54
Commentaires

"Jamais on ne déjeune avec des élus !"

Sur internet, il est plus facile de savoir ce qui se passe à l'autre bout de monde qu'en bas de chez soi. Alors, tandis que Rue89, Médiapart ou @si explorent les opportunités qu'offre internet aux médias généralistes, d'autres tentent l'aventure de l'information locale. Qui sont-ils ? Quel est leur modèle économique ? Comment se démarquent-ils de la presse quotidienne régionale ? Dans cet article, @si s'était penché sur quelques expériences menées à Paris, Rennes ou Dijon.

Derniers commentaires

Placer cette histoire sur le forum de cette émission est un peu abusif mais je ne résiste pas à l'envie de vous la faire lire.
L'histoire vient d'un post récent du blog de JL Mélenchon, lors de sa tournée de novembre en Bretagne. Il y est question de PQR (Ouest France et Télégramme, que connaissent bien les bretons d'asi), de François régis Hutin, patron de Ouest France aux éditos hallucinants, et de Mélenchon en visite en URSS sous Mitterrand.


"En Bretagne, la presse papier c’est « Le Télégramme » et « Ouest-France ». Ni l’un ni l’autre n’ont d’accointance à gauche, c’est sûr. Mais il y a une différence de taille. Je ne parle pas de la diffusion. « Ouest-France » écrase tout le monde, c’est sûr ! Mais « Le Télégramme » est ouvert et « Ouest-France » fermé.
« Le Télégramme » m’ouvre donc ses colonnes et me propose une page d’entretien qui paraît le jour de mon arrivée à Brest. « Ouest-France » ? Rien. Absolument rien. Des petits signalements, ici et là, en page locale, à mesure de mon parcours. France 3 région m’a proposé un plateau vendredi soir à dix-neuf heures. Trois minutes trente. Propre, bien inséré après un reportage sur la Sobrena, entreprise que j’avais d’ailleurs visitée l’après-midi. « Ouest-France » : rien.
Pire. Le localier qui vient suivre le meeting affirme que j’ai « boudé la presse locale ». Il faut oser, non ? Quelle fourberie ! 12Bien sûr je ne dis pas que ce soit un mauvais journal. Le contraire ! Et je suis un connaisseur car je suis très friand de presse locale. Mais que veut dire ce sectarisme ? Pourquoi ce parti-pris hostile ? Ce qui n’empêche pas le grand patron, François Régis Hutin, de faire la leçon de morale à tout le monde en éditorial. Il se plaint de ce que « les politiques » ne s’intéressent qu’à l’élection « au lieu de prendre la mesure des événements » bla bla bla. Le poujadisme médiacratique habituel. Un bienpensant qui applique avec férocité la devise « faites ce que je dis mais pas ce que je fais ».
Ce François Régis Hutin, je l’ai connu il y a longtemps. Il était l’invité du président Mitterrand dans un voyage en URSS auquel je participais. Un soir, je le croise dans le hall de l’hôtel, chargé de deux gros sacs. Je lui propose de l’aider à porter ça. Je grimpe donc avec lui jusqu’à destination dans les étages. Je lui demande pourquoi ce chargement. Car c’était spécial. Des bibles ! Oui, des bibles ! « Je vais animer un groupe de prière ». Je l’ai aidé jusqu’à destination. Bien sûr le sectaire, c’est moi. Et l’esprit ouvert, c’est lui. Je porte ses bibles. Il me ferme ses colonnes. Voilà ce que sont ces gens. Ne l’oublions jamais."


Et je cite ma source http://www.jean-luc-melenchon.fr/2011/11/30/pour-qui-sonne-le-glas-en-europe/
Chapô, Mme Torres, pour votre décision de vous passer la pub (voir ce Vite-Dit).
Tous mes vœux de réussite.
Pour info : en Bourgogne, il y a Dijonscope. Il y a aussi Creusot-infos.com (depuis plusieurs années), infos-chalon.com (depuis 11 mois) et Macon-infos (depuis peu).
Pas vu les "on aime moins" sur Dijonscope!!! Ouh la menteuseuh
Ah oui, je vois, en réponse a Silikani. Pour ma défense je dois dire que le titre du message ne porte pas sur le publi-rédactionnel, du coup je ne l'avais pas vu.
Merci Sophie de la réponse.

