32
Commentaires

La "mort d'Internet", danger réel ou épouvantail ?

Un internet à deux vitesses –qui se traîne à la vitesse de l'escargotpour les pauvres, mais rapide comme un TGV pour les nantis– est-il inéluctable, en France et en Europe ? Cette crainte, qui agite régulièrement le web depuis plusieurs années, a resurgi en force cette semaine, après que les représentants des grandes entreprises télécoms ont remis à Bruxelles leurs préconisations pour accélérer le développement du haut-débit en Europe. Ils ne se sont pas cachés de vouloir mettre un terme à la "neutralité du net", concept considéré par beaucoup comme une caractéristique essentielle d'internet. Sommes-nous à quelques pas de la "mort d'internet" tel que nous le connaissons ? Les marchands aimeraient sans doute en arriver là. Mais les politiques ne se risquent pas (pour l'heure ?) à les suivre.

Derniers commentaires

Liberté et égalité en ligne passent par une loi sur la neutralité du net
(Numerama, 14 Janvier 2013, tribune de Christian Paul, député (PS) de la Nièvre, président du groupe d’étude sur l’internet à l’Assemblée nationale)
[quote=Reflets]Filtrage du Net : « Consommateur, c’est pour ton bien »:

La principale caractéristique d’Internet, c’est son côté acentré qui concentre l’intelligence du réseau en sa périphérie. C’est aussi un des fondements,une de ses caractéristiques, qui lui permet (pour combien de temps encore ?), de voir éclore sans cesse de nouveaux services, proposés par ces formes d’intelligence en périphérie de réseau. Avec des investissements quasi nuls (les gens ici qui se souviennent comment on faisait pour ouvrir un service télématique sur minitel doivent comprendre de quoi je parle), sans plus de matériel qu’il n’en faut pour faire connaitre son idée, il devient, pour un particulier comme pour une entreprise, simple d’entreprendre. Entreprendre sans qu’un intermédiaire technique ne vienne décréter que si votre service fonctionne, c’est surtout grâce à lui qui vous fournit un tuyau et donc tente un petit racket ordinaire.


Deep Packet Inspection ? c'est quoi ce truc et à quoi ça sert ?

- Sa définition, son utilisation et sa stratégie.

- Deep Packet Inspection: l’outil rêvé pour vous vendre des trucs gratuits


Les couacs et les dérives des DPI chez les FAI:

[quote=Reflets]
Le foutage de gueule de la ressource rare:

Le principal argument pour un opérateur téléphonique, lorsqu’il explique ses motivations à amputer « l’Internet illimité » de protocoles entiers, c’est que le spectre hertzien est une ressource rare. Jusque là, ça passe encore, ce n’est pas tout à fait faux. Le soucis est que cet argument est surtout prétexte à prendre les abonnés pour des imbéciles. Si l’on peut comprendre que le peer to peer est filtré sur les réseaux 3G, quand on regarde de plus près les offres, on se rend compte que les opérateurs vous proposent tous de la télévision en illimité, soit un bon gros flux vidéo, peu avare en consommation de ressources. On comprend donc très vite que la ressource « rare » ça se paye, sauf la télé, qui elle est illimitée et comprise dans l’abonnement…
Conclusion : la « ressource rare » c’est peu ce que les islamistes étaient au régime de l’ex-président tunisien Ben Ali. Le truc qu’il faut brandir pour justifier l’injustifiable.

