49
Commentaires

Gauche rose et gauche verte, à ciel ouvert

Derniers commentaires

"celles qui débattent en beaucoup d'entre nous" Daniel ?
Nous les gens de gauche ?
Comment vous dépatouillez vous à ce moment là des amis d'ASI qui ne seraient pas de gauche?
Vous qui êtes d'ordinaire si réservé et soucieux de ne pas exclure le lecteur ou le téléspectateur, jusqu'à expliquer sur le plateau de vos émissions vos réserves à tutoyer l'un des invités que vous connaissez bien...
Je ne suis pas du tout d'accord avec vos catégories.

Royal ce n'est pas la gauche rose, c'est la gauche violette (bleu + rouge = violet)... qui fait campagne sur des thèmes de droite (capitalisation des retraites, l'ordre juste, etc) histoire de perdre les élections.
Quant à C-B c'est un libéral européiste assez banal. Il était de gauche dans les années 60 mais c'est loin maintenant. La gauche verte ce sont les verts...

Mais bon, c'est plaisant de voir une responsable socialiste s'opposer fermement à cette ineptie de taxe carbone. Dommage qu'elle n'ait pas rajouté : "la bonne solution face à ce problème de moins-disant environnemental ce sont les barrières douanières." Tant pis...
Vous semblez découvrir S.ROYAL?!
Vous dites que SR est isolée ! si c'est du PS qui incarne la triche et le ringardisme à la M.AUBRY et sa clique, c'est tant mieux !
On semble bien négliger les nombreux sympathisants socialistes qui (en dehors de Poitou-Charentes) se sont volontairement abstenus de voter pour marquer leur rejet qu'ils ont du PS de la rue Solférino !!!
Vous semblez découvrir S.ROYAL ?!

Isolée, vous dite du PS ? si c'est du PS qui incarne la triche et le ringardisme à la Martine AUBRY, c'est tant mieux.
On semble négliger les nombreux sympathisants socialistes qui dans les régions (hors Poitou-Charente) se sont abstenus de vote pour marquer leur rejet du PS de la rue Solférino !!!! Ceux là, ils voteront sans hésitation pour S.ROYAL aux Présidentielles avec bien d'autres qui font le choix de la tolérance, de l'intelligence, de la justice et de la constance.
("Mélanchon est tricard sur France 2")

Merci de le rappeler Daniel... c'est à dire que vous le mettez entre parenthèse (c'est acquit une fois pour toutes, on oublie, on passe à la suite...)

Une question me vient : pendant combien de temps encore Sa Majesté Chabot pourra-t-elle se permettre (sur une chaîne du service public) de priver de tribune l'un des fondateurs du Front de Gauche (et non le moindre...) qui a obtenu, je le rappelle, autour de 7% des suffrages aux dernières régionales ?

A l'issue du premier tour puis au second, je me suis demandé pourquoi Mélanchon intervenait si peu (j'ai eu la réponse grâce à votre dossier à @si)

Est-ce que quelqu'un ici peut me dire si c'est "normal" voire "légal" que le "crime de lèse majesté" de Jean Luc Mélanchon : "Allez au diable Arlette Chabot" puisse avoir de telles conséquences ?
N'ayant pas la télé, je n'ai pas vu ce débat. L'aurais-je regardé de toute façon, pas sûr. Ceci dit, pourquoi opposer Ségolène Royal à Daniel Cohn-Bendit, plutôt que Martine Aubry ? Pas le courage de vérifier mais Cohn-Bendit est bien le patron d'Europe Écologie alors que Royal n'a pas de responsabilités à la tête du PS, non ? J'en déduis qu'il ne s'agissait pas de confronter deux visions de la gauche, mais deux personnalités, l'une écologiste, l'autre socialiste, mais dans quel but ? Apparemment, c'est le premier débat de la très prochaine campagne électorale pour l'élection présidentielle de 2012.

[quote=Daniel Schneidermann]... C'étaient deux des trois gauches, la rose et la verte (manquait la rouge, mais Mélenchon est tricard sur France 2), celles qui débattent en beaucoup d'entre nous ...

