123
Commentaires

"Je ne regrette pas ma nuit blanche au montage"

C'est une véritable guerre des vidéos qui se déroule depuis l'Assemblée. Le 12 janvier, le groupe UMP essayait de ridiculiser les parlementaires socialistes grâce à un montage pointant les aspects les plus caricaturaux de l'"obstruction parlementaire". Cette semaine, réplique socialiste avec une vidéo montrant les députés de gauche chantant la Marseillaise en choeur sous le perchoir du président de l'Assemblée. Ces vidéos sont-elles efficaces ? Compatibles avec la dignité du travail parlementaire ? Quel message et quelle stratégie véhiculent-elles ?

Derniers commentaires

Bof, bof, bof ... ces parlementaires qui travaillent leur comm, ça ne méritait pas une emission, mais juste une brève, je partage l'avis de David (même si je l'ai trouvé un poil trop vindicatif), si les politiciens sombrent tous là dedans, ça devient grave, déjà que tout le gouvernement ne fait plus que de la comm même si je comprends bien que l'opposition n'a pas vraiment le choix, ils renvoient une image assez navrante des deux cotés. Se posent ils encore des questions sur les taux d'abstention ?

J'ai bien aimé l'éclairage sur Obama en debut d'emission sur le parrallèle avec la série ..; il y a matière. je reste persuadé que c'est un pur produit marketing mais c'est juste mon point de vue.
Je trouve David Abiker proprement insupportable. Il ne parle que de ses projections personnelles sur les faits. Ca pourrait intéresser ou impressionner de jeunes idiots branchés en boite, mais tranquillement assumer ses projections face à quelqu'un qui pratique et qui est aussi clair et pédagogue que M Brottes, je trouve cela assez indécent. Dans le genre "je me fous de la réalité mais j'ai une idée branchée et vachement funkie..."
Insupportable.
Excellente émission ! Le député et ex -journaliste M François Brottes fait de la très bonne pédagogie; son montage vidéo me semble honnête et c'est un bon apport à la transparence et à l'information... un PLUS et un complément de l'information journalistique (jt, journaux, radio). C'est bien de pouvoir compter avec des représentants du peuple comme lui pour essayer de sauver la République et la démocratie françaises menacées par ce régime liberticide. Pas du tout d'accord avec David qui s'enfonce et s'enfonce... dans le "pas clair". Merci une fois de plus à l'équipe d'arrêt sur image
* Theme du jour:

Pas enormément de choses à dire sur ce numéro: pas ininterressant, mais pas tres digeste et assez laborieux, partiellement hors sujet.
Je ne sais pas ce qu'il etait prévu de traiter initialement, mais le sujet effectivement traité (pas tres ASIen) etait assez technique, et du coup assez lourd a traiter sans support (ie, mini-reportages ou "infographies" pour presenter les differents types de motions, differentes etapes des reformes du droit parlementaire). Du coup ca a pris un temps infini a se mettre en place et traiter tout ca, avant de parler des videos. Orateur unique, sans contradiction, parlant beaucoup et longuement d'un sujet technique (et pas hyper doué pour le faire, surtout au début), sans structuration du débat par les questions (vu la technicité entrainant une presentation docte): bref, le dispositif n'etait pas trop adapté (et finalement le sujet effectivement traité ne concernait qu'assez partiellement l'angle du decryptage d'images).

Sur le premier extrait de la video Coppé (canards et casimirs), il est tres dur de se faire un avis sur un extrait aussi court, et sans analyse du reste de la séance: cette historiette, ca pouvait etre du pur remplissage verbal dont on nous presente 5' sur 100h (accompagnant les 130.000 amendements), ca pouvait juste etre une metaphore un peu lourde, ca pouvait etre un effet de manche ou clin d'oeil (certes hors sujet mais apres tout la prise de parole est une grosse occupation de cette population, donc on peut s'attendre a des ecarts occasionnels de ce genre entre collegues).
Dan Israel donne sur le tard et vite fait qq mots sur comment s'etait passé le reste de la séance (dont la reponse du berger a la bergere), mais alors que c'est la que pouvait resider une analyse a proprement parler, c'est venu tres tard et surtout ca a ete expedié pour passer a la suite.
dommage.

Pour moi il reste un iatus quant a savoir ce que le parlementaire met au juste dans le mot "obstruction": j'ai l'impression que parfois ca voulait dire pour lui "dire tout ce qu'il y a a reprocher, voire aller chercher l'opposition dans le camps d'en face", la ou le spectateur entend probablement "faire durer pour durer en occupant le terrain avec tout materiau farfelu disponible". l'un est noble, l'autre petit ou alors tactique: ca aurait mérité qu'on creuse !
A un moment il a quand meme explicitement parlé de l'importance de faire durer ("le travail pour gagner du temps a un sens": peut-etre, mais alors lequel ?), mais ca n'a pas été développé du coup je ne comprend toujours pas quelle serait sa justification tactique ou strategique de l'obstruction, et c'est dommage car en gros c'est la qu'est le sujet de fond !

Sur le theme du jour, je n'ai rien compris a la position de DA et a ses arguments. Par moment j'ai eu l'impression qu'il tentait d'essayer "en direct" un point de vue pour voir ou ca menait, sans qu'il ait vraiment une idee élaborée au moment ou il s'exprimait.
Du coup DS faisait des objections pertinentes de confrontation au reel.

On a parlé de l'image pipée que pouvait donner ces montages. On aurait pu rappeler les effets pervers du montage en general. Mais surtout on aurait pu rappeler que l'essentiel du travail de parlementaire ne se fait pas dans l'hemicycle, mais dans le travail en commissions (a l'epoque televisee des questions au gvt les mercredi, ca contribuait aussi a donner une fausse image du travail de parlementaire, tout en joute oratoire, agravée par la présence du gvt et de la camera).


* "sur internet, on..."

Sinon, un detail secondaire mais recurrent au long des emissions, tic de langage inadéquat et un peu agaçant de DS:
"sur internet, on peut remonter le micro"
"sur internet, pas de duree fixe".
On y a droit chaque fois, mais la c'etait un florilege.
C'est d'autant plus agaçant que c'est tout aussi inadéquatement employé que quand France2 dit "sur le service public" pour désigner une caractéristique qui n'a aucun rapport avec le service public, mais juste a la concurrence d'avec la marque d'en face.
- le fait qu'on remonte le micro ou qu'il n'y ait pas de montage n'a rien a voir avec internet, c'est juste le choix de tourner "dans les conditions du direct": monter ou faire du pseudo direct, ces options sont couramment utilisées à la télé comme en ligne.
- "pas de durée fixe": la aussi c'est purement un choix redactionnel sans rapport direct avec internet. Et en pratique c'est relativement faux: toutes les emissions s'arretent a peu pres a la meme duree, sous le signal explicite de DS, une fois toutes ses questions posées.

Rien de grave, mais ca fait un peu amateur encore fasciné par son joujou techno pas encore tout a fait maitrisé. (j'imagine les équivalents aux début de la TSF, de la couleur... on en souris aujourd'hui).
Et ca fait aussi "journaliste", qui emploi des concepts de travers (bouh, c'est mal, surtout a ASI ! bref, encore des marges d'amelioration pour DS :-) ).
le débat et la présentation des sujets sont quasi incompréhensibles ; j'ai raremement vu et entendu quoi que ce soit d'aussi abscons ; on est ici face à une situation où votre interlocteur est globablement incapable de rendre compréhensible ce qu'il a à dire ; seul D Schneiderman relève de temps en temps le fait qu'on ne peut pas suivre ni comprendre qui dit quoi, et j'en viens personnellement à me demander si cette incapacité n'est pas volontaire pour cacher une vérité qui serait tellement embrassante. Le politiques et les diplomates noient généralemement ce qu'ils ont à dire (si tel est le cas d'ailleurs) de cette façon; on apprend cela à Science Po ou équivalent.
Heureusement quelques uns (je pense à Mitterrand ou meme à Giscard) parviennent à s'exprimer, à avoir la descence de se rendre compréhensible par la majorité de ceux à qui il parle. C'est une forme de respect, d'humilité, de modestie
Moi une démocratie comme ça (illustré par ce type de prestation) e n'en veux pas, on se moque de celui qu'on représente et on se pare d'un discours que le pauvre "'imbécile" ne peut de toute façon pas comprendre.
on va s'étonner que les électeurs n'aillent pas voter après cela ? ou que les casseurs cassent tout et n'importe quoi? mais moi, face à de telles postures je les comprends !! malheureusement ça finit toujours mal..;
Une prestation admirable de la part de D Abiker, qui illustre à la perfection, en réunissant en une seule émission la majeur partie de leurs tics, le travail quotidien de 98% des journalistes actuels, autrement dit des journalistes de droite.
Je parle de tics, j'aurais aussi bien pu parler de réflexes - tant on est, dans ce domaine, éloigné de la réflexion...

