261
Commentaires

La justice US ferme le site de téléchargement MegaUpload.

C'est sans doute la principale offensive contre le téléchargement illégal, depuis l'origine du phénomène. Au lendemain d'une grève de sites américains opposés à un projet de loi antipiratage SOPA, le très célèbre site de partage de fichiers MegaUploadété fermé jeudi par les autorités américaines qui ont fait arrêter son patron et fondateur en Nouvelle Zélande. L'enquête aurait établi que les dirigeants du site rétribuaient des internautes pour "uploader" des contenus. Le groupe Les Anonymous a riposté en revendiquant des attaques contre des sites officiels, dont celui du ministère américain de la Justice.

Derniers commentaires

Donc d'après vous, les nouveaux croisés, je suis un dangereux malfaiteur !.
C'est vrai, 'il m'arrive' peut être, il me semble, de pirater de la zizique, principalement du blues, jazz, rock pop ,et chanson française
de qualité ( pour moi ), je précise que la rock pop et chanson, acheté et disparu:-(((.
Ce n'est pas une excuse, une précision.
Vos arguments se tiennent, sauf ceux moralisateurs, la morale et moi, ça fait deux, et je sais où ça mène...
Vous avez raison, mais cela ne me fera pas changer;-)
c'est ainsi que va la vie d'un égoïste.
gamma
Je sais bien qu'il ne faut jamais mettre sur le compte du complot ce qui peut très bien s'expliquer par la bêtise (des pouvoirs publics) et l'icompétence (des majors) :

Mais là ça commence à faire beaucoup
De ce que je comprends de la proposition de Hollande (ou de son équipe) sur le sujet post-hadopi :
- on rend légal le piratage : donc on officialise les « infrastructures » actuelles de piratage comme outil de diffusion
- on espère mettre en place un système de mesure d’audience au dessus de ces infrastructures.

Or rappelons encore une fois que toute mise en place de mesure équitable d’écoute ou consultation (il n’y a pas que la musique non plus) est STRICTEMENT IMPOSSIBLE à mettre en place au dessus de ces infrastructures en en plus dans le contexte « longue traîne » actuel, et surtout et peut-être encore plus, EN RIEN SOUHAITABLE.

Un peu plus développé :
http://iiscn.wordpress.com/2011/07/03/licence-globale/
On nage quelque peu dans le délire à ce sujet il faut bien le reconnaître .. voir défaite de la pensée et déni de réalité

D’autre part il faudrait aussi que l’on explique :
- ce que l’on fait des services légaux actuels
- comment ça marche avec l’étranger
- etc

Quant à savoir si Hadopi a été utile ou pas, une chose est claire pris le problème à l’envers dès le début, et extrêmement urgent de le prendre à l’endroit, surtout pour sortir de l’approche délirante monitoring à tout va. S’en prendre aux centres permettant rappelons le, de se foutre entièrement des flux utilisateurs finaux.

Et il y a toujours des centres dans le piratage, dire le contraire est de l’ignorance ou hypocrisie :
http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/piratage-hadopi-etc/

Ce qu’il faut c'est quelque chose comme ça :
http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/concepts-economie-numerique-draft/
C'est à dire un environnement ouvert et atawad (any time, anywhere, any device) de publication (gratuite ou pas) et achat à l'acte, indépendant des machines, fabricants de machines, magasin en ligne, réseau social, etc et offrant une réelle plus-value "expérience utilisateur", à acheter par rapport à pirater (dans le fait de ne pas avoir à s'occuper de fichiers). De fait quasiment tout est là, ce qu'il manque plus qu'autre chose, est la séparation des rôles et organisations appelées "m account managers" dans la proposition ci-dessus.
Une bibliothèque...enfin vidéo/audiothèque, avec abonnement à portée de tous, dont une partie paierait les droits d'auteur quand il y a consultation de telle ou telle oeuvre, exclusivement en streaming, même si on sait qu'il existera tjs un moyen pour copier les images d'un écran, et son son, qu'on peut consulter chez soi...Moui, les gros diffuseurs des télévisions cinéma and co sont pas trop pour au premier abord :)
...Mmm, p'têt en les amadouant de toucher dans le % de l'abo, un temps à déterminé, moins long que les droits d'auteur, faut pas délirer non plus :D

Mouai, elle m'a l'air naive cette idée.
En même temps les "revendeurs pirate", ceux qui se font du business avec les oeuvres sans refiler les droits d'auteur, ont du mal à vendre quand le client est déjà servi ailleurs.

Je trouve le système pas trop mal foutu pour le site Arret sur image, un abo flexible selon la libre déclaration de l'abonné.
Une rumeur commence à se répandre sur le net : Megaupload a été fermé car il était sur le point de proposer une offre (Megabox) qui allait mettre à mal les actuels tenants du marché :
http://www.linformaticien.com/actualites/id/23262/megabox-la-vraie-raison-de-la-fermeture-de-megaupload-par-le-fbi.aspx

Est-ce fondé ? Si oui, à quel point ?
Inutile de dire que si c'est vrai, c'est énorme.
Maître Eolas précise deux trois trucs intéressants à connaître sur la procédure engagée à l'encontre de MU.
UploadStation précise : tous les fichiers seront effacés au 30 janvier.

Pour hotfile ça a l'air confirmé.

En attendant des sites (2 à ma connaissance) ont commencé à prendre leur distance avec l'administration américaine en bloquant directement l'accès aux résidant us : http://torrentfreak.com/uploaded-to-blocks-us-visitors-120121/

Bienvenu dans la segmentation du réseau par pays.

On se demande comment maintenant les offres dropbox, box.net ou autres PaaS vont évoluer plus personne ne va se risquer à mettre quoique ce soit de peur de perdre ses données.
Effet boule de neige :

- FileSonic, FileServe, FileJungle et UploadStation ont supprimé leur programme d'affiliation, et ont désactivé la possibilité de partage de fichiers.
- FilePost, VideoBB, VideoZer, 4Shared, Uploading et Easy-Share / Crocko ont stoppé leur programme d'affiliation et ont massivement supprimé fichiers et utilisateurs.
- HotFile serait entrain de supprimer massivement les fichiers aussi (à confirmer).
- Uploaded est le seul gros qui n'a fait "que" rendre son site inaccessible aux USA
- x7 est temporairement inaccessible et le site pourrait revenir avec une nouvelle version. FileFrog, Cash-File et FileBase sont simplement down. UploadBox annonce officiellement la fermeture du service le 30 janvier.
- RapidShare dit qu'il ne craint rien, sachant qu'il avait stoppé son programme d'affiliation il y a déjà un moment. Wupload avait lui aussi stoppé le programme d'affiliation fin novembre.
- Quelques "petits" semblent ne pas avoir encore réagi, notamment DepositFiles et FreakShare.
l'info n°1 sort de .

Je crois LPR que Refuznik ne disait pas que l'on peut fermer officiellement un site pour une image mais que l'on peut, sous couvert de lutte antiterroriste (car le blanchiment d'argent est désormais considéré à l'égal du terrorisme pour lutter contre le financement des réseaux), fermer n'importe quel site. C'était le sens de son allusion aux armes de destruction massive.

Encore une fois si megaupload etait "seulement" un site proposant des oeuvres piratees, sous la loi actuelle, les sites n'auraient pas pu etre fermes.
C'est justement pour cela que la situation est douteuse et que l'accusation de blanchiment d'argent semble assez bienvenue.
Chacun voit midi à sa porte.

Pour moi je reste sur deux problèmes :

- le 1er c'est que les usa ont utilisé un terme du genre "racket et blanchiment d'argent" pour pouvoir lancer leurs interpellations alors qu'à la base c'est une plainte de la MPAA. Je ne sais pas pour vous mais les usa auraient tout aussi bien utiliser qu'ils avaient des armes de destructions massives ça devrait passer aussi.

- le 2ieme, c'est celui d'avoir récupéré tous les serveurs (coupé) et les noms de domaine sans jugement car on n'en est encore qu'au stade d'une enquête préliminaire. car comme le dit Pierre Col et bien d'autres : - "...cette forte présomption de culpabilité ne justifie en aucun cas la fermeture brutale des serveurs, sur la base d'une enquête préalable et sans que le moindre jugement ait été rendu par une instance judiciaire faisant la part de l'accusation et celle de la défense. Cette présomption de faute ne légitime pas le fait que des données stockées sur ces serveurs par des utilisateurs honnêtes ont disparu".

Bref imaginez que pour une quelconque raisons genre une image qui dérange*, un contenu autres, etc... on ferme voir on efface tout un service (wikipedia, google doc, etc...) avec perte de tous ce qu'il y a.

Bon après on peut voir une manoeuvre d'Obama pour montrer que l'on a pas besoin d'un SOPA/PIPA et ne pas se mettre les lobbies à dos pendant la campagne présidentielle.

* : Pour la petite histoire l'image du jour ces derniers temps dans wikipedia allemagne était la vulve. Imaginer que suite à une plainte quelconque du jour au lendemain on se retrouve avec plus de wikipedia, ça fait froid dans le dos.
J'ai l'impression que ce que l'on reproche au fondateur de MegaUpload, c'est essentiellement l'éclectisme de son mauvais gout, comme nous la exposé Le Monde, RUE89, Le Figaro, etc.
Rendez-vous compte, les enquêteurs ont saisi "ce qui ressemble à un inventaire à la Prévert" (sic -RUE89-) :
- plusieurs oeuvre d'art ;
- deux jet-skis ;
- des voitures de luxes, dont une Cadillac rose ;
- et un fusil !
Hallucinant, n'est-ce pas ?

Ceci étant, je n'ai pas très bien compris au nom de quoi on arrêtait ces personnes au quatre coins de la planète, avant tout procès, simplement semble-t-il parce que leurs activités nuisent aux intérêts des puissants membres américains de la RIAA.
Je ne suis pas juriste et ne connais pas le détail des lois actuelles.
Cependant cette affaire megaupload montre quand même que :
- rappel du fait que quoi qu'on en dise, il y a toujours des centres dans le piratage, et des personnes physiques et morales (officielles ou pas) derrière ces centres, et par exemple que TPB ait changé son format et techno de liens récemment ne retire rien au fait que cela reste un centre de piratage.
- de là il devrait être possible de dissocier la définition et procédures associées, d'un point de vue juridique d'une part, et technique de l'autre.
- il est essentiel que ces procédures soient effectivement avant tout juridiques et pas simples opérations de police (et que le fait d'essayer d'utiliser un "centre" pour lequel une décision de blocage a été prise, ramène d'une manière ou d'une autre un message avec lien/référence de cette décision)
- Rappelons encore une fois que le blocage des centres permettrait de sortir de la direction délirante monitoring flux utilisateurs à tout va d'hadopi :
http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/piratage-hadopi-etc/
(monitoring par ailleurs très facile à contourner, ce qui n'est pas par définition le cas des blocages de centres)
Et puis l'important serait quand même de comprendre qu'un nouveau rôle est nécessaire pour un environnement de publication ne se résumant pas à deux ou trois monstres :
http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/concepts-economie-numerique-draft/
Que quasiment tout est déjà là, et que se rôle (et organisations associées), est exactement le même que celui nécessaire pour la problématique "identité sur le net" :
http://iiscn.wordpress.com/2011/06/29/idenum-une-mauvaise-idee/
problématique où rappelons le, l'usage d'un identifiant unique par utilisateur entre acteurs n'est absolument pas nécessaire, et cette direction devrait être à tout prix évitée (et là encore tout quasiment déjà là).


