50
Commentaires

L'antiracisme français s'est-il américanisé ?

Certains médias français dénoncent les actions de mouvements antiracistes qui chercheraient à imposer une vision américaine de la société, ainsi que son lexique. Nous avons demandé à deux chercheurs de nous aider à y voir plus clair. L'antiracisme dit "politique" s'inspire-t-il des États-Unis et menace-t-il l'universalisme français?

Commentaires préférés des abonnés

C'est assez cocasse de voir des droitards reprendre texto les discours de la droite/alt-right états-uniennes contre les luttes des minorités tout en accusant ces luttes d'importer un cadre états-unien.

Ce débat va au delà de l'antiracisme et secoue aussi la gauche. Or vous ne citez essentiellement que des gens de droite pour questionner cette vision de l'antiracisme. Il ne faudrait pas non plus simplifier le débat entre gauche et droite. Par exempl(...)

"Ailleurs, Manuel Valls et Bruno Retailleau, respectivement à Valeurs Actuelles et au micro d'Europe 1, ont tous deux dénoncé ce qu'ils décrivent comme des tentatives de remplacer une lutte des classes par une "guerre des races", un terme déjà utilis(...)

Derniers commentaires

Un appel du CFMVE (Collectif des Frères Musulmans pour le Vivre-Ensemble) du 18 juin 2020 :

Merci à tous les progressistes de dénoncer enfin le Privilège Blanc. Mais pour lutter contre le racisme, il faut aller encore plus loin !  #PrivilègeJuif.

Selon une récente étude sociologique conjointe des Universités de Berkeley et de Gaza, le racisme antijuif n'existe pas.

Il n'y a qu'un Privilège Juif qui doit être combattu.


Zemmour ? Bouhafs ? Quel genre de raciste êtes-vous ?

Deux militants martiniquais descellent la plaque de la rue Victor Hugo, ce sinistre personnage. En revanche, l'enseigne de la banque demeure intacte. Abrutis !

J'avais archivé cet article, mais je ne sais plus de quel journal il est extrait.

Mais peu importe, je pense que ce témoignage bouleversant trouve toute sa place ici :


La semaine dernière, un couple a dû s’excuser auprès de leur fils pour lui avoir donné naissance avec la peau blanche.

Ce jeune couple de Levallois est encore bouleversé par ce qui leur est arrivé la semaine dernière : « Pierre, notre fils de 17 ans, nous a fait réaliser que nous avions perpétué, sans même nous en rendre compte, un terrible réflexe colonial en nous reproduisant entre blancs privilégiés. Sans même penser aux conséquences, à savoir l’énorme culpabilité qui repose sur les épaules de notre fils, descendant direct des pires racistes esclavagistes » termine la mère de Pierre, en larmes.

En effet, leur fils, vit très mal sa couleur de peau : « En 2020, c’est plus possible d’être blanc ! Plus qu’une honte, c’est un fardeau ! Pourquoi mes parents ont-ils été égoïstes au point de se reproduire entre privilégiés oppresseurs ? Chaque matin, dans la glace, constater que je perpétue ce que l’histoire a fait de pire me plonge dans un profond tourment. J’ai honte d’être blanc, et tout est la faute de mes parents » lance le jeune homme, les mains tremblantes.

Les deux parents, sous le choc, entendent bien réagir et servir de modèles au monde de demain : « Nous ne recommencerons plus les mêmes erreurs. Certes, nous souhaitons un deuxième enfant. Mais pour ça, nous cherchons un géniteur racisé, qui pourrait enfanter ma femme et nous donner une progéniture moins oppressante, et pourquoi pas plus inclusive. Et, si nos recherches ne portent pas leurs fruits, alors nous appellerons notre enfant blanc « N’golo », c’est le minimum, je pense » termine le père de Pierre, un genou à terre et le poing levé.


L'"universalisme à la française", c'était QUAND ? Voila typiquement le genre de grande idée à laquelle on se réfère tout le temps, mais qui n'a jamais été qu'une fiction !

