38
Commentaires

Fillon "collaborateur" : la mémoire sélective de Sarkozy

Derniers commentaires

Les journalistes seraient bien inspirés de ne pas se comporter comme des veaux et de ne pas aller à ces comédies qu'on nomment conférences de presse. Celà dégonflerait (un peu) la baudruche.
c'est qui fillon?
En définitive Sarko a bien raison de définir le premier comme "collaborateur" car il va devenir encore moins que cela.

Et oui la modification programmé par la commission balladur prévoi de donner au chef de l'état le pouvoir de fixer la politique de la nation, (normalement ce pouvoir appartient au gouvernement).

«Il définit la politique de la nation»: les sept mots rajoutés à l'article 5 au sujet du président «dénaturent totalement le régime» selon Marie-Anne Cohendet.
Je vous invite vivement à écouter l’interview suivante de Marie-Anne Cohendet, universitaire, professeure de droit constitutionnel, ce n’est pas long et cela va vous en apprendre beaucoup sur ce qui se prépare :
http://contrejournal.blogs.liberation.fr/mon_weblog/2007/11/marie-anne-cohe.html

Et de lire l’article suivant de la même personne :
http://contrejournal.blogs.liberation.fr/mon_weblog/2007/11/comit-balladur-.html

voir le programme de ce comité :
http://www.comite-constitutionnel.fr/le_rapport/index.php?intId=3&page=1

voir notre constitution :
http://www.legifrance.gouv.fr/html/constitution/constitution.htm

et le point en question (art 5 et 20) : http://www.legifrance.gouv.fr/html/constitution/constitution2.htm#titre3

bien à vous
Ce pauvre Joffrin qui baisse la tête et n'a même pas la présence d'esprit de répondre qu'il existe des archives et des journalistes témoins des propos désobligeants du monarque.
C'est "Joffin" ou "Je freine"?
Je me dis parfois que ce n'est qu'un mauvais rêve, que je vais bien finir par m'éveiller, que des citoyens responsables d'une démocratie digne de ce nom n'ont pas pu, sérieusement, en toute conscience, élire ce clown. Qu'il y a des limites à la farce, que l'Elysée n'est pas le Grand Guignol, que les idées de la République. notre République, ne sauraient être à ce point galvaudées.
Puis je sors de mon cocon, et je côtoie quelques uns de ceux qui l'ont plébiscité. Pas des représentants des classes aisées, ceux qu'il gave. Leur monde n'est pas le mien. Non, des gens de condition très modeste, et il m'arrive d'entendre ça : "Il en faut des riches, des patrons. Ce sont eux qui nous font vivre." Ou encore : " Lui au moins, il va faire ce qu'il a promis de faire... Il va mette les fainéants au boulot." Je passe pudiquement sur les réflexions racistes, les propos xénophobes, qui n'ont jamais autant fusé depuis que la droite décomplexée, celle d'en haut, donne l'exemple.
Et là, dans ces circonstances, je suis saisi d'une irrépressible envie de distribuer des beignes. Pourtant je m'abstiens. D'abord, parce que ce serait la baston permanente, ensuite parce que parmi ces blaireaux lobotomisés il y en a des plus grands et plus gros que moi... et même des femmes ! C'est désespérant.
Je me demande ce qui est le plus tragique : les énormités proférées avec assurance par le président ou les rires gras d'une partie de l'assistance ? (une bien belle conception de ce métier de journaliste donnée aux téléspectateurs).
Peut-être que les journalistes pourraient commencer par expliquer aux français ce qu'il ya de "mal" à qualifier son premier ministre de "collaborateur" ?

Un jour il jure qu'il ne l'a pas dit et demain il avouera qu'il l'a dit... et alors ?

Il a omi l'existence des monarchies électives ? ... drame !!!!

La presse doit reprendre la main sur les thématiques politiques, elle doit reprendre un coup d'avance pour forcer l'éxécutif à prendre position sur les problèmes des français et du monde ... elle ne doit plus subir les "petites phrases" de l'élysée qui existent uniquement pour masquer son manque d'ambition politique et son impuissance.
Je rêve d'un monde capable de réaliser une journée mondiale sans achat. Hélas j'ai dit "je rêve"... Faudra encore attendre longtemps pour ça.

Je rêve d'un monde capable de ne plus parler de Sarko pendant 5 ans. C'est possible ça !

Et si l'@SI lançait la mode ?
Je rêve ?

Focalisons-nous sur la reconstruction plutôt que la dénonciation du tout que représente le monde sans cette petite crotte qu'est notre président.
On lui donne beaucoup trop d'importance... Parlez de lui à tout va c'est tout le mal qu'il nous souhaite.
Tout le monde sait que c'est le président des riches qui aimeraient une France à la sauce BigMac.

