122
Commentaires

France 2 : Giesbert le sulfateur

Après la salve habituelle de résultats, de gagnants, de perdants, et d'infographies

Derniers commentaires

Tomber sur FOG pour dire on adopte une tête de turc, c'est pas tout bon, petit forum.
On va sur libé point fr et on trouve les mêmes choix qu'à la télé. Convaincre que "gauche" ne peut pas plus que "droite", donner la parole à la droite qui veut donner un coup de volant pour éviter le FN tout soudain après avoir appuyer sur le champignon pour foncer dedans, mettre en avant Ségolène Royal, le front collé à la vitre, des fois qu'on n'ait pas tiré tout le suc de sa défaite (celle des ténors de la droite, de Guéant c'est pas interessant du tout), et c'est important de nous convaincre qu'ils se battent pour le meilleur bureau, sont-ils chous ces députés.
Superman en une, pour les infographistes, comme au Monde, je ne sais pas si les proportions mathématiques du sujet sont respectées.
Ah que merci Daniel pour cet édito !
FOG est devenu sinistrement (dextrement serait plus juste ?) incontournable et fait maintenant la pluie et le beau temps sur nos lucarnes, et en particulier sur France 2, qui a trouvé son Apathie, depuis quelque temps. Et qu'a-t-il à dire, outre les superficialités pipeulo-politiques dont il se gargarise à la première occase ? Que la dette machin, que le pire est à venir, tout le toutim, bref, tout le catéchisme libéralo-capitalo-prêt-à penser en vogue depuis Thatcher.
Quant aux autres participants au débat, ils se contentaient de jouer le chœur des vierges.
Consternant.
Merci pour ce texte. Je n'ai pas bien saisi ce qui m'arrivait lorsque j'ai mis antenne 2 vers 22h hier soir. Pauvre de nous pensai - je tout de suite. Puisque ce grand connaisseur de la vie politique qu'est FOG nous prédit tous ces malheurs, ne reste t -il que le suicide? En vain je guettais Bernerd Maris qui ne fut guère réactif et bien timoré. Puis je me suis dit que peut être a t il peur de faire partie de ceux qui vont devoir ouvrir un peu leur portefeuille pour participer équitablement au redressement du pays. Mais que cherchent tous ces spécialistes autoproclamés qui demandent au bon peuple de se préparer au sacrifice; tous ces Apathie, Giesbert,... Et jean François Kahn n'a pas trouvé autre chose que de dire que les socialistes devront faire du Bayrou. Tout cela est bon pour le moral des troupe. heureusement il ya aussi arrêt sur image...
Guy Grasser
Je ne comprends pas. Sur les forums tout le monde écrit Collard. Y-a double faute.
Il ne faut pas jeter la pierre à ce pov'giesbert, il ne sait plus trop ce qu'il dit ! En guise de purgatoire un mois de RSA à ce brave homme, et à tous les détenteurs de solution finale ( pour les autres ! ... ) le même régime ( sans eau de vichy toutefois ! ) au pain sec ! Qu'ils nous montent enfin tous, comment l'on peut survivre avec un RSA !

PS : D'aileurs si le RSA c'est le paradis ? Pourquoi pas pour tout le monde ? ! ...
"L'escadrille des sachants pujadiens"
Bravo Daniel, voilà une expression à garder !
En tout cas, elle m'a bien fait rire !
;-)
C'est hallucinant de les entendre tous (les éditocrates) se jeter sur François Hollande pour le sommer de continuer la politique de son prédécesseur que nous avons pourtant viré proprement. Et pour nous convaincre, nous, qu'il aurait tout à fait raison de trahir le peu de promesses qu'ils nous a faites.
L'un des derniers bouquins de FOG relatait ses relations avec sa prostate et bien je lui conseille de continuer à s'en occuper et de laisser les autres en paix. Merci Daniel ce billet m'a beaucoup plu car vous confirmez ce que j'ai ressenti hier soir !
Falorni, pour dire que son élection est le triomphe de la démocratie sans autre commentaire me reste aussi comme une arête dans le gosier.
Il devrait se mobiliser, haut et fort, pour dire que l'élection de François Fillon (député de la Sarthe, patati la Sarthe, la Sarthe, vlan 2012 Paris dans une circonscription aux contours remodelées sur mesure). Falorni pour dire "on verra" quand on lui demande si il ré-intégrera le PS.
Quand il s'assoit sur son siège cela déclenche le rire du FN, comme un coussin sous ses fesses.
Falorni démission.
J'adore le petit billet du 9/15 ce matin!
ça fait du bien, obligés qu'on est de supporter encore ça (FOG)!!!
Franz-Olivier Giesberk ?
Il y a quelques semaines, une édition régionale du Point titrait à propos de la maire de ma ville : "B.L. est elle à la hauteur ?"
Question pas du tout partisane à propos d'une élue PS largement réélue aux dernières municipales, et qui va désormais siéger à l'Assemblée.
Quel jeu Pujadas ? comme d'hab ; le larbin du libéralisme destructeur, il n'est bon qu'a ça, comme le coq FOG.
Et ce matin entendu la porte parole du gouvernement se réjouir de la victoire de la droite grecque dont la responsabilité dans la crise n'est plus à démontrer, le cauchemar !
Je les ai vu venir,Pujadas et ses invités.Je me suis abstenue de regarder l'émission mais je ne suis pas étonnée par ce que je viens de lire ici. Il me semble que ça fait un bout de temps que Pujadas est mûr pour la Une ou le Figaro. Quant à Giesberg.il est d'une telle prétention,ses propos sont tellement caricaturaux que je me demande comment il peut encore sévir ici ou là.
J'exècre l'émission de Ruquier mais le Giesbert s'y était fait tailler par les deux louloutes et avait moyennement apprécié. Il faut dire que la pensée à la truelle, ça fait marrer les copains complices mais face à des contradicteurs peu disposés à sortir la brosse à reluire, ça ne tient pas le pavé très longtemps.
Plutôt que de faire le malin sur les plateaux téloche, j'adorerais que Giesbert transporte sa vulgarité et ses discours de rigueur dans une usine face à des ouvriers, avec une pancarte autour du cou affichant son salaire mensuel, juste pour voir s'il a la même gouaille devant des gens qui triment que sous les spotlights avec ses coreligionnaires médiacrates...
je m'excuse car ce n'est pas le sujet de cet edito mais DS, pourriez vous faire une petite enquète sur le nombre d'interventions (et leur durée) des candidats, heureux ou malheureux, du FN, qui ont sévis hier soir sur toutes les chaines retranscrivant la soirée electorale?

