176
Commentaires

Entre nègres et nègres, une vraie ligne j@une

Il y a nègre et nègre. L'affaire PPDA - Hemingway a permis de soulever un coin du voile sur des pratiques peu reluisantes d'éditeurs parmi les plus prestigieux: utilisation clandestine de "nègres" par des vedettes de la télévision se piquant de littérature, plagiat non assumé, comportements maffieux, certitude de l'impunité. Sur ce premier point, écoutez le débat entre Jérôme Dupuis (L'Express) qui a dévoilé la supercherie, et l'avocat Emmanuel Pierrat, qui confesse qu'il ne détesterait pas défendre PPDA dans un procès éventuel.

Derniers commentaires

«La propagation des sciences en général et l'enseignement en particulier — car c'est sa vocation et son devoir — ne sont que la répétition d'idées qui ne sont pas nouvelles, mais ont été déjà exprimées et que l'on reçoit du dehors, plus précisément lorsqu'il s'agit des sciences positives, de la doctrine d'une Église, de la jurisprudence, etc. [...] Dans quelle mesure, lorsqu'il s'agit d'une oeuvre littéraire, cette répétition devient-elle un plagiat? C'est ce qui ne peut être déterminé selon une règle précise, ni ne peut être fixé juridiquement ou légalement. Aussi le plagiat devrait-il être une affaire d'honneur [eine Sache der Ehre] et c'est l'honneur qui devrait retenir de s'y livrer. Les lois qui interdisent la reproduction d'oeuvres littéraires ont pour but de protéger juridiquement la propriété de l'auteur et celle de l'éditeur dans une mesure sans doute déterminée, mais très limitée. [...] C'est ainsi que le gain qu'un auteur pouvait tirer de son oeuvre ou un inventeur de son invention est réduit à néant, amoindri réciproquement ou perdu pour tous. En ce qui concerne l'effet du sentiment de l'honneur sur le plagiat, il est frappant qu'on n'entend pour ainsi dire plus parler de plagiat ou de vol intellectuel — soit que l'honneur ait eu effectivement pour effet d'éliminer le plagiat, soit qu'il ait cessé d'être une atteinte à l'honneur ou que ce sentiment même ait disparu, soit encore que la moindre chose qui vienne à l'esprit ou une légère modification dans la forme extérieure puisse passer pour une originalité ou une production personnelle telles que l'idée de plagiat ne se présente plus du tout à notre esprit.» (Hegel,Principes de la philosophie du droit, § 69, Remarque. Traduction de Bernard Bourgeois, Librairie Vrin)
La fin de ce texte conduit à se demander si l'humour n'est pas "quelquefois", comme ici, l'expression ultime (:désabusée, désespérée ?) du sentiment de l'honneur.
Les lecteurs attentifs pourront peut-être nous dire quel est le taux de pénétration de ce magazine télé. J'ai l'impression qu'il est joint à des journaux régionaux sur tout le territoire national. Merci de vos contributions. Pour l'argumentaire, rien de nouveau, tout y est. Ici: TVmag . Les autres articles du magazine sur le même sujet sont bien aussi.
Droit de réponse, une nouvelle émission. C’est encore plus trouble et croustillant depuis ses réactions… faut pas laisser le truc s’endormir.
Il faut voir PPDA avec Elkabbach sur public sénat bibliothèque Médicis.
Cirage de pompes en règle. affligent.
Le pauvre PPDA a t’il été blessé par ces attaques on- entend presque injustifié -.
http://www.publicsenat.fr/vod/bibliotheque-medicis/l-esprit-libre/philippe-sollers,jean-paul-desprat,guillaume-metayer,patrick-poivre-d-arvor/67277
Et voilà:
http://www.liberation.fr/livres/01012316025-hemingway-par-ppda-au-lecteur-de-juger
Nul plagiat. Il s'agit de Lost Highway. L'original. Depuis la première Ligne Jaune ; en hommage à Lynch.
Un bon sujet bien traité sur la société du spectacle et les grands névrosés qui la traversent et la font au quotidien! ;)
J'aime vos émissions, je déteste le système qui permet de tel dérive et je n'achèterai jamais aucun livre de PPDA. Mais, j'aurais bien aimé que Guy nous donne le titre du film dont il a plagié le générique...
Salut à tous,
Juste un p'tit mot pour dire que j 'ai trouvé Top cette émission.
J 'ai adoré le moment où l' ' avocat après avoir fait sa p'tite plaidoirie à 2 balles . Guy, qui lui demande s 'il défendrait PPDA , si ce dernier lui demandait...
Réponse : OUI .
CQFD ..
Bravo Guy .
scribe?
Et si, comme semble le suggérer Guy en toute fin d'émission, au lieu de trouver des anglissismes (ghost writter) ou des noms mystérieux (écrivain de l'ombre) on appelait le "nègre" un "ami Pierrot" ?
Hemingway ne mérite pas ça : tout le monde connait PPDA ...
en tous les cas, il est sûr que ce phénomène existe; vous avez parlé de la coalition editeur/auteur: je n'y aurai pas pensé; l'argent et la gloire font faire n'importe quoi;
le lecteur a une part de responsabilité ; il devrait quand même arriver à sélectionner le vrai du faux;
Quelque chose m'échappe de la part de Jérôme Dupuis.
Si j'ai bien entendu, il reçoit le livre de PPD courant décembre et découvre l'énorme et évidente supercherie pendant les vacances (de Noël donc). Alors pourquoi ne pas avoir attendu trois petites semaines pour lever le lièvre, au moment de la sortie grand public du livre. la découverte du pot au rose n'en aurait été que plus croustillante. Ni l'éditeur, ni PPD n'auraient pu à ce moment-là expliquer qu'il s'agissait en fait d'une version provisoire, et inventer cette ridicule histoire de fichier informatique.
Certes, Jérôme Dupuis ne pouvait pas imaginer qu'Arthaud et PPD se défendraient ainsi, mais on pouvait supposer qu'en trois semaines ils aient le temps de se retourner, réduisant (aidés des médias de connivence) au complot ce qui aurait pu être un magnifique, gigantesque et public camouflet.
Dommage.


