45
Commentaires

Encore une tranche de Ligonnès ?

"Si on pouvait tous mourir demain, quel pied".

Derniers commentaires

oui tu as raison DanetteOchoc cela dit beaucoup de choses des fantasmes et de l'imaginaire social et ce qui est intéressant c'est de lire les posts ds les forums des journaux d'actualité à ce sujet entre ceux qui crient au rétablissement de la peine de mort etc
du travail pour les sociologues c'est sur
Dernière nouvelle sur LeMonde.fr:

Le fils Ligonnès n'a pas pris de dessert au restau le 4 avril à Angers.

Faites tourner!
La tranche de Ligonnès la plus abjecte se trouve sur le site de Marianne.

Qui a fermé l'accès aux commentaires (il faut dire que la majorité d'entre eux dénonce cette abjection).

Marianne aurait mieux fait de fermer l'article.

Et, mieux encore, de ne pas le publier.
"Le quintuple meurtre commence sous nos yeux une carrière dont nous connaissons à l'avance, sans qu'il soit besoin de le préciser, chacune des étapes, jusqu'à la montée des marches de Cannes"
Et même une chronique et deux "vite dit" sur @si...
Il y a une dimension comique à cette histoire, bien mise en valeur par les médias.

Hitchcock en attraperait un fou rire. Le gars bien content avec son crime parfait, tout bien propre, ficelé au quart de poil. Et vlan, une jambe sous la terrasse... "oh pas de chance, vraiment qui aurait pensé un truc pareil qu'ils allaient chercher là.., j'avais tout vidé les ordinateurs, flûte.. on peut pas penser à tout".

Une bigote entre-aperçue dans un reportage sur leur milieu catholisant qui dit "je prie pour lui tous les jours". Je m'imagine hors-champs derrière la caméra en train de lui faire non de la tête "non, pour eux pour eux, les autres, les enfants, la femme,.."

Pauvre de nous.
Merci à DS de relever la question de l'intime. En somme de la responsabilité des rédactions dans le relais donné et l'écho dans l'exhibition que la rubrique Faits-divers offre au "bon peuple". Voir la famille Bettencourt, par ex. et encore c'est une chance que les politiques n'aient pas le loisir dans rajouter sur les interprétations foireuses en termes d'intégration ou autre discours démago dont ils nous ont rabattu les oreilles ces derniers temps! Car la famille en question ne dépareillerai pas à Neuilly! Circulons il n'y a rien a voir que du commun du sordide comme dans tout les faits divers...qui ne enous enseignent rien d'autre que sur notre propre état quelques en soient les auteurs.
Les faits divers disent des choses des fantasmes et de l'imaginaire social qui les voit survenir.
Leur traitement par les médias dit tout autant de choses concernant la fabrication de l'information.
Rien de méprisable là-dedans.

C'est le moment de relire le Bûcher des innocents de Laurence Lacour sur l'affaire Grégory.
Ou de l'inviter pour en faire une émission, peut-être, avec un sociologue par exemple ?
Puis-je rappeler aux @sinautes de base que nous dénombrons, hélas, 51.400 morts en janvier dernier et 44.400 en février (il y a moins de jours)

Ce qui prouve que les efforts d'une équipe ministérielle très soudée et munie de feuilles de route visant à éradiquer la mort sont totalements vains...

Et ce qui me conduit à penser accessoirement que ces cinq morts ne représentent jamais que 1/10.000ème des maccabées d'un mois ordinaire tandis qu'ils occupent 1/3 de la place utilisée par les médias pour évoquer les morts en général et violentes en particulier...

Est-ce sain et raisonnable ? Je ne le crois pas ! En réalité je n'ai pas la moindre sympathie pour aucun des membres de cette famille de grenouilles de bénitier ultra-glauque et leur disparition ne me semble pas être une très grande perte pour la France.

Quant au père c'est à l'évidence un résidu de fausse couche qui, je l'espère, finira sa vie dans un HP, en cellule capitonnée et pourvu d'une très seyante camisole de force...
Je ne vais pas défendre lémedias qui, comme d'habitude, partent dans tous les sens avec un enthousiasme qui force l'admiration, et dans le plus grand mépris de l'entourage des victimes et de l'enquête de police. Malgré cela, il me faut bien reconnaître que je ne vaux pas mieux qu'eux et que je m'intéresse aussi à cette affaire. Sans doute parce que je ne la comprends pas et que, comme souvent dans ces cas là, je cherche à comprendre. Je n'en suis pas fier et je sais confusément que c'est idiot puisqu'à la toute fin, je ne comprendrais pas davantage tant il est vrai que dans la plupart des faits divers il n'y a rien à comprendre. Le passage à l'acte ne s'explique pas.