Article qui reprend les travers souvent reprochés la presse traditionnelle: présentation biaisée où une opinion (la mauvaise) est amalgamée avec des émetteurs connotés négativement (la presse de droite et d'extrême droite). Choix des adjectifs et des verbes insistant sur la subjectivité et la brutalité : Machin "s'indigne", "dénonce", une "certaine presse"  "conspue". Puis surgit l'expert au ton mesuré qui lui ne fait que "rappeler" (sous-entendu des évidences). Eric Fassin, c'est bien connu, n'a jamais aucun parti pris idéologique.


Par ailleurs le mot racisé vient bien des pays Anglo-Saxons. Voir cette interview de Iannis Roder, agrégé d’histoireC'est sur le site de France-Inter, un bon média multicu qu'il était donc difficile de citer dans le florilège supra.


Ce genre de polarisation du débat est bien dommage car elle empêche de se demander s'il y a effectivement une américanisation des débats sociétaux et plus généralement dans les médias une américanisation des programmes ou  du language. Y a-t'il une évolution récente, à quoi est-elle due ? Des sujets bien intéressants qui ne seront pas traités sur ce site puisqu' aussi bien, comme on l'a compris avec cet article, désormais "critique de l'américanisation" = "fachos".

Je me demande si ce n'est pas une des caractéristiques du privilège blanc que de décider de ce qu'est l'antiracisme, sans le moins du monde tenir compte de ce que disent les premiers concernés, ceux qui subissent le racisme.

oui lisez Colette Guillaumin c'est vraiment très bien; et c'est 100% Français (et c'est une approche marxiste des rapport de genre et de race; pour ceux qui nous rabâchent que l'antiracisme et le féminisme c'est des diversions à la "vraie" lutte des classes)

Selon elle, cette américanisation passerait également par l'imitation de "signifiants visuels du mouvement noir américain des années 60 et 70"


Les journalistes du Figaro découvrent que les noirs ont les cheveux crépus. quel scoop. Ils se surpassent à chaque fois décidemment.

Juste une remarque sur un site qui existe entre autres pour pointer les erreurs des médias : ça fait quelques années que Marion Maréchal ne s'appelle plus "Le Pen".

Et le racisme français est différent du racisme américain ? Les victimes de racisme en France ressentent des nuances dans la discrimination ? Quand ils ramassent les poubelles, se font contrôler et tabasser, discriminer à l'emploi et au logement - ils courent à la bibliothèque pour chercher la distinction étymologique des termes employés aux Etats-Unis et en France. Il faut être profondément dans le déni français et croire qu'il suffit de se auto-octroyer l'auréole de l'universalisme qui protege automatiquement de derives racistes.. Merci pour cette belle brochette Badinter, Levi, Polony, VA etc. vous nous emmenez loin dans la reflexion, bref

Pas très objectif, ce papier. En gros on pourrait le résumer à : "c'est vrai que ça ressemble beaucoup, mais c'est pas ça en fait, et puis y a surtout des réactions de la droite, ou de magazines qui se disent de gauches mais qui en fait sont de droite, donc c'est suspect..." 

Ce tir groupé de la réaction (des éditocrates) est très représentatif d’un certain communautarisme qui s’ignore peut-être (ou peut-être pas), en tout cas, qui parvient de moins en moins à se dissimuler.


La France de 2020 est bon an mal an le résultat de ses visées et choix universalistes. Pour le dire de façon plus prudente : je considère que, de tout temps, le camp véritablement progressiste c’est celui qui a décidé de s’en tenir à l’universalisme à la française, distinct de l’ethnocentrisme sournois que l'on sait!


Faut-il rappeler que cet universalisme ne va pas – n’est pas allée – de soi et qu’il s’en est toujours trouvés pour s’y opposer vigoureusement, pour préférer (avec un certain succès d’ailleurs) du colonialisme économique le plus débridé après un commerce négrier des plus florissant, tout cela sous le voile d’une mission, divine, civilisatrice !


