90
Commentaires

Game of Thrones : un petit viol et puis ça buzze !

Peut-on mettre en scène des viols dans une série grand public ? C’est la question posée, en substance, par les trois dernières minutes de l’épisode 6 de la saison 5 de Game of Thrones, diffusé dimanche dernier sur la chaîne câblée américaine HBO. Une scène de viol qui illustre la tactique mise en place depuis plusieurs années par la chaîne pour faire parler de sa série : choquer spectateurs et journalistes, quitte à dévier du livre dont s'inspire la série.

Derniers commentaires

Je ne peux pas m'empêcher de me rappeler la couverture du livre "disputar la democracia" l'année dernière, de Pablo Iglesias Turrion, secretaire général de PODEMOS où il siège sur le fameux trône de la série "Game of Thrones".
Vous en aviez parlé dans @si, votre invité, un proche de Turrion ne validait pas particulièrement le choix de cette image.
Moi non plus, et c'est un euphémisme!!!!
D'autant que si je ne m'abuse, il y avait déjà eu plus tôt dans le scénario une scène de [tentative de] viol en réunion à l'encontre de la "Jeanne d'arc", sauvée in extremis par le régicide.

Ben moi, vu ce qu'on voit en syrie et en iraq actuellement, je trouve que notre monde n'a que peu bien peu de leçons de morale à donner à la fiction fantastique. Si ça se trouve, l'inspiration est puisée autant du passé que du présent.
Je trouve un peu bizarre qu on fasse un article sur le soi-disant viol de cet épisode. Soi- disant, oui, car quand en remplaçant le presque contexte de la série, on se voit plongé dans les turpitudes sinistres d'une ligne de pouvoir propre de type "médiéval". Oui, la pauvre innocente se voit obligée, forcée, à accepter la loi de son mari, le plus fort à ce moment. Elle se marrie par intérêt, consciente de l'inégalité de son don, et pourtant, elle en accepte les lois, celles sous-entendues par "l'époque", par la série, Elle est mariée et doit laisser son mari agir à sa guise. C'est moche, mais voilà, c'est comme ça à cette "époque". N'en déplaise à qui voudra replacer l'Histoire dans son contexte actuel. Cruel, horrible, scabreux; on en ne vivait pas sous les mêmes rapports en "ce temps"....
C'est tout le pouvoir de la série. Faire réagir les gens à des questions de notre quotidien
Et pourtant. Personne ne s'offusque de voir la méchante Reine pris à son propre jeu et coincée par une bande d'extrémistes religieux qu'elle a aidés à mettre en place (dans l'épisode qui suit ou peut-être celui d'après je ne sais plus)
C'est vrai quoi!! Elle est méchante, perfide, une vraie salope, donc elle mérite d'être prise dans la toile qu'elle a tissée....
Ah mais oui, la condition féminine fait plus le buzz qu'un énième couplet contre la folie de la Religion (faut-il un "r" majuscule dans ce cas là??)
Plus facile de se détourner des questions de fonds en abordant des problèmes secondaires (n'en déplaise aux féministes!)
Viol??? Je n'ai pas vu ça en regardant l'épisode.
D'autres rebonds plus intéressants eurent été possible sur le fond de la série et ce à quoi elle nous renvoie
Un fan de la série et de notre temps.
L'anthropologue appelle " mariage" la cérémonie à l'issue de laquelle devient obligatoire ce qui était interdit avant : le viol.
En fait ce que je comprends des divers arguments contre cette scène (qui m'a mis très mal à l'aise) c'est qu'on ne peut pas évoquer un viol :

- si il fait évoluer la femme violée c'est un cliché odieux
- si il ne le fait pas c'est honteux de mettre un viol gratuit (alors que malheureusement un acte barbare que rien ne peut justifier devient de fait gratuit)
- sil il fait évoluer un autre personnage c'est pire car utiliser les malheurs d'un personnage féminin pour ca est considéré comme du sexisme odieux.

pour moi, dans cet époque "médiéval" bien retranscrite par Martin le viol est malheureusement monnaie courante en période d'instabilité, le mariage était rarement consenti.
J'ai l'impression que les hurlent sur cette scène veulent simplement qu'on leur cache une ancienne réalité qui les dérange.
Mas de qui se moque-t-on ! Un viol ? Où ça ?

Je m'attendais a une version talentueuse et bien filmée de "Baise-moi" ou de "Irréversible" mais rien ! Du viol
on n'a que le son et encore ... et puis n'y aura-t-il pas une surprise au début de l'épisode 7.

