29
Commentaires

France Télés, TF1, M6 et Canal, lobbyistes de la malbouffe

Grandes chaînes de télé et industrie agroalimentaire, même combat ? Dans une lettre adressée à Matignon le 10 mai, et qu'Arrêt sur images s'est procurée, les patrons de France Télés, TF1, M6 et Canal+ tentent de torpiller un amendement sur la publicité qui obligerait les annonceurs à davantage de transparence sur la qualité nutritionnelle de leurs produits. Ou quand les groupes de télévision volent au secours de la malbouffe.

Commentaires préférés des abonnés

Quand ton argument c'est qu'informer sur la bouffe risque de nuire à ton activité de production de ladite bouffe, c'est quand même un aveu.

Y'a un truc que je ne comprends pas. Il est soutenu par quoi l'argument de la chute des revenus publicitaires en cas de logo? A partir du moment où cela s'applique à toutes les chaînes et à toutes les marques, cela ne crée aucune distorsion, et du co(...)

Aux dernières nouvelles, un débat serait en préparation pour C dans l'air. Personnalités pressenties : Domique Seux (économiste), Gérad Depardieu (gastronome averti représentant le monde de la culture en danger), Emmanuel Besnier (Président de Lactal(...)

Derniers commentaires

De plus, les revenus de la publicité sur le service public sont utilisés en partie pour rémunérer des journalistes, éditocrates ou des animateurs à prix d'or, pour nous lobotomiser avec leur propagande libérale digne du 19e siècle, et autres émissions à contenu inepte, à la place de programmes culturels ou des documentaires de qualité, par exemple.

Comme les réponses aux commentaires sont masquées d’office, je ne sais pas si quelqu’un en a parlé, mais il existe une application mobile qui scanne les codes-barres de produits et indique quelles cochonneries on avale (ou pas) :

C’est Yuka.

À priori, ils sont indépendants.

Quand l'argent de quelqu'uns passe avant la santé de tou.te.s, il y a vraiment de quoi s'inquiéter... S'ils refusent, il faut les taxer pour aider au financement de la sécurité sociale...


Ce qui me pose problème, c'est de constater que la patronne des chaines de France télé se moque éperdument de la santé publique des Francais avec toutes les dépenses sociales liées aux soins que cela implique.

Et j'imagine tout ce beau monde pavaner dans les grands restaurants gastronomiques, prendre bien soin d'eux.

Je prends cela pour une forme de mépris social.

Cette absence de scrupules me conforte dans cette idée.

Hi, hi !

Concours de circonstance, je lis cet article juste après avec vu l’épisode de Parks & Recreation sur la taxe soda.

Même chose : la réponse est risque de licenciements massifs si la taxe est votée.


À propos du pictogramme Nutri-Score (et non pas logo), je parie qu’il figure sur les seuls emballages de produits qui ont A.

Ce sera à vérifier.


Merci pour le élu public.

ah ! aussi france télé..? mais alors on es sauvés ! elise lucet va faire un super reportage ! .....ouf......

On devrait rappeler que si NextradioTV n'a pas signé le courrier anti-nutriscore, c'est probablement juste parce que ses publicités ne contiennent pas de pubs alimentaires. Ce n'est pas par volonté d'améliorer mais juste parce qu'ils ne sont pas concernés.

Quand ton argument c'est qu'informer sur la bouffe risque de nuire à ton activité de production de ladite bouffe, c'est quand même un aveu.

Aux dernières nouvelles, un débat serait en préparation pour C dans l'air. Personnalités pressenties : Domique Seux (économiste), Gérad Depardieu (gastronome averti représentant le monde de la culture en danger), Emmanuel Besnier (Président de Lactalis) et Jean-Pierre Petit, spécialiste du hamburger écolo. Alain Chabat, patron de chaine de burger et également représentant du monde de la culture en danger, a opposé sa non-disponibilité. Jean-Pierre Coffe, ex-défenseur du jambon bio et des produits Lidl, n'est malheureusement plus joignable. Stéphane Travert ne pourra pas venir, il doit faire son marché sans entrave obligatoire.

Y'a un truc que je ne comprends pas. Il est soutenu par quoi l'argument de la chute des revenus publicitaires en cas de logo? A partir du moment où cela s'applique à toutes les chaînes et à toutes les marques, cela ne crée aucune distorsion, et du coup aucun ajustement. Croire que l'industrie agro-alimentaire va arrêter de faire de la pub à cause d'un logo en fin d'annonce est stupide. Y'a un truc qui m'échappe. Pourquoi la télé a-t-elle intérêt à ce que nous mangions mal? Pour mieux nous faire squatter dans le divan devant leurs pubs?

Au bas de la lettre, ils ont mis le député Véran en copie, il faut le reconnaître

mais ils ont aussi mis le ministre des sports : pourquoi ?


"une chute significative des chiffres d’affaires des chaînes de télévision et donc de leurs investissements dans la production audiovisuelle et cinématographique française et européenne."  


La "production audiovisuelle et cinématographique française et européenne"  dépend donc énormément de la malbouffe.

Ce n'est pas le 5% qui leur fait peur (ni la malbouffe ou la bonne bouffe d'ailleurs), il serait vite absorbé par une augmentation du budget marketing des annonceurs. c'est le précédent "cigarette" qui les fait flipper, qui verrait le montant de la pénalité s'alourdir au fil des ans, pour finir a 75% ou l'affichage d'un logo "ce produit provoque des maladies graves genre le cancer".   c'est une bonne methode pour tuer la tele gratuite , ceux qui ont les moyens pourront ensuite se focaliser sur du contenu payant a la demande de qualite sans ogm ou conservateurs.



Oui, j’ai lu ça dans Le Canard est c’est une honte absolue, ils n’ont même pas eu l’idée que cela puisse au contraire booster la pub en obligeant les marques à produire de la qualité. Bref, ils sont ignares.

Y a pas moyen de le rendre d'utilité publique, cet article ? Ou au moins d'en faire une brève ?

Qu'est ca vient faire la signature de France Télé sur cette lettre!?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.