53
Commentaires

Immigration et économie : les chercheurs prêchent-ils dans le vide ?

Le discours revient, inusable : les migrants seraient un "fardeau" pour l'économie, entraînant une baisse des salaires et privant les "natifs" de leur emploi. Pourtant, de nombreuses études d'économistes tendent à conclure le contraire. Sans que leur discours ne perce vraiment.

Commentaires préférés des abonnés

"Les migrants font le travail dont les natifs ne veulent pas"


Le prétendu marché du travail* dont les Français ne veulent pas, en pénurie de travailleur, devrait donc pousser les salaires et les conditions de travail pour être attractif. Ce n'est pas (...)

ASI aime bien parler des positions de Le Pen, Mélenchon, mais pas des politiques effectives du gouvernement macronien.


Il n’y a, depuis longtemps sur ce site, aucun article évoquant la politique que nous subissons.


Vous disruptez bien. Mais vous allez (...)

Très bon article qui remet certaines pendules à l'heure.


Une question, cependant : pourquoi les emplois du bâtiment et de la restauration ne trouvent-ils pas assez de candidats (nationaux) ? Sans doute parce qu'ils sont physiquement fatigants mais aus(...)

Derniers commentaires

De toute façons, tous ces nationalistes paniqués par les immigrés, d'où qu'ils viennent, n'ont pas à s'inquiéter : même une bonne partie des libéraux semblent désormais d'accord avec eux.

https://abonnes.lemonde.fr/politique/article/2018/09/21/une-etude-detaille-la-sociologie-du-macronisme_5358164_823448.html


Quel pays merveilleux. Tous unis contre les faibles, aka ces grand méchants qui veulent nous grand-remplacer et nous convertir ! Electeur, choisis ton candidat anti-immigré, désormais tu en as à tous les rayons! Joie !

Merci pour cet article qui donne des billes dans un climat délétère, et en même temps(lol), je tombe le lendemain sur cette vidéo qui marche bien aussi, je ne peux réfréner mon envie de la partager(Balavoine répond à un raciste): https://www.youtube.com/watch?v=Dd4qNh4STgU

Très bon article


A la question finale "Reste à trouver comment, enfin, faire passer le message. ", la réponse est que hélas le message ne passera pas


Il ne passera pas car ceux qui devraient l'entendre ne basent pas leurs opinions sur des critères scientifiques, des études réelles


Ce qui leur sert et motive leur opinions, ce sont des craintes, aussi obscures que la peur du loup pour un enfant, aussi absurdes que la peur au décollage d'un avion

l'emigration ne fait pas perdre de travail aux natifs, les migrants prennant les emplois non pourvu, mais leur peu de capacité a se defendre , a connaitre le droit du travail, en font des proies de choix pour les patrons esclavagistes, donc ca fait baisser les bas salaires, pas encore les hauts salaire. Et ce fait, a toujours ete, je lis histoire populaire de la France de Noiriel, et la migration a toujours existé, et meme plus que maintenant et les arguments d'aujourd 'hui sont les meme qu'en 1800 , c'est triste les riches ont toujours fait du MAcron, les chercheurs de demonter les manipulation, et la classe moyenne zintellos qui recupere le fruits des luttes qui sortent de la pauparisation de la population . La mondialisation existe depuis longtemps, rien de nouveau , juste ceux qui lisent l'histoire de nous faire croire en des nouveautés, bof. 

Il aurait été intéressant de recadrer les études auxquelles il est fait référence dans leur contexte économique et politique, les dynamiques étaient alors très différentes. 


Et d'avoir un aperçu de la couverture de ces événements par les classes médiatique et politique. Sinon, cette mise en perspective ne vaut pas grand chose.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

il est dit dans l'article que l'immigration favorise la croissance, donc quand on est pour la décroissance, on devrait être contre l'immigration?

Tout ce qui est rare est cher. Un cheval bon marché étant rare, il est donc cher.

Plus il y a de gruyère, plus il y a de trous, mais plus il y a de trous, moins il y a de gruyère, donc plus il y a de gruyère, moins il y a de gruyère.

Le gruyère n'a pas de trous....

mais si...

ah non, j'ai vérifié, vous avez raison, c'est l'emmental, bravo!

Je suis Bourguigno-Franc-Comtois, on ne me la fait pas sur le vin ni le fromage ;)

"il est dit dans l'article que l'immigration favorise la croissance"


La croissance étant la progression de la quantité des biens produits sur un territoire, augmenter la population de ce territoire augmente mécaniquement la quantité de biens qu'il produit.