parce qu'a un moment, j'ai zappé toute les 3 minutes sur tf1, fr 2, fr3, bfm, lci, et en gros j'ai retoruvé gilbert collard ou marine lepen ou marion lepen, a CHAQUE fois.... je veux dire j'ai du aller sur un site web pour trouver une intervention du front de gauche et j'ai pas encore vu de commentaire des ecologistes

Je veux dire que je trouve ça hallucinant de voir comment les journalistes laissent autant la parole au fn et pas aux autres partis (a part les partis dominants ump/ps). donc peut etre que j'ai juste halluciné et je serai curieux d'en avoir le decompte exact!
Exactement le même sentiment, voté pour vous
Zavez remarqué aussi (ou c'est moi qui hallucine?) qu'ils donnent systématiquement la parole aux FEMMES du FN? (Bon, d'accord, pas Gilbert Collard)
Pareil.
Et j'avais eu la même "impression" au premier tour des législatives. D'ailleurs je ne suis pas sûr qu'il s'agisse d'une "impression" liée à ma subjectivité (exemple concret : une des itv téléphoniques les plus longues jamais réalisées sur bfmtv avait pour vedette gilbert collard qui pendant plusieurs minutes - ce qui est très long pour une chaîne info qui en général laisse maxi 30 sec- vantait ses propres mérites en vue du 2nd tour. Si vous trouvez des candidats non-FN ayant bénéficié de la même exposition, merci de le signaler).

On peut se poser des questions quant à certains "journalistes"... Sans parler du travail du CSA pour ces législatives... Entre les 2 tours, il était difficile de croire que ces élections avaient lieu ailleurs que dans 4 endroits en France : H-B, Vaucluse, Gard, La Rochelle. En tout cas là c'est sûr : les 10 députés du FdG n'existent absolument pas pour lémédias. Pour eux, seuls comptent ceux qui promettent du bon spectacle bien spectaculaire : les 2 FN (la "petite-fille de / nièce de" et l'ex-star médiatique à bagouzes gilbert collard).
Et quand on sait à quel point "légens" sont sensibles au label "vu à la télé"...
Parce que l'information relative à telle ou telle partie ne doit pas être proportionnelle à son nombre d'élus peut être ?

Je sais pas si vous avez noté mais c'est un petit événement en soi l'arrivée du fn à l'assemblée. Alors que la déroute FdG on la connait depuis la semaine dernière, et les députés EELV depuis leur alliance avec le PS.
Déroute ?

Mélenchon, comme prévu, n'a pas atteint le second tour : il y est allé trop tard, s'est battu pour y arriver, n'est pas passé loin (à 1000 voix près alors qu'il est le seul à en avoir gagné, des voix), et a perdu. Les mauvaises langues diront que la tournée d'Ayrault et Aubry sur place ont sauvé la peau de Kemel.

Globalement, 600.000 votants de plus que les communistes il y a cinq ans, alors que l'abstention a progressé, c'est quand même pas mal. Une organisation aussi jeune que le Front de Gauche peut difficilement espérer faire de gros scores aux législatives en se présentant de façon indépendante, sans aller racoler du côté du PS pour quelques sièges.

La progression en nombre de voix est une victoire incontestable. La diminution du nombre de siège est un revers important, mais attendu.

Ceci étant, je vous laisse sur les bons mots de Tamerlan : "Il vaut mieux être présent avec dix hommes qu'absent avec dix mille".
Personnellement je ne peux m'empecher de penser que c'est precisement la presence de Melenchon et la campagne qu'il y a fait qui a finalement empeche Marine le Pen de devenir deputee, ce qui est finalement l'essentiel.
En même temps, il était compliqué de faire pire qu'en 2007, année ou l'extrême gauche à échoué à 7% des voix. Melenchon n'a fait que ramener ce courant à un score minimal en temps de crise, et a réussi à l'unir, sa seule vraie victoire.

De plus, étant donné le score de Le Pen au second tour contre un socialiste, heureusement que Kemel à battu Mélenchon. 2 députés FN à l'assemblée c'est rigolo, ça fait eu folklore, mais c'est suffisant.

Quand à la jeunesse du FdG, vu son exposition médiatique et sa réserve de militants PCF, vous mexcuserez si je rigole en imaginant qu'on ose s'en servir comme excuse pour expliquer son échec. C'est ce que devait se dire les militants modem en 2007.
Moi, je rigole quand on prétend que le FdG serait une composante de l'extrême gauche, ce qui est au mieux de la mauvaise foi, au pire une profonde inculture politique.

Étant un peu impliqué dans l'histoire, je peux vous garantir que la dynamique du Front de Gauche, ce n'est pas le PCF (qui a assez peu collaboré au niveau local, sauf quelques heureuses exceptions), mais c'est le jeune PG. De même, le programme du Front de Gauche, l'Humain d'abord, est essentiellement celui du Parti de Gauche.

