293
Commentaires

Internet, nouveau défouloir de l'homophobie ?

Derniers commentaires

C'est vrai quoi, tous ces pédés et toutes ces gouines, moi je leur dit une seule chose:

Vivez votre vie et ne vous occupez pas de ce que l'on dit de vous, l'essentiel est ce que vous êtes, le reste importe peu.
En attendant, c'est ce pays qui accueille à bras ouvert ce pape, qui vient d'autoriser le mariage gay.

Une bonne claque pour ces pays, dont le nôtre, qui se targuent d'être progressistes...

yG
Une nouvelle plainte contre facebook pour des groupes homophobes :
Un Alésien dépose plainte contre Facebook pour homophobie

En tous cas le lien présent dans l'article censé mener vers l'un de ces groupes ne fonctionne plus.
Le traitement médiatique de l'homosexualité (et donc de l'homophobie absolument condamnable) pourrait mériter une vrai émission de décryptage.
En particulier, il serait utile d'expliquer que, derrière le combat (indispensable) contre l'homophobie, on peut trouver du prosélytisme de certains associations d'homosexuels qui ont des objectifs sociaux plus engagés. Quand je vois l'affiche avec un bébé où est indiqué "on ne choisit pas son orientation sexuelle", et quand je lis sur le site de la fondation émergence : "ce n’est pas un choix. Pas plus que la couleur de sa peau ou celle des yeux ne sont un choix.", je ne peux m'empêcher de penser aux combats menés par la communauté homosexuelle aux US. Dans ce pays structuré par communauté et par race (allez jeter un oeil sur les formulaires de recensement...), la communauté homosexuelle cherche à faire admettre qu'elle forme une communauté raciale, un peuple, c'est-à-dire ancrée dans un déterminisme de naissance. C'est pour eux un combat idéologique qui se retrouve même dans les recherches sur le sujet avec l'objectif de trouver des marqueurs génétiques de l'homosexualité. C'est un combat politique pour exister en tant qu'homosexuel dans la société communautariste américaine. Cela va bien au-delà de la simple question du mariage. C'est un combat existentiel de leur communauté.
On peut alors se demander comment se situent les associations comme cette fondation Emergence, face à cette lutte idéologique. Surtout dans une société européenne non communautariste. Quel discours médiatique veulent-elles faire passer ? Comment justifie-t-elles ce genre d'affiche trompeuse sur les résultats scientifiques (qui ne concluent rien pour le moment) ?
Un travail un peu approfondi sur la question par @si serait un décryptage intéressant...
Parmi les homophobes du net, il y a ce genre de spécimen.
Vanneste Christian, député UMP du Nord. Elu de la République.
Marianne rougit de honte sous son bonnet phrygien.
et bien le voilà, faire entendre cette voix immonde, dégueulasse, abjecte contre laquelle je n'aurai de cesse de lutter.

"l'avortement et le mariage homosexuel étaient parmi "les défis les plus insidieux et les plus dangereux" d'aujourd'hui."

Ils étaient 500 000 au Portugal pour accueillir ce genre de propos.
Vous pouvez minimiser ce pouvoir Pompastel, pas moi.

yG
Globalement, le débat m'intéresse beaucoup. Et je suis globalement d'accord avec l'opinion de Yannick G, sur la limitation de la liberté d'expression.

Une seule petite chose me chiffonne, c'est que j'adore le politiquement incorrect.

En fait je suis fondamentalement anti-raciste, anti-sexiste, anti-homophobie, et je lutte contre toutes ces idéologies nauséabondes, dans mes discussions et actes de tous les jours.
Avec mes amis, on a tous cette tendance, sans concessions possibles. On a parfois des discussions très violentes contre les moindres dérapages, lorsque l'on a l'occasion de recadrer les personnes en face de nous.

Et pourtant, quand on est entre nous, qu'on sait quelle idéologie réelle est notre conviction... eh bien on adore le politiquement incorrect. On se lâche. Blagues sur les juifs (dont la shoah), blagues sur les noirs, blagues sur les arabes, blagues sur les blondes, blagues sur les homos, sur les bébés, sur les pédophiles, sur les handicapés (mais aussi toutes les blagues politiquement correctes). Avec pour condition évidemment que la blague soit DRÔLE (puisqu'il y en a plein qui sont complètement humoristiquement bidon, du moins dans notre "trip"). Et l'enchainement de toutes ces blagues plus débiles et plus méchantes et plsu trash les unes que les autres créant une ambiance de fous rires pendant parfois plus d'une heure etc.

Siné ne m'a jamais fait rire, puisque c'est une grossièreté assez sommaire, et pareil pour l'écho des savanes etc.
Par contre je peux éclater de rire en entendant Guillon ou Porte enchaîner les allusions qui, si elles sont prises indépendamment comme les posts de ces blogs, peuvent vraiment être critiquées (je crois bien en avoir déjà entendu l'un ou l'autre utiliser les termes ci-dessus critiqués à propos de la même tenniswoman).

Mais je les écoute sans problème parce que je sais (ou du moins suis persuadé) que dans le fonds Guillon et Porte sont tout ce qu'il y a de plus anti-homophobie, anti-raciste, anti-sexiste etc. Alors que Dieudonné je zappe et je lui chie dessus, et évidemment pareil pour Bigard et cie.

Donc, tout ça pour dire que pour moi le problème n'est pas tant le discours en tant que tel que ce que je sais de ceux qui le prononcent, du niveau de "second degré", etc.
Et c'est sûtr qu'avec l'anonymat d'internet, eh bien ça pose un problème.
Ainsi donc, selon ces associations, "déménageur", "homme", "pédophile", "malade mental" sont des insultes mais "homosexuel" une fierté, une normalité...

Ainsi donc, les seules libertés d'expression publiques à surveiller et éventuellement à censurer seraient les verbales ou écrites ? Mais les manifestations publiques communautaires ou les bisous sur le parvis de Notre-Dame seraient permis parce que faire chier le bon peuple juste parce qu'on est fier de ce que l'on est ou le catho est un droit, peut-être même un devoir...

Les moralisateurs sont toujours d'une tristesse...
Il ne manquait que vous Mike ....

Qui vous dit qu'un homosexuel est fier de l'être ? Il l'est c'est tout. Etes-vous fier d'être hétéro, pourquoi ? En plus d'être intelligent et cultivé.