Et au moins cela calmera peut-être un peu les légendes "internet c'est pas centralisé etc", voir même pourquoi pas on peut toujours rêver, calmera aussi le viol ou détournement du terme virtuel depuis les mid nineties ...
Megaupload : l'Hadopi contre Benjamin Bayart « L'Hadopi et le président de FDN, Benjamin Bayart, s'expriment après la fermeture du site de téléchargement de fichiers par le FBI. Regards croisés. » (source : lepoint.fr)
Certains pensent plutôt que le projet de loi Sopa est mis de coté jusqu'à l'élection présidentielle, mais qu'il ressortira des tiroirs après. Les convictions d'un président sont une chose. La réalité des rapports de force politique en est une autre. C'est habile de calmer ayants droits qui sont aussi de gros bailleurs de fond pour la campagne présidentielle futur d'Obama. De là à affirmer qu'Obama est près à s'opposer radicalement à eux dans le futur parce qu'il a des convictions, c'est un peu naïf.
Apparemment les projets de lois sont remisés. Quelqu'un peut expliquer pourquoi ce recul intervient si vite?
http://www.lemonde.fr/technologies/article/2012/01/20/lois-antipiratage-sous-pression-washington-fait-machine-arriere_1632652_651865.html
Les sites comme megaupload, mediafire, rapidshare, upload et tous les autres ont, à côté des internautes qui font du peer to peer par eux, des salariés illégaux qui sont payés pour copier et placer toute la journée des films, musique, etc. sur ces sites de téléchargement. Voilà pourquoi on trouve aujourd'hui tant de films ou musiques sur ces sites, qui génèrent un fric gigantesque sur le dos des ayants droits. On est très loin du peer to peer d'il y a une dizaine d'années.
Ma plus grande interrogation: - FBI à travers plusieurs pays pour du téléchargement illégal, (meme principe que pour wikileaks) sur "ordre" d"une cour tenant décision au secret.

- mafia, ?? ha non pas d'accord internationnal
- vrai pédophilie ? pas plus d'accord
- paradis fiscaux? ha non, le Delaware serait morne sinon.

je n'ai pas refait le tour, je rentre du boulot, mais pas un seul média ne trouve incroyable que la coopération se fasse uniquement sur la défense de l'intérét de groupe industriel. . . Franchement, les gouvernants devraient réfléchir un peu, les sites comme mégaupload font partie d'une mutualisation rendant supportable le fait de ne pas pouvoir l'acheter. Si ce genre "d'aide charitable" disparait, les gens vont devoir s'occuper autrement. Ce qui ne serait pas un mal.
On peut voir cette affaire avec différentes lunettes.

Noires : comme une preuve supplémentaire que nous sommes en guerre. Une guerre polymorphe déclarés par les USA pour leur suprématie économique et qui s’exprime par des actes de guerre classique menés au nom de la lutte anti-terroriste, des opérations de déstabilisation (en liaison avec des services secrets d’autres pays), comme les assassinats de scientifiques iraniens, par exemple, des actes de contre-espionnage prétendus (contre Wikileaks, fo example), d’intelligence économique (nouvelle appellation de l’espionnage industriel), et aujourd’hui pour la prétendue défense du droit d’auteur. Ce dernier est en fait un prétexte pour organiser une économie de la rente sur le dos des artistes et des consommateurs et, plus généralement, du patrimoine de l’humanité (quand les Universal et consorts verseront des royalties à Homère, aux auteurs de la bible, à Charles Perrault, etc., je reverrai mon opinion).

Roses : comme une tentative désespérée d’une industrie dépassée par l’évolution technologique pour freiner la marche de l’histoire.

Comme beaucoup, je crois que l’histoire est traversée par des forces économiques et sociales, mais que l’avenir n’en est pas moins ouvert et dépendra de la réaction des populations.
http://fr.locita.com/actualite/la-fin-de-lempire-mega-quid-des-donnees-personnelles/

Tremblez braves gens, le FBI dispose maintenant des donnée de connexion et de téléchargements à Megaupload.

Chez moi, par exemple, il est déjà arrivé plusieurs fois que mon chat donne un coup de patte sur le clavier d'ordinateur à mon insu, ce qui a provoqué le téléchargement de quelques films et séries que je me suis bien sûr empressé d'effacer.
Quand on voit les moyens mis en place pour lutter contre un site qui génère 175 millions de dollars (prouvant au passage que les internautes sont prêts à payer pour accéder aux contenus, et validant le concept de licence globale), en plein milieu d'une des plus grandes crises économiques de l'histoire, dont aucun responsable n'a été inquiété en quoi que ce soit, on se dit, encore une fois, que le monde ne tourne quand même pas bien rond.

Quoiqu'il en soit, les Anonymous, qui n'étaient que 5 600 à être actifs dans les blocages de site hier soir, ont montré leur efficacité médiatique, même si d'un point de vue technique, les effets des attaques DoS n'ont aucune conséquence pour les cibles...
http://www.poisson-rouge.info/2012-01/la-deuxieme-cyber-manif-de-lhistoire/
Par contre, on attend toujours les declarations de Sarko sur la perte du Triple A. Il est pire que sa marionnette. Vivement les elections qu'on s'en debarasse une fois pr toute.
Le cinéma a battu des records de fréquentations en 2011. Il sera, au moins en France, délicat de blamer les hébergeurs d'un assèchement des revenus, meme quand ils sont aussi peu défendables que megaupload.
Le débat sans fin continue, et les plateformes légales continuent de proposer un catalogue minable, avec une toute petite fraction du contenu présent chez megaupload.
Le cinéma n'est pas forcé de répéter l'aveuglement et la bétise de l'industrie du disque depuis des lustres, qui s'acharne à pénaliser les utilisateurs légitimes sans toucher les pirates (qui resteront intouchables, pour ceux qui n'auraient encore pas pigé). Peut etre qu'avec un peu plus d'efforts et un peu moins de clownerie ?
On a des statistiques sur l'usage légal de megaupload, c'est-à-dire sur les dégats de sa fermeture sur des entreprises et particuliers qui en faisaient un usage parfaitement légitime ?
J'espère sincèrement que des gens arriverons à créer un internet parallèle à partir des technologies intranet et wifi sur le modèle du peer to peer dont l'accès ne dépendra plus de fournisseurs d'accès et qui ne sera donc plus dutout contrôlable par qui que ce soit.
Arf, on dirait que les américains veulent relancer le P2P.
Ils sont tellement obnubilés par la perte de quelques % de leurs revenus colossaux qu'ils
sont en train de détruire ce qui fait leur succès : une publicité virale, mondiale et absolument
gratuite.
Quant à une plateforme de téléchargement légale de tous les films qui sont dans le domaine public on en rêve.
En attendant continuons à acheter pour des sommes allant de 1 à 10 euros des DVDs édités
par tous les éditeurs opportunistes qui se les approprient en les "enrichissant" de sous-titres approximatifs...
Pas LOL.
Quand je pense aux sommes qui ont été dépensées en publicité autour des "clouds" au cours du dernier trimestre, je me dis que c'est une bien belle façon de torpiller le business de montrer comment vos informations peuvent se volatiliser du jour au lendemain pour peu que vous fassiez confiance au mauvais service.

Parce que bien évidemment une forte proportion du trafic de MegaUpload était sur le créneau de l'hébergement de contenus sous copyright, mais il y avait également des utilisateurs qui utilisaient le service pour ce qu'il vendait officiellement. C'est la morale de cette histoire comme de toutes les autres : Les seuls qui perdent toujours tout sont ceux qui respectent la loi.
Dommage de n'avoir repris dans l'article uniquement la parole d'Eva Joly et d'avoir oublié le Parti Pirate et son communiqué officiel :
https://midi-pyrenees.partipirate.org/2012/01/communique-de-presse-du-parti-pirate-sur-la-fermeture-de-megaupload/
Il est plus que temps de mettre en place un droit constitutionnel pour protéger la liberté de partage de fichiers numériques sur internet et pour mettre fin à la propriété intellectuelle, en tout cas à son aspect rente et liberticide.
les artistes, musiciens, écrivains, auteurs en tout genre... on peut être leur mot à dire :-)
Les fils, petit-fils et, depuis le dernier prolongement de la durée des droits d'auteur, arrière-petits fils aussi.
Pour le coup non, le droit d'auteur et droit voisin, ne sont pas destiné à protéger les "créateurs" non non, si on regarde, les sommes étrangement n'arrive que pour une infime partie à ceux ci. Donc ces créateurs ça fait longtemps que ce qui devait les protéger des méchants exploitateurs commerciaux les a au contraire soumis.

De plus, je ne prendrais jamais un soi disant forfait illimité, qui n'est qu'un droit d'écoute, lecture, d'un fichier qui ne m'appartient pas: les paiements sur les sites légaux, c'est au final de la location ( voir l'affaire kindle d'amazon qui supprime à distance le fichier)

Donc, désolé, mais les auteurs ça fait longtemps qu'ils sont dans les choux.

Que mégaupload tombe ou pas, je m'en fous, la méthode pose question, et l'évolution législative devient de plus en plus violente.

Et oui, j'ai des choses à cacher y compris au regard de mon propre gouvernement, cela s'apelle la vie privée, ainsi que les correspondance privée etc.... Qui sont légales, mais l'état n'a pas à y mettre son nez à priori.
il ne faut pas tout mélanger. la propriété intellectuelle est bien antérieure à tout cela et englobe bien plus que les revendications pécunières des majors.
Si débat il doit y avoir, il concerne essentiellement les auteurs, et pas seulement les gens comme vous et moi qui veulent simplement continuer de regarder gratuitement les dernières séries tv.
J'ai souvent usé de mega upload mais je ne vais pas pleurer sur le sort d'une boite qui se faisait un fric monstre sur la création d'autruie et dont le modèle économique semble plus "mafieux" qu'autre chose.
Salut, on peut critiquer Megaupload et le fric que ses dirigeants se faisaient en bons capitalistes. Mais cela ne peut pas justifier ce qu'il s'est passé.

D'un côté ils justifient la fermeture du site pour la défense de la propriété intellectuelle, et de l'autre ils ont fermé le site sans donner aucun préavis. Vous n'allez pas me faire croire qu'il était nécessaire de fermer le site pour arrêter les accusés ?
Du coup toutes les données légales que des millions de gens stockaient sur les serveurs de megaupload ne sont plus accessibles, c'est donc clairement comme si elles leur avaient été volées ou comme si elles avaient été détruites. ( Alors que le piratage n'est pas du vol mais juste de la contrefaçon )
Ils baffouent ainsi d'une manière bien plus violente les droits de millions de gens tout en prétextant défendre les droits de qqs milliers d'autres.
Moi je n'ai perdu que quelques documents PDF liés à mon parti politique, je pourrais surement les retrouver si j'en ai à nouveau besoin, mais imaginez tous ceux qui n'avaient pas de copies ?