Cependant, j'admire votre capacité à savoir ce qui se serait passé si les choses avaient été différentes. Personne ne connaît le résultat d'un second tour Mélenchon/Le Pen, puisqu'il n'a pas eu lieu. L'intérêt de votre second paragraphe est donc très faible.

Ensuite, vous confondez militants et adhérents. Le PC a énormément d'adhérents, mais un nombre de militants relativement modeste. Quant à l'exposition médiatique, elle a été extrêmement faible entre sa création et le début de campagne présidentielle.
Même alors, il a fallu attendre la campagne officielle pour jouir d'une exposition équivalente à celle du MoDem, du FN ou d'EELV, pour ne pas parler du PS ou de l'UMP.

Enfin, j'aimerais que vous m'expliquiez en quoi réside la défaite du Front de Gauche, et par rapport à qui.

Par rapport au PS, qui a gagné les présidentielles il y a un mois et demi ?
Par rapport à l'UMP, majorité sortante ?
Par rapport à EELV, au Nouveau Centre, ou au Parti Radical de Gauche, qui ont tous les trois renoncé à leur indépendance en échange de quelques sièges ?
Par rapport au FN, alors ?

Non, ne vous en déplaise, les seules mesure de la réussite ou de l'échec du Front de Gauche seront l'absence ou non de communistes au gouvernement, et les conquêtes sociales que les députés et sénateurs estampillés Front de Gauche arracheront durant cette mandature.
Pardon, mais le monde bouge parfois. C'est un fait, les idées du FdG d'aujourd'hui, c'est l'extrême gauche. C'est comme ça. La gauche normale, c'est le PS. Les curseurs se sont déplacés.

La défaite du FdG ?
- l'extrême gauche fait un score à peine équivalent à 2002, alors qu'on est en crise.
- le PS a rarement été aussi fort depuis des années.
- l'échec à dépasser le FN, au présidentielle et à henin, et de manière générale à convaincre l'électorat populaire (c'est le PS qui a réussi de ce point de vue)
- même pas un groupe parlementaire. Enfin à moins qu'on décide encore d'abaisser le seuil, mais vu l'intransigeance du FdG, ils ne le méritent pas trop.

Sa réussite ? Avoir coulé les partis marxistes.

Vous pouvez bien tourner le problème dans tous les sens, essayer de trouver des excuses, il vous faudra tôt ou tard réfléchir aux idées défendues par le FdG et à leurs capacités de séduction.
C'est pour ça qu'on parle d'inculture politique.
Vous avez des lacunes.
L'extrême gauche est un terme qui a une histoire. C'est la gauche du parti communiste: LCR, etc.

On fait glisser le vocabulaire, ni vu ni connu j't'embrouille.
Mais qu'est ce que ça peut foutre ? Vous croyez que les gens ne votent pas FdG parce que c'est étiqueté extrême gauche ? Sans déconner ?
...........
.....................rien à rien...............


Plus fort que moi :(
Oui, le monde a bougé. Les partis ont dérivé vers leur droite.

Le PS est maintenant un parti centriste. EELV tire dans les pattes du Front de gauche et refuse de retirer ses candidats en cas de duel. L'UMP flirte avec l'extrème droite. Et la gauche est représentée par l'aile gauche du PS et le Front de Gauche.

L’extrême-gauche faisait 700.000 voix en 2002. Elle en fait moins de 300.000 aujourd'hui.
Le PCF faisait 1.200.000 voix en 2012. Le Front de Gauche en fait 1.700.000 aujourd'hui.

Entre les deux, le PCF est descendu à 1.100.000 et l'extrème gauche montée à 900.000.

Le Front de gauche n'a pas dépassé le FN ? Non, en effet. Un coup de main de la part du reste de la classe politique aurait été apprécié, plutôt que des tireurs dans le dos, et des vivats devant la dé-diabolisation du FN. Mais c'est vrai, ce pari est perdu.

Ceci étant, j'admire votre promptitude à juger des mérites du FdG. Et vous, devant votre inculture politique, méritez-vous que l'on tienne compte de vos messages ?

Car si le PS n'est pas marxiste, il n'est pas socialiste. Et comme le PS n'est même plus keynésien (mis à part une portion de son aile gauche, utra-minoritaire, qui fait encore de la résistance), on ne peut pas dire que ce parti soit à gauche.

Le problème, mon petit, c'est qu'à force de répéter en boucle sur toutes les télés et toutes les radios que le PS est à gauche, et qu'il est la principale force politique de gauche, les gens le croient. Et ils viennent ensuite nous expliquer que c'est vrai.

Alors donnez-moi des arguments, mon petit. Montrez-moi que le Front de Gauche est d'extrême gauche. Montrez-moi que le PS est de gauche. Montrez-moi la puissance de votre analyse politique. (NB : il est assez facile de montrer que le PS se pense à gauche, puisqu'il applique la discipline républicaine du désistement)
Juste pour info, freudqo sait tout cela, et on a déjà eu cette conversation lui et moi.
Bonne lecture si vous avez le courage :)
Mais après cela, vous saurez que les informations qui contredisent ses idées reçues lui ont déjà été fournies, mais l'admettre, de sa part, reviendrait à faire écrouler son petit monde de propagande dans lequel il vit.
La suite palpitante se trouve ici. Et là également.