Avez-vous lu le contenu ? Des appels au meurtre des homos. Avez-vous une morale vous-même ? Quelles sont vos limites ? En avez-vous ? Quelle différence entre tuer du bougnoule, ou tuer du pédé ? Vous cautionnez les deux ? Eliminer tous ceux qui ne sont pas dans une norme (la norme n'étant pas la même pour tout le monde). Que souhaitez-vous ? Un monde où nous allons tous nous entretuer pour nos différences.
Vous traduisez "Gay pride" comment, au juste, Bysonfutée ?

Si ce rapport limitait ces conclusions aux appels au meurtre, je ne le critiquerai pas.

Critiquer, c'est une chose inconnue pour vous. Vous, vous croyez, vous croyez un nombre de choses incalculables. Tellement que cela en devient effrayant...

Vous traduisez "Gay pride" comment, au juste, Bysonfutée ?


Ici, la « fierté » doit se comprendre comme le refus d'avoir honte de ce qu'ils sont, comme le refus d'une norme sociale homophobe. Il faut savoir que bien souvent les individus discriminés intègrent dans leur image d'eux-même les définitions péjoratives de la catégorie dans laquelle la société les classe. Dès lors, il s'agit non seulement d'exprimer le refus de cette définition négative, mais aussi de s'en défaire intérieurement, psychologiquement. Les hétéros n'ont pas de défilé dans lequel ils revendiquent leur « fierté » parce qu'il n'existe personne — en tous cas aucun groupe significativement important — pour leur reprocher leur hétérosexualité et parce qu'ils n'ont à se délivrer d'aucune hétérophobie intériorisée.
On m'a déjà fait le coup de tenter de m'expliquer comment je "dois comprendre" les mots pour les interpréter dans le sens de la fameuse bien-pensance...

Nous verrons ce que votre petit monde pensera d'une "Burqa pride", du comment elle doit être comprise, de toute la mansuétude dont il faudra faire preuve à son égard, le jour où elle naîtra...
« Devoir se comprendre », sous-entendu : si l'on veut saisir ce que les personnes qui utilisent ce mot entendent par celui-ci, de quelle démarche ils procèdent, etc. Il n'y avait là aucune injonction à penser de telle ou telle manière.
Le propre de la bien-pensance est de toujours bien saisir ce que les personnes entendent lorsqu'elles utilisent tel ou tel mot. On m'a fait, je vous le répète, tout un topo sur le comment Zemmour entend les mots "Noir" et "Arabe" lorsqu'il les utilise et comment je ne pouvais pas les entendre d'une autre manière que celle supposée, imposée par cette bien-pensance.

Le mot coupé d'une phrase ne signifie rien. La phrase sortie du discours, pas grand-chose de plus. Et il existe aujourd'hui une arrogance associative et homosexuelle qui vient se permettre de faire chier les gens en défilant pour rien si ce n'est pour se pavaner, en provoquant pour rien si ce n'est pour provoquer, en se victimisant pour rien si ce n'est pour la fierté d'être martyr.

Je saisis très bien le mot "Pride", Yyaann, parce que je sais très bien le contextualiser dans le discours de ces associations qui l'utilisent.
D'accord Mike, j'ai bien entendu que vous en avez ras-le-bol du topo que vous fait ce que vous appelez la « bien-pensance » et des idées que celle-ci voudrait, selon vous, vous imposer.

J'entends.

Il n'empêche que les motivations et actions que vous attribuez aux associations homosexuelles ne correspondent pas du tout à celles revendiquées, du moins par les associations sur l'action desquelles il m'est arrivé de m'informer. Or, je considère pour ma part qu'il n'y a pas de raison de penser que leurs motivations sont autres que celles revendiquées à partir du moment où leur modes d'actions n'entrent pas en contradiction avec les buts poursuivis.
Questions simples:
Êtes-vous pour ou contre le fait que les homosexuels (hommes ou femmes) puissent avoir envers eux-même les mêmes comportements que les hétérosexuels, dans l'espace public ?
Pensez-vous qu'être homosexuel, c'est être anormal quelque part ?
Vous me parlez d'homosexuels alors que je vous parle d'associations : j'ai rarement vu une association d'hétéros organiser des séances de bisous sur le parvis de Notre-Dame, je pense même que si une association de cathos organiser une manifestation quelconque devant un lieu gay, tout le monde trouverait cela naturellement homophobe. Je trouve bizarre cette légèreté envers tout ce qui est cathophobe et ce sérieux envers tout ce qui est homophobe, au nom, d'ailleurs, d'une égalité de traitement que nous continuons à ne voir nulle part...

Pour répondre à votre seconde question, oui, je considère qu'être homosexuel, c'est être anormal, au sens premier du terme, c'est-à-dire non psychologique. Il y eut même une époque bénie où l'homosexuel revendiquait cette anormalité, cette liberté de se foutre complètement des normes.

Et puis, associations, morale, norme... Triste, très triste !
Je trouve bizarre cette légèreté envers tout ce qui est cathophobe et ce sérieux envers tout ce qui est homophobe, au nom, d'ailleurs, d'une égalité de traitement que nous continuons à ne voir nulle part...

Ah non, il ne doit y avoir aucunement égalité de traitement entre religion et sexualité, entre idéologie et préférence sexuelle.

Les idéologies ne sont pas toutes acceptables, les religieuses comme les autres, mais les comportements sexuels entre adultes consentants ne regardent qu'eux.

Si les bisous sont admis dans l'espace public pour certains, ils le sont pour tous et que les cathos s'en étranglent avec s'ils le veulent, ils iront plus vite rejoindre leur créateur.

yG
Si les bisous sont admis dans l'espace public pour certains, ils le sont pour tous et que les cathos s'en étranglent avec s'ils le veulent, ils iront plus vite rejoindre leur créateur.


+1

[toutenbateau.wordpress.com]
Votre réponse confirme à 50% ce que je pense...
je pose à nouveau ma question, qui est pourtant extrêmement simple:
Êtes-vous pour ou contre le fait que les homosexuels (hommes ou femmes) puissent avoir envers eux-même les mêmes comportements que les hétérosexuels, dans l'espace public ?
-> oui
-> non
Allez jusqu'au bout de votre [s]reflex[/s].. [s]pens[/s]... opinion.
Ma réponse est bien évidemment que je suis pour que les homosexuels puissent avoir les mêmes comportements que les hétérosexuels dans l'espace public.

