33
Commentaires

Faudra-t-il éviter les fauchés sur Facebook pour décrocher un prêt bancaire ?

Attention : si vos amis sur Facebook sont des paniers percés, les banques risquent de ne plus vous accorder de prêt. Un peu gros non ? Oui, un peu gros. Pourtant, l’information fait son chemin avec, dernière reprise en date, un article publié aujourd’hui sur le blog du Monde Big Browser. Mais d’où vient l’info ? Enquête express.

Derniers commentaires

Ça devient de plus en plus dur pour ceux qui n'ont pas de compte sur un ou l'autre des deux réseaux cités (gratuitement) à longueur d'articles, de sites web, d'émissions de radio, de tv, etc. C'est un harcèlement permanent. Merci quand même de nous rassurer, seule une poignée de startup utilise pour l'instant les données des profils (dans le cadre de demandes d'emprûnts), évidemment, les grandes banques attendent patiemment que les brebis soient au maximum dans la bergerie pour pouvoir en faire de même (et elles ne seront pas les seules). Quand ceux qui n'auront toujours pas de compte sur ces sites d'entreprises privées seront minoritaires, on pourra facilement les taxer de "marginaux".
A moins que mon conseiller soit un gros vicelard, en quête nuit et jour pour me débusquer y risque pas d'utiliser des arguments facebookiens pour me donner un refus.
Sur facebook j'utilise un pseudo, je n'ai pas remplis les noms de mes anciennes écoles, ni même ma ville, pas ma date d'anniversaire, mon profil est privée, je n'accepte pas d'appli, je n'accepte pas la géolocalisation, je n'ai pas installé fb sur mon mobile, je n'utilise pas une navigateur qui partage ses données avec Fb, j'ai modifié un paquet des paramètre de confidentialité, ce que j'y raconte n'est pas personnel, je n'utilise pas la messagerie pour dire des choses personnel non plus, enfin je fait comme dans la vie, je ne me ballade pas à poil avec mon nom sur mon front, je n'accroche pas mon adresse sur mes clefs, logique et pourtant ...
Rien à voir avec le fond du sujet, mais je découvre le mot «inefficient» en français. Je croivais que c’était exclusivement anglais.
Me coucherai moins idiote.
Idem pour les recrutements. Les cabinets et RH scrutent les profils FB, Viadeo, Linkedin...
J'en peux plus d'entendre parler de Facebook et de Twitter....au secours...je vais devenir fou.
Ventrebleu ! Je me sens si lasse... Je retourne me coucher.
Vous voulez être mon amie sur fessebouc, Anne-Sophie ?
Je vous demande ça parce que je dois faire un emprunt pour customiser ma chignole, et je trouve que vous bénéficiez d'une image pas trop dégradée.
Et compte tenu de vos multiples activités sur @si, je suppose que c'est pas la thune qui doit vous faire défaut.
Les "8000 données" font certainement référence à un système de classification automatiques, probablement par apprentissage statistique. Cela fonctionne de la façon suivante (version simplifiée) :

1) Entraînement : à partir d'une grosse base de données contenant pour chaque client (passé) un ensemble de "caractéristiques" (souvent appelées features : toute forme d'information simple, généralement numérique ou binaire) + le résultat recherché (par exemple la catégorie du client parmi "a remboursé son prêt dans les temps", "a remboursé en retard" "n'a pas remboursé"), on fait tourner un algorithme d'apprentissage statistique dont le but est de trouver parmi cette masse d'information les critères les plus déterminants. Le résultat de cette étape est un "modèle d'apprentissage".

2) Pour tout nouveau client, entrer les données correspondant aux caractéristiques prédéfinies et y appliquer l'algorithme + le modèle d'apprentissage -> le résultat est l'une des catégories indiquant les chances de remboursement (il s'agit bien sûr d'une probabilité, dont la fiabilité dépend de tout un tas de paramètres).

Tout ça pour dire que "8000 features" ça ne veut pas dire grand chose, puisqu'on parle d'informations atomiques : par exemple si vous avez 10 features du style "a plus de N euros sur son compte épargne" avec 10 valeurs différentes pour N, puis 10 features pour dire "a moins de N euros sur son compte épargne", ça fait déjà 20 features qui se rapportent en fait à la même information. De plus les infos ne sont pas nécessairement des données personnelles sur le client, par exemple il peut y avoir des caractéristiques relatives à la conjoncture économique. Et pour finir ce ne sont que des caractéristiques potentielles, comme un sondage dont on dirait qu'il comporte 8000 questions même si chaque question comporte la case "ne se prononce pas". Bref, ça ne veut pas dire que la banque dispose de 8000 informations concrètes utilisables, encore moins informations personnelles concrètes. En fait il serait bien plus intéressant de savoir quel type d'information est pris en compte dans ces caractéristiques.
C'est le principe du data mining. Et une bonne raison d'arrêter FB.
Ca commence par des start up, et ca finira par des missiles HellFire.
C'est évidemment l'avenir de ces gigantesques pompes à données, de recouper tous les renseignements sur vous, pour exploiter vos failles et vos faiblesses et à terme (d'essayer) de prédire vos intentions et votre comportement.
Déterminer la solvabilité des prêteurs? Toujours aussi doués en langues, chez Big Browser! (ou alors c'est moi qui suis toujours aussi douée en banque, et quelque chose m'échappe.)
Ça s'appelle le scoring, c'est classique et pas du tout nouveau. Tous les organismes de crédit l'utilise.
Faudra-t-il un compte facebook pour ouvrir un compte bancaire ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.