Après, pourquoi la photo de la gamine souriante dans les bras de son père quelques semaines ou quelques jours avant le drame me perturbe davantage que les images de tel ou tel massacre à Misrata ou à Deraa, difficile à dire (Enfin si : Eloignement des faits, répétition des faits, lassitude, routine, « Non ?! Encore 20 morts ce matin ? Mince alors... Tu me repasses les Corn Flakes, s'il te plaît ? »), mais c'est comme çà et je n'y peux pas grand chose. Je peux juste me rassurer en me disant que de Lacan (Avec les soeurs Papin) à Carrère (Avec Romand) en passant par Jauffret (Avec L'Affaire Stern) et sans parler de Truman Capote, je ne suis pas tout seul...
dans cette histoire on perçoit un type complétement dissocié . Il n'a jamis eu la foi et pourtant il baigne dedans jusqu'au coup.
il n'a pas la fibre paternelle il a pourtant 4 enfants.
il se marie et n'a aucun sens de la fidélité.

jusque là rien d'anormal C'est presque Monsieur tout le monde .

mais un jour il lui arrive un événement qu'il attendait depuis longtemps qu'on lui mette une arme entre les mains .
le déces du père l'invite donc à réaliser son r^ve libérateur 'tuer le père qu'il était avec ses devoirs ses dettes en détruisant les liens tous ses liens .

s'affranchir de tout se delier en s'alienant le monde entier .car maintenat il a le monde à ses trousses.

Cette tragédie ne meritait pas un tel éclairage. Le respect t l'horreur aurait dû inviter les médias à plus de discrétion .

Un prédateur mageait par d'autres prédateurs.
Je ne lis pas souvent les faits divers mais, je ne sais pourquoi, je n'arrive pas à oublier cette histoire.
Au delà de l'émotion que suscite ces enfants probablement assassinés par leur propre père, elle nous ramène à notre condition humaine.
J'ai lu sur cité-catholique les messages laissés par XDL alias LIGO ou CHEVY (il avait été banni pour trollage, anecdote également intéressante) où il reviens sans cesse sur le fait qu'il a perdu la foi.
Ses questions sur les conséquences de l'absence de Dieu, (qui pour lui entraînerait aussi l'absence de Mal) sont...comment dire, glaçantes.
J'ai repensé en le lisant au cauchemar d'Ivan Fiodorovitch Karamazov et à son dialogue avec le diable dans le roman de Dostoïevski.
Au delà du sensationnel, c'est peut-être aussi cela qui nous ramène à ce drame.
C'est incontestablement un très beau fait divers. Et c'est un fan de Christophe Hondelatte qui vous parle. Une émission sur le traitement des faits divers pourrait d'ailleurs être intéressante, cette part romanesque de l'actualité... Puisque Duras est morte, forcément morte, invitez peut-être JB Pontalis qui vient de publier un truc paraît-il pas mal sur le sujet "Un jour, le crime", ajoutez Hondelatte, une journaliste genre Patricia Tourancheau, Judith Bernard en chroniqueuse pour un dégagement littéraire, et voilà, le tour est joué. Ne me remerciez pas.
Bon, c'est quoi @si : Closer, Voici, et maintenant Détective !!! Quelle horreur ...

A quand une belle histoire de dévouement, d'amitié, de sauvetage ... Non il n'y a rien ???

Marre du sang et des larmes toujours sur le devant de la scène médiatique.

Je conseille l'émission de France-Inter à 12 h 30 les "carnets de campagne", par Philippe Bertrand, qui raconte de vraies belles histoires, de belles initiatives.
En même temps, on ne peut dénier à ce fait divers tous les ingrédients d'une histoire qui se raconte. Du sang, du sexe, un milieu bien archétypal qui déteste le scandale. Un mystère qui se dévoile peu à peu : ils disparaissent, ils sont retrouvés morts, l'assassin s'est enfui, on le recherche.... Une autre personne dont la disparition pourrait être liée à l'affaire. Un mandat d'arrêt international. Comment a-t-il pu faire une chose pareille ? Et un jour ou l'autre, il sera retrouvé, vivant ou mort.
C'est du Paul Féval au 21ème siècle. Un feuilleton où l'on retient son souffle, et qui peut faire parler tout le monde, en famille, entre amis.
Toute la littérature et le cinéma regorgent de ce genre d'histoires. Nous avons des repères, et en plus l'affaire Romand qui a aussi été littératurée et cinémasée.

Pendant ce temps, d'autres assassins font mourir à Misrata et à Deraa. Et même si l'histoire aussi a un sens, il semble qu'on ne puisse voir la fin de celle-là. L'éternel recommencement des répressions sanguinaires. Même s'il vaut mieux mourir debout et les armes à la main que torturé à mort dans les caves des services secrets. Parce que ça a un sens pour ceux qui restent, et qu'un jour ou l'autre, la peur changera de camp.
Un jour...
Il est tellement d'autres histoires si difficiles à raconter et qui nous désespèrent.