Je m'étonne aussi car la ligue de défense des [s]nains[/s] hommes de petite taille ne proteste pas contre la façon dont est présenté le (scandaleusement) seul [s]nain[/s] homme de petite taille de ce décidement détestable épisode Ne risque-t-il pas de lancer la mode de la castration des [s]nains[/s] hommes de petite taille pour la vente de leur "cock" (j'ai vu l'épisode en VO) qui est aussi recherché que de la corne de rhinocéros pour des propriétés que jusqu'ici j'ignorais ?
Depuis quand GoT est une série "grand public" ?! Genre familial?

Non mais parce que j'ai lu les romans et je regarde la série depuis le début....je ne sais pas moi, j'ai peut-être un train de retard mais une série avec du sexe, encore du sexe et une MONTAGNE de violence...c'est sensé être familial, ça? Est-ce qu'on montre ça à des enfants de 12, 13 ans?

Les gens, ARABESQUE c'est grand public. Faut arrêter de faire n'importe quoi de ce qualificatif....

PS: d'ailleurs, en parlant de Montagne, son combat contre notre cher dornien et la manière dont il l'achève...amicalement grand public aussi aussi je présume...
Daenerys se fait violer par Drogo lors des premiers épisodes de la saison 1 et ça n'a pas fait ce buzz.
Marrant apparement quand une chaine utilise un viol pour faire de l'audience, ça choque personne en revanche un spoil ça choque, drôle d'époque.
Surtout qu'en plus la série n'est faite que de meurtres et viols en tout genre.
Le vrai scandale de la saison pour moi n'est pas le viol montré mais le viol manquant, la manière dont ils ont réécrit la scène du bordel de Selhorys (ou de Volantis dans la série) pour blanchir deux protagonistes masculins d'un des plus sombres passages des livres.

En résumé (spoiler) :

Livre : Dans un bordel esclavagiste sordide, Tyrion consomme une esclave prostituée de 14 ans et qui semble dégoutée par lui, avant de s'en sentir terriblement coupable en voyant son dos zébré de coups de fouets, de se saouler à mort et d'aller jusqu'à lui offrir de le livrer à sa soeur. C'est une scène essentielle qui marque à la fois le point le plus bas dans le parcours d'un protagoniste en pleine dépression (et signe de son futur rebond) et son premier contact avec la réalité de l'esclavage. Peu de temps après il tombe sur Jorah qui dans le même bordel s'est lui aussi payé une esclave (qui ressemble à Daenerys), et ce dernier le fait prisonnier.

Série : Dans un bordel esclavagiste pas particulièrement sordide Tyrion flirte verbalement avec une prostituée adulte a l'air coquine et joyeuse (également une bombasse comme toutes les prostituées apparaissant dans la série) avant de réaliser qu'elle est une esclave, et Tyrion d'être immédiatement tout "je ne mange pas de ce pain là" et de renoncer à monter avec elle (même s'il est bien plus porté sur les putes dans la série que dans le livre). Peu de temps après il tombe sur Jorah qui ne s'est pas non plus payé d'esclave et ce dernier le fait prisonnier.

En gros le livre montre dans cette scène toute l'horreur d'un bordel esclavagiste, tout en y plaçant deux protagonistes plutôt sympathiques en d'autres moments comme clients, pour bien montrer que le viol qu'est la consommation d'esclaves prostituées n'est pas que le fait de méchants monstres, mais de personnes très humaines auxquelles le lecteur peut s'identifier (l'opposé de Ramsay quoi). Le tout servant le propos général dérangeant de Martin sur l'horreur de la société patriarcale, où même les "bons" personnages sont si façonnés par leur culture qu'ils ont très peu de considération des femmes (et particulièrement pas de celles des basses castes, le contraste étant saisissant entre les égards de Tyrion pour Sansa et son traitement initial de l'esclave). C'est aussi une scène qui n'a rien de gratuite en terme d'évolution des personnages, marquant un low point moral tant pour Tyrion que pour Jorah, en les présentant comme clients complices de l'esclavage, avant de devenir eux mêmes esclaves plus tard et (faut espérer) de mettre fin à l'esclavage aux cotés de Daenerys un jour.

