63
Commentaires

La panoplie anti-Sanders

Commentaires préférés des abonnés

Je trouve assez agaçant la "gérontophobie" latente utilisée pour discréditer un candidat. Je préfère de loin un président de 80 balais qui affiche une volonté de changement radical construite sur des notions humanistes et sociales, à un pantin de 42 (...)

" La maladie de la démocratie américaine , c'est l'argent " ( D.S.)


C'est pas, en France, qu'on aurait un Président des Riches  !

Si la panoplie anti-Sanders fonctionne aussi efficacement que la panoplie anti-Trump en 2016, tous les espoirs sont permis.

Derniers commentaires

Un peu a reculons mais ça bouge ( un peu ) :  H.Clinton soutiendra Sanders si celui-ci gagne les primaires 



Dernier sondage  ( un peu étrange ) sur la Caroline du Sud


Biden 35%

Steyer 17%    

Sanders 13%

Buttigieg 8% 

Warren 8%

Le daily show s'est moque avec sympathie de Sanders.

https://www.youtube.com/watch?v=anDy97Q8qwI 

Pour GRRR.. Merci pour l'article en question que je viens de lire : un exposé sur le j'menfoutisme (comment dire autrement) des autorités qui se tirent dans les pattes entre le pouvoir local, le fédéral, la méconnaissance du public pour un virus et qui nie le bien fondé des vaccins.!.On retrouve partout à un moment donné, dans un espace donné , les mêmes phénomènes. En France,  sous Charles X, le ministre de l'intérieur Casimir Perier, ancien régent de la B. de France,préférait maltraiter les pauvres qui revendiquaient des logements décents et de l'hygiène.Résultat : parmi les  morts du choléra, C.Perier a eu l'honneur de mourir parmi les premiers, y compris des membres du gouvernement, le général Lamarque, et enfin le roi en exil, mort en Italie autrichienne 4 mois après. 20000 morts à Paris...Les Parisiens voulaient des égouts, le gouvernement leur a payé des cercueils. Phénomène récurrent quand l'argent devient plus important que la vie. Aux USA, ils ont Dieu, ça peut les aider dans leur agonie respiratoire.. 

Chez nous aussi n'avons-nous pas eu à la dernière présidentielle  un candidat trop radical à gauche qui a fait l'objet d'un bashing incroyable de la part de la presse "mainstream", taxé de violent et de dangereux, la preuve, voulant quitter l'Union Européenne pour adhérer à l'Alba sud-américaine, adorant les dictateurs Chavez et son successeur Maduro, Fidel Castro et Poutine, et dont les portraits dans la presse n'étaient plus flatteurs que ceux de Bernie Sanders et j'arrête là ?

Et les photos. Bernie Sanders est réputé n'avoir qu'une seule expression, celle-ci D:<

Par contre ses adversaires sont toujours :) :D ou ^-^.

Les images en disent souvent plus long sur les choix politiques d'un média que leurs articles.

Je vois que les chiens de garde sont à peu près les mêmes que les nôtres... là-bas !


Va savoir : et si le coronavirus venait mettre la zizanie là bas ??  dans un pays qui ne dispose pas de service public Médical d'Etat  Cela s'est vu ailleurs et dans d'autres temps ... et la mort par contagion a mis tout le monde d'accord ou presque ...(2ème pandémie de choléra venant d'Inde en Europe en 1832)..

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Je trouve assez agaçant la "gérontophobie" latente utilisée pour discréditer un candidat. Je préfère de loin un président de 80 balais qui affiche une volonté de changement radical construite sur des notions humanistes et sociales, à un pantin de 42 ans au service d'un système archaïque et qui tente de vendre sa jeunesse comme une garantie de progressisme. 


Un vieux con fut généralement un jeune con, et il n'y a aucune raison a contrario qu'un homme ayant des principes, un sens de l'équité et une morale les perde en atteignant ses 80 ans. Au final, cela revient à nier l'expérience et la sagesse en insinuant qu'un grand âge est synonyme de sénilité. 


En aucun cas je ne m'amuserai à comparer les Darmarin, Castaner, Schiappa ou autres Griveaux, tous dans la force de l'âge,  qui brillent par leur inconséquence et auxquels nous avons confié bon gré mal gré notre destinée avec des humains comme Jean Ziegler (85 ans), Pinçon-Charlot (73 & 77 ans), Bernard Friot (73 ans), Hubert Reeves (87 ans), et j'en passe. Si la première équipe a pas mal de chance de l'emporter sur un terrain de foot, elle se fait écorcher vive sur celui de la pensée.

" La maladie de la démocratie américaine , c'est l'argent " ( D.S.)


C'est pas, en France, qu'on aurait un Président des Riches  !

Le plus gros risque pour Bernie,s'il approchait trop près du but,est d'en prendre une entre les deux yeux,tirée ,bien sûr,par un détraqué( façon Lee Harvey Oswald) évidemment manipulé par les ennemis de la démocratie....

Absurde théorie du complot?

