98
Commentaires

Hauts salaires : l'inusable sketch Aphatie-Debbouze

Le "salaire maximum" ? Une idée de plus en plus courue, a assuré Jean-Michel Aphatie dans sa chronique au Grand Journal, le 3 janvier, en faisant allusion à la suggestion de plusieurs responsables politiques de gauche de plafonner en France les très hauts salaires. Mais quand le chroniqueur de Canal+ interroge l'acteur Jamel Debbouzze (un des mieux payés de France) sur la question, le dialogue est... embarrassé.

Derniers commentaires

Franck Riboud de Danone, Bernard Charlès de Dassault Systèmes ou encore Antonio Belloni de LVMH : ces trois patrons figurent sur le podium des dirigeants les mieux payés de France. Ils ont un autre point commun : comme la fine fleur du CAC 40, ils ont utilisé la niche fiscale des investissements outre-mer pour réduire leur impôt de plusieurs centaines de milliers d'euros. Ce dispositif, mis au point en 2003, profite à moins de douze mille contribuables, mais il coûte plus cher à l'Etat que le bouclier fiscal : 767 millions contre 679 millions, en 2009 !
Comment les grands patrons échappent à l'impôt. Le Nouvel Obs.
Pas vu le Grand Journal depuis des semaines... et sur quoi je tombe ?

Denisot à Abidjan demande à Gbagbo comment se sortir de cette affaire ???

Que s'est-il passé ? Mais que se passe-t-il ?
En parlant de Canal, je viens de voir une pub :
"Vous aimez Canal ? Vous aimerez Attractive World, le site de rencontres des gens exigeants."
Parce que, quand on regarde Canal, on se sent exigeants, et ouaih, c'est quand même pas TF1.
Y a un truc bobo chic, et faussement intello sur canal.

Moi je regarde, parce que je le vaus bien ? ;-)
Pour les sportifs :
il faut aussi regarder les bénéfices que font les clubs, entre les droits de diffusion et le prix des places dans le stade ... Certes on peut trouver indécent les salaires astronomiques que touchent les joueurs, mais du point de vue du joueur, regardant combien ils rapportent à leurs patrons, on ne peut pas leur reprocher de négocier une part du gateau,

Et sinon pour Jamel, il a pas grand chose à craindre, 50 000 € par mois ça fait 6Millions à l'année, et il en est apparemment pas encore là ...
Pour moi la question des hauts salaires n'est pas là et on se trompe de problèmes.

Qu'un footballeur gagne 3 millions d'euros à chaque frappe dans un ballon, c'est son truc.
Qu'une star people (donc par définition qui n'a pas de travail) gagne de l'argent en montrant sa raie à la TV .. pourquoi pas
Qu'un comique comme Jamel Debouzze gagne autant d'argent grâce au succès, qui peut lui reprocher ?

Là, ou je trouve qu'il y a un soucis, c'est quand le patron d'une entreprise touche X fois le plus petit salaire de son employé le plus mal payé. J'illustre :

Un PDG d'une multi-nationale gagne 200 000 € / mois et certains de ses employés gagne 1000 € / mois. Cela signifie t'il que son travail et ses compétences valent 200 fois celle de son employé le plus bas qualifié ?

Un PDG qui pour des raisons stratégiques coulent une partie de sa boite, et se prend un "parachute doré" derrière qui suffirait à nourrir une centaine d'employés pendant 10 ans, est-ce juste ?

Après, si un patron a investi une certaine somme d'argent, il pourrait paraitre logique qu'il en récupère une partie, si c'est son argent propre...mais est-ce souvent le cas ? Est-ce que le patron de Renault a acheté Renault ? Je ne pense pas ... on l'a placé à son siège et on lui a dit "tiens, dirige et tu auras ce salaire". Maintenant, je n'ai pas de culture économique pour justifier de tels propos.

