261
Commentaires

La justice US ferme le site de téléchargement MegaUpload.

C'est sans doute la principale offensive contre le téléchargement illégal, depuis l'origine du phénomène. Au lendemain d'une grève de sites américains opposés à un projet de loi antipiratage SOPA, le très célèbre site de partage de fichiers MegaUploadété fermé jeudi par les autorités américaines qui ont fait arrêter son patron et fondateur en Nouvelle Zélande. L'enquête aurait établi que les dirigeants du site rétribuaient des internautes pour "uploader" des contenus. Le groupe Les Anonymous a riposté en revendiquant des attaques contre des sites officiels, dont celui du ministère américain de la Justice.

Derniers commentaires

Donc d'après vous, les nouveaux croisés, je suis un dangereux malfaiteur !.
C'est vrai, 'il m'arrive' peut être, il me semble, de pirater de la zizique, principalement du blues, jazz, rock pop ,et chanson française
de qualité ( pour moi ), je précise que la rock pop et chanson, acheté et disparu:-(((.
Ce n'est pas une excuse, une précision.
Vos arguments se tiennent, sauf ceux moralisateurs, la morale et moi, ça fait deux, et je sais où ça mène...
Vous avez raison, mais cela ne me fera pas changer;-)
c'est ainsi que va la vie d'un égoïste.
gamma
Je sais bien qu'il ne faut jamais mettre sur le compte du complot ce qui peut très bien s'expliquer par la bêtise (des pouvoirs publics) et l'icompétence (des majors) :

Mais là ça commence à faire beaucoup
De ce que je comprends de la proposition de Hollande (ou de son équipe) sur le sujet post-hadopi :
- on rend légal le piratage : donc on officialise les « infrastructures » actuelles de piratage comme outil de diffusion
- on espère mettre en place un système de mesure d’audience au dessus de ces infrastructures.

Or rappelons encore une fois que toute mise en place de mesure équitable d’écoute ou consultation (il n’y a pas que la musique non plus) est STRICTEMENT IMPOSSIBLE à mettre en place au dessus de ces infrastructures en en plus dans le contexte « longue traîne » actuel, et surtout et peut-être encore plus, EN RIEN SOUHAITABLE.

Un peu plus développé :
http://iiscn.wordpress.com/2011/07/03/licence-globale/
On nage quelque peu dans le délire à ce sujet il faut bien le reconnaître .. voir défaite de la pensée et déni de réalité

D’autre part il faudrait aussi que l’on explique :
- ce que l’on fait des services légaux actuels
- comment ça marche avec l’étranger
- etc

Quant à savoir si Hadopi a été utile ou pas, une chose est claire pris le problème à l’envers dès le début, et extrêmement urgent de le prendre à l’endroit, surtout pour sortir de l’approche délirante monitoring à tout va. S’en prendre aux centres permettant rappelons le, de se foutre entièrement des flux utilisateurs finaux.

Et il y a toujours des centres dans le piratage, dire le contraire est de l’ignorance ou hypocrisie :
http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/piratage-hadopi-etc/

Ce qu’il faut c'est quelque chose comme ça :
http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/concepts-economie-numerique-draft/
C'est à dire un environnement ouvert et atawad (any time, anywhere, any device) de publication (gratuite ou pas) et achat à l'acte, indépendant des machines, fabricants de machines, magasin en ligne, réseau social, etc et offrant une réelle plus-value "expérience utilisateur", à acheter par rapport à pirater (dans le fait de ne pas avoir à s'occuper de fichiers). De fait quasiment tout est là, ce qu'il manque plus qu'autre chose, est la séparation des rôles et organisations appelées "m account managers" dans la proposition ci-dessus.
Une bibliothèque...enfin vidéo/audiothèque, avec abonnement à portée de tous, dont une partie paierait les droits d'auteur quand il y a consultation de telle ou telle oeuvre, exclusivement en streaming, même si on sait qu'il existera tjs un moyen pour copier les images d'un écran, et son son, qu'on peut consulter chez soi...Moui, les gros diffuseurs des télévisions cinéma and co sont pas trop pour au premier abord :)
...Mmm, p'têt en les amadouant de toucher dans le % de l'abo, un temps à déterminé, moins long que les droits d'auteur, faut pas délirer non plus :D

Mouai, elle m'a l'air naive cette idée.
En même temps les "revendeurs pirate", ceux qui se font du business avec les oeuvres sans refiler les droits d'auteur, ont du mal à vendre quand le client est déjà servi ailleurs.

