50
Commentaires

Jardin face à Le Maire : l'énervé et sa brique équitable

Et voici maintenant, face à Bruno Le Maire, l'exaspérant Alexandre Jardin en invité surprise.

Derniers commentaires

Daniel, lâche-nous avec le moinpirisme... ça devient ridicule.
Après Morandini plutôt que Mossoul, Hollande plutôt que Mélenchon, Juppé plutôt que Sarkozy, voici le lepénisme soft plutôt que Le Pen...
Te rends-tu seulement compte des bêtises que tu nous sers depuis que ton scooter t'a mis face à tes contradictions?
La culture politique, ça se travaille.
Voilà mieux : http://www.biolait.eu/fr/
http://lanvertdupanier.biocoop.net/actualites/433-les-producteurs-societaires-de-biocoop
Le discours d'Alexandre jardin est typique de cette classe moyenne supérieure qui accapare le pouvoir et phagocyte les partis politiques depuis 81.

Ce type nous explique que les citoyens ont les solutions !

Une analyse marxiste lui montrerait que suivant sa classe sociale le citoyen X n'a pas forcément la même solution que le citoyen Y.
Et justement tout le rôle ou la plus-value du politique c'est de jouer un rôle d'intermédiation qui évite la confrontation directe et potentiellement explosive des intérêts.

Le vrai problème aujourd'hui c'est que depuis la quasi-disparition du parti communiste et sa transformation en parti gauchiste dans les années 90, les classes populaires n'ont plus de politiques pour défendre leurs intérêts et peser dans le rapport de force. Certains m'objecteront qu'il y a Mélenchon. Les ouvriers et les employés savent que Mélenchon est un gauchiste qui ne se soucie que depuis peu de leurs intérêts, que ce même Mélenchon a traité de maréchalistes il y a quelques années ceux qui défendaient l'idée d'une sortie de l'€uro, que Mélenchon idolâtre Mitterrand le Florentin qui disait qu'on ne sort de l’ambiguïté qu'à son propre détriment , que Mélenchon a soutenu le traité de Maastricht, donc qu'il est directement responsable de la situation actuelle du pays.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Cette focalisation sur les agriculteurs est juste incompréhensible. tous les secteurs agricoles français ne sont pas en difficulté. Il s'agit surtout des éleveurs. Depuis 10 ans nous savons que la fin des quotas laitiers était programmée. Le ministre de tutelle était Barnier je crois. Des pays s'y sont préparés et ont industrialisés leur production. Pendant ce temps-là en France on discutait du sexe des anges... ou plutôt on s'indignait de l'idée de ferme de 1000 vaches. Résultat des courses les producteurs français se font laminer

A un moment donné il faudrait apprendre à devenir cohérent. On ne peut pas désirer l'Europe du marché unique, de la concurrence libre et non faussée, des produits à prix écrasés et venir pleurer des larmes de croco sur le sort d'agriculteurs qui n'ont pas su profiter du temps imparti pour se préparer à cette concurrence féroce et parfois biaisée.

Pour ma part je suis partisan d'un protectionnisme intelligent qui équilibre exportations et importations, permettant à chacun de préserver son modèle social et mettant fin à cette course à l'échalote mortifère.
Je ne voyais pas trop où le Matinaute voulait en venir avec le populisme de la brique de lait. J'ai alors regardé la séquence : j'ai compris! Je crois que question melonite et mise en scène de soi, A. Jardin semble largement au niveau de son interlocuteur. (Dommage en effet car l'initiative a l'air intéressante)

(et il y a un truc en moi qui me dit que quand on tient à quelque chose, on ne le balance pas de cette manière, ...)
Chronique assez confuse ou confusante...
Comme d'autres, je n'ai pas bien saisi le "Ça sent le populisme, le lepénisme light ?". A la limite, au niveau com', j'ai toujours été circonspect face à Montebourg en marinière pas loin de faire de la pub à Marine, mais Alexandre Jardin vantant du commerce "équitable", serait-il français, ça me fait plutôt penser à de la bio-boboïtitude.

