32
Commentaires

Harvey, Melania, Naomi

Il faut imaginer des chercheurs du prochain siècle. Ou au moins des chercheurs des zones rescapées de la catastrophe.

Derniers commentaires

La Cassandre que je suis poserais une question encore plus lucide : y aura-t-il dans l'avenir encore une civilisation qui pourra produire des chercheurs en mesure de se pencher sur une situation historique facile à repérer du type "Visite du Président Américain lors d'une catastrophe naturelle en 2017" ?
Car on ne peut exclure que la conjugaison de l'épuisement des ressources et des catastrophes climatiques produiront un effet de Big crunch et dans ce cas, il n'est pas certain que la civilisation repartira.

Alors, l'avenir n'est écrit nulle part, mais on ne peut l'exclure.

Mais le monde est plein de petits malins qui pensent que quelle que soit la situation, ils s'en sortiront toujours. D'ailleurs, Sebastien Bohler nous l'avait bien expliqué à une époque : nous avons des régulateurs dans le cerveau qui nous évitent le catastrophisme et nous font voir la vie en rose...
En fait, quant une femme a pris l'habitude pendant plusieurs années de ne marcher qu'avec des talons qui plus est fort haut, marcher à plat cela fait très mal au dos.

En conséquence, on peut comprendre qu'il y faille une situation exceptionnelle pour consentir à se faire mal.

Pourquoi se serait-elle infligée en l'espèce un mal de dos ?

Il est un autre fait que le tabac et l'amiante sont toujours en cours de circulation et qu'un consensus scientifique ne fait pas à lui seul une politique : il y faut une raison.

Laquelle Monsieur gracques ? Pour quelle raison l'industrie modifiera-t-elle son comportement ?
Le Talon d'Achille des politiques !
S'il faut des Naomi pour "crier trop tard !", demandez donc à la communauté scientifique pourquoi elle n'a pas été entendue ?
Entre batailles d'egos (climato-sceptiques, imbéciles heureux vus à la TV) et les éléments déchainés de la nature, qui triomphera ?
Rendez-vous dans ... ans avec ou sans talon haut, bof.
Et Mumbai?
Ben ouai , mais justement le consensus scientifique porte AUSSI sur l'origine ANTHROPIQUE du changement climatique par augmentation du taux de GAES (gaz a effet de serre) due a l'activité industrielle (qui comprend aussi l'agriculture moderne).
Et c'est faux les climato septiques ont d'abord nié le changement , puis devant les preuves , mettent en doute l'origine ( ce qui dispense de toute modification de comportement) et non les climato septiques ne s'appuient pas sur des recherche scientifique reconnue par les pairs.
Le climato septique est le meme qui doutait des méfaits de tabac ou de l'amiante , memes methodes , meme reseaux .
Les climato-sceptiques ne doutent pas tant du réchauffement tendanciel mais de son origine ; ils indiquent que les mesures plaident pour une cause naturelle à type cyclique sur laquelle l'homme n'a pas prise et qui est plus optimisable qu'un cycle polaire.

Alors, le discours de Naomi peut aussi n'être qu'une imprécation parmi d'autres conversations.

Et là, l'évacuation de la zone semble avoir réussie, non ?

Alors venir "as usual" c'est cohérent : elle ne vient pas en zone sinistrée mais en zone inondée.

J'avoue, il y aurait tellement d'autres moteurs de penser le monde que l'effet de Serfs ?

Bref.
Sur plume de canard, l'eau glisse...
" Que d'eau, que d'eau" !
C'est "Naomi", pas "Naomie".
Oui les talons aiguilles de MelanIa Trump peuvent être vus comme le symbole de la déconnexion de l'administration américo-trumpienne d'avec la réalité, mais, si elle avait revêtu une tenue de circonstance (bottes et ciré), nos médias perspicaces n'y auraient-ils pas vu un déguisement destiné à masquer cette déconnexion. En même temps, elle portait elle-même son parapluie.
Peut-être que les chercheurs se poseront la question:

"Pourquoi, plutôt que d'écouter Trump ou Naomie Klein, n'ont-ils pas écouté leurs scientifiques ? Pourquoi avaient-ils besoin de polémistes ou de showman de TV réalité lancé en politique pour savoir que penser ? Ils avaient pourtant de très nombreux ouvrages/films/documentaires de vulgarisation scientifiques."

Heureusement, un spécialiste des média de la fin XX/début XXI pourra répondre à leurs questions:

"Parce qu'à l'époque, les média voulaient du spectaculaire, de l'émotion, des "débats contradictoires", il fallait de la polémique. Un truc comme le consensus scientifique, ce n'était pas vendeur. Alors ils invitaient des négationnistes du climat, donnaient 5 minutes de paroles à l'un et 5 minutes à l'autre, sans permettre l'examen minutieux et rationnel des faits.
Et puis, personne ou presque n'était prêt à réduire son train de vie tout ça pour que leurs arrières petits enfants aient une vie meilleure."
Donald trempe ...
Bonjour
Ne pas oublier le livre "préface" de Naomie Klein (La Stratégie du Choc) qui décrivait la prédation du néolibéralisme précurseur de celle du climat.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.