Le pire est qu'il y en a d'autres depuis, mais rien n'y fait, il se complait dans sa cécité choisie.
Je viens de lire ça. Bah écoutez, laissez-moi tenter ma chance. Ce serait bien d'avoir un thread propre. Au pire, ça nous fera toujours une occasion de nous fendre la pêche, quand on le relira.
C'était pour vous épargner des efforts inutiles, mais je comprends, je ne peux m'en empêcher moi non plus :)
Je me contenterai d'observer la suite.
Bon courage.
Oui, faisons de ce thread annexe la zone commentaire du thread principal, voulez-vous ?
Tenez, par exemple, face à mon explication chiffrée, je parie sur un daim turquoise (teal dear, pour tl;dr, autrement dit "trop long, pas lu").
Pof, d'ailleurs, j'attends toujours que vous me disiez par rapport à qui le FdG a perdu.

Ou alors je peux faire la réponse, si vous préférez. Remarquez, c'est plus simple comme ça : si vous "oubliez" de répondre à une question, je vous donne la réponse.

Le Front de Gauche, en tant que force autonome, a perdu face à la nébuleuse UMP et face à la nébuleuse PS. Ceci étant, il a progressé en nombre de voix.

Tous les résultats sont disponibles sur wikipedia. Ce n'est pas une source très fiable dans un tas de domaines, mais j'ai tendance à lui faire confiance cette fois-ci.

TADA ! Voici l'évolution entre 2007 et 2012 rien que pour vos (beaux) yeux) :
UMP+NC : 10905471 votants en 2007, seulement 7607361 en 2012. Perte : -3298110, soit -30%.
PS+EELV+PRG : 7625600 votants en 2007, 9465196 en 2012. Gain : 1839596, soit +24%.
Total : 18531071 votants en 2007 pour seulement 17072557 en 2012. Perte : -1458514, soit -8%.
PCF/FdG : 1115719 votants en 2007, 1792923 en 2012. Gain : 677204, soit +61%.

Oh, et comme vous êtes tenace, j'ai aussi les comparaisons 2002/2012. L'effet est moins marqué, mais bien là.
UMP+NC* : 8685432 en 2002, seulement 7607361 en 2012. Perte : -1078071, soit -12%.
PS+EELV+PRG : 7613712 en 2002, 9465196 en 2012. Gain : 1851484 soit +24%.
Total : 16299144 votants en 2007, 17072557 en 2012. Gain : 773413 soit +5%.
PCF/FdG : 1216178 votants en 2007, 1792923 en 2012. Gain : 576745 soit 47%.

Pof. Concernant le FN, il y a une remontée spectaculaire du nombre de voix entre 2007 et 2012 : +216%. Si on regarde l'évolution entre 2002 et 2012, c'est +23% seulement. Le FdG a objectivement perdu face au FN en terme de voix, mais a remporté 10 sièges contre 2 pour le FN.

Bref, si on regarde en terme de sièges, les grands vaincus sont ceux qui n'ont pas joué la carte de l'alliance avec l'un des deux grands partis, ce qui pose une très grave question de représentativité de l'Assemblée Nationale. Si on regarde en terme de progression de voix, le grand vainqueur de cette élection est le FN, revenu d'entre les morts. Le FdG est très bien placé, et l'UMP a pris un sérieux choc.

* : le NC n'existait pas en 2002.
Mais enfin, ne faites pas semblant de ne pas comprendre ce qui se passe dans la tête des gens qui sont contre le front de gauche, tout de même...

Axiomes et logique:

- Le FdG c'est le mal
- Terreur et panique à la télé: on dit qu' "ils" pourraient "gagner"
- Au final, le FdG ne remporte pas d'élection
- Le bourdonnement médiatique se calme: "Ouf, ils n'ont pas gagné" --> "ils" ont "perdu"

Post Scriptum: la logique n'a pas sa place au sein de cette séquence émotion. On ne démonte pas une émotion. Encore moins à l'aide d'un raisonnement. Si?

Ce n'est pas la peine de me remercier, je me flatte de ne pas attendre de récompenses pour mes bonnes actions.

Matthieu_S
[quote=Connall]Oui, le monde a bougé. Les partis ont dérivé vers leur droite.


Précisément vers le libéralisme (la droite, c'est beaucoup de choses). Comme pratiquement toutes les sociétés occidentales. Maintenant, soit vous vous amusez à définir la gauche et la droite en fonction des définitions qu'on donnait dans le passé, soit vous les définissez en fonction des places qu'occupent les partis au Parlement. Après, il faudra choisir le moment où vous fixez les définitions, sinon il va falloir faire avec la distinction "partisan du véto royal"/'patriote". Perso, je vais évoluer avec la société.

Quand à vos comparaisons, sans déconner, si vous ne tenez pas compte de l'abstention en 2002, en ignorant en plus LO et compagnie, c'est tordant. Je vous conseille cet article qui résume assez bien ce qu'il s'est passé, même si, oh cauchemar, le type se revendique libéral (et si ça se trouve, il est de droite).

Le Front de gauche n'a pas dépassé le FN ? Non, en effet. Un coup de main de la part du reste de la classe politique aurait été apprécié, plutôt que des tireurs dans le dos, et des vivats devant la dé-diabolisation du FN. Mais c'est vrai, ce pari est perdu.


Peut-être les autres partis ont-ils le droit d'avoir une autre point de vue sur la façon de lutter contre le FN que le Front de Gauche ? Mais quelle prétention sans déconner… Le PS a bien mieux réussi que le FdG sa réconciliation avec les classes pop, peut-être faudrait-il y réfléchir aussi.

Bref, si on regarde en terme de sièges, les grands vaincus sont ceux qui n'ont pas joué la carte de l'alliance avec l'un des deux grands partis, ce qui pose une très grave question de représentativité de l'Assemblée Nationale. Si on regarde en terme de progression de voix, le grand vainqueur de cette élection est le FN, revenu d'entre les morts. Le FdG est très bien placé, et l'UMP a pris un sérieux choc.


Quelles graves questions ? Ce sont des partis minoritaires qui refusent de faire des compromis. Leur utilité au parlement risque d'être assez limitée quoi qu'il arrive.

