101
Commentaires

Kim Jong Il, la dictature et l'amour

Derniers commentaires

Bonjour,

Une question sur un sujet similaire. Depuis ce matin, j'entends parler d'une "manipulation grossiere" de l'AFP concernant le discours d'Hugo Chavez et Mahmoud Ahmadinejad :

http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/l-afp-en-flagrant-delit-de-33296

Les videos officielles de l'AFP semblent ne plus etre disponibles... L'equipe d'@si a-t-elle des infos la dessus? De quel coté est la manipulation? La video "manipulee" par l'AFP a-t-elle ete reprise par d'autres medias telle quelle, avant d'etre retiree?
Once again.
Ha ! La Corée du Nord ! Depuis quelques années j’étais fier d’amener ce pays dans les conversations avec mes amis. Ce pays était trop peu connu. On parle souvent de l'Iran , de la Turquie, de Cuba mais point de la CdN. Il y a quelques choses à la fois merveilleux et terrifiant avec la CdN. C'est un fabuleux voyage dans le temps, qui surpasse n'importe quel film ou documentaire de la vie sous Staline en URSS, et terrifiant pour le nombre de victimes durant ces années.
Que les Nord coréens se rassurent, on viendra pas bombarder leur pays pour les libéré car il on la Bombe et pas de pétrole. Et puis, s'ils sont vraiment coupé du monde extérieure , ils savent pas du tout ce qu'ils ratent, et c'est tans mieux pour eux. Si tu sais pas que le téléphone portable existe, tu ne serai pas frustrer de de ne pas avoir un Iphone4 .
Daniel Schneidermann, vous êtes de la chair à dictature. Je ne sais pas si vous méritez de vivre ailleurs que dans un état totalitaire.
Un pur produit du hasard, je suppose. Je pensais que vous étiez un réel démocrate, Et que vous auriez été un dissident à l'époque communiste,

J'ai souvenir d'avoir séjourné à Saint Pétersbourg chez l'habitant un an après l'éclatement de l'URSS et la chute du régime communiste.
Vues les circonstances très difficiles, une des solutions d'hébergement était de loger chez l'habitant. Celle que j'avais adopté.
La famille chez qui j'habitais comprenait un fils étudiant en langues qui m'accompagnait partout pour me piloter, plus par amabilité que par nécessité. J'ai donc discuté longuement avec lui longuement, ce qui lui a permis de perfectionner son français, qui était déjà excellent et à moi de comprendre mieux la société russe.
Maman était médecin légiste et papa prof d'informatique à l'université, ce qui signifie qu'ils étaient moins bien payés que des ouvriers qualifiés de base, m'ont-ils expliqué. Mais évidemment, leur niveau culturel était élevé, et ils rêvaient d'occident (D'ailleurs, le fils est venu s'installer en France pour finir ses études quelques années plus tard, a épousé une Française et est retourné vivre avec elle en Russie, mais à Moscou. Depuis, j'ai perdu le contact.

Je me souviens de ma naïveté de l'époque. Un jour, je lui ai demandé : A partir de quel moment vous avez eu conscience que le régime communiste était une horreur ? En fait il n'a pas compris la question. J'ai dû la répéter de diverses façons, et c'était la seule et unique fois où il butait sur une signification. Au fil de mes explications, il est devenu évident que ce n'était pas une question de traduction, qu'il ne comprenait pas la question, parce qu'elle n'avait pas lieu d'être.Il ne pouvait pas y avoir une ligne où le régime paraissait supportable, et où il ne l'était pas.
Pour tout le monde, depuis la nuit des temps, tous les gens sous ce régime détestaient y vivre. Cela allait de soi.
Leur seule façon de résister, c'était de s'inventer des histoires drôles sur le régime. Micha m'en a raconté plein : mais celle que je préfère, c'est celle-ci, parce qu'elle reflétait bien ce qu'il me racontait du régime :
C'est un ouvrier qui arrive à l'usine
"Tu sais pas, lui dit-on :Boris, Vladimir et Mikhail ont été arrêtés et envoyés en Sibérie"
"pourquoi ?"
"Boris est arrivé en retard, et il a été accusé de sabotage économique ! Et Valdimir est arrivé en avance, et on a prétendu qu'il venait pour saboter les machines en l'absence des contrôleurs"
"Et Mikhail ?"
"Oh, lui, il est arrivé à l'heure deux jours de suite, et ils ont ainsi été sûrs qu'il avait une montre américaine de contrebande !"

