46
Commentaires

Kerviel, Tafta : nos crimes de complotisme

Vous savez quoi ? Vous êtes, ici, sur un site de complotisme à deux balles.

Derniers commentaires

Comment ? Ce que racontait Bouton - la main sur le coeur - n'était pas vrai ?

Kerviel, n'est pas ce génial délinquant capable de déjouer tous les systèmes de contrôle, hyper sophistiqués, de la Société Générale ?

La belle comparaison avec l'automobiliste déjouant les radars fixes et mobiles et, en plus, capable de changer de voiture tout en roulant à 100 ou 110 km h !... ce n'était que du pipeau ?

Les bras m'en tombent !
Si les tweet-clashes des membres de la rédactions pouvaient rester sur twitter, ou n'être signalés que par un vite-dit permettant aux passionnés des querelles ego-paranoïaques d'aller les contempler, voire y prendre part, cela me semblerait juste parfait.
Ce billet que je lis avec retard me paraît incompréhensible, vraiment: Eolas donne son avis avec acidité, ironie, et son je-me-ferais-tuer-pour-un-bon-mot-isme habituel. Et ? DS va se justifier, se surjustifier pendant combien de temps ?
Fatigue...
Ah, cher Daniel Schneidermann (pardon pour la formule), vous voudriez que l'on vous lise pour ce que vous écrivez, présentant quelque revers de médaille, comme si vous étiez le simple messager d'une réalité ultra complexe ? Ça va pas être possible, comprenez-vous ? Il nous faut de la haine, ou à défaut une bonne dose de bêtise, ou alors de l'obscurantisme, de l'intolérance, de la colère qui rend clairvoyant, de la religon qui rend juste, du préjugé, le savoir sans partage évidemment, pour "gérer" nos émotions, trouver non la paix mais des condamnations à distribuer, des certitudes sans lesquelles nous n'existerions pas. On en a, ou pas, et si au passage on peut tuer quelqu'un... La vérité (révélée, dirait JLM) attendra bien notre dernier souffle, si nous croyons en user chaque jour. N'ayons pas de prétention à l'intelligence : cela excite les fous. Ainsi donc, il n'y a pas de vérité, ce n'était qu'une illusion, n'est-ce pas ? Mais Kerviel est coupable, la Justice l'a dit par deux fois. Si vous saviez combien nous sommes content d'en avoir trouvé une, de vérité.
joli concert de chiens de garde ce soir sur ONPC face à l'avocat de Kiervel.

Avec une guest star, Gérard Holtz, grandiose de connerie. Surréaliste !
C'est un problème bien connu des snipers, (non, je n'en suis pas un, je fournis seulement les munitions), à force de dégommer des cibles qui ne s'y attendent pas, on s'habitue, on s'installe dans un certain confort et on finit par se relâcher.
La vigilance fait défaut, un beau matin on relève la tête pour admirer son carton, et BIM ! On se prend un pruneau en pleine poire !
C'est ce qui s'est produit pour "maître Eolas".
A tant donner de leçons tous azimuts, il a fini par révéler sa position et D. Schneidermann l'a contre-snipé :)
C'est pas grave ! Ce sont les risques du métier.
Bon, en même temps, ce n'est pas trop tôt...
http://www.franceculture.fr/emission-le-secret-des-sources-les-medias-sont-ils-manipules-dans-l-affaire-kerviel-2014-05-24

Comme chaque semaine, l'émission "le secret des sources" vient illustrer le phénomène qu'elle prétend interroger, on n'ose dire critiquer. Il a beaucoup été question dans cette émission du "pot de terre contre le pot de fer", du moins sur la forme d'une tournure paresseuse de langage. Mais du pot de fer, la société générale, étrangement peu...

Après 9 minutes d'émission consacrée à l’indiscutable culpabilité du pot de terre Jean Marc Four hasarde : "est ce qu'on ne se consacre pas plus à un destin individuel qu'à une question collective ? Parce qu'il y a une question collective derrière... hein on va en parler, la finance etc."

(Ah bon alors attendons)

10 minutes plus tard, il n'a toujours pas été question de la société générale ni de la finance... mais ça discute toujours de savoir si Kerviel a rencontré le pape et si sa conversion catholique est sincère.
A la 29e minute d'émission, on en est toujours au même point : Kerviel est coupable de n'avoir pas eu d'audience individuelle avec le pape, comme l'a démontré l'enquête rigoureuse de nos journalistes invités en plateau...
Oui mais donc, la finance, la société générale ?