Au demeurant, c'est un vieux souci de la pensée "écolo" de gauche que de ne pas devenir une pensée de terroir et de clocher et ils évitent généralement la chose en parlant planète, fumette et mariage gay, même si les tendances actuelles font surgir des choses assez ambivalentes, des hésitations à un retour au "bon vieux temps", l'imaginaire d'un âge d'or perdu.
D'ailleurs, dans le genre : Onfray dans son bouquin Cosmos qui ne trouve rien de mieux pour parler de vie bucolique que de faire l'effort de sauver une phrase prononcée par Pétain, "la terre ne ment pas". Il aurait pu trouver moins... pétainiste sur ce thème.
Je regarde la une du site, je vois Zemmour, Hanouna, Jardin... Pingeot, Morandini...
je suis perdu ça s'adresse toujours au scooter ces questions ou à nous?
Daniel, je m'étouffe ! Des solutions il en existe plein. Des concrètes et à une autre échelle que celle du bobo bien pensant (je n'ai rien contre lui, je participe même avec mes moyens à leurs initiatives, mais je reste convaincu que les colibris ne changeront pas le monde).

La première consiste à remettre en cause en profondeur le modèle agricole actuel. Je remets ici un truc que j'ai rédigé il n'y a pas longtemps :

Il manque de mon point de vue aujourd'hui un discours qui analyse les racines profondes du chaos qui y règne. Cette analyse doit faire le lien entre la FNSEA contrôlée par le patron de sofiprotéol et donc le monde industriel, les chambres d'agricultures toutes présidées par la FNSEA, les crédits agricoles tous présidés par la FNSEA, et l'organisation commerciale et logistique de l'agriculture conventionnelle.
Je vais essayer d'être bref :
- Tout agriculteur souhaitant s'installer doit accéder à la terre. Pour avoir une activité assez rentable pour en vivre il faut être propriétaire d'au moins une part minimale des terres cultivées. Pour accéder à ces terres il faut un capital initial. Ce capital peut venir de l'héritage mais souvent, un jeune agri ne part de rien. Il va donc voir le crédit agricole (CA). Les dossiers acceptés par le crédit agricole passent tous sous les fourches caudines du conseil d'administration présidé par les chambres d'agriculture et la FNSEA. Les dossiers acceptés sont donc uniquement ceux qui dépassent les 500 000 € d'emprunt (et encore, c'est tout petit ça) avec un projet conventionnel impliquant une mécanisation totale et une commercialisation vers les circuits classiques. Les autres auront tout juste accès au microcrédit à des taux d'intérêt délirants. (ou de temps en temps un soutien exceptionnel pour faire bien, social&green-washing oblige)
- Partant de là, tout agriculteur qui a obtenu son emprunt doit donc intégrer les réseaux classiques d'achat et de vente. Or dans pas mal de régions celui qui vend les intrants (pesticides, semences, engrais...) est celui qui achète la production : mégacoopérative (qui n'ont de coopératif que le nom, souvent contrôlées par la FNSEA également), négociant, industriel (syngenta et monsanto/bayer sont spécialistes, mais il n'y a pas qu'eux et surtout, ils passent souvent par des négociants intermédiaire, petits monarques des régions rurales) . L'agriculteur est donc coincé mais surtout il devient la variable d'ajustement du capital : il porte intégralement le risque majeur, le capital a externalisé l'intégralité du risque sur la ressource, il ne gère plus que le risque sur les marchés. Ce risque sur la ressource est énorme car dépendant de facteurs imprévisibles liés à la météo (raison pour laquelle les marchés ne veulent pas le porter)... Or il est d'autant plus critique que le niveau d'endettement est élevé. Et le pire, c'est que lorsque l'exploitation agricole coule, les créanciers sont les premiers payés. L'Etat se sert en dernier voire parfois apporte un soutien financier qui va alimenter les créanciers (financeurs et fournisseurs). C'est donc in fine le contribuable qui paye les pots cassés.

>> Il semble donc urgent d'approfondir le diagnostic dans cette direction, très peu empruntée par les discours alternatifs actuels qui se limitent à la proposition de modèles de culture alternatifs (bio, biodynamie, permaculture) mais sans tenir compte du contexte économique dans lequel vit le monde agricole. A part convaincre quelques agris minoritaires, ils n'arriveront à rien. Et le travail du colibri peut durer des siècles ainsi avant que l'on fasse tomber le système conventionnel.