Quand à la propriété intellectuelle, pour moi il faut très clairement en exclure la copie et le partage désintéressés, c'est pour cela que je pense qu'il ne faut pas appeler ça propriété ( et donc mettre un terme à la propriété intellectuelle ), car la propriété c'est le pouvoir absolu. Ce qui est anormal ce n'est pas que l'on se partage entre nous les trucs qu'on aime bien et que l'on veut faire découvrir aux autres, c'est même un comportement tout ce qu'il y a de plus fondamental et de naturel chez les humains !
Ce qui est anormal par contre c'est que l'on veuille marchandiser des choses purement immatérielles. Les créateurs de série Télé ou de FILMS ainsi que les musiciens et les créateurs de jeux vidéos peuvent très bien se débrouiller malgré le partage, seulement ça veut dire qu'ils doivent moins compter sur la rente et plus sur le côté spectacle. Et s'ils gagnent moins de sous cela ne sera que justice ! Il n'y a rien qui justifie les sommes et les revenus mirobolants de tous ces gens. S'ils veulent vendre leurs marchandises ils n'ont qu'à les vendre moins cher !
Je vais me faire un peu l'avocat du diable, je le précise.

D'un côté ils justifient la fermeture du site pour la défense de la propriété intellectuelle, et de l'autre ils ont fermé le site sans donner aucun préavis. Vous n'allez pas me faire croire qu'il était nécessaire de fermer le site pour arrêter les accusés ?

Lorsqu'un délit est en cours d'exécution, n'est on pas sensé l'arrêter ?

Du coup toutes les données légales que des millions de gens stockaient sur les serveurs de megaupload ne sont plus accessibles, c'est donc clairement comme si elles leur avaient été volées ou comme si elles avaient été détruites. ( Alors que le piratage n'est pas du vol mais juste de la contrefaçon )


C'est la responsabilité des créateurs de MU si ces données ont été perdues. C'est contre eux qu'il faut se retourner : ils commettaient un crime fédéral en connaissance de cause (Du moins y a t il assez d'éléments pour interrompre immédiatement l'accès aux serveurs).
Il y a des fraudeurs à la sécurité social, vous proposez qu'on arrête la sécurité sociale ?

Non c'est la responsabilité de ceux qui ont fermé le service sans préavis si ces données ont été perdues. Ils ont agit sans discernement et on nuit à des millions de gens.
Des millions de gens ? Comme vous y allez !
Je ne pense pas qu'il y ait beaucoup de données dans les serveurs de Megaupload sans
copie ailleurs... ou alors ceux qui ont mis des données sur un serveur unique et qui les ont perdues
n'ont que ce que leur imprévoyance leur a fait mériter.
Non, mais ce ne sont pas les dirigeants et créateurs de la sécurité sociale qui organisent la fraude et l'encouragent.
Et si c'était le cas ? N'insistez pas, il n'y a rien qui peut justifier de s'en prendre aux gens innocents.
N'insistez pas, il n'y a rien qui puisse justifier qu'on n'interrompe pas un délit sur l'instant.
Évidemment que si.
L'ordre public, la riposte proportionnelle, ou même les droits des personnes impliquées dans l'affaire. L'état n'est pas censé enfreindre une loi pour en faire respecter une autre si le cas na pas été explicitement prévu (usage de la force publique par exemple).
Parce que là c'est un peu brider toutes les voitures à 50Km/h pour être sûr que plus personne ne fera d'excès de vitesse en ville.

Ne vous trompez pas, je ne pleure pas sur les sites MegaTrucs, par contre je ne suis pas aveuglement partisan au point de considérer que ce qui c'est passé est une grande avancé des libertés publiques. Tous les fichiers légalement distribués par ces sites ont été indûment bloqués par la justice américaine et il aurait été tout à fait possible de nettoyer ou faire nettoyer tout cela assez rapidement pour peu à peu éliminer les documents sous copyright.
Encore une fois, dans le cas dont nous parlons l'Etat US n'a enfreint aucune loi et a suivi toutes les procedures legales a leur disposition.

Et encore une fois, l'argument selon lequel quelqu'un ferait un usage legal en utilisant les services d'uen structure illegale est totalement falacieux.

Il existe des dizaines de sites qui offrent des possibilite de stokage et acces aux donnees, qui sont gratuits, qui sont completement legaux et par ailleurs plus rapides et surtout beaucoup plus securises que ne l'etait megaupload : Pourquoi alors utiliser megatruc ?
Tout a fait vrai, je pirate tous mes films, séries et musiques via bittorrent. Ça marche très bien. Et personne ne me rackette (sauf mon italien qui m'ajoute un euro si je me sers de la sauce piquante sur ma pizza).
Vous ne commettez pas un délit en roulant avec une voiture qui peut rouler à plus de 50 km/h. Là vous parlez comme si tous les services de direct download et de streamings avaient été fermés par principe immédiatement. Mais si votre exemple est pourri, on peut en prendre un meilleur en parlant automobile

Vous êtes passager d'un car dont le conducteur roule à 110 km/h sur une route en ville avec 2 g/l d'alcool dans le sang. La police a de très bonne raison d'interrompre sa circulation, d'arrêter le conducteur, et de l'empêcher de reprendre le volant immédiatement. Et les passagers du car qui se retrouvent au bord de la route à des centaines de km de leur destination ne peuvent s'en prendre qu'à la compagnie de bus et au conducteur. C'est plus clair là ?
Vous êtes marocaine (toute ressemblance tout ça tout ça) en situation irrégulière sur le territoire national.

Battue par votre frère vous finissez par vous rendre à la gendarmerie la plus proche pour faire cesser le délit susnommé.

Et paf ! En centre de rétention, deux délits stoppés d'un coup, il est pas beau l'ordre public ?
Quel rapport ? Les gens qui utilisaient mégaupload pour diffuser légalement des données ne commettaient pas un délit.

Quand vous faîtes une analogie avec l'affaire, faîtes l'effort qu'elle soit valable. Le fait que vous fassiez référence à quelques choses d'aussi sordide que la politique migratoire et la violence faite aux femmes ne rend pas votre prose plus sensée. Juste plus ridicule par sa grandiloquence.
Excusez moi, mon exemple n'était pas assez outrancier, mais de votre coté vous avez oublié que le chauffeur de bus était pédophile et que les passagers étaient des nationalistes turcs se rendant à un congrès niant le génocide arménien.

Je répondais à votre «rien qui puisse justifier qu'on n'interrompe pas un délit sur l'instant.»

En France le vagabondage était un délit jusqu'en 92… l'autre solution était de mettre tout les SDF dans des camps.
Votre exemple était véritablement outrancier. À vrai dire, il pue. Parce qu'utiliser des faits qui doivent nous scandaliser en espérant qu'on n'ose pas vous dire que c'est de la daube pour ne pas paraître insensible, ça me dégoûte un peu, personnellement.
Vos phrases péremptoires démontables en deux exemples puent tout autant.

Bien oublions votre chauffeur pédo-nazi.

Il y a une disproportion grave entre les délits reprochés à Megaupload, que je ne pleurerais pas, et les moyens employés.

L'ensemble de cette procédure repose sur l'accusation de blanchiment d'argent qui n'a pas été prouvé malgré les grands renforts de "on dit que", "on se doute bien que", "il serrait possible que"…
ici pour les non anglophobes.

Une mise en demeure, comme on le fait pour Google®, Yahoo®, Amazon®, Ebay®… aurait permis aux gens utilisant le site légalement (et leur faible proportion ne justifie en rien leur punition) de rapatrier leurs donnés et à Kim Schmitz de… répondre aux accusations.
Non, la fermeture de méga-upload repose majoritairement sur des infractions aux règles de la propriété intellectuelle américaine. Les mecs sont accusés de s'être fait du fric sans rémunérer les ayant-droits en étant parfaitement conscient de ce fait. Le dernier article d'Eolas résume bien les points sur lesquels le FBI se base.

Je ne suis pas sûr que quelqu'un qui compare une femme battue à la perte de données partagées puisse vraiment avoir le sens des proportions. Je ne vois pas en quoi il y a disproportion : le FBI constate que des gens commettent un crime fédéral, il demande son avis à un juge, qui les autorise à l'interrompre. Et étant donné le trafic généré sur MU, la méthode, les profits accumulés etc… non, la situation n'est pas comparable à google ou youtube et compagnie.
J'ai répondu par l'outrance à une affirmation ridicule et un exemple idiot qui demandait si on était pour ou contre l'alcool au volant.

L'accusation se fait sur la question des règles de la propriété intellectuelle, les moyens employés sont ceux de la lutte contre le blanchiment… seule accusation non prouvée. Blague à part il n'y avait pas de moteur de recherche sur Megaupload qui touchait sur le référencement ?
Non, les moyens employés sont ceux qu'on emploie lorsqu'un délit fédéral est commis.
Sandy : A cote de mon petit commerce il y a un petit restaurant italien tres sympa. j;ai commence a devenir un client regulier. et tres rapidement le patron m'a fait savoir que si je voulais, je pouvais prendre un abonnement premium pour pouvoir prendre mes repas a moitie prix, mais qu'en plus cet abonnement me donnait automatiquement acces a son arriere salle ou il est possible de jouer a des jeux d'argents en toute discretion ( surtout par rapport au fisc ) , qu'ils allaient faire en sorte que mon petit commerce soit protege 24h sur 24de tout risque de cambriolages ou autres problemes de ce genre.

Pour etre tranquille et lui faire plaisir j'ai paye toute une annee en avance mais lui ai dit que j'allais seulement venir pour prendre mes repas et que le reste ne m'interessais pas.

Quelques semaines seulement apres avoir paye pour etre membre du restaurant, il y avait des bagnoles de flics partout et depuis ce jour je n'ai plus pu prendre acun de mes repas, alors que j'avais pourtant paye pour toute une annee en avance.

C'est un scandale !

C'est aussi une parabole ( de fiction lorsque je parle a la premiere personne ) mais c'est une maniere comme une autre de mettre parfois les choses en perspective.

Quant a ta tirade sur les droits d'auteurs, tu ne dois pas connaitre beaucoup de gens creatifs ...
Un des trucs, une "parabole" comme vous l'appelez, le plus ridicule que j'ai lu depuis longtemps (et je viens de relire le discours de Hollande du Bourget, ce qui situe).

Il était tout à fait possible d'utiliser Megaupload sans rien payer, ce que j'ai toujours fait. Il n'y avait pas question de "moitié prix" mais d'attente, on pouvait manger, ce que votre italien ne vous aurait peut-être pas laissé sans payer. Oh, bien sûr, il y avait toujours les pubs pour les casinos ou autres, et vous n'avez pas cliqué dessus, vous nous en voyez ravis.

Quant au risque de "racket" de votre "petit commerce", alors là, vous m'avez largué. Quel rapport avec la choucroute ?

Par ailleurs, je suis classé comme un "créatif" alors que je n'ai jamais touché de droits d'auteur. Je suis même très farouchement contre, ainsi que contre la "propriété intellectuelle".