Il attaque (le PS) sur la vidéo, "la symétrie de l'outil" : donc parce que c'est un contenant identique, tous les contenus se valent ? Ne pas faire la différence entre un montage malhonnête de propos sortis de leur contexte, montage qui en dit plus long sur ceux qui l'ont fait que sur ceux qui en sont "victimes", montage d'ailleurs revendiqué par l'ump, montage démago digne d'émissions people putassières où pour divertir on détourne les propos des gens, ET un autre montage, celui du PS, qui décrit relativement fidèlement comment s'est déroulée la séance de la Marseillaise... Ne pas faire cette différence-là est digne de Claire Chazal, pas d'@si.


Plus loin il parle de journalisme politique, le "journalisme-roi"... Ça serait pas plutôt le "journaliste-roi-fainéant", des fois ? Celui pour qui, quoi que le PS fasse, il est forcément en tort ? Quand le PS se tait, ou ne crie pas assez fort, il est forcément moribond, n'est-ce pas, pour ne pas dire mort, et ces merveilleux journalistes trouveront toujours quelques merveilleux politiques de droite pour regretter à quel point il est inexistant et faible, n'est-ce pas, pour le bien du débat démocratique, bien sûr (si si, des images récentes existent),
et quand le PS fait entendre sa voix, quand l'opposition s'oppose, c'est forcément bien sûr n'est-ce pas parce qu'ils cherchent juste à exister médiatiquement et à enquiquiner le gentil gouvernement...

Beau ramassis, en vérité, des contre-vérités cathodiques quotidiennes.

Journalistes de droite tellement habitués à leur sarko qu'ils jugent tout homme politique à l'aune de ce dernier, c'est dire s'ils les placent bas, puisque chacunes de leurs actions est réduite à un coup de com (sauf quand c'est leur sarko, cherchez l'erreur).

Donc, en bon journaliste de droite qui se doit de décrédibiliser toute action venant de la gauche, il faut insister sur leur but qui ne serait donc bien évidemment que de "faire de l'image" avec cette vidéo de La Marseillaise... en montrer 10 secondes sur le mode "les gugus chantent la marseillaise"... alors que c'est une réaction rare lourde de sens.
Et que la vidéo qui résulte de la captation de cette réaction est une REPONSE à la vidéo immonde de jf copé qui ELLE faisait écran à la réalité...
Si un sujet est mal-traité, comment pouvez-vous reprocher cela au sujet et non au journaliste qui le mal-traite ?

De plus, tous les politiques ne sont pas des frédéric lefebvre... D'ailleurs, ce dernier n'est absolument pas attaqué "en dessous de la ceinture", comme vous dites. Ils se sont contentés de rappeler des vérités sur son travail public en tant qu'homme politique - et n'ont en plus même pas parlé de son passé de lobbyiste pour le tabac et l'alcool doté d'un secrétariat au ministère de l'intérieur quand son sarko y était (reportage de canal + récemment devenu "contenu rejeté" sur dailymotion). Quoi ? Moi aussi, je tire "en-dessous de la ceinture" ? Le passé professionnel d'un porte-parole du gouvernement serait du ressort de la vie privée ? Quelle est donc cette ceinture de chasteté politique que vous ne sauriez voir, monsieur Abiker ?

Enfin, certains disent que vous vous faites l'avocat du diable. Si tel est le cas, alors bravo : vous avez, dans ce rôle qui serait donc de composition, parfaitement illustré ce qui se passe sur nos écrans, dans nos radios, à longueur de journée.
[large]bonjour,
je trouve M. Abitker très lourd, et ce n'est pas la 1ère fois... il est fatigant !!![/large]
Remarques en vrac après un "visionnage" fatigant :
Un peu aride, le discours de ce député. Mais il mérite qu'on fasse l'effort de l'écouter dans la longueur. Ce serait même mieux s'il pouvait finir ses raisonnements sans être interrompu...
Sauf sur la fin, j'ai trouvé David Abiker peu pertinent, plus motivé à porter la contradiction qu'à donner son éclairage d'"expert".
Une observation plus générale sur ce thème de l'"expertise" : les interventions des chroniqueurs d'@si (Judith Bernard : expert "linguistique", David Abiker : expert "médias électroniques", Alain Korkos : expert "images") sont souvent orientées par leur positionnement idéologique. Judith Bernard l'assume complètement. Ce serait bien si ses confrères en faisaient autant.
Bonjour,

François Brottes est limite insupportable, surtout au début. "Tout cela est fort complexe". Diantre ! Ne devrait-il pas s'en excuser auprès des français ? Je crois plutôt entendre un "Laissez la politique aux professionels et broutez, broutez, braves gens !". Relisez donc l'introduction de "La Relativité" d'Albert Einstein et vous verrez ce que "respect" veut dire.

Sinon,je trouve les députés bien chatouilleux sur le dénie de démocratie - quand il leur est appliqué - alors qu'eux-même ne s'en sont pas privé vis-à-vis de tout ceux qui ont voté "Non" au TCE (et, en ce qui me concerne, un "Non" murement pesé et responsable, après une lecture passionnée, moult discussions, deux conférences et des heures sur le Web).

Que croient-ils donc ? Que le facisme montant va s'arrêter au pied de leurs fauteuils ? Cela me rappelle les journalistes qui s'offusquent bien fort de certaines gardes à vue ...

Faut-il relancer l'économie ? Faut-il sauver le Parlement ? Ce sont de bonnes questions auxquelles il faut se garder de répondre trop vite.

Cordialement,
je ne suis pas du tout d'accord avec la démonstration capillotractée de David Abiker qui extrapole et tire des plans sur la comète. La vidéo du PS est d'après moi plutôt ue interpellation, comme un orateur qui prendrait la foule à témoin. aujourd'hui la foule est derrière ses écrans de tv et d'ordi. Le mur d'écrans est là qu'on le veuille ou non, et s'adresser à nous de cette façon est une façon d'ouvrir des brèches.
salut à tous,

ouai Mr Bondurant mais vous avez oubliez: Que le PS fait la réponse du berger à la bergère à l'ump. non?

ceci dit j'apprécie la présence de DA en général.
C'est vraiment amusant c'est adoration pour le média Internet, qui n'est qu'un canal de transmission....
DA essaye de proposer une critique de l'utilsation populiste d'un nouveau média et le voila catalogué grand rétrograde...

Je réinsiste sur le fond de sa critique, quel message le PS fait-il passer avec cette vidéo?
-Que le PS est en marche et travaille depuis la désignation du général Aubry; ce qui satisfait tous ses sympatisants;
-Que le PS ne va plus se laisser faire, a ca non!; ce qui satisfait tous ses sympathisants;
-Que le PS 2.0 est arrivé et qu'il va tout copier sur Obama qui s'est lui-meme inspiré de son Marie-Ségo; ce qui satisfait tous les sympatisants jeunes qui pensent que le PS sur Internet c'est cool!

Mais au final n'ayons pas peur des mots, il s'agit de la Com', de la Propagande politique et certainement pas de la pédagogie. Ou alors Danone aussi fait de la pégagogie sur ses dannettes!
Personnellement, je crois comprendre pourquoi le député ump invité c'est décommander, et pourquoi D. Arbiker semble peiner pour argumenter sa réflexion, et c'est tout simple.

Il n'y a pas de contre-argumentation qui tienne, point barre.
Je m'explique :

- Si le député ump était venu il n'aurait pu faire que de la langue de bois , en coupant la parole et en faisant des grands gestes offusqués toutes les trentes secondes, pour noyer le poisson et jouer la montre. En se décommandant au dernier moment d'un coté il préserve son image en se drapant dans le silence (qui est d'or parait-il) et de l'autre il m'est @si dans une situation inconfortable, le député devra s'exprimer seull ce qui fera passer @si pour de sale partisan gauchiste (c'est fou ce que je trouve l'utilisation de ce mot a tous bout de champ stupide)

- Pour le pauvre D Abiker on lui demande le matin au reveil de jouer l'avocat du diable, de remplacer en quelque sorte le député manquant en trouvant une contre-argumentation qui génére un minimum de débat, et donc a défaut de pouvoir attaquer le fond il attaque la forme, mais forcement la critique tourne court, car il est difficile de critiquer le média internet quand on en fait soi-meme parti.

