22
Commentaires

Gilets jaunes : un jeune journaliste privé de liberté pendant trois jours

Brice Ivanovic, jeune journaliste en alternance, a été arrêté durant l'acte 23 des Gilets jaunes, alors qu'il filmait la manifestation. Après une garde à vue de 48 heures, il a passé 35 heures dans une cellule du tribunal. Il regrette aujourd'hui le faible soutien de la profession.

Commentaires préférés des abonnés

La France, cette grande démocratie ?

C'est beau un État de droit lorsqu'il suffit à un agent assermenté de dire une connerie ou tout bonnement de mentir pour qu'un citoyen devienne un délinquant pour l'institution judiciaire. Tout le monde n'a pas la chance d'avoir une bonne défense pou(...)

Un policier de la BAC le traite de "sale Yougo"...

Rien d'étonnant à ce genre d'injure, juste la confirmation, pour ceux qui en douteraient encore, que les "représentants de l'ordre" sont un ramassis d'abrutis racistes bas du front, parfaitement forma(...)

Derniers commentaires

Violences policières, nouvel épisode.

A Nantes, le 21 juin, jour de la fête de la musique, 14 "fêtards" ont été précipités puis repêchés dans la Loire, suite à une charge de la police. Un quinzième n'a toujours pas donné signe de vie...

Attention de ne pas sous-entendre que ce genre de comportement de la police est anormal uniquement quand la personne arrêtée est journaliste...   


C'est l'arbre qui cache la forêt... Pour un journaliste innocent arrêté, combien de manifestants innocents arrêtés?   10, 100, 1000 ?

Cette institution judiciaire est une parfaite machine à radicaliser. 

Rien de tel que le sentiment injustice et l'humiliation gratuite pour bien énerver des gens déterminés.

Mais j'ai bon espoir... a force de traiter en masse les quidams comme de la sous-crotte il finiront mathématiquement par tomber sur le gars qu'il ne fallait pas énerver et qui aura quelques connaissances en explosifs.

Un policier de la BAC le traite de "sale Yougo"...

Rien d'étonnant à ce genre d'injure, juste la confirmation, pour ceux qui en douteraient encore, que les "représentants de l'ordre" sont un ramassis d'abrutis racistes bas du front, parfaitement formatés pour l'humiliation et la répression.


NB. Je doute qu'avant de signer son PV de sortie, Brice ivanovic "raille" la mention refus de s'alimenter.

Il la raie ou la raye.

A force, j’ai l’impression que la police et le parquet sont en roue libre. J’ai l’impression que le gouvernement couvre leurs abus plutôt que de les y inciter. 

C'est beau un État de droit lorsqu'il suffit à un agent assermenté de dire une connerie ou tout bonnement de mentir pour qu'un citoyen devienne un délinquant pour l'institution judiciaire. Tout le monde n'a pas la chance d'avoir une bonne défense pour s'en sortir. Avec la présomption de légitime défense qui se profile, on va rigoler un peu dans les commissariats

Démocratie? Il me reviens un temps de l'histoire ou l'on enferme ceux qui s'opposent, ceux qui montrent ceux qui s'opposent.

Voyons voir, bordurie ou macronistan?

verre a moitie plein , verre a moitie vide.

il devrait pourtant mesurer sa chance ! il est journaliste en alternance donc @si en parle.  les autres péquins lambda, les riens qui n'ont pas la chance d'appartenir à la corporation ne bénéficient même pas d'un article d'indignation d'@si. les temps sont durs.

@si est dans son rôle en publiant cette info-là, ce n’est pas du corporatisme pour autant. 

Pas tant de chance que ça... çà a eu lieu  le 20 avril, et nous sommes le 20 juin. Un billet de blog sur Médiapart le 27 mai, comme tout abonné peut le faire, mais aucune reprise dans le journal lui-même. Il me semble que la profession ne brille pas précisément par sa solidarité sur ce coup là. 


Alors que selon moi, un étudiant en journalisme devrait bénéficier de plus d'attention encore qu'un journaliste installé: plus vulnérable (les flics le savent bien) il devrait être mieux protégé


Soyons justes, les "péquins lambda" comme vous dites, ont été soigneusement listés et documentés par un journaliste (David Dufresne), et le travail de celui-ci bien repris par d'autres journalistes. 


On attend d'ailleurs la suite: la justice musarde, pour l'instant.

j'allais répondre sur le fond mais je suis malheureusement en greve contre l’écriture en gras... je defends l'italique cette année, après avoir erré  sans résultat du cote du souligné



Je suis plutôt d'accord. D'autant que les journalistes sont a priori plus pris pour cible que les autres. (https://www.telerama.fr/medias/gilets-jaunes-les-journalistes-toujours-victimes-de-violences-policieres,-selon-rsf,n6261676.php) 

Et si ces cas sont inexcusables, c'est aussi que ces agressions témoignent indirectement des violences qui sont faits à ceux qui n'ont pas le statut de journaliste. On les vise particulièrement parce que n'est pas aimé le fait qu'ils documentent la réalité des violences d'état.

Quand on en est à nuire aux témoins, c'est que des barrières morales sont tombées.

La France, cette grande démocratie ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.