PS: il serait bon, comme sur de nombreux forums, qu'on soit automatiquement alerté (avec possibilité de se désinscrire) lorsque quelqu'un répond a un message qu'on a posté. Je n'ai rien reçu et doit apparemment explicitement m'abonner a la discussion en cliquant sur l'icone.

PPS: oops j'ai oublié de cliquer sur répondre
Soit DS n'a pas bien regardé attentivement le site (ou alors il fallait être plus prudent) ou alors cela a été ajouté après l'émission (mais il me semble que la responsable du site indique que la mention est la pendant l'émission - 40:35) mais le site DailyBonsPlans indique clairement qu'il s'agit de pubs.

En haut de toutes les pages du site http://www.dailyparis.com/ a coté du titre il est indiqué TRES CLAIREMENT: "les publi-rédactionnels des commerces et services".
Par ailleurs, sur le site http://www.dailyneuvieme.com/ dans la colonne de droite, au dessus des coupons liant avec DailyBonsPlans il est TRES CLAIREMENT indiqué: "Publicité/Daily Bons Plans"

Honnêtement je vois mal ce qu'il est possible de mettre en plus. Peut etre que DS voudrait un bouton flash PUB en permanence en haut, en bas a droite et a gauche? Ou un font de page PUB-PUB-PUB-PUB ?

Sérieusement, autant il est en effet très légitime de se poser la question du mélange pub et article, autant quand c'est clairement indiqué il faut le reconnaître, en prendre acte (quitte a souligner qu'il est dommage que ce ne soit pas comme ça ailleurs).
J'ai apprécié cette émission.
Comme d'autres ici j'ai souvent trouvé DS un peu méprisant, sans comprendre véritablement pourquoi.

Je regrette qu'aucune confrontation n'ai été faite avec les sites des municipalités, qui embauchent aussi des journalistes professionnels ( preuve qu'être pro ne suffit pas à être indépendant...) et cherchent les mêmes annonceurs, traitent souvent les mêmes sujets.
L'émission est globalement intéressante mais peut être les sites présents sont ils un peu trop récents pour avoir une bonne visibilité des problèmes et contraintes. Mais le panorama français des publications locales est très large et il est difficile de le réunir en trois invités. Par contre il est étrange que l'émission n'évoque jamais la question des bassins d'audience et de la notion d'hyperlocal. C'est d'autant plus vrai à Paris où finalement les frontières des arrondissements ne sont qu'administratives.

Enfin la moquerie sur la vidéo de Dijon est très parisienne. Comme l'a très bien dit DijonScope, la personne qui ouvre une publication locale aime sa ville et en général les gens qui lisent de l'info locale aussi. La fierté de sa ville ou sa défense font partie de thématiques qui n'existent pas ailleurs que dans de l'info locale et qui n'existe pas non plus à Paris.
Merci @si pour cette excellente émission. Bien que peu friand d'information locale, cette émission m'a vraiment permis d'apprendre de nombreuses choses... Beaucoup trouvent ici DS pas assez offensif, moi je le trouve un peu ambigu, d'un côté une certaine "validation" d'une démarche sur le net et de l'autre une certaine condescendance vis à vis d'un journalisme qui peut apparaître comme complaisant... je pense simplement qu'ils sont dans des problématiques différentes par rapport aux médias nationaux... Quant aux multiples questions à la présidente du dailyneuvième sur la publicité, je les trouve un peu HS, comment un internaute peut il avoir l'ombre d'un doute sur la nature des daily bons plans ?
Enfin voilà, un peu déçu-enervé par le ton de DS mais enthousiasmé pour le sujet de l'émission, une des meilleures depuis la fondation du site.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

bonjour bonjour,

merci à @si pour cette émission. Elle nous rappelle que l'actualité commence au coin de la rue et que voir plus loin que le bout de son nez c'est aussi savoir s'intéresser à ce qu'il se passe près de chez nous.

