166
Commentaires

La dédiabolisation de Marine le Pen, une création sondagière et médiatique ?

Le Front national "un parti comme les autres", le vote FN, un "vote d’adhésion": dans les médias, la cause semble être entendue, le FN de Marine le Pen est différent du FN de son père. Cette idée, particulièrement réactivée à l'occasion de la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot, est contestée par un chercheur, Alexandre Dézé, qui a exposé cette thèse le 21 juin, lors d’un colloque à Nanterre, "retour sur 40 ans de Front national" auquel @si a assisté (sujet aussi évoqué dans cette tribune sur Libé et sur ce blog de Mediapart).

Derniers commentaires

Je m'en voudrais d'être mauvais, surtout envers Laure qui a quand même beaucoup de courage de continuer à travailler ici, mais @si à posé sa pierre aussi dans cette dediabolisation...

Je me souviens encore de ce débat Todd Philippot, ou Monsieur Philippot s'était vu offrir monsieur Todd en pâture avec un plaisir manifeste. Quelle belle occasion de laisser la rhétorique frontiste laminer les discours intelligents et nourrissants d'un intellectuel forcé de déminer chaque mensonge en temps réel sans avoir aucunement la possibilité de dérouler un raisonnement face à as du discours creux et du brouillage des ondes!

Que chacun balaye devant porte déjà...
c'est un plaisir de ré-écouter cavanna , hier c'etait sur la bosnie et la tauromachie...Dur d'être d'accord avec cette pretentieuse de pierre 3et des poussières , mais il a bien raison...La tête a l'endroit
Histoire de se remettre les idées en place...
Vous pouvez, vous devez, aussi écouter celle d'aujourd'hui.
Il me gêne cet article. Sous la plume de Laure, la priorité nationale serait une idée diabolique. Je ne suis pas d'accord. Combattons cette idée avec de vrais arguments plutôt qu'avec des anathèmes un peu vains.

La priorité nationale est en place au Brésil, en côte d''Ivoire et... aux USA ! Le pays du melting-pot.

C'est donc une question qui mérite débat. Quoi qu'on en pense. En refusant de débattre, on fait le jeu de ceux qui la proposent.

PS : la Suisse l'a également appliquée jusqu'en 2002, avant que les pressions de l'UE ne l'obligent à l'abroger. Ce qui montre bien que certaines thèses du FN ne sont pas compatibles avec l'Europe. Il n'y a pas que la sortie de l'Euro qui poserait problème à Bruxelles si leur programme était appliqué.
Je me pose quand même une question :
La diabolisation du FN n'etait elle pas également une création médiatique (et ou politique..?)

Le mot ne sort quand même pas de nul part...
http://www.youtube.com/watch?v=8rR_zkHgYKo
>>Ok mais il n'est nullement écrit que parmi les membres d'une communauté il faille exclure une personne en raison de son sexe, sa taille, sa couleur de peau, sa religion...
Absolument. Ce serait de l'apartheid. Mais quel rapport avec le FN ?

>>La communauté ici est appliqué au sens large et pas spécifiquement à un groupe de personne ayant la même nationalité, la même couleur de peau, ou un nom bien français "Il est français car il est catholique et il mange du cochon" comme avait dit une dame à Brice Hortefeu lorsqu'il a dit sa célèbre phrase digne des anales...
Oui, la phrase citée est stupide. Etre Français n'est pas une question de religion, et on peut très bien être Français sans pour autant être blanc, catholique, et père de famille fidèle et aimant. Mais quel rapport avec le FN ?

>>Un Mohamed qui vie en France fait autant partie de la communauté française qu'un Pierre, Paul ou Jacques
Non. Il fera pleinement parti de la communauté le jour ou il demandera et obtiendra sa naturalisation. Dans l'interval, le législateur considère qu'il peut à tout moment repartir dans son pays, et donc qu'il nécessite un ensemble de dispositions différentes, comme tous les travailleurs immigrés dans tous les pays du Monde. Mais quel rapport avec le FN ?