Patience, elle arrive enfin à la 34e minute d'émission et après un interlude musical. On tourne encore un moment autour du pot (au cas ou l'auditeur distrait n'ait pas noté que Kerviel a été déclaré coupable par la justice) jusqu'à cet aveu embarrassé de Dominique Verdeilhan: "Je crois que c'est un sujet trop compliqué pour que la presse se lance dans ce genre d'investigation".

Je veux dire, sans déconner ?

Mais alors ne faites pas un secret des sources sur le sujet. Ne nous parlez pas de Kerviel. Parlez nous des résultats du foot, de la météo, faites du Jean Pierre Pernault... enfin du journalisme à votre portée !

Une maison close engage un procès contre un de ses tapins pour avoir a répandu la syphilis sur la place de Paris... mais vous comprenez, le sujet des maisons closes est un peu trop compliqué pour nous. Alors on va se contenter de rendre compte du procès initié par la maison close contre son employé. Or il se trouve que personne, dans notre bonne société puritaine ne s'est porté partie civile contre la maison close. Personne n'instruit de procès à charge contre elle. Elle s'en tire en conséquence avec l'amende symbolique de la commission des hôtels de passe, qui de toute façon n'a pas le pouvoir de lui mettre autre chose qu'une amende symbolique.
Mais que voulez vous, nous ne sommes que de pauvres journalistes, il n'est pas dans nos moyens de mettre en cause les souteneurs. Sinon ça ferait comme pour clearstream : 10 ans de procès en diffamation dont même si vous sortez blanchi, vous savez d'avance que les coupables ne seront pas condamnés. Puisque comme toujours, le procès sera instruit contre vous et non pas contre eux.

D'ailleurs, inutile d'entretenir des idées aussi déprimantes dans l'esprit de nos auditeurs. On va plutôt se quitter, à la 45e minute d'émission, avec le clin d’œil de Yassine Bouzar, en ricanant à l'idée du tapin qui rentre au couvent.
Vous pouvez dire à Médiapart que grâce à ce poste de "complotiste" il a gagné un lecteur !
Ce n'est plus Eolas, c'est Ho, hélas!
Marc : "Une petite émission Kerviel avec Orange, Eolas et Aliocha à venir? :p"

Je plussoie et puis je trouve que ce serait une très belle réponse à vos détracteurs. @si GO GO GO (^_^)
Le vrai problème de l'Europe, ce sont les lobbies. Pour s'attaquer aux lobbies, il faut voter pour des partis qui osent les attaquer, et pas se contenter de postures de révolte... c'est pourquoi je vote EELV dimanche.
Ah le narcissisme...:)

Ca a malheureusement pris le pas sur beaucoup des qualités de l'avocat.
Je trouve tout ça à la fois amusant et désespérant.
Tout ceci annonce une nouvelle gueguerre d'opinion, ce qui semble devenir la mode. La gueguerre Mélenchon/Le Pen, le Monde, lémédias.
Ensuite on a droit à des passes d'armes entre @si et cohen, puis maintenant avec Eolas.
A chaque fois les partisans d'un camp et de l'autre, qui ne cherchent pas à s'ouvrir au débat mais à défendre avant tout leurs points de vue/convictions.

Le tout au final ne fait que rabaisser le débat, nous mettre au niveau le plus bas.
Là où nous cherchons l'information, l'analyse et l'éclairage, nous obtenons de la boue et des conneries partisanes.
Là où nous cherchons des idées et des solutions, nous trouvons des justifications et des contre-attaques.

Eolas tombe dans le panneau, tant pis pour lui, mais par pitié Daniel, ne tombez pas dans ce piège. Restez-en à l'analyse, laissez les attaques et les justifications à ceux qui préfèrent rester au niveau du gazon.
Une petite émission Kerviel avec Orange, Eolas et Aliocha à venir? :p
Voilà une nouvelle application de la loi de Godwin : "Plus une discussion s'éternise, et plus augmente la probabilité qu'un des interlocuteurs cesse d'argumenter et préfère disqualifier globalement les propos de son adversaire en insinuant une proximité supposée avec l'idéologie nazie." Le "point Godwin" est d'autant plus bas que cette insinuation arrive tôt dans la discussion.

