25
Commentaires

Fraisse : Cazeneuve entretient le flou

Zones de flou dans le récit du ministre. Sur France Inter, Bernard Cazeneuve devait s'expliquer sur son silence de 48 heures après la mort de Rémi Fraisse, tué par une grenade lancée par un gendarme le 26 octobre dernier. Le ministre de l'Intérieur a finalement entretenu le flou sur ses canaux d'information. Ce qu'il dit (et ce qu'il ne dit pas), en trois points.

Derniers commentaires

Bienheureux auditeurs de France Inter, qui n'ont pas eu à se fader à la même heure l'interview de Gérard Larcher sur France Culture.
Si j'avais le temps, je prendrais 2h pour retranscrire l'incroyable langue de bois sortie du formol, totalement contreproductive. Du genre à enseigner à sciences po comme cas d'école vous voyez les enfants, ça passait sous De Gaulle, c'était déjà limite en 90, mais ça on ne peut plus se le permettre en 2014.

On lui cause bavure policière, il répond état de droit, ordre, blablabla, tout en commençant par l'inévitable je pense à la famille, parents, drame affreux, blablabla. Pour qui a vu House of Cards, c'est drôle. Comme il évoque la violence des manifestants de Sivens, Marc Voinchet lui fait remarquer que oui mais quand même quand c'est des agriculteurs qui saccagent des locaux en Bretagne, les représailles ne sont pas tout à fait les mêmes, 2 poids 2 mesures, etc...

Et là le gaillard oûtré, drapé dans sa dignité "mais monsieur, on ne peut pas mettre sur le même tableau des violences matérielles et la mort d'un homme" ou un truc du genre. J'étais peut-être pas encore bien réveillée, mais j'entends ça, je comprends qu'on met dos à dos la violence des manifestants bretons et la violence de la répression policière à Sivens, alors que son propos initial était sur la violence des manifestants tarnais. Le propos n'a aucun sens, mais le ton fait la blague, le journaliste n'a pas sa réponse et passe à la question suivante...
Je dois devenir de droite, étant abonné à @si et mediapart et lecteur de rue89 je commence à clairement penser que c'est trop de gauche pour moi.
C'est dommage parce que je trouve la presse de droite encore plus chiante.
Enfin bref j'espère que leurs conneries écologistes vont vite se terminer, déjà parce que je reconnais plus ma ville de nantes, ensuite parce que je reconnais plus mes sites d'info....
La bavure est évidente! Les renseignements généraux ont été transformés en "direction centrale du renseignement intérieur" en 2008 puis en "service central du renseignement territorial" en mai 2014 avec environ 5000 fonctionnaires. Il est quasi certain que,comme à Notre Dame des Landes,quelques officiers sont sur place et ont infiltré les "zadistes". Ces services sont,comme l'a montré l'affaire de Tarnac,bien pourvus en matériel:balises,véhicules rapides,caméras,drones,hélicoptères,gaz...Ils sont relayés à l'échelle internationale (échanges de fichiers avec les USA,espion anglais Mark Kennedy) et peuvent se faire aider de télécommunicants pour les écoutes téléphoniques,de policiers et gendarmes...

Les moyens actuels de communication (téléphone et internet portables!) sont tels que le ministre a dû être mis au courant en moins d'un quart d'heure de même que le préfet.Ils se sont sans doute sentis mal et sont donc gênés dans leurs interventions auprès des médias. Ils s'enferrent de plus en plus...

Maintenant j'aimerais savoir si, avant cette bavure, un journal,une radio,une télé (FR3?) a interviewé les "antibarrages",a organisé un débat entre eux et les "probarrages". Il est vraisemblable que NON et que le débat "a posteriori" d'@si représente la seule irruption de la démocratie dans cette affaire!