>>Maintenant un Pierre qui vie au Maroc et se moque bien de la France, fait-il partie de la communauté française ou de la communauté marocaine ?
Vous amalgamez "communauté" et "nationalité". En jouant sur le sens des mots, on peut dire qu'il fait partie de la communauté Marocaine tout en étant de nationalité Française. Sa situation sociale (qui paye les soins ?) et fiscale dépend des accords internationaux. Demandez à n'importe quel expat. Le drame de Fukushima à donné lieu à des blog déchirants de Français expat forcés de rentrer en France alors que leur coeur restait au Japon. Mais quel rapport avec le FN ?

>>ce que souhaite votre parti politique c'est de créer la distorsion entre ses membres par rapport à la couleur de peau, la religion ou le nom qu'il porte et ça c'est de la xénophobie.
C'est totalement FAUX. Il y a peut être au FN des gens xénophobes, mais comme partout ailleurs, et le programme officielle et la politique de la nouvelle équipe ne laisse aucune place au doute: Les dirigeants du FN condamment la xénophobie, le programme du FN n'est pas xénophobe.
Je vous rappelle quand même que le FN est contre les guerres dans lesquels sont engagés nos soldats.
Guerres qui tuent des "étrangers"....
Guerres déclenchées par la mafia UMPS (avec l'amicale soutien des fabriquants d'armes. France 3ème exportateur mondial...).
Si çà, c'est pas de la vraie xénophobie, alors les mots n'ont plus aucun sens.
Et pourtant, dans le dernier livre de Cohen et Todd, "Le mystère français", les cartes de vote du FN montrent sans ambiguïté que géographiquement, le vote FN s'est complètement déplacé dans l'espace français (hormis quelques bastions tels l'Alsace lorraine).
On y voit aussi que socialement, le vote FN autrefois associé aux artisans et commerçants est maintenant bien ancré dans le monde ouvrier.
Si le programme xénophobe du FN n'a pas vraiment évolué au fond, il y a quand même du un revirement sur le plan économique : du tout libéral vers le protectionnisme.
Continuez à imaginer l'électeur du front national comme un psychopathe, un décérébré ou un prolétaire abusé et manipulé; vous vous réveillerez un matin deviser avec votre voisin (e) de votre cours commun d'oenologie (de tricot, de golf ou d'histoire de l'art...), du covoiturage de vos enfants et de vos vote respectifs, lui (elle) FN vous ?.

De fait le FN profite, comme au début des années 90 (d'où le sondage de 91) de la crise et du chômage

Quelques différences par rapport à cette époque :

- La crise économique a "démonétisé" l'idée de croissance par la dette et l'euro a perdu sa capacité à faire croire que les arbres montent jusqu'au ciel : les économies doivent avoir en elle leur capacité de rebond... la France, probablement le seul pays de l'OCDE, a n'avoir quasiment jamais, lors de ces 30 dernières années 1)dépassé les 3,5% de croissance 2) descendu en dessous de 8,5 à 9% de chômage (avec un taux d'activité particulièrement bas) 3) avoir eu un budget équilibré....ne sait pas faire : ses institutions sont mortes, ses élites sèches, son imaginaire nul voire mortifère

- La crise est loin d'être finie....

- La parole des politiques est décrédibilisée; pas uniquement à cause des affaires, mais surtout parce que tout le monde ressent bien que leur
capacité de vision ou à minima de compréhension fine du réel est nulle...de leaders ils sont devenus des acteurs de la comédie médiatique comme les autres.

- La totalité de la parole politique est tournée vers la protection .
La droite a abandonné l'idée de l'individu réalisant son destin contre l'adversité; la gauche a abandonné l'idée de l'individu épanouissant ses potentiels dans une une société lui en donnant l'opportunité.
Je cotoie chaque jour des électeurs du Front National et je tenais à rassurer les anti-racistes qui s'indignent au coeur de ce forum.

Ce sont de bons Français qui dans mon village sont investis dans des associations qui créent du lien , on organise des fêtes des voisins où on peut se régaler avec de bonnes bouteilles de rosé pamplemousse, des quiches et des macédoine de légumes en écoutant les plus belles chansons de Michel Sardou.