Alors oui, je sais, je n'ai pas répondu à votre grande question existentielle : "prouvez-moi que votre PS est encore de gauche sale social-traître.". Bah oui, mais bon, si vous tenez à voir la gauche comme un truc immuable et fixe dans le temps, tant mieux pour vous. Mais vous n'êtes pas dépositaire de la définition de la gauche.
Ah, une réponse !
Prenons les points un par un :

1.
Non, le monde n'a pas dérivé vers le libéralisme. Les partis politiques ont assez globalement glissé vers le néo-libéralisme, ce qui n'a rien à voir. Lacordaire, un libéral pur jus, disait notamment :
« Entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c'est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit. »
Ceci étant, si la définition de gauche et de droite est relative, alors la gauche était fasciste dans l'Espagne de Franco, alors même que la droite soutenait le "parti communiste" dans l'ex RDA. A moins que l'alpha et l'omega de la droite et de la gauche ne se trouve en France, ce dont je doute quelque peu. Votre définition relative équivaut donc à pas de définition du tout.
Quant à mes comparaisons, si vous en avez de meilleures, produisez-les. Dans le cas contraire, j'ai un argument chiffré, et vous n'avez rien. Passant, j'ai lu cet article, qui mèle sondages d'une part, et addition de choux et de carottes d'autre part : pas très convainquant. Donnez-vous, je vous prie, la peine de produire vos arguments par vous-même. Je ne vais pas en plus réagir à tous les articles que vous mettrez en lien.

2.
Je n'ai pas parlé du comportement des autres partis politiques. Je parlais du comportement de deux journaux que d'aucuns auront reconnus. Peut-être vos interlocuteurs ont-ils une autre pensée que celle que vous leur prêtez. Et vous parlez de prétention...
Quant au PS, il va falloir me montrer en quoi il aurait "bien mieux réussi que le FdG sa réconciliation avec les classes pop". Là, c'est le moment d'argumenter un brin.

3.
Le Front de Gauche n'est pas un parti, mais une coalition de partis. Par ailleurs, vous ne semblez pas faire la différence entre compromis et servitude. Le PS a annoncé que tout ralliement se ferait sur la base du programme de François Hollande, et fermé la porte à toute négociation. Ce faisant, ce sont eux qui ont refusé le compromis. Ce mode de scrutin mène tout droit au bipartisme. Navré, ce n'est pas mon modèle de démocratie. Après tout, c'est peut-être le vôtre, en quoi nous sommes en désaccord.

4.
Je ne vous ai jamais appelé "sale social-traitre". Merci de me respecter en respectant mon propos, comme je vous respecte en évitant de vous mettre dans la bouche des propos que vous n'avez pas tenus. Et non, je ne suis pas dépositaire de la définition de gauche, même s'il y a des marqueurs assez généralement considérés comme immuables.

-----

Puisqu'une fois n'est pas coutume, vous refusez de répondre à une question (il serait bon de commencer à le faire, si vous souhaitez mener un semblant de débat), je vais vous donner une réponse à celle-ci.

La gauche, dans son acceptation moderne, a pris une forme politique le 28 septembre 1864, avec la fondation à Londres de l'Association Internationale des Travailleurs, AIT, aussi connue sous le nom de Première Internationale. C'est à partir de ce bourgeon que les branches se sont ramifiées, et ont donné aussi bien le PS que des organisations terroristes anarchistes. Les conquètes sociales dues à la gauche nous paraissent aujourd'hui des évidences, mais il a fallu du sang et des larmes pour les imposer. Renseignez-vous sur mai 1936, par exemple, je ne vais pas non plus tout faire à votre place. La gauche, depuis ses origines, s'est donné pour mission de transformer la société, notamment par le biais de conquètes sociales pour les travailleurs.
Elle est opposée au capitalisme, et a défendu le socialisme, avant de se tourner vers l'économie mixte.
Les formations d'extrême gauche, au sein de la gauche, se caractérisent par leur volonté de prendre le pouvoir autrement que par les urnes, ainsi par leur défiance envers la République et la démocratie représentative en général.

Au sein de cette définition, on peut dire que le Front de Gauche, partisan d'une économie mixte, avec à terme une forte teneur socialiste, se situe à gauche, du côté de la gauche radicale, de combat. Cependant, il est attaché à la République, et veut prendre le pouvoir par les urnes. Ce n'est donc pas un parti d'extrême gauche.

Le PS, maintenant, tient à prendre le pouvoir par les urnes, et n'est donc pas un parti d'extrême gauche. En revanche, de nombreux membres de son aile droite sont hostiles à l'entreprise publique, considérant que le pôle public ne sait pas gérer une entreprise. De plus, l'un de leurs représentants, qui a failli devenir leur candidat, a dirigé pendant plusieurs années le Fond Monétaire International, imposant à plusieurs pays du monde des cures d'austérité, détruisant leur pôle public pour le remplacer par une économie néolibérale (on dit aussi "capitaliste"). A ce titre, entre autres, l'aile droite du PS n'est pas à gauche. Le fait que la dernière mandature du PS ait donné lieu aussi bien à des conquètes sociales qu'à des privatisations de masse tend à montrer que ce parti comprend aussi bien des membres de gauche que des membres de droite. Par ailleurs, la déliquescence progressive, de congrès en congrès, de l'aile gauche du PS, tend à montrer que ce parti est de plus en plus tourné vers sa droite, et s'éloigne du camp de la gauche.
Voila pourquoi il n'est pas anormal de considérer que le PS est un parti centriste, et pas un parti de gauche.