>> Les alternatives doivent donc se cibler maintenant sur le modèle de capitalisation des activités agricoles (ce n'est pas un gros mot, le "mal" n'est pas le capital qui permet l'investissement initial mais sa prise en main par des rentiers et les profits qu'ils en tirent). Il y a urgence à faire travailler les méninges dans ce sens.
De mon point de vue, les modèles décentralisés et collaboratifs sont une solution. La coopération agricole est un échec de part sa centralisation. De plus, la liberté doit être garantie, tout autant que la sécurité. Je m'explique : il faut pouvoir librement quitter la coopération sans mettre en danger sa propre activité et celle des autres. Ces modèles doivent uniquement rémunérer du travail et ne plus rémunérer de la rente (que ce soit via l'emprunt ou l'actionnariat).
Il faut donc imaginer des modèles collaboratifs décentralisés redistributifs et opportunistes. Il y a un grand défi là dedans car ça casse les principes capitalistes, libéraux et marxistes. Faut tout remettre à plat en s'inspirant des bonnes pratiques existantes. Car les contours de ces modèles sont déjà dessinés dans pas mal d'exemples concrets rencontrés sur le terrain.

Voilà pour le monde agricole. La solution est là, sous la main : développer des modèles alternatifs de capitalisation des activités agricoles. Et tiens juste pour en rajouter une couche : SCOP et SCIC sont une super solution pour permettre une capitalisation par les consommateurs eux-mêmes (super fiables, faciles à mettre en oeuvre et qui ne nécessite pas le grand soir pour tout remettre à plat). Et devinez quoi : les SCOP et les SCIC ne sont pas éligibles à la PAC... tiens tiens... étonnant hein...

La 2ème solution concerne la valorisation de la matière afin de tenir compte de son potentiel d'une part et de la demande d'autre part. Je ne développerai pas ici, mais j'ai participé à une étude pour les DREAL sur ce thème et il est clair que seule une approche collaborative décentralisée et opportuniste serait une solution (approches qui existent déjà mais ne sont pas du tout formalisées et craintes par les industriels de grande taille qui y perdent leur hégémonie : "l'union fait la force"). Je peux vous donner en privé les références de l'étude.

Bref, et là je n'évoque que 2 voies de progrès. Mais il y a en plein d'autres. Énormément. A toutes les échelles. Dont le seul problème est le manque de soutien politique et surtout citoyen.
Comme je le dis souvent les petits ruisseaux peuvent sûrement faire les grandes rivières, encore faut il qu'ils soient dans la même vallée. Et il est là le problème. Mettre toutes ses initiatives dans la même vallée. On compte sur les journalistes pour nous y aider ! Mais pour l'instant ce n'est pas glorieux.
La faille ?
Je suis fan de lait, j'en bois un litre par jour. A 55 centimes le litre, ça tient dans mon budget de travailleur pauvre. A 1 euro, ça devient mon premier post de dépense.
Pire. A 1 € le litre, le coca devient concurrentiel.
Une seule structure est en place pour l'arrivée de Le Pen au pouvoir: la télévision.

Pas de changement de personnel, pas de fuite à Londres. En place, vous dis-je.
Je n'ai pas regardé cette émission, trop "ras le bol"...mais moi, "l’énervé gesticulatoire" me plaît bien; et en ce moment, il est en train de fédérer gentiment tous ceux qui ne se reconnaissent plus dans ce cirque médiatique. Intéressez-vous aux "maisons des citoyens" qui fleurissent la vie un peu partout...ça, c'est revigorant et ce serait bien que les "gens intelligents" ne prennent pas bêtement cela de haut...alors cette histoire de brique, je ne sais pas s'il y a quelque chose à en dire...simplement, ça dit que des citoyens arrivent, sans doute imparfaitement , à contrer la puissance capitaliste écrasante...même à toute petite échelle. riez si vous voulez, mais regardez et écoutez ...ça bouge! Mamichka.
Bonjour,