Un régime où tu as toujours tort, quoi qu'il arrive. Où tout est prétexte à te jeter en prison, où même si tu respectes toutes les consignes, tu peux toujours être accusé de n'importe quoi, les choses les plus insensées. Où donc tu vis dans la terreur continuelle.

Alors après, que certains soient saisis du syndrome de Stockholm, je veux bien le croire, cela paraît une déviation psychologique éventuelle dans ce cas. mais cela reste une anormalité : que des gens pris en otage finissent par aimer leur preneur d'otage est une anomalie, une façon de rester en vie et de survivre psychologiquement dans des circonstances terribles.
Pour ce qui est des dictateurs, ce que raconte Kadaré, qui est un magnifique écrivain de la dictature (La pyramide, et Spiritus, décrivent à la perfection ce que me racontait Micha) moi je donnerais une autre explication : quelque chose qui est plus étrange. Pour moi, le dictateur, qui a un pouvoir absolu sur son peuple, comme sur son propre corps, finit par croire que son peuple est une extension physique de lui-même. Il est désolé pour ses dissidents comme il serait désolé de devoir se séparer de son petit doigt qui serait gangrené. C'est une partie de lui, il y tient, son amour est un désir que l'autre lui appartienne et se limite à cela. Un sentiment très aigu dans les meurtres de jaloux. C'est le signe de personnalités extrêmement perturbées et carrément psychopathes. Car les dictateurs sont avant tout des malades mentaux que des circonstances historiques ont mis en condition de réaliser leur fantasme de contrôle de la réalité.

Tous ces gens, pleureurs et pleurés, ont de grosses déviances, et je pense qu'en avoir conscience est déjà un premier pas vers la résolution des problèmes.

Quant à l'idée selon laquelle il n'y aurait aucune différence entre une dictature et une démocratie ultra-libérale telle que nous la vivons actuellement, c'est vraiment une connerie de nanti. Certes les démocraties mentent et bernent les peuples, mais c'est tout de même mieux que la dictature. Je n'ai pas souvenir que lors de la chute du mur de Berlin, des manifestations monstres aient demandé à maintenir le système. C'est peut-être moi qui ai une mémoire sélective, mais Micha me l'a bien confirmé. Et cela dénote un regrettable manque d'empathie d'imaginer que des gens aimeraient la dictature ou ne seraient pas pressés d'en sortir.
Mais je le répète, cela n'enlève rien à la nécessité de la lutte politique contre les ultra-libéraux et leurs sbires.
achetez des actions Kleenex North Korea : y a du riz (faute de blé) à se faire !
http://www.ldh-france.org/Cartes-d-identite-Tous-fiches

Cartes d’identité : Tous fichés !
Communiqué commun LDH / Saf / SM

Alors que le Sénat l’avait supprimée, la majorité présidentielle de l’Assemblée nationale, toujours aux ordres du pouvoir exécutif, a, par un amendement, rétabli une disposition qui autorise la création d’un fichier centralisé des nouvelles cartes d’identité dotées de puces électroniques.

A terme, l’ensemble de la population française verra donc ses données biographiques et biométriques d’identité (état civil, adresse, taille, couleur des yeux, empreintes digitales, photographie) fichées au ministère de l’Intérieur. Une disposition démesurée et dangereuse pour les libertés publiques, unique dans les pays démocratiques et qui laisse la porte ouverte à toutes les dérives.

Ce choix, sans justification raisonnable, est dans la continuité de la politique de surveillance généralisée des citoyens menée par les gouvernements de droite successifs qui, en moins de dix ans, ont fait voter pas moins de 42 lois sécuritaires et doublé le nombre de fichiers de police.

Nous ne pouvons accepter cette politique de fuite en avant irrationnelle et nous militerons pour l’abrogation de cette disposition autoritaire.