Je trouve le système pas trop mal foutu pour le site Arret sur image, un abo flexible selon la libre déclaration de l'abonné.
Une rumeur commence à se répandre sur le net : Megaupload a été fermé car il était sur le point de proposer une offre (Megabox) qui allait mettre à mal les actuels tenants du marché :
http://www.linformaticien.com/actualites/id/23262/megabox-la-vraie-raison-de-la-fermeture-de-megaupload-par-le-fbi.aspx

Est-ce fondé ? Si oui, à quel point ?
Inutile de dire que si c'est vrai, c'est énorme.
Maître Eolas précise deux trois trucs intéressants à connaître sur la procédure engagée à l'encontre de MU.
UploadStation précise : tous les fichiers seront effacés au 30 janvier.

Pour hotfile ça a l'air confirmé.

En attendant des sites (2 à ma connaissance) ont commencé à prendre leur distance avec l'administration américaine en bloquant directement l'accès aux résidant us : http://torrentfreak.com/uploaded-to-blocks-us-visitors-120121/

Bienvenu dans la segmentation du réseau par pays.

On se demande comment maintenant les offres dropbox, box.net ou autres PaaS vont évoluer plus personne ne va se risquer à mettre quoique ce soit de peur de perdre ses données.
Effet boule de neige :

- FileSonic, FileServe, FileJungle et UploadStation ont supprimé leur programme d'affiliation, et ont désactivé la possibilité de partage de fichiers.
- FilePost, VideoBB, VideoZer, 4Shared, Uploading et Easy-Share / Crocko ont stoppé leur programme d'affiliation et ont massivement supprimé fichiers et utilisateurs.
- HotFile serait entrain de supprimer massivement les fichiers aussi (à confirmer).
- Uploaded est le seul gros qui n'a fait "que" rendre son site inaccessible aux USA
- x7 est temporairement inaccessible et le site pourrait revenir avec une nouvelle version. FileFrog, Cash-File et FileBase sont simplement down. UploadBox annonce officiellement la fermeture du service le 30 janvier.
- RapidShare dit qu'il ne craint rien, sachant qu'il avait stoppé son programme d'affiliation il y a déjà un moment. Wupload avait lui aussi stoppé le programme d'affiliation fin novembre.
- Quelques "petits" semblent ne pas avoir encore réagi, notamment DepositFiles et FreakShare.
l'info n°1 sort de .

Je crois LPR que Refuznik ne disait pas que l'on peut fermer officiellement un site pour une image mais que l'on peut, sous couvert de lutte antiterroriste (car le blanchiment d'argent est désormais considéré à l'égal du terrorisme pour lutter contre le financement des réseaux), fermer n'importe quel site. C'était le sens de son allusion aux armes de destruction massive.

Encore une fois si megaupload etait "seulement" un site proposant des oeuvres piratees, sous la loi actuelle, les sites n'auraient pas pu etre fermes.
C'est justement pour cela que la situation est douteuse et que l'accusation de blanchiment d'argent semble assez bienvenue.
Chacun voit midi à sa porte.

Pour moi je reste sur deux problèmes :

- le 1er c'est que les usa ont utilisé un terme du genre "racket et blanchiment d'argent" pour pouvoir lancer leurs interpellations alors qu'à la base c'est une plainte de la MPAA. Je ne sais pas pour vous mais les usa auraient tout aussi bien utiliser qu'ils avaient des armes de destructions massives ça devrait passer aussi.