On peut échanger entre petits patrons, artisans, commerçants ou simples ouvriers sur le poids des charges, les étrangers qui profitent du système ou la faillité du système éducatif français, bref, on se sent bien n'en déplaise à ces élites qui nous méprisent parce que nous aimons les chansons de Patrick Sébastien ou les parties de chasse en 4x4 dans nos verdoyantes forêts loin du tumulte cosmopolite des villes, villes qui sont devenues le repère des voyous et des individus interlopes, hirsutes et souvent mal rasés qui prétendent nous dicter notre conduite ou la façon de tailler nos haies de thuyas.

Nous sommes fiers de nos haies et nous nous battrons pour les défendre même si nous devons tomber au champ d'honneur.
Dans ce processus de « normalisation », un élément non négligeable est l'affectation d'un prétendu « vote populaire » majoritaire au « nouveau » Front National. Ce pseudo-constat sert de socle à plusieurs légitimations : l'abandon de cible façon Terra Nova, la surenchère droitière façon « pain au chocolat », etc.

35% de votes Le Pen chez les ouvriers : les chiffres parleraient d'eux-mêmes. Si on gratte un peu, on s'aperçoit qu'on les aide à parler, ces chiffres, voire qu'on parle à leur place. Dans cette catégorie, l'abstention est estimée à 70 % des inscrits, et la proportion des non-inscrits atteindrait le record de 15 % (INSEE). De nos jours, qui parmi les fins analystes osera dire que plus de 91 % des ouvriers ne votent pas Le Pen ?
Ne confondons pas les deux acceptions du mot « norme ». Ce n’est pas parce qu’un comportement est « banal » qu’il est pour autant « normal ». Il faut continuer à « dénormaliser » le vote FN, exactement comme les acteurs de prévention santé s’entêtent à « dénormaliser » le tabagisme, malgré la propagande ambiante des cigarettiers et leurs écrans de fumée.
Je me suis toujours demandé, tout comme vous, comment on pouvait dé-diaboliser Marine Le Pen. Elle est juste un peu plus roublarde que son père et a compris le meilleur moyen d'attirer un nouvel électorat complètement déboussolé dans la période actuelle. L'attitude de Marion Le Pen,
jeunette du parti mais "bien formatée" par pépé prouve qu'iln'y a aucune transformation dans les idées de ce parti, qu'on l'appelle FN ou Bleu marine.
Il y a une belle hypocrisie de la part de nos politicards et journaleux à propos du FN.

En quoi le FN est-il (au moins potentiellement) plus nocif que l'extrême gauche ?
En quoi les militants de "Bande à Baader", "Fraction Armée rouge", "action directe",etc. étaient-ils plus "républicains" que les militants du FN ?
Si le FN n'est pas un parti "républicain", pourquoi n'est-il pas dissous ?

Jusqu'à un passé récent, le citoyen de base était pris pour un con; maintenant, en plus, on nous l'explique sans détours. Vive le progrès !
Le F.N. n'est qu'un grand moulin à brasser l'imaginaire des individus .. Ce n'est pas un parti hélas. Si tant de gens s'y reconnaissent, c'est qu'il n'y a rien de plus banal qu'un délire..Dans le grand chaudron de l'inconscient, il a su tirer parti de ce qui détricote le vivre ensemble : pulsions de mort, narcissisme, égoïsme, triomphe, peur de "l'étranger", en un mot, CE QUI AGITE LE NOURRISSON, dans sa toute 1ère année de vie, avant que celui-cil ne prenne conscience de son impuissance totale et de l'existence de l'autre qui donne du sens à son destin.. Le F.N. c'est le parti de l'absence du sujet, du néant, de la négation de l'humanité, La folie est fascinante, c'est pourquoi elle attirera toujours ceux qui nient leur propre existence.
J'aimerais un complément sur la manière dont la récente élection partielle a été présentés. Fallait ramer pour avoir le chiffre des abstentions au premier tour. Et plus encore pour avoir celles du second tour, où il nous était simplement parlé d'un "sursaut". Et je ne suis tombée que par hasard sur un chiffre occulté de façon répétitive pas nos "journalistes", celui des bulletins blancs, assez important il me semble.