Par contre, je suis contre toute association dont le but est de faire chier le monde en imposant sa morale à tous, que cette morale soit homophile, cathophile ou tout ce que vous voulez, peu m'importe...
"bien évidemment "
Ça, Mike, ce n'était pas aussi "évident" que vous le prétendez, surtout que vous tenez l'homosexualité comme étant "anormale", d'autant qu'il a fallu vous poser la question deux fois.
Au passage ces associations ne font pas "chier le monde", contrairement à ce que vous bassinez à longueur de posts sur ce fil: elles n'emmerdent que vous, et ceux qui aimeraient insulter à loisir les homosexuels pour ce qu'ils sont.
Comme dirait Yannick: et quoi encore ?
Mais c'est parce que vous êtes un bien-pensant de gauche, Fan de Canard, un prosélyte de la nouvelle religion qui doit sauver l'humanité et qui, comme je l'expliquais de façon détournée à Bysonfutée un peu plus haut, doit bien contenir le double de dogmes et de restrictions à la gomme que toute autre religion sur ce qui doit être dit, être pensé, être publique, être scientifique, etc., etc. ! Merci pour le changement, l'évolution, que dis-je ?, la révolution !

Je tiens à dire ici que de la même façon que certains cathos condamnent les agissements de certaines associations catholiques intégristes alors que d'autres les applaudissent, il existe, Dieu merci, des gens de gauche qui condamnent la bien-pensance "émancipatrice" qui vous sert de credo.
Quel rapport avec la gauche ?
Vous pensez vraiment n'importe comment, Mike.
Si encore vous ne le faisiez pas tout haut...
Absolument aucun rapport avec la gauche.

C'est justement tout le problème !
Sérieusement, comment vous faites ?
Vous dites "c'est parce-que vous êtes un bien-pensant de gauche" en tant qu'explication.
Je vous dis à juste titre qu'il n'y a aucun rapport avec la politique.
Et vous me sortez: "absolument aucun rapport avec la gauche".

Vous rendez-vous seulement compte à quel point ce que vous dites est un total non-sens ?
Oui, lire les messages de Mike c'est un peu comme regarder deux episodes differents des Monty Python en meme temps sur deux ecrans, l'un double en inuit et l'autre en lakhota avec l'humour en moins.

Mike devrait faire une petit retraite dans un des monastere de la "Companie de Jesus" : Eux aussi ils racontent n'importe quoi, mais ils apprennent a le faire dans les regles du debat d'idee et de la rhetorique
Oui, lire les messages de Mike c'est un peu comme regarder deux episodes differents des Monty Python en meme temps sur deux ecrans, l'un double en inuit et l'autre en lakhota avec l'humour en moins.

:-))))

Strictement rien à voir (quoique...), mais cette phrase m'a fait penser à ça.
Vous m'avez dit à juste titre qu'il n'y a aucun rapport avec la gauche. Pour une fois que je suis d'accord avec vous, vous n'allez quand même pas nier ce que vous écrivez pour me gâcher la fête !
Gggnnnhhhhhh..
Pourquoi l'avoir écrit alors, dans votre post de 18h21 ?
Tout simplement parce que être un bien-pensant de gauche n'a rien à voir avec la gauche, et presque rien avec une politique !

Tiens, que penseriez-vous d'un type qui vient vous sortir un article du Code Pénal alors que vous êtes tranquillement en train de discuter de relations sexuelles d'un adulte avec une mineure ?

Vous êtes à ce point policé qu'on n'a rien à attendre de vous, mon bon, si ce n'est qu'une obéissance religieuse à tout ce que se dit de bien ou plutôt à tout ce qu'il est bien de dire !
Vous dites n'importe quoi.
Mais vraiment n'importe quoi.
Vous êtes vraiment le premier que je rencontre depuis que j'écris sur le forum, et je pèse mes mots.
Vous ne comprenez vraiment rien.
franchman, Fan, chépa coman tufé . pourmapar, gé renonssai a rézonet avaik maïklezerault : ilé inbatable


[toutenbateau]
Je sé pas trot coman je fait non plut, en fête :-)
gé vut sais arg' humant sue le forhomm deux lémiçion avec lordon, ces désaispairen !!

I throw ze sponge

touttanbatoh
Sais argh' umants 1 ?
Ça çereit bien la premmiair foie !

1 Jeux me suit permmit de corijé la fhotte, Balethaze.
merssi pourla corexxion
gé patrouvai dôtreu maux ; clerc, jôray puh dirre "dailyr skizauparanoillak", oci...

[toutenbateau]
Bon si j'ai bien compris, de façon détournée, comme vous dites Mike, hihi, je n'avais pas remarqué, vos façons détournées d'expliquer les choses :-) Vous êtes un comique dans votre genre. Zut je n'ai pas fini ma phrase, reprenons, si j'ai bien compris, il y a la bien-pensance de gôche, et la bien-pensance de droite ? Et ? ???? Je n'attends rien, Mike, ni de façon claire ou détournée. Rien qu'à lire tout le débat depuis que j'avais tourné les talons, ça me suffit largement, puisque vos contributions n'ont pas pour but de répondre aux questions qui vous sont posées.

Ne vous inquiétez pas pour le nombre de dogmes incalculables auxquels je crois. Je suis sûrement moins empêtrée que vous dans votre pauvre tête.
Vous savez, j'ai commencé à visionner le dernier D@ns le texte et on y évoquait mai 68.

Je trouve formidable qu'avant mai, plein de choses étaient interdites mais on se les permettait quand même. Alors qu'aujourd'hui, tant de choses sont permises mais on ne se permet plus rien.

Voilà le résultat de votre bien-pensance.
Voilà le résultat de votre bien-pensance.

Génial !
On dirait la fin d'un sketche de Palmade/Laroque quand le mari conclut - après un dialogue/dispute d'une gigantesque mauvaise foi - "Voilà où on en est avec tes conneries! "
Mike, cette fois, c'était vraiment drôle.
Oh si vous m'aviez connue avant mai 68 .... Mai-s c'est imposssible .... Ben si les choses ont beaucoup changé pour moi, mais pas seulement à cause de mai 68. A cette époque, je n'étais pas encore bien-pensante, selon votre définition de la bien-pensance. Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis.
"les bisous sur le parvis de Notre-Dame seraient permis parce que faire chier le bon peuple juste parce qu'on est fier de ce que l'on est ou le catho est un droit, peut-être même un devoir... "

Y a intérêt et plutôt deux fois qu'une.
Pourquoi on les ménagerait ces religieux ? Après tout, ils ont Dieu avec eux, qu'ils assument donc leurs valeurs.

