49
Commentaires

Et la Grèce resta dans (la zone) euro

L’orage n’a pas éclaté. Deux heures à peine après la fermeture des bureaux de vote, la victoire de la Nouvelle démocratie était acquise. Le coude à coude avec Syriza s’est distendu. Le tonnerre n’a pas même pas grondé. Reste la perspective de continuer à respirer cet air délétère, dans ce désert d’austérité. Mais pour l’heure, la presse grecque, soulagée, se réjouit.

Derniers commentaires

Hors sujet, mais au coeur d'un certain système économique : le bureau de vote grec photographié dans le reportage est manifestement dans un établissement scolaire ... où le mobilier est exactement le même que dans l'école où je travaille.

ça fait bizarre, même si on se dit qu'une chaise s'utilise de la même façon dans toutes les salles de classe du monde, cette uniformité.
Bonjour,
Je ne suis pas un habitué des forums (plutôt réfractaire par fainéantise...) mais bon, je m'y met ! Je tenais a poster ce tout petit commentaire pour dire simplement MERCI , merci de cette immersion en Grèce, merci de ces reportages en live, on en redemande !!!!
Les fondamentaux qui créent le risque d'explosion de l'euro n'ont pas changé avec le vote Grec.
Hors la transformation en monnaie commune, guère d'espoir pour l'euro monnaie unique ...
http://www.revue-projet.com/articles/2012-3-la-monnaie-commune-contre-l-eclatement-de-la-zone-euro/
Mettez de l'ordre dans vos finances publiques, qu'ils disent !
Mais mettre de l'ordre dans le système financier, personne n'en parle...
Ca aurait pu me déprimer, ça me rassure. Je me dis finalement que nous ne sommes pas les seuls à compter une majorité de frileux qui n'ont pas eu le courage de voter FdG; même avec 9 plans d'austérité dans la musette, 30% de grecs ont (re)voté pour les mêmes qui avaient maquillé les comptes et commencé de plonger le pays dans la situation qu'on sait.
Droite dure ou droite molle façon sociale-démocratie, l'Europe est majoritairement à droite.
L'avenir des peuples est en Amérique du Sud, l'avenir des banquiers chez nous.
Cela fait du bien d'être avec des Grecs, de les entendre, de constater qu'ils ont les mêmes espoirs, les mêmes peurs, les mêmes résignations que nous. Les mêmes interrogations et le même avenir que nous.
Enfin, peut-être.....
merci anne so de ce reportage, de ton oeil glauque (ce qui ne signifie pas torve mais gris bleu de la couleur de l'eau dormante) tel l'oeil de la déesse athéna - bravo nous y étions comme dans nos urnes à nous ...
J'imaginais un sursaut en Espagne: forte abstention et la droite au pouvoir...
J'imaginais un sursaut en Grèce: forte abstention et la droite au pouvoir...
Ah, oui, j'imaginais un sursaut en France, aussi.

Vraiment je ne suis pas raisonnable, il faut que j'arrête d'imaginer des sursauts! Promis, j'arrête demain.
"Pas d'orage donc, mais comme un cycle infernal : on prend les mêmes et on recommence."

ben ouais, c'est déprimant...
Bonjour
Le pire c'est que les grecs ont choisi le parti qui les a conduit à la situation où ils sont, avant que le Pasok prenne le relais !!!
C'est de l'auto-flagélation.
C'est une honte cette élection grecque et la façon des autres pays de faire pression sur les électeurs qu'aurait on dit si c'était indécent qu'aurait on pas entendu si c'était un pays africain?
Merci, Anne Sophie, je n'en reviens pas d'être obéie aussi vite, je vais prendre la grosse tête (pour ceux qui comprennent pas, voir mon comm du billet précédent)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.