Ça serait peut-être bien, un jour ou l'autre, qu'on cesse de penser que les modèles pré-existants sont les seuls viables ou même seulement dignes d'intérêt.
Si vous n'avez pas compris la parabole, vous ne pouvez pas l'accuser d'être ridicule.
Vous ne payez pas ok, mais pour montrer qu'il y a enrichissement en vous fournissant un service, un restaurateur auquel on est fidèle et dont on fait un usage quotidien, c'est pas mal.
Le racket c'est ce qui n'est pas légal et LPR nous explique depuis quelques posts que les autres chefs d'accusation, (autre que envers les droits d'auteurs) lui semblent réels.
Quelques dizaines d'écrivains, un peu plus de chanteurs, à peine, ont de quoi vivre en France avec leurs droits. Le modèle actuel est à revoir, dit aussi LPR avec raison, car bien avant le téléchargement la situation des auteurs est devenue scabreuse.
Que vous soyez créatif et ne viviez pas de votre créativité, mais d'une activité annexe, n'est pas en contradiction avec ce que dit LPR.
Vous répondez un peu à l'emporte pièce en rapportant tout à vous, sans avoir lu tout ce que dit LPR qui a une vision plus élargie.
Pour n'importe quelle entreprise on ne met pas sur le carreau les employés et on ne prive pas du service les clients tout ça parce que les dirigeants seraient accusés d'activité illégales en parallèle de l'activité elle bien légale.

D'abord parce qu'il y a la présomption d'innocence, ensuite parce qu'il est naturel de s'inquiéter du sort de tous ceux qui pourraient en subir des dommages collatéraux et qui n'ont pourtant rien fait de mal. Même principe ici. Vous aurez beau tourner tout cela dans tous les sens, le manque de discernement et la nuisance occasionnés pour tous les gens qui n'avaient rien avoir dans cette histoire ne seront jamais justifiables, et vous ne pourrez pas mettre ça sur le dos des dirigeants de l'entreprise, c'est trop facil, car ce n'est pas de leur volonté que cela dépend mais bien uniquement de celle de ceux qui ont fermé le site.
???

Evidement que partout, lorsqu'un juge decide qu'une activite est illegale l'entreprise st fermee, ses dirigeants arretes sur mandat d'arret : Que cette entreprise ait une facade legale n'empeche pas la fermeture, et employes ( conscients des activites illegales ou pas ) comme les clients, n'ont pas grand chose a faire a part eventuellement faire un proces au dirigeants qui ont ete arretes.
Imaginez que ce soit une banque qui soit dans le même cas. Les dirigeants s'amusent à faire du blanchiement d'argent. Alors selon vous toutes les personnes qui avaient un compte à la banque et qui n'ont rien fait devraient tirer un trait sur leur argent et la banque devrait être fermée immédiatement et toutes ses activités stoppées ?

Allons ...
??

Tu te tiens au courant de l'actualite par hasard ?

Madoff ca te dit quelque chose ?

Allons ...
Je ne connais pas bien l'affaire mais du peu que je sais Madoff ce n'est pas une banque c'était une société d'investissement, c'est à dire un Hedge Funds, et si les gens ont perdu de l'argent ce n'est pas parce qu'il a été arrêté, mais parce que c'était une escroquerie, il avait dilapidé tout leur argent en payant les intérêts de ses clients avec l'argent de investit par ses nouveaux clients.

Donc trouvez un autre exemple !
Je pensais a un dépot-vente, vous confiez vos objets au dépot vente et si c'est vendu vous touchez quelque chose, dans le cas contraire c'est toujours à vous.

Si le dépot vente est fermé parce qu'il fait du recel d'objets volés, la justice doit être en mesure de vous rendre ce qui est à vous, mais ça peut prendre le temps de la procédure.

Ceci étant, on postule que la justice ne fait pas elle-même du racket ou du recel. Etant donné qu'on parle du FBI dont la liste de crimes est sans fin :-/
ah mais depuis que les banques ne sont plus separees en banques de depot et banques d'investissement, Madoff fonctionnait exactement comme une banque

De plus c'est bien une enquete du FBI, presentant des preuves d'activites illegales qui ont conduit a un arret de Madoff et un arret de ses activites .

C'est bien le meme cas de figure que pour Megaupload : Les banques sont en genral plus controlees, et les activites illegal lorsqu'on en decouvre sont le fait d'individus qui profitent de la structure et dans ce cas, ce n;est pas l'activite de la banque en son entier qui peut etre mise en cause.
Par ailleurs, je suis classé comme un "créatif" alors que je n'ai jamais touché de droits d'auteur. Je suis même très farouchement contre, ainsi que contre la "propriété intellectuelle".

Parce que j'imagine que dans ton boulot, l'élément "droits d'auteur"* n'est pas devenu un levier dans la discussion de la rémunération de base, celle qui devrait t'être payée pour ton travail réel, et non par une hypothétique génération de gains due à de la diffusion.
En musique par exemple, on n'y échappe plus.
J'ai déjà expliqué dans pas mal de forum sur @si, qu'un compositeur à l'image, par exemple, n'est quasiment jamais payé réellement pour le temps qu'il passe à écrire, enregistrer, etc. (ce qu'on appelle la prime de commande, qui a pratiquement disparu), puisque contractuellement, les premiers versements effectués sont des avances sur les recettes à venir du producteur.
Càd que tu ne toucheras pas de royalties (qui sont différentes du droits d'auteur) tant que le producteur n'aura pas été remboursé de ce qu'il t'a "payé". Sachant que les pourcentages accordés se montent royalement entre 1 et 2 % du prix de gros.
En fait, tu finances toi-même ton droit à travailler. Fou, non ?

Qu'il faille changer le système, aucun doute.
Que l'on prive ceux qui travaillent et créent d'un juste (et souvent unique) moyen de rémunération (juste, au sens où les pourcentages et barèmes sont les mêmes pour tous), parce que la cession de tous droits n'est plus effectuée de manière correcte avec une rémunération à la hauteur, non.

À titre personnel, je préfèrerais être bien payé pour le travail que je fais, et ne pas devoir ensuite patienter au mieux six mois pour le national, et jusqu'à deux ans (pour l'international) avant de toucher une somme dont je ne peux connaître à l'avance le montant...
Sachant qu'il faut régulièrement relancer les organismes, parce que les producteurs ont oublié de déclarer telle diffusion, ou telle commande, etc. Ou que l'organisme en question se trompe...

Mais je ne suis pas contre un principe de "droits d'auteur" bien conçu, géré et redistribué. Ça empêche toute ré-appropriation à la sauvage d'un œuvre existante pour faire du bizness. Parce que tout est là, dans le terme "bizness".

*Les droits d’auteur sont perçus sur la reproduction pour tout support et l’exécution publique d’une œuvre. Les pourcentages sont fixes et déclarés à la société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem) et à la société des droits de reproduction mécaniques (SDRM) en France, ou à leurs équivalents à l’étranger, qui se chargent ensuite de leur reversement aux artistes.
Extrait d'un article du Diplo.
gemp de peu de foi qui ne veut pas comprendre la parabole ....

Comme le dis Poisson : Participer a la facade pseudo legale d'une organisation que l'on sait pertinament etre illegale, meme sans payer quoi que ce soit nous rend complice.

Et que personne ne me fasse croire que oh mais je ne savais pas qu'il y a vait des trucs illegaux sur megaupload, moi je ne l'utilisais que pour des trucs legaux : Ca fait maintenant au moins 15 ans que les campagnes contre le piratage sont absolument partout : Je ne connais poas une seule personne qui ne sait pas que downloader gratuitement un film est punissable par la loi. Donc si l'on utilise un site qui offre des films de maniere illegale, quelque soit l'utilisation que nous en faisons, non seulement on est complice en toute conscience mais on doit etre conscient que ca risque de tres mal se terminer !

Le probleme principal ici n'est pas tant les defauts du systeme existant dont nous sommes tous conscients qu'il faut le faire evoluer, mais de vouloir pretendre que nos droits sont bafoues en faisant fermer une entreprise clairement mafieuse a laquelle nous avons participer est une absurdite absolue puis que cette entreprise elle bafoue justement de tres nombreux droits et avant tout ceux qui ont ete assez naifs pour l'avoir utilise.


Le probleme principal ici n'est pas tant les defauts du systeme existant dont nous sommes tous conscients qu'il faut le faire evoluer, mais de vouloir pretendre que nos droits sont bafoues en faisant fermer une entreprise clairement mafieuse a laquelle nous avons participer est une absurdite absolue puis que cette entreprise elle bafoue justement de tres nombreux droits et avant tout ceux qui ont ete assez naifs pour l'avoir utilise.


En fait il me semble que cette revendication exprimée d'accéder à un service clairement identifié comme illégal n'est pas absurde, mais un symptome inconscient de l'illégitimité des lois qui nous régissent.

Et ce qui est illégitime est par définition nul et non avenu, comme un contrat portant une signature contrefaite. (la votre)

Il ne s'agit pas de critique d'un système qu'il serait loisible de corriger, mais d'un rejet massif de celui-ci. La résultante est de choisir n'importe quel système de substitution faute d'une organisation cohérente, l'organisation chaotique.
Je suis completement d'accord sur le concept :

Mais ce que ca veut dire : Si on considere que les lois sont absurdes, et que consciement on decide de violer la loi :

- Non seulement il ne faut pas s'etonner qu'un jour ou l'autre il y ait des consequences et que l'activite soit arretee

- Mais surtout, qu'on n'aille pas apres essayer de se persuader et persuader les autres que le coupable est celui qui applique la loi existante !

Si je n'accepte pas les lois soit je les casse et je prends mes responsabilite en acceptant les consequences, soti je fait tout ce que je peux pour faire changer ces lois.

Le probleme pour beaucoup aujourd'hui c'est que la premiere solution est une solution passive donc celle choisie par la plus grande partie des gens des pays riches, alors que la seconde solution sous entend action.
Mais encore une fois, si la loi est illégitime, pourquoi l'appliquer aveuglément ?

Le concept de l'application de la loi tient à sa légitimité et à rien d'autre. Une loi inutile, stupide, ridicule et inapplicable n'a pas vocation à s'appliquer.
Le public n'a pas vocation à se plier aux désidératas d'une caste qui se prétend plus puissante que lui dans l'attente que la représentation du peuple souverain cesse de trahir.

Encore une fois, on est en train de supposer qu'il existe des castes supérieures au public, que la représentation peut librement trahir ... que nous devons nous plier à la traitrise, alors que ce n'est pas le cas. Si une loi est nulle et non avenue, on ne l'applique pas du tout parce qu'elle n'a jamais existé. La loi n'est pas la vérité scientifique, c'est une série de caractères imprimés sur du papier.

Pourquoi mener un combat pour la liberté lorsque nous sommes déjà libres ? Pour donner une légitimité à un pouvoir qui n'en a pas ? En raison de notre mentalité d'esclave ?

Il ne faut pas s'étonner que la tyrannie devienne plus forte si on l'ignore ? Certes, si on laisse le tyran nous emmerder sans le chatier il peut se faire plus pressant. Alors peut-être devrait-on le chatier. Mais le peuple est placide, il ne guillotine pas tous les 8 jours, et s’accommode du type qui bave dans le poste.
Je crois que tu ne comprends pas vraiment la situation :

Le probleme n'est pas de savoir ce que toi Flecktarn estime etre legitime ou pas, juste ou pas : Il existe un code de lois dans le pays ou tu vis, et meme si certaines lois ne te plaisent pas, c'est le meme code de lois qui te permet de porter plainte lorsqu'on te pique ton portable, ta bagnole ou si on te casse la gueule.

