120
Commentaires

Et puis le papa parla

BFM avait adopté un papa.

Derniers commentaires

Je ne voudrais pas jouer les Cassandre, mais un jour tout ça va mal finir.
Même si c'est tendance, on ne va pas faire de l'équilibrisme au sommet d'une grue à 70 balais.
histoire d'introduire un bémol à propos des pères-qui-n'en-veulent-pas-de-la-garde-alternée, rappelons tout de même qu'en cas de divorce, les deux parents voient leur pouvoir d'achat diminué, et que, souvent, c'est la femme qui garde le domicile commun. Or, pouvoir se loger correctement pour accueillir un ou plusieurs enfants, ne serait-ce que pendant le week-end, même en HLM, c'est un luxe inatteignable pour la grande majorité des pères divorcés... il avait été question de leur attribuer une aide au logement, mais sauf erreur, c'est resté lettre morte...

Le plus triste de ce happening, je trouve, c'est qu'il dessert la cause de tous les enfants de divorcés qui perdent quasiment tout contact avec leur père, de tous les pères qui n'arrivent pas à maintenir une relation équilibrée avec leurs enfants après un divorce... et vu leur nombre, j'ai du mal à croire que ce sont tous des salauds égoïstes et irresponsables...
Hors-sujet à propos de la lettre du PDG de Titan à A. Montebourg :
dans les commentaires des internautes de l'article des Échos, certains remettent en question la traduction du journal.
Et l'un d'entre-eux parie même sur un faux (en raison du style dans la version originale).

N'étant pas bilingue, quelqu'un peut-il vérifier si quelque chose cloche ?
Et les mères qui ne veulent pas de la garde des enfants? Ces femmes sont montrées du doigt et designées comme "mauvaises mères".
Est-ce si je montais sur une grue, quelqu'un m'écouterait !
On me jetterait, je pense.
Je venais , mais un peu tard , parler du documentaire canadien de Patric Jean :

http://www.arte.tv/fr/la-domination-masculine/2966430,CmC=2968928.html
Je n'ai pas vraiment suivi cette affaire ni même entendu ce père parler, je ne doute pas qu'il puisse être totalement zinzin ni très antipathique (ce qui au passage ne revient pas tout à fait au même). Je comprends que cette personne doit avoir d'autres moyens pour se faire entendre sans doute beaucoup plus honorables que ceux offerts par la tribune des médias et que le Canada regorge de fachos revanchards mais malgré tout ça j'entends que la mode n'est pas tellement aux pères. Certes leur pouvoir absolu doit cesser et ceci est en bonne voie mais à mon humble sens ce n'est pas en lynchant l'image paternelle qu'on risque de fabriquer des pères responsables et du reste tout ce qu'on leur reproche de ne pas être....Au cas par cas ne peut-on parfois en repêcher un, ce serait vraiment rafraîchissant
Du vécu ? En voilà.
Après une séparation (concubinage 12 ans), un fils de cinq ans au milieu.
En tant que père, j'avais l'autorité parentale partagée (acte signé à la mairie)
Donc ma demande était "simple" : un W.E sur deux, chaque mardi soir et la moitié des vacances.
Là ou cela se complique.
La mère, que d'ailleurs je respecte, n'était pas d'accord au sujet de mes desiderata.
D'abord la case médiation qui n'aboutit pas.
Case justice : là cela se complique vraiment et panique à bord !

[large]Direction une "Association de Pères en Détresse".
Après deux réunions, je me suis enfui ! Une haine des mères, une misogynie exponentielle (mon mari) et absence totale du sujet même : les enfants.[/large]
Bref, tout fut réglé par une juge et j'obtins ce que j'estimais le mieux pour mon fils et non pour moi.
Plus ça va et plus on voit que le grutier d’occasion n’était pas clair.

Cela n’en rend que plus légère la précipitation du gouvernement.

Qui rappelle celle d’un agité chronique, sautant sur chaque fait divers avec la rapidité de Speedy Gonzales.