- le 2ieme, c'est celui d'avoir récupéré tous les serveurs (coupé) et les noms de domaine sans jugement car on n'en est encore qu'au stade d'une enquête préliminaire. car comme le dit Pierre Col et bien d'autres : - "...cette forte présomption de culpabilité ne justifie en aucun cas la fermeture brutale des serveurs, sur la base d'une enquête préalable et sans que le moindre jugement ait été rendu par une instance judiciaire faisant la part de l'accusation et celle de la défense. Cette présomption de faute ne légitime pas le fait que des données stockées sur ces serveurs par des utilisateurs honnêtes ont disparu".

Bref imaginez que pour une quelconque raisons genre une image qui dérange*, un contenu autres, etc... on ferme voir on efface tout un service (wikipedia, google doc, etc...) avec perte de tous ce qu'il y a.

Bon après on peut voir une manoeuvre d'Obama pour montrer que l'on a pas besoin d'un SOPA/PIPA et ne pas se mettre les lobbies à dos pendant la campagne présidentielle.

* : Pour la petite histoire l'image du jour ces derniers temps dans wikipedia allemagne était la vulve. Imaginer que suite à une plainte quelconque du jour au lendemain on se retrouve avec plus de wikipedia, ça fait froid dans le dos.
J'ai l'impression que ce que l'on reproche au fondateur de MegaUpload, c'est essentiellement l'éclectisme de son mauvais gout, comme nous la exposé Le Monde, RUE89, Le Figaro, etc.
Rendez-vous compte, les enquêteurs ont saisi "ce qui ressemble à un inventaire à la Prévert" (sic -RUE89-) :
- plusieurs oeuvre d'art ;
- deux jet-skis ;
- des voitures de luxes, dont une Cadillac rose ;
- et un fusil !
Hallucinant, n'est-ce pas ?

Ceci étant, je n'ai pas très bien compris au nom de quoi on arrêtait ces personnes au quatre coins de la planète, avant tout procès, simplement semble-t-il parce que leurs activités nuisent aux intérêts des puissants membres américains de la RIAA.
Je ne suis pas juriste et ne connais pas le détail des lois actuelles.
Cependant cette affaire megaupload montre quand même que :
- rappel du fait que quoi qu'on en dise, il y a toujours des centres dans le piratage, et des personnes physiques et morales (officielles ou pas) derrière ces centres, et par exemple que TPB ait changé son format et techno de liens récemment ne retire rien au fait que cela reste un centre de piratage.
- de là il devrait être possible de dissocier la définition et procédures associées, d'un point de vue juridique d'une part, et technique de l'autre.
- il est essentiel que ces procédures soient effectivement avant tout juridiques et pas simples opérations de police (et que le fait d'essayer d'utiliser un "centre" pour lequel une décision de blocage a été prise, ramène d'une manière ou d'une autre un message avec lien/référence de cette décision)
- Rappelons encore une fois que le blocage des centres permettrait de sortir de la direction délirante monitoring flux utilisateurs à tout va d'hadopi :
http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/piratage-hadopi-etc/
(monitoring par ailleurs très facile à contourner, ce qui n'est pas par définition le cas des blocages de centres)
Et puis l'important serait quand même de comprendre qu'un nouveau rôle est nécessaire pour un environnement de publication ne se résumant pas à deux ou trois monstres :
http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/concepts-economie-numerique-draft/
Que quasiment tout est déjà là, et que se rôle (et organisations associées), est exactement le même que celui nécessaire pour la problématique "identité sur le net" :
http://iiscn.wordpress.com/2011/06/29/idenum-une-mauvaise-idee/
problématique où rappelons le, l'usage d'un identifiant unique par utilisateur entre acteurs n'est absolument pas nécessaire, et cette direction devrait être à tout prix évitée (et là encore tout quasiment déjà là).