La série, elle, reste dans son message habituel "la prostitution c'est cool" en montrant des putes à l'air aussi joyeuses qu'à l'accoutumée que le bordel soit esclavagiste ou non, elle profite juste du fait que la prostituée soit esclave pour donner encore plus que d'habitude le beau rôle à Tyrion (le personnage déjà le plus blanchi par rapport aux livres globalement), qui réfreine immédiatement ses pulsions dès qu'il se rend compte avoir affaire à une esclave (mais on se demanderait presque pourquoi vu comme l'esclave ressemble aux 800 putes aguicheuses et joyeuses vues précédemment dans la série, sans aucun signe qu'elle soit malheureuse de sa condition). Quant à Jorah il est juste là à ne rien faire.
Si on y ajoute la scène avec Ramsay, le spectacteur peut donc rester à 100% dans son confort moral, le viol et l'esclavage c'est juste un truc que des monstres sadiques comme Ramsay pratiquent, les "bons" personnages auxquels il peut s'identifier, même éduqués à Westeros ont direct des mentalités de post-féministes et abolitionnistes.
Entre ceux qui font l'apologie du viol dans les commentaires et le titre qui minimise le viol, Arret sur Images fait du buzz sur du sexisme. Elle va comment votre éthique de journaliste vis-à-vis du viol ?
Peut-on mettre en scène des viols dans une série grand public ? C’est la question posée, en substance, par les trois dernières minutes de l’épisode 6 de la saison 5 de Game of Thrones, diffusé dimanche dernier sur la chaîne câblée américaine HBO.

Il me semble que la question posée n'est pas exactement la bonne ici, ni celle qui déclenche le "buzz" et qui est mise en avant par les "critiques". On peut se demander si on peut mettre en scène des viols dans une série comme Game of Thrones, ça peut être pertinent, mais on aboutirait à beaucoup plus de pour que de contre. Après tout, le viol existe, et une mise en scène pertinente peut en mettre en évidence l'horreur et donc s'avérer utile.

La question MAJEURE est bien plus vaste en réalité, évoquée plus loin dans l'article, est "A-t-on besoin de montrer le viol d'un personnage féminin lorsqu'il ne grandit pas l'intrigue et ne participe pas du développement du personnage". Ce qui est le cas ici :
- Ramsay est déjà un personnage plus que détestable.
- Theon est déjà passablement traumatisé. Et l'épisode "Jeyne Pool", dans le livre, reste relativement mineur, un épisode comme un autre dans les péripéties auquel pense Reek dans ce cas.
- Dans le cas de Sansa, on pourrait croire qu'il y a une certaine pertinence, que ça modifie le personnage. Seulement, on passe à un changement par rapport au bouquin qui est juste énorme. Mais surtout, en oubliant le bouquin une seconde, et qu'on prend le temps de regarder l'évolution de Sansa, on peut se demander "tout ça pour ça". Le spectateur attentif se sera demandé quelle allait être son rôle dans la série, cette jeune fille trop innocente, un peu bécasse qui malgré tout échappe à maints abus sexuels pendant 4 longues saisons avant de se faire violer sordidement par un personnage peu intéressant.

Bref, il n'y aucun motif et peu d'intérêt pour que cela arrive au personnage de Sansa là, tout de suite, même en ignorant les livres. Tout ça montre que ce qu'ont voulu faire les scénaristes, c'est du racolage avec du viol. Regardez comme on est une super série, regardez comme on est adulte, comme on n'a pas peur de montrer des viols.

Explorer les différences avec le bouquin serait d'ailleurs intéressant. Pourquoi vouloir montrer des femmes abusées et violées qui n'étaient pas dans le bouquin, tout en ignorant des scènes violentes qui sont dans le bouquin. Les personnages de Tyrion et du "Hound" sont autrement plus difformes dans le bouquin que dans la série. Ne savent-ils pas faire du maquillage ? Khal Drogo a la peau de ses pectoraux qui pendouille bas lorsqu'il reçoit la blessure qui le tuera, pas une petite coupure de rien. Brienne est également décrite comme profondément hideuse dans les livres. Autant de petits détails qui montrent une certaine pusillanimité lorsqu'il s'agit de montrer du moche, du triste ou du violent, alors qu'on n'hésite pas à exacerbé la violence envers les femmes. Il faudrait être stupide pour y voir un hasard…
Comme tout le monde. Spoil complet juste avec le titre et la photo sur l accueil du site. Si vous pouvez simplement ne pas trop en mettre sur la home dans ce genre de cas...
y'a plusieurs differences notables avec les bouquins:

-ramasay bolton ne se marrie jamais avec sansa stark mais est promis a arya stark.
en fait il se marrie avec une pretendue arya stark qui est en fait la fille du forgeron..

la scene remise en cause se passe donc avec un gamine de 12 ans et theon y est actif..(donc moins passable que celle vue a la tele)



a aucun moment dans le bouquin loras se fait accuser de mauvaises moeurs par les religieux..
il est dans la garde de nuit et depuis la mort de renly ( l'homosexualité des deux est sugerée ,pas de scenes dans le bouquin)devasté..
Ce qui me sidère, c'est le nombre de réaction sous cet article creux, avec un sujet plus que léger ,
alors que sous celui qui parle de la révélation de la NSA il y'a trois réactions.