Communiqué commun
Paris, le 16 décembre 2012
Ligue des droits de l’Homme

Syndicat des Avocats de France

Syndicat de la Magistrature
Aujourd'hui, Sarkozy reçoit Ismaël Omar Guelleh, président de Djibouti, dictateur sanglant et assassin du juge Borrel.
Le discours de la servitude de la Boétie est toujours d'actualité.

pPar ailleurs on sait que pleuraient à la mort de Staline des revenants du Goulag . Pour eux , leur déportation n'était pas imputable au Guide mais à demauvais collaborateurs qui en fait tout en mettant la répression en musique , chiaient dans leur froc, attendant de passer eux-mêmes à la casserole
remarque incidente sur la fin de l'article de D.S. sur Ismail Kandaré et l'Albanie: proche "paradoxalement" du Guide ou critique de la dernière heure, plus précisément quand le régime est tombé ou était sur sur le point de tomber?
TB article sur la propagande, l'intériorisation du sacré et la manipulation des émotions. Merci infiniment !
http://genuinereactions.tumblr.com/


rappelons nous juste qu'on obtenait les mêmes photos à la mort de Steeve Jobs ou de Michael Jackson ...
Comme si on n'était conditionné que par la pub. Comme si on vivait dans de belles et grandes "démocraties" -- vivement l'année prochaine, qu'on puisse profiter pleinement du rêve français (qu'on peut déjà télécharger, que du bonheur) et qu'on donne enfin un sens à la rigueur. Giratoire ou unique, le sens, mais il en aura un. Franchement, j'ai hâte.

Comme on est toujours un peu en retard sur nos grands amis État-Uniens, quelques nouvelles du Pays de la Liberté (Land of the Free, Home of the Brave) qui ne sont pas encore à la mode chez nous. Ces jours derniers (14 et 15 décembre 2011) a été voté à une écrasante majorité (Chambre: 283-136, Sénat: 86-13, pas de véto d'Obama) le budget de la Défense U.S. -- National Defense Authorization Act (NDAA) --, en "légère" augmentation à $662 milliards. Eh oui, tout augmente, ma bonne dame. Même avec Ben Laden mort et après le retrait d'Irak, ça fait plus que jamais la guerre à la Terreur outre-Atlantique, ils ont quand même perdu deux tours. Et comme on ne sait plus trop d'où ladite guerre pourrait se pointer, on s'est dit là-bas qu'autant prendre une petite assurance.

Donc, un certain John McCain avec un de ses potes, a glissé une petite loi dans ce vote du budget. Les précédentes lois, chères à W. Bush, les Patriot Act I & II, autorisaient déjà la détention sans procès, sans avocat et sans limite de durée de tout étranger suspecté de terrorisme. La nouvelle loi entrée en vigueur il y a moins d'une semaine autorise maintenant à faire de même avec des citoyens américains qui peuvent être dorénavant considérés comme ennemis, au titre de prisonniers de guerre (celle contre la Terreur, suivez un peu). Elle renforce aussi les précédentes s'appliquant aux étrangers, obligeant ceux-ci à être directement remis aux militaires. Pour les ressortissants U.S. ce n'est que suggéré, pas obligatoire, ce qui a rassuré la plupart des médias grands et petits.

Par chez nous, rien, personne n'en a parlé. C'est leur problème aux ricains, après tout, non ? Je n'ai personnellement pas particulièrement envie d'aller aux États-Unis dans les prochains mois, donc j'ai peu de chances que, par un hasard de circonstances, je me retrouve sous l'oeil torve d'un représentant de l'autorité intimement convaincu que je sois un terroriste. Parce qu'il ne faut pas plus que ça. Ai-je mentionné qu'il ne fallait pas de preuves, que la période détention était illimitée et qu'il n'y avait aucun recours ? Ah ouais, on ne rigole pas avec la démocratie, faut la protéger à tout prix. Le premier candidat qui propose la même chez nous, je votre direct pour lui.