Voici maintenant, pour vous simplifier la tâche, trois demandes correspondant aux trois points de mon commentaire qui appellent une réponse. Faites ce que vous voulez, mais si vous souhaitez un débat, il serait bon que vous répondiez à au moins l'une d'entre elles.

a) Veuillez présenter des chiffres afin de pouvoir contredire mon argument sur l'évolution dans les cinq à dix dernières années du vote pour la gauche radicale (et j'ai bien dit gauche radicale).
b) Donnez je vous prie des arguments concrets (et pas uniquement des affirmations gratuites) pour montrer que le PS a "bien mieux réussi que le FdG sa réconciliation avec les classes pop".
c) Partagez avec nous, je vous prie, votre définition de la gauche et de l'extrême gauche.
1er tour des législatives.

2002
PCF: 1 216 178
LCR: 320 467
LO: 301 984
EXT G (Autres): 81558
Total: 1 920 187

2007
PCF: 1 115 719
EXTGAUCHE (LO+LCR): 887 887
Total: 2 003 606

2012
FG: 1 792 923
EXT G: 253 580
Total: 2 046 503

Il semble, si l'on en croit ces scores, qu'il y a à la gauche du PS un électorat assez remarquablement stable. Mélenchon a attiré les électeurs d'êxtrême gauche, orphelins d'Arlette ou de Besancenot. Mais il n'a pas fait bouger les lignes, n'a pas convaincu (à part médiatiquement) au delà d'une niche modeste et (relativement) acquise. Bref il a échoué, en tout cas électoralement. Ne parlons pas de son humiliante défaite dans le Nord. La conclusion logique serait que le Front de Gauche se trouve un autre leader (et une doctrine moins vieillote).
Un échec électoral peut fort bien dissimuler une victoire intellectuelle. La supériorité écrasante de Mélenchon sur la classe politique française n'est bien sûr pas reconnue, mais elle est sourdement devinée par tous ceux, même à droite, pour qui la politique a simplement de l'importance. Mélenchon est un populiste façon Mirabeau - c'est son époque- c'est à dire un aristo-populiste. Son seul défaut: Un scientisme à la Condorcet, très franc-maçon et propre à séduire la joyeuse équipe des fans de " Science et vie junior" qui égaye ce forum.
Effectivement, quand on additionne des choux et des carottes, on arrive à des nombres intéressants.
Dans la même veine, j'ai ça aussi : http://benfry.com/wp/wp-content/uploads/2009/02/piratesarecool4.gif

Cependant, je vois deux arguments qui vont à l'encontre de votre analyse.
1. Il y a beaucoup de jeunes dans l'électorat du Front de Gauche, jeunes qui n'avaient pas le droit de vote en 2002, et dont une bonne partie ne votait pas non plus en 2007.
2. Vous ne tenez aucun compte des transferts de votes dans un sens et dans l'autre. Je peux déclarer que le Front de Gauche a pris dans l'abstention (ce qui est partiellement vrai), et que les anciens électeurs d'extrême gauche se sont tournés vers l'abstention (ce qui est en partie vrai une fois de plus), ce serait tout aussi cohérent. La réalité, c'est que le Front de gauche a pris à la fois sur l'extrême gauche, le PS, et l'abstention.

Ceci étant, le résultat de Mélenchon dans le Pas de Calais (vous pourriez vous renseigner) est une défaite tactique mais une victoire stratégique. +1000 voix par rapport à la présidentielle, trouvez-moi un autre endroit où quelqu'un a fait ça. Tous les autres candidats ont perdu des voix, il en a gagné. Par ailleurs, Le Pen a été battue.

La conclusion logique serait que le Front de Gauche devrait commencer à se trouver des amis chez les patrons de médias, et à jouer sur les peurs des gens plutôt que sur leur intelligence. Mais il ne le fera pas.

Quant à trouver un autre leader, même un enfant de cinq ans aura pu se rendre compte que Mélenchon a obtenu un très gros score aux présidentielles, compte tenu des forces en présence.

En ce qui concerne la doctrine politique, je vous rappelle que le socialisme et le keynésianisme sont beaucoup plus récents que le capitalisme. Sous couvert de modernité, vous proposez des vieilles recettes qui n'ont jamais marché.
Oui, les chiffres sont cruels et votre mauvaise foi bien compréhensible, après ce que j'imagine être une déception amère.
Quant à votre histoire de fruits et légumes, il me semble moins aberrant de mesurer le poids électoral de la gauche anti-libérale en additionnant le score des formations situées à la gauche du PS, transferts ou pas, plutôt qu'en spéculant sur je ne sais quels transferts ou en supposant contre toute évidence que les électeurs de Besancenot en 2007 ont préféré s'abstenir massivement plutôt que voter Mélenchon (ou Poutou).
Mélenchon a fait un bon score à la présidentielle , à peu près 2 points de plus que le total gauche de la gauche en 2007. C'est pas renversant, mais c'est bien, plus que ce que j'avais imaginé quelques mois avant, je le reconnais volontiers. (Il faut dire que pour un type qui prône une 6e république, il a tendance à épouser très naturellement les postures des monarques médiatiques de la 5e, succès assuré).
Le score du FdG aux législatives est mauvais, par quelque bout qu'on le prenne.
Le même enfant de 5 ans (très éveillé sans doute) que vous mentionnez aurait sans doute compris que pour chanter les prouesses électorales de Jean-Luc il eut été plus judicieux pour vous de parler de ce chiffre-là, plutôt que de ces chiffres-ci, donnant ainsi des billes à ceux que le génie Mélenchonien n'émeut guère et qui se font assez peu d'illusions sur ses futurs "succès"