Or, depuis quelque années, on a vu apparaître deux nouvelles qualifications qui sont censées clouer le bec à ceux qui en sont accusés, ou simplement soupçonnés :
1°) "Ce sont des arguments de bobo" - c'est-à-dire "vous n'avez aucun sens des réalités parce que vous n'avez pas les mains dans le cambouis". Remarquons quand même que le terme "bobo", s'il a pu avoir à l'origine un semblant de pertinence sociologique, est devenu un vocable commode pour désigner "les autres", surtout dans la bouche de ceux qui par principe n'aiment pas "les autres". Comme disait Camus, le fait de mal nommer les choses ne fait pas progresser le monde. A contrario, quand on veut faire régresser le monde, il convient de mal nommer... apparemment, cela aide à bien haïr !
2°) "C'est du complotisme" : argument commode et définitif qui permet de disqualifier par avance tous ceux (et ils ne sont pourtant pas nombreux !) qui tentent d'établir des rapports, de cause à effet notamment, entre les milliards de bribes d'information qui sont saupoudrées chaque jour dans les médias (au sens large). L'esprit de synthèse n'est plus en odeur de sainteté .. et comme l'esprit d'analyse n'est pas très prisé non plus, il ne reste pas grand chose. Le flot continu d'informations parcellaires et plus ou moins pertinentes agit sur les neurones à la façon des pastilles d'iode qu'on donne pour saturer la thyroïde afin de l'empêcher de fixer l'iode radioactif...
A toute l'équipe d'ASI, alors si c'est ça être complotistes, continuez sur cette voie, c'est ce que nous attendons de vous : du décryptage sur le fond et la forme !

D'ailleurs c'est pour ça que je me suis réabonné il y a peu (après être allé voir ailleurs), c'est finalement sur votre site que l'on trouve le plus de contre points de vue et une constante remise en question finalement (même si je ne suis pas toujours d'accord sur la façon d'aborder les sujets de certains chroniqueurs...).

Ignorez les gros beaufs imbu de leur personne, ces gens n'apportent pas grand chose à la société... Surtout quand ils ont une constante manie de tomber dans le DieudoGodwin.
complotiste = antisémite => décrédibilisation: avant, on disait "extrême-droite"...
Les réactions sur tweeter sont d'une grande élégance, et d'une finesse d'espuma.

@eolas : "Tiens, Daniel Schneidermann plagie Danglehant, maintenant."
@S_T_R_U : "Mince, il est atteint d'un Gilles de le Tourette lui aussi ?"
@JMUcchieli : "Vous exagérez, Danglehant est bien meilleur."
@S_T_R_U : "C'est vrai : paranoïa + Gilles de la Tourette. Ça se soigne à grands coups de massue derrière les oreilles."

Réponse sur le fond. Gros niveau intellectuel. C'est prometteur.
Éolas a donc un ego !
[quote=Le Matinaute]Non, Monsieur l'avocat-procureur, non Messieurs les jurés, @si ne défend pas Kerviel. @si ne combat pas TAFTA. On tente simplement, pour aider nos abonnés à se faire leur idée, de comprendre nous-mêmes,

Essayer de comprendre, aider les abonnés à se faire leur propre idée, c'est sous entendre que comprendre ne va pas de soi, que tout n'est pas limpide et transparent. C'est ne pas faire confiance les yeux fermés. C'est DONC être complotiste.

Je lis souvent le blog de Maître Éolas (passionnant), on pourrait lui appliquer le même jugement, s'agissant des choses de la loi, en témoigne le charmant sobriquet de "Mékeskidi?" dont il a affublé les profanes qu'il tente de sortir de leur ignorance. Mais Maître Éolas est par ailleurs un euro-fanatique, dès qu'on touche à l'Europe il dégaine. Il a sûrement des "raisons" pour ça, que la raison ignore.

Bon, il dégaine aussi quand on le contredit, il aime qu'on soit déférent.
Comme quoi, il en faut peu pour être accusé de conspirationisme. Si ça peut vous servir à comprendre l'unique utilité de ce taser idéologique, c'est à dire paralyser l'adversaire en le discréditant, ça sera déjà utile à l'indépendance d'@SI.
un citoyen tweetos du nom de Eolas, dont antan on
attendait qu'il nous éclaire devient un " avocat-procureur", "serial twitteur" aujourd'hui cruellement Daumierisé.
Sic transit.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.