18
Commentaires

Enfants : moins de pubs, moins de surpoids

Derniers commentaires

Je joins ma voix à ceux qui comprennent comme moi que sortir le gamin de son syndrôme de Potatoes Kid, avachi devant la télé, contribue de fait à lui faire diminuer sa dose alimentaire, à lui donner une activité, qui va lui permettre de réduire son obésité.

Donc qu'est-ce qui fait maigrir le changement d'activité ou la soustraction à la pub ?

http://anthropia.blogg.org
Je rejoind vos pointes vues. C'est un problème de cohèrence, on est contre les conditions de travail difficile mais on continue d'aller à Mac do ( où les conditions de travail sont pitoyable ) ou encore d acheter des billets d avion à très bas prix sans se demander où sont faites les économies.... Je travail en parallèle de mes études dans une école, l'école francaise d'Oslo et le problème n'est pas tant la pub, car même pour ceux qui regarde peu la télévision ils subissent la pression de la conformité en cours de récréation, mais plus en l'abandon des parents\adultes quand à l'éduction, la facilité de poser le môme devant la télé, la facilité de prendre des plats tout prêt.... C'est un problême de cohérence et de logique, on veut tous un monde meilleur mais on est souvent pas prêt à faire des efforts pour cela.... Et puis le mome il est envelopé mais il grandira, oui il a encore un peu de surpoids mais c'est qu'on une grosse ossature dans la famille..... On est tous responsable, tous.

Sincèrement

Nathalie
Salut mon Fan Ne pleure pas encore de joie sur mon GRAS; Trop émotif mon Canard. Si tu as une minute retourne dans l'escalier du narcissique compensatoire, tu vas pleurer de rire, on a encore explosé le mur du çon.
Reste à raisonner l'industrie du sel dans les aliments. Et du sucre.
On ne croule pas vraiment sous les reportages qui évoquent clairement les nuisances de ces lobbys.
Etonnant, non ?
J'aime beaucoup votre point de vue, Madame Rosa.
En effet regarder pousser une courgette, aller la chercher dans le jardin, l'éplucher la couper et enfin la faire cuire, c'est autre chose que d'ouvrir la porte froide des surgelés du supermarché et s'emparer du gratin de courgettes à faire réchauffer, garanti hyperlipidique, hyperglucidique, hypernatrémique...

Je sors un peu du sujet mais j'ai appris il n'y a pas longtemps de ça (vous le savez peut-être déjà) que pour rendre les plats tout prêts meilleurs, pour leur donner une fausse saveur, en quelque sorte, les producteurs chargés de l'élaboration du produit (je sais pas s'il y a une profession particulière pour ça, vous savez vous ?) rajoutent systématiquement du sel, jusqu'à ce que le goût rende la préparation mangeable, "bonne". Bonjour l'entretien du cholestérol et celui des artères dans ce cas là...
Surtout que -je m'éloigne encore plus du sujet- si on croise la présente étude (et toutes les autres qui disent que l'obésité augmente) avec le fait que l'on manque de plus en plus de place dans les hôpitaux qui par ailleurs fonctionnent en sous effectif et ça ne va pas s'améliorer... Euh moi ça m'inquiète... Qui va soigner tout ce monde ?

On oublie en général un peu aujourd'hui les choses simples, qui sont souvent saines d'ailleurs, au profit du vite fait, sans voir les conséquences à long terme... (Pas que dans le domaine de l'alimentation et de l'éducation, d'ailleurs)
Et c'est assez dramatique quand ça touche les enfants, je trouve, car ça ne leur ouvre que très peu de perspective.

Voilà pour mon avis, et tout à fait hors sujet puisque j'ose enfin poster, merci @si pour cet engagement et ce travail... Parfois déroutant, mais pertinent :)
Tous ceux qui ont des enfants savent que le problème est bien plus compliqué, et que les causes de l'obésité infantile sont multiples. La pub pour les produits gras ou sucrés pendant les programmes jeunesse ont sans doute un rôle capital, mais il y a bien d'autres facteurs plus difficiles à quantifier : éducation, place de la télé au sein de la famille, société de consommation, place de l'enfant au sein de cette société, et j'en passe... Je suis loin d'être une spécialiste de la question, et je suis ravie que des scientifiques tentent de mettre en avant, preuves à l'appui, le rôle de ces publicités et donc du lobby de l'agroalimentaire dans ce problème de santé publique. Mais il ne faut pas éluder pour autant toutes les autres pistes qui viennent compléter (noircir ?) le tableau.

Pour ma part, quitte à passer pour la bab' de service, à la maison pas de télé en libre service pour les enfants, on favorise les DVD plutôt que les programmes jeunesse (d'ailleurs nous n'avons ni satellite ni TNT ce qui limite grandement l'offre), et plutôt que de les"coller" devant la télé, on essaye de ménager un temps, même bref, pour aller jardiner avec eux et regarder pousser les courgettes dont ils se régaleront d'autant plus qu'ils les ont cultivées. Cela ne fait pas d'eux des enfants hors de leur époque, loin de là ! Cela ne fait pas non plus de nous des parents parfaits, juste des parents qui essayent de faire de leur mieux, comme la plupart des parents d'ailleurs.