Voilà un moment que je n'ai pas commenté sur ce forum ! Mais là, j'ai failli tomber de ma chaise. Pour tout dire, à la première lecture, je n'ai rien compris à la chronique. Mais j'ai dû me rendre à l'évidence: pour Daniel, une initiative locale équitable, c'est du lepénisme light. On en est là. D'où cela sort-il ? Le lepénisme light, je croyais que c'était l'anti-burkini, la traque aux réfugiés, l'identité nationale. En quoi la brique de lait a-t-elle un rapport avec tout cela ? Suffit-il que l'extrême droite surfe sur des revendications légitimes, comme le fait d'être payés correctement (pour les producteurs de lait), pour les contaminer et en faire du lepénisme light ? Si oui, on n'est pas sortis de l'auberge...
Bonjour
Que-y-a-t-il de pertinent dans un monde où tout est communication ?
En quoi acheter un lait à un prix décent serait-il poujadiste, lepéniste? Quand je vais acheter mes fruits et légumes directement à la ferme, il y a un % qui part au micro-parti de MLP? Damned, je retourne au Carrefour dès ce soir!
Sérieusement, je trouve l'initiative très bonne et permet également de dire à nouveau à quel point c'est anormal de traiter les producteurs de lait de la sorte pour enrichir une entreprise comme Lactalis. Mais peut-être en écrivant cela suis-je poujadiste?
La semaine prochaine qui ? Nabilla ? Une bimbo de chez Hanouna ?