Agité dont certains prédisent le retour en 2017.

Parti comme on est, ce pire est à craindre, et il n’y aura pas assez de grues en France pour protester contre le retour du Vengeur pas masqué !

Il serait intéressant de savoir s’il avait « refait sa vie ». Avec un autre femme, bien sûr. Vu la considération qu’il porte aux « bonnes femmes », j’ai un doute. Sauf s’il a trouvé une bonniche selon le cœur des masculinistes québécois. Autre question : va-t-on le voir sur les plateaux télés genre Ruquier Ardisson (Delarue doit regretter d’être mort*) ? Si son assoc’ n’arrive pas à lui faire croire qu’il dessert la cause plus qu’autre chose… tous aux abris !

* Et nous, que ses deux compères ne le soient pas !
La cause défendue par ces petits malins semble effectivement passablement moisie.
Ceci dit l'article du Monde est quand même lapidaire et je me rappelle avoir assisté il y a une vingtaine d'années à un TD en fac de droit qui traitait du délicat problème de la place accordée à la parole de l'enfant pendant un divorce, et de mères qui, pour obtenir la garde, n'ont pas hésité à évoquer des attouchements sexuels de la part du père alors qu'il n'en était rien.
Il y a eu des dérives de ce côté là aussi et de ça, l'article ne dit pas un mot.
Il y a quand même eu des journalistes pour donner une image plus complète de la réalité: cet article d'Isabelle Germain dans les Nouvelles news en cite plusieurs autres, qui ont relevé la "part sombre" de ce père.

Pour le reste, il est certain que le fait que les mères aient majoritairement la résidence principale ("la garde" comme on dit) des enfants en cas de séparation ne relève pas d'une injustice mais du fait que les pères demandent fort peu la résidence ou la résidence alternée... Ensuite, il y a des injustices ponctuelles (les juges sont encore des humains, pour le moment, et sans doute des humains influencés par les représentations dominantes type: un jeune enfant a plus besoin de sa mère) et pour les faire cesser, il faudra déconstruire ces clichés. Mais dire que dans une grande majorité de cas: les mères s'occupent plus des enfants pendant la durée du mariage (gestion de l'intendance, jours enfant malade, réunion parents-profs etc.) ce n'est pas un cliché, et c'est pour cela que les mères ont "la garde" en cas de conflit sur ce sujet au moment de la séparation. Le juge ne se demande pas quel parent aime le plus ses enfants, ni quel parent mérite le plus d'avoir "la garde" (l'enfant n'est pas un trophée), il se demande chez quel parent doit être la résidence principale pour que la vie quotidienne de l'enfant change le moins possible... Ca + le fait que les pères ne sont que 20% à demander la garde et on a l'explication de ce déséquilibre.