Personne, jamais, ne nous rappelle que si l'abstention est de 50%, un pourcentage de 46 tombe à 23. Que si, en plus, ya 15% de bulletins, blancs, le 46% tombe à moins de 40, ce qui fait 20 des inscrits. Et personne ne nous rappelle qu'on ignore le nombre des gens qui ne prennent même plus la peine de s'inscrire. Les SDF? Les jeunes plus ou moins errants, qui squattent chez un copain, reviennent chez papa/maman, campent près de leur éphémère boulot, dorment dans leur voiture? Les chômeurs qui déménagent pour trouver du boulot ailleurs? Sans compter ceux qui, étrangers, n'ont pas le droit de vote mais habitent durablement ce pays et participent à sa richesse.

On arrive au point où les élections sont à peine plus fiables que les sondages, et nos journalistes, non seulement ne s'interrogent pas sur cette déliquescence, mais essaient de nous faire prendre ces élections-croupion pour le summum de la démocratie.
Raquel Garrido, en sa qualité d'avocate de Jean-Luc Mélenchon, doit être entendue aujourd'hui avant une éventuelle mise en examen. (l'Huma du mardi 25 juin, page 5). Cela concerne les suites d'Hénin-Beaumont, quand le Parti de Gauche avait lui-même porté plainte à propos de l'émission de faux tracts. On voit bien qu'une forme d'intimidation se perpétue, par cette attaque contre la profession d'avocat — et non par une attaque directe de son concurrent d'alors.
"En recueillant 18 % des suffrages en 2012, (soit 6,3 millions d'électeurs), Marine Le Pen n'a-t-elle pas enfoncé le record de son père, qui n'avait rassemblé en 2002 que 16,8% des voix (et 4,8 millions d'électeurs)"

Je suis vraiment étonné, depuis un an, qu'on continue a imposer cette idée de "vote record" pour le FN en 2012 par rapport à 2002. On ne peut pas sortir ces chiffres sans rappeler qu'en 2002, Bruno Maigret se présentait aussi et a fédéré 667 000 voix. Aussi, ce qu'il est communément admis d'appeler la "droite nationale" a totalisé en 2002 : 5 471 000 voix au premier tour, sur un corps électoral inscrit de 41 194 689 citoyens. Ce vote constitue donc 13.28% des électeurs inscrits.

En 2012, seule représentante de la "droite nationale", Marine Le Pen a attiré sur son nom 6 421 426 suffrages sur un corps électoral de 46 028 542 d'inscrits sur les listes. Et ce vote constitue donc 13.95% des électeurs inscrits.

Alors certes, c'est une augmentation de 0.65%, mais quand le lis "Marine Le Pen n'a-t-elle pas enfoncé le record de son père ?", je dis non, ENFONCER un record, c'est pas ça ! C'est pas ce pouillème de demi-point supplémentaire qui peut justifier de pareilles conclusions. En valeur absolue, c'est certes exactement un millions de voix supplémentaires... mais pourquoi toujours cacher que ceci s'inscrit dans un corps électoral qui a lui-même considérablement augmenté en 10 ans (+ 5 millions d'inscrits) ? A toujours vouloir comparer des pourcentages calculés sur des corps électoraux fluctuants ET sur des nombres de suffrages exprimés eux-mêmes différents (l'abstention), on en vient toujours à comparer des chiffres absolument incomparables... Et pourtant, que n'a-t-on entendu, dans les 10 ans qui ont séparé ces deux scrutin, sur l'envolée supposée de l'adhésion des Français au discours de Marine Le Pen... et au total, cette envolée, je le répète, c'est 0.65% du corps électoral, c'est donc une arnaque médiatique (et le chercheur dont vous pointez le travail a bien raison de mettre en lumière les "biais" sondagiers et analytico-médiatiques, que je considère, moi, comme sciemment, savamment dosés et soupesés par les médias pour des raisons tout à fait identifiables mais que vous n'identifiez jamais... malheureusement, mais je ne m'étendrai pas), et je suis ravi que vous la pointiez... mais vous relayez aussi cette contrevérité en notant un "record enfoncé"... pourquoi pas "défoncé" ou "pulvérisé" ?