Ayant souscrit un abonnement « illimythics », je consulte ma facture au bout du 3e mois. J’y découvre avec stupeur un supplément d’une vingtaine d’euros dont l’intitulé exact est « Ajustement Option Modem 500 Mo« . Juste en dessous je découvre une ligne « Option Modem Internet 3G+ Ajustable: 265 442,00Ko consommés sur 512 000,00 Ko« . Je me dis que c’est une erreur, je contacte SFR… Le hotliner, après avoir consulté son supérieur, me demande si je me sers de mon téléphone comme modem avec mon ordinateur, ce à quoi je lui répond, « oui c’est d’ailleurs pour ça que j’ai un smartphone Android qui le propose par défaut, n’étant pas fan de surf sur un écran timbre poste, j’ai orienté mon choix pour bénéficier de cette fonctionnalité native sous Android« . Ce à quoi il me répond que « ce service n’est pas inclus dans mon forfait »… Tu m’étonne mon con, puisque je te dis qu’il s’agit d’une fonctionnalité du téléphone et non d’un « service » SFR…

Je lui fait remarquer fort poliment qu’il me suffit de quelques clics pour les entuber (ce que je vais mettre un point d’honneur à faire jusqu’à ma résiliation prévue dés réception du courrier annonçant la hausse de TVA), et voilà que le hotliner me… raccroche au nez. Mauvaise pioche, SFR pourra le remercier pour le présent billet.
[...]


- FAI, la stratégie du pourrissement (source: Korben)

- Orange vs Megaupload:

[quote=Numerama]Dans une interview au Point, MegaVideo/MegaUpload renouvelle ses critiques contre Orange, qu'il accuse de brider intentionnellement le trafic avec Cogent, l'un de ses principaux fournisseurs de bande passante. Il confesse au passage une alliance de circonstance avec le prestataire technique, qui n'avait jusqu'à présent aucun moyen de pression public contre l'opérateur historique. "Des millions de clients d'Orange verront notre avertissement", prévient le site de streaming et de téléchargement.

Affaire Orange Vs Megaupload : HADOPI a de quoi être fière de son bilan (source: Reflets)
La fin de l’Internet illimité arrive à grand pas:
Tout internaute (alias "Net-goinfres") devra payer au kilo: la bande passante, le streaming, le p2p, les octets, les mégas, gigas bytes consommés ou téléchargés.
Voici donc "l'internet du furtur" (limité, surveillé (Deep packet Inspection), bridé, forfaité) selon orange, sfr, bouyges and co:

[quote=Owni]Dans une relative confidentialité, des opérateurs, et non des moindres, réfléchissent à la mise à mort de l’Internet illimité dans les foyers français. “Oui, il y a certains forfaits sur lesquels on risque de mettre des seuils” confirme ainsi sans détour le porte-parole d’Orange Jean-Marie Culpin, interrogé par OWNI. Si elle s’actualise, la situation serait alors inédite en France, habituée à des “boxs” leur offrant l’un des accès à Internet les plus compétitifs au monde et surtout ne comportant aucun seuil de navigation. Confirmée par certains opérateurs, cette stratégie s’est également décidée collégialement, au sein de la Fédération Française des Telecoms (FFT)[....]

la suite dans ce lien:


[quote=Pc Inpact]la segmentation des offres Internet fixe arrive : l'illimité en danger

La division des forfaits internet résidentiel se rapproche à grands pas. Notre confrère Owni a en effet dégoté un document de travail de la Fédération Française des Télécom (FFT), dont les membres principaux sont Orange, SFR et Bouygues Télécom. Free n’en fait cependant pas partie. Or en fin de document, on retrouve un tableau particulièrement explicite.[...]

la suite ici

[quote=Pc Inpact]
Yves le Moël est revenu dans les colonnes du Figaro et du Parisien sur ce qui est déjà appelé la route vers la fin de l'internet illimité en France. Le directeur de la Fédération française des télécoms (Orange, SFR, Bouygues et les opérateurs virtuels) a expliqué en substance que l'étude de la FTT sur le marché de l'internet fixe révélé vendredi par Owni visait seulement les "Net-goinfres" selon sa formule.[...]


la suite ici
Que tous les usagers de l'internet ne bénéficient pas des mêmes débits ne constitue pas une entorse à la neutralité du net. Or on pourrait le croire après avoir lu cet article.
@Romano C, ce qui pose problème ce sont les dérives (bridages, filtrage et blocage par exemple) qui peut y avoir de la part des FAI et du gouvernement (oligarchie), lors de la transmission des paquets, des données chez le destinataire.
cf articles détaillés le 22/08/2011 à 17:07
la stratégie du pourrissement chez Free, Cogent vs Orange, Megaupload vs Orange, DPI chez SFR etc..