En bref si on écoute la majorité, le peu d'opposition qui existe encore est quand meme un peu trop génante, l'idéal c'est qu'elle ne s'exprime plus du tout ainsi le parlement deviendra une chambre d'enregistrement des lois et nous vivrons tous dans la béatitude du parti unique.
Magnifique,non?
Qu'est-que vous avez tous contre cette émission?Elle était intéressante et s'il y a eu un moment rébarbatif,il fallait bien y passer pour comprendre.Dommage que DS interrompe tout le temps le député!Nous rentrons dans une société de droite-extreme et il est bien d'en traiter les réformes qui nous y amènent à grands pas.ça serait bien de traiter d'autres sujets de ce genre comme par exemple l'obligation de signer une feuille avant une greve,chose qui avait été interdite par le conseil de la résistance(et pour cause!),etc...Et il y a plein d'autres sujets angoissants.
Abiker est une calamité. Qu'attend-on pour le virer ? C'est Monsieur "j'ai la bonne réponse à ma question, écoutez moi au lieu de vous exprimer bêtement " ...
Cette emission semble etre un classique d'Arret sur Images. Le sujet est passionant et Daniel est modere le debat avec brio (contraste avec le president de l'hemicycle dans le sujet).
L'incident qui est le sujet central de l'emission illustre bien le phenomene des medias alternatifs, les nouveaux mediateurs et les auto-mediateurs (sans passer au travers des journalistes), et reflechit sur les consequences de ces changements.

Cela dit, il serait interessant qu'@si aille une etape plus loin dans la reflection sur la transmission de l'information au travers des differentes chaines/medias d'information.
Le probleme n'est pas simplement "comment utiliser la combinaison de medias pour se faire une idee 'realiste' des evenements qui se sont passes", mais aussi "comment utiliser ces medias pour faire avancer le debat, la collaboration et prendre de meilleurs decisions".
Une demarche qui pourrait aider serait de faire une retrospective sur des decisions passees, qui se sont averees soit bonnes, soit mauvaises, avec le benefice du temps et de la perspective, et d'analyser le role et les problemes des medias dans le debat. Cela permettrait d'apprendre comment mieux decoder les signaux et le bruit dans le futur.

Merci
Julien Couvreur
david abicker m'a semblé, lui, hors sol. Hermétique. Étonnant pour cet excellent chroniqueur qui devient opaque… Qui a accès au parlement ? Personnellement, je suis d'accord pour dire que face aux jt la vidéo du PS est la bienvenue. La politique restera captivante et digne d'intérêt si on daigne nous expliquer ce qui se déroule (votre travail y participe). Les nouveaux supports de communication sont dangereux mais aussi bénéfiques, @si en est la preuve, non ?
En marge du débat de fond sur la question, je trouve amusant qu'à la 64e minute, notre ami chroniqueur David Abiker parle d'une politique "hors sol" concernant les vidéos mises en ligne par les groupes politiques.
Expression forgée et définie par M. Hervé Mariton (UMP), notamment dans l'émission de David sur France Info. Voici une expression qui est sur le point d'irriguer le discours des commentateurs de buzzs politiques ;-)
Une fois de plus, j'aurais aimé voir et entendre Judith Bernard sur ce plateau.
Je comprends David Abiker. Face à Daniel Schneidermann qui donne toutes les vertus à internet, il remet les pendules à l'heure. Ce que je pense personnellement, c'est qu'internet n'est qu'un outil technique qui ne révolutionne pas la démocratie.

Internet est un outil qui s'ajoute (et ne se substitue pas) à l'acte de se déplacer pour rencontrer autrui. Par exemple :

- avec la technologie on peut avoir un home-cinema et louer des films par ADSL (VOD), est-ce vraiment comme se rendre physiquement dans un lieu public en attendant la sortie du film qu'on veut voir ?

- avec la technologie on peut signer des pétitions par internet, est-ce vraiment la même chose que de se faire aborder dans la rue ou par un ami et passer plusieurs minutes à discuter avant de signer ?

- avec la technologie on peut partager des vidéos et voir un député s'énerver contre un autre député - chose qu'on ne verrait pas à la télévision (une autre technologie) - est-ce la même chose que de se rendre à l'Assemblée et sentir l'ambiance, voir même discuter avec un député ?

- avec la technologie on peut voter électroniquement par internet, est-ce la même chose que de se rendre physiquement dans un bureau de vote le jour J ?

- avec facebook on peut augmenter le nombre de ses relations de travail, de militant, de loisirs, etc et discuter avec des milliers de personnes. Est-ce la même chose que de se rendre à des réunions, des salons, des conférences, etc ?

- avec la technologie un chanteur peut murmurer dans son micro. Est-ce la même chose que le chant d'une chorale ou d'un chanteur d'opéra ?

- etc

La technologie est un atout supplémentaire à la vie courante, mais ne remplacera jamais l'acte volontaire de se déplacer physiquement. La démocratie est constituée d'actes contraignants et de procédures à comprendre et à vivre. Vivre libre est difficile. La technologie et internet sont un plus mais il ne faut pas croire qu' internet (dailymotion, facebook, les blogs, etc) ne soit autre chose qu'un média, comme la télévision ou la presse écrite.
VOTER Alerter Message privé Répondre Citer ce Message
« Allez , on arrête là. »....au bout d'une heure dix, DS n'en peut plus,.... moi idem ,..après avoir évincé Sébastien Bohler pour ses approximations pseudo-scientifiques énoncées béatement dans de lascives positions ..il commence sérieusement à penser à renouveler son harem ,....déjà en alerte avec l'obscure au discours abscons , qui lors de ses dernières représentations, gênait déjà le Pacha par ses interventions peu préparées,...... voila qu'aujourd'hui, il assiste à la déconfiture peu glorieuse de l'antédiluvien journaliste attitré de droite qui se perd en conjectures alambiquées, …..pauvre député PS , en verve mais soporifique, à qui l'on oppose au bout d'une heure l'argument massue : La Marseillaise à l'assemblée nationale,...c'est de la promo !


Je prolonge ce doux pamphlet en suggérant au Pacha en réponse à ses questionnements sur l'avenir d'Asi , d'arrêter de prendre les abonnés pour des truffes avec des émissions d'amateurs, ....à moins qu'en désespoir de cause, il ne retourne à la sortie des écoles de journalisme, recruter quelques jolies chroniqueuses,........ car quitte à s'emmerder autant le faire dans la contemplation !
il est lamentable de voir des responsables de communication aussi hermétiques au débat.
Hortense J.
J'en suis à la moitié, désolé mais c'est très chiant :)
Le député Brottes est soporiphique à souhait, la complexité pour moi est de rester éveillé quand il parle,
dommage car le sujet est important, la place des minorité, la liberté d'expression,
le président du parlement est partisan et non-pas arbitre,ce qu'on peut regretter.
tres bonne emission,c'etait compliqué ( surtout que vous n'avez pas cessé d'interrompre M Bronte dans son exercice de pédagogie donc dans son préambule ) mais j'ai compris quand meme que notre Nabo de président et ses députés complices veulent museler l'opposition et j'ai compris aussi que la démocratie et la république est en danger
Je ne suis pas d' accord avec vos idées, mais je me battrai pour que vous puissiez les exprimer ! Comment en arrivons nous à cela ? La faute à notre pragmatique agité du bocal ! bientôt lui seul détiendra la vérité, j'ai un peu regardé cette après midi le congrès de L'ump, pardon à tous ! je ne recommencerai plus ! Ils sont tous à rire des âneries du petit nicolas, il est vrai, ils sont filmés et gare à celle ou celui qui n'est pas d'accord !

Revenons à notre émission fort intéressante, pardon David, mais comment avertir l'opinion sur les dangers courus par notre démocratie ? Vous avez toutefois raison de mon point de vue sur cette dérive internet, et l'exclusion programmée des journalistes. Toutefois David qui détient actuellement les principaux médias et dans l'intérêt de qui ? que reste il à toutes formes d'opposition pour avertir l'opinion ? La rue deviendra le lieu de débats, après être celui des sans abris !

