52
Commentaires

Journaux contre Apple : la désunion sacrée

Tous unis contre le grand méchant Apple, et après… on verra. La quasi-totalité des grands éditeurs de presse français ont décidé de boycotter le kiosque numérique d'Apple, qui vient d'être lancé avec le nouveau système d'exploitation pour iPhone et iPad, iOS 5. Un affront bien orchestré contre le géant numérique, qui vaut avant tout pour le symbole : chaque journal exploite toujours son application Apple, que nul ne songe évidemment à supprimer. Et pour faire face à Apple sur le terrain de la distribution numérique, les journaux s'avancent encore en ordre dispersé.

Derniers commentaires

je viens de lire l'article sur FT qui contourne apple : http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=12693

ca marchera jusqu'à ce que Apple bloque le site FT... pour les obliger à repasser par les applis.

wait and see.
Tant pis pour eux... http://www.appleinsider.com/article.php?id=17456
[quote=D.Israel]Apple prélève 30% de commission pour toute vente effectuée via son AppStore ([...]alors que Google prélève plutôt 10% sur son AndroidMarket

Donc Libé est 20% plus cher sous Android que sur iPhone, vu que c'est le même tarif d'abonnement.

Au lieu de pleurnicher et de brasser du vent, ils feraient 20% de rabais sur les abos Androïd, ils passeraient moins pour des abrutis cupides opportunistes. Et le discours sur les grands principes tomberait un peu moins vite à plat.
Moi qui me posais la question du pourcentage du prix de revient d'un journal imprimé concernant les frais d'impression par rapport aux frais engendrés par l'adoption de la plate-forme Apple; je suis stupéfait d'apprendre que les imprimeurs rasent gratis!!

Tu m'étonnes qu'ils fassent la gueule à Libération quand Apple demande 30%, alors que ces mécènes d'imprimeurs travaillent à 0% pour l'intérêt de leurs potes les journaleux, ainsi que pour le bien commun démocratique français en subventionnant à fond perdu le quatrième pouvoir!

Dans une chronique aussi sérieuse et intelligente, si le passage par l'imprimeur avait ne serait-ce que l'ombre d'un impact sur le prix du journal en kiosque, ce serait immanquablement écrit. Quelle générosité!! Quelle chronique!! Et vive la France!!
On a pas encore l'habitude que les professions "nobles" soient traitées comme de simples ouvriers d'Arcelor Mittal... mais ça viendra. Cette réaction d'incompréhension des entreprises de presse est bien normale, ils étaient convaincus d'être du bon coté. C'est toujours avec un grand sentiment d'injustice qu'on devient victime d'un système qu'on soutient puisqu'il détient le capital... Je me demande de quoi parlent les propriétaires de tous ces journaux français et les actionnaires d'apple quand ils se rencontrent à Davos.

D'ailleurs en écrivant ça, je me rend compte que cet article parle des patrons de presse, mais les propriétaires (Dassault, Lagardère,..), ils en pensent quoi de se soumettre à apple ?
la papier c'est sacré .l'écriture fait d'encre tremble sous juillet je suis bien entendue heureuse de cette fronde qui s'annonce ;
ne venons pas détruire des siècles d'intimité avec le livre .ma bibliothèque pleure déjà.
A quand un papier sur la peinture représentant le lecteur à travers les âges!!!
Le monde diplo est aussi disponible sur le kiosque.
"Votre smartphone ou votre tablette n'est pas près de réunir dans une seule application l'ensemble des titres, ou même des catégories, de la presse française."

Vos [s]gros[/s] doigts hésiteront peut-être à tripoter ces machins si vous lisez cet article du Courrier International papier .
Signé Asher MOSES de "The Sydney Morning Herald ".

Extraits : " Très vite , le public se prend en pleine figure un autre récit , celui du voyage de Daisey au coeur de la production électronique , à Shenzhen , où sont fabriqués plus de la moitié des articles électroniques de la planète .

Il s'est entretenu avec des dizaines d'ouvriers , a visité les usines en se faisant passer pour un homme d'affaires américain et a découvert , à sa grande stupeur , que les gens se tuaient littéralement au travail pour satisfaire la frénésie occidentale de gadgets : des journées interminables , des conditions de travail et de vie dignes de robots , suicides et exploitation des mineurs - ce que Daisey a vu a brisé en lui le désir d'être toujours à la pointe du progrès technologique .

" J'avais beaucoup réflèchi à la manière dont tout cela était conçu ...à quoi ça ressemblait une fois entre les mains des utilisateurs , à quoi ça ressemblait une fois démonté , mais jamais je ne m'étais intèressé à ce qui se passe dans l'intervalle , au moment de la fabrication " , explique-t'il .

... le grand public est tellement éloigné des moyens de production qu'il ne sait pas , par exemple , que les usines qui fabriquent nos gadgets ont installé des filets de protection autour des bâtiments pour empêcher les ouvriers de se suicider ....

.... l'idée que des conditions de travail aussi lamentables soient nécessaires si l'on veut que les prix de nos gadgets soient abordables est un raisonnement fallacieux , le coût de la main-d'oeuvre ne représentant qu'un infime pourcentage du prix d'un iPhone .

... Mais il considère qu'il ( Jobs ) a trahi l'essentiel de ses idéaux , comme tant de représentants de la génération du baby-boom ".
J'ai bien peur que se soit sans espoir ; Apple n'a qu'a attendre quelques années, le temps que les ventes papiers des journaux s'effondrent, alors les "grands titres" seront bien contraint d'accepter les conditions d'Apple, supérieur aux 30% actuel bien entendu.

Les affaires sont les affaires, comme dans la nature, les plus faibles s'en vont les premiers.
Ok ce sont une belle brochette de faux-culs, mais franchement il est plus que temps que quelqu'un s'oppose enfin à cette pomme pourrie.
Allez, qui commence la bagarre, que je me marre, du sang;-).
gamma
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.