43
Commentaires

Et le prix Big Brother 2015 est attribué à...

La loi sur le renseignement ressort (presque) indemne de l'hémicycle

Derniers commentaires

Jean-Marc Manach
Mary Doyle Keefe, modèle de Norman Rockwell pour sa Rosie the Riveter, est décédée à l'âge de 92 ans.
HS, mais peu importe !

Dommage qu'on ne puisse pas "voter pour" (ou "liker" comme on dit somewhere else) les vite-dits, sinon je le ferais pour tous les vôtres mon cher Alain!
Oooooooooooooohhh ! Révélation horrible dans mon cerveau !!
Alors que je suis la première lectrice à voir uniquement et d'abord les histoires d'amour dans les romans (et je l'ai lu pour la première fois celui-là quand j'avais quatorze ans...), j'aurais jamais pensé qu'on avait pu d'abord vouloir insister sur cet aspect. On peut y voir aussi j'y pense une influence des goûts du public de l'époque. Si l'on regarde le cinéma américain des années 1940-1950, c'est fort possible. Même dans le Dictateur il y a de l'amour, et la dernière image du film est la jeune fille éclairée par la lumière de l'espoir. Hope...

Mais dans le même temps, ça me fait dire aussi qu'à 14 ans, l'inconscient social et historique agissait déjà sur moi, que j'avais déjà intégré rapidement la guerre froide, le totalitarisme stalinien...

Très intéressant cette évolution et ces différences entre pays. Et oui, elles sont marrantes les couvertures russes ! Ce qui m'étonne, c'est la couverture slovaque : à l'époque, c'était en zone russe, la Tchécoslovaquie ?

Je crois même avoir vu l'adaptation théâtrale où Julia n'apparaissait pas du tout.

et ma couverture préférée, c'est celle de l'homme et la machine.... pourquoi ? parce que c'est mon mien à moi :-) et j'y suis attachée :-)
superbe boulot
Si 1984 ne fait pas vraiment peur, c'est peut-être parce que nous y sommes déjà habitués.
La couverture de Michel Siméon est la seule, me semble-t-il, à souligner un aspect non négligeable de 1984 :
la surveillance n’est pas que centralisée, étatique, chaque citoyen surveille et contrôle autrui.

Ce contrôle des uns par les autres nous le retrouvons aujourd’hui avec nos moyens technologiques très développés.
Ça me fout presque plus la trouille que les surveillances des renseignements.
Nous enregistrons, vidéosons, transmettons sans recul, sans accord des personnes filmées, sans sélection, avec nos téléphones mobiles.
On peut même, apprends-je, diffuser les vidéos en direct, nous dit Justine Brabant.

C’est une forme de surveillance d’autrui naïve et presque innocente.

C’est ce que décrit aussi Black Mirror (dont un asinaute cause au dessus), point besoin d’installer un service centralisé de surveillance,
les personnes et les foules font cela toutes seules.
N'oublions pas Bowie
https://www.youtube.com/watch?v=KByxC7B9WH0
:)

Voici mon mien. Il a vécu…

Un lien musical qui va bien avec la chronique.
Le livre qui nous montre que l'avenir est dans le passé. C'est pas banal.
Dans la plupart des cas, le titre est mal traduit c'est tout ce qu'on peut dire. Aucune couverture avec "mille neuf cent quatre-vingt-quatre", ni MCMLXLIV, pourquoi? Je ne comprends pas cet illettrisme pro-maths :-) . Pourtant 93 sur une couverture de Victor Hugo, c'est rarissime.

Je ne comprends pas non plus les chaussures de "Vincent", mais c'est émouvant.

Encore un truc, dans le chouette lien du prix Big Brother Awards, que je ne comprends pas. En quoi le prix Voltaire à Isabelle de Léon, agent au Pôle Emploi pour refus de participer à une formation au contrôle des papiers d’identité des demandeurs d’emplois. sanctionne-t-il une parmi les pires atteintes à la vie privée et aux libertés ? Son refus va plutôt dans le sens d'une protection de la vie privé et de la liberté. Est-ce qu'il manque un mot? Le prix est attribué "au licenciement" de Isabelle?
Cette chronique me fait penser à une série grande-bretonne intitulée Black mirror.
CONSTANT GARDENER : « Un sondage Odoxa, pour lequel il faudrait au moins donner le lien l'affirme », dites-vous. L'article de France TV Info que je mets en lien explique bien les choses. Mais vous, tel un petit roquet toujours prêt à sauter sur le moindre bout d'osselet…
Et sinon, vous avez aimé les images ?
"vous êtes sept sur dix à juger "utile" cette loi sur le renseignement."
Pas d'accord avec çà!
Un sondage Odoxa, pour lequel il faudrait au moins donner le lien l'affirme. Et c'est assez différent. Messieurs les journalistes, un minimum de rigueur, s'il vous plaît!
Regardons maintenant le fameux sondage : il y est affirmé également que 68% des personnes qui ont répondu considèrent que cette loi remet en question certaines libertés et le respect de la vie privée.
Pourquoi ne titre-t-on pas sur cette réponse?
Il aurait fallu au minimum que le sondage approfondisse cette (apparente) contradiction.
Mais comme le but était de faire avaler la loi au bon peuple, on n'allait certainement pas s'embêter avec des précautions méthodologiques. D'autant plus qu'on savait que toute la presse reprendrait sans moufter le chiffre qu'on lui donnait.

PS : bien sûr, on devrait également faire toutes réserves sur la méthode utilisée : l'enquête (a été) réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par Internet les 16 et 17 avril 2015. Et s'interroger sur le nombre infime de "Ne se prononce pas". Est-ce trop demander? En particulier à ASI?
"La gauche est antifasciste, elle n’est pas anti-totalitaire." Orwell
Combien y-a-t-il de demeurés qui pensent que l'œuvre d'Orwell est une apologie du libéralisme ?
Or well, ou bien sûr!

Indispensable.
Toujours bravo Alain,
je ne vais pas lancer la course à toutes les couvertures que vous n'avez pas citées. Cela ne me regarde pas .
En 1938, George Orwell publie Homage to Catalonia.

À Barcelone, en 2001 la plaza Orwell se convirtió en el primer espacio público de la ciudad controlado por cámaras de videovigilancia municipales, una práctica que posteriormente el Ayuntamiento extendió a otros puntos conflictivos del centro de la capital.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.