Bref ... les hauts salaires oui, du moment que les PDG soit "proportionnellement justifiables" vis à vis de leurs employés.
Quelqu'un peut dire à M. Debbouze qu'il arrête de parler de politique.
On a déjà assez à faire avec les explcations des hommes politiques élus qui nous prennent pour des bouffons, alors si les bouffons se mettent à nous expliquer la politique on en sortira pas.
Ce n'est qu'un mec qui adulle ses riches amis politiques, journalistes et rois. Il n'a rien d'intéressant à nous expliquer et à nous apprendre, pas parcequ'il a des choses à cacher pour conserver un pouvoir mais tout simplement parcequ'il est inculte. Ces analyses politiques de la société ne valent pas un clou en bois.
La question des hauts salaires ne concerne que les entreprises avec un patron. Mélenchon ne dit pas autre chose. Jamel, les acteurs, les professions libérales, il n'y a pas de comparaison salariales... puisqu'il n'y a pas d'employés autour !
Mon Blog
Bonjour,

Je pense que ce débat est un faux débat.
Il est en effet regrettable de voir qu'un enfant de la banlieu comme Jamel ne "voit" pas d'impact direct de ses impôts sur une ville comme Trappes. C'est vrai qu'il est difficile de "voir" les allocations famillialles, l'aide à l'accès aux soins, aux médicaments et autres dérives du système auxquelles servent les impôts, surtout quand on ne les paye dans la ville concernée.
Pourtant, bien que l'idée de prendre toute partie supérieure à un certain seuil de revenu aux citoyens les plus riches soit alléchante, elle n'en est pas moins utopiste, démagogique, et contre productive. En effet, cette idée, viole le principe d'économie publique que "trop d'impôt tue l'impôt" (cf Courbe de Laffer). L'imposition au-delà d'un certain seuil (qu'il est effectivement difficile d'évaluer) entraine une dés-incitation au travail auprès de nos concitoyens les plus rentables et productifs pour l'état et également une fuite des capitaux.
L'imposition abusive conduit donc à une rente plus faible pour l'état et à une démotivation de nos citoyens.
Je pense que le constat non profitable pour le bien-être collectif de la chose est clair.

Il me semble que le problème de fond ici, ne soit pas que certain gagne trop, mais plutôt que certain ne gagne pas assez, mais c'est un autre débat (qui a déjà des explications et résultats économiques connus d'ailleurs).
La fameuse répartition des richesses: on voudrait nous faire croire que les riches sont riches par magie, et qu'ils devraient pour être gentils donner aux pauvres une partie de LEUR richesse (en en gardant, bien sur, un max!).

Or les riches sont riches parce que, directement ou indirectement, le travail des pauvres les enrichit. Et les pauvres sont pauvres parce que leur travail alimente le puits sans fond de l'avidité des riches. Y compris les pauvres sans travail, pièce maîtresse du système, puisqu'ils jouent le rôle d'épouvantail au cas où ceux qui ont du boulot voudraient faire les malins.

Ainsi, on occulte ce fait majeur, qui gouverne toute notre économie: ce sont les pauvres qui donnent aux riches, ce sont les pauvres qui ASSISTENT les riches. Ça explique ce mystère apparent pourquoi les uns sont pauvres... et les autres riches.
Juste avant la fin de la séquence,ils ont tenu des ppropos surprenants arguant que les français étant trop contents d'eux,ne se trouvaient jamais satisfaits et se plaignaient sans cesse.
ces propos montrent qu'ils ne sont pas personnellement atteints par les difficultés de la majorité du pays,dont ils ne sont apparemment pas au courant .Sûr, ils ne sont pas dans la vraie vie.
Leur belle complicité avait quelque chose de factice. On était dans le spectacle"Grand journal" et Apathie interrogeant Jamel Debbouze sur le fric outrancier alors qu'il en gagne énormément montrait l'absurdité assumée de l'exercice.
Donc:ne plus regarder Calvi puis Denisot avant le repas du soir!!!!
Ce concept de salaire maximum me fait fortement penser au S.L.A.M. de notre oracle national Frédéric Lordon (Ici ou La)