Quant au lobby qui se cache derrière ce père en revendication, on peut lire ce qu'en dit Patrick Jean ("La domination masculine"): sur son blog.
Alors c'était l'histoire d'un papa tout gentil que la méchante justice empêchait de voir ses enfants puis maintenant c'est un très méchant Père, un masculiniste qui ne fait qu'insulter toutes les femmes, surtout les ministres.
Voilà le niveau de l'information et des débats, tout est bien caricatural.
On aurait pu enqêter, savoir s'il y avait un problème ( tout fait divers n'est-il pas la manifestation visible d'un problème social ?) non chacun y va de sa petite simplification.
On aurait pu aborder les choses d'une autre façon : n'est-ce pas l'intérêt des femmes que les hommes prennent plus en charge la garde des enfants ? ne serait-ce pas une revendication féministe quand on voit le sort des mères ? Une garde plus partagée ne donnerait-elle pas plus d'autonomie, de temps libre pour les femmes divorcées.?
Ne pourrait-on pas considérer que l'enfant n'est pas un jouet , un enjeu de pouvoir dans une séparation ? Ne devrait-on pas considérer des parents incapables de se mettre d'accord sur la garde des enfants comme des adultes irresponsables et ayant besoin de thérapie l'un ET l'autre ?
Mais non, il est plus simple de dire que ce papa était une victime et que par ses propos tenus après plusieurs jours sans sommeil, il est devenu un salop. Cela évite d'enquêter sur son affaire, cela évite d'enquêter sur les conflits dans les divorces et la prise d'otage des enfants par des adultes hommes ET femmes.
Chacun retourne à ses certitudes et rien ne change.
C'est bien ce que j'ai essayé de dire, mais avec quelle difficulté pour faire comprendre que je n'étais pas "pour" les machos!
Il aurait fallu le dire comme ça, Cultive ;o))
Pour moi, ça n'a jamais été l'histoire d'un papa tout gentil. J'ai immédiatement tilté qu'il y avait un problème dans cette histoire: dès samedi matin la radio mentionnait le fait qu'il avait été déchu de son autorité parentale, ce qui est vraiment rarissime et signe le fait que des choses très graves lui ont été imputées (il y a de nombreux pères incarcérés pour diverses raisons qui ont toujours l'autorité parentale sur leurs enfants). Donc soit c'était l'injustice de la décennie, soit, plus probablement, les médias ne racontaient qu'un bout de l'histoire... Et quand j'ai entendu que ce monsieur était soutenu -puis plus- par Svp Papa, j'ai été confortée dans mon idée que ce monsieur contestait des décisions judiciaires parce qu'elles ne lui convenaient pas et pas parce qu'elles étaient injustes. Que cet homme soit désespéré, je veux bien le reconnaître, mais qu'il ne soit pour rien dans les "malheurs" judiciaires qui lui arrivent est un mensonge éhonté.

Ensuite, il est évident que les femmes ont intérêt à ce que les pères s'investissent autant qu'elles dans l'éducation des enfants (et les soins aux tout-petits)... Sauf que, pour l'instant, tous les hommes n'y sont pas prêts. Ou plutôt ils sont prêts à s'investir affectivement autant, mais pas à y consacrer autant de temps ni à y sacrifier leur vie pro (vous voulez les chiffres du pourcentage d'hommes qui prend un congé parental d'éducation ? Qui prend un 80% pour s'occuper des enfants le mercredi ? Ca existe, hein, mais c'est ultra-minoritaire). Et pas non plus à demander la résidence principale des enfants chez eux au moment du divorce puisque le cas le plus courant c'est: attribution de la résidence principale à la mère avec l'accord du père.

Voyez, vraiment, ce lien déjà donné plus haut. Cela pourrait peut-être ébranler vos certitudes.
merci Libertad et Cultive aussi.
pour sûr en Arabie saoudite les petrodollars ont réglé le problème de la garde d'enfants depuis longtemps : Arabie saoudite : un père libéré après avoir tué sa fille

mais nous sommes en France, pays des droits de l'Homme et de l'Enfant.....qu'ils disaient !
perso, les seuls cas de divorces-séparations réussis auxquels j'ai eu l'occasion d'assister, sont ceux dans lesquels les parties font intervenir l'INTELLIGENCE plutôt que des avocaillons payés à la lettre envoyée !
intelligence du père ET de la mère.... et je dirais même plus : intelligence de la mère ET du père !