Quelques dizaines d’années plus tard après les indépendances et après l’accueil massif de la main d’œuvre bon marché en provenance des anciennes possessions françaises, des secousses de protestation contre le communautarisme (ou le racisme des racisés comme ils disent) traversent régulièrement notre société. Il s’agirait avant tout de ne pas nous laisser distraire grossièrement par ceux qui veulent se faire passer pour les défenseurs du bastion et de bien reconnaître TOUS les communautarismes qui guettent notre cohésion nationale.


Il y a d’abord, celui qui ne s’est jamais accommodé aux idées universalistes et qui pense qu’il n’y a d’universel que ses propres idiosyncrasies et que l’autre n’a qu’un choix : se dissoudre dans ce qu’il reste de la résistance au progrès des sentiments humains, cet appendice qui croit naturellement avoir seul le droit de s’appeler la nation française ! Quand il parle d’intégration, c’est pour amuser la galerie car ce serait encore trop de concession : pensez-vous, ces gens-là se permettent de donner à leurs rejetons des prénoms qui écorchent les oreilles bien de chez nous ! Il a beau jeu de se désoler du danger de mort qui guette  l'universalisme à la française qu’il a toujours combattu. Mais cela ne trompe personne! Appelons celui-ci le communautarisme du repli historique.


Il y a ensuite le communautarisme de l’autre. Celui qui a fait tant et plus pour extraire et pour se la foutre en bandoulière la part d’universelle qu’il y a en lui et qui se rend compte qu’il n’en fait jamais assez. Que cela ne le protège aucunement des refus d’égalité les plus flagrants. Celui qui s’est dit au bout du compte que puisque c’est comme ça, il n’y a pas plus enivrantes idiosyncrasies que les siennes et que les poules auront des dents avant qu’on le reprenne à faire l’universel. Appelons celui-ci le communautarisme du dépit anthropologique.


Il faut savoir reconnaître chacun de ces communautarismes car ils ne se résolvent pas de la même manière. L‘un veut tout ramener à lui quitte à revenir sur ce que nous pensions acquis à la cause universaliste. A celui-ci il faut mettre des entraves en prévention de ses débordements. L’autre n’en peut plus d’attendre que cela aille mieux et menace de prendre la tangente ! A celui-là il faut donner des gages de nos efforts et exhiber des avancées plus que symboliques !


Je ne m’étendrai pas sur le communautarisme des possédants (celui-ci plus répandu dans le monde pour ne pas dire plus universel) à qui la querelle entre la communauté du repli et celle du dépit ne déplaît aucunement, tant elle garantit que personne ne viendra lui chercher des noises sur le terrain de la répartition des fruits du labeur.


Et au milieu du triangle, il y a ceux, peut-être de moins en moins nombreux qui croient encore à l’universalisme à la française et à d’autre billevesées telles que l’égalité, la fraternité et la liberté. Il faut les encourager à tenir bon! 

Merci de ces précisions. Je trouve que ça fait du bien de lire une réponse à cette contre-offensive de la droite à des mouvements antiracistes qui ont le vent en poupe. Déformation et manipulation.


C'est tellement ridicule de comparer la coiffure d'Assa Traoré à celle d'Angela Davis...

Dans les deux cas, il s'agit de cheveux de noires laissés dans leur plénitude, retaillés en boule pour Angela Davis, et égayés pour Assa Traoré.  Évidemment,  vu par des gens qui n'y connaissent rien, les coiffures se ressemblent, mais ça n'a rien à voir.
La ressemblance entre ces deux femmes vient surtout de la beauté et de la pureté de leurs traits qui se détachent sur des cheveux noirs et touffus, et leur attitude déterminée, presque hiératique. Ce sont toutes les deux des visages d'icônes. 


Des visages de Néfertiti ou du cantique des cantiques :

"Je suis noire, et je suis belle, filles de Jérusalem, Comme les tentes de Kédar, comme les pavillons de Salomon."

Et là, on est dans le regard sur les images.