Seulement, là on ne parle pas d'un système qui pourrai être un élément de solution à la gloutonnerie et la prédation de puissantes banques, largement interconnectée au niveau mondial. le salaire maximum est un concept qui touche plus de monde, puisqu'il y a "Salaire" dans le tas, et de mon point de vue, est présenté comme une injustice, car après tout, qui somme nous pour décider des revenus des meilleurs d'entre nous ? et puis quelle limite fixer ? etc...

j'ai l'impression qu'il s'agit d'un débat où les intervenants, qui sont tous (plus ou moins) reliés à un milieu concerné au premier plan par cet hypothétique salaire maximum, jouent à se faire peur avec cette idée subversive. Et que ça s'arrête là pour eux, peut être même qu'ils veulent que ça s'arrête là pour nous aussi ?

S'il avait été question du SLAM ou d'un autre système approchant, là il y aurai eu quelque chose d'intéressant, rien que le fait de donner une portée plus médiatique à des idées "qui sortent du cadre" aurai été un plus.

Bien à vous, bonne réflexion sur le sujet !

vince
Ben le truc c'est que la répartition des richesses marche à l'envers, on donne plus à ceux qui ont déjà trop et n'en ont pas besoin : ils confient cet argent en trop à des banquiers privés qui alimentent la spéculation mondiale débridée, qui cause des bulles qui font péter le système.
Par contre aux Smicards et aux classes moyennes on donne rien, alors qu'eux avec cet argent en plus ils consommeraient pour améliorer leur quotidien, et feraient du coup repartir la machine économique. Mais non, à la place, ils se prennent les crises causées par la spéculation des super riches sur la gueule et en plus doivent se serrer la ceinture pour sauver le système tandis que les autres continuent à engraisser.

Non, non, le monde est bien fait...
C'est un peu injuste de dire que Jamel Debbouze est embarrassé: il a toujours cette diction hésitante, proche du bégaiement, qui le favorise quand il fait le clown et le dessert quand il essaie d'être sérieux. Par contre, le contenu me semble correct: "Je suis heureux de payer des impôts, plus j'en paie, plus je suis heureux, mais par contre je me pose la question de savoir ce que ma ville et l'état font avec cet argent".

Et, bien sûr, cet écrêtement par l'impôt ne serait intéressant qu'accompagné d'un sérieux nettoyage de la corruption, y compris de la corruption légale, et d'une politique efficace et déterminée de mise au service de toute la collectivité. Je préfèrerais (au cas fort peu probable où je serais touchée par cet écrêtement) que ça serve à améliorer l'éducation, la santé, les (petites) retraites, les soins aux enfants, etc...

Par ailleurs, le souci de baisser les plus hauts revenus n'est ni compassionnel (pauvres pauvres!) ni jaloux (salauds de riches!). L'idée, en tout cas celle défendue par Hervé Kempf, est de limiter les gaspillages outrageux et outrageants que ces revenus effarants induisent chez ceux qui les reçoivent. Et, comme je l'ai dit plus haut, de mettre cet argent au service de la collectivité.
Djamel remet en cause l'utilisation de l'argent publique et il a raison !
Avant de parler de l’indécence des haut salaires, parlons de l’indécence de son utilisation.

Qu'est ce qu'il y a de plus gerbant que certain gagne beaucoup, ou que d'autres crévent la dalle ?
Qui ne change rien à se système ? qui devrait agir ? les riches ou le gouvernement ?
Je lis ça, je regarde mon bulletin de salaire d'agent administratif de la fonction publique territoriale, et je me dis que je vais encore faire une réflexion qu'on traitera de "populiste" ...
Enfin... encore une raison de "s'indigner" !
Euh ...question naïve mais qui me turlupine depuis pas mal de temps : Les gros salaires sont ils reponsable un peu, beaucoup, des déséquilibres financiers mondiaux. Pour résumer celui qui prend une grosse part laisse t il une petite part à celui qui est au bout de la table (Laotiens, cambodgiens etc.) C'est un peu la thése que défend Hervé Kempf dans "les riches détruisent la planète" mais qu'il n'explique pas vraiment !
Une invitation à Kempf (?)pour comprendre ce sketch ! Et comme il vient de sotir " l'oligarchie ça suffit, vive la démocratie" ça pourrait être une autre vision du sarkosistan !
Ha ben oui c'est facile ça.