Les citoyens se désintéressent de la vie démocratique, reconnaissons qu'il est difficile de se rendre à l'assemblée nationale de surcroit 60 millions de personnes ! Limiter le temps de parole porte atteinte aux libertés fondamentales gagnées par le combat de nos ainés, cela doit être préservé. L' arroseur est toujours arrosé par retour, l'actuelle majorité un jour dans l'opposition devrait s'en souvenir, rappelons nous Jospin qui voulut inverser le calendrier, nous voyons aujourd'hui où cela nous conduit !

Cette droite revancharde, extrémiste, dont la principale idée est faire payer les pauvres ! n'est pas la solution aux nécessaires défis posés par ce nouveau Monde s'ouvrant devant nous comme une crevasse, dont la France doit affronter la réalité crue. Nous n'y arriverons que tous ensemble dans la concertation, le dialogue, la justice sociale, l'approbation d'une large majorité de nos concitoyens. Cette droite la plus bête du Monde dont de plus en plus de membres s'aperçoivent que nous allons dans le mur en klaxonnant !! est aveugle à la souffrance des gens, les avez vous entendu exprimer de la compassion pour les plus démunis des Français ?

Les Socialistes reparlent, c'est une bonne nouvelle, nicolas leur en donne l'occasion, notre stratège ! porte drapeau de la droite la plus .................................... dont jacques disait " marchez dessus ça porte bonheur " a commis une erreur, cela n'est pas sans me rappeler la dissolution de l'Assemblée Nationale de ce même jacques chirac mais sous une autre forme !
Pour répondre à la question de DS, LCPan a traité du blocage du PS:
http://www.lcpan.fr/emission/72416/video
Bonjour,
En vous lisant, on trouve « est diffusé depuis le 13 décembre ». Est-ce vraiment le bon mois ?

Bonne continuation.

Cordialement.
Cher David

Décidément je ne vous comprends pas.
C'est vrai qu'on n'imagine pas David se révolter quand on voit qu'il tient sa tête continuellement dans sa main.
J'ai l'impression que chaque fois qu'on montre des images, ça dérange ! On l'a vu dernièrement avec le débat des images sur Gaza. Il y a toujours des personnes qui finallement se demandent si c'est si bien que ça que les choses se dévoilent au grand jour. Et l'argument est toujours le même : est-ce que l'image ne crée pas de la passivité (ici on se délacerait plus à l'assemblée, on se contenterait de regarder des images passivement comme on regarde un film... !!). Le problème est que si les chaines publiques (et privées) du J.T faisaient correctement leur travail de "pédagogie" en expliquant le fond des problèmes, certains n'auraient pas recours à de telles vidéos "transgressives". Aujourd'hui, dans le contexte de censure de l'information, ces vidéos sont véritablement des "images sous le manteau" comme l'étaient les tracts "subversifs" pendant l'occupation. Ces images ne poussent pas à la passivité mais au contraire elles poussent le grand public à réagir, à se révolter. Elles sont salutaires.
Emission un peu longuette (pas en temps, mais mr le député prend un peu trop son temps pour expliqué la même chose) mais fort intéressante... Quoique ça aurait pu être un peu plus poussé... Par exemple les arguments de David sont un peu capilotracté si on les remet dans le contexte de la vrai vie des gens. Dans la vrai vie des gens le parlement ils en ont rien à carrer, et les seuls images qu'il reçoivent sont ceux des premières chaînes quand elle ont envie de diffusé des trucs (ou ne pas se faire dépassé par internet), point barre, on est dans dans le cas de "danger" que David met en avant, ou tout est très virtuel et n'existe que par l'image. Et du coup heureusement qu'internet et son pote youtube sont aussi la pour faire passé un peu plus de chose, d'infos, combien même ce ne sont que des images sur cette vie parlementaire, c'est déjà plus ce que l'on est amené à voir normalement.

La dernière campagne présidentielle à suffisamment prouvé l'hégémonie du pouvoir télévisuelle sur les résultats sans pour autant parler de manipulation médiatique, qu'internet puisse changer la donne je trouve qu'au contraire, cela est nettement plus rassurant que l'"avenir" sombre promis par David ! Et que si l'acte politique c'est s'inscrire sur une liste de facebook, c'est déjà beaucoup plus que ne rien faire.

Dans la vidéo de Copé je trouve que du coup les parlementaires socialistes deviennent tout a fait sympathique et leur donne un peu de cachet, pour démonter un politique il vaut mieux mettre en avant son hypocrisie à tout épreuve, comme mr accoyer faisant l'autiste devant la foule de parlementaire, situation tout à fait surréaliste montrant bien que cette chambre à un réel problème de fonctionnement.

Sinon il me semble que la chaîne parlementaire diffuse certain débats, ça a été le cas pour la loi dadvi il me semble, vu que j'ai pu la voir quasi dans son entier. donc oui il y a possibilité de voir ces débat, mais il faut très être au courant de l'actualité et des calendrier, parce qu'en revanche c'est pas rediffusé ^^; (quoique je suis que ca se trouve sur internet cela dit, encore internet, oui)
Un petit coup de loupe sur l’expression qu’ont probablement eue tous les députés au moment de voter, en 2007, à l’unanimité, leurs (généreuses) indemnités chômage de 5 ans, juste le temps d’une alternative législative ? A l’époque, ni Casimir ni Saturnin n’avaient été appelés à la rescousse comme moyens métaphoriques, pas plus que les députés ne s'étaient improvisés vidéastes, pour faire bouger des lignes de raisonnement sur la charité bien ordonnée qui commence par soi-même. Enfin, ainsi va la vie…
http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ.aspx?o=&Total=257&FP=52121037&E=2K1KTSL7N4VX&SID=2K1KTSL7N4VX&New=T&Pic=188&SubE=2C6NU0TXM2E7
Y-a-t-il vraiment des raisons d'être satisfait du buzz?
Quand on voit les images reprises dans les JT! C'est comme si le journaliste était devant une vidéosurveillance, se passait les images en accéléré pour chercher le moment "louche" et que ce qui l'arrête, c'est les députés debout devant le perchoir, image anormale, hop il va montrer ça. (j'entends déjà : "t'as vu les sosses faire les guignols à l'assemblée, trop drôle, ils savent plus quoi inventer)

On rêve d'un journalisme plus profond, qui décortique et en arrive à dénoncer l'abus de pouvoir du président de l'assemblée, ou si il n'est pas net, cet abus de pouvoir, sache nous le dire aussi. C'est pas partisan, lié à un parti, c'est des règles qui se respectent ou pas, aux journalistes d'enquêter pour nous le dire, ce qui se joue. Si l'heure est grave et que ce n'est pas un buzz pour que le PS occupe le terrain médiatique, c'est de l'info importante! (pas si non-pertinent l'opinion émise par DA et dommage que Monsieur Brottes n'ait pas su prendre plus au sérieux cette supposition et n'ait pas pris la peine de la démonter mieux).

Arriver à croire que le buzz comble une défaillance de la presse n'est pas si évident. Je suis sceptique. Si leur vidéo à succès donne l'illusion aux parlementaires socialistes d'avoir donné leur version, d'avoir été entendus et compris de tous (même des dirigeants de leur parti?) et d'avoir ré-équilibrer l'information, c'est embêtant. Parce que c'est nouveau, ils y croient. Ils sont persuadés que ça dérange le pouvoir d'être pris en flagrant délit de non respect du fonctionnement républicain, par le refus de donner un rôle législatif à l'opposition, à la fois par la loi en jeu et par les événements au moment de son vote.
Ça les asticote sans doute, mais ce qui dérange c'est une vraie presse qui a de l'influence, de la crédibilité.
Quand le pouvoir s'attaque à internet, ce n'est pas l'internet actuel qui est visé mais sa potentialité future. L'internet actuel est très microcosmique. Son domaine d'influence serait la presse, mais elle s'en méfie plus que tout, le détourne, et préfère sonder l'opinion par des microtrottoirs (foule des trottoirs vu par un microscope, avec effet illusoire de fractale de la population, comme le panel d'un sondage)