Le trouble vient avant tout d'une jonction qui est en train de se faire entre les mouvements antiracistes français et la gauche radicale. Et ça, ce n'est pas un fantasme.


Très dangereux pour les lectures des banlieues islamisées, le fond de commerce de la droite pour immobiliser les banlieues.

Je serais très curieux de savoir à quelle "élite" Zemmour pense (cf le titre de sa chronique du Figaro), parce qu'à la lecture de l'article, on a un très bon aperçu de ladite élite, et elle est d'accord avec Zemmour.

C'est assez cocasse de voir des droitards reprendre texto les discours de la droite/alt-right états-uniennes contre les luttes des minorités tout en accusant ces luttes d'importer un cadre états-unien.

Pour " FOG " je me rappel d'une allusion pas très adroite de sa part à ONPC avec la séduisante Méduse Christine Angot  la concurrence entre l'esclavage des noir et le sort des juifs. Je crois qu'à partir de cet épisode ONPC allait commencer son naufrage c'est pour cela que depuis, ses deux dernier je ne les voient plus de la même façon. Déjas Christine Angot m’exaspérais que Franz-Olivier Giesbert venait lui aussi m'exaspéré donc sa lecture de ce qu'il arrive dans cette malheureuse affaire je ne veux rien savoir de ce SCHMOCK ! 

ONPC (FOG+ANGOT) : https://www.youtube.com/watch?v=ylMKSr0hNHU 

Les articles de journaux que j'ai lu sont très instructives je ne m'avais pas arrêté à cette réflexion à savoir que les USA n'est pas la France et le Québec ou le reste du Canada puisque nous y sommes toujours (...)  (je prend pour acquis que le lecteur a lu les articles) sinon !  Mais il est vrai que nous importons cette brutalité policière rassissant car le même phénomène se voit aussi aux Québec à Montréal et dans tout le Canada d'ailleurs le premier ministre Justin Trudeau condamne le raciste systémique, il faut savoir que François Legault(Premier Ministre du Québec) nie se raciste systémique. IL dit qu'il y a sans aucun doute des actes raciste aux Québec mais Trudeau pointe le Québec de ne pas admettre qu'il y a bel et bien du raciste systémique ....  !  Cela dit nous (québécois) sommes à côté du GÉANT Américain et avons vus depuis Rodney King : https://abcnews.go.com/Archives/video/march-1991-rodney-king-videotape-9758031  l'impunité de ses policiers violent raciste aux News tous les soirs moi je me rappellerai toujours du jeune noir de 12 ans abattu par un policier : https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/11/24/01016-20141124ARTFIG00217-un-jeune-garcon-abattu-par-la-police-de-cleveland.php  ou encore un ados 17 ans (vidéo) : https://www.tvanouvelles.ca/2016/01/15/nouvelle-video-dun-adolescent-noir-abattu-par-un-policier-blanc  etc.  Et tous çà (trois exemples parmi des dizaines et dizaines) il y a un Grand Ménage à faire et c'est urgent !

 PS: Voici le verdict des policiers accuser de brutalités sur Rodney King   :https://abcnews.go.com/Archives/video/march-1991-rodney-king-videotape-9758031  2) https://time.com/4245175/rodney-king-la-riots-anniversary/ 

Info très importante : Ayant travaillé deux ans avec Assa Traoré, je peux déclarer qu'elle avait différentes coupes de cheveux très régulièrement, et qu'à l'époque en tout cas, il n'était pas question de référentiel américain ou autre. En tout cas, elle n'en parlait pas comme ça. Voilà, c'était l'info la plus importante de la journée, et une façon de montrer que la projection ça marche toujours très bien, surtout chez les "journalistes" qui doivent remplir de l'espace.


...pendant ce temps là , à Pôle Emploi on réclame la tête d'un bienfaiteur : https://www.20minutes.fr/societe/2803595-20200619-rennes-conseiller-pole-emploi-menace-licenciement-avoir-aide-chomeurs



Eric Zemmour et Natacha Polony, des animateurs de chez Ruquier qui aime bien le clash. Qu'est-ce que tu sèmes à droite Laurent ! Où sont passés Charles Consigny, Yann Moix, Eric Naulleau ?