Liens (anglais)
AFP: http://www.rawstory.com/rs/2011/12/15/senate-passes-national-defense-authorization-act/
Un résumé au NYT: http://www.nytimes.com/2011/12/16/opinion/politics-over-principle.html
Une intéressante analyse de Wired: http://www.wired.com/dangerroom/2011/09/end-911-era/

Oh, le sujet c'était Kim machin ? Ah, oui ! Sale dictateur ! Qu'il crève ! Hein ? Il est déjà crevé ? J'ai toujours un métro de retard.

La prochaine fois, si je ne suis pas au secret pour dissidence, je vous ferai un petit résumé des nouvelles sanctions américaines prises contre l'Iran (votées dans cette même loi NDAA 2012) pour [s]l'obliger à passer par les marchés financiers U.S. plutôt que sa banque centrale pour vendre son pétrole[/s] l'empêcher de construire une bombe atomique.
On peut aussi se référer à Lordon, "Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza", discuté ici http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=3405 pour une analyse de la "servitude volontaire".

Dans les grandes lignes il dit que l'on est toujours déterminé, à aimer Kim comme à détester Sarkozy. Certains destins sont simplement plus joyeux que d'autres.
Pas tout à fait d'accord avec l'analyse de DS, qui omet d'analyser le contexte dans lequel ces images ont été produites.

D'abord ces gens sont des gens de Pyongyang, ils font donc partie des castes supérieures désignées comme telles par le Parti en fonction de leur degré d'allégeance à la pensée du cher leader. En fonction de son appartenance à l'une où l'autre de ces castes, on reçoit plus de nourriture, un meilleur job etc, ou au contraire on reste croupir dans des campagnes rongées par la malnutrition, ou encore on est envoyé dans l'un des nombreux camps de concentrations du pays, dans lequel croupissent plusieurs centaines de milliers de personnes désobéissantes ou présumées telles.

Donc d'une part, ces gens que l'on voit ne sont pas n'importe qui. En plus, la Corée du Nord est, un peu comme la Chine à l'époque maoiste, très structurée par les unités de travail, les écoles etc. Sur les vidéos qu'on voit, les rassemblements ont sans doute été organisés par ces structures. Et inutile de dire que lorsque tu es Nord Coréen et que ton supérieur hiérarchique ou ton professeur te "propose" d'aller pleurer la mort de Kim Jong Il, cela fait mauvais genre de refuser. De même, une fois là bas, celui qui ne pleure pas, ou pas assez fort sais qu'il sera sans doute dénoncé comme contre révolutionnaire, ce qui pourrait avoir des conséquences dramatiques pour lui et les deux générations qui le suivront (le gouvernement Nord-Coréen estime qu'il faut trois générations pour laver les péchés des contre révolutionnaires). A ce prix, mieux vaut donc se frapper le front par terre avec vigueur en vociférant, vous en conviendrez.

Après, il est effectivement probable que beaucoup de Nords Coréens ressentent pour leur dictateur un sentiment mitigé, au moins parce que, qu'ils le veuillent ou non, le "Cher leader" a structuré toute leur vie, de même que son père, de leur tendre enfance à leur entrée dans le monde du travail et après, sept jours sur sept et du matin au soir, notamment à cause d'une propagande massive et aussi parce qu'aucun rassemblement n'est possible en dehors du Parti.

Donc il est compréhensible qu'ils se sentent un peu perdus, sans ce repère majeur -qu'on leur avait imposé. C'était d'ailleurs la même chose à la mort de Mao, selon les témoignages de nombreux amis chinois. Mais je ne sais pas si on peut aller jusqu'à appeler ça de l'amour.

Pour revenir à ces images, il faut aussi rappeler quel est l'émetteur. En l'occurrence, il s'agit de KCNA, c'est à dire l'organe de propagande officielle du Parti. Pouvaient-elles donc montrer autre chose?