Car si peu d'histoires plient à nos scénarios formatés à notre vision du monde.
Suivons celle-ci : il a tué, il est cerné. Une histoire d'intimité violente au coeur d'un monde apaisé au milieu d'un univers qui se fracasse.
C'est tellement satisfaisant pour nos consciences confrontées au malheur du monde.
Le battage fait autour de ce drame donne à voir l'abîme dans lequel s'est enfoncée notre société dite du spectacle..La presse vendeuse cultive le suspens,profite de l'appétence du public pour l'horreur,surtout quand elle est sanglante. Le haut-parleur médiatique fait le reste.
Comment ne pas s'interroger soi-même,quand on constate qu'on va lire sur l'écran les articles (tous les mêmes )concernant cette horreur et que notre curiosité a à peine été détournée pour quelques heures par la mort troublante d'une actrice qu'on aimait ?
Malgré le dégoût que nous inspire l'ètalage,on s'y attarde. Pas de quoi être fier!!!
Pendant ce temps, un autre fait divers intéresse moins : un salarié de France Télécom, un de plus, s'est suicidé... par le feu ! Pourquoi employer cette horrible méthode ? Souhaitait-il mourir en déclenchant une révolution ou est-ce un terrible hasard ? On ne le saura jamais... Ce que j'aimerais aussi savoir, c'est pourquoi Mélenchon n'est pas intervenu comme prévu ce matin sur itélé, et pourquoi il ne sera pas ce soir sur France 2 comme l'avait annoncé France Soir... À sa place : Charles Beigbeder (!), Chantal Brunel (!!) et le PDG de Total (!!!) ! Gloups ! Étonnant, non ?
Cette écœurante chasse internautique a effectivement de quoi ravir votre meilleur ennemi, Daniel, vous savez, celui dont le prénom commence par Phi- et finit par -lippe, lippe dont son sourire dé-Porteur en lame de couteau est absolument démuni.

Et me convainc, si c’était nécessaire, que je fais bien de ne parler de moi sur le net qu’à dose homéopathique. Internet c’est le meilleur et le pire, et au minimum une autoroute à six voies aux heures de pointe, où il est aussi dangereux de parler de soi, de se montrer en mots ou en images, que de traverser à cloche pied l’autoroute du Soleil entre Lyon et Valence. Facebook, moi, jamais.

Quand même. Préparer froidement et méthodiquement la mort de sa famille pendant des semaines, quelle affaire. Une affaire que seul un Simenon saurait traiter avec la précision et l’humanité qui seules conviendraient…
On n'attend rien du fait divers... Par "on", j'entends les personnes censées...
Ils attendent tout d'un fait divers... La diversion, la peur, l'oubli du malheur collectif dû à l'égoïsme de leurs Maîtres... "Ils" , ces valets conscients ou inconscients de l'oppression sociale et économique...
Pourtant le traitement médiatique de ce fait divers est révélateur... D'abord, aucun Ministre de l'Intérieur aux premières loges pour dénoncer les dérives de "ces milieux sociaux où la dégénérescence culturelle ou consanguine ne peuvent qu'aboutir à ce drame inadmissible"... Aucune loi en vue pour interdire les stand de tir ou réglementer ce "catholicisme " qui a poussé à bout ce "bon" père de famille... Étonnant, sa Nanosité Suprême qui est toujours si prompte à s'emparer du moindre phénomène violent... Là silence radio...
Révélateur aussi de la place de l'enfant et de la femme dans notre société... Entre les lignes nauséabondes des commentateurs, on comprend qu'il "s'agit" d'un "drame" familiale, voire la conséquence d'"un endettement"... On entend presque qu'il est encore quasi-naturel qu'un homme ait droit de vie et de mort sur sa famille... du moment qu'il souffre...
En fait au delà du sensationnalisme une émission d'@si aurait toute sa place sur le traitement médiatique de ce genre d'évènement sous le prisme sociologique et politique...
Non, merci.
Je me suis déjà goinfré de Fukushima et de Misrata, et je viens juste de reprendre du Deraa.
Je commence à saturer avec la viande saignante.
En dehors du fait que je me fous complètement de ce fait divers (à quand une nouvelle loi pour interdire aux maris d'assassiner leur famille ??), je voudrais incidemment savoir comment les journalistes ont identifié les pseudonymes utilisés par les protagonistes sur les messageries anonymes (ou du moins supposées telles) ; qu'en pense la LICRA, au cas bien improbable où elle s'intéresserait à la question (et d'ailleurs on se demande bien pourquoi ça pourrait l'intéresser) ???
Mais la meilleure phrase qui mérite l'Oscar et le César du meilleur scénario c'est quand de Ligonnès demande s'il peut s'entraîner au stand de tir avec un silencieux ! Pourtant y a des casques contre le bruit lui répond-on !!
;-)))

Etonnant non ? Pierre Bourdieu ne disait-il pas que "les faits divers sont faits pour faire diversion".

Ajoutons les images du tsunami au Japon, je ne sais pas mais je trouvais (au delà du tragique bien sûre qui me désole pour les Japonais) que c'était encore mieux que des films catastrophes du genre 2012, Independance Day, Le Jour d'Après etc...

Y rien à dire c'était un spectacle (honte à moi mais c'est ce que nous avons ressenti... je pense). L'actualité est présentée comme un spectacle...

SEMIR
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.