Et au moins cela calmera peut-être un peu les légendes "internet c'est pas centralisé etc", voir même pourquoi pas on peut toujours rêver, calmera aussi le viol ou détournement du terme virtuel depuis les mid nineties ...
Megaupload : l'Hadopi contre Benjamin Bayart « L'Hadopi et le président de FDN, Benjamin Bayart, s'expriment après la fermeture du site de téléchargement de fichiers par le FBI. Regards croisés. » (source : lepoint.fr)
Certains pensent plutôt que le projet de loi Sopa est mis de coté jusqu'à l'élection présidentielle, mais qu'il ressortira des tiroirs après. Les convictions d'un président sont une chose. La réalité des rapports de force politique en est une autre. C'est habile de calmer ayants droits qui sont aussi de gros bailleurs de fond pour la campagne présidentielle futur d'Obama. De là à affirmer qu'Obama est près à s'opposer radicalement à eux dans le futur parce qu'il a des convictions, c'est un peu naïf.
Apparemment les projets de lois sont remisés. Quelqu'un peut expliquer pourquoi ce recul intervient si vite?
http://www.lemonde.fr/technologies/article/2012/01/20/lois-antipiratage-sous-pression-washington-fait-machine-arriere_1632652_651865.html
Les sites comme megaupload, mediafire, rapidshare, upload et tous les autres ont, à côté des internautes qui font du peer to peer par eux, des salariés illégaux qui sont payés pour copier et placer toute la journée des films, musique, etc. sur ces sites de téléchargement. Voilà pourquoi on trouve aujourd'hui tant de films ou musiques sur ces sites, qui génèrent un fric gigantesque sur le dos des ayants droits. On est très loin du peer to peer d'il y a une dizaine d'années.
Ma plus grande interrogation: - FBI à travers plusieurs pays pour du téléchargement illégal, (meme principe que pour wikileaks) sur "ordre" d"une cour tenant décision au secret.

- mafia, ?? ha non pas d'accord internationnal
- vrai pédophilie ? pas plus d'accord
- paradis fiscaux? ha non, le Delaware serait morne sinon.

je n'ai pas refait le tour, je rentre du boulot, mais pas un seul média ne trouve incroyable que la coopération se fasse uniquement sur la défense de l'intérét de groupe industriel. . . Franchement, les gouvernants devraient réfléchir un peu, les sites comme mégaupload font partie d'une mutualisation rendant supportable le fait de ne pas pouvoir l'acheter. Si ce genre "d'aide charitable" disparait, les gens vont devoir s'occuper autrement. Ce qui ne serait pas un mal.
On peut voir cette affaire avec différentes lunettes.

Noires : comme une preuve supplémentaire que nous sommes en guerre. Une guerre polymorphe déclarés par les USA pour leur suprématie économique et qui s’exprime par des actes de guerre classique menés au nom de la lutte anti-terroriste, des opérations de déstabilisation (en liaison avec des services secrets d’autres pays), comme les assassinats de scientifiques iraniens, par exemple, des actes de contre-espionnage prétendus (contre Wikileaks, fo example), d’intelligence économique (nouvelle appellation de l’espionnage industriel), et aujourd’hui pour la prétendue défense du droit d’auteur. Ce dernier est en fait un prétexte pour organiser une économie de la rente sur le dos des artistes et des consommateurs et, plus généralement, du patrimoine de l’humanité (quand les Universal et consorts verseront des royalties à Homère, aux auteurs de la bible, à Charles Perrault, etc., je reverrai mon opinion).

Roses : comme une tentative désespérée d’une industrie dépassée par l’évolution technologique pour freiner la marche de l’histoire.

Comme beaucoup, je crois que l’histoire est traversée par des forces économiques et sociales, mais que l’avenir n’en est pas moins ouvert et dépendra de la réaction des populations.
http://fr.locita.com/actualite/la-fin-de-lempire-mega-quid-des-donnees-personnelles/

Tremblez braves gens, le FBI dispose maintenant des donnée de connexion et de téléchargements à Megaupload.