En bref, ces images n'ont aucune valeur, et ne prouvent rien, ni que les Coréens sont tristes d'avoir perdu KJI, ni qu'ils ne le sont pas. Mais je crois que l'on peut globalement douter de leur sincérité.
ils sont conditionnés, ils croient vraiment que Kim Jong il était un gentil, qui a fait de grandes choses, des exploits et qui n'a toujours songé qu'au bonheur de son peuple ... quasiment une divinité, ils n'ont pas conscience de l'envers du décor donc leur amour pour lui était sincère.
Rien de négatif ne filtre, les nord coréens ne savent rien des exécutions, des camps et ceux qui en ont conscience doivent se taire ou finir en camps.
M6 avait fait un reportage sur la Corée avec des parties assez lourdingues du genre "les paysans labourent les champs sans tracteur" ou "des gens avec des vélos lourdement chargés donc sans voiture" mai il y avait aussi des passages assez intéressants sur des réfugiés qui ont quitté la Corée du Nord ,non pas à cause du régime mais de la famine, et qui après avoir pris conscience de la réalité racontent comment ils ne réalisaient absolument pas quand ils étaient en Corée du Nord.
http://www.youtube.com/watch?v=HJ3hob4EKkc&feature=player_embedded
pour une fois ,je crois que vous vous trompez. Les Coréens du Nord meurent de faim.S'ils veulent manger ,les "figurants" choisis doivent se soumettre aux volontés du régime.L'amour du tyran n'est pas le sujet.
""Mais enfin, ces pauvres gens sont conditionnés", objectera-t-on. Oui. Certes. Depuis l'enfance. Mais plus ou moins conditionnés que les enfants occidentaux conditionnés à la pub ?": DS.

Je ne doute pas qu'il y ait de l'ironie dans votre phrase, monsieur Schneidermann, mais cela m'insupporte de noter une fois encore cette tournure de pensée qui se veut pertinente. Comme si tous les conditionnements se valaient...

Décidément, on n'en a pas fini de dénombrer les ravages de la pseudo-pensée relativiste, bien loin d'élever au doute, elle nivelle tout au contraire, et établit paradoxalement une certitude, tout se vaut.
Décourageant.

yG
Bon qu'est ce qui est pire:
- Le conditionnement de ces gens là?
- Ou le mien qui m'a fait exulter en voyant la nouvelle au petit matin: "Meurs pourriture communiste!!!" ?
D'autres textes me viennent en mémoire à la vision de cette vidéo: le 1984 d'Orwell, où Winston Smith finit, le cerveau lavé, en adorateur de Big Brother, ou plus classiquement le discours de la servitude volontaire, d'Etienne de la Boétie. Toutefois, sans remettre en cause la puissance de la propagande nord-coréenne qui doit très certainement griller bien des neurones et faire que certains pleureurs soient vraiment sincères dans l'affliction qu'ils affectent ostensiblement, il y a quand même un côté très fabriqué qui laisse à penser que les larmes ne sont pas si spontanées:

1. Je ne connais pas quelles sont les manifestations du deuil en Corée (du Nord). Est-ce que les pleureuses sont de rigueur aux enterrements? Ce qui expliquerait par la tradition l'exagération extrême dont sont capables certains, à moins que d'autres facteurs n'entrent en jeu (cf infra)...
2. Moins que la mort du Cher Leader, phare du XXIe Siècle, continuateur du Juche de papa Kim Il Sung, ne serait-ce pas la présence de la caméra, symbole concret de la surveillance du régime, qui suscite chez les filmés la nécessité d'apparaître comme des Nord-coréens modèles quitte à en faire des tonnes?
3. Les rassemblements de foule n'ont pas la chaotique organisation qui gouverne les rassemblements habituels, mais semblent fort disciplinés (tout le monde en rang, fixe à sa place dont il ne sort pas). Serait-ce qu'outre lemédia (le singulier est ici nécessaire), quelques cerbères du régime sont aux aguets pour surveiller la moindre incartade à la discipline collective et aux pleurs commandés?
4. A priori, tout se passe à Pyongyang: la capitale est le lieu de résidence des "privilégiés" du régime: il faut avoir montré patte blanche et fait preuve d'un dévouement sans faille pour le Parti et ses dirigeants pour pouvoir y résider, et bénéficier d'un cadre de vie incomparable avec le reste du pays, quoique guère réjouissant quand même. Pas étonnant que les personnes filmées, ne voulant guère retourner dans la campagne appauvrie, ressentent la nécessité d'exagérer un max dans l'ostentation...