Nous n;avons pas a choisir seulement les lois qui nous plaisent lorsque ca nous arrange, et lorsque ca ne nous arrange pas, violer ces loi sans en accepter les consequences !

Si tu n'acceptes pas certaines lois du pays ou tu vis, libre a toi de violer la loi, mais attends-toi aux consequences qui en decoulent, c'est tout ce que je dis, mais si tu te fais prendre en train de violer ces lois, ne viens pas pretendre parler de tes droits !!!

Et si tu voyages un peu tu verras que dans de nombreux pays existent des lois qui semblent totalement aberrantes, meme selon les lois acceptees dans nos pays : Or, en tant que touriste, tu dois te soumettre aux lois du pays que tu visites, et ne peux pas faire valoir les droits du pays ou tu habites si tu y fais quelque chose d'illegal.


Maintenant, lorsque des lois nous semblent illegitimes et injustes, nous avons la possibilite d'en creer de nouvelles et de rendre les anciennes lois obsolettes : premierement un votant pour ceux qui ont les idees que nous partageons afin qu'une fois au pouvoir ils changent les lois, et en faisant nous meme de la politique et en faisant pression sur les politiques afin que les lois evoluent.
(Mais une loi peut tomber en désuétude bien avant d'être abrogée, simplement par défaut d'application, inadaptation aux réalités pratiques, anachronisme, etc... c'est bien le consensus qui fait fonctionner une loi. si elle est jugée illégitime par trop de monde -y compris chez ceux censés la faire appliquer-, elle peut être neutralisée de facto. Ce sont les pouvoirs publics qui s'y adaptent, en fermant les yeux à court terme, en adaptant le code à long terme... Non ?

Les "lois aberrantes" que l'on peut trouver dans tous les pays sont rarement appliquées, ce sont souvent des lois négligées, en général des survivances décalées, en attente d'être élaguées pour faire correspondre la théorie à la pratique.

Au final, c'est encore la croyance à la loi, qui fait la loi. Même si, comme pour toute institution, ce n'est pas un jugement individuel qui dé-légitimiserait une loi, mais une représentation/pratique collective à la frontière de l'unanimité.)
Oui des lois tombent en mensuetude toutes seules, etant de moins en moins appliquees, jusqu'au jour ou elles doivent tout de meme etre abrogees. Elles sont tout de meme une minorite

Parfois certains politiques ont du courage et font tomber des lois meme contre la volonte majoritaire du peuple alors que la finalite est pour le bien de ce peuple : Je pense en France a la loi sur l'IVG et celle sur l'abrogation de la peine de mort ( pour montrer que droite ou gauche peuvent parfois faire de bonnes lois )

Va donc un peu dans les pays ou la loi de la Charia est appliquee ou dans des pays ou regnent des regimes dictatoriaux par exemple : Selon notre vue, ces lois sont aberrantes, et crois moi elle sont loin d'etre negligees !

Est-ce vraiment la croyance a la loi qui fait la loi ou est-ce la croyance d'un peuple en certaines valeurs qui fait la loi ?
La question n'est pas vraiment la légitimité d'une loi au regard d'un autre pays, mais sa légitimité au regard de la population concernée. Et effectivement, quand une règle n'est plus soutenue par les représentations locales, il n'y a que la violence étatique pour l'imposer. Dans les démocraties, construites explicitement autour de ces questions de légitimation, la coercition pure n'est pas tenable : si une loi existe, c'est qu'elle est investie de suffisemment de sens par une suffisemment grande portion de la collectivité. Même si c'est parfois avec une certaine hypocrisie, une distance entre les maugréments quotidiens et les choix électoraux, deux niveaux de discours et deux niveaux de perception ("je sais bien que, mais rhalala")...

Je trouve ces questions de piratages sur internet (piratages de gros fichiers mais aussi piratages ordinaires de textes et d'images - cf. les formalismes qui se sont parfois épanouis sur ces forums, à l'occasion d'un 9:15 illustré) assez intéressantes pour cela : elles sont tellement intégrées aux usages que leur chasse en devient partiellement hypocrite. Tout le monde pirate, plus ou moins activement ou passivement, à un degré qui rend les procédures judiciaires difficiles - il faut sélectionner des boucs émissaires (choix rationnalisés de façons plus ou moins maladroites), ou alors engager des poursuites contre toute la population. Et j'ai dans l'idée que, sur bien des plans, ce sont les pratiques qui vont l'emporter. La loi devra s'adapter au fait accompli d'activités devenues ordinaires, et de représentations changeantes de la propriété intellectuelle. Sous peine d'être inapplicable, et trop unanimement perçue comme illégitime vis-à-vis de ces représentations émergentes.

On verra, bien sûr. Nous sommes certainement dans une période transitoire, et ces représentations font l'objet de négociations parfois belliqueuses entre démarches de "sensibilisation" opposées. Mais j'ai vaguement dans l'idée qu'une réalité sociale va s'imposer, et qu'elle sera moins dépendante des décisions juridico-politiques que ne se l'imaginent certains juristes et politiciens...

Au final, c'est encore la croyance à la loi, qui fait la loi. Même si, comme pour toute institution, ce n'est pas un jugement individuel qui dé-légitimiserait une loi, mais une représentation/pratique collective à la frontière de l'unanimité.)


Ce qui délégitime la loi peut aussi être son absence de légitimité intrinsèque. Seul un système législatif légitime peut imposer une loi légitime, pas une tyrannie qui elle l'impose par la seule rétorsion.
Si, au contraire je comprends parfaitement la situation, il y a dehors une police qui m'arrêtera pour me prendre mon argent, et peu importe le prétexte invoqué par les parlementaires pour ça.

Et ce quoi que je fasse, la police n'a qu'une mission c'est de me faire les poches.

Je suis soumis à la loi par la contrainte et non par l'acceptation parce que ce régime s'est mis à l'abri des conséquences de ses actes et agit en toute impunité.

Sauf qu'il existe dans les régimes démocratiques un truc qui s'appelle le pacte social. Ce pacte implique que je confie ma voie à un représentant afin qu'il use de sa compétence supérieure en mon nom et pour rédiger de meilleures lois pour la collectivité. En se mettant à l'abri des conséquences de ses actes, le parlement a violé sa partie du pacte. Aussi la loi qu'il écrit n'implique que lui. Ce principe peut s'appeler "résistance à l'oppression" ou "désobéissance civile" peu importe, en tous cas il est clairement de la responsabilité du citoyen de savoir jusqu'où il accepte de collaborer.

Je serais prêt a collaborer avec un système qui comprend et accepte le principe du pacte social, mais ce n'est pas le cas ici. Il y a un système qui est là pour lui-même et qui se moque du peuple qu'il a pour mission de gouverner, il croit exister par lui-même.

Afin de lui remettre les pieds sur terre, il convient de lui démontrer qu'il existe parce que le peuple l'accepte, c'est à dire en cessant de l'accepter.

Une fois qu'il sera revenu à cette réalité basique, qu'il existe pour servir le peuple et non l'inverse, nous pourrons recommencer à obéir aux lois.
Le peuple vient de m'appeler. Il demande au nom de quoi tu prétends qu'il partage tes points de vue sur la légitimité des lois.
ah ben si ce qui te fait vraiment peur c'est qu'on te prenne "ton" argent ...

Encore une fois tu es completement a cote de la plaque : Je ne te parle pas de collaborer ou pas a un systeme que toi individu trouve injuste, mais simplement du fait que si tu refuses ce systeme, accepte d'en assumer les consequences !

Regarde aujourd'hui par exemple ce qui se passe en Syrie : les gens qui sont dans la rue et qui manifestent, le font pour changer un systeme qu'ils trouvent injuste : Or ils savent tres bein que dans leur pays, le fait de manifester est illegal et qu'ils risquent leur vie : Ces individus qui se battent pour leur liberte assument totalement les consequences de leur desobeissance a un regime qu'ils considerent injuste.
Le peuple pense que le système de rémunération des œuvres proposé par l'état est nul, la preuve : tout le monde télécharge. La comparaison qui convient est celle de la prohibition de l'alcool : une poignée de moralistes veulent imposer leurs vues au peuple, total LE PEUPLE se tourne vers la mafia, seul fournisseur disponible. Pourquoi ? Parce que la loi ne représente personne, emmerde tout le monde, et ne se fonde sur aucune légitimité.

Aussi, de même que les Espagnols s'assoient sur l'interdiction européenne de fumer, de même que les américains se sont assis sur l'interdiction de boire de l'alcool, il en ira de même ici.

Il suffit juste de ne pas respecter la loi. Ceci, dans le domaine du téléchargement.

On pourrait se demander pourquoi le gouvernement prend-il des mesures aussi impopulaires ? La réponse est simple.

- Ils se foutent de notre avis
- Ca leur permet d'asseoir leur pouvoir
- Et de gagner de l'argent

Donc posons nous la question :

- Voulons nous être sous le pouvoir de quelqu'un qui se fout de notre avis et convoite notre argent ?

Pour ma part, c'est non.

Quant à la Syrie, on a là bas une opération de déstabilisation du pouvoir et si des civils se font bien tuer je ne sais ni par qui ni pourquoi. (et tout le monde s'en fout, particulièrement ceux qui disent l'inverse)
[quote=Flecktarn]Le peuple pense que le système de rémunération des œuvres proposé par l'état est nul, la preuve : tout le monde télécharge. La comparaison qui convient est celle de la prohibition de l'alcool : une poignée de moralistes veulent imposer leurs vues au peuple, total LE PEUPLE se tourne vers la mafia, seul fournisseur disponible. Pourquoi ? Parce que la loi ne représente personne, emmerde tout le monde, et ne se fonde sur aucune légitimité.

Le peuple pense aussi que le code de la route c'est nul : la preuve, tout le monde dépasse les vitesses maximales de temps en temps. Pourquoi pas ? Parce que cette loi ne représente personne, emmerde tout le monde, et ne se fonde sur aucune légitimité.
Ne confondez pas limitation de vitesse et code de la route en général.
Chacun aura une appréciation différente de la "bonne vitesse" en fonction de l'endroit, de lui-même et de son véhicule, l'idée de limitation différenciée en fonction de votre gamme de véhicule était à l'étude il y a une dizaine d'années, comme quoi cette légitimité est toute relative y compris dans l'esprit du législateur.

Aujourd'hui le critère est surtout de l'abaisser au maximum afin d'en tirer quelque subside par radar automatique interposé.
Et il y a 12 ans, jamais je n'aurais eu les idées que j'ai aujourd'hui sur le gouvernement, je me serais traité de malade mental si j'avais tenu il y a 12 ans les propos que je tiens aujourd'hui.
Ne confondez pas téléchargement et refus de payer les œuvres. Il est fort probable que les téléchargeurs soient prêts à payer si l'offre de téléchargement légale ressemblait à quelques choses.

FYI : les gens qui ont une appréciation de la "bonne vitesse" supérieure à celle indiquée sur les panneaux meurent et tuent plus sur la route que les autres. Et si les radars permettent d'accélérer la baisse du nombre de morts sur la route comme jamais en plus de taxer ceux qui jouent avec la vie des autres automobilistes, j'avoue que leur illégitimité ne me frappe pas plus que ça.

Ne confondez pas téléchargement et refus de payer les œuvres. Il est fort probable que les téléchargeurs soient prêts à payer si l'offre de téléchargement légale ressemblait à quelques choses.


