85
Commentaires

Europe, le serment des cinq

Vous savez quoi ? Je suis encore vivant. Et pourtant, j'ai vécu dangereusement.

Derniers commentaires

le hasard a fait que j'ai regardé avec beaucoup d'attention ce débat de bout en bout;
merci de faire un article la dessus
car personne ne parle d'Europe alors que les élections ont lieu cette semaine;
pourquoi cette NON INFORMATION sur cette élection et la SURINFORMATION sur le foot et terrorisme ?
les chaines publiques feront-elles au moins une émission sur l'Europe et les enjeux de cette élection
avant la fin de la semaine ?
si elles ne font pas ce boulot il y a un sacré problème, non ?
pourquoi presque personne ne parle de l'accord transatlantique ( TAFTA ) ?
bref , pendant cette émission j'ai enfin pris connaissance de mr Juncker le terrible !
Je viens de regarder le débat en replay. Pas mal du tout ! Très digne comme on dit on dit en novlangue ... J'ai failli marcher ... jusqu'à la dernière seconde ou Bing! tout s'écroule en une seule image. Les cinq candidats cèdent à l'injonction démagogique dans une élan d'unanimité et brandissent leur petites pancartes "bringbackourgirls" se transformant ainsi en hommes/femmes Sandwich des bons sentiments ... Aveu d'impuissance en direct devant le monde entier ... Les politiques s'en remettent aux médias pour populariser une cause, se transformant eux-mêmes en marionnettes ... En fait, tentent se s'acheter une popularité sur le dos du premier malheur du monde qui passe ... 90 minutes de spectacle se dévoilent en un plan pathétique.
voilà je ne sais toujours pas pour qui je voterai pour ces obscures élections européennes.

Je n'irai peut-être pas voter. Une amie m'a parlé d'un nouveau parti enfin DEMOCRATIQUE qui me semble près de la vision d'Etienne Chouard.

Allez voir http://www.democratiereelle.eu/
Le serment des Cinq... C'est une blague, ou bien?

Il me semble que la déclaration conjointe faite le 4 avril par le PPE et le groupe socio-démocrate était pourtant très explicite :

« Le candidat du plus grand groupe sera le premier à tenter de constituer la majorité requise. Sur cette base, nous soumettrons conjointement une proposition au Conseil européen afin de lancer les consultations institutionnelles conformément à la Déclaration 11. Le prochain président de la Commission devra être élu dans le cadre d’un processus transparent et non de manœuvres en coulisse. Nos familles politiques se présenteront aux élections européennes avec leurs candidats respectifs à la présidence de la Commission européenne. Le prochain président de la Commission devra être choisi parmi ceux-ci. Il s’agit de respecter les attentes des citoyens et de rendre l’Union européenne plus proche d’eux et plus démocratique. »

Quoi qu'il arrive, ils se sont entendus pour que ce soit Juncker ou Schultz.
Il y a encore des gens qui croient en la représentation électorale?

Pour ceux qui pensent encore que leurs votes vont changer la face du monde et autres adeptes de tautologie du type voter c'est important parce que c'est important de voter:

http://www.vote-et-vous.fr/

Pour les autres, suivez l'actualité technologique, économique et géostratégique ça vous donnera plus d'informations sur les politiques à venir que les résultats d'une quelconque élection...
performatif comme le vote de 2005?
En fait ce qu on voit en Ukraine, et avec ce debat Europeen, c'est qd meme qu'a partir du moment ou les dirigeants ne parlent pas langue du pays ... ca devient difficile.

ils auraient qd meme pu laisser la voix originale en fond, au lieu de tout couper ... c'est une blague!
Les 30 premières minutes du replay sont particulièrement intenses…
Sinon, ceci ne doit pas être très important:
http://www.theguardian.com/world/2014/may/16/india-election-2014-results-live

À l'heure qu'il est, une dépêche AFP dans le Monde, rien dans Libé. Bof, ils ne sont qu'un gros milliard.
Deux points de cette chroniques qui me choquent Daniel :

- d'abord, cette phrase qui m'a fait tomber de ma chaise : " l'Europe des anti-Europe (l'absence de tout représentant de la mouvance lepénoïde laissait tout de même une désagréable impression d'entre-soi)". Ce rouleau compresseur médiatique dont vous faites partie, et qui réduit la critique radicale de la construction de l'Europe ad lepenum de façon automatique. La place accordée à la SARL familiale Lepen est telle qu'aucun journaliste n'est capable désormais de penser la possibilité d'une critique violente, radicale, de la construction européenne qui fut DE GAUCHE, ou même au delà des clivages droite/gauche. Non, impossible.

