13
Commentaires

France 2 travestit une manif d'enseignants

Samedi 13 avril, à Saint-Denis (93), des enseignants manifestaient contre la loi Blanquer, comme chaque semaine. Mais les JT ont prétendu que le rassemblement avait pour objet une agression survenue dans un collège deux jours avant.

Commentaires préférés des abonnés

Illustration parfaite de l'émission du 12 avril et de la "fabrique du JT" où le journaliste vient chercher quelque chose de bien précis au lieu de rendre compte de ce qu'il voit .

Consternant ...

Et ils se demandent pourquoi on les détestent !

Quand le sage montre la lune, L'Idiot utile fait des images du sage qui montre la lune en zoomant sur le doigt et en faisant des commentaires sur la violence symbolique que représente ce doigt levé (même si c'est l'index et pas le majeur, c'est le ge(...)

Derniers commentaires

Ne faudrait-il pas montrer cet article à Nathalie de St-Crique  ? 

Bonjour, 

Est-ce que Elise LUCET pourrait faire une enquête pour Cash Investigation ? Apparemment il n'y a pas que l'ENA qui doive être surveillée de très près, les écoles de journalismes aussi !  Que se passe-t-il sur ces médias pour qu'ils soient à ce point porteur de fausses nouvelles consciemment ? Ce n'est pas normal, pourquoi en sommes-nous arrivés là ? 

Le scoop à tous prix ou les faits, rien que les faits ?

Un article sur Médiapart (pour les éventuels abonnés) - https://www.mediapart.fr/journal/france/190419/l-elysee-vise-par-une-enquete-preliminaire-pour-harcelement - dans le même style mais un autre domaine.

Je dois apporter un correctif: l'appel des enseignants d'Elsa Triolet que je recopie plus bas se basait bien sur les violences récentes. C'est d'ailleurs pour cette raison que pusieurs personnes (dont moi) se sont joints à ce rassemblement. J'ignorais totalement que des rassemblements régulies contre les projets Blanquer avaient lieu à cet

endroit. On ne peut pas dire sans réserve que France 2 "travestit" la situation.

FD


Voici le communiqué en question:

******************************************************************************************************************************************************************