Forumeur (très) moyen d'@si tu es un nain.
Autant j'avais bien compris qu'il fallait éviter les grands groupes de presse qui n'ont aucun scrupule à spoiler GoT dans des articles attrape-clics, autant je n'aurai pas pensé ça d'@SI. Merci donc d'avor mis cette belle photo spoiler en page d'accueil, gratuitement sans prévenir. Va-t-il falloir suspendre aussi son abonnement à @SI tous les ans pendant les 10 semaines que dure la diffusion de la série?
Bravo à @si pour ce grand moment de déontologie avec titre raccoleur attrape-clics (... ça commence décidément à en faire quelques-uns ces derniers temps), exploitation et alimentation de buzz sous prétexte de le dénoncer, le tout en spoiliant une bonne part des fans, la grande classe.

Passons sur le fait que j'apprends dès la première phrase que Game of Thrones est une série "grand public" (à large audience, oui, certes, mais grand public ? ça ne veut pas tout à fait dire la même chose et on pourrait croire qu'un site spécialiste de l'analyse des médias soit capable du distinguo). Passons même sur le choix des "réactions" reprises, même s'il y aurait peut-être beaucoup à dire, notamment sur le site The Mary-Sue dont le point de vue sert de conclusion à l'article.

Mais que tout cela est creux, creux, creux... La première chose qui manque, déjà, c'est une vraie analyse critique de la scène (où est passé Rafik Djoumi quand on a besoin de lui ?), qui ne se limite pas à balancer la vidéo et à citer des sites Internet, ou même à placer le texte en comparaison comme si cela suffisait à tout expliquer.

Pour ce que ça vaut, moi, par exemple, j'aurais plutôt l'impression que le travelling sur le visage "en souffrance" de Theon sert à faire de ce dernier ce qu'on appelle, en narratologie, un personnage-embrayeur, c'est-à-dire un relai du spectateur réel, dont il représente, ici, à l'image, la réaction et les sentiments attendus devant cette scène effectivement très dure. Par ailleurs j'étais plutôt content que la caméra s'éloigne du "corps du délit", je n'ai pas le besoin voyeuriste d'un plan fixe de plusieurs minutes façon Irréversible de Gaspar Noé. Je ne dis pas que mon analyse est nécessairement plus juste que d'autres (encore que l'argument du viol qui servirait à développer la psychologie du personnage masculin, s'il a pu montrer sa pertinence dans d'autres cas, semble ici assez peu crédible en contexte...). Ni que mon ressenti face à la mise en scène est le seul valable. Mais j'aurais apprécié que l'article ne s'en tienne pas à balancer des citations polémiques derrière lesquelles il se cache.

Ce qui nous amène au deuxième manque : la mise en contexte. La question des représentations de l'aggression sexuelle est une question éminiment complexe, et, par ailleurs, ultra-sensible, prêtant à nombreuses discussions et controverses (y compris entre les différents courants du féminisme), et qui déborde largement le cas Game of Thrones ou même HBO. D'autre part, en ce qui concerne la série elle-même, il est certain que si la scène est difficile, elle est aussi loin d'être ce qu'on a vu de "pire" au fil des différentes saisons - ce qui en soi soulève également de nombreuses questions possibles dans tout un tas de directions (réalisme dénonciateur ou divertissement banalisateur ? par exemple) - sans pour autant, il serait également bon de le souligner, que la série se résume à ces scènes-chocs. Si @si tenait vraiment à évoquer le sujet tout en se démarquant du buzz, tout ça aurait pu faire l'objet d'un véritable article de fond.