A chaque fois que l'on parle de gros salaires, on montre du doigt les artistes et les sportifs.

Oui certainement que M. DEBOUZZE a gagné beaucoup d'argent, mais je ne pense pas que ce soit un problème.

Pourquoi ils n'évoquent pas ce problème avec les grands patrons ?

Ils ne les titillent jamais ces gens là.

Ils pourraient poser la question au PDG ce Canal+ par exemple.
alors comme ça EDF va aller mieux, génial, nos factures vont baisser..

dans ce cas, je dis aussi que Proglio méritera son salaire.
Difficile de comprendre la position d'Aphatie sur le thème du salaire maximum. Il laisse bien entendre que l'idée ne l'enchante pas, mais sans le dire explicitement. dites-vous Mathias.

La réponse se trouve en partie sur le blog de JMA : (...)Le journal Le Monde a publié un papier involontairement comique, les plus drôles, sur une proposition qui pourrait faire florès, disait sa rédactrice, au sein de la gauche française. Il s'agit d'une réflexion sur le « salaire maximum ». L'Etat, qui d'autre se risquerait à ce ridicule?, déciderait que nul Français ne peut gagner plus de X. euros, le plafond oscillant selon les réflexions entre 40.000 et 50.000 euros par an.(...) Evidemment la proposition est saute. Pour être comprise, elle doit valoir pour tous, salariés et non salariés dans la société française. Ainsi, un jeune sportif qui décrocherait à la suite d'une performance de niveau mondial des contrats publicitaires pourrait se voir réclamer la totalité de ses revenus par l'Etat au dessus d'un certain seuil. C'est la Suisse qui sera contente des les accueillir, ces sportifs là. (...)

Voilà ce qui perturbe JMA : 50.000 euros par an ! Lapsus révélateur ?

Source : Bonne année! 03/01, le Blog actu RTL de Jean-Michel Apathie, lundi 3 janvier 2011 http://blog.rtl.fr/aphatie/20110103/bonne-annee-03-01.html
Il y en a qui ne sont pas vraiment prêts à partager autre chose que leurs opinions......C'est vrai que quand on a un minimum d'opinion, on peut être prêt à le dire à un maximum de gens, n'est-ce pas Mr Debouze....Le seuil d'hypocrisie maximum ne pourra jamais être fixé, quand bien même il le serait, qu'il serait dépassé..
En réponse à Bysonne, le message étant mal placé :
Je crois que c'est le cas : la rédaction a récemment précisé - dans une chronique consacrée aux indignations d'Hessel - que tous nos santons du Sarkosistan portent le turban.
Ah la la, il manque de l'explication de texte quand on parle de Proglio en tant que "bon patron". Proglio est reconnu comme étant un bon patron. De quel point de vue au juste? Celui des salariés ou celui de l'actionnariat? Si ces élites qui causent à la télé voulaient bien préciser leur pensée, parce qu'elles parlent souvent depuis leur petit microcosme de privilégiés, non?

Question subsidiaire à 1000 euros:

Y en a encore qui regardent "le grand journal" de Canal? A part les paralytiques qui peuvent pas zapper, ça existe encore?
Pourquoi il n'a pas de turban Aphatie, il le vaut bien, non ?
Weah, c'était 45 millions... de francs.

De plus, je me pose sincèrement la question de la pertinence de la comparaison : il ne s'agissait pas d'un salaire, mais du prix d'achat du joueur... Évidemment, on peut fortement critiquer le principe d'acheter une personne, mais, au-delà de ce débat légitime, la comparaison me semble caduque, car il s'agit d'un investissement : le joueur a d'ailleurs été revendu, avec plus-value (au Milan AC).

Évidemment, on parle là de capitalisme...
Dommage de ne pas avoir mis la réponse d'Hessel.
Il y a une coquille dans la dernière ligne (ils).
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.