107
Commentaires

Insurrection des voeux : la France rend son tablier

Commentaires préférés des abonnés

"profession après profession, c'est tout le corps social qui rend son tablier à Macron, et chacun peut sentir que c'est plus violent, plus terrible encore, que quelques vitrines cassées par les black blocs. "


Il me semblait bien. La radio, la télé, le(...)

Une seule solution, que Notre Président ( que Dieu continue à l'Inspirer ) , Lui-même, rende ( définitivement ) Son Tablier, entraînant avec Lui, les Génies  qui composent le Gouvernement .


Alors, tout est permis ....

Parfois, quand je vois la casse méthodique du service public, je me sens découragé.

Parce qu'on peut le casser rapidement, en quelques années ,mais le reconstruire sera bien plus compliqué.

Derniers commentaires

"Polytechnique n'est pas à vendre" (à Total). À quand un jetage de tricorne par les Polytechniciens?

Il faut continuer à se mobiliser et pourrir sans relâche ce gouvernement pour les 2 ans qu'il lui reste à tenir... Si ce n'est pas par la grève qui épuise notamment les plus combatifs, cela doit passer par d'autres moyens d'action. Après ? Espérons qu'un alternative politique émerge pour réparer les dégâts du saccage social.

Voilà trop longtemps que le pouvoir, à tous les niveaux, est occupé exclusivement par des comptables. Nous ne sommes plus gouvernés par des humains, mais par des statistiques. Voir le pouvoir pris par la Cour des comptes. Tout est soupesé en termes de rentabilité, de rentrées et de sorties. L'efficacité n'est pas jugée à l'aune des résultats qualitatifs, mais des résultats quantitatifs.  L'hôpital n'est pas jugé au nombre de patients guéris, mais sur son bilan financier. Et il en est de même pour tous les services publics, dont on ne veut pas savoir s'ils sont vraiment utiles au public, mais seulement combien ils coûtent. D'où les fermetures en cascades en milieu rural. 

Ce sont ces comptables, dont on aimerait bien qu'ils rendent leurs tabliers.

"N'empêche : tant que des cadres d'une société sont massivement capables d'un tel sursaut de conscience, cela dit que cette société, malgré tout, est vivante. "


L'état d'une société se résume-t-il à celui de ses "cadres" ?


Une société est comme une pyramide, avec - pour faire court, au risque de verser dans le simplisme - un sommet, un milieu (les "cadres"), une base.


La tête est en état de décomposition avancée. La base crie  depuis longtemps que l'odeur est insupportable.


Aujourd'hui, les cadres s'aperçoivent que la pourriture a encore progressé et que ça pue de plus en plus. Est-ce à cause d'un "sursaut de conscience" ou simplement parce qu'ils viennent de se faire moucher ?

La vidéo du Mobilier National est stupéfiante : le directeur continue exactement comme s’il ne se passait rien ! 

Mais de quoi sont-ils faits ces gens ? Il pourrait s’interrompre, pousser une gueulante, se barrer, proposer de discuter ... tout ça, qu’on doit d’accord ou pas avec les uns ou les autres, au moins ça peut se comprendre. 

Mais continuer comme si de rien n’était ? 


Je suis larguée là. 

Cette histoire de rentabilité et de contrôle, ou pour l'hôpital, comme le dit si bien la professeure Hartemann, de produire du séjour au lieu de prodiguer des soins, c'est ce que l'on voit partout avec le contrôle qualité

Où que nous soyons, nous y sommes confrontés les uns et les autres

dans notre vie professionnelle mais aussi dans notre vie privée où le moindre de nos achats donne lieu à une évaluation du vendeur, de la boutique,..


La paperasserie virtuelle désormais occupe notre temps : nous sommes coupés de ceux que nous supervisons car nous sommes absorbés par des compte-rendus sur leurs actions, et eux sont coupés de plus en plus des patients ou des résidents dans les maisons de retraite parce qu'ils doivent rendre compte de la moindre minute de leur travail, grâce désormais à des appareils électroniques qui font un suivi constant de leurs actions


C'est le monde idéal de la Macronie : effacement de la variable humaine au profit du résultat

sauf que d'ailleurs le résultat ne suit pas toujours car le contrôle engendre à son tour du contrôle et des frais exponentiels


Mon expérience personnelle est émaillée de cas de personnes désespérées. Au point que je m'aventure par la pensée à faire des diagnostics sur untel ou untelle en fonction des résultats annoncés


Il y certains et certaines qui survivent sans problème et ne s'encombrent pas d'éthique comme Dr Hartemann

et c'est encore plus dur pour ceux qui travaillent avec eux


Je ne me fais aucun doute que toutes ces insurrections ou manifestations ou récits de violence policière n'auront aucun effet sur la Macronie

Macron reprendra les mots de Chirac « ça m'en touche une sans faire bouger l'autre »


Il faut absolument écouter l'interview de Sibeth Ndiaye, l'invitée de Léa Salamé à 7h50 sur France Inter d'état.

Je crois qu'on n'a jamais atteint un tel niveau de retournement de la réalité et de növlangue orwellienne. 

Un véritable cas d'école cette jeune femme !

Le parfait petit robot en marche qui récite le texte qu'on a introduit dans son disque dur.

Si jeune et déjà si bête.

L 'épreuve est au-dessus de mes forces, moi aussi je rends mon tablier...d'auditrice

"Si jeune et déjà si bête "


Dans le midi on dit... si niaï !