Et par conséquent tout cela engendre une atteinte à un des plus précieux droit fondamental qui est la liberté d'expression et de communication:

Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789:
Article 11:
La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme: tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.

au XXIème siècle, "Internet" est un outil de communication universel, et intemporel, de part ce fait, il est indéniable qu'il fasse parti de cette constitution.

Internet ne sera plus, grâce au copinage des FAI et du gouvernement, il sera alors segmenté, limité, bridé, bloqué.
En gros nous auront le droit à un bon Fancenet ou minitel made in france , c'est ce qui pourrait se passer d'ici quelques années (on approche à grand pas, que dis-je, on est déjà en plein dedans en fait!)

Internet ou Minitel 2.0:

Qu’est-ce qu’Internet – Partie 3 : Les enjeux politiques et sociétaux

Qui cherche à contrôler l'Internet ?:

Internet - enjeux d’aujourd’hui et de demain
ils sont incapables de penser l'économie d'une manière horizontale ils ne connaissent que la verticalité c'est pas demain qu'on en aura fini avec les tours du 11 septembre!!!
J'ai pas tout compris, techniquement, mon ordi, je veux juste qu'il fonctionne...

Ce que j'ai constaté depuis quelques mois, en tous cas, c'est que Gogol "filtre" mes recherches. Ce n'était pas le cas il y a peu.

J'explique : je suis correctrice. Je travaille très souvent sur des sites portant sur la langue française. Par exemple recherche de synonymes.

Du coup, quel que soit le motif de ma recherche, même si c'est pour acheter un pantalon, Gogol me propose systématiquement des sites en relation avec mon travail ...

Si quelqu'un a une idée pour la béotienne que je suis...
La censure est partout, l'égalité devant l'état, devant la justice, devant internet, ... N'est plus qu'un lointain souvenir, bref, nous ne sommes plus en démocratie, il est grand temps d'ouvrir les yeux... Et d'agir.
Mes arguments sont compatibles avec les vôtres. J'utilisais l'argument de faire payer la bande passante au consommateur car je croyais (naïvement) l'argument des FAI à propos du financement du renforcement des réseaux internationaux (soit-disant saturés par Youtube, etc) et à propos du financement de la construction du réseau fibre optique jusqu'à l'abonné.

D'autre part, il me semblerait normal qu'un consommateur habitant en zone de population très peu dense paie le même tarif que le consommateur en zone très dense (péréquation tarifaire : actuellement, le consommateur paie pour un débit de crête qui bien souvent n'existe pas dans la réalité - surtout en zone rurale ou très peu dense). Il me semblerait normal que le consommateur qui utilise beaucoup le réseau à un moment donné paie plus cher (en partie proportionnellement, ne serait-ce qu'une faible partie à côté de l'abonnement) à celui qui ne consulterait que ses courriels et le site de sa banque (utilisation faible du réseau).
D'une part, je maintiens que les FAI "grand public" qui demande ces péages à l'utilisation de leur réseau font peu de routage de données et peu de service public du réseau, et que ces services sont déjà payants pour les fournisseurs de contenus.

D'autre part, je trouve votre message paradoxal : maintenir et faire grandir le réseau coûte cher, pas l'utilisation, nous sommes d'accord, mais pourquoi alors dites-vous que la solution est de faire payer la consommation de la bande passante montante ou descendante alors que c'est ça qui n'est pas cher ? Ca ne me semble justifié que si il y avait pénurie de bande passante, comme c'est le cas sur le mobile. Mais pour le fixe, on est loin de la pénurie, très loin...