L'argument devrait venir de plus loin pour s'opposer à cette loi. Les circonstances actuelles laissent penser que l'opposition à l'assemblée n'a pas de réel pouvoir, sauf celui de différer la fin des débats et que différer la fin des débats ne changeant rien, il faut enlever ce pouvoir. Sans entrer dans les entrailles du fonctionnement parlementaire, Monsieur Brottes nous dirait simplement que l'assemblée n'est pas figée, que si on n'imagine moins d'écart de nombre entre la majorité et l'opposition, tout change et que la loi prévue serait une entrave à un vrai débat parlementaire, de façon plus flagrante quand l'assemblée n'est pas si déséquilibrée. Que Monsieur Brottes nous dise qu'il y a ensuite un risque de voir passer des lois par précipitation. Qui a envie qu'on puisse voter sans réflexion des lois? (on peut tout imaginer car prêter de mauvaises intentions à un gouvernement qui prend ses aises à ce point n'est pas que paranoïaque). Si un député vient me dire qu'une loi sur l'âge légal de l'avortement, ou je ne sais quoi, risque de passer avant qu'on dise ouf, je le crois d'office, il fait autorité en la matière, pas besoin que je comprenne de a à z les règles du parlement et leur boulot. C'est au delà du clivage droite/gauche, cette question .
La seule chose qui cloche c'est l'inertie des députés de droite. Sont-ils incapables d'imaginer que les rôles peuvent s'inverser? Seule la gauche est républicaine?
L'inertie de la droite est là pour nous faire croire que c'est une question de clivage droite/gauche et non une question de fonctionnement républicain bafoué.

Que penser? L'heure est grave ou le buzz est de rigueur ces temps-ci? Faudrait quand même qu'on sache. Incessamment sous peu, il sera "après", donc trop tard.

Historiquement quelles solutions pour se débarrasser d'un pouvoir à tendance despotique (eehhh, c'est pas moi qui le dit, monocratie et tout)? Un truc pas très tendance : la force (assassinat, révolutions, etc.) mais certainement pas la lucidité. Elle a toujours été là, la lucidité des contemporains, pendant les crises, et elle n'a rien changé.
David Abiker défend des positions teintées de conservatisme. Il le fait souvent, défend-il le diable? Finalement il vient enrichir le débat et susciter la polémique même s'il est un tantinet hors-jeu et de mon point de vue vieux jeu, son point de vue doit être défendu dans cette émission. Il permet d'éclairer la question.
Il fait déborder l'émission vers un sujet fondamental, sous-jacent de l'émission, les nouvelles pratiques qu'induisent Internet permettent-elles d'améliorer le débat démocratique ou ne sont-elles qu'un écran de fumée? Pour moi la limite entre ces deux tendances est ambigüe, fragile, pas moins que la vie démocratique que nous connaissons conventionnellement et de longue date. J'aimerais considérer cette émission comme l'introduction, le prolégomène à un chapitre d'épisodes suivis sur cette question.
Enfin j'ai aimé assister à une émission où le temps était pris d'expliquer( Daniel le dit "on est sorti d'arrêt sur images mais ça a permis d'expliquer" les enjeux). Et j'ai aimé aussi une émission où on se rapproche d'un des organes politiques fondateurs de nôtre vie de citoyen, c'est trop rare.
Ici elle révèle aussi l'obligation ressentie par les parlementaires de communiquer directement à une partie des citoyens( tout le monde n'a pas Internet). La société parlementaire du spectacle romain de la république opère-telle un syncrétisme intégrant le spectacle post-moderne voire surmoderne?
Arrêt sur images, j'espère, s'appesantira quelques temps sur cette thématique. Au plus près de la politique "réelle", analyser le pouvoir dans les images données... Dommage tout de même qu'aucun parlementaire UMP n'ait trouver un peu de temps pour y participer.
Chers @sinautes

Ne jouez pas les faux naïfs, David, un montage (au risque de me répéter, cela fait trois aujourd'hui) est JAMAIS objectif.
Il est TOUJOURS démagogue surtout, si celui-ci provient d'un parti politique.

Je ne peux pas vous laisser dire ÇA, cher David.
Internet est un outil d'aujourd'hui et c'est là que ce fait l'info.
D'où les difficultés de la presse par ailleurs.
Voulez la mort de Rue 89, @si et consorts ou quoi ?
Et je suis persuadé que Zola aurait posté une vidéo sur Dailymotion ou Youtube pour lancer son "J'accuse"

La réponse du berger à la bergère n'est pas cette vidéo, mais celle de l'An 2.
Chers @sinautes,

Vous-Savez-Qui fait bien le travail des journalistes et les caresse dans le sens du poil.
Pour une fois le PS peut bien faire ce même job.
Le montage qui se veut pédagogue est bien sûr un rien démagogue (comme chaque montage....), mais ÇA fait du bien.
C'est bien de savoir que les micros ont été coupés et que ce n'est pas le monteur qui en est responsable.

Et moi, je ne regrette pas mon abonnement à @si.
Chers @sinautes,

L'UMP fait dans le populisme, ÇA, on le savait.
Un montage vidéo n'est jamais objectif, ÇA, c'est le b.a. ba s'@si.

Il n'y a pas que le micro qui avait envie de partir.
C'était long, et long, et encore long...

Merci, Daniel, d'avoir résumé dans les 2 dernières minutes.
Débat intéressant, et je pense qu'il devrait être poursuivi à l'avenir. Je voudrais reprendre ici quelques idées :

1. Pourquoi l'opposition veut faire durer le débat parlementaire, sachant que, de toute façon, elle est minoritaire ?
Tout simplement parce que le débat démocratique ne s'inscrit plus aujourd'hui dans l'enceinte parlementaire. On peut le regretter ou s'en réjouir, mais l'exercice de débat et d'élaboration de la décision politique se situe dans une autre forme d'espace public, mélange de masse-media (TV, radio principalement), de mobilisation sociale ou citoyenne (la rue) et de réseau social (bouche à oreille, débat de comptoir ou en famille). Or, cette mobilisation d'ensemble prend du temps : temps pour la communication du sujet (la "mise en débat"), de la mobilisation sociale, temps de la "remontée" du ressenti des gens et de la constitution d'une "opinion publique". Par exemple, le temps du "marché du dimanche matin", quand les députés vont prendre le pouls de l'opinion, sur le terrain, à propos des débats de la semaine... C'est à l'issue de ce processus que les enjeux de la question auront été posés et débattus, qu'une forme de majorité se sera dessinée. Voir exemple récent sur le travail le dimanche.

2. Dans ce cadre, la proposition d'Ayrault est tout à fait mesurée, légitime et démocratique : en gros, il nous dit "OK pour la fin de l'obstruction un peu conne, Casimir et compagnie, mais laissez nous le temps qu'il faut (et nécessairement long) pour débattre sur quelques sujets par an qui nous sembleraient d'importance".

3. L'intrusion d'internet dans tout ça ? C'est justement ce qu'il s'agirait d'évaluer, de comprendre. En ce sens, les questions de David Abiker, qui sonnent un peu réac', sont légitimes et pertinentes : est-ce qu'une vidéo dailymotion aide vraiment à poser les enjeux ? Je pense qu'on verra, à l'avenir, des formes un peu plus élaborées de prises de position ou de mobilisation en ligne. Ce n'est pas particulièrement nouveau : rappelez vous de l'influence d'un Etienne Chouard et de son site sur le traité constitutionnel européen de 2005...

4. En tout cas, ce qui ressort de cette émission, c'est qu'internet permet déjà une accélération du débat, de la mise en débat pour être précis.

5. Dernier point : encore et toujours, l'importance du storytelling : la vidéo du PS marche parce qu'il y a bien un fil, une dramaturgie, un député UMP "grandeur d'âme" qui rejoint l'autre camp, et un Ayrault-héraut-héros de cette lutte acharnée de la démocratie contre le tyran, avec la Marseillaise en bande son...
Je ne doute pas qu’ASI se soit réellement efforcé d’organiser un débat, mais en cas d’impossibilité de confronter deux politiques, mieux valait recourir à des observateurs (journalistes, professionnels de l’image) d’avis adverses sur cette appropriation par l’Assemblée des nouveaux médias (optique C’ dans l’air, souvent plus riche que la foire d’empoigne de Ripostes). La solution retenue, laisser la parole au seul député ayant accepté de venir, me semble malheureuse, car ce qui devait inévitablement arriver, arriva : un long exposé où le politique vend sa boutique. De plus avec le ton péremptoire et imbu de soi qui m’insupporte si souvent chez les Socialistes alors même qu’ils ont raison sur le fond. L’intérêt surgit du débat, pas d’un monologue, il aurait mieux valu songer à l’apport réel représenté par l’émission plutôt que de vouloir s’offrir à tout prix un député.
DA, cela s'appelle la société du spectacle, chere a Debord, dont une des caractéristiques propres est la séparation (réel et virtuel/spectaculaire).