SOS PAPA versus SOS MAMAN pfff quid de l'enfant ??!!
Tout est dit et bien dit !
Et puis tiens, je remets le lien (merci Eliha) http://aldebaran.eu.org/index.php?2013/02/17/616-deux-connards-sur-deux-grues&cos=1#comment-preview
et puis celui-ci aussi tiens http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2009-04-02/six-ans-ferme-pour-avoir-projete-la-mort-de-son-ex-compagne/920/0/331297
Un père qui n'aime pas les mères et les femmes, n'aime pas la mère de son enfant, donc n'aime pas son enfant, point.
Z'avez remarqué que j'emploie le mot père et non papa, bien évidement dans votre billet c'est du second degré (27 fois quand même, chapeau^^) mais je supporte pas entendre tous ces gens dire papa au lieu de père, ça fait partie de la comm, papa c'est mignon, papa, c'est les enfants qui le disent avec leur petite voix d'enfant, peuchère, ça émeut dans chaumière ;)
C'était tellement évident qu'il y aurait un gros loup derrière ce "papa" roublard... Traitement médiatique calamiteux et réaction gouvernementale démagogique... À noter qu'hier l'émission de Mermet sur inter en visite à Nantes servait un peu la soupe à l'action de ce papa grimpeur de rue...
Le premier 9/15 de David Serge ?
J'l'avais dis que ce truc c'était encore un pauvre mec qui se servait de son gosse pour emmerder son ex ... Ce qui serait bien c'est de recevoir TOUTES les mères qui s'occupent de leurs enfants sans père , et la y'en a plein , mais vraiment plus que ceux qui sont a tord privé d'enfant .
Michel Tarin est un con. Vous savez, ce militant pro-espaces verts à NDDL qui avait fait une longue grève de la faim pour n’obtenir in fine que des paroles verbales.

Un con parce qu’il avait mené une action médiatiquement trop vue depuis Gandhi. En oubliant la règle numéro un des médias : il nous faut du nouveau, point. Que ce nouveau soit au service d’une cause pertinente ou non, OSEF, il nous faut du nouveau.

Et maintenant, il ne peut plus monter dans cette superbe grue : personne ne lèvera son objectif ou son clavier, aucun ministre ne le recevra sans rendez-vous.

Quant à la mère de l’enfant déchiré, si elle veut qu’on l’écoute elle aussi dans les lémédias et dans les ministères, je lui suggère une action spectaculaire. Pas le coup de la grue, donc, râpé. Mais tiens, l’exact inverse : s’enfermer dans sa voiture et dans un parking souterrain, Nantes* en a un bien profond au Commerce.

* Prenant le cas de deux chômeurs cramés par Paul Rackett dont le seul mentionné fut le nantais, et un autre cas de grue passé sous silence car à Strasbourg, Ouest--France ce matin en déduisait qu’une action n’avait d’écho que si elle se passait chez Ayrault. Si même OF se met à faire du mauvais esprit…
Dire qu'avec la GPA, les misogynes peuvent avoir des gosses sans s'encombrer d'une grognasse. Pas besoin de grimper sur une grue...

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Semaine après semaine,le W E est le moment réservé aux débordements médiatiques en tous genres .BFM.TV en tête,mais il y en a d'autres a mis le doigt sur le nouveau machin capable de tenir en haleine le bipède moyen qui ne met pas le nez dehors à cause du froid.
Ils semblent ignorer que trop c'est trop.La lassitude est vite là.
Nombreux sont ceux qui dès hier soir avaient décelé l'entourloupe.Ce type détestable avait un lourd passé et ne valait ni le détour des caméras ni la réunion des ministres.Ses actes passés expliquaient les décisions de justice le concernant.
On pourrait imaginer que la semaine prochaine,toutes les mamans elevant seules leurs enfants sans la pension alimentaire que leur ex oublie de verser manifestent dans la rue avec des panneaux "un papa ,une maman".....On ne sait jamais,ça pourrait émouvoir BFM.TV.
m'est avis que c'est un papa qui devrait se [s]pacser[/s] marier avec un autre papa pour assumer son identité.
C'était peut être pas la peine d'attendre qu'il descende, il suffisait de donner la parole à l'avocate de la mère de l'enfant, comme ça a été fait, un peu tard, ce matin. Ou de faire une petite enquête sur les mouvements qui soutenaient ce monsieur, dont l'un, si j'ai bien compris, avait pris quelque distance.

Pourtant, le problème existe. Il est au moins autant social que judiciaire. Imaginez une femme qui, d'un commun accord avec son ex, accepterait que la résidence de l'enfant soit fixée chez lui et pas chez elle: imaginez la suspiscion qui va l'entourer quand on apprendra ça. Soit elle a fait quelque chose de grave, soit c'est une mère dénaturée. Imaginez une femme qui, après une garde alternée qui se passe bien, trouve du boulot à 500 kilomètres, et pour éviter un déracinement à ses enfants, accepte de les confier à leur père et de partir seule. Ne va-t-elle pas être vue comme une ambitieuse qui a préféré sa carrière à ses enfants?