Pour le reste, excellente émission, merci.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Quel plaisir avec cette émission, directe, pleine d'infos, qui clarifie autant que faire se peut.

Merci GB.

http://anthropia.blogg.org
Réeee.......
Puuuuu.....(vraiment beaucoup)
GNAaaannnttttt ! ! !
Les Nègres sont coupables.
Ils abusent les lecteurs.
Les éditeurs vendent du papier,les libraires le vendent.
Les nègres doivent stopper la manipulation des lecteurs.
[large]MAGNIFIQUE EMISSION !!

Merci !!!
[/large]
Quelle émissions passionnante ! Jean-François Kervéan respire la subtilité et Lionel Duroy est si touchant dans ses explications que j'ai envie de lire la biographie de Bigard ! Ils réussissent à dire des choses très fortes, très dures parfois sans pour autant s'embrouiller dans leurs propos comme l'avocat, et cela confère à cette émission une sorte de douceur. Aux antipodes de la tonalité habituelle des débats. Ma ligne jaune préférée.
merci Guy, quel plaisir de voir, d 'écouter vos émissions, plaisir aussi de voir et d' entendre l' auteur du "chagrin" à vos cotés.
Ces invités vous ont permis d' avoir une attitude plus fluide que d' habitude, cela évitera sans doute les sots commentaires habituels sur vos pratiques d'animateur qui parsèment les forums, [je ne suis pas certaine du terme d'animateur?]
encore merci pour cette excellente ligne jaune.
Si le sujet vous intéresse, je vous conseille vivement la lecture du roman du chanteur-écrivain brésilien Chico Buarque qui s'intitiule "Budapeste", et qui est traduit en français sous le même titre, le e final en moins. Il raconte l'histoire d'un brésilien qui tombe amoureux de la langue hongroise, s'installe à Budapest et y devient "écrivain anonyme", à savoir un "nègre" ou "ghost writer", mais plus joliment dit. Et notre héros évolue dans ce monde des écrivains anonymes, qui se connaissent, se retrouvent en colloque... Un livre aussi bien écrit que ses chansons (je parle de la version originale, je ne connais pas la traduction), à lire jusqu'à la dernière ligne.
Très bonne émission ; la parole circule, les invités réfléchissent sur le plateau, pour nous, calmement, ils cherchent à comprendre, commentent de façon pertinente...