Buenvenu dans la matrice.
J'aurais aussi aimé avoir la présence d'un représentant de l'autre parti sur le plateau.
Il commence à y avoir trop d'émissions où l'équipe d'asi explique qu'elle n'a pas pu avoir un représentant d'une des deux parties.
Alors d'accord la plus part du temps c'est la partie adverse qui refuse de venir.
Mais il me semble que l'équipe d'asi pourrait travailler à rendre son plateau moins "effrayant" pour la ou les catégories de personnes qui ne veulent pas venir.
Cela donerait à mon avis plus d'interret au site, qui est déjà sur la bonne voie.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Contrairement aux précédentes, l'émission m'a semblé un peu confuse, mal maîtrisée. Le sujet des procédures à l'assemblée nationale et leur traitement médiatique est certes difficile à cerner mais tant les questionnements de Daniel Schneidermann, de David Abiker que les "mises au point/rappels" de Dan Israel et les explications de F. Brottes ne m'en ont le plus souvent pas facilité la compréhension. Si le député PS ne regrette pas sa nuit blanche, je suis au regret de constater que ses commentaires demeurent parfois alambiqués et les interrogations de D. Abiker particulièrement absconses. Peut-être mériteraient-elles de plus amples développements?
Comme le soulignait Daniel Schneidermann durant l'émission, dommage qu'un élu de la majorité n'ait pu défendre son point de vue. Par ailleurs, n'aurait-il pas été souhaitable d'inviter aussi un journaliste couvrant l'actualité parlementaire?
Merci tout de même pour vos tentatives d'éclaircissements quotidiens de l'actualité médiatique.
Je pense qu'une confrontation d'idées entre des députés des deux bords aurait été plus féconde que de laisser la parole uniquement à un camp, d'autant que "la production de la maison Copé" a été présentée avec une ironie discrète mais effective, y compris dans Libé. Je me suis réaabonné pour disposer d'un regard critique, lucide et documenté sur les pratiques peu reluisantes du pouvoir en place (mais aussi pour un ASI également passionnant quand il aborde trop rarement des sujets non politiques) mais pas pour financer de simples espaces publicitaires au PS. Mention spéciale aux questions du début sur Saturnin and Co, qui ressemblaient fort aux pseudo interviews d'Expression Directe, destinées en fait à mettre en valeur une réponse affranchie de vraie contradiction,
Et ben, on n'en a pas fini de voir des pantalonnades sur You Tube et consorts....
mais visiblement il y a un public pour ça et aussi pour y voir un quelconque courage républicain
et une réponse à la démocratie...

Vivement les tartes à la crème et les tomates pourries pour élever le débat
et faire le spectacle...

Quelqu'un a vraiment cru que ces députés en faisant ce chahut étaient sérieux à 100 %
et n'avaient pas le sentiment de faire un bon coup ?

Allons bouffons de la patrie.......
Bonjour,

Je ne dois pas avoir les neurones dans le même sens que David Abiker.

Tout d'abord, l'intérêt de la vidéo du PS n'est pas l'image des députés regroupés au pied de la tribune chantant la Marseillaise mais le démontage de la manière employée par l'UMP pour faire passer son texte au forceps. Et ce n'est guère reluisant pour eux et il faudra le rappeler au moment des élections.

Ensuite, dire que la gauche a fait cet esclandre uniquement pour redorer son blason, je pense que c'est aller vite en besogne. Si s'opposer bruyamment n'est plus bien vu par les élites (et à y réfléchir c'est ce qu'on essaie de nous inculquer aussi en disant la grève, s'est dépassé) alors que faut il faire pour se faire entendre ? On va nous dire mais soyez constructifs, faites des contre-propositions… on voit ce qu'il advient des amendements de l'opposition… cause toujours mon vieux tu m'intéresse !!!

Enfin, lorsqu'il tombe dans l'Obamisme et la communication moderne, ça me désole. L'important, ce sont les actes et non les "paraître" … il n'y a qu'à voir ce qui se passe en France avec Toupti 1er , du vent, de l'apparence, n'en jetez plus, un nuage de fumée et pendant ce temps là il détruit tout ce qui a fait inconsciemment notre solidité. Ce sont ces actes là qu'il faut juger, et non la pommade de modernisme qu'on nous assène jour après jour.
Bonjour,

Pour rebondir sur les craintes de David Abiker, je me permets de transmettre le lien vers un article du Time Magazine datant de juin dernier connexe au sujet, qui montre au contraire à quel point le web actuel et ses outils interactifs permettent à un plus grand nombre de citoyens de participer au débat public.

Claire Ph.
Même le Vatican est sur Youtube.

Ca vaut absolution pour les parlementaires, non ?