En ce qui concerne la doctrine politique, je vous rappelle que je ne propose rien du tout.
Les chiffres sont cruels en effet. Le Front de Gauche a permis à la gauche radicale d'augmenter son nombre d'électeurs de 47% en 10 ans, et de 61% en 5 ans. Ceci n'est pas contestable.
Dire que les électeurs de l'extrême gauche et de la gauche radicale sont les mêmes, ça, c'est tout à fait contestable. Vous arguez que la somme varie très peu, ce qui est exact. Est-ce à dire que ce sont les mêmes personnes ? Certainement pas.
Pour illustrer votre raisonnement, on pourrait prétendre que personne n'est mort lors de la traversée du Mayflower, puisque le nombre de personnes à l'arrivée était le même qu'au départ. Sauf que c'est faux : il y a eu une naissance et un décès.
En réalité, vous vous contentez d'une analyse de café du commerce en jouant aux vases communicants, ce qui, en terme d'électorat, ne fonctionne pas. Bref, vous êtes de mauvaise foi.

De plus, les Verts, jusqu'à ce qu'ils se fondent dans Europe Écologie, ont toujours soutenu un programme plus à gauche que le PS. Êtes-vous en train de m'expliquer que ces électeurs ont disparu ? Ou bien que vos chiffres ne s'appliquent pas à la gauche du PS, finalement, mais à la gauche radicale + l'extrême gauche, mais sans Chevènement parce qu'on ne sait jamais où il va ?

Concernant le score du FdG aux législatives, après un succès du PS aux présidentielles et une grosse coalition autour de celui-ci, les résultats du Front de Gauche sont tout à fait corrects. Après la parenthèse de la présidentielle, moment toujours particulier dans la vie démocratique, il retrouve un nombre de voix toujours en augmentation depuis sa fondation. Dans l'immense majorité des circonscriptions, les scores sont en hausse par rapport à ceux du PCF aux dernières législatives. C'est donc un succès électoral mitigé, ce qu'on pouvait tout à fait attendre vu les circonstances.

Multiplier son score par deux en deux ans, c'est quand même relativement rare. Non, pas de succès retentissant pour le Front de Gauche, mais des jalons, petite victoire après petite victoire, des centaines de milliers de personnes en plus convaincues d'une élection sur l'autre, des thèmes de campagne qui s'imposent aux présidentielles, une implantation locale de plus en plus grande, un jeune parti, le PG, qui prend de l'ampleur, et des thèses qui, lentement, progressent dans la société.
C'est une démarche de conquête du pouvoir que vous avez devant vous, et, oui, cela prend du temps.

Les termes de victoire ou de défaite n'ont de valeur que par rapport aux objectifs que l'on s'est fixés.
2007
PCF: 1 115 719
EXTGAUCHE (LO+LCR): 887 887
Total: 2 003 606

2012
FG: 1 792 923 +61% (+677204)
EXT G: 253 580 -71% (-634 307)

Total: 2 046 503

Il n'y a évidemment AUCUN rapport entre l'effondrement de l'extrême gauche et la poussée du PCF/FDG. Tous ceux qui supposent que le FDG a simplement rassemblé les gauches radicales/extrêmes sans parvenir à élargir leur socle électoral sont des MENTEURS qui rotent deux/trois absurdités entre deux gorgées de bière tiédasse au comptoir du Balto. Les autres, ceux qui ont compris que ces 600 000 nouveaux électeurs sont une race nouvelle apparue par génération spontanée, une race supérieure et taillée pour la révolution par les urnes ONT TOUT COMPRIS.

LE FDG VAINCRA ET CECI N'EST PAS CONTESTABLE.

Surtout ne changez rien.
Concernant la victoire intellectuelle dont parle Albert-Yves, c'est en partie vrai; on peut légitimement considérer que Mélenchon a contribué, avec d'autres (au FN, chez les souverainistes, ou à la gauche du PS), à déghettoÏser un certain discours sur la crise et l'Europe. Mais bon, je n'ai jamais dit que Mélenchon était inutile.
2007
Divers droite : 641 600
Divers gauche : 513 457
Extrême gauche : 887 887
Total : 2 042 944

2012
Divers droite : 910 392
Divers gauche : 881 339
Extrême gauche : 253 580
Total : 2 045 311

Vous avez vu ? J'arrive à une bien meilleure précision que vous.
Si votre base d'argumentation est exacte, alors démonstration est faite que les électeurs divers droite, divers gauche et extrême gauche sont les mêmes.
Or ce n'est pas le cas. Donc votre argumentation ne tient pas.


Ceci étant, une fois que vous vous serez calmé, et que vous aurez cessé de me prêter des propos que je n'ai pas tenus (bien sûr qu'il y a des personnes qui passent du NPA au FdG, mais il y en a énormément aussi qui vont vers l'abstention), vous pourrez peut-être venir débattre.

Je vous laisse donc à vos délires sur les races prétendument supérieures et autres conneries. Revenez quand vous aurez un argument, ou ne serait-ce que suffisamment de respect envers votre interlocuteur pour ne pas le diaboliser, et envers vous-même pour ne pas vous victimiser.

Bref, quand vous agirez en adulte...
Splendeur et misère du militantisme obtus...
J'entends votre ironie, mais pas vos arguments.
A Freudqo
"Précisément vers le libéralisme (la droite, c'est beaucoup de choses). Comme pratiquement toutes les sociétés occidentales. (...) Après, il faudra choisir le moment où vous fixez les définitions, (...)"
A mon avis, laissez tomber. Vous perdez votre temps.
Depuis un moment, je confirme l'information en effet.
Mais il ne faut pas qu'il désespère.
Sur les forums de TF1, il a toutes ses chances, eux aussi ont derrière tout un passif d'erreurs, d'approximations et surtout, de foutage de gueule envers les électeurs du FdG.
Nous n'aurons pas la coquetterie d'aller le contredire là-bas.
à propos du retour à la retraite à 60 ans, pourquoi la limiter à ceux qui ont eu une carrière pénible et ne pas l'étendre à ceux qui ont été pénibles toute leur carrière ?