Vraiment réjouissant !
Vu l'excellente émission malgré un avocat peu convaincant.. le titre de cette bio devrait être: Le vieil homme et l'amer....
Tout s'éclaire à la vue de la couverture de la bio !
Remplacez donc la photo du vieil homme par celle de l'amère ppda et vous aurez comme le suggère la taille des caractères d'écritures sur la couverture une bio sur PPDA écrite par Hemingway
Définition :"Le métier d'avocat consiste à noyer l'essentiel dans les détails"

C'est tout à fait honnête et sincère, et c'est à mille lieues de l'attitude de ses illustres collègues employés actuellement dans les anciennes colonies.

Question : Emmanuel Pierrat romancier sera t-il client de PPDA animateur d'émission littéraire lui-même client d'Emmanuel Pierrat Avocat?
Pour les ceusses que le sujet intéresserait au-delà du pitoyable PPDA, je signale un excellentissime livre :

Les Plagiaires
Le nouveau dictionnaire

par Roland de Chaudenay
Éditions Perrin, 2001.

C'est probablement épuisé, mais ça doit se trouver.
Il s'agit d'un dictionnaire de noms propres, donc, avec à chaque fois des exemples éclairants de plagiats qui peuvent prendre la forme de longs articles documentés. Celui sur le Noa Noa de Gauguin est très riche. Celui sur Cendrars aussi, qui pompa Apollinaire.
Et puis des noms moins illustres : Alain Minc, Calixthe Beyala, Jacques Attali, etc.

Un vrai régal !
Impossible de visionner correctement cette "ligne jaune" ! rien que du saccadé ! J'ai pris le temps de vérifier les autres émissions, séquence par séquence, elles sont parfaites. J'aimerais bien savoir pourquoi il en est ainsi et si vous pouvez améliorer la qualité de vos enregistrements. Merci d'avance.
merci
superbe émission, merci!
Merci très bonne ligne jaune.

Évidemment, je vois mal PPDA venir sur le plateau devant autant de contradicteurs se défendre mais ça aurait un sacré panache.
Quant à l'avocat, il est obligé de ménager la chèvre et le choux, et je trouve que pour sa situation, il n'a pas trop utilisé la langue de bois.
Largement ma Ligne J@une préférée de toutes celles que j'ai vu ! Des invités extrêmement fins et intelligents, un sujet intrigant, un échange enrichissant, une enquête subtile, bref on en redemande !
Émission excellentissime avec de vrais passionnés , sans faux-semblants , mis à part l'avocat de PPDA.
Bravo à l'animateur !
Je plussoie à la plupart des commentaires, excellente émission. Beaucoup plus fluide et moins conflictuelle que les émissions habituelles...

DS et GB auraient-ils fait un stage d'animateurs de débats.

En tout cas, le niveau d'information est au plus haut. La différence entre les nègres affichés et les cachés est bien nette. Et on voit bien où réside le malaise.

Bravo !
Ouais, je sais... mais un nègre qui se montre c'est un nègre marron. Pour avoir vraiment la cote, faut être sérieux, fiable et jamais faire parler de soi. J'en ai connu un, qu'est mort maintenant, qui voulait avoir des "congés payés" si si. Rien que pour faire chier les mecs comme Jacob, le sire de Provins (enfin, le pue-de-la-gueule qui l'a précédé). Parmi les pratiques des potentats traiteurs de nègres de l'édition, il y en a aussi (je donne pas les noms rapport aux coût élevés des zavocats) qui ne versent pas le dernier tiers des zavaloirs (rapport à la "médiocrité" du travail produit... qu'ils disent) Alors, on fait quoi ?
Bonne émission...

Qui doute l'ombre d'un instant que PPDA est un trucqueur ? depuis l'affaire Castro ?
Excellente émission.
Lionel Duroy m’a ému avec son évocation de sa première rencontre avec Bigard. Pleine d’humanité.
Et qui m’a donné l’envie de lire ses romans.
Chapeau à Jérôme Dupuy pour son travail.
Quand à PPDA, il est bien le symptôme de l’état, non pas seulement du monde littéraire, mais de notre société. Dans le genre, sa fausse interview de Castro et ce qui s’en est ensuivi (rien) n’était pas mal non plus.
Le plus étonnant, c’est que nous soyons encore quelques uns à nous offusquer.
@ jf Sébastian

je préfère nègre à écrivain fantôme...le nègre fait partie du vivant il est matière....
:-)

Sinon je passe pour dire excellente émission passionnant j' écouterais bien volontiers vos invités plus longuement

Facétie : PPDA aurait il acheté les droits de l'auteur plagié ?