Et bizarrement au lieu de faire en sorte que ça se produise, les gouvernements de l'occident réunis préfèrent imposer le filtrage généralisé du web, ce qui a pour effet de soumettre et d'humilier le peuple, et pas du tout de proposer un système vaguement équitable qu'ils écartent d'un revers de la main.

Ce qui démontre leur état d'esprit frontalement hostile à la population qu'ils prétendent défendre.
Ce n'est pas au gouvernement de faire le boulot des entreprises.
et un gouvernement qui impose des lois contre la volonté du peuple ça s'appelle une dictature
Moi aussi j'en veux beaucoup à François Mitterrand d'avoir imposé l'abrogation de la peine de mort contre la volonté du peuple.
Mensonge aristocratique et antidémocratique bien connue.

Pour arriver à dire une telle ânerie, tu donnes à des sondages la valeur de voix du peuple d'un côté, et par contre tu nies la légitimité de l'élection au suffrage universel de l'autre, alors que l'abrogation de la peine de mort figurait dans le programme de Mitterrand,
Le message de Sarkozy contre le téléchargement illégal était très clair lors de son élection.
Ah bon ? Source ?
D'un autre coté, la majorité du peuple ne passe pas son temps à l'enfreindre en lynchant les condamnés.
Du coup, lorsqu'une loi n'est pas respectée par la majorité de la population il n'est pas stupide de s’interroger sur sa pertinence. Laisser perdurer des lois non respectées est extrêmement préjudiciable à ce qu'une loi est censée représenter dans une démocratie.
N'oublions pas que nous sommes passé assez près de la licence globale en 2006 puis à nouveau en 2009. J'ai bien peur que sur ce coup le droit soit un peu à la traine.
Combien d'automobilistes enfreignent la loi tous les jours ?
Vous avez raison de changer d'exemple, la peine de mort c'était un peu foireux.
Pour les automobilistes c'est difficile à quantifier mais la majorité est assez sage finalement quand on retire les erreurs qui sont assez nombreuses. Si nous parlons des infractions délibérées elles se cantonnent presque exclusivement aux non respect des limitations de vitesse, à la ceinture, à l'alcool au volant et aux portable bien que cette dernière infraction devienne de plus en plus rare avec le développement des kits mains libres intégrés. Bien sûr il s'agit ici de sécurité publique et de vie ou de mort nous sommes donc sur un domaine qui n'est pas fondamentalement remis en cause par la population puisque les associations qui militent pour le droit de rouler bourré ou à 80 Km/h en ville sont assez discrètes. Il n'est donc pas nécessaire d'abroger les lois correspondantes sous ce prétexte.
Il est difficile de quantifier la population de gens téléchargeant également. Le fond de mon propos est que ce n'est pas parce que plein de gens refusent de respecter le droit d'auteur qu'il faut l'abroger. En réalité, l'argument "plein de gens violent la loi" n'a aucun fondement dans un sens comme dans l'autre. La question est de savoir si on est pour le droit des artistes ou non.
Je pense que cette argument à un sens au contraire quand le système de gouvernement se réclame officiellement de la représentation populaire pour justifier ses lois. Si une majorité de citoyens décident de s'assoir sur les droits des artistes, ils perdront leurs droits que cela soit une bonne chose ou non.
Or, s'il ne m''est pas facile de connaitre la proportion des personnes qui téléchargent illégalement en France il est assez simple de constater que le taux de fraudeur atteint presque les 100% dans mon entourage.
Je passe sur les RMistes/étudiants que je connais qui ont plus de temps que d'argent mais qui trouvent le moyen quand même d'acheter des trucs. Il faut reconnaître qu'ils vont plutôt acheter ce qui n'est pas "copiable", les BD et les bouquins. Même les personnes qui disposent des moyens de s'acheter légalement des œuvres ne vont pas forcément le faire, par paresse, difficulté à se les procurer parfois ou effectivement par économie. Cela ne signifie pas non plus qu'ils piratent tout. En règle générale j'ai constaté qu'ils achètent mensuellement ce qu'ils préfèrent jusqu'à atteindre le budget qu'ils estiment avoir à consacrer à cela puis qu'ils téléchargent le reste. Avec parfois des situations curieuses quand des détenteurs de cartes de cinéma illimitée téléchargent des films récents alors qu'ils auraient pu les voir sans rallonger un euro. Ils ont tendance en fait à privilégier certains films qu'ils iront voir en salle et d'autres qu'ils récupèrent illégalement et que parfois ils ne trouvent même pas le temps de regarder, alors prendre une soirée pour aller au cinéma quand c'est à une heure de route, pensez donc.
Si j'ajoute à cela ceux qui se prêtent physiquement des DVD, ce qui est aussi illégal, et ceux qui les regardent avec leurs potes sous le prétexte que juju a un projecteur il reste peu d'innocents.

Enfin bref. Quand une loi criminalise la presque totalité de la population c'est qu'il y a un problème et ce problème a toutes les chances d'être la loi elle-même. Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas rétribuer les artistes cela signifie que la manière de les rétribuer n'est pas la bonne (je constate d'ailleurs que vous ne parlez que du droit des artistes alors qu'il faudrait le distinguer du droit des distributeurs qui sont souvent ceux qui portent plainte en récupérant le plus de dommages et intérêts, ils ont le droit de manger aussi, mais les mots sont importants).

Le vrai problème c'est que pendant que le législateur tergiverse en discutant avec le lobby de la distribution les citoyens font n'importe quoi pour résoudre l'inadéquation entre les techniques actuellement disponibles et l'archaïsme de l'offre. Les mauvaises habitudes se prennent très vite et j'ai peur que désormais il ne reste plus aux distributeurs qu'à s'adapter rapidement ou à crever. Je ne pense pas que nous y perdrons car la distribution virtuelle nécessite beaucoup moins d'investissement pour sa diffusion et les petits labels conservent leurs chances, probablement même plus que si internet n'avait pas existé.
Il ne reste donc que la répression particulièrement peu populaire ou la licence globale pour faire rentrer les indisciplinés dans le rang car je vois mal les citoyens abandonner sans rechigner le luxe auquel ils s'étaient habitués, tout trouver tout de suite. Ils sont toutefois sensibles aux arguments de rétribution des artistes et c'est pourquoi je pense qu'un montant forfaitaire serait parfaitement accepté. Il ne faudrait pas que les artistes gâchent cette sympathie légitime en défendant leur bout de gras trop durement en laissant les majors braquer tout le monde par leur intransigeance.
Wah, dans mon entourage il n'y a pratiquement personne prêt à voter Sarkozy. Victoire assurée pour Hollande !

Bon, inutile de blablater autant que toi, la réponse est assez simple. Le but de l'Etat est de défendre nos droits fondamentaux, pas d'appliquer aveuglément la volonté de tous. Et le droit d'auteur en fait parti. Et c'est uniquement la quasi-certitude de n'être pas pris qui permet à tout le monde de diffuser tout et n'importe quoi, pas une volonté de s'assoir sur les droits d'auteur.

Que cela criminalise (en vrai cela ne criminalise personne, nous étions dans l'illégalité dès le départ du truc) beaucoup de monde est juste un bon indicateur qu'il y a un sérieux déficit de l'offre en la matière. L'état devrait s'intéresser aux devoirs des distributeurs en matière de diffusion, par simple pragmatisme s'il veut effectivement réduire le téléchargement.
J'ai pris un échantillon plus large, incluant les collègues que je croise une fois par an à la galette et il me parait plus éclectique que le votre puisqu'il présente une plus grande variété politique déjà. Il a toutefois des limites dont je suis conscient. Il inclue aussi les participants à ce forum qui ont sûrement cliqués comme moi sur des liens renvoyant à des chansons ou des clips sur d'autres fils et que je ne crois pas toujours exempts de droit.
D'ailleurs, vous faites une analogie avec les votes de votre entourage mais vous gardez bien de précisez si vos hollandistes téléchargent illégalement et dans quelle proportion. Se prêtent-ils des CD, des DVD ? Possèdent-ils tous les originaux des mp3 présents dans leurs baladeurs ?

Le discours que je tiens ne s'attache pas à ce problème particulier, il est plus général. Ce sont vos présupposés qui biaise le sujet.
Le but de l'état est de défendre les droits garantis par notre constitution. Celle-ci est amendable par les deux assemblés qui nous représentent, elle est donc censé être le résultat de la volonté populaire portée par nos représentants. Elle n'est nullement l'émanation d'un droit imprescriptible qui serait dicté par une volonté extérieure à l'humanité. J'ai donc bien peur que "le droit d'auteur" ne puisse être un droit fondamental absolu qui s'affranchirait du temps et des mœurs des citoyens. D'autant que, pardonnez moi, mais en tant que droit fondamental de l'humanité je trouve ça un peu léger et vous particulièrement partial pour vous permettre de faire un tel lien.

Là où nous sommes d'accord c'est que la volonté des pirates n'est effectivement pas de priver les auteurs d'une juste rétribution. Il n'empêche qu'une morale universellement partagée soluble dans le téléchargement qui conduirait à un vote privant les auteurs de leurs rétributions actuelles pour en proposer une nouvelle pourrait être ressentie comme injuste pour cette minorité mais aurait tout de même sa place dans l'arsenal législatif. C'est l'un des inconvénients des démocraties, parfois ce sont les autres qui décident contre vous (et je suis souvent dans le camp des perdants alors je vous comprends).

On ne compte plus les lois non appliquées qui parsèment encore notre code civil, dépassées par l'évolution des mœurs. Prenez garde à ne pas vous travestir sur la voie publique en dehors des périodes de carnaval par exemple. Un policier zélé pourrait vous chercher noise.
Depuis quelques années il y avait un relâchement certain sur la diffusion électronique des œuvres. Vouloir y mettre bon ordre tout de go par l'application pur et simple de lois qui ne seraient pas majoritairement acceptées me parait assez suicidaire et probablement vain.
J'ai peur que votre combat ne soit que d'arrière garde s'il se cantonne à vouloir maintenir les choses en l'état.

Ne me confondez pas avec Sandy, je suis dans l'observation et ne cherche nullement à réfuter un droit des auteurs sur leurs créations.
Merci de votre soutien Clement, ça fait toujours plaisir ...
;o)

J'ai remarqué que vous étiez moins virulent qu'au tout début et que vous envisagez désormais de trouver un moyen de payer les auteurs.
Je n'ai jamais dit que les auteurs ou que quiconque devaient travailler gratuitement, il s'agit là d'un argument crapuleux pour essayer de dénigrer mes propos.
Mais quelle mauvaise foi !

Francis a raison : tu as effectivement completement change ton discours ce qui est tres interessant et plutot positif, mais assume tes propos.

Je ne te ferai pas l'injure de faire du copie/colle de tes propres phrases
Le forum est devant tes yeux, cites-moi l'endroit où j'ai dis qu'il fallait que les artistes travaillent gratuitement ?

Pauvre menteur.

Je n'ai jamais dit que les auteurs ou que quiconque devaient travailler gratuitement


Il me semble que ton idée revenait à ne payer les musiciens que pour les performances publiques, et de laisser tout ce qui relève de l'enregistrement du côté des "échanges non marchands" (c'est-à-dire de la distribution gratuite des enregistrements). Ca fait quand même beaucoup de métiers musicaux qui ne seraient jamais payés. Et pour les autres, il y a un tout petit côté, hm, comment dire...
Mon père et ma mère ne téléchargent pas. Jamais. Paf fini, vous n'avez plus l'unanimité. Vous n'avez pas compris que votre entourage, vos collègues, tout ça, on s'en branle. Ce n'est pas le problème.