Et il y en a qui pensent que vous êtes centriste ...
j'ai trouvé ce petit échange entre les deux assez intéressant, la discussion avançait vraiment malgré les désaccords, c'est plutôt rare entre 2 politiques et tellement mieux que les oppositions stériles dues à la mauvaise foi patente de l'un des 2 interlocuteurs.
après on peut être d'accord avec l'un ou l'autre ou aucun des deux mais la question n'est pas là (enfin pour moi ici et maintenant :) )
Une petite erreur s'est glissée dans le vite dite sur Merckel et Koko, à propos de Tatcher.. Pour ne pas induire nos jeunes lecteurs dans l'erreur...:

"Le surnom de « Dame de Fer » que le journal soviétique L’Étoile rouge, organe de l'armée soviétique, lui décerna en janvier 1976 dans le but de stigmatiser son anticommunisme devint rapidement au contraire un atout politique, symbolisant sa fermeté face aux grévistes de la faim de l'IRA en 1981 ou aux mineurs grévistes en 1984-1985"

http://fr.wikipedia.org/wiki/Margaret_Thatcher
@Daniel Schneidermann

Une réflexion sur la deuxième partie de l'émission avec ce « dialogue » ( de sourd ? ) entre le ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique Eric Woerth et Madame Trauque, chef d'entreprise dans le BTP ?

Au-delà de l'anecdote, comme par exemple ce passage autour de 1h30 d'émission, après plusieurs minutes de prise de parole de cette dame, le ministre lui demande dans quel secteur elle travaille, alors qu'elle a été présentée par l'animatrice, j'ai l'impression que c'est une nouvelle mode que de faire intervenir une personne de la société civile en face à face avec un responsable politique. Tendance lourde je ne pense pas mais qui se généralise ( ça reste à vérifier ). Ce n'est pas nouveau, certes, avec en point d'orgue l'émission de TF1 « Paroles de Français » ( en janvier 2010 ? ) durant laquelle le président de la République avait tenté de répondre aux problèmes individualisés de chacun de ses interlocuteurs, ce qui fait écho à ce que disait justement Jean-Paul Delevoye, le Médiateur de la République, en introduction de cette deuxième partie d' « A vous de juger ».

Cela sert-il la réflexion politique sur le fond, en faisant ressortir une réalité plus vive, parce que mise en avant par une personne vierge de tout passage à la télévision ( ça reste à vérifier ), ce qui répondrait à une demande des téléspectateurs, fatigués de la parole politique traditionnelle, est-ce fait à la demande des poltiques eux-mêmes, pour montrer qu'ils sont proches des vrais gens, ou cela n'a-t-il que pour seul but de créer un débat un peu plus dérangeant, et ainsi attirer des télespectateurs qui s'écarteraient de ce type d'émission ?

Edit : à revoir, notre ligne j@une consacrée à ce sujet [www.arretsurimages.net] ;-)
Je ne m'inquiète pas pour Royal, elle y arrivera toujours.
Elle est intelligente, et elle sait ce qu'elle veut. Elle.

Cohn Bendit est le seul dans le paysage politique français qui accroche, avec Melenchon.

Je regrette de ne pas avoir assisté à cette émission, vous m'avez mis l'eau à la bouche.
Les libéraux bon teints blablatent entre eux : Taxe ? Pas taxe ?

Et pendant ce temps-là... Comme si une taxe cosmétique était un enjeu fondamental, qui changerait quoi que ce soit au système.
Et la gauche ( rouge ) ? [www.jean-luc-melenchon.fr], à visionner entre 1 min 16 et 2 min 33
Cohn-Bendit fait un parfait bateleur... Royal se défend bien.
Mais après, quoi ?
Un programme ? Non, juste une discussion : "pas de taxe contre une taxe-comme-en-Suède" !
Je n'arrive pas à croire Cohn-Bendit, ni Ségo.
Un moment, Cohn-Bendit montre en quelle estime il tient "le peuple"... il a une réplique du genre "tu attends du peuple qu'il ait des idées ?" .
Pas besoin de faire une autre démonstration. Ils se parlent "par-dessus" notre tête et travaillent pour leur avenir personnel et leur pouvoir.

On est surpris parce que c'est un débat où les deux protagonistes se parlent... la preuve qu'une campagne électorale télévisuelle tue dans l'oeuf toute tentative de dialogue, tous campés qu'ils sont dans leurs personnages respectifs, sans improvisation aucune, tous confits dans leur com'.
C'est quand même triste : Marie-Ségolène Royal représente "le socialisme" et Cohn-Bendit, "l'écologie".

Avec l'idée d'un "bonus-malus" écologique, Royal est pourtant sur la bonne voie. Il faut juste pousser le raisonnement à son terme : le renchérissement des activités polluantes pour ceux qui en font un usage démesuré devrait pouvoir garantir la quasi-gratuité (ou même l'aide positive) pour ceux qui en font un usage raisonnable et qui ne peuvent faire sans. Dès lors, le seul débat qui vaille est : "qu'est-ce qu'un usage raisonnable", "où fixe-t-on la limite" ?