Quant aux gloses médiatiques sans fin sur les résultats de Villeneuve-sur-lot dans le ce contexte (Cahuzac) et sur cette échelle (quelques dizaines de milliers de votants), franchement, c'est risible. Je rappelle que depuis 30 ans, ce sont des dizaines d'élections de toutes sortes qui, hors de ce contexte crise+Cahuzac+gauche contestée au pouvoir, et j'en passe... ont été remportées par le Front National de papa Jean-Marie d'abord et de sa progéniture ensuite. Alors les conclusions définitives sur le soi-disant "message national" de cette petite élection totalement troublée, complètement atypique, et dont le résultat ressemble finalement à bien d'autres, excusez-moi mais... pffff... fatigué.
Merci à Laure pour ce travail nécessaire.C'est là qu'on voit le rôle destructeur de certains médias.Pourvu que le cauchemar ne devienne pas un jour réalité!
Prière....petit bon dieu, si vous existez, ce dont je doute parfois, faites que la douce Marine soit privée de son immunité parlementaire par le parlement européen qui nous prouvera, par la même occasion, qu'il peut être efficace que diable !
Fallait les entendre les journalistes de France Inter ce we, le front républicain sera-t-il suffisant? Y a-t-il encore un front républicain? d'élections en élections le front républicain... Comme s'ils attendaient avec effroi et néanmoins gourmandise le coup d'après, celui où ils pourront commencer par cette fois c'est fait, le front républicain...

ça et l'état de santé de Nelson Mandela qui se dégrade. C'est juste nul.
Ce qui rend inexcusable le comportement des média main-stream à l'égard du FN, c'est qu'ils font mine d'oublier que seule la loi Pleven de 72 contre l'incitation à la haine raciale l'empêche d' être un parti explicitement raciste. C'est donc, à travers le FN, le racisme qu'ils dédiabolisent. Marine LePen représenterait; contrairement à son père, un racisme modéré, pondéré, acceptable, celui du français moyen. Le summum de cette dédiabolisation est donné par le dessin de Plantu, qui pose une équivalence symétrique du bien et du mal, sur le mode des tympans médiévaux du jugement dernier.
qui détient les boïtes de sondage ?
http://www.observatoire-des-sondages.org/

qui sont propriétaires des journaux ?
qui sont les "journalistes" (propriétaire des écoles de "formation", structure des salaires et des contrats...)

qui a intérêt à perpétuer ce "crime" ?

après avoir "fabriqué" le F-Haine...ils pleurnicheront bientôt, trop tard, la machine est en marche....
Bravo , Madame Daussy , pour ce post.Vous montrez de manière très argumentée que la progression du Fn n'est pas si marquée que cela et que le Fn n'a guère changé.J'ai bien aimé la manière dont vous montrez la façon dont les sondages sont biaisés.J' ai aussi été choqué par le "sujet" du Jt de France 2 il y a quelques semaines. Le reportage donnait l'impression fallacieuse de donner la parole à la " France d'en -bas" , face aux élites , vieux cliché poupliste.De toute façon, le Fn reste un parti protestataire avec une aspiration à la transgression.Il faut le savoir et ne pas faire semblant de l'ignorer.De toute façon , tous ces thèmes de la "dédiabolisation" ont aussi pour objectif de rendre acceptable une éventuelle alliance avec le Fn . C'est contre cela qu'il faut réagir .L'élection de Villeneuve sur - Lot montre tout de même que les électeurs demeurent sensés.
Le débat me paraît être économique ( le recul du chômage fera reculer le Fn) et politique.Comment la droite pourra t-elle récupérer une partie de cet électorat protestataire?
Entre deux avis convenus sur le thème «le FN c'est le mal», «la diabolisation du FN c'est le mal» ou «la dédiabolisation du FN c'est le mal», on pourrait avoir du vrai ASI/@SI, i.e. de l'analyse plutôt que de la retranscription servile:

D'où parle Alexandre Dézé: est il apolitique, politisé, si oui où?
Le colloque: organisé par qui, pour quoi, avec qui?

PF
Surtout que la priorité donnée aux français pour les emplois ne sert à rien quand les entreprises vont directement employer des étrangers... à l'étranger.

