8
Commentaires

"Guet-apens" à Grigny ? Les télés plus prudentes qu'en 2006

Derniers commentaires

Habitant moi-même à la Grande Borne à Grigny, et assister à la scène d'affrontement, il y a je pense de mon point de vue des contre-vérités concernant le nombre d'assaillants participant à ces affrontements. Le chiffre d'une quarantaine de jeune voire même une soixantaine vu dans le Figaro, je crois est un peu (beaucoup) surévalué. Incontestablement, ils étaient beaucoup moins nombreux, du fait que ce type de "spectacle" rassemble généralement des curieux voulant assister à la scène et filmer avec leur portable. Sur les projectiles uitlisés, effectivement, j'ai des pierres volées, des engins pyrotechniques (voir une vidéo mise en ligne dans le Parisien), mais je n'ai pas vu de fusils à pompe comme le dit PPDA.
Chers @sinautes,

Que cela soit clair, je n'ai aucune sympathie pour les utilisateurs d'arme à feu ou auteurs de violences diverses.
Mais là, j'ai la nette impression que TF1 nous rejoue le coup de Papy Voise. (le gars agressé trois jours avant la présidentielle 2002)
Comme si la sécurité n'est que l'apanage de la droite et que la gauche était naturellement du côté de la délinquance.
Je remercie le "courage" de France 2 de citer ses sources. TF1 devrait prendre exemple.
Grigny ? Combien de divisions ?
Bonjour à tous :)

Eh oui ça faisait longtemps que je n'avais montré mon museau par ici (je lis souvent mais je poste moins ;) ).

J'habite justement Grigny... et plus particulièrement la Grande-Borne qui a été le théâtre de cette déplorable manifestation de violence. >.<

Autant, d'habitude, j'aurai crié au scandale que l'on avance des suppositions comme des faits "c'est un guet-apens !"... autant, ici, j'aurai tendance à approuver cette "suggestion".

Je n'ose plus compter le nombre de fois où j'ai été le spectateur de ce genre de scène... que ce soit vis à vis de la police ou des pompiers !

Cette minorité violente qui pourrit la vis de la région allume des feux de poubelles pour faire intervenir les pompiers... et lancer des parpaings/briques/bouteilles/cocktails molotovs sur leur véhicule d'intervention, voir sur les pompiers eux même !

Donc, quand les media (et la préfecture de police ?) avancent qu'il s'agit d'un guet-apens, je ne peux qu'abonder dans leur sens... malheureusement. :(
.. c'est pourtant pas compliqué ! Ou alors, conditionnel exigé, tant qu'ils ne sont pas établis.
Et au passage, les utilisateurs d'armes, qu'ils aient ou non tiré par balles ou au plomb, sont nuisibles, et j'espère bien qu'ils auront perpèt' sans remise de peine.
Je suis allergique aux armes à feu, faut pas m'emmerder avec ça, aucune excuse quand on s'en sert en agressant un être humain.
Ça c'est fait.
"Le seul responsable des lancements de PPDA, c'est Poivre lui-même"

Responsable, certes ! Rédacteur, pas forcément ! Et toute la nuance est là.

Quand je travaillais à la Une, c'est une stagiaire, rarement la même (mais ayant toutes en commun d'avoir le bon goût d'être très agréables physiquement) qui rédigeait ces lancements. Je ne compte pas le nombre de fois, ou, après avoir lancé le sujet et pendant sa diffusion, Poivre hurlait contre telle ou telle imprécision, incompréhension ou faute de syntaxe. Bon, évidemment, la question se pose aussi de savoir combien la fille était payée pour faire le boulot pour lequel lui, est grassement payé, mais c'est un autre sujet...

Je ne sais pas si c'est toujours comme ça aujourd'hui, mais ça vaudrait le coup de poser la question à Poivre...
Que les journalistes du Journal TY aient pris un peu de recul sur leur métier, on peut l'espérer.
Je crois qu'ils craignent surtout d'être à nouveau montrés du doigt à qq jours des cantonales et municipales.
Mais je crains fort que le naturel -je devrais dire l'émotionnel- ne reprenne vite le dessus.
Si la plupart des journalistes sont prudents cette fois, c'est probablement qu'ils ont compris, et beaucoup d'auditeurs et de téléspectateurs avec eux, le rôle des manipulations sur la sécurité et les violences urbaines à quelques jours des élections.
Sauf PPDA, semble-t-il. Pour un journaliste aussi expérimenté que lui, cela ne peut pas être l'effet du hasard.
La vigilance et la prudence de tous restent pourtant nécessaires jusqu'à la fin des élections, car certains doivent rêver d'un "beau" fait divers à monter en épingle, pour mobiliser une fois encore le réflexe de peur des électeurs fragiles.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.