Et là, ce ne sont pas les 15 % de Français qui vivent en milieu rural qui sont un problème, mais les super-riches qui surconsomment et les industries les plus polluantes. Là, c'est au Medef et à l'électorat de droite que ça ne plait pas. Voilà pourquoi "ça commence à bien faire" pour Kozy. Sans surprise, ce débat-là n'aura donc pas lieu. Même au sein de "la gauche-selon-chabot".

Indice révélateur : Cohn-Bendit semble penser que la "taxe" carbone est censée rapporter de l'argent. Grosse erreur, ça ne sera légitime que si c'est une opération blanche d'un point de vue budgétaire.
Je trouve qu'affubler Royal de "gauche rose", alors qu'elle n'est que minoritaire au PS, et Cohn Bendit de "gauche verte", alors qu'il ne représente pas du tout l'idéologie majoritaire d'Europe Ecologie, est un peu fort, d'autant que tous les deux représentent une dérive au centre qui a clairement été rejetée dans ces régionales. Par contre un débat Duflot-Aubry, là d'accord.
Et puis la taxe carbone, c'est sans doute pas ce qui sera au centre du débat PS-EE en 2012. On peut pronostiquer: semaine de quatre jours, revenu universel et refonte de l'impôt, 6ème république, politique agricole, nucléaire. C'est quand même d'un autre niveau...
[quote=DS][...] soudain l'entrée de Cohn-Bendit, qui la harcèle, la provoque, révèle une autre Royal. Incisive, combative, semblant sincèrement en empathie avec cet électorat populaire à qui on n'offre pas le choix de "rouler propre", et qui ne comprend pas qu'on lui "colle une taxe". Jusqu'au "jamais!" lancé à la tête de Cohn-Bendit, lorsqu'il lui prédit qu'elle finira par introduire elle-même cette taxe, si elle est élue.
Ne ratez pas le "jamais !" Il est à 2' 22'' sur cette vidéo
"Surtout, Arlette, continue à te taire !" se disait-on
.

L' "autre Royal combative" on la connait déjà un peu non ? c'est un peu sa marque de fabrique (Voir l'intro du "A vous de juger" de Sarkozy de la campagne où l'on voyait l'extrait d'un débat ancien où SR renvoyer NS dans ses 22 qui permettait à NS de jouer un petit moment calimero vs la méchante dame... on en a un peu goûter durant le debat entre les deux champions itou…

J'ai peu vu l'interview par Chabot, mais l'intérêt de l'arrivée de DCB a été d'éviter que SR déroule tranquillement, comme précedemment.
On a qd même sutout assisté à une forme d'explication de texte de DCB, avec un petit rappel historique de la volonté originelle de Rocard (son itw par Demorand qui lui a laisser le temps de faire tout l’historique de la mesure valait le coup cette semaine), et des decryptage en direct de sa manière de jouer le social contre l’écologie, alors que le pgm des verts et EE possède bien cette double dimension (amha DCB n’a pas peu-être pas suffisemment insister sur la taxe avant/après la moulinette Élyséenne en amont de son explication).

J’ai du mal à ne pas voir bcp de posture de la part de Mme Royal… la fraîcheur de ce débat tient qd même bcp à DCB selon moi, et je vois pas bien la relance de SR (je ne l’espère pas, clairement).
Comment voulez-vous réorienter l'économie vers plus de raison si vous n'empêchez pas les dépenses et comportements écologiquement imbéciles.
Royal est dans une posture qui plait avant tout aux allergiques aux taxes, corporation qu'on retrouve un peu partout dans la population j'imagine, pas seulement de gauche.
Je ne comprends pas bien l'extase de Daniel devant ce "jamais"
Une socialiste qui n'a pas pour principal objectif d'augmenter les taxes n'est pas une vraie socialiste...

Il est vrai qu'il y a un moment qu'on s'en doutait, pour tout dire !

***
Merci pour Royal. Beaucoup ont déjà donné et ont compris . Le débat est certes drôle bien que confus et les deux protagonistes tournent en rond autour de leurs idées respectives. Ce n'est pas parce qu'on se tutoie qu'on ne se fait pas une cour réciproque. Royal fait mine de s'occuper du "peuple" dont elle n'a rien à faire. Elle se dit de gauche mais est davantage une ambitieuse à la morale étriquée judéo-chrétienne avec parfois des positions que ne renieraient pas Christine Boutin. Quant à Cohn Bendit être "un libéral libertaire" comme il l'affirme montre bien qu'il s'accommode à merveille de l'économie mondiale de marché.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.