:P yG
?
Je ne comprends rien à ce dialogue.
Mike, vous râlez parce que des amoureux d'un même sexe s'embrassent devant Notre Dame ou vous espérez qu'il y en ait le plus possible ?
Et, comme vous le demande FdC,
Questions simples:
Êtes-vous pour ou contre le fait que les homosexuels (hommes ou femmes) puissent avoir envers eux-même les mêmes comportements que les hétérosexuels, dans l'espace public ?
Pensez-vous qu'être homosexuel, c'est être anormal quelque part ?
Non, je râle contre ceux qui s'organisent en association uniquement pour faire chier le bon peuple dans lequel je place à égalité les homosexuels et les religieux...
Ce que vous ne pouvez pas faire en raison, mais seulement par un amalgame éhonté, religieux, c'est une idéologie, pas votre orientation sexuelle. Donc, oui, on peut faire chier les religieux, comme ils nous font chier par la simple obligation qu'ils nous imposent de respecter leur relation à dieu, alors qu'ils m'interdisent ma relation à dieu que je conchie quotidiennement, quelque soit son nom.

yG
Et imposer à tous que l'homosexualité est normale à quelqu'un comme moi qui adore chanter du Ferrat, vous pensez que c'est pas de l'idéologie ?

Allez avec moi, yannick, soyez audacieux, soyez scandaleux, soyez homophobe tel que ces associations le condamnent et chantez : "La femme est l'avenir de l'hômmmommmmmeuh !"
:-)
Quel catholique aurait donc le pouvoir de vous interdire quoi que ce soit ?
Vous plaisantez ou c'est par intérêt corporatiste que vous me répondez cela ?

Car, oui, les religieux imposent toujours, au quotidien, que cela soit, comme nous tous, par le pouvoir du vote, par le choix éducatif, lorsque ce n'est pas plus radicalement en incendiant des cinémas, en bloquant des centres d'IVG, en assassinant des opposants, des caricaturistes... etc.

Ah oui, je sais, je connais déjà la réponse, ce sont des fous ceux-là, des fanatiques, les bons religieux eux ne feraient pas de mal à une mouche.

Et quoi encore ?

Ils votent, ils s'expriment publiquement, ils sont déjà et rien que pour cela depuis des siècles et des siècles, l'ennemi.

yG
Non, non, pas les religieux, yannick, certaines associations religieuses...

Vous commencez à saisir la nuance entre un homosexuel et une association d'homosexuels...
Tant que l'association homo ne va pas devant un rassemblement hétéro pour conspuer sa pratique sexuelle, ils n'agissent pas en idéologue homo. Ils ne font que conspuer à raison une idéologie religieuse qui les stigmatise.
Ce qui n'a rien à voir.

Le jour où une association homo fera ce que je viens de décrire, lutter contre l'hétérosexualité, il sera temps de la condamner elle pour prosélytisme homosexuel discriminatoire.

Mais de même qu'on peut lutter contre le racisme sans rentrer dans la haine d'une autre couleur, on peut affirmer sa sexualité sans rejeter celle d'autrui. C'est le cas des homos qui s'embrassent sur le parvis, ce ne sont pas eux qui rejettent les autres au nom de leur sexualité hétéro, ils les rejettent au nom de leurs principes à la con.

yG
Moi, ce que je remarque, à propos des relations entre les homosexuels et l'Eglise, c'est qu'ils sont devenus presque les seuls à vouloir à tout prix se marier.
Mariage religieux ou civil ?

L'un comme l'autre, c'est un symbole de normalisation, soit la marque de la fin de la discrimination sexuelle. Soit une victoire au final. Cette lutte se comprend donc, qu'ils veuillent se marier ou non, qu'on soit homo ou non, puisque l'accès au mariage comme à l'adoption reste des bastions de l'homophobie.

yG
C'est aussi comme çà que je le comprends.
Deux de mes meilleures copines ont fait partie des toutes premières mariées dès que la loi l'a autorisé, en Belgique.
Elles en sont très fières, et on aime beaucoup les taquiner là-dessus.

Le mariage religieux n'est pas souvent désiré dans une démarche d'engagement religieux, mais plutôt par rapport au désir d'inclure une dimension floue et indéfinie, mais perçue comme rendant davantage justice à l'émerveillement face au bol de s'être rencontrées.
Comme n'importe quels amoureux qui tiennent à se marier.
Mais bon, je n'ai pas fait une étude détaillée sur un panel représentatif de cas, c'est ce que j'observe de ma toute petite planète.
"Le mariage religieux n'est pas souvent désiré dans une démarche d'engagement religieux"


C'est valable pour nombre d'hétéro aussi.

yG
Comme n'importe quels amoureux qui tiennent à se marier.
C'est ce que je dis.


Ceci dit, les pires homophobes que je connais sont aussi bouffeurs de curés.
La mère du père de mes enfants a assené à une ses petites filles que si elle apprenait qu'elle est homosexuelle, elle la déshériterait.
(Entre nous, elle est mal barrée, mais ses petites filles se fichent abyssalement de cet héritage puant )
Oui, en gros, vous n'êtes solidaire qu'avec vous-même ! Tant que les assoçs homos ne vous font pas chier vous, tout va bien !

C'est beau, cet altruisme de la bien-pensance !
Vous n'avez rien capté, une fois encore.

Les associations homo seraient condamnables si elles faisaient de la lutte anti-hétéro, ce n'est pas le cas, elles font juste chier certains cathos, je dis bravo.

yG
Intervertissez "homo" et "cathos" dans votre phrase et paf ! SOS Homophobie vous tomberait dessus !

A quoi cela tient, quand même...
Prendre un mot pour un autre, oui, cela change tout.

:P yG
Sauf que derrière ces mots-là, il y a des individus, des vies, mon bon yannick, et qu'il existe des êtres aussi bêtes que vous qui considèrent les homosexuels comme vous considérez les cathos.

Vous n'aimez pas les cathos, eux, ils n'aiment pas les homos. Après tout, serrez vous la main puisque des goûts et des couleurs, on ne peut discuter...
"Vous n'aimez pas les cathos, eux, ils n'aiment pas les homos. Après tout, serrez vous la main puisque des goûts et des couleurs, on ne peut discuter..."

