51
Commentaires

Gilets jaunes : Calvi voit rouge

Commentaires préférés des abonnés

moi j'ai une tendresse particulière pour yves Calvi ! C'est quand même grace à lui que j'ai éteins quasi définitivement ( sauf pour le rugby et certains films ) mon poste de télé ! Et pour un téléphage comme moi depuis  l'île aux enfants...c'est(...)

Merci pour ce bref article. Petite question sans polémique, juste par curiosité intellectuelle et sémantique : est-on obligé d'utiliser le mot de "journaliste" pour désigner Messieurs Calvi et Aphatie ? De quand date leur dernier article, enquête, re(...)

On a oublié - et c'est la source du malentendu - qu'Yves Calvi est le fils de Gérard Calvi, talentueux compositeur, illustrateur sonores des regrettés Branquignols. 


C'est tout l'esprit Branquignol qui ressurgit dans le savoureux montage de ses i(...)

Derniers commentaires

à la fin de la 2ème guerre mondiale, on l'aurait tondu...

Vous vous imaginez habitant cette jolie ville corse...Ca doit être un véritable calvaire!

Carpe diem...

Et Aphatie trouva consolation:

https://twitter.com/jmaphatie/status/1091031863399981057

Je propose que le temps de parole de Calvi soit décompté du temps de parole de LREM pour les prochaines élections.

Une chose est sûre, Calvi remonte le peloton à fond les ballons et va ravir le maillot jaune des journalistes imbéciles péremptoires à Aphatie. Et on se demande pourquoi les gens ne veulent plus les voir et s'agitent les neurones dans tous les sens jusqu'à ce qu'ils rencontrent matière à penser, de la plus nourrissante à la plus pourrie ?

Merci pour ce bref article. Petite question sans polémique, juste par curiosité intellectuelle et sémantique : est-on obligé d'utiliser le mot de "journaliste" pour désigner Messieurs Calvi et Aphatie ? De quand date leur dernier article, enquête, reportage ? Ont-ils déjà révélé un fait vérifiable ?

le gars qui sent la mort prochaine de Jean-Pierre Pernaut et qui voudrait lui piquer la place...

On a oublié - et c'est la source du malentendu - qu'Yves Calvi est le fils de Gérard Calvi, talentueux compositeur, illustrateur sonores des regrettés Branquignols. 


C'est tout l'esprit Branquignol qui ressurgit dans le savoureux montage de ses indignations. Tout comme on le retrouve aussi dans l'acrobatique  prestation de Jean-Michel Aphatie. Les amateurs de diction connaissent bien ce rhétoriqueur médiatique. Mais il faut reconnaître que ses variations alternatives sur la violence des Gilets Jaunes et de la police sont un morceau d'anthologie.


Yves Calvi n'est pas un penseur. Il est le premier à s'en défendre avec une sincérité bienvenue. Il a construit sa gloire sur certaine virtuosité à passer les plats. Le personnage tient de Molière et de la commedia dell'arte. il sur-joue les sentiments élémentaires, indignation, surprise, étonnement. Il roule des yeux, appuie, grossit le trait. 


Il prend à témoin ses partenaires habituels, cautions intellectuelles qui l'entourent et l'épaulent. On vient pour les brushings de Pascal Perrineau comme pour ses démonstrations bien peignées, justifiant son  statut nouveau de correspondant officiel du Grand Débat. On est dans l'entre-soi parfait. Et l'incompréhension du mouvement des Gilets Jaunes est radicale, absolue, indestructible. 


Mais comme on est là pour faire semblant d'expliquer, il faut aussi faire semblant de comprendre. Contradiction.  Du coup Yves Calvi, qui fut naguère l'une des stars les plus solides du Paf, ne parvient pas à sortir des bas-fonds où l'a relégué son transfert sur Canal. 


Il est  craindre  que cette mise en scène de l'incompréhension radicale n'approfondisse un peu plus le tombeau qu'il se creuse.


Avec Aphatie on  reste proche des Branquignols. L'accent de comique troupier met bien en valeur le texte et ses exquises contradictions d'un mois à l'autre. Tout cela constitue de bonnes illustrations d'un monde qui se fissure.

Des "Fake news avérées"... Elle est bonne celle là !

Calvi ne s'est jamais remis d'être derrière Ajaccio et Bastia.

C'est le complexe d'infériorité qui le fait si méchant voire con.

Un indice de la sensibilité du thème GJ: on a eu une réunion de famille assez élargie, où de petites escarmouches politiques trouvent toujours un créneau. Cette fois... pas un mot, sur rien....

Vous pouvez aussi mentionner le mépris et l'arrogance de Quatremer envers les gilets jaunes. Sur Twitter et dans C politique sur France 5 où il les qualifiait "d'enfants gâtés".

Je viens de comprendre que Calvi estime être un intellectuel.