Ce que vous nous dîtes avec cette simple phrase c'est : "vous êtes anti-construction européenne ? Alors, vous êtes lepnéniste"... donc, Daniel, vous me classez sans me connaître à l’extrême droite, donc vous m'associez à cette sortie de Lepen fille qui accrédite sereinement l'idée que Mein Kampf et le Coran, c'est kif kif. D'ailleurs, vous avez remarqué ? Dès que Marine Lepen se présente à une élection, dans les semaines qui précèdent, elle nous colle un bon gros "dérapage" bien dégueulasse dans les mains : sa participation à un bal autrichien en présence de "nazis" bon teint avant l'élection présidentielle de 2012 par exemple (judicieux non ? Pour passer de 25% d'intention de vote à 15, y'a pas mieux... et pourtant, elle l'a fait)... et là, cette sortie bien sale, bien raciste, en pleine "dédiabolisation" et juste avant de briguer les suffrages des Français. Ca vous interroge pas un peu, vous grand décrypteur ?

Pourquoi les personnalités politiques ou économiques de gauches ou tout au moins parfaitement républicaines (comme Lordon, comme Asselineau) qui dézinguent, tout argument économique, politique, historique à la clé, cette construction inepte sont barrés d'accès aux médias, (au motif que leurs arguments seraient d’extrême-droite... il n'est que d'écouter ce que Moscovici a eu le front de dire sur ce pauvre Jacques Sapir : il présente la sortie de l'euro comme souhaitable, alors il est d’extrême-droite ! Quelle honte !), et pourquoi les ténors de Lepen and Co sont-ils les invités permanents (jusqu'à la nausée) de tous les médias de masse sans exception ? Si cette pensée anti-européenne est tellement nauséabonde, que ne leur donne-t-on la place qu'ils méritent : 10% des électeurs (4 à 4.5 millions et encore, pas souvent, sur 45 millions d'inscrits) donc, 10% du temps de parole... ? Ha mais, non, c'est 20, 25 et même parfois 40% du temps de parole (sur BFM avant les municipales, ce fut le score !). Décryptez ça un jour, qu'on rigole !

Tant que Marine Lepen s'avance en "anti-européenne" (ce qu'elle n'est pas : c'est une alter, qui veut renégocier, c'est à dire ECHOUER à renégocier puisqu'il faut être 28 d'accord pour changer une virgule du TUE et du TFUE, point.) tout en dérapant suffisamment pour demeurer un épouvantail aux anti-Europe de gauche ou tout simplement profondément républicains, alors, elle ne décollera pas de ses 15% habituels, elle sera utile à canaliser une partie des mécontents MAIS surtout pas tous (hé non, ça pourrait bien faire une majorité !), et tout continuera.

Je vomis non seulement l'Europe comme elle est, mais encore j'en conteste, non pas l'organisation actuelle, mais le bien-fondé même, j'en connais les origines et elles sont dictatoriales, j'en vois (comme tout un chacun) les objectifs à terme, et ils sont tout aussi dictatoriaux... mais avant même de pouvoir en expliquer les raisons, avant même de pouvoir argumenter comme nous serions tous amenés à le faire, sereinement, dans une démocratie digne de ce nom, je suis ravalé à ce que je déteste : je suis LEPENISTE ! Fermez le ban ! Infréquentable, inécoutable, fasciste. Point. Et vous y participez en distillant ce genre de raccourcis qui se veulent des analyses ou des décryptages. Pardon, mais il y a un sacré boulot de désenfumage à faire Daniel, et si un jour vous vous y colletez, commencez par vous-même.


- Second point que je note Daniel, et je cite : " Il pourrait arriver que la démocratie tienne ses promesses ? Mais oui. A les voir, là, tenir tous ensemble ce serment des cinq, on sentait qu'il en serait ainsi, du seul fait que cet instant avait eu lieu, en direct, en public. Une émission performative, en somme, qui a ligoté en douceur les mains de Hollande et Merkel."

"Mais oui"...? Si Martin Schultz est le nouveau président de la commission, ce sera l'expression de la "démocratie" ? Vous voulez dire qu'un représentant, désigné par des représentants désignés par 20 à 25% de 30% des peuples (puisqu'on va finir avec 70% d'abstention à cette élection et qu'aucun parti "européen" n'ira au-delà des 25%), c'est l'expression d'une volonté populaire, c'est ça ? Mais gardez Baroso, au moins, ce sera plus honnête : on est en dictature, laissez-nous le dictateur !

Non non, cette présidence choisie par des tractations entre les organes des partis, et ce parmi des représentants politiques que personne ne connait ce n'est pas de la démocratie : on est 28 pays et qu'on le veuille ou pas, comme il n'y a pas de peuple européen, pour chacun des ces 5 impétrants putatifs, 25 ou 26 populations nationales européennes les ignorent totalement. Or, pour faire un choix qui serait démocratique, notre constitution (par exemple) implique que ce choix ait les moyens d'être éclairé. En Europe, par construction même, il ne saurait l'être. Ne venez pas me dire que du port du Pyrée à la Laponie Finlandaise, des serres d'Alméria remplies d'esclaves aux usines de Riga tout autant remplie d'esclaves, on a les moyens populaires et démocratiques de savoir quoi que ce soit d'un Martin Schultz ou d'un Guy Verhofstaadt.