Cela n'a rien à voir justement, vous ne pouvez faire cet amalgame, seule la sexualité est affaire de goût, si on veut, pas l'idéologie, c'est un choix, cela s'assume donc et par conséquent, cela peut se critiquer. Le vatican vient à l'instant encore de réaffirmer son opposition à l'avortement et à l'homosexualité, il(s) méritent donc tout à fait l'opposition idéologique qui est la mienne à leur(s) positions (du missionnaire).

yG
Je parle de vos goûts anticathos et des goûts antihomos des homophobes...
par intérêt corporatiste ????
Yannick, c'est à moi que vous parlez ?
J'ai toutes les raisons de croire que nous vivons dans une société similaire, et je ne vois guère que des églises à peu près vides.
Le mot "catholique" lui même ne recouvre même plus une conception homogène d'une pratique religieuse.
Même le pape est largement critiqué par ses ouailles, de moins en moins nombreuses et de moins en mois "fidèles".
Et il peut bien déclarer tout ce qu'il veut, comment aurait-il le pouvoir de seulement vous contraindre à l'écouter ?

L'héritage le plus partagé des siècles de domination de l'Eglise en Occident est peut-être le calendrier liturgique, grâce à quoi nous sommes en congé aujourd'hui !

(Mais je viens de remarquer que vous avez généralisé à "religieux")
Vous ne ménagez pas les religieux, vous les provoquez, voire les insultez...

Au nom de quoi voulez-vous condamner ceux qui font la même chose avec une autre catégorie de population, à savoir les homosexuels ? De votre morale ?

J'attends avec impatience les conclusions du rapport de SOS cathophobie et ce que vous allez nous en dire...
"Vous ne ménagez pas les religieux, vous les provoquez, voire les insultez...
Au nom de quoi voulez-vous condamner ceux qui font la même chose avec une autre catégorie de population, à savoir les homosexuels ? De votre morale ? "


Au nom de l'idéologie, la religion, celle-ci ou une autre, en est une, en cela, elle n'est nullement respectable a priori et encore moins a posteriori. Pas l'homosexualité qui est une pratique dont ni vous, ni moi n'avons à nous préoccuper du moment qu'elle est consenti entre adultes, ce qui est le cas dans notre propos.

yG
La religion est aussi une pratique mais qu'est-ce qui est une pratique dans l'homosexualité ? Le bisou ? La fellation ? La sodomie ? Le cunnilingus ?

Vous pensez que tout cela est propre à l'homosexualité ?
"La religion est aussi une pratique"

sexuelle ?

Ah oui, si vous voyez cela comme se faire mettre par le tout puissant, alors ouais, vous avez raison. :)

yG
'tain! La première fois que je suis d'accord avec Mike!
Oui, SOS Cathophobie a le droit de se plaindre. Comme SOS Homophobie. Et tout le monde a le droit de s'en foutre!
Non, on ne peut mettre l'homophobie et par exemple, l'athéisme militant sur le même plan.
Car seule la première est une discrimination et se doit d'être condamnée, la seconde, c'est une lutte politique, idéologique qu'elle vous plaise ou non, vous avez le droit d'y adhérer ou de la rejeter, de la cautionner ou de lutter contre.

yG
Si Mike fais la confusion et le parallele, c'est qu'il pense certainement que l' homosexualite est un choix de la meme maniere que les croyances sont un choix, ce qui est tout de meme assez revelateur
Et donc ? Au nom de la liberté, vous voulez condamner certains choix ? Pour moi, la liberté, c'est de laisser à chacun le choix de vivre comme il l'entend tant que cela ne fait pas chier l'autre.

Dites-moi, mon bon L-PR, si l'homosexualité était un choix, comme on l'a crû longtemps, seriez-vous aussi prêt à la condamner, l'insulter, l'interdire ?

Des humanistes... On appelle cela des humanistes... Misère !
Hu ?
depuis quand ai-je condamne quoi que ce soit ?!?

Franchement essaye de lire au lieu de toujours faire tristement la morale a tout le monde ...

J'ai uniquement dit que le parallele et la comparaison entre homosexualite et religion n'a absolument aucun sens, et que si tu ne pensais pas toi-meme que l'homosexualite est un choix, un rapprochement ne te viendrait pas meme a l'esprit.

Il faut toujours que tu fasses intervenir la religion d'une maniere ou d'une autre, quel que soit le sujet.

Tu veux faire la morale en laissant penser qu'il est scandaleux qu'une association organise une manifestation publique qui choque certaines personnes ? Pourquoi ne parles-tu pas alors des processions religieuses qui traversent des villes ou villages au vu de ceux que ca peut choquer de voir des groupes de gens se promener en exhibant un cadavre sur un bout de bois ?
C'est votre argument qui ne vaut, comme d'habitude, rien. Qu'on ait ou pas le choix d'être ce que l'on est n'influe en rien sur la liberté de vivre comme on l'entend.
Comme d'habitude, c'est plutot toi qui t'evertue a ne pas comprendre quoi que ce soit, essayer de detourner le sujet etc.

Bien entendu que je suis completement d'accord que la liberte de vivre comme l'on veut n'a rien a voir avec qui nous sommes, et que choix ou non n'a pas a entrer en ligne de compte.

Simplement, lorsque tu essayes d' utiliser des comparaisons dans un argumentaire, il vaut mieux mettre en relation des choses qui sont comparables, sinon ca n'est pas tres credible.

C'est vrai que tu n'essaye visiblement jamais d'avoir la moindre credibilite dans tes propos, mais le probleme c'est que lorsque tu reponds a des arguments, essaye de lire les arguments, et de repondre a ce qui est ecrit plutot que de toujours faire partir le sujet sur tes visions moralisatrices.
Pour LPR :

Excuse moi, mais selon toi, l'homosexualité c'est quoi, si ce n'est pas un choix ? Une maladie ? Un gène ?


Bon sang de bonsoir, mal placé !!!
Ce n'est pas un choix: avez-vous choisi, par exemple, d'être hétérosexuelle ? bien sûr que non, vous n'avez pas eu à choisir entre deux routes distinctes qui s'offraient à vous.
C'est pareil pour l'homosexualité. On est comme on est. Comme me disent certaines personnes que je connais, et qui sont homosexuelles: on le découvre à un moment donné, mais aucun n'a eu l'impression de faire un choix.