Tout ça pour dire: venez aussi visiter le site actutoulouse.fr, site d'info locale sur Toulouse et alentours exclusivement, entretenu par des élèves de l'Ecole de Journalisme de Toulouse. Merci!!

à très bientôt j'espère!
bon, c'est pas souvent mais je vais être méchant, quoi que très sincère. Quand les journaleux parlent des journaleux, personellement ça ne m'interresse pas, les candidats étaient au demeurant très sympatiques, mais connaitre leur cursus, leurs ambitions et leurs réussites, .... honnètement BOF ! Au début j'avais même l'impression d'un entretien d'embauche entre Daniel.S et la journaliste de dijonscope, en tout cas tant mieux pour eux pour ça marche, un nouveau média émerge ok, c'est très bien, rendez vous dans 10 ans pour voir ce que ça a donné, pour l'instant c'est du flan, et que dire de médiapart ou rue89 aujourd'hui subventionné par l'état (nos sous, en fait) c'est franchement risible pour des journaux dit indépendants, je tiens par contre à féliciter ASI plusieurs fois, bravo, bravissimo pour avoir refusé, voilà ce que j'appelle la déontologie, même si je me doute que cette manne aurait été plus que bienvenue, vous auriez gagné celle là pour perdre celle de vos adhérents, pas sûr que vous y ayé gagné au change.
Allez je vais me forcer a regarder la fin de l'emission ...

Je vais finir sur du positif:

J'espère vous retrouver tout au long de l'année et soyez assuré du renouvelement de mon abonnement, très souvent ce fut un plaisir de vous retrouver et de retrouver le ton qui lui est propre (la ligne jaune je commence a trouver ça sympa aussi, j'aimais pas Guy, mais ... il m'interpelle et il est honnète, dans un premier temps ça me suffit pour l'estimer)

Meilleurs voeux a toute et tous.
Emission fraîche et sympathique. Mine de rien, on a appris plein de choses.
Les trois invités sont intéressants et on envie de les voir réussir.
Daniel, invitez-les dans une dizaine d'années pour faire un bilan.
Je ne sais pas si c'est le fait d'être en plein dans votre cœur de cible, la vie médiatique et ses frémissements significatifs, mais j'ai trouvé que cette émission était, si pas la plus intéressante du site, en tout cas la plus claire et la plus instructive.

On voit là la diversité des "profils" des contributeurs, bien qu'ils aient tous fait le choix du financement par la publicité. Et, effectivement, à travers l'évolution du métier de journaliste et des supports journalistiques, on a une cartographie assez précise des tendances actuelles, tant du côté du salarié (précarisé) que du citoyen-consommateur (d'informations comme de bons plans et autres combines).
C'est une émission très intéressante, comme souvent. C'était un mélange de ASI/Capital/Combien ça coûte.

Il est toujours amusant de constater la différence de culture entre Paris et les autres régions, surtout quand elle ne va pas dans le sens prévu.

Sabine Torres semble déterminée. Elle a déjà de l'expérience dans les médias locaux et elle sait où elle va. Par contre, je ne suis pas sur qu'elle ne rentre pas dans le système une fois sa situation établie. Elle avoue elle-même ne pas faire un "site participatif"...
Concernant les deux sites parisiens, on peut se demander s'il ne serait pas plus efficace que 20 sites d'arrondissement se regroupent pour faire un grand média et mutualiser les frais de structure. Une coopérative de sites ? Un GIE ?

Je suis aussi surpris des chiffres annoncés par les intervenants. Quelques milliers d'euros pour faire vivre des journalistes, un webmaster et un commercial, ça ne fait même pas un SMIC, et encore. Tout cela pour vivre dans la capitale bientôt la plus chère d'Europe, à 6.000 euros le M2 à l'achat et 25 euros/mois/m2 pour la location. Le profil des intervenants du site 75020.fr ( journalistes mal payés travaillant au "desk", en copiant-collant les dépêches AFP) me font prendre un peu plus conscience de la société du vide vers laquelle nous allons : des journalistes sans journaux, des magazines sans papier et des capitalistes sans capitaux.