Quant au pourquoi du comment de la présence de FOG sur toutes les émissions de France 2, Pujadas le rappele à chaque fois : France Télévision et Le Point sont "partenaires". Le "desperado libéral à crinière fauve" a un énorme réseau. J'imagine que ce patrimoine suffit à assoir son pouvoir.
Dieu sais que je fais mon possible pour ne pas brutaliser l'univers.
Je peux rester une bonne heure a essayer d'attraper une araignée pour la déposer sur le balcon a l'aide d'une feuille de papier. Et cela malgré les cris de ma compagne qui souhaite que je règle ce problème a coups de tong.
Et bien, je ne sais pas ce qui se passe, mais effectivement lorsque j'entends giesbert le dark vador qui sommeille en moi se réveille....
Mon coté obscur est très sensible a ce personnage et des envies pré-frontale me submergent.

envie d’être Canadien, Norvégien, ou de faire des stages en Afghanistan. Bref, de faire parler ma tong. Je vais quand même pas pourrir mon karma
Bonjour
A quoi bon mettre en avant tel ou tel avis si 43,7% de la population ne se sent plus concerné par ces avis péremptoires.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Giesbert, effectivement. D’une présence écrabouillante sur le plateau de Pujadas. J’ai tenu trente secondes.

L’important n’est pas de le zemmourer, pour en faire une victime à plaindre par Elizabeth Lévy, qui va sans doute monter héroïquement dans sa soupente pour diffuser en cachette Radio-Hollande ment Radio-Hollande ment Radio Hollande n’est pas allemand.

Mais de mettre en face des contradicteurs couillus, pas un Bernard Maris incapable d’exiger que le malotru se taise quand lui parle.

//Quel jeu vont donc jouer Pujadas, et la chaîne publique, dans la partie qui commence ?//

Certainement pas de devenir une sorte de Figaro télévisuel, Pflimlin et Pupu tiennent trop à leur job. C’est juste qu’avec un bon client comme FOG l’audience est assurée…
…………………….

Et si, plus qu’une victoire de la gauche (dont on se demande bien ce qu’elle va pouvoir faire, soumise aux diktats de l’Allemagne et des Marchés), c’était un échec de la droite inféodée au roitelet déchu, de la droite enfhaînée ?

Gageons que plus d’un battu à la Morano etc. doit cribler d’aiguilles une poupée vaudou à l’effigie de Sarko après-moi-le-déluge.

PS Qui sait exactement pourquoi France Inter est en grève ? Faire ça pile après la victoire de la gauche, ça sent un peu la valophobie, non ?
"Pourquoi, au soir de la victoire de la gauche, France 2 invite-t-elle en tête d'escadrille le gourou des vaincus ? "

La vraie question c'est : pourquoi ça vous étonne ?

DS, si j'osais je vous ferais la même remarque qu'à mon compagnon quand il s'énerve devant l'écran ( ou en écoutant France info) un soir d'élection : " Et toi, pourquoi tu les regardes, pourquoi tu les écoutes ? Tu t'attendais à quoi ? A une analyse posée et honnête de la situation, à la télé le soir même ??? T'es pas con à ce point. La télé et toi vous jouez une partition en duo. Tant que tu joues ta partie, la télé joue la sienne, et ça ne peut pas changer. C'est quand même pas compliqué à comprendre : il n'y a rien d'intelligent à dire un soir de résultats et jamais rien ne s'analyse en direct. C'est l'existence même des ces soirée électorales qu'il faut interroger, pas l'invitation de l'un plutôt qu'un autre."

Une soirée électorale intelligente, ça serait quoi, selon vous ?
Quels contenus pourrait-on en attendre ?
Avant les élections il y aurait des choses intelligentes à dire et à faire et des invités plus opportuns que d'autres.
Une fois qu'une politique est engagée aussi.
Mais dans les heures qui suivent l'élection je ne vois pas ce qui pourrait être fait de bien.
A noter que FOG, malgré son grand âge, était ENCORE et TOUJOURS présent sur le plateau de France 2 ce matin pour Télématin. Les vieux (Leymergie et FOG) s'accrochent à leurs rôles comme les moules à leur rocher !!!

Quand j'ai vu FOG donc ce matin (hier, pas vu) j'ai fui et me suis réfugiée devant mon ordinateur... je n'avais pas coupé le son en revanche... donc je l'ai entendu dire tout le mal qu'il pensait des Socialistes et de l'avenir qu'ils allaient avoir. Je n'ai pas trop confiance en cette nouvelle Assemblée Nationale, mais bon, je trouve lamentable que ce cacochyme éditocrétin ait le droit de venir déverser sa superficialité d'enfant gâteux sur les antennes publiques nationales.

A la niche, les vieux ! Prenez votre retraite et fichez nous la paix !
Poser la question, c'est y répondre. Nous en sommes toujours à la couverture de Match de Mai 2005. C'est toujours la même équipe qui est au pouvoir, avec une nouvelle légitimité pour appliquer la même politique. Pas celle du fond de commerce, celle "de gauche"... avec le mariage homo et le droit de vote des étrangers... Ni celle de "droite", avec la chasse aux immigrés et aux assistés... la politique "européenne" de paix et de prospérité de la "troika".

Je crois que c'est ce que voulait signifier Daniel. Non ?
Il est malsain que la gauche ait tous les pouvoirs. On doit donc laisser à la droite les seuls vrais: L'économique et le médiatique.
Parce que les cassandres ça fait de l'audience et qu'il faut rester devant TF1.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.