Utopique ? Ben non, je ne trouve pas. Là où ça se complique selon moi c'est que c'est à nous, les adultes, de modifier nos comportements pour que nos enfants soient protégés de ces messages publicitaires. Revenir à une alimentation simple, cuisiner soi-même et avec ses enfants (et me dites pas que ça prend trop de temps, moi aussi je travaille et ça n'empêche pas !) des produits basiques, des légumes de saison, leur donner le gout de ces produits-là plutôt que d'aller systématiquement vers les produits transformés par l'industrie agroalimentaire, certes ludiques mais souvent malsains ; composer les menus de nos enfants en équilibrant les choses, entre ce qui leur fait plaisir parce qu'ils l'ont "vu à la télé" et ce qui est sain. Après c'est sûr, on fait tous ce qu'on peut avec ce qu'on est et avec notre propre éducation. Pas si simple...

Mais bon, on devrait quand même être capable de gérer notre temps de cerveau disponible pour réfléchir à ces quelques petites choses toutes simples qui contrebalancent franchement l'impact des messages publicitaires, non ?
Il fallait bien une étude scientifique pour en arriver à ce truisme! Cela permerttra à une autre d'affirmer l'inverse... L'obésité nourrit son monde!
Comme le souligne thithi, l'étude en question ne teste absolument pas l'impact de la publicité.

Les expériences mentionnées dans l'article indiquent juste que le fait de regarder la télé tend à faire oublier aux enfants qu'ils n'ont plus faim. Sans qu'il y soit fait mention de publicité.

Le seul moment où l'impact de la publicité est mentionné est dans la discussion, en faisant référence à d'autres études.

Par ailleurs, si on lit attentivement cette discussion (ce qui peut être dangereux pour sa consommation alimentaire, cf ci dessous), c'est le fait de focaliser son attention sur une tâche externe (télévision, mais aussi un exo de math difficile, ou écouter un livre enregistré, chose assez courante aux USA: on a l'histoire sans avoir à lire) qui fait passer au second plan les signaux interne (le corps qui dit "c'est bon, j'ai plus faim") au second plan.

Du coup, grignoter devant une diffusion d'arrêt sur image (garanti sans pub) conduira au même excès alimentaire que grignoter devant une émission gavée de pub du grand méchant audiovisuel. Probablement plus d'ailleurs, puisqu'il semblerait que plus le programme requiert d'attention (comme c'est le cas d'une émission d'@SI) plus l'excès est important.

Dommage que cet article ne soit resté que sur les "on dit" relayés ailleurs et n'ait pas analysé en profondeur la publication scientifique initiale. Cela nuit au travail excellent fait par ailleurs sur ce site.

Cordialement
Phileas Frogg

PS: pour être aux USA depuis un an, je peux vous assurer que les publicités ici sont autrement plus aggressives que les publicités en France, et diffusée à un rythme beaucoup plus soutenu (les chaines de télévisions sont capable de faire durer un film d'1h30 plus de 3h...).
Questions stupides : quand on voit toutes ses pubs avec des mannequins décharnées, est-ce que ça pousser les jeunes filles à l'anorexie ?

Est-ce la pub ne pousse pas au racisme anti-gros en promouvant des physiques dits "parfaits" ?

Que penser des pubs pour des produits dits "de régimes" avec des filles minces comme des manches à balai ?

Alors la pub ça fait grossir ou maigrir ? ça pousse à l'obésite ou à l'anorexie ?

"L'existence d'un <> entre l'ingestion de pubs télé dans les émissions pour enfants, et le surpoids, est encore confortée."
Lien direct ? Les enfants vont tous seuls au supermarché pour acheter leur goûter ? C'est à cause de la pub que des enfants restent seuls après l'école à manger portenawak ? C'est à cause de la pub que des parents n'ont pas les moyens de payer la cantine ?

Allons plus loin. La violence des banlieues c'est à cause des dessins animés trop violents ? Denis Gautier-Sauvagnac a trop regardé Le Parrain ? Georges Bush Jr est un grand fan des films de guerre ? Ben Laden, un amateur de "La tour infernale" ?

Tiens, je regarde le foot à la télé et pourtant, je n'ai pas le talent de Zidane. J'aime bien Prison Break et je ne suis jamais allé en prison .

Moi pas piger.




unbloguedeplus.over-blog.com
Chers @sinautes,

C'est simplement de faire une activité à la place de se vautrer devant la télé qui empêche de grossir.
C'est également valable pour les adultes et tous les @sinautes qui restent coincés devant l'écran de leur ordi.
Alors un peu d'exercice pour tout le monde !

Une nouvelle preuve, donc, du rôle que peut jouer la publicité.

Preuve pas bien scientifique et qui passe par un raccourci.... selon les conditions de l'étude, ce n'est pas le fait de moins voir de publicité qui ne fait pas grossir, c'est le fait plus général de ne pas regarder la télévision.
Serait ce donc la publicité diffusée ou le grignotage lié à l'activité "regarder la télévision" qui fait grossir ? Cette étude ne le montre pas.... il aurait fallu laisser des enfants devant les programmes normaux en illimité et d'autre également en illimité, devant des programmes où la publicité pour l'agroalimentaire aurait été diminuée....
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.