Le masculin de bimbo, de Nabilla?
L'énervant énervé gesticulatoire. Bof...
La brique est vide, c'est une arnaque.
Un truc me chiffonne quand même:
Pourquoi le consommateur paye 20 centimes de plus si seulement 10 centimes de plus sont reversés au producteur?
Il y a un problème: c'est pas du bio. Le bio qui permet d'ailleurs une bien meilleure rémunération des producteurs. Et on voit aussi la captation de 50% de la marge supplémentaire par l'intermédiaire. Bref: une arnaque.
C'est simple ce qu'on appelle marché, n'est pas la même chose qu'un marché ou on fait des courses, le marché est fait pour garantir les marges des distributeurs et des transformateurs en indexant les variations de volumes donc de prix au producteur (sauf que comme pour tout marché des matières premières mondialisés, il n'y a pas de corrélation entre l'offre et la demande), sur un marché frais une variation de 1% fait des écarts de prix de 10%, c'est-à-dire 4% de lait en plus dans le monde égale une baisse de 40% du prix à la production..
On reprend 1982 suite à un excédent de production laitière on créait les quotas, parce qu'un marché libre d'un produit frais (le lait frais ce conserve 4 à 5 jours dans un frigo, les céréales ce stockent beaucoup plus facilement) les variations de volume ont des conséquences énormes, car il faut à tout pris stabiliser cette matière hautement périssable, soit en la séchant (poudre de lait), soit en la transformant (beurre, yaourt, lait pasteurisé à 60 degré pendant 1/4 d'heure je crois, ou lait uht des centaines de degré pendant quelques secondes, dans ce cas le lait est totalement dénaturé soit en fromage), mais le coût de transformation et de stockage du lait en surplus est élevé, ce qui fait qu'un prix bas à la production ne justifie pas un prix bas à la consommation, puisque dans votre yaourt vous payez le lait, le lait pas vendu, la transformation du lait, la transformation du lait pas vendu et son stockage, voir son transport si on gère les excédents comme une aide alimentaire.
Suite à l'élargissement de l'Europe et à la modernisation des pays historiquement pauvre (Irlande Espagne), les quotas historiques privilégient trop les pays riche en 1982 (en gros l'Europe des 6), bon on aurait dû renégocié les quotas en fonction de cette réalité et puis il y avait le fantasme chez les pays protestants de conquérir le monde (c'est toujours un fantasme dés qu'un pays ce développe il veut nourrir le monde, les states, puis l'Europe, puis le Brésil et dernièrement l'Afrique aussi espère).
Par conséquent plutôt de renégocie on a très courageusement arrêté de régulé pendant l'agenda 2000 (chacun se débrouille, voilà le peu de construction Européenne à savoir la PAC a été détruit en 2002, cela fait 14 ans que la construction Européenne est une novlangue).
La responsabilité de LeMaire est d'avoir indexé le prix Français sur le prix Allemand (en 2009), or c'est l'inverse de l'automobile, le lait Allemand a une valorisation bas de gamme (lait UHT, poudre, pâte cuite) et la lait Français milieu de gamme (en plus on fait des fromages milieux et haut de gamme et de la poudre de lait infantile qui est haut de gamme).
Responsabilité 1 l'Europe néolibérale, responsabilité 2 les politiques Français qui au moindre problème disent faite comme les Allemands (si ils se défenestre, jetez vous par la fenêtre), responsabilité 3 les coopératives ont augmentés les volumes (pas lactalis, ni les privés, c'est comme pour la privatisation du service public, les pires dans la gestion des suicides c'est le service public, bah là c'est les coopératives, sodial avec yoplait et Agrial), puis responsabilité 4 le contexte mondial, parce qu'on est pas seul au monde et que d'autres pays ont des intérêts stratégiques et par conséquent géopolitique (sauf les ahuris du village global cf Montebourg):
http://www.web-agri.fr/observatoire_marches/article/comment-la-chine-manipule-le-cours-mondial-du-lait-1929-119608.html
Lactalis paye le lait selon l'accord de 2009 (si les Allemands ce défenestre....), a toujours dit qu'il ne voulait pas de volumes supplémentaire (et depuis 10 ans, c'est pas des saints mais au moins il pense la filière). Lacatlis répond à la mondialisation comme l'Europe le souhaite (pas de monopole public, mais des monopoles privés) et les grosses coopératives sont les idiotes (la mienne ma expliqué il y a 1 an qu'il fallait produire 20% de plus, pour me dire il y a 6 mois qu'il ne fallait surtout pas dépasser la référence historique pour m'apprendre il y a 3 mois qu'il fallait tenir compte de la demande, un joli retournement de veste sans même une pointe de scrupule).
Aujourd'hui personne n'est capable de produire en dessous de 28 cts, que ce soit en Californie (avec des fermes de 50 000 vaches) ou en Nouvelle-Zelande.
L'ensemble des éleveurs laitiers mondiaux (prix de revient en Europe autour de 34cts, plus dans les pays robotisés 38 cts pour le Danemark et les Pays-Bas, 31cts pour l’Allemagne de l'Est) sont dans le rouge par conséquent on en fait un problème franco-Français on protège l'accord de 2009 (prix Allemand volatile) donc la FNSEA et les politiques de l'époque (et ceux actuels), on protège les coopératives (qui ont tout fait pour augmenter les volumes sans s'intéresser à la demande et à la géopolitique mondiale) et on trouve un bouc-émissaire la famille Beignet (a qui on a donner toute les cartes pour pleurer qu'il s'en serve....)
Les conséquences sont classiques, d'abord on libéralise, après les agriculteurs font faillites, puis les états stratégiques, les fonds de pensions et les entreprises monopolistiques récupèrent les terres pour une bouchée de pain, c'est comme cela que la moitié des terres en Argentine ont appartenu à un fond de pension Allemand, que la Chine a récupéré la moitié des terres de Madagascard ou que Bolloré peut faire de l'huile de palme.
Quand à la qualité tout le monde aime Arte et Thalassa, mais tout le monde regarde TF1 et les Blockbusters...
http://www.alternatives-economiques.fr/Dictionnaire_fr_52__def912.html
(le monde est vieux)
Le GIF animé serait-il le Graal de la communication moderne ?
Le Pen est partout, même dans le lait.
Sérieusement. S'affranchir de Lactalis ou de n'importe quelle autre entreprise de l'agroalimentaire, ce serait flirter dangereusement avec l'extrême-droite ?
Il faudra qu'on m'explique...
C'est pas bête ce truc. Quand à consommer 20% en moins, ça se fera pour la plus grande part avec un lait x%plus cher. Tant que ça ne dépasse pas ce qui reste du RSA après le loyer...
Attristant au passage l'absence de réaction de Lemaire. Et stupide son manque d'instinct politique. Il aurait pu tricoter sur "la création de petites entreprises et le soutien des petits entrepreneurs" tout en ne reniant pas ses idéaux de défiscalisation et sans trop irriter le grand patronat.
Bref, il est passé pour ce qu'il est. :-D
Je ne suis pas bien d'accord avec le lepénisme de cet initiative. Certes, les agriculteurs sont dans la misère et certains disparaitront mais il est ouvert le poujadisme de Jardin ! Il suffit de consommer 20% moins de lait pour que le litre médiatisé soit au même prix pour le consommateur que le lait Lactalis. Pour ma part, je suis prêt à l'acheter, sérieusement. Le lait n'est pas si bon pour la santé que cela et nous le surconsommons.
 Ce lait rémunère au juste prix son producteur

C'est à dire ; la vache ? Et non… on parle de la personne qui l'exploite.
Pour la productrice du lait, la juste rémunération est encore de tuer ses petits tous les ans, et la garantie pour elle de finir à l'abattoir.
A traçabilité égale, j'achète. On a beau le répéter mais c'est vrai, ce sont nos choix de consommation qui décident de la politique des industriels. Sous réserve de disponibilité évidemment...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.