Cette "évidence" s'impose à tous, hommes et femmes. Les femmes trouvent "normal" de demander la résidence des enfants. les hommes trouvent "normal" de ne pas la leur disputer. Sauf des zozos masculinistes. Si ces gens là sont les seuls à défendre les pères qui voudraient que ça change, ils vont recruter, c'est sûr, et diffuser largement leurs idées haineuses, car dans le cadre d'une séparation douloureuse, hommes et femmes sont particulièrement tentés par la haine.

Pour revenir à la question du journalisme, nous n'avons pas eu, pendant l'action-grue, l'information et l'analyse que nous aurions dû avoir: ni sur ce père là, ni sur les "masculinistes", ni sur ce qui se passe en vrai, dans la vie. Et maintenant que la grue s'est dégonflée, nous n'aurons pas non plus (ou peut-être que si?) l'analyse d'un vrai problème de société. Il y a quelques années, j'avais eu les chiffres du nombre d'enfants qui ont perdu tout contact avec leurs pères quelques années après une séparation. Il était énorme (quelle qu'en soit la raison, c'est une atteinte à l'enfant). J'espère que ce chiffre a baissé. Quel journaliste nous dénichera cette info?
Au passage, c'est assez dingue que la quasi totalité des médias aient repris le terme "papa", sans jamais se demander pourquoi ils utilisent ce mot plutôt employé par des enfants, et pas le mot "père". A croire que ceux qui redoutaient la déferlante de parent1 et parent2 se sont totalement plantés.

Et pas un journaliste pour lui demander où en est sa condamnation pour enlèvements avec violences... On note d'ailleurs qu'hier à 19h, sur BFM TV, l'asso SOS Papa semblait bien compréhensive envers l'usage de la violence et de l'enlèvement.
La même asso est reçue par le gouvernement alors qu'elle semble penser que le mariage pour tous est un complot "lesbio-féministe" destiné à produire des enfants sans hommes ( http://www.sos-papa.net/pages/actualite/actualite039.htm ), sous-entend que le parent non biologique d'un couple homosexuel est un "faux parent", et nous explique que si on manque de femmes en politique, c'est parce que ces paresseuses passent trop de temps à accaparer les enfants. Pareil pour les salaires, c'est la faute des mégères, elles devraient bosser au lieu de voler les enfants des gentils papas ( http://www.sos-papa.net/pages/actualite/actualite038.htm ).

Quand on fouille un peu, ça sent le gros délire misogyne. Curieusement beaucoup de journalistes n'ont pas pris la peine de fouiller, et en sont restés au gentil papa.
Suis-je la seule à avoir remarqué que ces papas si aimants ne réclament que lorsqu'il il y a un seul enfant ?

Avez-vous connaissance d'un cas où il s'agissait de plusieurs enfants dont la mère tenait contre vents et marées à s'occuper toute seule, fiancèrent ? :-)

Dans mon entourage, un de ses papas si aimants a tout fait pour retirer les enfants à la mère, vraiment tout ce qui est imaginable. Et les a foutu dehors à leur majorité, laquelle par chance était déjà à 18 ans, ça lui a évité d'avoir à les nourrir 3 années supplémentaires.

Et je ne parle pas de moi, par pure modestie.

Ah oui, j'oubliais... L'enfant... L'amour... Toussa...
Sur le fil de la photo gagnante du concours "Worldpress", j'ai parlé de ce très épais maquillage... que dis-je, du masque porté par ce pseudo père aimant.
Mieux que Photoshop... avec des Palestiniens du "Gazastan"... des pères qui vont enterrer leurs enfants. ;o(

Et je repense aux charniers de Timisoara en 90 où la presse française s'était fait balader...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.