Très bien le montage. J'aimerais bien que vous ajoutiez, c'était un soir où il recevait Franz Olivier Giesbert, celui-ci parlait de "communisme mou" et Calvi a assené un truc comme "si je comprends bien il y a de moins en moins de gens chaque samedi et de plus en plus de violence".
Pour info il y a un comptage précis et très plausible qui est réalisé par Le Nombre jaune:  https://www.facebook.com/lenombrejaune/

Et aussi dernièrement j'ai vu un extrait de "Les nouveaux chiens de garde" où ses prestations sont du même type, à l'époque c'était à propos des révoltes de 2005.

C'est marrant, je l'ai rencontré, il n'y a pas longtemps. Il joue un rôle. Pas le plus beau, mais un rôle. Il n'est pas très malin, en plus.

Le montage avec Apathie et son double maléfique est époustouflant. Il est aussi véhément, aussi indigné, aussi catégorique, aussi sincère à droite qu'à gauche. Saint Paul, touché par la grâce sur le chemin de Damas. Ahurissant. 

Ce type, depuis son départ de France 5 est carrément devenu imbuvable. Peut être que le service public bridait un peu (?) ses propos.

Gosse de riche autiste et intolérant, telle est l'image que j'en ai. Gérard, si tu nous regarde....t'aurais du en faire un musicien...le pipeau par exemple.

Il ne risque pas de se serrer la ceinture, lui. Le pouvoir d'achat ? Rien à battre ! La disparition des services publics ? Itou !

Et puis, ce n'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule.

La violence, la violence, c'est vrai c'est pas beau.

Mais sans elle, nous serions peut être encore en monarchie, gouverné par un despote plus ou moins éclairé, genre Louis XXV.

Quant à Apathie, bien qu'il se soit calmé, certainement devant un torrent de reproches, je renouvelle son diplôme supérieur d'amuseur public.


Très bon montage les copains, surtout la conclusion ! 

Impressionnant ! Est ce que ce monsieur que j'ai aimé connaît le mot fraternité. Il devrait aller voir quelques gillets jaunes,  mais il est si haut qu'il risque de se massacrer le dos en s'abaissant à rencontrer des petites gens.

moi j'ai une tendresse particulière pour yves Calvi ! C'est quand même grace à lui que j'ai éteins quasi définitivement ( sauf pour le rugby et certains films ) mon poste de télé ! Et pour un téléphage comme moi depuis  l'île aux enfants...c'est pas rien  !!) 


Quand il animait C dans l'air ( je crois ) et qu'il chiait tous les jours contre les gueux qui défilaient contre la réforme des retraites de Fillon, il à fini par créer un tel rejet que ce fut salutaire !


Et puis je me souviens de sa fureur à la radio ( ou il bossait aussi à l'époque ) ou quelqu'un l'avait traité de journaliste de droite ( ou tout comme... ) et il avait déboulé furax ! Parce que oui ! ce monsieur est un grand professionnel et il ne fait jamais part de ses idées ou de ses convictions ( un peu comme Pernaut quoi ! )


Enfin, quand j'ai appris que le big boss de Canal + ( comment c'est son nom déjà ) l'avait convié à animer cette tranche horaire, je me suis souvenu des folies et impertinences des Nuls qui officiaient à cette même horaire fin des années 80; et j'ai versé ma petite larme 

Oui, parce que dernière ma face de brute épaisse, y'a quand même un coeur qui bat !

il s'agit de deux merdes qui ne gênent que ceux qui les écoutent .......Allons asi ! ou sommes-nous...?

C'est tout ? Ce n'est que ça l'article ? Elle est où l'analyse de média chère à @SI ? Je ne comprends pas l'intérêt journaliste d'un article qui n'est qu'un montage vidéo de propos sortis du contexte. J'attends la suite. 

Sortis ou non de leur contexte, ces propos sont suffisant pour dire que c'est un véritable abruti

"propos sortis du contexte"


Bah, cette expression est devenu un élément de langage pour ceux qui veulent absolument faire croire qu'ils n'ont pas dit ce qu'ils ont dit


Apparemment, Calvi ne s'est pas amélioré, au contraire, depuis le temps lointain où j'ai cessé de le regarder. Il était question de torture, une de ses inamovibles invités a osé dire "on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs", et Calvi n'a pas moufté. Exit Calvi. 


Ça doit dater d'une quinzaine d'années, je m'étonne que cette momie se soit si bien conservée.

Quiconque connaît un peu Calvi sait qu'il ne s'agit pas d'un "montage vidéo de propos sortis du contexte" mais d'un morceau d'anthologie.

Il dit tout haut ce que pensent de nombreux Parisiens, notamment des quartiers visités chaque samedi.

Je ne sais pas combien d'abonnés a Canal+ ni où ils habitent mais cela doit avoir un rapport.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.