Chez moi, par exemple, il est déjà arrivé plusieurs fois que mon chat donne un coup de patte sur le clavier d'ordinateur à mon insu, ce qui a provoqué le téléchargement de quelques films et séries que je me suis bien sûr empressé d'effacer.
Quand on voit les moyens mis en place pour lutter contre un site qui génère 175 millions de dollars (prouvant au passage que les internautes sont prêts à payer pour accéder aux contenus, et validant le concept de licence globale), en plein milieu d'une des plus grandes crises économiques de l'histoire, dont aucun responsable n'a été inquiété en quoi que ce soit, on se dit, encore une fois, que le monde ne tourne quand même pas bien rond.

Quoiqu'il en soit, les Anonymous, qui n'étaient que 5 600 à être actifs dans les blocages de site hier soir, ont montré leur efficacité médiatique, même si d'un point de vue technique, les effets des attaques DoS n'ont aucune conséquence pour les cibles...
http://www.poisson-rouge.info/2012-01/la-deuxieme-cyber-manif-de-lhistoire/
Par contre, on attend toujours les declarations de Sarko sur la perte du Triple A. Il est pire que sa marionnette. Vivement les elections qu'on s'en debarasse une fois pr toute.
Le cinéma a battu des records de fréquentations en 2011. Il sera, au moins en France, délicat de blamer les hébergeurs d'un assèchement des revenus, meme quand ils sont aussi peu défendables que megaupload.
Le débat sans fin continue, et les plateformes légales continuent de proposer un catalogue minable, avec une toute petite fraction du contenu présent chez megaupload.
Le cinéma n'est pas forcé de répéter l'aveuglement et la bétise de l'industrie du disque depuis des lustres, qui s'acharne à pénaliser les utilisateurs légitimes sans toucher les pirates (qui resteront intouchables, pour ceux qui n'auraient encore pas pigé). Peut etre qu'avec un peu plus d'efforts et un peu moins de clownerie ?
On a des statistiques sur l'usage légal de megaupload, c'est-à-dire sur les dégats de sa fermeture sur des entreprises et particuliers qui en faisaient un usage parfaitement légitime ?
J'espère sincèrement que des gens arriverons à créer un internet parallèle à partir des technologies intranet et wifi sur le modèle du peer to peer dont l'accès ne dépendra plus de fournisseurs d'accès et qui ne sera donc plus dutout contrôlable par qui que ce soit.
Arf, on dirait que les américains veulent relancer le P2P.
Ils sont tellement obnubilés par la perte de quelques % de leurs revenus colossaux qu'ils
sont en train de détruire ce qui fait leur succès : une publicité virale, mondiale et absolument
gratuite.
Quant à une plateforme de téléchargement légale de tous les films qui sont dans le domaine public on en rêve.
En attendant continuons à acheter pour des sommes allant de 1 à 10 euros des DVDs édités
par tous les éditeurs opportunistes qui se les approprient en les "enrichissant" de sous-titres approximatifs...
Pas LOL.
Quand je pense aux sommes qui ont été dépensées en publicité autour des "clouds" au cours du dernier trimestre, je me dis que c'est une bien belle façon de torpiller le business de montrer comment vos informations peuvent se volatiliser du jour au lendemain pour peu que vous fassiez confiance au mauvais service.

Parce que bien évidemment une forte proportion du trafic de MegaUpload était sur le créneau de l'hébergement de contenus sous copyright, mais il y avait également des utilisateurs qui utilisaient le service pour ce qu'il vendait officiellement. C'est la morale de cette histoire comme de toutes les autres : Les seuls qui perdent toujours tout sont ceux qui respectent la loi.
Dommage de n'avoir repris dans l'article uniquement la parole d'Eva Joly et d'avoir oublié le Parti Pirate et son communiqué officiel :
https://midi-pyrenees.partipirate.org/2012/01/communique-de-presse-du-parti-pirate-sur-la-fermeture-de-megaupload/
Il est plus que temps de mettre en place un droit constitutionnel pour protéger la liberté de partage de fichiers numériques sur internet et pour mettre fin à la propriété intellectuelle, en tout cas à son aspect rente et liberticide.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.