Quant à savoir si in fine, ces personnes sont sincères... c'est sans doute possible, mais "je ne suis pas dans le secret de leurs âmes", comme dirait l'autre.
Euh... faut arrêter deux minutes. La figure du pleureur qui tape sur le sol aux obsèques de son maître / père / bienaimé dictateur est une vieille coutume asiatique. Voir par exemple le film "Fist of Fury" avec Bruce Lee, qui commence par une scène du même accabit. En Chine, la pleureuse d'enterrement est même un métier.

Ce n'est là qu'une tradition qui a pour équivalent chez nous les "c'est à babord (resp. tribord) qu'on gueule le plus fort". On ne chante pas spécialement parce qu'on est joyeux. On est joyeux parce qu'on chante, entouré de gens joyeux (parce qu'ils chantent).

Ici, de même, les citoyens Coréens ne pleurent pas parce qu'ils sont tristes, mais sont forcés à la tristesse par la coutume qui veut qu'on pleure le disparu, qu'on le pleure d'autant plus qu'il est puissant, et le phénomène de foule accentue le sentiment.

Ce n'est rien d'autre que de la manipulation de masse. Auto-manipulation peut-être.
[quote=Schneidermann]: il y a aussi de l'amour dans les dictatures.
À chacun sa lacune: mais tout de même, présenter cette timide observation quasiment comme une révélation, 63 ans après la publication du 1984 d'Orwell, cela laisse songeur de la part d'un journaliste et responsable d'un site de décryptage des médias. Faut-il rappeler que le "héros" d'Orwell, Winston Smith, est journalistiquement employé dans l'un des quatre grands ministères, celui de la Vérité, qui avec ceux de la Paix, de l'Amour, et de l'Abondance nourrissent le fantasme Big Brother, maître d'un empire "britannique" socialiste imaginaire nommé Oceania. Or sur les quatre : "Le ministère de l'Amour était le seul réellement effrayant" précise Orwell d'emblée. Au point que de celui-ci enfin Winston obtient, après torture et trahison, la permission de mourir. Car il avait alors appris à aimer Big Brother. - Comment cette investigation littéraire peut-elle encore être aussi ignorée ?
N. B. Ceux qui connaissent le texte de Claude Lefort : Le corps interposé, 1984 de George Orwell reconnaîtront tout ce que ce commentaire lui doit: soit, à peu près tout: restitué comme j'ai pu.
L'impression de comprendre, et comprendre vraiment. Deux choses si proches et si éloignées... Bien sûr les analogies sont tentantes : femmes battues, gourous, syndrome de Stockholm. Sont elles réellement valides ? Et bien... Elles en donnent l'impression, en tous cas.

De ce point de vue le billet de DS a le mérite de faire parler quelqu'un de mieux placé que nous. Avis précieux.
Bon, bon, bon...

Nous, ici, en démocratie occidentale, on pense que tous les coréens du nord sont malheureux...

Mais que sait-on exactement de leur vraie vie ?

Prenons l'exemple de l'Allemagne de l'est dont tout le monde était d'accord pour dire qu'ils étaient malheureux.
Combien de reportages ont été fait depuis la chute du mur pour demander au peuple allemand de l'est s'il était vraiment plus heureux maintenant .
Je n'en connais qu'un, réalisé par Daniel Mermet dans Là bas si j'y suis et la réponse n'est pas aussi tranchée...

Et que donnerait un reportage dans les quartiers pauvres des grandes villes s'il était vu par un coréen du nord ?

Je ne défends pas le régime de Corée du nord, je dis juste qu'il faudrait être réellement informé.

Et est-ce que le bonheur c'est de s'endetter pour s'acheter un iPhone ?

Et vive le libéralisme qui fait le bonheur de tous !
J'ai cru que c'était King Kong qui était mort... et j'ai été triste une deuxième fois...
Kim Jong Il, si aimé, et pourtant si seul...

http://www.youtube.com/watch?v=UEaKX9YYHiQ
(film Team America: World Police, avec la marionnette de Kim Jong Il chantant sa solitude)
Pas mal cette info sur InterVal, sur une vidéo montrant des gens en train de pleurer et de se regarder pleurer.