"Avant de changer les autres commence par changer toi-même" ou un truc dans le genre... alors :

Moi-même, déclare solennellement ne plus jamais lire/regarder/écouter tous sujets en rapport avec N. Sarkozy, éviter tous sujets se rapprochant de près ou de loin à sa personne et ce pour une durée de 5 ans.
Je viens à peine de me relever de ma première overdose multimédiatique de Sarkozy, jamais je rechuterai, JE LE JURE.

Voilà.
Si comme moi, toi aussi, tu as vécu de plein fouet une overdose multimédiatique de Sarkozy, alors profite de ce fil pour jurer que plus jamais tu rechuteras.
Mais si, il a parlé à l'époque de "collaborateur". Et d'ailleurs, dans la foulée, il avait décoré Fillon, qui avait fait acte de présence depuis 6 mois. Et je crois bien que la décoration, c'était la francisque, non?
Il en a fait une autre bien grosse et personne ne la relève quand il dit que nous ne sommes pas en monarchie car il a été élu, il oublie simplement de dire qu'il existe une monarchie élective depuis bientot 20 siècles: La papauté. Et si ce n'est pas une monarchie alors c'est quoi!!!
Sa mémoire à même oubliée, voir effacée, qu'il s'était auto-proclamé le PRESIDENT DU POUVOIR D'ACHAT. 8 mois après l'élection, demander avec un tel aplomb : "Mais qu'attendez-vous que je fasse ?" frôle le symptôme d'Alzheimer... En ce qui concerne cette horrible maladie au moins il a mis en place des choses (prévention personnelle ?).
Ce matin, Le canard en une, relevai le défi !!!
Si maître Sarkozy est un fin langagier, comme il doit l'être, il n'a sans doute pas utilisé par hasard les termes "écrits" et "déclarations". De fait, comme le journaliste de Sud-Ouest le souligne dans Libé, c'est dans une conversation à bâtons rompus avec la presse que Sarko a employé ce mot, et non dans un écrit ou une déclaration. Je ne souhaite pas défendre l'avocat, mais rappeler que le choix des mots est important... et aussi l'usage qui en est fait par les autres, car les médias semblent avoir ressorti le mot "collaborateur" près d'un mois après qu'il a été prononcé. Ils s'en sont servis pour illustrer une thèse qui faisait alors l'actualité (et qui était peut-être juste, là n'est pas l'essentiel) : la détérioration des relations entre le président et son premier ministre.
Vous voyez le père de Miss Parker dans le Caméléon ? Et bien Sarkozy, c'est à ce sale type, bouffi de pouvoir, de mauvaise foi, trainant un passé plus que trouble derrière lui, qu'il me fait penser. A une ou deux différence près, dont la taille, mais c'est petit ;-) non, M. Parker a des "nettoyeurs" pour faire le ménage, effacer les traces de sang, faire disparaître les gêneurs ... Sarkozy, lui, il nettoie lui-même. Du sol au plafond ! Sarko, c'est Môssieur Propre, vu M'sieur Joffrin ?
Allez, un bon classique pour se remonter le moral !


( extrait de :Isabelle Nazarre Aga : Les manipulateurs sont parmi nous. Editions de l'homme .)

Test pour reconnaître le harcèlement moral ou un manipulateur.

14 critères sur 30 suffisent à établir le diagnostic de harcèlement moral ou de manipulateur relationnel :

Il culpabilise les autres, au nom du lien familial, de l’amitié, de l’amour, de la conscience professionnelle, etc.

Il sait se placer en victime pour qu’on le plaigne (maladie exagérée, entourage «difficile», surcharge de travail, etc.)

Il peut être jaloux même s’il est un parent ou un conjoint.

Il reporte sa responsabilité sur les autres ou se démet de ses propres responsabilités.

Il ignore les demandes (même s’il dit s’en occuper).

Il ne supporte pas la critique et nie des évidences.

Il ne communique pas clairement ses demandes, ses besoins, ses sentiments et ses opinions.

Il utilise les principes moraux des autres pour assouvir ses besoins (notion d’humanité, de charité, racisme, «bonne» ou «mauvaise» mère, etc.)

Il ne tient pas compte des droits, des besoins et des désirs des autres.

Il répond très souvent de façon floue.

Il menace de façon déguisée ou fait un chantage ouvert.

il utilise très souvent le dernier moment pour demander, ordonner ou faire agir autrui.

Il change ses opinions, ses comportements, ses sentiments selon les personnes et les situations.

Il change carrément de sujet au cours d’une conversation.

Son discours paraît logique ou cohérent alors que ses attitudes, ses actes ou son mode de vie répondent au schéma opposé.

Il invoque des raisons logiques pour déguiser ses demandes.

Il évite ou s’échappe de l’entretien, de la réunion.