http://www.youtube.com/vatican
Hallucinante et incompréhensible prestation de D. Abilker ! Confusions, contradictions, énervements sans aucun effet de conviction. Un vrai galimatias qui a fait (pour partie) partir en quenouille un débat de haut niveau où enfin communication pouvait rimer avec pédagogie et où l'utilisation de l'instant T par des acteurs de médias actuels prenaient un vrai sens (même si chacun évidemment doit raison et tête froide garder). Que DA soi-disant hyper spécialiste des médias renvoie le chaland aux tribunes de l'Assemblée ou à la chaine parlementaire est proprement surréaliste. Les gaz d'échappement des bagnoles lui ferait-il regretter l'odeur du crottin et le bruit des sabots sur le pavé . On aurait pu s'attendre à autant de virulence pour décrypter l'insolent envahissement médiatique du pouvoir, l'incroyable couverture des interventions permanentes de bonimenteurs de foire de tous poils reprises en boucle à longueur de chaines sans aucun contrôle du temps de parole: eh bien c'est raté ! Les plans com à tout crin, c'est valable d'un côté, pas de l'autre. Restons dans le registre hippique : retour aux diligences. Ceci dit : excellente et passionnante émission, merci.
Tout à fait d’accord avec Achab et Montagnas.
Le discours de David Abiker m’a semblé confus, et sur le fond hypocrite. Il faudrait donc pour que le travail parlementaire ne soit pas dévoyé qu’il ne parvienne aux oreilles de la populace que par les synthèses des journalistes politiques, dont il reconnaît benoîtement qu’ils n’ont pas le temps de suivre dans leur continuité les débats, mais qui tout sachant qu’ils sont, peuvent cependant nous en délivrer la substantifique moelle, avec la fidélité qu’illustre à merveille les comptes rendus du 20 heures. David Abiker fait part de sa crainte que l’usage de la vidéo se substitue au travail de médiation journalistique, alors qu’aucun des grands médias ne fait ce travail, même ceux qui sont réputés les plus sérieux. Prendre la pose de la vertu journalistique outragée, quand ce sont les journalistes professionnels qui simplifient jusqu’à la caricature le travail parlementaire, est tout simplement ridicule. Personnellement j’ai compris ce qui se passait au parlement, et que les députés y travaillaient, après avoir suivi dans sa quasi intégralité il y a quelques années, une débat de plusieurs semaines, sur un sujet qui m’intéressait, par le biais d’internet. Ayant pu alors comparé ce qui transparaissait de ce débat dans le presse, je me suis convaincu de ne tenir compte des synthèses journalistiques, même de celles censées être faites par des spécialistes, qu’avec une extrême circonspection.
Les vidéos qui font l’objet de votre débat nous en disent plus sur la réalité de la vie parlementaire, que le traitement allusif qui en est fait quotidiennement dans les médias. Elles ne nous disent pas tout, mais peuvent amener des gens à s’intéresser au travail de ceux qui les représentent, beaucoup plus en tout cas que la présentation superficielle qu’en fait la télévision et la presse. Il existe un antiparlementarisme vulgaire qui se nourrit de l’ignorance de ce qui se fait au parlement, et que malheureusement le traitement habituel de l’information par les journalistes ne fait que renforcer. Personnellement je ne pense pas que les débats parlementaires sont l’expression la plus haute de la démocratie, mais j’ai au moins une idée de ce qu’ils sont réellement, et ce n’est pas grâce aux journalistes (à quelques exceptions près). Heureusement n’importe qui peut assister à ces débats grâce à internet, en se rendant sur les sites de l’assemblée et du Sénat.
Je passe sur la défense du député Lefèvre attaqué soit disant « en dessous de la ceinture », d’après David Abiker, par ses collègues, dans un extrait que vous diffusez. (Cela ne manque pas de sel quand on sait que Lefèvre s’est fait le spécialiste des coups de communications, c’est à dire du nouveau style politique dont David Abiker prétend regretter la généralisation).
Bonsoir à vous tous, et merci à l’équipe pour cette excellente émission, dont l’invité était très bon dans son rôle de vulgarisateur du fonctionnement de nos institutions. Par ailleurs, les interventions de mr Abiker me semblent « à l’ouest » ou hors sujet voire démagogiques ou partisanes ???. Car le fond du débat de votre émission, n’est-il pas comment informer les citoyens, sur la vie politique et sur d’éventuels risques pour ses libertés, et quels sont les moyens pour y parvenir. De plus, pour élargir le débat « l’obstruction parlementaire» est présente dans de nombreux pays, et pour référence à l’actualité, aux U.SA. cette méthode se nomme la « méthode du flibustier », comme tous les asinautes sont curieux, en peu de temps ils découvriront les origines de ce terme, son fonctionnement dans les débats et que l’avant dernier président américain (celui d’avant le 20/01/09) voulez supprimer cette « opportunité parlementaire ». Pour en revenir, au fond du sujet, est-il pensable que dans une démocratie, les représentants du peuple, ceux qui donc sont élus pour porter notre parole quelle que soit notre courant, ne puisent s’exprimer en notre mon dans des débats portant sur des lois qui par le pouvoir que nous leurs concédons, devrons s’appliquer sur nous citoyen. Donc oui tout moyen moderne de communication, même un bricolage de montage vidéo par un parti politique, est nécessaire, car le problème est toujours récurent les médias de « masse » n’informe pas ni ne vulgarise (pas de pédagogie cf. Judith) sur les sujets importants, ils préfèrent les émissions « à la con » comme celle qui figurée dans une de vos précédentes vidéo liée à la pauvreté et l’exclusion. Bon c’est certes un peu politique cette intervention mais sincère. A tous très BONNE ANNEE.
Pour la partie "brève" de la semaine par Sophie, j'ai bien aimé la prestation de TF1 sur l'investiture de Barack. Mais vous aussi, mr Gilles Bouleau, vous trébuchâtes en votre temps :
"Obama [...] c'est un homme, c'est le président de la république"
A moins que ce ne soit un lapsus...
En voyant ces images de l'assemblée je me dis qu'effectivement le débat publique va mal.
Dans ce cas je ne discute pas de savoir si le PS a tord ou a raison de déposer, combien déjà, 130 000 amendements (car la droite a aussi utilisé ce genre de techniques)
mais ça me fait penser à ce qu'on trouve sur certain forum :
Des trolls ! Des trolls qui flood la discussion.
Et question que tout webmaster se pose quotidiennement : comment gérer le troll ?
Car au fond il est, à sa manière, grossière et brutale, une voix qu'il faut entendre.
Et en même temps, là où il passe le débat trépasse.
Et puis ces grands mots "atteinte à la démocratie", ça ressemble beaucoup au langage du troll qui, comme chacun sait, n'a pas le sens des proportions.
Assez vite, par exemple, il traite de NAZI avec force majuscules et points d'exclamation le pauvre horticulteur qui estime, par exemple, qu'il faut tailler les hortensia en novembre.
Et puis, il y a quelque chose d'assez pathétique dans cet "échange" de vidéos.
Ça doit ressembler un peu à la maternelle des trolls :
Troll A : "Méééheu t'es vilain, espèce de NAZI assassin de la démocratie !"
Troll B : "NAZI TOI MEME. NAZI 2.0 !"

Allez, bonne nuit les enfants.
Tutuu tu tu tuut utuu tu... (pour ceux qui n'auraient pas reconnu c'est l'air du générique, le truc au pipeau... bon je suis fatigué)

Bruno
Les mots induisent des images.
Ainsi, à plusieurs reprises, à la radio, j'ai entendu M. Copé parler de la diffusion sur internet d'un bêtisier des interventions socialistes à l'assemblée nationale. Oui, je me souviens très bien de l'emploi de ce mot:"bêtisier". Un mot qui peut paraitre anodin. Simple, compréhensible par tout le monde. Vendeur. Porteur d'images. On peut en avoir l'eau à la bouche, ce sera forcément drôle, absurde, grotesque, il y aura forcément des personnes ridicules, humiliées (mais pas trop), trébuchant au sens propre comme au figuré, voire même se faisant mal mais sans se blesser gravement, comme dans tous les bons bêtisiers que l'on connait, que l'on a vu à la télé donc. Un mot à l'aura positive, un bon moment en perspective.
Intéressé par le travail parlementaire, n'y comprenant encore que peu de choses, j'apprécie particulièrement la résistance qui s'est jouée ces derniers mois au sein de l'assemblée, et qui se joue d'ailleurs éminemment en ce moment. Je parle de résistance car ne l'oublions pas, l'assemblée est le lieu du pouvoir législatif, qui peut donc exercer si la situation s'impose un contre pouvoir à l'exécutif, c'est à dire le président de la république. Ayant une sensibilité politique de gauche, je suis même assez fier du combat politique qui est mené à l'assemblée et qui sur de nombreux points a porté ses fruits, comme sur le travail du dimanche par exemple. (Au passage, merci @si pour le dossier parlementaire sur l'audiovisuel)
"Bêtisier", ce mot a résonné à mes oreilles et m'a profondément énervé voire blessé. De plus, le ton goguenard avec lequel M. Copé employait ce terme laissait présager le pire pour l'opposition. Sous-entendu : l'opposition est ridicule, la preuve nous en avons des images, qui sont drôles en plus, vu que c'est un bêtisier. L'étymologie est aussi particulièrement assassine avec le terme de bêtise que l'on entend en premier. Le sous-texte de M. Copé est là bien audible : l'opposition est bête.
C'est donc avec un peu d'appréhension (M. Copé avait l'air tellement sûr de lui) que j'ai finalement vu cette vidéo, intégralement, par l'intermédiaire d'@si.
Et c'est là que le soufflé de l'effet d'annonce s'est dégonflé. A croire même que l'idée du mot de bêtisier a précédé les images, la réalité. Car pour la quantité, il y a de quoi être déçu : deux interventions seulement présentées par le commentaire comme hors de propos. Le montage essaye de donner l'impression de quantité en coupant les phrases, mais c'est finalement tout, deux.
D'abord une phrase (la cuisson du homard) qui n'est autre qu'une métaphore sensée illustrer une idée, rien de bien absurde donc pour un orateur. L'idée illustrée par cette métaphore aurait pu être hors de propos, absurde, faisant perdre du temps... mais nous ne le saurons pas car la phrase est coupée au moment où l'orateur explique justement où il veut en venir... Impossible de savoir si cette phrase a sa place dans un quelconque bêtisier donc. En coupant les raisonnements, il serait tout aussi possible de faire parler Stephen Hawking de cake pour le bêtisier des physiciens.
Ensuite, le passage sur Casimir et Saturnin, une parenthèse non sans humour de la part du député, qui a pour mérite de détendre un peu l'atmosphère, ce qui, il me semble, se fait assez volontiers au parlement britannique notamment.
Ces deux passages doivent en tout et pour tout représenter une minute de prise de parole...peut-être une minute trente... une obstruction considérable. Si cette vidéo tentait de montrer la perte de temps occasionnée par des prises de paroles hors de propos, elle manque donc de pertinence.
Pour en revenir à M. Copé, il serait finalement opportun d'annoncer la réalisation d'un bêtisier de ses interventions dans les médias. Cette idée est assurément alléchante et se suffit à elle même, images ou non. D'ailleurs, lui vivant...?
Bonsoir tout le monde,

Superbe émission !!!
Où l'on assiste au réveil médiatique de l'opposition.
Je m'inscris totalement en faux en regard de la thèse de David.