Pour le reste, vous n'avez pas compris quel était le rôle d'une constitution. La volonté du peuple est limitée par un certain nombre de choses. Si le peuple décide que la présomption d'innocence c'est de la merde, eh ben on le fera pas. Si le peuple décide que la peine de mort c'est cool, eh ben on le fera pas. Si le peuple décide que l'islam ça devrait être interdit, eh ben on le fera pas. Pardon, mais la volonté du peuple, par rapport aux droits de l'homme, on s'en cogne carrément. Et ne rêvez pas, aucune constitution ne s'affranchira de ça.

Et en effet, le droit de propriété est dans l'article 2 de la DDHC. Après vous pourrez dire qu'une œuvre n'appartient pas à l'artiste qui la crée. Ce sera juste malhonnête et injuste. Mais vous faîtes comme vous voulez. L'important c'est que vous puissiez télécharger tranquille dans votre coin vos petites musiques et vos petites séries.
Il n'y a aucunne inconsitutionalité à la peine de mort, c'est un acte législatif simple qui a mis fin aux exécutions dans notre pays. Vous vous égarez en jetant aux orties le pouvoir constituant dérivé qui échoit au congrès du parlement. Ce n'est d'ailleurs que le préambule de cette même constitution qui donne aux déclarations des droits de l'homme la valeur suprême, montrant par là que ce préambule est lui aussi révisable (il a d'ailleurs été révisé il y a peu).
Le propos est théorique évidemment, je ne tiens pas à ce que ce soit modifié mais vous êtes singulièrement dans l'erreur si vous croyez réellement à ce que vous écrivez.

De plus, il n'y a aucun lien entre le droit de propriété physique, celui qui est mentionné dans nos textes constitutionnels, et la propriété des oeuvres de l'esprit. Cette dernière n'émmane que des textes législatifs et nombre de créations échappent à leurs auteurs. Par exemple je suis salarié d'une entreprise et tout ce que je conçois en son sein lui appartient aussi artistique que cela puisse être. Il me semble bien pourtant que la constitution prime sur le contrat de travail.
Quant aux lois elles se votent à la majorité. D'ailleurs le fait que vos parents ne téléchargent pas n'implique en rien qu'ils seraient contre mais j'imagine que vous les avez plus gentiment briefés que moi.

Vous partez en quenouille en tous cas, la dernière phrase en fait état qui me prête un intérêt dans la discussion que je n'ai pas. Vous tordez mon approche théorique du propos afin de faire correspondre la réalité à vos désirs qui sont, c'est trés clair, tellement partisan que vous en arrivez à nier le concept même de constitution et de représentation politique du peuple français qui justifie tout acte de l'état.

Comme je l'écrivais au-dessus il y a de grande chance que l'avenir vous déçoive si vous essayez de maintenir un régime de la propriété intelectuelle qui parait difficile à faire perdurer en l'état. Vous avez mis le doigt sur le point douloureux, la facilité technique à copier indéfiniment toute oeuvre qui existe sur support numérique et l'inpunité de fait qui l'accompagne.
Depuis la mort de MegaUpload mes collègues plus jeunes, et donc plus au fait de cette génération numérique, on commencé à organiser des soirées BeerToPeer avec rotation d'hôte. Chacun ramène un disque dur et un pack de bière et tout le monde picole pendant que les copies circulent. ça me navre autant que vous mais c'est incontrolable. Il y a aussi une recrudescence des échanges de DVD/BlueRay qui parsèment les bureaux et passent de mains en mains pour préparer le week-end qui s'annonce neigeux.
ô temps, ô moeurs. Je crois bien qu'ils finiront par avoir raison de vos arguments les plus pertinents car vous en avez. Pour vos autres propos constitutionels vous vous employez vous même à les torpiller par une exégèse trop partiale pour être honnête et une bien curieuse conception du droit.
[quote=Francis Clement] Il n'y a aucunne inconsitutionalité à la peine de mort, c'est un acte législatif simple qui a mis fin aux exécutions dans notre pays.

Article VIII. Bonne chance pour prouver que la mort d'un homme peut être nécessaire à la société. Et merci de ne pas répondre de fausses évidences, ça ne vous grandirait pas.

[quote=Francis Clement]Le propos est théorique évidemment, je ne tiens pas à ce que ce soit modifié mais vous êtes singulièrement dans l'erreur si vous croyez réellement à ce que vous écrivez.


Oui, vous avez raison, on ne peut pas exclure que le peuple décide de faire n'importe quoi. C'est très intelligent de votre part de penser qu'on pourrait faire disparaître la déclaration de 1789 de la constitution. Oui c'est faisable. Mais c'est débile de l'envisager.

[quote=Francis Clement]De plus, il n'y a aucun lien entre le droit de propriété physique, celui qui est mentionné dans nos textes constitutionnels, et la propriété des oeuvres de l'esprit.

Il n'est nul part précisé que la propriété est physique. On a considéré comme évident qu'une œuvre appartenait à son auteur depuis 200 ans. Et l'exemple de votre boulot est ridicule. La loi autorise parfaitement que vous cédiez vos droits dans ce cadre, puisque c'est précisément pour ça que vous êtes rémunéré. Soit dit en passant, chaque fois que vous achetez légalement une œuvre, vous passez un contrat avec l'auteur.

Comme je l'écrivais au-dessus il y a de grande chance que l'avenir vous déçoive si vous essayez de maintenir un régime de la propriété intelectuelle qui parait difficile à faire perdurer en l'état. Vous avez mis le doigt sur le point douloureux, la facilité technique à copier indéfiniment toute oeuvre qui existe sur support numérique et l'inpunité de fait qui l'accompagne.


Vous allez à mon avis être extrêmement surpris de la capacité des gens à être honnête lorsqu'on leur propose les choses à un prix honnête et avec un accès facile. Combien d'utilisateur du kindle préfèrent trouver une version illégale d'une œuvre que de la payer ?
Je ne comprends pas (même si ce n'est pas le centre de la discussion): si la peine de mort n'a été abolie qu'en 81, c'est qu'elle était bien compatible avec la constitution de 58.
L'apparition de la Question Prioritaire de Constitutionnalité devrait suffire à prouver qu'il arrive régulièrement que des choses inconstitutionnelles se retrouvent dans la loi et soient appliquées.

La peine de mort est en infraction assez manifeste avec les droits de l'Homme. A moins de me prouver que la mort d'un homme peut être plus nécessaire à la société que son enfermement à vie.
Précisément: que des choses inconstitutionnelles se retrouvent dans une LOI, pas dans la constitution.
La précision est en effet importante, merci.
Mais lisez-vous enfin ce que j'écris ?
C'est vous qui avez abordé la constitution sous un angle qui n'est pas le bon en parlant d'impossibilité légale puis qui reculez en concédant que oui, c'est faisable mais ce serait débile de le faire et par contagion débile aussi de l'envisager.
De plus vous écrivez vous même que l'on considère comme évident qu'une oeuvre appartient à son auteur depuis deux cents ans. Tellement évident et garanti par la constitution qu'il a fallu légiférer pour faire ce lien car il n'est justement pas évident. C'est un choix que je ne remets pas en cause mais cela demeure un choix, à l'identique de la peine de mort qui n'était pas inconsitutionnelle avant 58 comme le remarque Florence Arié.

L'exemple du boulot était effectivement mauvais dans le contexte, je le citais pour préciser le caractère non absolu des statuts de créateur mais ce n'était pas pertinent.

Dans le dernier paragraphe vous n'écrivez pas autre chose que moi plus haut quand je faisais la remarque que la majorité des pirates ne copient pas pour spolier les auteurs et qu'ils seraient prêt à payer dans un cadre différent du cadre actuel. Je ne serais donc évidemment pas surpris.
Oui, pardon, je n'avais pas réfléchi en pensant que la constitution devait représenter la garantie de nos droits fondamentaux tels que définis par la DDHC. C'est juste un torchon sur lequel le peuple écrit ce qui l'arrange bien.

Sinon il est explicité dans la constitution qu'il faut légiférer pour la mettre en application.

Quand au fait qu'une création appartienne à son auteur, je ne vois pas du tout ce qui pourrait remettre ce principe en cause. Et certainement pas le fait que les gens aient décidé à la place des principaux intéressés que leurs créations étaient en fait disponibles et accessibles pour tous.

Quand au dernier paragraphe, merci de reconnaître qu'il y a une solution évidente et relativement simple au problème sans remettre pour autant en question des droits fondamentaux.
Ah oui, et concernant la description de vos "jeunes" collègues qui téléchargent impunément et se font des soirées bières/échanges de disque dur, je suppose que nous connaissons les mêmes jeunes. C'est à dire ceux qui utilisent maintenant des players type deezer pour écouter de la musique en toute légalité.
J'en profite d'ailleurs pour remercier de nouveau un auteur qui a mis son esprit au service de la communauté en créant une extension qui rend notre discussion bien plus commode à suivre. Parce que je viens de constater en désactivant GreaseMonkey que lire nos messages en colonne de cinq mots est assez insuportable.

L'auteur est Gemp est l'extension est là : http://gemp.ch/forums-asi/

N'hésitez pas Freudqo, la license est gracieusement concédée à tout utilisateur du forum ce qui ne nous exonère pas d'offrir notre tournée au prochain pique-nique.
Merci, je connais.

Et gemp fait en effet ce qu'il veut de son œuvre.
Tu m'as l'air tellement confus que je me demande si c'est la peine de continuer.
Un dernier quand meme en reponse

Tes analogies avec la prohibitions ou l'interdiction de fumer n'ont absolument rien a voir, et sont meme des exemple contre le piratage a outrance que tu veux defendre : Dans le cas de la prohibition, tous les producteurs d'alcool etaient bien evidement contents que la loi soit enfreinte, tout comme les producteurs de cigarettes le sont en Espagne, puis que ces producteurs, lorsque la loi etait/est contournee, font des benefices.

Or dans le cas du telechargemet de films, les producteurs de films ( les studios) eux ne recuperent absolument pas un sous des fortunes qui sont faites par ceux qui controlent ces offres illegales.

Tu te plains qu'on convoite ton argent.
Tu parles toujours beaucoup d'argent, d'ailleurs, comme si c'est au centre de tes preoccupations.

Mais je te ferai savoir qu'ils existe des centaines de milliers d'oeuvres que tu peux voir gratuitement : des shorts films, des documentaires, des sereies, et maintenant grace a la technologie, de plus en plus de feature films : Va jeter un oeil sur Vimeo.com ( entre autres ) : il y a des oeuvres absolument excellentes et ce sont les auteurs qui offrent ces oeuvres qui peuvent etre vues gratuitement.

Meme chose pour la musique : va faire un tour sur Soundcloud.com ( entre autres )

Ah mais non ! On veut voir le dernier "Transformer" et le voir gratos doit etre un du :

On gueule contre les mechants studios, mais ce sont precisement les films de ces mechants studios qu'il faut voir, pas des films d'auteurs qui eux ne desirent qu'une chose, c'est qu'on puisse voir leurs oeuvres ...