Tiens, en parlant de pénurie, il y a plus inquiétant que la bande passante disponible : la pénurie d'adresse IPv4. Alors que les dernières grandes plages sont attribuées, et que le compte à rebours s'égraine toujours plus vite, les 3 centres d'hébergement où sont mes serveurs m'ont dit qu'ils n'avaient pas de projet pour passer à IPv6. Comment ça, pas de projet ? Et dans deux ou trois ans, quand il n'y aura plus d'adresse IPv4 disponibles, vous ferez quoi, vous arrêterez de prendre de nouveaux clients ??? Je serais spéculateur, j'achèterais de grandes plages d'IPv4, et j'attendrais de voir leur prix s'envoler.
Le rôle actuel des Fournisseurs d'accès à internet (FAI) est double :
- la délégation de service public de type affermage pour construire et maintenir les réseaux télécom, de routages de données, etc
- la commercialisation de services de contenu auprès du grand public.

L'activité de réseau coûte cher à construire et à maintenir (frais fixes importants) mais l'utilisation du réseau coûte peu (frais variables faibles). La construction des réseaux télécom est financée actuellement par l'abonnement fixe et par la vente de services vendus par les FAI. Mais la concurrence des acteurs de l'internet se fait de plus en plus prégnante.

D'où la nécessité pour l'opérateur télécom :
- soit de faire payer les services de contenu et de devenir - comme France Telecom avec le minitel ou comme les centrales de supermarchés - des intermédiaires qui font payer le producteur de contenus et le consommateur de contenus),
- soit de faire payer la consommation réelle de bande passante par le consommateur (comme le font les opérateurs d'électricité, d'eau, de transport et comme c'est le cas pour les grandes entreprises-clientes de ces mêmes opérateurs télécoms-FAI).

A mon avis, le délégataire, propriétaire de réseau, ne devrait pas avoir le droit de vendre des services autres que la fourniture de l'accès. Le rôle de commercialisation de services de contenu revenant à d'autres sociétés commerciales.
HADOPI lave plus blanc, d'un blanc « PUR » ? C'est mal parti !

http://www.numerama.com/magazine/19375-hadopi-quel-impact-de-la-campagne-pur-sur-google.html
Bonjour,
Ma députée des Côtes d'Armor se prénomme Corinne et non Catherine Erhel (qui fut certes, une journaliste libre, engagée et reconnue : http://www.rue89.com/2007/10/28/la-mort-de-catherine-erhel-journaliste-libre-et-engagee)
Merci,
HC
En tant que professionnel de l'informatique, je suis très attristé par l'évolution générale récente dans la commercialisation des nouvelles technologies :

- Apple a institué un contrôle des logiciels disponibles sur ses plateformes qui s'apparente à un racket des développeurs d'applications ;
- certains FAI voudraient faire payer les producteurs de contenus car ils ne sont pas capables de gérer le trafic ;
- on avait une solution technique aux problématiques réseau avec le peer-to-peer (répartir la charge de la délivrance de contenus sur plus de noeuds) et on l'a flinguée sans réfléchir

Dans le cas précis de la "bêtise des tuyaux" (excellente formulation), les FAI sont d'une mauvaise foi sans bornes. Pour expliquer pourquoi, il faut commencer par expliquer précisément ce que le public voit comme "les FAI" : ce sont des entreprises qui s'occupent de connecter leurs abonnés au réseau internet, leurs abonnés étant des particuliers. Dit comme ça, tout le monde va me dire "bien sûr, tu ne nous apprends rien". L'astuce est qu'ils ne font rien d'autre que de connecter leurs abonnés au réseau internet : ils ne gèrent pas du tout l'interconnexion avec les fournisseurs de contenus, ne gèrent pas les services centraux (comme le DNS), ne gèrent pas l'acheminement entre continents. Il existe des FAI spécialisés appelés "routeurs" qui connectent les centres d'hébergement avec les FAI "grand public". Et ces services sont payés par les fournisseurs de contenus et absolument pas par les FAI "grand public" qui attendent tranquillement de recevoir les octets.

Donc, en réalité, les fournisseurs de contenus payent déjà (et cher) pour s'interconnecter avec les FAI "grand public" (mais pas aux FAI grands publics directement, c'est en partie ça qui doit les titiller...). Elle est pas belle, la vie ?