Enfin, je trouve cocasse que des sites gratuits viennent expliquer leurs difficultés à boucler les fins de mois sur un des seul site français d'information payant ;-)
Cette émission me consterne. Moi qui espérait naïvement un peu d'internationnal.
Cela dit, il est clairement stipulé sur les deux sites que les Daily Bons Plans sont des publicités. C'est clairement marqué ici en dessus des coupons et en haut dans le bandeau du site. A moins que la miss n'ait rajouté ces mentions dès son retour du studio.
On peut aussi dire que les liens "daily bons plans" ouvrent le site dans une nouvelle fenêtre et que la structure (menus, mise en page, etc) est différente.
Reste quand même la charte graphique qui est identique entre les 2 sites.
"Moi qui espérait naïvement un peu d'internationnal. "

Heu, comment avez-vous pu l'espérer ??? La gazette commençait pourtant par "Tiens, une petite confidence, en cadeau de fin d'année : à vingt ans, je rêvais de travailler dans l'information locale," C'est pourtant clair ???
Bonjour,

en effet, la mention "publi-rédactionnels" a été ajoutée suite à l'émission, qui a été enregistrée mi-décembre.

Bien à vous

Sophie-@si
Cela me rappelle une émission de radio libre sur Radio Tomate que j'animais sur des projets innovants, tout choupinoux ces gens, plein d'envies, des projets, c'est super. Merci de traiter ces sujets avec le même professionalisme que le reste, Daniel.

http://anthropia.blogg.org
Bien cette émission . J'ai trouvé les 2 parisiens un peu léger
à côté de la Dijonaise . Et pourtant Daniel encore une fois vous
avez fauté "Une provinciale , ce n'est pas une insulte ?" Là vous
êtes vraiment lourd et méprisant . Ce n'est pas la première fois que
ca arrive . Regardez Anne Sophie est du Mans et elle est très bien , non ?
"Halte au Parisianisme de bas étage" !!!!

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Je suis assez perplexe face à l'équilibre économique des sites d'actualités locales, hors groupes de presse. Même si je salue la diversité que cela apporte et le courage de montrer son titre de presse numérique.
Le premier examen de passage sera celui de l'audience, je n'ai pas entendu grand chose là-dessus dans l'émission, et le deuxième sera celui de l'équilibre économique, une nécessité absolue après le temps enthousiasmant du lancement du titre où toutes les énergies sont à leur maximum. Sur ce dernier point, c'est là que le bât blesse à mon sens. Sauf à créer de la syndication de contenus pour générer plus d'audience ou de recourir à une régie publicitaire globale, cela me semble difficile d'y parvenir, même si j'espère me tromper. L'une des solutions serait de faire payer les lecteurs sous forme de contenu payant ou de dons. Possible à condition que les mentalités changent. Internet reste un média très porteur, accessible, démocratique, il est aussi celui où la gratuité est érigée en modèle. Gratuité qui ne vas pas de pair avec l'information journalistique.

Mikaël Cabon
http://www.lobbycratie.fr/
http://www.mikael-cabon.com/
La liberté de parole a un coût et le payeur est toujours le décideur.

D'où une proximité rédhibitoire avec le monde des annonceurs.

Triste monde.

Consensus, collusion,
Compromission, collaboration,
co-rédaction...
...ou comme le chantait Mouloudji : "de concessions en concessions, ils finirent par le devenir."
Bonjour,
J'ai trouvé cette émission très intéressante, notamment les questions de coût.
Est-ce que ASI indique quelque part combien coûte le site et le budget annuel nécessaire pour le faire vivre ?
Juste comme ça, pour savoir.
Ceci dit, peut-être que ces infos sont confidentielles.

Bonne année en tout cas à toute l'équipe.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.