Faute de l'un (l'analyse critique) et de l'autre (l'étude du, voire des, contexte(s)), cet article anémique mais qui sera sans doute beaucoup lu se résume à une succession de vidéos raccoleuses et de citations polémiques brandies haut en provenance de sources parfois douteuses. On n'est vraiment pas loin de l'ersatz se poussant du col de Morandini ou de Cyril Hanouna. Il y a heureusement encore beaucoup d'articles et d'émissions des plus intéressants sur le site, mais parfois on peine à croire que tout sort de la même rédaction...
Si je ne m'abuse, dans la saison 3, le Theon "Reek-Schlingue" Greyjoy a été torturé, castré, réduit à l'état d'esclave consentant par Ramsay dans un délire sado-maso digne de Sade. Y'a-t-il eu des protestations ? C'est seulement la condition féminine qui fait réagir ou de manière plus générale il y a des protestations face à la mentalité assez crue/cruelle de la série ? Ou alors, ce sont les histoires de sexe qui les font réagir ?
Il se dit que les Etats-uniens sont bien plus tolérant au spectacle de la violence qu'au sexe.
Dans la livre, il organise des partis de chasses avec des femmes qu'il massacre et fait dévorer par ces chiens. De plus le livre est plus explicite de mémoire sur la nature des tortures subit par Théon. Globalement, le livre est plus sombre que la série qui a tendance à simplifier les enjeux. De plus, la série a grandement édulcoré des scènes en prenant des actrices beaucoup plus âgées que les personnages du roman. Par exemple, la traductrice de Daenerys a 11 ou 12 ans dans le livre et subit les assiduité de sa maitresse en manque de chaleur humaine depuis son accès au trône. Il y a d'autre exemple ou la série est plus soft que le livre. Daenerys dans la série est plus vieille que dans le roman etc ... du coup lors de son mariage elle doit avoir 14 ans en plus d'avoir un viol, il s'agit d'un viol sur mineure. La comparaison avec le livre est plutôt à l'avantage de la série.
J'avais cru comprendre que l'auteur était pas mal inspiré par les réalités moyenâgeuses du genre "Les Rois Maudits" de Druon, et de fait, à l'époque, on se découpait joyeusement en morceau et n'avait pas la même notion de la jeunesse qu'aujourd'hui. Pas sûr que ça pourrait facilement s'accepter dans une fiction contemporaine.

Dans le genre :
Blanche de Bourgogne, née vers 1296, mariée en 1308, donc à 12 ans, liaison avec Gauthier d’Aunay en 1312, à 16 ans, arrêtée en 1314 pour adultère, enfermée à Chateau-Gaillard, couvent et mort en 1326 à 30 ans.
Quant à son amant Gauthier d’Aunay et son frère, ils ont droit à un supplice exemplaire : “ils furent à la vue de tous écorchés tout vivans sur la place publique. On leur coupa les parties viriles et génitales, et leur tranchant la tête, on les traîna au gibet public où, dépouillés de toute leur peau, ils furent pendus par les épaules et les jointures des bras”.
Ah la vache, je n'avais jamais eu la curiosité d'ouvrir les livres. Ca pique les yeux quand même. Alors j'avoue bien volontiers ma grande inculture en matière de littérature, donc j'ai du mal à me rendre compte : c'est beau comme un roman arlequin, ou pas ?
Cher Robin Andraca,
Je te déteste.
Tu aurais pu changer le titre. Tu aurais pu choisir une autre image. Tu aurais pu attendre quelques jours avant d'écrire ton article.
Plutôt que de spoiler l'histoire aux lecteurs d'@si.
J'attends un mea culpa.
Ce que je ne comprends pas c'est que vous faites référence aux livres alors que depuis la saison 4 il est clair que le le livre et la série ne raconte plus la même histoire (supression de pans entiers de l'histoire, moins de personnage et refonte de l'intrigue ) mais partage un univers et des personnages et une histoire globalement commune jusqu'à la moitié de la troisième saison. De plus, quand on lit entre les lignes la scène de Cersei et de Jaime dans le livre elle apparait beaucoup plus machiavélique qu'un viole puisqu'il est à peu près clair que Cersei utilise encore un fois ces charmes pour manipuler sont frères comme elle l'a fait à de nombreuses reprises avec des chevaliers de son entourage (son cousin par exemple) de plus je savais pas que l'inceste était mieux perçu que le viol (surtout après la mort de leur fils) enfin je dis ça, je dis rien...
Donc Game of thrones est une série grand public??

Sinon il y a eu le même genre de polémique dans Downton Abbey, là pour le coup une série bien consensuelle et grand public.
Autre précédent : les viols de daenerys par drogo.
Là Robin, je trouve anormal de dévoiler ainsi le contenu des séries, surtout en cours, et surtout que vous ne prévenez qu'à la quatrième ligne que vous allez "spoiler"... ce qui figure dans le titre, et dès la première phrase de votre billet.
C'est vraiment pas top, et vous l'avez déjà fait précédemment.
Merci pour ceux et celles qui ne l'ont pas encore vu, comme moi.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.