Tu te fous de ce qui se passe en Syrie ou ailleurs ... Hm tu ne t'etonneras donc pas le jour ou tu te retrouveras tout seul a lutter et que tout le monde s'en foutra alors ! Non seulement deguelasse comme remarque, mais extremement dangereuse : Les combats des syriens est exactement le combat pour la liberte du peuple, celle que tu pretends defendre ( meme si on a vu que c'est la liberte de ta petite personne que tu defends et pas du tout la liberte d'aucun peuple )

Tu m'as l'air tellement confus que je me demande si c'est la peine de continuer.


Je sais, c'est compliqué de s'expliquer de manière compréhensible sans cloisonner son raisonnement, or le cloisonnement est l'un des principaux problèmes de notre temps : il met un terme au raisonnement par l'application d'un périmètre prédéfini.

Tes analogies avec la prohibitions ou l'interdiction de fumer n'ont absolument rien a voir, et sont meme des exemple contre le piratage a outrance que tu veux defendre : Dans le cas de la prohibition, tous les producteurs d'alcool etaient bien evidement contents que la loi soit enfreinte, tout comme les producteurs de cigarettes le sont en Espagne, puis que ces producteurs, lorsque la loi etait/est contournee, font des benefices.

Question de point de vue, ici tu présente le point de vue du producteur qui est effectivement différent entre le cas de la prohibition et celui du piratage.

Moi je parle du point de vue du consommateur, que tout le monde s'acharne à ignorer. Or le consommateur a un point de vue, le consommateur n'est pas une chose corvéable a merci, ce n'est pas un porte-monnaie sur pattes, c'est quelqu'un. Un acteur parmi d'autres.

Et je remarque que dans les raisonnements qui président à la décision, il n'a qu'un rôle, c'est celui de consommer sans vergogne, totalement déshumanisé, piétiné, ignoré, humilié.

Et si jamais le consommateur décidait qu'il est un peu plus qu'une simple vache qu'on peut traire ? Voila qui est inattendu : une réaction. Le consommateur aurait-il une conscience ? Une âme ?


Or dans le cas du telechargemet de films, les producteurs de films ( les studios) eux ne recuperent absolument pas un sous des fortunes qui sont faites par ceux qui controlent ces offres illegales.


OK, d'un côté la mafia fournit au public les produits illicites qu'il demande, comme toute mafia qui se respecte, de l'autre les producteurs se révèlent gagnants dans le cas de l'alcool et perdants dans le cas du téléchargement. Il reste que ces réseaux de distribution parallèles apportent au public ce qu'il demande. C'est une logique de demande et non plus d'offre, c'est ça le point commun. Il existe une demande qui n'est pas pourvue par le système. Et c'est ce que le système refuse de comprendre : le consommateur

On pourrait aller jusqu'à observer que dans le cas de la prohibition ceux qui ont voté la loi sur la prohibition étaient pour partie aussi ceux qui approvisionnaient en contrebande car ils augmentaient leurs profits en interdisant leurs produits et en restreignant les réseaux de distribution afin de conserver le monopole, et qu'interdire le téléchargement a le même objectif : augmenter les profits en fabriquant un monopole. Ceci étant, à la période de la prohibition la mafia faisait tellement partie du gouvernement que celui-ci niait qu'il existât une mafia (jusqu'à l'arrivée de Kennedy au pouvoir en 1961 approximativement).



Tu te plains qu'on convoite ton argent.

Tu parles toujours beaucoup d'argent, d'ailleurs, comme si c'est au centre de tes preoccupations.


En fait je pense que tu l'as probablement remarqué, nous vivons dans une société hystérique, et dont la seule et unique préoccupation est l'argent. Pourquoi aujourd'hui y a-t-il plus de contrôleurs de gestion que de travailleurs dans des secteurs productifs ? Par cette obsession du contrôle. Pourquoi nous parle-t-on 23 heure par jour de "la croissance" et de "la dette", pourquoi l'économie est elle promue au niveau de science dure et même d'omniscience de la société, c'est à dire la science qui définit le vivant, et même l'existant ?

Parce que notre regard post-guerre froide est celui du capitalisme victorieux, celui de ce que certains ont appelé "la fin de l'histoire". Un monde défini par l'unique critère de l'argent.

Alors oui, il me semble difficile d'aborder un sujet de société quelconque sans glisser l'obsession de l'argent dedans, puisque c'est le critère central et même unique de toute pensée contemporaine. Pensée qui se caractérise par le quantitatif, et non le qualitatif.

Donc oui, le pouvoir est obsédé par l'argent.

Il a vendu les satellites de télécom militaires au privé pour l'argent, quitte à ce que nos hommes se fassent ensuite tuer sur le terrain. Il a fermé notre dernière usine de bombe quitte à ce qu'on doive demain acheter des armes à nos ennemis.

Il a déremboursé les médicaments quitte à ce que des gens meurent, il a fait la RGPP qui entraine une incapacité à prédire la météo par exemple, il a instauré la logique de la tarification à l'acte, et donc de rentabilité dans l’hôpital.

Tout est vu et analysé sous l'unique critère quantitatif de l'argent, peu importe les conséquences, peu importe si on fait n'importe quoi, peu importe si les flics se mettent des balles dans la tête à cause du mal-être engendré par ces politiques quantitatives.

Il s'agit donc de deux choses, une logique systématique, et une mauvaise intention.

La logique systématique est financière, la mauvaise intention est celle d'instaurer une loi visant à servir cette logique financière au détriment du public par divers moyens.

Ceci pourrait ne pas se produire si le législateur était différencié de l’exécutif, le second appliquant la logique comptable tandis que le législateur défendrait l'intérêt du peuple qu'il représente. Seulement voila, ce système de séparation des pouvoirs est inopérant laissant le champ libre à l'exécutif pour faire tout ce qu'il veut, y compris écrire la loi et la constitution ou les vendre au plus offrant.


Tu te fous de ce qui se passe en Syrie ou ailleurs ... Hm tu ne t'etonneras donc pas le jour ou tu te retrouveras tout seul a lutter et que tout le monde s'en foutra alors ! Non seulement deguelasse comme remarque, mais extremement dangereuse : Les combats des syriens est exactement le combat pour la liberte du peuple, celle que tu pretends defendre ( meme si on a vu que c'est la liberte de ta petite personne que tu defends et pas du tout la liberte d'aucun peuple )



Je n'ai pas dit que je me foutais personnellement de ce qui se passe en Syrie. Je pense même avoir une idée en la matière un peu plus précise que ceux qui s'informent auprès des médias officiels.
Toutefois, les états "démocratiques occidentaux" s'en foutent au mieux, mais je pense plutôt qu'ils sont responsables à divers degrés. Les journaux occidentaux racontent du pipeau comme ils ont raconté en Irak, Afgha, Libye, Côte d'Ivoire, Yougoslavie, Rwanda, Somalie et partout ailleurs.

Le combat du peuple syrien c'est d'aller faire ses courses sans se faire tirer dessus par des snipers, de ne pas voir ses enfants abattus par dieu sait qui au nom de dieu sait quoi.

L'ONU pisse sur le peuple syrien, l'occident propose des résolutions pour liquider Bachar El Assad et se récrie lorsque la Russie refuse de collaborer à un processus entièrement téléguidé de type Libye ou sous couvert de prétextes humanitaires on a massacré un chef d'état étranger, bombardé sans pitié une population civile, et armé des hommes d'al quaida. Et lorsque la Russie propose une résolution condamnant les DEUX parties la presse "libre" occidentale s'étonne de ce revirement. Ces types genre Bernard Guetta me donnent envie de vomir tellement ils sont incapables de compassion, de dire la vérité, et de faire autre chose que de profiter du malheur des populations qui se font massacrer, bien souvent de leur propre fait.

Ne me parle pas de la compassion des enflures qui essayent de tirer les marrons du feu qu'ils ont eux-même allumé, type Kouchner-BHL. Leur compassion est composée de "bombes humanitaires" (copyright Vaclav Havel) qui tuent les civils bien plus surement que tous les dictateurs du monde, met au pouvoir des Abdelhakim Beladj, des Augusto Pinochet, Bokassa et la mafia albanaise.

Ne cite pas l'exemple de la syrie combattant l'oppression, pipeau journalistique prémâché pour cerveau lavé plus blanc avec Mir Express.

"L'occident" nie les peuples comme Madeleine Albright disant de la mort de faim provoquée par l'embargo sur l'Irak de 500000 enfant irakiens que "ça valait la peine". Il nie de la même façon la Syrie, la Libye, et aussi son propre peuple. Aujourd'hui aux USA le peuple doit manifester dans la rue pour signaler au pouvoir qu'il existe, et le pouvoir refuse de l'entendre et répond par les armes. (comme en 1930 sous la prohibition et la crise économique lorsque le Président Hoover fit tirer sur les vétérans manifestant pacifiquement)

Le pouvoir nie l'existence du peuple ici et partout dans le monde.

Je ne sais pas si c'est plus clair, probablement que non. Cependant le problème est global et non circonscrit à un périmètre précis. C'est un problème de mentalité, d'état d'esprit général incohérent, obsédé par le contrôle, l'argent, et ignorant complètement les problématiques populaires et locales.

Un général américain a dit un jour "Nous sommes les USA. Nous ne résolvons pas les problèmes, nous les écrasons".

C'est une bonne description de la mentalité contemporaine devenue incapable de résoudre un problème autrement que par l'arme atomique, incapable de supporter le moindre inconvénient sans réagir violemment, et stupidement.

Zbignew Brezinski expliquait dernièrement avec énervement qu'il y a désormais des agents de sécurité partout dans Washington à contrôler tout le monde, tout le temps et qu'ils ne servaient à rien. Se citant lui-même en exemple il explique qu'il signe régulièrement la page d'émargement du nom d'Oussama Ben Laden et qu'aucun de ces agents de sécurité ne l'a jamais rattrapé car aucun ne lit ce qu'il fait remplir.

On a donc affaire à une psychose généralisée du pouvoir, à la fois paranoïaque et incapable d'agir avec discernement, obsédé par le contrôle quantitatif et des procédures qu'il impose systématiquement au détriment de l'appréciation raisonnable et donc de l'efficacité, mais également du bien-être. Un pouvoir qui ne peut pas incorporer le facteur humain ni par son bien-être, ni par sa créativité. Incapable de s'adapter, il exige que tout un chacun soit un robot.

Cette psychose préside à toutes les décisions occidentales depuis la fermeture de megaupload jusqu'à la guerre en Libye ou les opérations en Syrie. Elle n'a aucune limite en ce qui concerne sa propre légitimité a agir sur n'importe quel domaine et de n'importe quelle façon.

Elle n'a aucun principe fondateur comme le bien du peuple ou la constitution, et donc aucune barrière psychologique à franchir afin de s'appliquer. Sa légitimité est d'exister, c'est suffisant pour dire la loi et l'appliquer.
Note pour plus tard :

Le directeur de Sciences Po, école publique dont les salaires sont financés à 85% par l'Etat, n'envisage pas un seul instant qu'un seul de ses étudiants, s'il est sincère, puisse avoir un autre ressort dans la vie que de gagner beaucoup d'argent.

http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=4650
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.