Corrolaire: si vous êtes un décroissant intégriste, tuez tout le monde, et votre but sera atteint (de toutes façons, ça va se faire, ne vous en voulez pas)

je ne suis pas du tout décroissant, je  me pose des questions c'est tout, calmez vous  enfin, et changer moi cet avatar qui fait peur, svp

"je ne suis pas du tout décroissant"

Vous avez tort, c'est le seul moyen de se préparer à l'avenir qui nous est réservé.


"calmez vous  enfin, et changer moi cet avatar qui fait peur, svp"


Si j'étais énervé, cette injonction au calme aurait un effet tout à fait néfaste. Si je ne l'étais pas, elle serait inutile. Et l'avatar qui fait peur, c'est pour éviter aux gens de croire que je suis gentil. Je le trouve assez pertinent.

"Les migrants font le travail dont les natifs ne veulent pas"


Le prétendu marché du travail* dont les Français ne veulent pas, en pénurie de travailleur, devrait donc pousser les salaires et les conditions de travail pour être attractif. Ce n'est pas que les Français ne veulent pas, c'est qu'ils peuvent prétendre à mieux qu'un travail sous payé.


L'immigration ne permet pas de remplir des demandes d'emplois que les Français bouderait. Elle permet de maintenir le cout du capital bas pour ces boulots. Les patrons sont gagnants. Ils exploitent les miséreux sans risques.


Soit dit en passant refusons les arguments économiques. Le jour ou l'on montrera que le racisme est avantageux en économie, on aura des problèmes...



*Marché du travail qui n'existe pas en France (en tout cas pas encore) par définition car les salaires sont rattachés à un métier dont le salaire minimum est définit par une grille. On ira plus loin en remarquant que le travail -comme la terre agricole et l'argent- ne sont pas des marchandises, lire Polanyi.



J'ai un peu de mal à comprendre comment Anthony Edo peut à la fois expliquer ça à ASI :

"En général, elles concluent à un effet plutôt nul de l'immigration sur les salaires et les emplois"

et en même temps écrire en résumé de son article/étude :

"En revanche, ce papier met en lumière un effet négatif de l’immigration sur l’emploi des

natifs. La qualité des données utilisées permet d’étudier les mécanismes sous-jacents à

cet effet. En particulier, nous montrons qu’à niveaux de productivité comparables, les

immigrés sont plus enclins à accepter des conditions d’emploi difficiles."

??

Très bon article qui remet certaines pendules à l'heure.


Une question, cependant : pourquoi les emplois du bâtiment et de la restauration ne trouvent-ils pas assez de candidats (nationaux) ? Sans doute parce qu'ils sont physiquement fatigants mais aussi qu'ils sont également souvent mal payés.


L'initiative des restaurateurs suggérant plus de main d'oeuvre immigrée pour leur secteur ne s'assimile-t-elle pas alors à une manoeuvre pour maintenir les salaires à un (très) bas niveau ?


L'article évoque également les minimas légaux (en termes de salaire) comme des garanties empêchant le dumping à la baisse. Mais ces minimas sont-ils toujours respectés dans les secteurs du bâtiment et de la restauration (où par ailleurs le travail est souvent précaire et fragmenté) ? Et les travailleurs de ces secteurs sont-ils toujours bien armés pour faire valoir leurs droits ?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

ASI aime bien parler des positions de Le Pen, Mélenchon, mais pas des politiques effectives du gouvernement macronien.


Il n’y a, depuis longtemps sur ce site, aucun article évoquant la politique que nous subissons.


Vous disruptez bien. Mais vous allez la subir aussi. :)

Bonne synthèse Juliette. Je suis aussi en phase avec la ligne Clémentine Autain contre celle de Sarah Wagenknecht. 

Je comprends qu'il s'agit ici de contrer un discours qui souvent se pare d'arguments rationnels pour masquer des raisons moins avouables. MAIS la seule vraie question qui reste et malheureusement votre article n'y répond pas :

Est-il vraiment moralement souhaitable d'avancer cet argument cynique que nous pourrions "profiter" des migrants pour aider notre économie ? Et cela ne donne-t-il pas raison au discours de JLM ?


"Pour résumer, [les migrants] font les travaux que les autres ne veulent pas, explique d'Albis. En France, il y a des emplois vacants, des entreprises qui cherchent des employés mais ne trouvent pas. Typiquement, les migrants vont aller sur ces emplois vacants, donc ça va être positif pour tout le monde." Sans surprise, le chercheur évoque les secteurs de la construction, de la restauration, des services de nettoyage ou de l'aide à la personne. "Les migrants sont discriminés à l'emploi, ajoute-t-il. C'est très malheureux, mais c'est bien pour ça qu'on ne peut pas imaginer qu'ils vont prendre l'emploi des Français, contrairement au raisonnement très fort qui subsiste depuis les années 1930".



Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.