Ah ... France 2... 

Antenne 2 avait mis le pied à l'étrier médiatico-politique à JM Le Pen  trois mois avant les européennes en 1984. L'émission s'appelait " l'heure de vérité ". A y repenser, c'est le titre d'un gag.

Ne pas dire que c'estd e la faute à Mitterrand, il est mort depuis des années et les Le Pen continuent de jouir - le mot est faible - d'un flot ininterrompu d'invitations médiatiques qui font sont succès. Après avoir été un titre de la presse "Je suis partout" est devenu un candidat(e).


Heureusement qu'il y a les habitants de l'Île de Sein pour moucher la dirigenate de cette petite entreprise familiale de décervelation.


Comment s'étonner de l'inertie raciste et du regain fasistoïde avec autant de complaisance ?

La presse française n'est que le reflet de sa culture.

Réactionnaire et conservatrice.


Aah Eric Fassin, une personne très agréable à écouter, qui parlait de "privilège blanc" bien avant George Floyd  :


https://www.youtube.com/watch?v=bAQP50KWKEQ





Ce débat va au delà de l'antiracisme et secoue aussi la gauche. Or vous ne citez essentiellement que des gens de droite pour questionner cette vision de l'antiracisme. Il ne faudrait pas non plus simplifier le débat entre gauche et droite. Par exemple dans le dernier essai de Stéphanie Roza (chercheuse au CNRS qui se positionne à gauche),  "La Gauche contre les Lumières", celle-ci éclaire ainsi la fracture existant entre une gauche universaliste et une gauche identitaire en remontant à la source de cette cassure et qui explique les excès qu'on peut voir aujourd'hui.

Oups! Le titre est "La Gauche contre les Lumières?"

Ya un truc qui me gêne avec cette référence aux Lumières, en parlant de racisme et d'esclavagisme.

C'est que sur l'étagère des Lumières est assis, et pas dans un coin, Jean-Marie Arouet, pseudo Voltaire, qui n'était pas particulièrement antiraciste ni anti-esclavagiste.

Vous vouliez écrire, sans doute François-Marie Arouet,? Certes il n'est pas athéé, (s'imagine un dieu-horloge qui régule la tambouille humaine) mais dans " Le Traité sur la tolérance",  le fanatisme religieux prend un vrai coup entre les deux yeux, emprisonné et exilé tout de même, sur le système judiciaire, costaud avec la  dénonciation de la torture, s'engage (Calas, de La Barre, Sirven...)  vulgarisateur avec les "Éléments de la philosophie de Newton

mais il est vrai, un croc-en-jambe au talent avec :  Les Français ne sont pas faits pour la liberté : ils en abuseraient. " Ou pire: « Il me paraît nécessaire qu’il y ait des gueux ignorants. Ce n’est pas le manœuvre qu’il faut instruire, c’est le bon bourgeois, c’est l’habitant des villes » . 

Hugo ne disait-il pas:  « Voltaire alors régnait, ce singe de génie / Chez l’homme en mission par le diable envoyé. » 


Il faut comprendre que la "marche" vers disons "le ou les  progrès, les libertés "s'est fait par étapes, l'un avançant le glaive ici, mais oubliant cela, l'autre reprenant ceci puis mélangeant cela;  le syndrome de l'escalier : 10 marches gravies très vite, essoufflé, on en redescend deux (Stannah n'existait pas dans en ces temps là!!!)

Dont acte. Je ne sais pas pourquoi je l'ai rebaptisé Jean-Marie.


Mais je ne me souviens plus où j'ai lu qu'il s'était fait un joli magot avec les compagnies qui trafiquaient les esclaves.