Pendant que j'entends cette cheffe de service à la pitié, je vois Bachelot qui se pavane et qui glousse sur les "chaines d'info", elle qui a instauré cette T2A, au mépris de la mission de service public et donne des leçons de morale avec son sourire carnassier. L'escroquerie intellectuelle dans toute sa splendeur.

Syndicat reformiste / syndicat conservateur !!!!!!!

Pourrait-on également avoir un éclaircissement linguistique sur le traitement médiatique de la grève ? :
Depuis quand les journalistes opposent-ils "syndicats réformistes" et "syndicats conservateurs", au pluriel, sans les nommer comme si on devait savoir qui ils sont ? (France 24, 13h, 16/01).

Dans les années 50 on opposait gauches réformistes et gauches révolutionnaires, face aux droites réactionnaires et conservatrices.
Pour les journalistes aussi implicitement Macron c'est la révolution ?

Complètement hors sujet mon propos mais chaque jour après avoir lu les articles d'ASI (entre autres) je n'en reviens pas de constater à quel point France Inter ( pour ne citer que  ma radio matinale mais j'imagine que cela touche les autres média mainstream ) est si peu informative concernant les mouvements sociaux actuels.

Il y a trois sortes de violence 


cité chez : https://la-bas.org/la-bas-magazine/special-direct/suivez-en-direct-la-greve-et-les-manifestations-du-9-janvier?debut_comments-list=15#pagination_comments-list


La première , mère de toutes les autres , celle qui légalise et perpétue les dominations , les oppressions et les exploitations , celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés


La seconde est la violence révolutionnaire qui naît de la volonté d’abolir la première


La troisième est la VIOLENCE REPRESSIVE qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et le complice de la première violence celle qui engendre toutes les autres


Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde en feignant d’oublier la première qui la fait et la troisième QUI TUE


(( Don Helder Camara Evèque brésilien )) Théologien de la libération


Bien sûr, ça date de quelques décennies et à l'époque ces méthodes là, Môssieu, étaient "réservées" aux peuples tiers, mais depuis qu'on a installé le neveu de Pinochet à l'Élysée...

Le moment Potemkine se rapproche.

Sinon, concernant ces jetés de tabliers et manuels, j'attribue le Godwin de la semaine au toujours stimulant Gilles-William Goldnadel.

La Grande Démolition Thermo-Publique désirée par le Grand Timonier Macron Voyant Défaillant en tous genres ?


On en est pas loin mais on s'en rapproche au pas de course.


Halte à la Fin !

N'empêche : tant que des cadres d'une société sont massivement capables d'un tel sursaut de conscience, cela dit que cette société, malgré tout, est vivante.  


ou que la cohésion sociale est en train de mourir ?


 "tant que des cadres" ??

les grévistes cheminots, les grévistes machinistes RATP, les grévistes dockers, les grévistes de l'énergie..... c'est des cacahuètes ? 


Né en 1949 avec un GROS problème de santé, j'ai été sauvé,et à plusieurs reprises depuis, par le système de santé publique APHP . Je ne voudrais pas naître maintenant avec les mêmes problèmes (pas que pour cette raison, mais bon...)

Pour ceux qui dégaine un peu trop vite


"les difficultés rencontrées par l'hôpital public sont liées principalement à deux décisions : une loi "qui a instauré un pouvoir unique à l'hôpital, indépendant des médecins et des soignants, pouvoir représenté par le directeur tout-puissant", ainsi que la généralisation de la tarification à l'activité (T2A). "


T2A :  méthode de financement des établissements de santé mise en place à partir de 2004 


HPST : loi Bachelot 2009


Ce qui se passe actuellement est le résultat des choix politiques de ces  37  dernières années

Ceux qui jettent leur robe, leur blouse, leur instrument de travail les ramassent ensuite parce qu'il faut manger.

Le texte sera voté parce que les députés LREM ne réfléchissent pas ou ne veulent pas réfléchir parce que leur sort personnel procède de MACRON. 

Que de ressentiment, de colère rentrée, en retour

La question est :  jusqu'à quand ? 

"profession après profession, c'est tout le corps social qui rend son tablier à Macron, et chacun peut sentir que c'est plus violent, plus terrible encore, que quelques vitrines cassées par les black blocs. "


Il me semblait bien. La radio, la télé, le gouvernement qui nous martèlent que la récré est finie, qu'il "faut savoir arrêter une grève" prennent leurs désirs pour des réalités... ou essaient, au culot, de transformer un mensonge en vérité. 

Je me souviens d'un sketch génial des Guignols où un matin tous les politiques se réveillent et les rues sont totalement désertes. 

C'était l'époque de la cohabitation Chirac/Jospin et les français ( tous !!! ) avaient décidé de rester au lit !

C'était vraiment une très belle utopie imaginée alors... voire tous ces politiques désemparés, abandonnés par les français ça en jetait !

Parfois, quand je vois la casse méthodique du service public, je me sens découragé.

Parce qu'on peut le casser rapidement, en quelques années ,mais le reconstruire sera bien plus compliqué.

Une seule solution, que Notre Président ( que Dieu continue à l'Inspirer ) , Lui-même, rende ( définitivement ) Son Tablier, entraînant avec Lui, les Génies  qui composent le Gouvernement .


Alors, tout est permis ....

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.