Mais je vois ça plus comme une proposition sparadrap et pour faire croire au retour à l'emploi, plutôt que la marque du diable. Et aux USA, la préférence des emplois va aux citoyens US, je n'y vois pas là non plus le signe du diable.
"Etienne Bousquet-Cassagne, le "petit" du FN propulsé tête d'affiche" article de Patrick Roger dans le Monde du 22 juin soit la veille du scrutin : je n'ai trouvé dans cet article sur le candidat FN à Villeneuve sur Lot aucune connotation négative, ni dans les photos, ni dans les adjectifs, ni dans les propos rapportés.
Cette obsession des médias pour le FN est malsaine. Il est totalement absurde d'autoriser l'existence d'un parti que l'on traite, dans le même temps, comme un épouvantail. En attribuant au FN le rôle du "bad guy", on laisse croire, par contraste, que tous les autres sont très respectables ; quand on voit l'évolution de l'UMP, ils ne gagnent plus grand chose à la comparaison. Or ce parti a déjà gouverné, et il va le faire avant longtemps, ce qui devrait nous inquiéter bien davantage.
Ce sondage est réalisé à un moment bien particulier :
1 - On assiste à une recrudescence des "affaires" qui produisent une méfiance vis à vis sur les deux principaux partis "républicains", l'UMP et le PS,
2 - l'UMP et le PS souffrent d'un affaiblissement de la visibilité de leurs leaders : Sarko reste pour le moment en coulisse, les prétendants à son fauteuil s'étripent, les éléphants du PS vieillissent et les nouveaux ne sont pas bandants, Hollande ne réalise pas les miracles dont certains rêvaient, Martine Aubry s'est évaporée...
3 - Les Français sont de plus en plus sceptiques sur le concept d'Union Européenne.
Le FN, lui, a un chef bien visible ; il profite de européanophobie ambiante; il ne traine pas, en ce moment, de grosse casserole.
La hausse de popularité du FN est sans doute en grande partie la conséquence de la perte de crédit des autres partis.
Si le Diable n'existait pas, il faudrait l'inventer.
Très éclairant et très intéressant ce décryptage des médias vis à vis du FN.
Au-delà des sondages, il y a la logique du FN reprise par les journalistes, ainsi cette question de Pujadas au candidat Hollande pendant la campagne :"pensez vous qu'il y ait trop d'étrangers ?".
Il y a aussi l'utilisation des images du FN données par son service de com' et qui sont reprises sans que jamais ne soit signalé leurs origines. Ainsi celles du 1er mai qui sont passées en boucle sur BFM et i-télé et donnaient l'impression d'une grande foule, ce qui n'était pas le cas, seul FR3 a signalé qu'il s'agissait des images du FN.
Les médias qui ont pignon sur rue en imposant l'idée qu'il n'y a qu'une seule politique possible (TINA), en dédiabolisant le FN et en diabolisant symétrique le Front de gauche, participe activement à la montée du FN, si celui-ci venait au pouvoir il en porterait une part de responsabilité non négligeable.
Les sondages sont à prendre au sérieux lorsqu'ils donnent des pronostiques la veille d'une élection, parce qu'ils savent qu'ils vont être jugés sur piéce.
Tout le reste du temps les sondages je ne leur accorde aucune valeur...ce ne sont que des outils manipulatoires que l'on ne peux absolument pas vérifier ( corrections obscures, tendance à aller dans le sens des clients, manip de groupes d'interrets médiatiques , industriels ou politiques)
Les sondages c'est l'ANGSOC light....
Ben oui, pas nouveau le phénomène.

Depuis que les médias ont troqué le peu qu'il leur restait de contre-pouvoir contre une deuxième peau de système, comme dirait un célèbre bolchéviquo-populiste et qui l'a encore fort justement rappelé dans son dernier discours à Besançon.
De France-Inter à RTL en passant par Europe 1, la Marine est souvent accueillie comme chez elle, pas de questions redondantes, débiles et à la longue, hautement préjudiciables sur les neurones par infiltration.
Sans parler de la lecture ahurissante envers certains sondages (comme celui-là) qu'ils sont censés croire, en présentant le FN comme "ascendant" à 18%, ou comme "second parti de France" avec l'UMP à 19%.. selon les médias qui les relaient, en précisant du bout des lèvres que le PS est aux fraises à 15%, mais en omettant toujours soigneusement de mentionner que le FdG est estimé lui-aussi à.. 15%.
Le FN qui passe de 18 à 18 %, voilà une irrésistible ascension qu'il faut juguler ! et quoi de mieux qu'un vote républicain ou un retour aux valeurs sûres "pour ne pas faire le jeu des extrêmes" ? qui se valent toutes, évidemment, la symétrie est tellement commode pour inviter les lecteurs à s'abstenir de penser par eux-mêmes. Ne parlons pas d'un FdG qui passe de 11 à 15%, à côté c'est tellement insignifiant, et puis ils ont bien dû se planter quelque part dans cette partie du sondage, pas vrai. Je parle en militant sur ce point, mais l'exemple est édifiant, et résume des mois d'éditos, d'interviews et d'émissions politiques plus atterrantes les unes que les autres.