L'espionnage systématique de tous par tous, une obligation dans un régime totalitaire...

Chavez a présenté ses condoléances aux Kim et à leurs esclaves. Saura-t-on un jour si c'est uniquement faire iech le Grand Satan, ou sympathie pour un régime capable de réduire à néant un peuple ?
C'est sûrement le moment de se recueillir pour le salut de l'âme du Grand Leader en revenant à la lecture du chapitre 13 du "Lièvre de Patagonie" de Claude Lanzmann où il décrit avec une forte puissance évocatrice la vie à Pyongyang en 1958... au temps de "Kim aux joues grasses" et plus tard, quand il revient pour tenter de retrouver un amour fugace...
A propos de Kadaré, Daniel, c'est le propre des dictateurs d'avoir près d'eux un clown, un "fou", un poète... qu'ils étranglent quand ils n'ont plus envie de les entendre. Il ne faut pas en déduire une duplicité foncière... C'était vrai, déjà, du temps d'Alexandre le Grand... et de Staline. Alorsse...
Kim Jong Il était le dirigeant du dernier Etat totalitaire du monde.
Voila l'explication à mon avis.

Ni la Chine, ni même l'Iran ne sont des Etats totalitaires... n'en déplaisent à certains...

Cela signifie, comme nous le savons tous, que l'embrigadement se fait de la naissance à la mort. Cela signifie aussi que la surveillance se fait jusqu'au niveau de la cellule familiale ! En RDA, l'épouse pouvait espionner le mari et vice versa ! Même les enfants pouvaient dénoncer les parents d'être de mauvais citoyens...

Les pleurs peuvent être sincères certes vu le niveau de propagande... mais on peut en douter aussi un peu.

SEMIR
ps. : les pleurs des chinois à la mort de Mao, ça vaut le détour aussi !
:-)))
Peine sincère, je veux bien, mais quand je les vois se mettre en ligne, au carré, pour pleurer à chaudes larmes...
J'ai peine à croire que ce n'est pas au minimum très exagéré, pour ne pas dire mis en scène. Bien sûr, certains sont sûrement sincères, bien sûr, il y a certainement une forme d'amour et de soutien (pervers ?) entre un peuple et son dictateur, mais ce régime nous a habitués à ses parades de propagande et pour moi, c'en est une de plus, rien d'autre.
Deux analogies me viennent spontanément: les enfants maltraités et les femmes battues. C'est avec une alternance de brutalité haineuse et de tendresse éperdue qu'on menotte le mieux un enfant ou une femme. Il est beaucoup plus dur de s'éloigner, de se protéger de quelqu'un, parent ou conjoint, qui vous traite ainsi que de quelqu'un qui se comporte "normalement".

Oui, il y a de l'amour, de la perversion amoureuse, dans le lien entre un dictateur et son peuple.
Peine sincère, je le crois. A la limite de la dévastation qui vous saisit quand vous perdez un très proche, alors que ce dictateur était, comme la plupart des dictateurs, très lointain. Pas autant que Sarko faisant sa com' chez les bouseux (entendez : tous ceux qui ne sont pas de Neuilly - à la rigueur de Paris centre) ceinturé par des centaines de CRS, mais presque.

Pourquoi ?

Parce que la Corée du Nord est une secte à ciel ouvert et que dans toute secte qui se respecte, les fidèles-victimes aiment sincèrement leur gourou-bourreau (à l'exception des tout proches du boss, qui n'ont qu'une envie : lui piquer le job, selon le syndrome d'Iznogoud).

Ceux qui dérogent sont soit morts soit en camp soit en fuite : un million de Nords-Coréens en Corée du Sud.

Contrairement à moult déclarations officielles, les grandes puissances n'ont aucune envie que ça change et que le sort des Nord-coréens s'améliore. Pour elles, une injustice est toujours préférable à un désordre.

PS Autant le défunt donnait envie (en photo du moins) de se payer sa fiole de magot miro, autant le successeur fout plutôt les jetons.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.