EDIT - bon ben réponse mal placée aussi, alors ;-)
D'accord avec Fan... on ne choisit pas d'être homo ou hétérosexuel... c'est une sorte de "seconde nature". Et que dire du ou de la bi-sexuel(le) : qu'il ou elle ne sait pas choisir ?
Quant à l'"association de groupes homos" qui dérange Mike, là je ne pige pas.
Je suis aussi dérangée par un couple hétéro qui se roule une pelle que par un couple homo qui le fait (je précise au passage que j'ai pas mal d'amis homos, que je n'ai jamais vus se faire même des bises). Se tripoter devant les autres est du domaine de l'exhibitionnisme et ça n'a rien à voir avec les "associations" auxquelles Mike fait allusion.
La sexualité est du domaine de l'intime, et mieux vaut qu'elle le reste, nan ?
Voilà, dogme 384 589 625 de la bien-pensance : la sexualité est du domaine de l'intime.

Bon, sinon, ce qui me gêne avec les associations homos, c'est qu'elles organisent des RDV pour se bisouiller juste devant Notre-Dame et que ce sont les cathos pas contents qui sont les coupables.

La victimisation, clomani, c'est bien plus puissant que la peur dont nous parle un peu plus haut Sophie.

Ne confondez jamais victime et victimisation. Qu'Amélie Mauresmo ait un physique de camionneur, la plupart des lesbiennes, qui comportent en leur population un pourcentage de petites bombes de féminité classique égal à celui des hétéros, le reconnaîtront sans problème. Se foutre du physique de Mauresmo est aussi "intelligent" que de se foutre de celui de notre président, cela n'a cependant rien d'homophobe. Quant à la Gay Pride qui présente les homos comme des tarlouzes en folie, je ne préfère même pas vous dire ce qu'en pensent les homos qui aspirent aujourd'hui à la normalité...

Même ce petit jeu signalé dans l'article auquel j'ai joué et qui m'a bien fait marrer n'a rien d'homophobe, parce qu'entre un con armé qui explose des hommes nus et un homme qui n'a que sa bite pour se défendre et qui, au lieu de le fuir, se dirige constamment vers lui, le fout par terre et l'encule, inutile de vous dire où se situe selon moi le courage !

Mais le courage est une valeur qui dessert fortement la victimisation !
Votre discours m'a brutalement ramenée 15 ans en arrière, lorsque j'entendais toute la journée un de mes chefs de services, un journaliste "accrédité-défense". Je cite quelques répliques-phares de ce grand esprit :
"ma bite et mon couteau", "allez, ma salope, viens dans mon bureau..." "il est monté comme un âne" et d'autres, toutes aussi croustillantes les unes que les autres, qui traumatisaient celles et ceux qui ne le connaissaient pas, qu'on n'entendait même plus dans le service d'ailleurs... tellement c'était sa norme. C'était pourtant du harcèlement, parce qu'il s'ingéniait à emmerder les femmes, les noirs, et les homosexuels.

Où ai-je parlé de victimisation ? Je dis simplement que j'en ai marre de la connerie, en gros... des réflexions connes qu'on sort sur une femme viriloïde parce que sportive, et d'autant plus homophobes qu'elle a annoncé son homosexualité aux media. Ce que pensent les homos voulant entrer dans la normalité, je le sais :la quasi totalité de mes amis sont des homos. Je pars en vacances avec des gays, j'ai voyagé sur une péniche avec des lesbiennes et personne n'était préoccupé par la façon dont ils ou elles baisaient.
'ose espérer que vous ne racontez pas vos batifolages intimes à vos potes... A vous lire, on aurait presque tendance à croire que oui, vous êtes ce héros etc etc...
15 ans ? C'est pas assez, clomani, il faut aller au moins 40 ans en arrière, à Woodstock, écouter les hippies vous dire : "Faites l'amour, pas la guerre !" pour mieux comprendre les relations d'équivalence entre le coup de fusil et le coup de bite chez l'homme.

Et je suis d'accord pour créer en votre compagnie SOS Connerie, une association non militante mais qui analyserait le discours de la bien-pensance pour mieux révéler sa vacuité ou son absurdité.

Enfin, osez espérer ce que vous voulez de vous mais soyez assez aimable de me laisser seul juge de ce que je dois faire de mes exploits sexuels...
Nanananan, ,j'arrête avec les associations ! Je lutterai contre la connerie toute seule ;o)).
Il m'a semblé qu'au cours d'un forum, vous vous étiez vanté de rendre votre femme heureuse (ou alors j'ai extrapollé, mais vous tendiez la perche, alors)...
Je vous laisse être le héros que vous prétendez être et je n'espère absolument rien de vous, rassurez-vous.
Ben voila Fan a repondu d'une maniere identique a celle que j'aurais donnee.
Il me semble que ca n'est pas un choix, pour les memes raisons que fan a indiquees, mais je suis completement incapabale de dire "ce que c'est" de la meme maniere que je suis incapable par exemple de dire pourquoi ma couleur preferee est le rose
Kill Barbie !
:-)
ma couleur preferee est le rose

ça, c'est mimi tout plein ... :-))

Bon merci à tous pour vos réponses... !

Ceci dit, je ne suis pas convaincue. Il me semble plutôt que c'est une question d'opportunité, à un moment donné de la vie des gens... J'ai une amie qui est tantôt hétéro, tantôt homo, en fonction des gens qu'elle rencontre, qui lui plaisent, et qu'elle a envie d'aimer.

Alors ?
oui : elle choisit ses partenaires, mais elle ne "choisit" pas ce qui fait qu'elle est attiree par une personne et pas par une autre
Voilà, tout à fait d'accord avec L-PR (sauf que moi, j'aime beaucoup le violet) ;o)).
ca n'est pas un choix, pour les memes raisons que fan a indiquees, mais je suis completement incapabale de dire "ce que c'est" de la meme maniere que je suis incapable par exemple de dire pourquoi ma couleur preferee est le rose

C'est la conséquence d'un certain nombre de paramètres dont nous devons admettre que nous n'en maîtrisons pas les ressorts. Et dont nous devons admettre qu'on ne sait même pas de quelle nature sont ces paramètres, s'il y a des prédispositions génomiques ou non, si il y a des prédispositions sociales ou non, si il y a des événements générateurs etc.

Savoir ce que distingue le choix des choses qui sont prédisposées voire déterminées est assez complexe. Donc je joue avec les mots, mais je pense réellement que nos choix sont dans une certaine mesure à mettre sur le même plan que nos goûts (sexuels, amoureux, esthétiques)...
Juste une histoire de "ce que l'on a l'impression de maîtriser".
Les moralisateurs sont toujours d'une tristesse...

Et les imbéciles sont d'un drôle...

