18
Commentaires

Enterrement, mode d'emploi. Comment bloquer une plainte de Sarkozy ?

Faux, usage de faux, et recel.

Derniers commentaires

C'est étrange,

Pourquoi utiliser une plainte inhabituelle, qui a comme spécificité de pouvoir être retirée très facilement et discrètement --ce qui a finalement été fait -- et de ne pouvoir aboutir à rien, même si elle suivait son cours ? N'est-ce pas faire grand bruit dans une direction, en s'assurant qu'il ne se passera jamais rien ? N'est-ce pas la meilleure façon de faire écran à la réalité, qui serait donc l'existence de ce SMS ?
Il est étrange que je retrouve chez vous le meilleur argument pour me convaincre de la justesse de l'article de L'Obs alors que, dans les émissions, vous ne semblez pas du tout l'accréditer...
De la communication, de la communication.......toujours de la communication! .......Et diversion!
Personne n'en parle içi... et pourtant "Reporters sans frontières" relayé par "le monde" ont bien vu le problème sous-jascent...

Au delà de l'info "people"-"poubelle", on bascule directement dans une problématique médias et pouvoir. Parce que, aller au pénal, c'est ouvrir la porte pour demander au journaliste ses sources.

Venant de la part du chef de l'état, même si l'origine est de nature people, la démarche est lamentable...

Celà me fait penser à la tentative de perquisition du Canard enchaîné au sujet de l'affaire Cleamstrean pour trouver ses sources... Et de deux, les occurences d'une telle démarche allant à l'encontre de la liberté de la presse......

"Engager une poursuite au pénal permet de faire convoquer le journaliste incriminé devant la justice et éventuellement de lui demander de révéler ses sources. Ce qui n’est pas le cas dans le cadre d’une affaire civile".

Or tout le monde le sait, garder la liberté de ne pas dévoiler ses sources est la pierre angulaire, les fondations mêmes de la liberté de la presse ... Une loi à ce sujet devrait être prochainement .... votée ???

Pourquoi ne pas relever le débat de fond sous-jascent à ce fait, aussi burelesque puisse-t-il paraître, messieux les 'journalistes' ?
A mon avis, il ne s'agit pas tant d'une menace dirigée vers les journalistes, mais plutôt d'un message à l'opinion publique.
Une plainte pour 'diffammation, injure ou atteinte à la vie privée' , pour le pecus lambda ( moi et mes semblables ) auquel s'adresse Sarkozy, n'a pas la même force que " faux, usage de faux et recel ".
dans le premier cas , j'entends" c'est même pas vrai et t'avais pas le droit de le dire " donc un aveu sur la véracité du truc ,
dans le second cas, j'entends : " menteur, escroc, voleur " ,

La vérité ne sera pas dit par le judiciaire, là encore, c'est une affaire d'opinion publique ( celle des patrons de bistrot et des chauffeurs de taxi, dans sa représentation du monde ).
Sarkozy ne se préoccupe que de cela, ( et peut-être de l'opinion de sa nouvelle femme ).
La plainte pour diffamation aurait fait eu les apparences d'un dénégation un peu molle. Le droit, la justice, la vérité, c'est pas son problème. Si on plus ça peut lui permettrede reprendre la mioan et autorité sur des journalistes qui commençaient à se débrider, tant mieux, mais ce n'est pas l'objectif premier. Il sait trop que les médias aliemtn,et et se nourrir de cette "opinion publique " et que lémédia ne peuvent/veulent pas être en décalage trop prononcé avec la rue. En agisssant sur l'un, il agit sur l'autre qui renforce la conviction du premier.
Du manque d'autorité et de ses effet pervers:
La menace disproportionnée, non suivie d'acte, est l'argument typique de la personne prise en flagrant délit d'incapacité à exercer son autorité... légitime.
Ça vaut pour les parents, les profs, etc... Sous l'effet de la colère on profère une menace qu'on sait ne pas pouvoir mettre à exécution, et la crédibilité baisse d'un cran....
Or, la légitimité de l'autorité présidentielle sur la presse n'est pas avérée.
Du coup, ça m'évoque plus des méthodes mafieuses du type : "Si tu fermes pas ta gueule je te pète les genoux !", mais cautionné par l'institution judiciaire.
Maintenant, si au final, ces dépôts de plainte sont systématiquement classés sans suite ou irrecevables, pourquoi les journaux se gêneraient pour continuer ???
A part une succession de cricrises de nerfs d'un hystérique médiatico-politique , je ne vois aucune cohérence dans cette tendance procédurière à compenser ses propres erreurs stratégiques.
Peut-être quelqu'un avec une perception différente de la mienne pourrait m'aider à y voir plus clair?
Ce que Sarkozy n'arrive plus à mesurer , c'est l'impact de ses actes ou non actes. Exemple : il s'imagine pouvoir faire passer l'idée que cette plainte pour faux usage de faux et recel va montrer à la France que sa vie privée est privée... En ce qui me concerne ma réaction serait plutôt du genre "Bien fait pour lui , il n'avait qu'à pas commencer à me gaver avec son auto-peopilisasition".

Maintenant en ce qui le concerne lui , j'avoue ne pas pouvoir comprendre son état d'esprit et me perd en conjectures (en particuliers sur le fait que pendant qu'on cause de ça on parle encore de lui, mais pas de sa politique abominable, et qu'au bout du compte ça l'arrange bien, donc est-ce encore un calcul etc)

Conclusion :vivement ses funérailles politiques !
encore une mise en scène du bouffon; le principal étant de faire parler de lui, de se faire plaindre, come ça on élude toute question sur sa gestion déplorable des affaires courantes
"victimisation"immédiate... puis plus rien... efficace !!!... spectacle, encore...
Chers @sinautes

Michel Rocard nous a expliqué concernant "la fausse une du Figaro" que rien ne sert de démentir, pour que l'information soit forte et passe bien, il faut démissionner...
Et une autre chose est sûre, c'est inquietant qu'un journaliste risque 3 ans de prison, même si ce n'est qu'en théorie.
Cette plainte pour "faux et usage de faux" ne tient pas debout :
Déjà c'est à l'accusation de démontrer que ce SMS est faux.
Mais surtout il faudra aussi démontrer que ce faux SMS aurait " pour objet d’établir la preuve d’un droit ou d’un fait ayant des conséquences juridiques".(article 441-1).
Or tout ce que peut prouver ce SMS, c'est l'inconstance de l'individu concerné et le peu de foi qu'il faut accorder à ses engagements.
Mais là ce ne sont pas les preuves qui manquent.
Tout ça n'est que tapage médiatique pour se faire passer pour une victime (snif!), et pour intimider les journalistes .
... c'est que Carla Bruni doit être la première à vouloir savoir de quoi il retourne exactement !
Bien qu'étant, comment dire, très moyennement sarkoziste, je ne comprend pas ce que cette info-poubelle est venue se loger dans le Nouvel Obs.
J'aurais été moins surpris qu'elle ait été publiée dans Gala et autres presses réservées aux cerveaux disponibles.
Bien qu'il soit excessif (qui l'eût crû ?), je comprend sa réaction dans ce cas précis. A la veille de son mariage...
Déjà que le gars est sévérement instable, là il doit être à deux doigts d'imploser. En plein CDD présidentiel.
Heureusement que son contrat unique n'est pas passé !
Bon dimanche à tous les @sinautes et à la rédaction.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.