Il utilise des flatteries pour nous plaire, fait des cadeaux ou se met soudain aux petits soins pour nous.

Il fait croire aux autres qu’ils doivent être parfaits, qu’ils doivent tout savoir et répondre immédiatement aux demandes et aux questions.

Il mise sur l’ignorance des autres et fait croire à sa supériorité.

Il produit un état de malaise ou un sentiment de non-liberté (piège).

Il met en doute les qualités, la compétence, la personnalité des autres; il critique sans en avoir l’air, dévalorise et juge.

Il ment.

Il est parfaitement efficace pour atteindre ses propres buts mais aux dépens d’autrui.

Il fait faire ses messages par autrui ou par ses intermédiaires (téléphone au lieu du face à face, laisse des notes écrites).

Il prêche le faux pour savoir le vrai, déforme, interprète

Il nous fait faire des choses que nous n’aurions probablement pas faites de notre propre gré.

Il sème la zizanie et crée la suspicion, divise pour mieux régner et peut provoquer la rupture d’un couple.

Il est égocentrique.

Il est constamment l’objet de discussions entre gens qui le connaissent, même s’il n’est pas là.

Ca ne vous rapelle pas quelqu'un ?
J'ai décortiqué depuis 1995, cette méthode "Sarkosyste" (je me répète) Nouvel enseignement dans les écoles "les grandes"!
Sarkosy il est comme mon ancien patron, devant les faits et les preuvent ils vous disent : "Vous n'avez rien compris" ou bien "je n'ai jamais dit ça".
Votre titre de chronique, Dan Israël, me paraît très complaisant.
Nous ne sommes pas dans l'espace de "la mémoire collective" mais bien dans celui du mensonge...
Madeleine
"Pendant la conférence de presse à l'Elysée ce mardi 7 janvier,"

C'est un détail, mais aujourd'hui , deuxième mardi de janvier, nous sommes le 8 et non le 7 :)
Ce qui me terrifie à chaque nouveau chapitre de ce quinquennat, c'est que cela me rappelle les bases du roman "1984" de George Orwell:
- la simplification à l'extrême du langage, pour promouvoir la communication plutôt que la culture
- les télécrans diffusent en permanence la bonne parole du pouvoir
- aujourd'hui, c'est la réécriture du passé ("je n'ai jamais dit ça", LJ baisse la tête et 600 personnes se taisent)
- à quand l'union d'un pays derrière son chef dans le cas d'une bonne guerre ?... Océania, Estasia, Eurasia...
oups... je ne me suis pas relue !!! Vous corrigerez bien les fautes à ma place en lisant, non ? C'est que c'est écrit sacrément petit ;-)
Sa mémoire à même oublier qu'il clamait haut et fort au mois de mai 2007, en jurant se grand Dieux, qu'il n'était pas question, du tout, (voyon, voyons) de remettre en cause les 35h !!!
Oups, ça aussi il l'a oulié...
"Vous d'vez bien avoir ça dans vos archives M. JOFFRIN ?!" avec un doigt accusateur... Les méthodes de Sarko sont inqualifiables.... mais j'avoue avoir un peu ri en voyant le dit M. JOFFRIN baissant les yeux comme un élève qu'on surprend en train de mentir.... Sarko est très fort pour arriver à culcabiliser qqn qui n'etait pas coupable !!!
est ce important que fillon soit un collaborateur du président ou pas, quelque part c'est la réalité et je suis plutôt satisfait que notre président assume tout au moins cela a le mérite de la clareté l'important est ailleurs et j'ai trouvé que les questions posées par les journalistes étaient " gentilles " face a un orateur de cette carrure il faut être plus agressif dans le bon sens du terme et plus pugnace, l'opposition n'étant pas présente pour l'instant et c'est regretable et le mot est faible ; pour l'équipe SARKOZY c'est du " billard " il faut que la France réussisse et c'est pas gagné a suivre donc
Sarkozy utilise la rhétorique très fonctionnelle utilisée avec succès par Le Pen. On dit une énormité. On voit l'effet qu'elle produit en silence, par le remue-ménage médiatique. Puis on intervient de noueau en prétendant ne jamais l'avoir dit. La glose dans les médias gonfle irrésistiblement. Mis devant l'évidence, on affirme alors qu'on l'a peut-être dit. Repris par l'ensemble des médias qui font alors des recherches, on affirme que si on l'a dit, ça a été pris hors contexte. Quand l'affaire est oubliée, on revient dessus en assumant totalement ce qu'on a dit.
Pendant tout ce temps où l'on a fait courir les médias sur une petite phrase un brin violente, on a fait passer à la trappe tous les sujets brulants et dérangeants du moment!
Talasrum
http://thalasrum.over-blog.com
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.