On n'est plus à cela près.
Très bonne émission. En effet, elle a permis de lever le voile sur des pratiques peu orthodoxes d'éditeurs parmi les plus illustres : utilisation clandestine de "nègres" par des stars du petit écran se piquant de littérature, plagiat affronté, comportements maffieux, certitude, je dirais même absolu certitude, de l'impunité.

J'ai bon là ? Je peux écrire le prochain livre de PPDA ?
Belle et bonne Ligne jaune. Excepté l'avocat qu'on pouvait toutefois trouver amusant,les intervenants ont été clairs et brillants.Votre tigre de papier m'a fait rire....Un asinaute m'a reproché hier l'expression "silence assourdissant " que j'avais utilisée sans guillemets. Un plagiat ....J'avais oublié que Camus en était l'auteur. Attention à nos commentaires !Pas de fautes d'orthographe,et pas d'emprunts intempestifs.
Cette Ligne jaune est remarquable.Merci.
Pour ceux qui veulent se faire une idée par eux-mêmes de ce que dit Ruquier de cette 'affaire', ils peuvent se référer aux émissions "On va s'gêner!" (Europe1) du 05/01/2011, time code 34:02 , et du 06/01/2011, time code 16:12.
Au fait qui a lu les billets de ppda dans France Soir et peut nous faire un compte-rendu?
Très bonne émission.
Emission géniale! Bravo.
ULYSSE : 2% sur un bouquin dont le premier tirage se monte à 20 000 exemplaires, ce n'est pas ridicule.
Explication :
le bouquin affiche un prix de 19,90 euros TTC.
La TVA de 5% (ici environ 1 euro) n'est pas incluse dans le calcul des droits.
Or donc, nous avons un bouquin à 19 euros. 2% de 19 = 0,38 euro.
Multiplié par 20 000 = 7 600 euros.

C'est cette somme que va toucher le "nègre", en avance. C'est-à-dire avant que les 20 000 ouvrages soient vendus.
1/3 à la signature du contrat, 1/3 à la livraison du texte, 1/3 à la parution.

Rappelons qu'il s'agit là du premier tirage d'un bouquin soi-disant écrit par un habitué des gros tirages. Si tout s'était bien passé, peut-être en aurait-on vendu 100 000. Et alors le "nègre" aurait encaissé, au bas mot, un total de 38 000 euros.
Je dis "au bas mot", parce que les pourcentages sont évolutifs. Du genre 2% jusqu'à 40 000, 2,5% jusqu'à 70 000, 3% jusqu'à 100 000.
Cet argent, il l'aurait touché chaque année avec ses relevés de droits (je n'entre pas dans les détails, c'est un peu compliqué).

Et puis, peut-être que le "nègre" a signé un contrat de 2,5%, et non pas 2 comme le suppose Guy.
Si on refait le calcul, ça donne environ 47 000 euros pour 20 000 ex., au lieu de 38 000. Tout ça pour 0,5% de différence.
Et toujours sans prendre en compte le système du pourcentage évolutif…
L'expression de nègre est assez emblématique d'une relation malsaine entre dominants et dominés... (je lui préfère la liberté solitaire) à la différence qu'écrire un bouquin pour Loana, PPDA ou d'autres ensembles vides du même genre relève d'une servitude entièrement volontaire à un absurde méprisable...

Je respecterais volontiers cet absurde, ou du moins j'y resterais indifférent, si ce brassage d'egos imbéciles n'avait pas autant d'impact négatif sur de nombreuses âmes humaines...

Après tout, chacun ces choix, il est aujourd'hui parfois difficile (mais très possible) de trouver des oeuvres de qualité dans le déferlement de littérature vaine stimulé par les maisons d'édition, mais le temps fait toujours le tri...