Effectivement il y a une critique de gauche de ces notions de "racisé" ou de "privilège blanc", qui appartient au courant radical de tradition marxiste (cela va de la FI à Lutte Ouvrière en passant par les anars.) Pour ce courant la différence de classe passe avant la différence de race, la surdétermine. et qui peut être résumé par la formule du Manifeste communiste "Prolétaires de tous les pays unissez-vous". L'expression de "privilège blanc" est particulièrement inepte et dangereuse, car elle ignore précisément qu'il y a des exploiteurs noirs, des gangsters noirs, des dictateurs noirs qui sont autant l'ennemi du peuple que les capitalistes blancs. Elle divise les exploités. Et ce n'est pas nouveau, même aux Etats Unis. Ce débat a déjà eu lieu au sein des mouvement de lutte afro américains, comme les Black Panthers.  Angela Davis précisément était celle qui défendait une position de classe au sein du mouvement anti raciste.

Vous avez raison! Il se trouve que la critique venue de la droite est davantage médiatisée, ce qui explique notre biais, puisqu'on travaille sur les médias. Mais Marianne pourrait être classée à gauche? 

vu la grille de lecture actuelle d'ASI Marianne doit faire partie partie de la fachosphère non ? Bon allez je vous aime bien quand même et reste abonné, bisous.

Et pourquoi vous m'enquêteriez pas sur ce "biais" de sous-représentation puisque c'est votre noble mission ? Plutôt que de le prendre comme une réalité statistique et vous en servir pour démontrer quelque chose.

En effet, mela cite avec bonheur le travail de Stéphanie Roza.



Le propos, l'interrogation  de S Roza est simple:  avec les Lumières, s’est définit  un combat pour l’égalité et l’universel:  droits de l’homme, antiracisme  etc...  On prônait une société de « semblables. 

 

C'était avant. Ici et maintenant on dénombre DES gauches, et  des clivages apparaissent sur ce sujet.

Elle déplore "les minorités actives, technophobes écolos, tantôt  décoloniales  qui fustigent le rationalisme occidental, les Lumières et les organisations de gauche.."


D'où cela vient-il avec qui, et pourquoi..?


Elle s'intéresse à quelques penseurs, et convoque au pied levé (ça ronfle avec dame Roza..) Nietzsche, Heidegger, et Foucault (Michel)), entre autres.

N. et H sont  hostiles aux "idéaux égalitaires et rationalistes" de la gauche. C'est réglé. 

Pour Foucault, une énorme ambiguité se profile, (malgré ses soutiens et actions pour les prisonniers et homosexuels), il y a des scories dans le travail de Foucault, qui alimentent toute une rhétorique postcoloniale et décoloniale  discutable -liées à un style parfois obscur - qui autorisent des développements et interprétations contradictoires  étant  était très critique de  la révolution française....il se retrouve utilisé par la droite, ou une partie de la gauche qui mélange café et coca. 


S Roza,  - c'est convaincant- , traque donc ce qui alimente la faillite - qu'elle regrette - du discours sur les lumières autorisant  des  analyses "mutantes", et qui  commence selon elle  avec ces "penseurs" - dérapage?  développements? ou détournements? et du coup  la colonne vertébrale (l'égalité, l'universel des lumières)des revendications actuelles , perdue ou combattue,  autorise l'éparpillement..


..et quand il y a éparpillement ,  on piétine,   on se perd,  (au point de penser que les thématiques des USA arrivent -titre de cette chronique -  et qu'en France on se nourrit de.. etc). 


Voilà pour la gauche.


Pour la droite, rien à ajouter, la droite est toujours à droite. Adroite c'est certain.

Du coup, j'ai été l'écouter sur France Culture / La Grande Table. Très intéressant. Précieuse découverte. Merci

"Ailleurs, Manuel Valls et Bruno Retailleau, respectivement à Valeurs Actuelles et au micro d'Europe 1, ont tous deux dénoncé ce qu'ils décrivent comme des tentatives de remplacer une lutte des classes par une "guerre des races", un terme déjà utilisé par Eric Zemmour.  "


Une belle brochette de pompiers pyromanes.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.