Entre un "bisou" comme vous dites, qui est à priori une expression d'amour, vous qui vous présentez comme catho, vous devriez préférer un bisou à un appel au meurtre, non ?

Voulez que j'vous dise ? Les bisous des pédés "vous font chier" ... Eh bien tant mieux. Tout cela n'est qu'hypocrisie et cul coincé.
Voilà pour la morale.
Je ne me suis jamais présenté comme catho et les bisous ne m'ont jamais fait chier, les associations moralistes ont par contre ce pouvoir...
Une piste de réflexion ici

L'auteur y fait référence à un bouquin assez puant, d'un dénommé Patrick Buisson, dont l'analyse est ici....

Ce monsieur est "un proche conseiller de Nicolas Sarkozy", et son livre, au delà d'une ridicule prétention "historique", donne un point de vue saisissant sur la France de M. Sarkozy, sa curieuse vision de l’histoire et surtout la manière dont le virilisme s’y trouve érigé à la fois en grille de lecture du monde et en mode de gouvernement.

Bref, notre monde fait un joli petit retour en arrière, entre ceux qui disent "l'homosexualité c'est pas la norme, finalement, mais non, je suis pas homophobe, mais quand même...", et ceux qui "enculent les mouches" (pardon pour l'expression) pour savoir si oui ou non, les phrases citées concernant Amélie Mauresmo dans cette chronique sont homophobes ou pas... Ben oui, elles sont dégueulasses ces phrases, purement et simplement dégueulasses. Ce serait bien, de temps en temps, d'appeler un chat un chat.

Les lesbiennes sont clairement dans l'esprit de certains, des femmes qui "ne savent pas ce qu'elles perdent", quoi. Des femmes qui aimeraient bien "en avoir"... Sauf que quand on constate l'état mental de certains "mecs", les "vrais de vrais", il n'est pas très étonnant que beaucoup d'entre nous "virent leur cuti"...!

En clair, internet n'est que le reflet de notre société. Et franchement, c'est pas vraiment réjouissant.
Propos homophobe ou sexiste concernant la tenniswoman ?

On s'en fout, les deux sont condamnables, quelle que soit la lecture qu'on en fasse, il n'y a aucun échappatoire.

L'approche visant à tolérer certains propos parce que légalement ambigus est une plaie qui maintient les plus vieilles blessures ouvertes et permet des largesses que certains exploitent.

Ainsi, le FN depuis qu'il a lancé son slogan "La France aux Français", qu'aucun tribunal n'arrivera à condamner*, parce que procédurier et non méta-analyste du langage, alors que ce mot d'ordre est au mieux stupidement redondant et donc tautologique, au pire, carrément raciste.

En octroyant le bénéfice du doute à l'accusé, la justice nous a tous condamné à le subir.

yG

* je ne sais si la justice y est arrivé ou pas, comme avec la préférence nationale, je sais simplement que deux journalistes du Monde l'ont encore noté sur une banderole dans une manifestation à Paris la semaine dernière et pourtant...
Outre que la cripsation des auteurs du rapport leur fait voir de l'homophobie là où il n'y a, parfois, "que" du machisme (l'usage du terme "déménageuse" relève plus du machisme propre aux concepteurs et observateurs du tennis féminin, lequel participe lui-même d'une société masculino-centrée, ainsi que je crois le montrer dans un post plus haut), et surtout là où il n'y a pas que ça (cf. la page scannée du Monde, comptant également plusieurs commentaires condamnant fermement le lien entre pédophilie et homosexualité), je m'interroge...

Si la "modération" (ainsi que l'on nomme les censures nau-nautiques) avaut fonctionné comme désiré, il n'y aurait eu aucun commentaire homophobe dans les forums. Les auteurs du rapport en auraient conclu à l'absence d'homophobie sur Internet. Et l'on se serait félicité de la disparition des homophobes.

Sauf que les homophobes n'auraient, bien sûr, pas disparus. Mais on ne les verrait plus, puisqu'on les aurait cachés sous le tapis avec les grands ciseaux modérateurs. Sauf qu'en plus d'êre homophobes, ils seraient très aigris, convaincus qu'on ne veut pas les laisser parler, et qu'ils sont de grandes victimes du "politiquement correct". Oui, on aura reconnu Zemmour, Ménard et consorts.

Laissons maintenant les post incriminés dans les forums. Quelles conséquences cela induit-il ? Ces commentaires n'ont-ils d'autre fonction que de s'identifier et de se reconnaître ? Veulent-ils convaincre quelqu'un de l'autre bord, et surtout, peuvent-ils le convaincre (cela marche aussi pour les posts anti-homophobes) ? Un gars qui se contrefout de l'homosexualité de Mauresmo va-t-il ressortir homophobe après avoir lu ces commentaires ? Encore faudrait-il qu'il aille sur ce forum, etc.

Bref : je ne sais pas trop quels peuvent être les bénéfices d'une telle censure. Mais je vois surtout ce qu'elle produit très efficacement : des réactionnaires énervés et très vindicatifs. En plus de fabriquer un faux "réel", rassurant les inquiets.
Entendu sur France Inter en début de semaine :
Au "Refuge", association qui recueille et accompagne les jeunes, filles et garçons, victimes d'homophobie, 64 % de ces pestiférés ont été exclus par leurs familles... pratiquantes. Quelle que soit la religion des parents.
L'homophobie du web ne reflète que la mentalité d'une société aux préjugés tenaces, aggravés par l'influence de culs-bénits s'inventant des dieux à leur image d'attardés.
Toujours la même tentation : réduire la liberté d'expression. Toujours avec les mêmes bonnes raisons (il y a des gens qui en souffrent - de mauvaises idées se répandent - ...). Méfions-nous toujours de cette police de la pensée, surtout quand elle se cache derrière les bons sentiments. Quand nous serons bien habitués à nous censurer (pour les meilleures raisons du monde, bien sûr), nous ne nous choquerons plus qu'un quelconque Luca veuille interdire un film qui ne lui plait pas, ou qu'on ne puisse pas parler d'Israël sans avoir reçu la bénédiction du gouvernement israëlien.
Ah tiens! Il y a des déjà plein de gens que çà ne choque pas. Et çà, moi çà me choque!
Il est lamentable et honteux d'insulter quiconque en raison de sa race ou de ses orientations sexuelles,

Mais il est tout aussi ridicule de tout judiciariser...