Je regrette presque de réagir à ce sujet... j'évite la télé (c'est d'autant plus facile que je vis à l'étranger), les journaux de propagande (du Figaro au Monde, en passant par Libération, le mal nommé)... et finalement ces questions ne me concernent plus... ;-)

Mais bon, une fois de plus, je ne peux m'empêcher de lancer une invitation à s'élancer vers d'autres rives à tous les êtres humains encore curieux de révéler leur nature profonde et de s'imprégner des équilibres transcendants de la vie... à s'éloigner de ces illusions matérielles qui emprisonnent les âmes et à se tourner vers des poètes, des sages et tant d'Etres Humains (même à côté de chez vous), qui ont vraiment quelque chose à partager... sans la prétention de créer... seulement celle de révéler... Ellul, Junger, Huxley, Hesse, Rilke, Illitch et tant d'autres, tant d'autres...

peace...

http://markoluth.wordpress.com/
Entendant, en fin d'émission, Guy Birenbaum parler de tigre, il me revient en mémoire une expression de ma mère: "Il avalerait un chat, la queue sortirait encore, il dirait que c'est pas vrai!".

Effectivement, c'est plutôt un tigre qu'ils ont avalé, les héros de cette histoire. Quant à l'avocat... il se prépare, c'est clair, à la noble tâche de faire disparaître la queue du tigre. Bonne chance!
Lorsqu'un nègre, comme celui de Pépédé, est l'auteur caché d'un bouquin, comment est-il rétribué par la maison d'édition qui l'emploie ? Au noir ?
Emission intéressante et savoureuse.

L'occasion de dire que Ligne jaune et Dans le texte me semblent, chacune dans leur genre, de vraies réussites. Arrêt sur images, en comparaison, paraît vieillot et encalminé, très appliqué, sans vie. Faudrait peut-être réflêchir à une évolution, non ?

Petite réserve, faites quelque chose avec l'éclairage ou le maquillage, Guy et ses invités avaient l'air de morts-vivants.
Excellente émission! Merci de donner la parole aux auteurs honnêtes.
On est heureux de voir des gens passionnés par le métier de l'édition, qui ne veulent
pas le voir perverti par quelques escrocs.
Fantastique émission. Une des toutes meilleures que le site ait produite.

Merci guy pour tout ca ; le titre de l'émission et le choix des invités (peut-être un peu moins pour votre avocat, qui reste dans son rôle... d'avocat).

à la revoyure
Plagier un plagiat est-ce juridiquement, intellectuellement, moralement condamnable?
ou encore faut-il lyncher le nègre qui veut blanchir un homme respectable? comme du sexe des anges on peut en discuter des heures et des heures sur ce forum avec toutes la variété de nos indignations à la mode de chez nous.

En cela à mon humble avis, sur ce plateau, manquait non pas l'icône piétinée, mais plutôt un ou plusieurs éditeurs, libraires, écrivains, pour mieux comprendre l'évolution et la mutation du livre.
En effet il y a fort à dire sur ce sujet : par exemple, entre autres, quand on sait que le groupe Hachette détiendrait à lui tout seul env 70% du marché, et comment son pendant allemand le groupe Betelsman a racheté les 100 principales librairies en France, ou le pb des référencements des livres à la Fnac, ou les méthodes de management de chapitre.com, etc., comment la marchandisation du livre et des œuvres de l'esprit sont exploitées par des grands groupes financiers hyper-puissants, qui en final ne laissent plus trop le choix aux éditeurs - rattachés à ses groupes par nécessité économique - et en corollaire aux auteurs, devenus simples fabricants de récits en vue "d'exploitations hollywoodiennes".

Certes il faut comprendre notre époque, l'analyser, la dénoncer, l'anéantir et en inventer une autre nouvelle et meilleure si possible pour l'avenir de l'homme. gros boulot!
Une trés bonne émission ! Sans doute une des lignes jaunes que j'ai préféré. Bravo Guy.
Bravo, maintenant j'ai envi de l'acheter pour voir comment ils se seront débrouillés pour réécrir le bouquin en 10 jours. On pari qu'ils auront quand même du retard?
Jean-François Kervean, trop contente de vous voir et de vous entendre!
Quand dans une autre vie je disposais d'un accès à la chaîne Paris Première, j'étais en addiction totale à l'émission "Field dans ta chambre".
Après çà, difficile de supporter les Guillaume Durand, PPDA et autres Giesbert...
(L'allusion à Ruquier : hypothèse j'espère, parce que franchement, si le rendez-vous est pris... Quoique avec un Naulleau qui connait les milieux de l'édition, çà pourrait donner un moment de télévision intéressant pour une fois. PPDA aurait-il le culot de s'y risquer ? Je crains que oui, il ne doit plus être à un sketch près... )