Cette question est cruciale pour l'avenir d'internet : internet par définition est un ensemble de réseaux interconnectés. C'est ça qui a permis son développement exponentiel : le réseau est agnostique, il ne fait que transporter les données, sans se demander ce qu'elles sont. Si on avait commencé internet avec dans l'idée de passer son temps à regarder les données transportées, nous n'aurions rien de ce qui existe aujourd'hui (ben oui, tout émergence de transport de donnée innovant aurait été si ce n'est bloqué du moins ralenti). Effectivement, si les FAI publics obtiennent ce qu'ils veulent, vous n'aurez plus accès à internet mais à un bouquet de services. Et internet sera mort.
Pour Free replay, l'idée de faire payer n'a pas été abandonnée. Après l'avoir utilisé quelque temps en soirée sans problème, le service s'est bloqué pour l'ensemble des chaines de replay et m'a indiqué qu'il fallait payer pour pouvoir continuer à regarder en soirée (19h à 22h il me semble)
J'ai trouvé ça particulièrement petit de la part de Free qui nous avait habitué a fournir ce genre de service gratuitement. Surtout vu les prix de l'abonnement freebox v6 (38 euros). Depuis je n'utilise plus le service
J'espère qu'@SI a déjà pris rendez-vous avec Jeremy Zimmerman et Benjamin Bayart concernant ce sujet pour la toute nouvelle émission qui va remplacer Ligne J@une à la rentrée ;)
En tout cas, le sujet est tout trouvé.
Merci pour l'observatoire complet, j'ai bientôt tout compris.

« des logiciels comme Skype, qui permettent de téléphoner sur le net, comme Skype. »
Vous avez un petit problème de ré-répétition. ;)
Quelques précisions (je peux me tromper, mais il me semble que..)

- "[Verizon] avait empêché ses clients d'échanger des vidéos via BitTorrent, un mode de partage peer-to-peer." -> Il s'agissait de couper tout le protocole, pas de discriminer le téléchargement de vidéos d'un côté et le reste des types de téléchargement de l'autre.

- "la cour d'appel de Washington a annulé cette sanction, ouvrant une voie légale à la contestation de la neutralité du net" -> la décision portait sur la portée du pouvoir de la FCC, pas sur la validité intrinsèque de la neutralité du net. La FCC tente depuis de prouver sa légitimité à trancher sur cette question.

- Le Chili aussi a voté une loi garantissant la Neutralité du Net il y a 1 an.
Il y a plusieurs aspects de la neutralité en fait.

L'aspect commercial "je paye plus cher pour un meilleur accès" est un faux probleme.
Si je prend chez moi le genre de connexion internet que j'ai chez mes employeurs, je vais avoir un meilleur accès qu'avec une freebox. Mais ca me coutera plusieurs milliers d'euros (que je n'ai pas) par mois.

Il n'empeche ceci étant dit que les opérateurs ont un problème commercial. Ils ont basé leurs offre sur l'idée que les clients achetaient un accès a 20 Mb/s et en consommait 5% en moyenne. La mauvaise blague, c'est qu'avec Youtube, Dailymotion, les téléchargements illégaux et le reste, les gens consomment de plus en plus. Du coup les opérateurs vont devoir soit augmenter leurs tarifs (pas illogique) ou alors essayer d'extorquer des sous aux fournisseurs de contenu (qui ne veulent pas payer). Les discussion sur la neutralité servent de prétexte.

Maintenant, si Orange par exemple décide de faire un tarif 20 EUR de base + 5 EUR pour google, +5 EUR pour youtube... et qu'en face SFR (ou Free) continue de vendre l'internet complet pour 25 EUR, les gens quiteront Orange. On n'est pas en France dans la situation de beaucoup d'américains ou le marché du haut débit est de fait monopolistique a cause du cable : on a 3 gros opérateurs et 2 moyens qui se tireront toujours dans les pates. Contrairement au mobile, il y a une vraie concurence.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.