Encore un braquage d’une enseignante dans un collège !
À Saint-Denis comme ailleurs ça suffit !
#Pas de vagues ?
Les personnels du collège Elsa Triolet de Saint-Denis sont en grève aujourd’hui suite à une intrusion
violente. Un groupe d’adolescents a d’abord interpellé une classe depuis la rue, a lancé un pavé sur la vitre de
la salle, puis l’un d’eux, un ancien élève, a escaladé la grille du collège pour s’introduire dans la salle de
classe. Il a insulté l’enseignante et l’a braquée avec un pistolet factice en tirant à plusieurs reprises des billes
en direction de son visage. Dans la même journée, un élève de 6eme a introduit un taser dans le collège et les
assistant-e-s d’éducation ont du faire face à un départ de feu à la cantine.
Cet événement s’inscrit dans un contexte plus qu’inquiétant sur le département :
- le 12 mars dernier, les collègues du collège La Courtille de Saint-Denis ont exercé leur droit de retrait
suite à l’agression physique d’un enseignant devant le collège,
- le 12 mars, un groupe d’élèves s’introduit dans le lycée Paul Eluard de Saint-Denis avec des battes et
des marteaux,
- le 5 avril, les personnels du collège Diderot à Aubervilliers étaient en grève suite à l’agression violente
d’une assistante d’éducation et d’un enseignant.
À cela s’ajoutent des phénomènes de violence dans la ville de Saint-Denis, les enseignant-e-s d’EPS ne
cessent de faire remonter les violences dont ils sont victimes avec leurs élèves sur les installations sportives.
Jets de bouteille, agressions physiques et verbales... sont le quotidien des collègues.
Ces situations sont dues à la dégradation des services publics et à la casse de l’éducation prioritaire, par
exemple dans notre établissement :
- 10 % d’heures d’enseignement en moins depuis 2012 alors que les effectifs ont augmenté : 100
élèves en plus,
- le manque d’adultes : 1 assistant-e d’éducation pour 89 élèves, 2 CPE pour 578 élèves et une
suppression de poste en français à la rentrée prochaine.
Les services publics d’Aide sociale à l’enfance et de la Protection judiciaire de la jeunesse sont eux aussi
touchés : la fermeture des foyers d’accueil et les délais de prise en charge des enfants, de saisie de la Justice
et d’application des décisions sont bien plus longs que dans les autres départements. Ceci s’explique par la
saturation des services sociaux et médicaux dans notre département.
La seule réponse de l’institution scolaire est répressive : dépôt de plainte, mobilisation des équipes mobiles de
sécurité mais aucun moyen n’est débloqué pour améliorer la situation. Chaque jour dans le département 167 à
589 élèves sont sous le coup d’une exclusion temporaire de leur collège : on parle de « collège fantôme ».
Face à ce constat d’échec, l’institution appelle les enseignant-e-s à « tenir bon », à prendre sur eux alors
qu’elle a acté une baisse de moyens dans les collèges du département pour la rentrée prochaine.
C’est pourquoi, les personnels du collège Elsa Triolet revendiquent :
- le classement en REP + avec les moyens qui vont avec,
- des moyens en Vie Scolaire : un 3eme poste de CPE et deux postes d’Assistant-e d’Education,
- la baisse du nombre d’élèves par classe et un abondement de 81h pour favoriser les effectifs réduits
et l’encadrement des élèves,
- des personnels médico sociaux à temps plein sur l’établissement.
Les personnels grévistes appellent à construire un front commun pour l’éducation à Saint-Denis avec les
personnels des écoles, collèges et lycées et les parents d’élèves afin d’obtenir de véritables moyens pour les
enfants du département.
Par ailleurs, nous serons présent-e-s le samedi 13 avril à 11h sur le parvis de la Basilique au
rassemblement contre les réformes Blanquer, néfastes au service public d’éducation, avec les personnels et
parents mobilisée-s et nous appelons à nous réunir le mardi 16 avril à 18h à la Bourse du Travail de Saint-
Denis.
Plus d’informations : elsa.triolet93@yahoo.fr
Facebook : https://www.facebook.com/collegetrioletencolere/



Tout cela semble trop gros. J'aimerai quand même attendre la réaction de France 2 (qui semble bien maitriser le concept de vérité alternative...).

Quelle est la note de TF1 et France télé sur le Decodex déjà ? 

Quand on sait à quel point Blanquer lui même ment ehontément, cela ne peut que nourrir une immense colère chez les profs qui voient l'école publique se déliter à vue d'œil!!

Selon mes infaurmations exclusives, la plupart des enseignants s'étant joint à cette manifestation pour protester contre l'insécurité seraient également des hamonistes qui votent Macron.

Je poursuis et j'affine la réflexion de JUsDerAtS : c'est l'illustration parfaite du mécanisme des rédactions qui font "partir une équipe" pour illustrer par des micro-trottoirs imbéciles et émotionnels une idée préconçue de l'actualité. Et lorsque les équipes "sur le terrain" rappellent la rédaction pour contester et proposer un autre angle, correspondant à la réalité qu'ils rencontrent, on les recadre pour avoir ce que l'on veut, ou on utilise simplement leurs images pour raconter ce que l'on veut. La dernière émission de Daniel sur le travail d'une journaliste lors de la campagne de Macron ne dit pas autre chose.

complotiste ASI !!

Quand le sage montre la lune, L'Idiot utile fait des images du sage qui montre la lune en zoomant sur le doigt et en faisant des commentaires sur la violence symbolique que représente ce doigt levé (même si c'est l'index et pas le majeur, c'est le geste qui compte)... Et L'Idiot utile demande au sage "quand bien même vous montriez l'index, ne croyez-vous pas qu'il s'agit là d'un majeur sous-jacent ? Condamnez-vous les violences relatives aux majeurs levés ?

Et la lune ne passe pas en Une. 

Et ils se demandent pourquoi on les détestent !

Illustration parfaite de l'émission du 12 avril et de la "fabrique du JT" où le journaliste vient chercher quelque chose de bien précis au lieu de rendre compte de ce qu'il voit .

Consternant ...

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.