DS et sa mauvaise fois légendaire, Correntin Selin a évoqué plusieurs fois le probleme d'âge des  autres candidats 

 qq exemples




@CorentinSellin


Et 78 ans 15 jours après l'élection 2020 quand le président le plus âgé à rentrer à la Maison Blanche la 1ère fois en avait 70. Pour 1 homme qui a survécu miraculeusement à 1 anévrisme cérébral et a "enquillé"35 ans au Sénat puis 8 comme veep. Folie.#Biden RT







4) Sur #Biden, 2 question: né en 1942, aurait 78 ans et 2 mois lors d'1 éventuelle investiture en 2020, et fut sénateur de janvier 1973 à janvier 2009, puis veep jusqu'en janvier 2016. Comment défendre âge et passé politique face à la mitraille #Trump? Avec quel élan politique?




@CorentinSellin


#Miseàjour (III) Pour #Bloomberg, outre 1 fortune colossale de milliardaire et son passé de maire républicain à New York revenu de fraîche date dans 1 parti démocrate qu'il a passé sa vie à critiquer, son âge sera 1 question, comme pour Sanders/#Biden, avec 79 ans en février 2020




En cas de défaite de Sanders on voit tout de suite qu'elle sera l'explication de DS : c'est la faute de  lémédias . 


"la critique des médias permet d’avoir une théorie critique immédiatement holiste et applicable à n’importe quel sujet social. Critiquer les médias c’est s’offrir le luxe de critiquer n’importe quel sujet dont parlent les médias, c’est à dire virtuellement n’importe quel sujet. Et comme la critique des médias est valide pour tous les sujets, ça donne l’impression qu’elle tient debout toute seule. Elle est forcément valable puisqu’elle marche pour tout. Ça permet aussi de devenir rapidement expert de l’expertise avec un avis valable sur tous les sujets, commode pour certains égos pressés."



Je me demande surtout d'où vient la fascination quasi unanime et récurrente (tous les 4 ans) de la presse française (et probablement d'autres colonies également) pour l'élection étasunienne.

Si les conséquences de cette péripétie politique lointaine revêtent bien une certaine importance,  ses circonstances ne représentent à peu près rien, et d'autant moins que nous n'avons aucune prise sur elles.

Ajouté à la lecture trop souvent faite de l'élection étasunienne avec des lunettes centralisatrices françaises, on en vient par exemple à croire qu'il s'agit d'une élection alors qu'il y en a en réalité cinquante dont chacune considérée isolément ne dit pas grand chose. Le caucus de l'Iowa notamment désigne un nombre ridiculement faible de délégués aux conventions démocrate et républicaine.

Si je comprends bien l'intérêt qu'il peut y avoir, vu d'ici, à connaître la politique du président étasunien, je demeure beaucoup plus perplexe et dubitatif sur l'intérêt du déroulement, sinon survendre un feuilleton pour lequel nous ne touchons même pas de revenus publicitaires.

Pourquoi et comment la presse des colonies, à commencer par la nôtre, s'intéresse aux élections étasuniennes, ce serait déjà plus un sujet d'intérêt pour un journal comme ASI.

bonne synthèse sauf peut être sur la fin , l'utilisation du terme "moderate" pour qualifier les démocrates centristes voir de centre droit ne date pas d'hier et n'est pas spécialement choquante quand on voit que les démocrates de gauche sont qualifies de "progressists" , c'est plutôt flatteur quelque part. 


nouvel éditorial du NYT a propos de bernie équilibré en apparence mais sous entendant toujours qu'il n'a aucune chance....... On pourra commencer a sincèrement s’inquiéter si les éditorialistes dy NYT  découvrent soudain des qualités a Trump dans les mois qui viennent.

Quelle époque incroyable en tout cas.... un candidat comme Sanders aurait fait rire il y a 10 ans.

Le dernier candidat aux primaires US puis à la présidence sur lequel tous ces médias tiraient à l'unisson s'en est pas mal sorti… Ils ont peut-être plus d'influence sur l'électorat démocrate, mais je me dis que c'est limite une bonne chose pour Sanders de pas avoir le soutien du NYT…

Dans tous les cas, sortez le popcorn, ça risque d'être impressionnant le nombre de dossiers qui vont sortir sur Sanders dans les mois qui viennent !

Excellente, la caricature qui clôt l'article!

Je ne suis pas de votre avis. 

Si j'ai bien compris ce que signifie ce dessin, le message est banal  : les domestiques sont heureux à l'annonce du résultat ; les riche propriétaire fait la gueule).   Bof !

J'ai eu du mal à comprendre ce message pour au moins trois raisons :

- 1 -  il n'est pas très clair que le riche "fait la gueule" ;

- 2 - ce personnage central n'est pas assez "neutre" graphiquement. On se demande si le dessin ne représente pas quelqu'un de connu ( Sanders? Quelqu'un d'autre? ).  Le bonhomme a une "gueule de caricature" qui brouille le message.

- 3 - il n'est pas immédiatement évident que les quatre domestiques sont des personnages essentiels et qu'il ne font pas partie du décor au même titre que le piano, maladroitement placé au premier plan. Ces quatre personnages sont trop éparpillés. D'ailleurs, l'un d'eux (la domestique qui monte l'escalier) est en partie coupé par le cadre. Un personnage essentiel ne doit pas être "coupé".  Au point qu'on se demande si le dessin publié n'a pas été malencontreusement recadré par rapport au dessin original de l'artiste (que j'ai recherché en vain sur internet).

Si la panoplie anti-Sanders fonctionne aussi efficacement que la panoplie anti-Trump en 2016, tous les espoirs sont permis.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.