J'ai une question : étant

- un homme
- hétérosexuel
- blanc

Auprès de qui et en fonction de quelle Loi protégeant l'une des catégories ci-dessus puis-je porter plainte et entreprendre une action en justice lorsque je suis insulté ?

Parce que moi aussi j'ai envie de faire des procès, et même de les gagner pour me faire plein de fric, faire chier mes ennemis et me croire en Amérique...

Sans blague !

N.B. : L'usage de "pseudos" sur internet favorise largement les conneries. Je milite depuis des années contre cette pratique lamentable en n'intervenant jamais autrement qu'à visage découvert, sous ma véritable identité.

Qui me suit ?

***
Petite question rhétorique : "Si les "blagues" à propos de Mauresmo ne font référence qu'à son physique et non à son orientation sexuelle, pourquoi est-elle la seule des tenniswomen trop musclées à y avoir droit?"
Je suis partagé.

D'un côté, je reconnais que le combat contre l'homophobie doit être mené et je me félicite donc que la société civile, via certaines associations, le mène.

De l'autre, j'ai un peu l'impression que ce rapport vient de découvrir l'eau chaude. Quoi? Les commentaires des sites d'informations, voire de certains blogs (genre celui-ci, qui pue un max) ou de certains sites (fdesouche in primis) seraient des nids à trolls? Oh, mais quelle surprise! Car ces espaces de libre expression, modérés heureusement (quoiqu'insuffisamment, apparemment), sont réputés pour le très haut niveau de pollution trollesque, et chaque fois que je les ai lus j'ai préféré m'abstenir d'intervenir tant l'ensemble me semblait pollué par des interventions "peu constructives" (restons polis). Bref, s'étonner que des nids à trolls hébergent des trolls me semble un peu tautologique. Il ne faudrait pas réduire l'anonymat sur Internet à cela (cf. acoillet), ni d'ailleurs l'ensemble des forums. Certains sont réputés pour leur bon goût (on se croirait chez l'ambassadeur), comme celui d'@si, d'autres non, et que certains lieus du ouaibe soient mal fréquentés me semble guère étonnant. En tirer un constat alarmant me paraît un peu exagéré...

Par ailleurs, certains commentaires, tout douteux qu'ils soient, me paraissent plus méchants, idiots et insultants que strictement homophobes: ceux sur Amélie Mauresmo visent plus son physique que sa sexualité; de même, les extraits cités du monde.fr viennent apparemment à la suite d'une déclaration d'un cardinal associant pédophilie et homosexualité (est-ce cet article?); il n'est guère étonnant que certains défenseurs dudit cardinal éprouvent le besoin de répéter pareille thèse abjecte: dans ce cas, faut-il blâmer les forums ou le prélat de l'Eglise qui publiquement exprime son homophobie? Qui est le premier de l'oeuf ou de la poule?
plutôt que parler de défouloir, pourquoi ne pas regrouper ces discours les violents en ajoutant à la fin : ces gens là ont le droit de vote ?

histoire de nous rappeler qu'on peut les empêcher de nuire vraiment

[toutenbateau]

je viens de voir paranormal activities : bien flippant !!
L'homophobie est une violence sociale parmi les autres. La société est violente et s'en flatte. Du "tolérance zéro" au "droit dans ses bottes", on a le droit de tout dire, de tout faire dès lors qu'on le fait avec Certitude et Arrogance. Le backlash misogyne qui est parvenu à nous faire accepter les blagues de blondes comme de la connivence ordinaire en est aussi un aspect. L'insulte est un mode de communication ordinaire pour les ados, "victime" est devenue une insulte, la compassion une faiblesse quand on la ressent, une humiliation quand on en est l'objet. La haine ordinaire est banale quand la violence ordinaire est une valeur : pas de pitié, pas de morale, pas d'état d'âme, pas de scrupules... pas de social.
ça me fait penser à des vignettes du Petit Illustré (qui devait être conspué à l'époque, comme internet !), fin 19è ou début 20è: on voyait un ouvrier se faire insulter et enguirlander par son patron dans la première vignette. Dans la 2è, l'ouvrier cognait sa femme. Dans la 3è, la femme battait son gosse. Dans la 4è, le gosse battait le chien. Chacun tape sur son souffre-douleur. Surtout quand il souffre. Le pire, c'est que c'est terriblement humain. Non, en fait, le pire, c'est que l'inhumanité soit une possibilité exclusivement humaine.
L'éternel problème, c'est que lorsque une société va mal, que c'est la dégringolade générale, elle se retourne contre ses éternels boucs-émissaires/souffre-douleur, etc. j'ai nommé : les étrangers, les juifs, les homosexuels, les femmes, dans le désordre.

Toujours la même chose, c'est le grand défouloir, c'est tellement facile, ça ne coûte rien, tout le monde ou presque s'en donne à coeur-joie, en remet une couche, une louche... On est en plein dedans à nouveau.
Je suis sur qu'en cherchant, on peut trouver sur internet des gens qui sont contre les blonds, ou contre les grands, ou contre les pantalons en soie...
Eh oui pas beaucoup de commentaires.
Il est vrai que si l'on doit peser avec une balance micro sensible
chaque mot que l'on dit ou que l'on écrit, pour éviter d'être taxé d'antisémite,
de raciste, d'homophobe, on finit par ne plus rien dire, par ne plus rien écrire.
Il s'en trouvera même qui diront si vous ne dites rien, si vous n'écrivez rien, que
vous n'en pensez pas moins.
S'il vous plaît, arrêtez avec ce "protégé par l'anonymat" qui "libérerait la parole". Si les gens s'expriment sur Internet, c'est parce que c'est possible, si vous les lisez, c'est parce que les messages sont enregistrés. Ces idées, paroles, textes, ... existaient avant Internet, et existe encore dans la société physique, c'est juste que vous n'êtes pas au milieu de ces gens quand ils discutent de ça (et donc cela reste dans la sphère privée). Sérieux, après les pédophiles, les nazis, v'la les homophobes. N'en jetez plus, la coupe est pleine... Internet = le mal absolu, y'en a marre, et voir ça sur @si, c'est trés dommage.

Egalement, je suis peut-être tatillon, mais je ne vois pas en quoi les propos sur Amélie Mauresmo sont homophobes. C'est de la moquerie sur le physique, méchant et gratuit (contrairement à ce que fait Guillon), mais je ne vois aucune référence à ses préférences sexuelles...

J'ai l'impression que ce débat liberté d'expression à l'américaine contre son équivalente bien francaise n'est pas près de se terminer...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.