25
Commentaires

Joxe, Erner, et le politicien Hollande

Pour évoquer le centenaire de François Mitterrand, France Culture a invité son ancien ministre de l'Intérieur, Pierre Joxe.

Derniers commentaires

Politicien est donc devenu une insulte? C'est officiel? Ça va m'éviter désormais, pour me faire comprendre, d'user du terme "politicaillon" (souligné en rouge par mon correcteur d'orthographe, ouais, je sais, ça existe pas) pour désigner les mecs qui font de la politique... politicienne.
Ah ben, j'avais raté un truc... C'est pour ça qu'il y a eu la publication des lettres à Anne, ce centenaire est censé être intéressant ?
Sinon, 1916, c'est aussi l'année de naissance de Comencini, auteur du film L'argent de la vieille, comédie sociale qu'on pourrait diffuser le soir des primaires de la droite (et du PS ?).
"Non pas que France Culture soit une station particulièrement hollandienne. Mais c'est une radio d'Etat : elle se place, comme tous les medias d'Etat, du côté de l'Etat, et donc d'abord de son chef"
On est bien d'accord que nous ne parlons plus de journalisme, que des Morandinis qui suivent le brief.
Ça valait bien la peine de passer autant de temps à dénoncer les médias russes qui font la même chose.
Encore un édito fataliste, désabusé, consentant, sans aucune volonté de combativité.
Je trouve que Guillaume Erner choisit bien ses invités, les laisse parler et qu'il est possible d'entendre dans sa matinale des points de vue qui sortent un peu du formatage des autres radios.
Exemples tout récents:
hier https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/daesh-peut-etre-la-fin-du-commencement
et aujourd'hui:https://www.franceculture.fr/emissions/le-choix-de-la-redaction/alepvilleassiegeeetdivisee
(déjà signalés dans le forum sur Alep)
Il risque de rester moins longtemps sur France-Culture que Demorand et Cohen sur France-Inter.
Erner s'est transformé en clone de Demorand/Cohen depuis qu'il pilote la matinale - quand à Demorand, il est nettement plus décent en capitaine de la tranche de fin de journée. Autrement dit, je me demande si le fait de tenir les rennes d'une matinale n'est pas en soi incompatible avec l'esprit critique.
Sur l'information du matin, par exemple (les très bons chiffres mensuels du chômage) la question du journal de France Culture n'est pas de savoir pourquoi exactement le nombre de chômeurs a diminué, mais si François Hollande va pouvoir en tirer parti politiquement,

C'est étrange, parce qu'il me semble bien avoir entendu sur cette même antenne et dans cette même émission (les Matins) une chronique décryptant comment le passage de chômeurs en formations, qui ont été fortement appuyées récemment par volonté de... Hollande, faisait baisser mécaniquement le chiffre brut de chômeurs sans qu'il soit question d'emploi pour autant...

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

elle se place, comme tous les medias d'Etat, du côté de l'Etat, et donc d'abord de son chef. Non, ce n'est pas une conséquence automatique ! C'est avec un tel raisonnement que Sarkozy a décidé qu'il devait nommer les dirigeants de chaînes de TV, parce que c'était la TV d'Etat et que l'Etat c'était lui.
C'est juste de la servitude volontaire.
Bonjour
Ah la matinale de France Culture !!
Hier le papier de Quentin Dickinson (muti carte à Radio France) valait son pesant de cacahouète dans le concert médiocrate anti-wallone.
Sur ce dernier point, bonne synthèse d'Acrimed sur le sujet (@si est cité pour sa juste contribution)
"Chaque matin, il présente la matinale de François Hollande. Non pas que France Culture soit une station particulièrement hollandienne. Mais c'est une radio d'Etat : elle se place, comme tous les medias d'Etat, du côté de l'Etat, et donc d'abord de son chef. C'est leur héros principal, parfois en gloire, parfois à terre."
Tout a fait d'accord avec vous, DS. Ce qui explique en partie la désaffection de la population pour la politique. Qu'on nous parle d'autre chose!
J'ai cherché jusqu'à ce matin ce qui résumait en moi le dédain que j'avais pour Hollande - outre le fait de lui en vouloir en lui appliquant le qualificatif de traitre, mais cela n'est que l'expression de la colère de l'électeur que je suis qui s'est fait avoir tout en le sachant pertinemment car il sourdait en cet électeur l'idée que ce choix pis-aller ne lui convenait pas pour une autre raison foncière.

Et cette raison, c'est Joxe qui la donne : un politicien, "ce politicien"

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

D'où la différence de sens entre radio publique et radio d'État.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.