : c'est un pur produit marketing, il est soutenu par le pouvoir économique et par les média, quelle que soit sa valeur et son programme, il passera, parce que nous sommes tous infiniment manipulables !"
Mais non, mais non, ont insisté les deux autres.

Et aujourd'hui, à la cantine, les deux mêmes m'ont donné les explications pour lesquelles ils ont "été obligés" de voter Macron hier !

Quand d'ici quelques mois, ils se plaindront de la politique de Macron, je leur dirai de se taire.
"Rappelons pourtant qu’un excédent quelque part est toujours le résultat d’un déficit ailleurs. Une vérité qui a bien du mal à être acceptée dans les rédactions économiques allemandes."

Et pas que.

Il faut voir les bonds de cabri de "nos" éditocrates et autres femmes/hommes-troncs dès qu'on leur parle d'investissements publics lourds pour soutenir et relancer l'emploi dans notre cher pays. Mais tellement pris dans leur mimétisme néolibéral, qu'ils ne se rendent plus comptent qu'ils défendent les mêmes choses sur toutes les télés, radios et presses écrites.

En plus de la fascination improbable sur le si beau couple "franco-allemand-qu'il-faut-conserver-à-tout-prix-sinon-c'est-la-fin-du-monde".
Avez-vous trouvé quelque part dans le "programme" de Macron quelque chose qui laisse penser que cette phrase isolée donnée à un quotidien régional corresponde à une réelle volonté, et sur quelle stratégie elle s'appuierait pour faire plier les allemands? M. Godin, y accordez-vous le moindre crédit?
L'Allemagne a mis de coté ses pudeur...1945 c'est loin ! Les nazis qui n'ont jamais quitter les appareils dirigeant se lâchent désormais !

Sauf que contrairement à 45 le leader politique actuel de la mouvance est beaucoup moins drole que celui de l'époque
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.