Mon expérience m'a montré qu'en général les enquêtes "commodo et incommodo" sont faites n'importe comment à des heures rares ,qu'il est très difficile et ruineux d'avoir les documents et que les élus sont ignorants et souvent "intéressés" ou de parti pris.
De toutes façons, il est clair que les gendarmes ont tout de suite vu qu'un homme était à terre suite à l'envoi d'une grenade offensive. Ils étaient en face, et le détail dans Mediapart montre qu'ils ont compris qu'ils l'avaient tué.
Et vu comme les gendarmes sont disciplinés, forcément, ils ont relayé l'information jusqu'à qui de droit.

La raison pour laquelle Cazeneuve et consorts noient le poisson de cette façon, c'est qu'ils ne veulent pas qu'il y ait une réaction politique de la part de l'extrême-gauche, et d'autres.
Le fait que les renseignements soient distillés dans la durée ménage l'émotion et empêche de prendre conscience du problème ou des problèmes que ça pose.

D'après moi, ça va avoir l'effet exactement inverse, parce que la colère va monter, et que ça va provoquer une rupture très grave avec l'extrême-gauche et le PS.
Déjà qu'il y avait de l'eau dans le gaz.

Dur dur. Les socialos sont menacés de disparition.
l'image de nos élites.....Vainqueur de la course à l'échalotte du pouvoir.....qui oublient ,en tirant le parapluie,que le pouvoir implique des responsabilités que l'on assume.....
La chasse aux lampistes est ouverte...le gendarme tireur a du soucis à se faire....Cazeneuve est une caricature!
La grenade a entraîné la mort. Le mépris, le mensonge, le silence et la lâcheté des dirigeants du P.S., de nos gouvernants, du Président de la République et du Premier Ministre ont achevé le reste. Démission et honte à eux.
Démission ! Démission ! Démission ! Démission ! Démission ! Démission ! Démission ! Démission ! Démission ! Démission ! Démission !
Cazeneuve rejoue le vieil air de la victime qui l'a bien cherché, les gendarmes tiraient les grenades ailleurs, c'est Rémi Fraisse qui s'est jeté sur une grenade . Une grenade qui lui est tombé dessus.
Faire le procès de la victime, c'est vieux comme le monde, c'est classique de la part des politiques . On est dans l'antiquité, passons au monde actuel, dans lequel les gens prennent leur responsabilités, chassons ces vieilleries insanes.
Franchement je ne vois pas trop où se trouve le flou sur cette affaire.

Un silence de 48h en attendant que tous les recoupements et vérifications soient faites est-il vraiment si choquant ?
A qui vont-ils faire croire que les ministres et le président n'ont pas été mis immédiatement au courant de cette "bavure" ? Ils nous prennent vraiment pour des cons. Ou alors ils ne contrôlent plus rien et c'est grave aussi.
Ils ont pendant des heures et des heures laisser croire que Rémi avait peut-être des explosifs dans son sac, c'est franchement dégueulasse pour la mémoire du gamin, pour ses parents et pour nous tous citoyens qui avons droit à la vérité.
Et que dire des gendarmes qui balancent des grenades dans la nuit sans savoir sur qui elles vont retomber, c'est incroyable.
Et puis aussi ce dernier message du ministre de l'intérieur qui affirme que si consigne de très grande sévérité a bien été donnée, elle n'émane pas de lui, qu'il pensait le contraire, qu'il voulait apaiser les choses, dans ce cas on peut conclure que le représentant de l'Etat, le préfet, lui tout seul dans son coin, a décidé le contraire !!!! Encore une fois, on peut penser que si ses propos sont exacts, ça veut dire que les préfets font ce qu'ils veulent.
Mais comment M Cohen n'a pas plus insisté sur toutes ces invraisemblances ?
On ne peut pas dire que Cohen l'ait beaucoup poussé sur les consignes de fermeté, ah mais non, pas de fermeté, données par son préfet et lui.

Ils nous jouent, en plus tragique, à Fillet-Jouyon.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.