Dans une des vidéos, voir cet ectoplasme de Lefebvre se faire moucher par ces 2 bretteurs que sont Dosière et Urvoas était un moment inoui.
Quel pied !!!
Cet être abject voué à son cabinet de lobbying passe tellement de temps à pondre des communiqués immondes et fait un tel travail de sape politique qu'il devait être remis dans le droit chemin parlementaire de cette manière 10 fois par jour !!!!

Encore, encore, encore Lefebvre au pilori !!!!
Encore des coups de boutoir à l'assemblée sur des sujets vitaux !!!!

Pas mal de citoyens se sentent réveillés, j'en suis sur...
C'est le geste du crachat républicain qui est, pour moi, salvateur face à un gouvernement et une majorité politique dont le coloris politique vire au brun depuis pas mal d'années !!!
Bizarre, j'ai eu l'impression que David Abiker n'était pas réellement convaincu par sa propre thèse. En expert de la com et d'internet, il était attendu (et sollicité, j'imagine) pour décrypter, démonter comme il le fait souvent très bien. Mais là, il peine à s'expliquer, force le trait. Pour la 1 ère fois (mais j'ai peut-être été distraite les précédentes), il me semble de parti pris car il politise un sujet qui n'en avait pas besoin (sur le thème ,vous vouliez juste attirer l'attention) et ensuite il décide que cette pratique de la vidéo est nuisible à la démocratie. Deux approches faibles qui nourrissent certes le débat mais pauvrement. Il eut été plus intéressant de poursuivre avec Brottes sur l'avenir de la vidéo, ce que les élus, toutes tendances confondues, peuvent en faire dans le cadre d'une alerte des citoyens. Cela a été juste évoqué. L'émission me laisse sur ma faim ... de pédagogie.
J’ai trouvé cette vidéo opportune.

A renouveler s'il le faut.

Petit électrochoc médiatique (avec des moyens modestes) pour tous les JT convenus qui ronronnent et peopolisent.

Si de plus on réveille la vigilance des électeurs, c’est tant mieux et c'est bon pour la démocratie.
Le point de vue de D.A me rappelle celui de D. Boorstin qui dénonçait dès les années 60 les "pseudo-événements" dans la communication américaine. En exergue d'un des chapitres, cette petite histoire :
- L'ami (admiratif) : "Oh ! Quel joli bébé vous avez là !"
- La mère : "Oui, ooh, ce n'est rien ; vous n'avez pas encore vu sa photo !"
Bonsoir Asinautes et Asigènes,

Emission passionnante : votre invité a envie d'être pédagogue et, surpris par le confort qu'on lui offre, s'installe doucement dans le format "internet", i.e. sans limitation de temps de parole (!) du plateau. Le voir prendre peu à peu son rythme, comme un bon vieux moteur, est plutôt jouissif. Comme tous les petits achoppements techniques... Ce fameux "écran" de l'image dont parle D. Abiker est justement moins présent, alors. Il est intéressant de constater que le côté bricolé de la vidéo du PS lui donne le même accent de sincérité, que le côté bon enfant de l'émission (toutes proportions gardées !!) donne aux propos qui s'y tiennent un aspect moins langue de bois.

L'argumentation finale et enflammée de D. Abiker me semble excessive : les députés de tous bords sont trop attachés aux symboles qui entourent l'exercice de leur fonction pour les vider de leur sens en passant à la vidéo. Toute la République repose sur ce système symbolique (et pas qu'ici, cf la 2nde prestation de serment d'Obama pour "corriger" les bafouillements de la précédente), les Palais de la République ne sont pas prêts de s'écrouler. (Je sais qu'on va me trouver naïve...) Le danger vient du traitement des JT !! L'écran dangereux des images-choc et des raccourcis, il vient de là.
Tâchons de faire en sorte que des démarches comme celles d'ASI se poursuivent : une émission où le temps n'est pas compté, comme des débats parlementaires où l'on dépose 135 000 amendements.

Merci !

HélèneD
David Abiker est un drole de journaliste,courtisan de Sarkosy,virulent,formaté,brouillon dans son analyse,a ne plus inviter a débattre car ininteressant.

J'ai reconduit mon abonnement pour écouter des véritables débats.

De plus il aurait du parler de la vidéo de Coppé qui a provoqué la vidéo du PS,et donc son raisonnement semble a un sens alors qu'il est valable pour les deux
C'est ce que je me suis dit durant toute la vidéo : qu'il cherchait une fois de plus à théoriser des idées improbables pour attirer l'attention, qu'il avait de belles godasses (vraiment :) !) mais qu'autrement il s'y croyait un peu et que finalement je préfèrais le David Abiker de France 5 qui préparait ses émissions... (Par contre qu'il soit de droite ou de gauche je n'en sais rien et je me garderai bien de la savoir !)

Mais les cinq dernières minutes ont montré que c'est un bon contradicteur et que même si pendant l'émission il a peiné à contrer M. Brottes (qui était très intéressant au demeurant), il est enfin arrivé à trouver une véritable limite à son initiative (et son sent ici que pour le coup il s'était renseigné sur la compagne américaine !) et que rien que pour ça je trouve que ça en valait la peine !
Je suis en train de regarder l'émission (je suis presque à la fin). Je n'ai pas eu la réponse à la question que je posais dans le forum relatif à cette vidéo, où je me demandais quel logiciel de montage avait été utilisé. Au début, j'ai cru que c'était un logiciel pro qui avait été utilisé (puisque M. Brottes déclarait qu'il était aidé dans sa tâche de montage).... Mais plus loin, M. Brottes expliquait qu'il ne pouvait pas dissocier le montage audio du montage vidéo...

Je repose donc ma question: est-ce que ce ne serait pas iMovie, le logiciel grand public livré avec chaque Mac, qui aurait été utilisé? Je maintiens qu'au vu du côté artisanal du montage, réalisé par des personnes qui ne sont pas des professionnels de la vidéo, le montage m'a l'air d'être réalisé via iMovie plutôt qu'avec un logiciel pro. Mais pt'êt que j'me trompe. (et sans faire de pub pour ce logiciel, il faut avouer qu'iMovie est très intuitif dans son interface, ce qui permet à des non professionnels de réaliser assez vite un montage potable quoique non exempt de défauts)

Sinon, pour l'instant, je n'ai guère été convaincu par David Abiker: je ne crois pas que le passage aux vidéos dailymotion pour la communication d'un groupe parlementaire nuise à la perception du travail qu'il réalise et au débat politique en général.
Suis je trop à gauche pour ne pas être d'accord avec Mr Abiker l'ultra conservateur (dixit Facebook ;))...
Abandonner "les symboles" du parlement selon David en recourant à la vidéo alors que c'est la liberté d'opposition qui est en jeu !!!! c'est comme lancer le fumigène des problèmes "d'organisation du système de santé" pendant qu'on transforme la santé de votre corps en marchandise..., et c'est bien dommage parce que pendant ce temps là , l'ennemi gagne du terrain.
Bon ouikend quand meme
Bonsoir,
émission extrêmement intéressante et qui m'a appris certains fonctionnements de l'assemblée.
J'ai l'idée d'une institution qui est complexe et pas pour moi ..... Et surtout l'ennui enduré quand on regarde la suite des débats parlementaires (je sais pour avoir essayé plusieurs fois) est un frein efficace pour que l'on se contente d'observer de loin.....
Contrairement à ce que dit David Abiker, cette vidéo peut permettre à certains de vouloir se pencher un peu plus sur le travail des parlementaires. Jamais une image des 20h ne m'a donné cette envie!
Par ailleurs, si seule la marseillaise a été retenue dans les 20h cela confirme......
Et je sais que je n'aurais jamais fait l'effort d'aller cherché la totalité de la séquence. Par contre visionner cette vidéo en entier ne me pose aucun soucis et me donne envie de comprendre au mieux les enjeux,
de suivre de plus près les débats de l'assemblé.
Cordialement
karin ulliac.
Une émission que je verrai dans un mois... Ma connexion n'est pas assez rapide pour vous voir au Vietnam (pays que vous utilisez un peu abusivement dans vos titres : la guerre est finie depuis 1975)

C'est une des réponses aux questions que Daniel se pose sur les abonnés : il n'est pas possible de voir les émissions, coeur d'@si, sans connexion très haut débit... Ce qui met hors jeu une bonne partie de la planète !

Provisoirement : les vitesses de connexion vont s'aligner progressivement...

Hors sujet total, je sais : je n'ai pas vu l'émission et ne la verrai pas avant longtemps !

La parole à ceux qui la voient...

***
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.