Guy, vous aviez l'air très épanoui et vous étiez très bien entouré (attachant ce Lionel Duroy).
Quel brio en guise de mot de la fin :-)

Voyez que quelquefois Zemmour énonce des vérités !
(PPDA: faux jeton)
Désolé, mais le fait d'écrire pour le compte d'artistes / producteurs tels que Bigard ou Drucker, tous deux assumant parfaitement de ne pas avoir la double casquette, n'a rien à voir avec le plagiat (même en les plaçant au bas d'une échelle).

Il pourrait être intéressant d'évaluer les chances de l'éditeur du bouquin de Griffin d'épingler Arthaud, sachant que la bio de PPDA n'est pas parue (publiée mais pas "tout à fait" parue, si j'ai bien compris). Sans vouloir lui trouver d'excuse, je pense que ce dernier est tout à la fois dépassé par les évènements et prisonnier d'un système.

Quant au cas de conscience que représente le nègre qui reprend le flambeau pour réécrire les passages incriminés, sans commentaire. Autant confier la tâcher de chambouler les tournures de phrases à un programme informatique, à ce stade.

Sur le fond, effectivement il s'agit de désacraliser le livre, tout en libérant les lecteurs captifs du miroitement factice des Prix, mais ce ne sera pas une chose aisée. Merci d'avoir davantage laissé parler ceux qui sur le plateau avaient quelque chose à dire.
- Je sais plus ce que j'voulais dire... mais peu importe !
- Ben non pas "peu importe" ! On va pas parler juste pour parler !"


Ahaaa ! Excellent Guy ! :-D


Bonne émission au demeurant.
Excellente émission. Merci à Guy et aux invités, passionnants.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Hummm
> Une décision prise "au plus au niveau", selon Kervéan
Ho ! Oh ! au ? Haut !
Super émission. Merci. Claire, propre, précis, avec de la finesse et des sentiments par moment. On nous explique l'envers du décors. (Le présentateur a, contrairement à la télévision, l'air de bien connaitre et maitriser son sujet ;) ). On en redemande.

Par contre, une question à laquelle tu n'as pas trop répondu, guy, pendant l'émission alors qu'elle était dans l'air : avez-vous essayé d'inviter PPDA à participer à l'émission ? Tes dernières remarques laissent à penser que non car de toute façon, il vous aurait servis sa soupe.
En train de regarder.
Merci pour ce thème, passionnant (les plagiaires en particulier).
En revanche, faites quelque chose pour le son, un brin dégueu...
Et sinon, bonne idée pour le mot de la semaine !
Le plus amusant (ou le plus tragique), c'est d'imaginer un autre nègre (ou le même, allez savoir)
actuellement en train de gratter comme un fou pour "déplagier" le bouquin, pour effacer la boulette
et pour que la version finale ne ressemble plus à la version plagiée.

Tout ça pour faire croire finalement aux gogos de lecteurs que PPDA a vraiment pu écrire ça,
et qu'il mérite qu'on lui donne notre argent en échange de ça.

Bref, PPDA nous prend pour des cons, sa maison d'édition nous prend pour des cons,
les médias - Ruquier ou autres - qui inviteront PPDA vont nous prendre pour des cons.

Mais peut-être après tout ont-ils raison de nous prendre pour des cons,
puisque au final nous prendre pour des cons leur profite plutôt bien ?
C'est bien le journaliste de l''Avocat de la terreur' ?
Pas de Anne-Sophie Jacques ? Dommage, parce que pour le coup, il aurait été intéressant d'expliquer pourquoi on utilise encore le mot "nègre" alors qu'une bonne partie de nos voisins européens et les USA utilisent, eux, l'expression plus poétique et sans relents colonialistes "écrivain fantôme" (ghost writer).
Bon sujet :-)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.