Par L'UMP à donf également, qui a mis en pratique ses méthodes et nombre de points de son programme, contribuant ainsi à lui préparer le terrain et un effet de transition dont le Pen ne pouvait mieux rêver; les digues encombrantes ont sauté il y a belle lurette, le vote républicain à sens unique, je pense que les gens ont compris depuis 2002 que l'UMP n'appellera jamais à voter pour quiconque de la gauche, même la plus modérée jamais connue jusqu'alors, face au FN.

Et, last but not least, par le PS; de par leurs mensonges, leurs promesses sur lesquelles ils ont pissé une fois au pouvoir, leur politique économique libérale qu'ils prétendaient combattre et leur politique sécuritaire encore plus "efficace" que les deux derniers prédécesseurs de Valls, qu'ils dénonçaient depuis des années; l'ANI, les retraites, les coucheries avec le MEDEF ou les dictatures qui ont le bon goût d'investir aux bons endroits, la volonté de signer le futur marché transatlantique avec les USA, le refus systématique de dialoguer même un an avant les élections avec leur flanc gauche, tous classés "extrême-gauchistes" et donc à éviter comme la peste, sauf au moment de se faire élire et d'agiter le FN redevenu subitement un épouvantail pour quelques semaines. Un beau mélange qui n'a rien à envier aux deux précédents concernant la dédiabolisation du FN.

Pas étonnant que les frontistes et les fachos de tous poils inondent (et à coups de pseudos multiples) les forums des grands médias. Dont ici-même, de manière plus sporadique il est vrai.
Comme une forme de tacite reconnaissance, quand ils défilent, les trois seuls mots qu'ils devraient afficher sur leurs pancartes et banderoles, c'est "MERCI À TOUS". Pour tout ce qui est réalisé pour eux, pour la désinformation continue sur le FN et les atteintes aux droits fondamentaux dont sont devenus coutumiers les gouvernements de ces dix dernières années.

Le haro est sur les lanceurs d'alerte, comme le FdG ou EELV quand ils font mine de sortir du droit chemin solférinien jusqu'à oser braver leur autorité en osant présenter leurs propres candidats (ils doivent se croire en démocratie, ces inconscients) à certaines élections.
Tandis que si les médias faisaient leur boulot sur ces fameuses quarante années du FN en rappelant régulièrement de quoi il est émaillé dans son histoire, il est possible que, malgré la crise, nombre de personnes mieux informées là-dessus, y regarderaient à deux fois avant de voter pour ce parti qui est tous sauf démocratique ni égalitaire. Déjà, rien que rappeler ces évidences doit sonner comme un appeau à trolls.
Mais ce serait , ce faisant, un appel tacite pour la gauche de la gauche, ce qui est bien évidemment hors de question pour nos chiens de garde habituels, pour lesquels il ne faudrait pas faire obstacle à l'Europe telle qu'elle se fabrique et détruit les peuples les uns après les autres, et aux mesures d'austérité qui - elles ne le rappelleront jamais assez à longueurs de diffusions - sont sévères mais justes, de bon sens, et courageuses.

Oui, Laure, c'est une création sondagière et médiatique: mais pas que.
Tout est prétexte à sondage. Utilisés comme arguments irréfutables d'une idée, les sondages sont en effet manipulés comme le souhaitent ceux qui les commandent.

Le 21 avril 2002 a montré de manière flagrante à quel point les sondages ne sont pas fiables...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.