Avant, les chefs d'Etat choisissaient le président de la commission conformément à la couleur politique majoritaire sortant des urnes : ils n'étaient pas démocratiquement élus eux, ces chefs d'Etat ? On nous propose que désormais ce président soit l'émanation des partis !!! Ils représentent quoi les partis ? Quelle proportion de la population est encartée dans ces partis en Europe ? Quelques centaine de milliers pour les deux "couleurs" principales (PPE, PSeuropéen...), et des noisettes pour les autres... qui vous dit que les ELECTEURS socialistes auraient, eux, choisis Schultz, un allemand : je ne suis pas anti-germanique mais enfin tout de même, vous avez vu à quelle point l'image de l'Allemagne dans tous les pays du sud de l'Europe est plus que dégradée ? Vous pensez réellement que les électeurs de gauche en Grèce, en Espagne, en Italie, au Portugal et même en France vont considérer que la "désignation/élection" d'un Schultz sera d'une quelconque manière "démocratique" ?

Comme toujours, on nous vend quelque chose en l’appelant par son exact contraire. J'affirme que ce mode de désignation est encore plus tortueux, encore plus indirect, encore moins légitime que la désignation par les chefs d'Etats européens, qui demeurent tout de même les élus attirant les participations populaires les plus larges lors de leurs élections, et qui opéraient ces désignations directement, sans ces détours par des filtres totalement opaques et absolument, ridiculement non représentatifs que sont les organes des partis politiques européens s'arrangeant entre eux ! On nous retire encore une fois un peu de démocratie MAIS on veille bien à nous présenter la chose comme BIEN PLUS démocratique. Comme disent Chouard et Franck Lepage : c'est tellement difficile de critiquer lorsque qu'on nous vole nos mots... ce qu'on voudrait voir advenir, il en ont volé la substance sémantique pour l'acoller à l'objet même de la critique ! On est désarmé, et vous devriez opérer plus encore ce travail justement.

Il y a 2500 ans, un prince des Royaumes Combattants à demandé un beau jour à Confucius : "Maître, que feriez-vous à ma place, si vous aviez le pouvoir ?" Et Confucius a répondu : "Je rendrais leur sens aux mots".
Bonjour
En résumé :
Demain on oublie tout ce qu'on a oublié de faire quand on tenait les manettes (à part ceux qui ne les tenaient pas).
Une émission performative, en somme, qui a ligoté en douceur les mains de Hollande et Merkel.

Sûr qu'ils sont hachement gênés, là.

(Sur Médiapart, actions de soutien à un blogueur banni pour injures - motif officiel cachant le motif réel. C'est pas ici qu'on verrait ça)

http://blogs.mediapart.fr/blog/geraldine-delacroix/150514/une-etrange-affaire
J'ai moi aussi essayé de regarder cette emission .
Je dit bien essaye car au bout d'une vingtaine de minutes j'ai abandonné .
Probablement le dispositif du doublage est en grande partie responsable ,mais aussi cette pendule omnipresente ...
En bref un bon debut mais il y a encore du boulot......
DS n'a pas décelé la contradiction dans son propos, dommage.
Lucide:
l'absence de tout représentant de la mouvance lepénoïde laissait tout de même une désagréable impression d'entre-soi

Puis rêveur, ayant oublié ses lignes précédentes:
Comment donc ? Il pourrait arriver que la démocratie tienne ses promesses ? Mais oui. A les voir, là, tenir tous ensemble ce serment des cinq, on sentait qu'il en serait ainsi, du seul fait que cet instant avait eu lieu, en direct, en public.

Je l'aurai préféré cynique: Il faut que le peuple comprenne qu'il doit se soumettre à la démocratie ^^
Moi aussi, je voterai pour Ska.
La démocratie ?
Excellent !
Pas regardé. Je me ferai le replay si j'ai le courage de supporter le bla bla habituel des politiques. Faut dire qu'entre ça et la saison 2 de Real Humans, mon choix était vite fait. Et de toutes les façons j'ai déjà décidé pour qui j'allais voter.
Real Humans, c'était le bon choix.
Idem, la nouvelle saison des Real Humans de atsugirobotics.com
L'option "un enfant? oui mais pas pour la vie" me tente bien! :-)
Ça aurait fait un beau sous-intitulé de débat: « Tell Europe - Real Humans ». :)
Avec la tonne de maquillage dont les débateurs étaient recouverts (Ska Keller était maquillée à la truelle) on aurait pu les confondre avec les androïdes de la série d'Arte…

Je n'ai pu regarder le débat que quelques minutes. Le cadre était trop rigide : 1 mn à peine pour chaque intervention. Difficile de développer un argumentaire en si peu de temps. Dès leur première intervention les candidats essayaient de nous gruger. Ils nous exposaient de pieuses intentions sur des domaines sur lesquels ils n'auront aucune prise, comme la fiscalité, l'Europe sociale… Et puis aucun candidat ne représentait la sensibilité "Démantelons la zone euro" (même Tsipras).

Méfions-nous de ce vernis démocratique comme de la peste. N'oublions pas qu'il n'existe pas de peuple européen et que donc il ne saurait exister de démocratie européenne… en tout cas pas avant des décennies.
Super! Je vais donc éviter de perdre à mon temps à visionner le replay.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.